Archives mensuelles : mars 2014

Vincent Chambarlhac, Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, collection « Mouvement réel », 2014, 142 pages, 15 €.

Un billet de Florent Schoumacher et Frédéric Thomas

Voici un exemple d’un travail analytique de grande rigueur intellectuelle étroitement lié à un engagement politique ; la preuve également de son efficacité. Nourri de l’actualité, ce livre explore la construction de l’antifascisme à partir d’un triple « pas de côté » (p. 8). D’une part, l’étude historique constitue un détour pertinent pour mieux revenir à la situation présente. D’autre part, il s’agit « de faire parler les acteurs », de « prendre au sérieux ce qui se dit » (p. 8-9), afin de rendre à l’antifascisme sa dimension événementielle, de surprise, son caractère « pluriel et dissonant » (page 22). Enfin, le regard opère un dé-centrage en privilégiant « comme lieu d’observation les milieux socialistes, réformistes » (p. 8), et plus spécifiquement l’aile gauche du Parti socialiste-SFIO.

L’originalité de l’approche – qui n’est pas sans rappeler la conception benjaminienne du « narrateur » – est de rendre compte de l’événement, de suivre au plus près son émergence, sa cartographie (les différences et décalages entre Paris et la province), son développement bigarré (dynamique des comités comme « lieu d’énonciation de l’antifascisme tel qu’il peut s’exprimer dans la diversité » (p. 56) ; discussions autour de l’autodéfense ouvrière ; maillage du territoire politique (p. 49)…), puis sa mutation. À rebrousse-poil de l’historiographie dominante, ce livre démonte le travail, de 1934 à 1936, de reconfiguration, codification et normalisation de l’antifascisme. Les auteurs mettent dès lors en avant la primauté du champ social sur l’espace politique. Ainsi, « l’antifascisme des contemporains n’est pas identique à ce que les historiens analysent a posteriori par une lecture très fortement polarisée par le Front populaire (…). Au rebours de ces lectures, en retrouvant l’événement qu’est le 12 février [1934], l’approche par l’énoncé collectif restitue à l’émergence de ce nouvel antifascisme son épaisseur temporelle. Celle d’une surprise où le social, compris comme espace de relations des gauches, devance le politique, s’affirme intempestif » (p. 45).

Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl1 distinguent un premier antifascisme, « pratique politique intempestive » (p. 22), marquée par le verbe et le geste, irritant les appareils politiques tant socialistes que communistes, d’un second antifascisme, traduit et structuré par le Front populaire. Le premier « disparaît comme champ d’expérience pour la majorité des organisations nationales, mais demeure pour les minorités révolutionnaires un horizon d’attente » (p. 94). Dans cette mutation, « le défilé du 14 juillet 1935 représente un moment décisif » (p. 106). Du premier au second, de la primauté de la dynamique politique institutionnelle sur l’expérimentation sociale, s’est perdu le caractère révolutionnaire de l’antifascisme, qui prévalait jusqu’en 1934. L’antifascisme se réduit alors aux proportions congrues « de la défense des libertés publiques au sein de la République et de la nation » (p. 72).

Le livre est soutenu par une thèse forte, argumentée de façon serrée. Au recentrage sur l’espace social correspond le ciblage sur l’aile gauche des socialistes. Celle-ci constituerait en effet selon les auteurs « un lieu adéquat » (p. 18) pour appréhender les transformations de l’antifascisme, en tant qu’« espace des dissidences de gauches et du dialogue avec le PCF » (p. 18) et « pôle apte à configurer, sinon des accords, à tout le moins un espace de discussion pour l’ensemble des minorités révolutionnaires dissidentes du mouvement communiste » (p. 61).

Le choix du montage documentaire, la cartographie et l’appareil critique finissent de donner à cet essai son efficacité. Tout juste, regrettera-t-on que ne soient pas plus discutée la dialectique « des deux composantes de l’antifascisme que sont la défense de la démocratie et la révolution » (p. 35), la défense des principes républicains, fusse contre le régime républicain lui-même, tant la distinction entre principes et régime demeure problématique, et le lien entre défense de la démocratie et révolution contradictoire. De même, aurait-on aimé que soit plus développé l’accusation de « blanquisme » (p. 65 et 97) envers la gauche socialiste, tant cet argument continue d’opérer aujourd’hui pour disqualifier certains courants d’ultra-gauche.

Aujourd’hui que l’appel à la rue en France est passé « de l’insurrection à la commémoration » (p. 109), voire a été réapproprié par un nouveau cycle violent de l’extrême droite2, comment recouvrer « l’image de cette foule, à la fois très décidée à une éventuelle bagarre et fort joyeuse » ayant « le sentiment d’avoir gardé la maîtrise du terrain » (p. 56-57) ? Sans pouvoir y répondre, les auteurs n’en avancent pas moins quelques pistes stratégiques en fonction de l’occupation de l’espace publique, de l’émotion et d’une pratique intempestive du politique. « L’antifascisme est alors, au revers des interprétations en manipulation, l’investissement de l’espace public, des rues et des places pour donner une visibilité à ce qui n’est pas immédiatement normé, à savoir l’émotion devant le danger, l’émotion devant l’inacceptable, fusse celui-ci dédiabolisé » (p. 128).

1Tous deux membres du comité de rédaction de Dissidences, ils ont notamment co-dirigé une Histoire documentaire du parti socialiste aux éditions universitaires dijonnaises, et Thierry Hohl est en outre l’auteur chez le même éditeur de À gauche ! La gauche socialiste de 1920 à 1947.

2« La manifestation du 6 février s’enracine dans un cycle violent – et ressenti comme tel – de l’extrême droite à Paris » (p. 23).

Jean-Yves Méreau, Debout les athées de la terre ! Pour une place légale de l’athéisme, Paris, L’Harmattan, 2013, 98 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce petit opuscule, proposé à un prix relativement élevé au vu de la mise en page aérée qui est la sienne, peut être rapproché du récent L’Evangile de l’athée de Michel Bavaud. On y trouve en effet des considérations générales sur les religions ainsi que des propositions plus concrètes. Là où Jean-Yves Méreau se distingue de Michel Bavaud, c’est dans son anticléricalisme assumé et sa défense d’un « athéisme flamboyant » (p. 77). Son objectif, tel qu’il l’énonce lui-même, est de permettre aux athées et apparentés de bénéficier d’une place à part entière dans la société française. Le problème, c’est que son pamphlet navigue entre deux eaux, critique sans concessions des religions existantes et esquisse d’un programme de combat.

Jean-Yves Méreau revendique ainsi une laïcité plus stricte, qui séparerait plus nettement politique et religions, et semble placer sa confiance à gauche, à condition de « restaurer la Gauche athée » (p. 42). Pour ce faire, il considère que l’institution d’un « athéisme d’État » est le seul moyen de garantir une laïcité solide et respectueuse de tous. Il n’est pas difficile de repérer les limites d’un tel raisonnement, qui rejoue en partie les débats sur la loi de séparation des Églises et de l’État : l’association que l’auteur fait entre athéisme et neutralité est déjà discutable1, mais une telle perspective témoigne surtout d’un certain idéalisme républicain, sensible à d’autres endroits du livre2, et qui fait fi d’une appréhension plus globale, voire internationale, des phénomènes.

Pour autant, certaines de ses propositions sont intéressantes, reprenant ou approfondissant une tradition du mouvement ouvrier. Il prône ainsi la mise en place d’un service public de l’éducation, esquissé en 1984, et s’interroge sur la pertinence du financement public des lieux de culte d’avant la loi de 1905. Mais d’autres suggestions apparaissent plus fumeuses ou floues, telle l’instauration dans le calendrier d’un « Jour sans dieu » ou la fin de l’endoctrinement des enfants, qui n’est pas concrètement abordée de front, mais dont on voit mal comment elle pourrait s’appliquer autrement que par l’interdiction de toute cérémonie religieuse avant 18 ans… Il est également surprenant que Jean-Yves Méreau, qui appelle pourtant de ses vœux une prise de conscience collective des athées, ne discute pas, autrement qu’au détour d’une phrase trop laconique (p. 83), des associations athées dont aucune n’est citée, alors qu’il déplore pourtant la profonde solitude de l’athée !

Concernant les diverses critiques qu’il adresse aux religions constituées, elles mêlent vérités connues (l’opposition à la libération des mœurs), moqueries anarchisantes (les remarques pleines de dérision et d’humour sur le Jugement dernier) et simplifications discutables (« La religion est donc un fascisme, un totalitarisme. », p. 37, car elle s’abstrait de la nécessité de la preuve ; l’opposition radicale entre science et religions, qui s’accommode pourtant de bien des arrangements ; les religions fauteuses de guerres ou le judéo-christianisme à l’origine des destructions écologiques3), débouchant sur une vision trop manichéenne des choses (le terrorisme athée inexistant face aux terrorismes religieux, ou la croyance dans le père noël dangereuse car préparant le terrain au « besoin de religion », p. 46 !). Jean-Yves Méreau est pourtant capable de davantage de prudence, comme il le montre sur les thèmes sensibles de l’« islamophobie » ou de l’« islamisation rampante » de la société…

1 D’autant qu’il envisage la mise en place d’une instance représentative des athées, aux côtés de celles des principales religions… (p. 84).

2 La laïcité serait ainsi « (…) dans l’essence de la France, consubstantielle à notre République. » (p.10) ; « Pour nous, pas d’équivoque, la communauté humaine et démocratique de l’État [sous-entendu réellement existant] prévaut. » (p. 70) ; « Alors il est temps que la France, pays des Lumières, allume de nouveau le phare de la Raison (…) » (p. 63).

3 Le catholicisme est à ce titre coupable de rien de moins que l’extermination des Incas ! (p. 47) 

Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La Découverte, 2013, 183 pages, 17 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans la perspective des travaux développés par Michel Foucault, Philippe Artières tente dans cet essai « une ethnographie rétrospective » (p. 15) afin d’analyser la construction du regard policier sur l’écriture. Si le livre couvre près d’un siècle d’histoire, il met en avant les événements politiques, qui servirent de catalyseur à cette « police de l’écriture ». Ainsi, au 19e siècle, la Commune puis la vague des attentats anarchistes dans les années 1890, en raison justement de l’irruption et de l’explosion de l’écrit dans le champ public et politique, furent l’objet d’une attention particulière.

Durant l’insurrection communarde, une moyenne de cinq à six affiches par jour furent imprimées, sans compter que l’écrit fut un « levier essentiel de diffusion et de construction de la Commune » (p. 35). L’écrasement de la Commune par les « Versaillais » se poursuivit par une répression et une censure des écrits communards, mais aussi par une surveillance des lieux de mémoire, dont le plus important (la commémoration de la Semaine sanglante de mai 1871), devant le mur des Fédérés, le long du cimetière du Père-Lachaise. Ainsi, l’auteur souligne que les policiers notent les inscriptions sur les couronnes, les suppriment lorsqu’ils les jugent contraires à l’ordre public, et tentent d’estimer leurs effets (« le niveau de dérangement qu’ils produisent », p. 91). À la fin du 19e siècle, pendant les attentats anarchistes, le climat d’effroi est largement alimenté par la presse et par une diffusion de billets menaçant qui imitent la bombe. « Ces lettres de menace sont l’occasion d’invention de mise en pages, d’utilisation des capitales, mais aussi de taches et de ratures » (p. 85).

Cependant, « l’ordinaire » du travail de police de l’écriture se centre sur les cas de suicides, les contentieux lors des héritages, le déchiffrement des petites annonces et, surtout, l’analyse des lettres anonymes, qui trouva en la personne d’Edmond Locard (1877-1966), son spécialiste. Artières s’attarde sur cette figure incontournable, qui utilisa habilement la presse pour son autopromotion. L’affaire Angèle Laval, qui diffusa ses lettres anonymes à Tulle de 1917 à 1922 le rendit célèbre. Néanmoins, selon l’auteur, la Seconde Guerre mondiale marquerait le glissement de la police de l’écriture privée vers une police de l’image photographique et de l’écriture officielle à travers la lutte contre les faux-papiers. Ce glissement correspondrait aux transformations des mécanismes de contrôle et de surveillance au sein de nos sociétés.

L’approche adoptée dans ce livre est intéressante, mais semble parfois un peu forcée, au point de ne pas toujours convaincre. Il est dommage par ailleurs que la question de la lettre anonyme et, plus généralement, de l’anonymat n’ait pas été plus développée et actualisée, en regard par exemple avec l’obsession policière qui s’est manifestée il y a peu dans les tentatives de déterminer l’auteur de L’insurrection qui vient (Paris, 2007).

Danielle Tartakowsky, Les droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2013, 221 pages, 18 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Par cet opus, qui poursuit un travail sur la manifestation entamé de longue date, Danielle Tartakowsky tord le cou à une idée fausse, « selon laquelle la manifestation de rue, quelque nom qu’on lui donne, serait en France consubstantiellement ouvrière et de gauche » (p. 7). La manif pour tous, Jour de colère, s’inscrivent dans une histoire longue, ouverte depuis la victoire des républicains en 1879. La « manif de droite » est inséparable de son homologue de gauche, avec laquelle elle interagit depuis. Comme elle, la droite a une culture manifestante, évanescente dans les mémoires mais présente sur le siècle.

L’auteure fait le choix d’un plan chronologique où se détachent quelques traits marquants du répertoire d’action manifestant des droites. Avant la Grande guerre, manifestations et processions catholiques s’inscrivent sous le sceau du nationalisme. La Première Guerre mondiale vaut là coupure, les manifestations de droite se républicanisent, trouvant dans les commémorations du 14 juillet, du 11 novembre, comme à la fête de Jeanne d’Arc, autant d’occasions pour disputer aux gauches la rue. A ce jeu, l’Action française se montre la plus moderne, la plus inventive, tôt imitée par des groupuscules fascistes. La manifestation, toujours conjuguée au pluriel, se comprend comme un moyen de pression sur les équilibres fragiles des coalitions parlementaires : le Cartel chute ainsi. La manifestation de droite est alors surtout parisienne, la province peinant à mobiliser, sinon sur des appels larges et apolitiques. L’acmé de ce mouvement est bien entendu la manifestation-émeute du 6 février 19341. Dans la mémoire des droites, elle jouit d’un éclat particulier, mais ouvre la voie à un progressif reflux des manifestations de droite : interdiction des ligues, affirmation de la manifestation/souveraineté des gauches, nouvelle législation.

C’est cette mémoire du 6 février que l’on trouve active après-guerre, notamment le 13 mai 1958, ou lors de la « journée des tomates » à Alger en 1956. Le gaullisme, avec sa logique de manifestation/levée en masse, lui fait pièce. Le Général a, par son rôle durant la Seconde Guerre mondiale, pu s’affranchir du cadre parisien : il procure à la droite la possibilité de manifester en province. A Paris, la manifestation du 30 mai 68 vaut affirmation d’une souveraineté nationale, contre le désordre de la chienlit. Le répertoire des droites manifestantes s’est là largement étoffé et, si la droite assiste, dans les années 70, du balcon aux manifestations de la gauche, l’extrême droite renoue à nouveau avec la mémoire émeutière du 6 février. Les combats de 1984 autour de l’école libre réactivent ensuite la part des catholiques dans les manifestations de droite, réactivation qui s’appuie d’ailleurs sur le terreau d’une « alliance » entre le FN et les intégristes de Saint Nicolas du Chardonnet dès la fin de la décennie 70, sur le terreau d’actions manifestantes au répertoire importé des États-Unis contre l’avortement. Il y a sans doute ici, dans ce jeu, l’amorce de la reprise de l’antienne maurassienne sur le pays réel contre le pays légal, que l’on retrouve dans les manifestations d’aujourd’hui largement innervées par la composante catholique. Comme en 1900, en 1920, la France est terre de mission…

Un ouvrage donc à lire, ne serait-ce que pour ce qu’il confond les idées fausses sur une droite qui répugnerait à la manifestation, ne serait-ce que par ce qu’il complète des travaux antérieurs sur la gauche manifestante, la question du pouvoir dans la rue.

1Voir le livre récent de Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl, 1934-1946. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, 2014, les billets de Vincent Chambarlhac, Commémorer le 12 février ? L’historiographie de l’antifascisme aujourd’hui… (sur le blog de Dissidences, http://dissidences.hypotheses.org/4298 ), et Le 9 février 1934, journée rouge, journée sans lendemain ? sur le portail http://anrpaprika.hypotheses.org/1679

Jean Vigreux, Croissance et contestations. 1958-1981, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2014, 475 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Comment écrire une synthèse participant, peu ou prou, de l’histoire du temps présent ? Pour cette nouvelle histoire de la France contemporaine, Jean Vigreux s’attaque à l’entre-trois mai, celui de la Ve République gaullienne, pompidolienne, giscardienne1. Toute synthèse suppose un point de vue sur la période, un parti pris d’écriture, afin que d’en retrouver le sel, convaincre le lecteur.

Un parti pris d’écriture

Ce parti pris est celui de l’histoire politique, première jusqu’à l’abord des questions culturelles, toujours liées, sinon intriquées, pour l’auteur au politique. L’histoire politique est première ici par le corset de la chronologie. La formule de l’entre-trois mai le circonscrit. Dans le jeu implicite de l’emprunt à Pascal Ory et son entre-deux mai aux fortes fragrances d’histoire culturelle, le choix assumé du politique place le gaullisme au cœur de l’écriture. Il est celui d’un mai 58 ouvrant sur « une république modernisatrice », il est ensuite celui d’un « lourd héritage », celui que Georges Pompidou doit gérer aux lendemains de mai 68, il est enfin en amont de mai 81, celui du giscardisme et de la « fin du modèle gaulliste ». Trois moments, trois parties, découpent donc ce questionnement du gaullisme et de son rapport à la société française. La structure de l’ouvrage invite donc à « revisiter » les travaux de Serge Berstein, René Rémond, à parfois soupeser leur pertinence face à d’autres chronologie plus décalées, provenant de l’histoire sociale, à la suite des travaux de Michelle Zancarini-Fournel et ses épigones, dont Xavier Vigna, sur les années 68. Ce qui résiste alors dans l’écriture de Jean Vigreux participe contre ce découpage des années 68 de l’effet gaulliste de l’entre-trois mai. La synthèse n’en est que plus vive alors, pour peu que dans les incises et les rappels des travaux d’histoire sociale et culturelle (cf. l’abondante bibliographie), le lecteur questionne systématiquement ce lien du social, du culturel, au politique.

Le politique comme focale.

Au cœur de la démonstration le politique donc. Le court chapitre introductif, consacré à la crise du 13 mai et la naissance d’un « modèle » républicain place l’événement au cœur de l’écriture, complexifiant les lectures rétrospectives sur « l’opération gaulliste » que fut le 13 mai. Mais on retiendra surtout de cette première partie de l’ouvrage, le rôle omniprésent de l’État prescripteur, modernisateur et pesant paradoxalement de tout son poids conservateur sur la société qu’il étreint. Celle-ci mute sous l’effet de la démographie, de la modernisation des campagnes, de l’urbanisation. Si cette décennie (58/68) constitue le cœur des trente glorieuses, l’auteur corrige ces images sépias. Aux côtés de la politique atomique gaullienne, et du vertige de l’équipement des ménages, l’Algérie comme la modernisation de la société pousse à 68.

Le fonds de l’air est rouge signifierait le drapeau de la couverture, comme un rappel de Chris Marker ailleurs cité. Pourtant, toute proportion gardée, Mai 68 disparaît vite de l’ouvrage. Sa genèse politique s’entend dans le temps long par le rappel des clubs, des nouvelles structures, mais aussi de l’effet des reclassements au sein de la mouvance communiste, son récit – vif – prend 4 pages, titrées « onze ans ça suffit ». Car l’essentiel là est bien l’échec du modèle politique et social préconisé, plus qu’un Mai 68 culturel et gauchiste, sociétal, plus que social, naguère codifié dans une version confinant à l’hagiographie par Hervé Hamon et Patrick Rotman. La thématique des temps pompidoliens participe de ce rejet. A gauche, « changer la vie2 » pour le PS s’alliant dans le cadre du programme commun, à droite la nouvelle société, et sur ses marges, de vieux gaullistes qui résistent, s’arc-boutent et torpillent, à l’image du travail de sape de Raymond Marcellin, la tentative de Chaban-Delmas. Plus à droite encore, Ordre nouveau bientôt subsumé par le SAC et ses dérives. L’écriture se resserre là dans l’échec pompidolien du legs gaulliste, si l’auteur rappelle ce qui se joue dans la société, comme au sein de la mouvance gauchiste, ce rappel s’entend dans l’horizon implicite du travail des forces de gauche. Il s’agit là de questionner l’amont du troisième de ces mai. Certains le regretteront, notons que la perspective même du parti pris d’écriture imposait ce point de vue. Pompidou disparu, la modernité giscardienne est sur la sellette, « la France à l’orée de la crise ». La fin du modèle gaulliste est parfaitement saisie dans des chapitres où la citation de témoignage directs se fait plus insistante, jusqu’à Mai 81. L’auteur, comme historien, cède la place au témoin, décrivant l’effet de l’arrivée d’une gauche au pouvoir au lycée Bonaparte, à Autun. Le temps présent rattrape l’écriture de l’histoire, donnant au « je » tout le sel d’une remémoration jusqu’alors objectivée par la bibliographie de fin de volume, les références dans le cœur du texte.

Violence du politique

Au terme de cette recension, un questionnement. Le parti-pris d’écriture offre l’avantage d’une cohérence quasi-parfaite à ces premières décennies de la Ve République. Dans la logique du modèle républicain chère à Serge Berstein, c’est le modèle gaulliste qu’il s’agit de discuter, et dans cet horizon le rôle central de l’État et de la politique étrangère, comme la décomposition d’une famille politique dès lors que son fondateur se retire à Colombey. Ce choix d’écriture par le modèle tend, malgré la récurrence des rappels, à finalement lisser la violence de la période. Omniprésente dans les rapports sociaux, omniprésente dans le registre politique où contrairement à une vulgate médiatique, les affrontements entre extrême-gauche, forces de l’ordre et extrême droite, n’étaient pas feints. Une violence que l’on retrouve jusqu’au sommet de l’État puisque « sous Giscard on assassine même les ministres » écrit Francis Zamponi, faisant référence aux affaires Fontanet, De Broglie, Boulin. Cette violence est-elle intrinsèque au modèle gaulliste d’alors de gestion de la société ? Il y a là une autre manière sinon d’entendre l’histoire politique, tout du moins de l’écrire. Cette écriture commence à colorer, par la question des conflits du premier vingtième siècle, l’examen de l’entre-deux-guerres, elle peut aussi questionner cet entre-trois mai ouvert par la fin de la décolonisation et les assassinats de l’OAS, clôt par l’agonie du giscardisme et surtout, le retour d’un homme de la IVe République à la tête de l’État français.

1 Ludivine Bantigny consacre un volume sur la période 1981-2014, chroniqué sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4179

2 L’auteur citant au passage le travail de Frédéric Thomas sur ce slogan. Frédéric Thomas, « « Changer la vie ». Éléments pour cerner les contours d’un mot d’ordre », Dissidences, L’historiographie de la décennie 1970 en France, volume 13, janvier 2014, p. 15-26.