Archives mensuelles : mai 2014

Mérabha Benchikh, Femmes politiques : « le troisième sexe » ?, Paris, L’Harmattan, collection « Logiques sociales », 2013, 272 pages, 28 €.

Un compte rendu de Maud Navarre

L’ouvrage de Mérabha Benchikh est issu de sa thèse de sociologie soutenue à l’Université de Franche-Comté en 2011. Il traite des carrières politiques féminines. L’auteure entend expliquer ce qui détermine les femmes à devenir élues et présenter les expériences résultant de l’exercice de mandats électifs. Une hypothèse centrale guide le propos : les femmes éprouveraient une « frustration relative » en raison de leurs plus grandes difficultés à accéder à un mandat. C’est cette frustration qui serait le moteur de leur engagement puis, de leur maintien en politique. L’argumentation repose sur un matériau constitué principalement d’entretiens menés auprès de député-e-s et, marginalement, d’élus locaux des deux sexes. Ils appartiennent principalement à des partis politiques de gauche. Des observations de l’auteure réalisées en tant qu’assistante parlementaire d’une députée agrémentent le propos.

Le prologue de l’ouvrage permet de fixer le cadre d’analyse. Constatant l’usage « banalisé » du genre, l’auteure dresse un rapide historique du développement de la notion, aux États-Unis et en France, afin de cerner les enjeux de ce concept. Puisant leurs racines dans les différents courants féministes, les gender studies ont donné naissance à différents courants de recherche : gay and lesbian studies, queer studies ou encore men’s studies. Les réactions qu’elles engendrent (mouvement masculiniste ou, au contraire, hominisme luttant contre l’image traditionnelle de l’homme viril) attestent, selon l’auteure, d’une remise en cause des identités sexuelles traditionnelles.

Trois parties structurent la suite de la réflexion. Dans un premier temps, Mérabha Benchikh présente les modalités d’accès des femmes aux mandats politiques. Les obstacles sont d’abord évoqués. L’enchevêtrement des espaces sociaux (sphère familiale, professionnelle, politique) permet de comprendre le phénomène. La limitation de l’engagement politique féminin proviendrait de facteurs « psychoaffectifs » (autodévalorisation, culpabilité par rapport aux enfants et/ou au conjoint), entretenus par les partis qui maintiennent les femmes dans des « seconds rôles » politiques et les responsabilités domestiques majoritairement attribuées aux femmes. Le chapitre suivant érige la trajectoire d’une députée en idéal-type du parcours de l’ensemble des femmes. L’héritage familial, la transmission d’un « goût » pour la politique et l’insertion dans des réseaux constituent autant de préalables à l’engagement. Un militantisme multisectoriel (partisan, syndical et associatif) permettrait aux élues de maintenir leur position, voire de la développer, tout en subissant les normes masculines dominantes en politique et en cherchant à préserver leur vie de famille que les femmes se doivent de ne pas négliger. Elles sont davantage considérées à travers leur position de « mère de » ou « fille de » qu’à travers leur rôle politique. Enfin, l’auteure s’intéresse plus particulièrement aux charges domestiques reposant sur les femmes. Elles freinent leur engagement. Leur élection ne contribue pas à remettre en question ce partage inégal. Au contraire, le recrutement privilégié des femmes parmi les catégories sociales aisées permet à ces dernières de se « décharger » de leurs responsabilités domestiques sur d’autres femmes, moins favorisées socialement (par exemple, des aides ménagères).

La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse à l’intégration des femmes en politique. Elle traite plus particulièrement de la différenciation des sexes qui s’y opère. La revendication de l’appartenance au genre féminin est considérée comme un moyen pour les femmes de « survivre » en politique à travers, d’abord, la solidarité féminine qui se développerait parmi les élues, puis, les mesures paritaires qui favoriseraient les femmes dans ce monde d’hommes. Mérabha Benchikh constate l’existence d’un engagement antérieur des élues en faveur de la condition féminine. Cet engagement perdure au fil de l’exercice des mandats. Certaines d’entre elles se revendiquent d’ailleurs féministes et affirment développer une vigilance particulière à l’égard des conditions de vie des femmes. Cette solidarité de genre dépasserait les clivages partisans, mais elle ne serait activée que face aux manifestations du sexisme. Cependant, la sous-représentation des élues de droite et des extrêmes dans le corpus ne permet pas de confirmer ces affirmations. Après avoir rappelé le principe d’égalité dans la différence à partir duquel procèdent les lois paritaires, l’auteure présente les limites de ces mesures. Les partis politiques semblent être les principaux obstacles à la réalisation de la parité dans les faits. Elle propose quelques recommandations pour parachever la féminisation de la vie politique : la formation au rôle d’élue, le redécoupage des cantons et des circonscriptions afin de limiter les territoires ruraux jugés plus hostiles aux femmes, la réforme du statut de l’élu pour éviter le cumul des mandats et la professionnalisation en politique. Le dernier chapitre de cette partie revient sur les considérations passées et actuelles des élues à l’égard de ces mesures. Si elles ont soulevé le débat dans les années 1990, elles semblent faire l’unanimité aujourd’hui parmi le personnel politique féminin.

La dernière partie est la plus stimulante dans le sens où elle s’émancipe d’une représentation binaire du genre (masculin ou féminin) et envisage la plasticité des identités genrées à travers l’émergence d’un « troisième sexe » en politique, notion justifiant le titre de l’ouvrage. Ce « troisième sexe » est incarné par des femmes qui ont adopté les pratiques masculines dominantes, sans avoir renoncé pour autant à leur féminité. L’auteure présente d’abord les réductions sexistes auxquelles sont confrontées les élues, avant de s’intéresser à certaines réactions conduisant à la construction d’identités féminines alternatives, plus éloignées des représentations de l’ « éternel féminin » (femme passive, malléable ou « potiche »). L’enjeu des carrières politiques féminines est de réussir à s’émanciper des assignations masculines. Dans ce cadre, la revendication d’une différence apparaît comme l’une des premières stratégies mobilisées. Certaines femmes se présentent comme de « bonnes élèves » de la politique. Plus sérieuses, responsables, volontaires que les hommes, leur comportement irréprochable permettrait de relégitimer un personnel politique soumis à la crise de la représentation. L’attention portée aux problèmes concrets contribue en revanche à leur mise en retrait lors des activités de représentation, nécessaires à la reconnaissance en tant qu’élues. D’autres femmes choisissent, pour leur part, de se conformer aux comportements masculins. Elles sont alors prises dans un double bind : rester féminines tout en adoptant les comportements masculins nécessaires à leur maintien en politique.

Après plus de dix années d’application des mesures paritaires, l’ouvrage apporte un bilan nécessaire. Il s’inscrit dans une perspective contemporaine du genre, tendant à remettre en question la pertinence de la bi-catégorisation comme outil d’analyse des comportements des hommes et des femmes à travers l’idée de « troisième sexe ». De nombreuses citations d’entretiens illustrent le propos, parfois au détriment des analyses. Cependant, trois limites principales apparaissent. Tout d’abord, une présentation détaillée du corpus fait défaut. Si l’on connaît le public ciblé par les entretiens, on ignore le nombre de personnes interrogées et leurs caractéristiques sociologiques, notamment l’expérience politique dont on sait, grâce à de précédentes études, qu’elle permet de relativiser l’effet du genre1. Une présentation des enquêtées en annexe aurait été bienvenue. Elle aurait permis de nuancer davantage certaines aspects de la démonstration, notamment la conscience des appartenances genrées développée par les enquêtées. La réalisation d’entretiens en lien avec les réseaux féministes, comme le suggère l’introduction du livre à travers les deux entrées sur le terrain (une députée engagée localement en faveur des femmes depuis de longues années et la secrétaire de l’Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes), peut conduire à une sur-représentation des élues partageant ces représentations. De même, si l’auteure a bénéficié d’une opportunité d’observation durant plusieurs mois en tant qu’assistante parlementaire, on ignore tout de la nature des activités politiques auxquelles elle a été confrontée. Par exemple, a-t-elle travaillé dans la circonscription en province et/ou à l’Assemblée nationale ? Quelles sont les activités politiques observées (réunions « officielles » ou moments informels tels que les « pots » de fin de réunion) ? Les comportements des femmes sont-ils toujours identiques lors de ces diverses manifestations ? L’analyse perd en précision en ne s’appuyant pas, ou du moins marginalement, sur une approche contextualisée de la construction des identités de genre.

Ensuite, l’emploi de la notion de « carrière », fil rouge de l’ouvrage, pose problème. Ses références à la sociologie interactionniste anglo-saxonne (Becker, Hughes, Goffman), également développée en France2 sont passées sous silence par Mérabha Benchikh qui préfère une analyse bourdieusienne du champ politique, à travers l’idée de « domination masculine » systématique. Ce positionnement est légitime, quoique les analyses de Bourdieu concernant la participation des femmes à leur propre domination – idée que reprend l’auteure en analysant l’« auto-dévalorisation » (p. 123) et l’ « auto-exclusion » des élues (p. 188) – puissent être nuancées3. Cependant, il aurait été pertinent de mobiliser d’autres notions telles que celles de « trajectoire » ou de « parcours », davantage adaptées au cadre analytique. En outre, une approche dans ces termes mobilise la dimension diachronique. L’auteure évoque une évolution des comportements féminins au fur et à mesure de l’exercice des mandats, mais les femmes semblent condamnées à rester dans des postures stigmatisantes, y compris lorsqu’elles tentent d’adopter les comportements dominants. Dès lors, on perçoit mal comment elles parviennent à « faire carrière ».

Troisième limite, le manque de mobilisation de variables explicatives. Les comportements féminins sont présentés comme relativement homogènes, ce qui tend parfois à les réifier. Les variations observées ne sont pas toujours commentées, ou alors, elles le sont de manière limitée. C’est le cas notamment lorsque l’auteure explique le féminisme des élues, débutant souvent avant leur entrée en politique, par leur appartenance partisane. L’argumentation peut difficilement tenir puisqu’il est affirmé par ailleurs que les élues adoptent une « couleur » politique au moment de leur élection. Autre exemple, aucune explication des causes de la masculinisation des comportements féminins n’est apportée : pourquoi certaines femmes parviennent-elles à adopter les pratiques politiques dominantes, notamment celles relevant de la politique politicienne, tandis que d’autres semblent ne pas pouvoir s’y résoudre ? Une analyse des caractéristiques sociales et des dispositions des femmes aurait pu éclairer ce phénomène. Plus globalement, l’étude souffre d’un manque de considération à l’égard des autres rapports sociaux (de classe, de « race », d’âge, etc.) contribuant à la co-construction de la domination masculine dans le champ politique.

En résumé, le travail de Mérabha Benchikh s’avère nécessaire compte-tenu des évolutions actuelles du champ politique. S’il apporte des conclusions prolongeant certaines orientations actuelles des gender studies, on ne pourra que constater la fragilité de la démonstration qui permet d’y parvenir. Le cadre analytique mobilisé ne permet pas d’envisager la co-construction des rapports sociaux, ni leur évolution au cours de la carrière politique, ce qui contribue parfois à une homogénéisation abusive des comportements féminins. L’ouvrage se veut davantage une analyse féministe, engagée dans l’objectif d’établir une égalité de faits entre les femmes et les hommes et contribuer ainsi à une « société du mieux-vivre ensemble » (p. 257), qu’une réflexion sur la notion de genre et ses apports pour la recherche.

1 Voir C. Guionnet, « Entrée des femmes en politique. L’irréductibilité du genre à l’heure de la parité », Politix, n° 60, vol. 15, 2002, p. 113-146.

2 Voir, entre autres : E. Agrikoliansky, « Carrières militantes, et vocation à la morale : les militants de la Ligue des droits de l’homme dans les années 1980 », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, p. 27-46 ; M. Darmon, « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, n° 82, vol. 2, 2008, p. 149-167 ; O. Fillieule, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, 2001, p. 199-217. Pour une synthèse de l’usage de chaque notion (carrière, trajectoire, parcours, …) et de leurs implications, voir O. Chantegros, S. Orange, A. Pégourdie et C. Rougier (dir.), La fabrique biographique, Limoges, PULIM, « Sociologie, sciences sociales », 2012.

3 Pour une critique de La domination masculine de Pierre Bourdieu : A. M. Devreux, C Marry, E. Fassin, E. Hirata, « La critique féministe et La domination masculine », Mouvements des idées et des luttes, mai 2007 [consulté en ligne]