Les Révolutions russes et l’historiographie : Questions à Alexandre Sumpf (par Jean-Guillaume Lanuque) 

  1. Vous venez de publier un Raspoutine (que nous avons chroniqué pour le blog de Dissidences) centré sur les représentations et les mythes du personnage. Est-ce une démarche que vous prévoyez d’étendre à d’autres personnages ou thématiques de la Russie pré ou post révolutionnaire ?

Depuis le début de ma carrière d’historien, j’ai envisagé le cinéma et plus largement les images comme sources, non comme illustrations. La commande par mon éditeur d’une biographie, exercice d’autant plus délicat que le Raspoutine réel a tôt disparu sous la nuée des rumeurs, a été l’occasion d’employer ma méthode sur un sujet précis. À travers la vie plus ou moins avérée de Raspoutine, c’est un portrait de la Russie du début du siècle que j’ai voulu brosser. Aujourd’hui, je ne prévois pas de répéter cette formule ; je travaille sur les images filmiques tournées en 1917 et le surgissement de la révolution à l’écran.

  1. Les choix des traductions opérées à partir de la production anglo-saxonne en particulier nous paraissent souvent discutables : si Simon Sebag Montefiore ou Robert Service sont facilement traduits, il a fallu attendre quarante ans pour qu’Alexander Rabinowitch le soit pour la première fois. Quel regard portez-vous sur ces choix éditoriaux ? Pourriez-vous nous citer des ouvrages incontournables, en anglais ou en russe, qui mériteraient d’être traduits en français ?

C’est une question épineuse à laquelle il est malaisé de donner une réponse définitive. Je commencerais par faire deux remarques sur les enjeux linguistiques. D’une part, les travaux produits en français ne sont que très exceptionnellement traduits en anglais, et comme la nouvelle génération des spécialistes de la Russie ne maîtrise pas en général notre langue, elle ignore souvent notre méthodologie et nos résultats. D’autre part, la Russie se trouve dans une situation exceptionnelle, avec une historiographie novatrice qui est majoritairement produite à l’étranger. Les traductions en russe sont fonction des modes plutôt que résultat d’une réflexion sur l’approche d’un public national très sensible à l’histoire, mais aussi très influencé par sa version « contrefactuelle ». Pour revenir à la France, on peut regretter que les publications tardives ne s’accompagnent pas de postface de l’auteur : il n’y a qu’une sorte de nostalgie peu féconde (et l’intérêt commercial) qui justifie la traduction brute de Red Petrograd de Stephen Smith, qui date de 1983 ! Par ailleurs, je pense qu’il est temps de traduire intégralement les mémoires du menchevik internationaliste Nikolaï Soukhanov, dont il n’existe en français qu’une version très courte datant de 1965.

  1. Cent ans après la révolution russe, quel est à vos yeux le paysage historiographique, en France et à l’international ? Quelles sont les différentes écoles (si tant est que le terme d’école ait encore suffisamment de pertinence…) et quelle est leur influence dans l’historiographie internationale ?

Aujourd’hui, la plupart des ouvrages sur 1917 sont écrits par des historiens expérimentés de la trempe de Nicolas Werth, Rex Wade ou Mark Steinberg. Avec la chute de l’URSS et le déclin de l’idéologie marxiste au sein de l’université, en particulier dans les facultés d’histoire, la conflictualité autour des révolutions russes a fortement décru. Le questionnement sur la nature « totalitaire » du bolchevisme et du léninisme n’est pas évacué, mais il est passé au second plan. L’heure est à la production d’une histoire normale de la révolution russe, des révolutions des différents groupes sociaux et ethniques, réinscrite dans le plus long terme des guerres (le « continuum de la crise » entre 1914 et 1921 théorisé par Peter Holquist), de la violence politique et, aussi, de la politisation de la société, de la démocratie de masse.

  1. Selon vous, quels sont les thèmes de recherche portant sur la révolution russe qui sont encore largement à explorer, et/ou qui renouvellent la perception de la période révolutionnaire ?

Outre une histoire des représentations, notamment iconographiques – caricatures, films, reportages photo – on pourrait imaginer une histoire sensible de la révolution qui donnerait toute sa place aux couleurs, aux sons, aux odeurs, aux bouleversements de l’espace public. On peut aussi espérer un renouvellement des études régionales dans le fil des travaux de Donald Raleigh, Sarah Badcock ou Ludmila Novikova. Enfin, il me semble que le rôle du clergé orthodoxe en 1917 mériterait.

  1. Sentez-vous, chez les étudiants, à partir de votre expérience d’enseignant, un attrait, de l’indifférence ou un rejet pour les révolutions russes ou le communisme plus globalement ?

Je constate surtout un déficit de connaissance, sauf chez les étudiants politisés. Ces derniers marquent un appétit réel pour cette histoire, qui fait partie du bagage politique minimum – mais ils peinent à prendre avec recul la vision soviétique/kominternienne d’Octobre, ou sa critique trotskiste. Quant aux autres étudiants, s’ils ont de la difficulté à se retrouver dans le tableau complexe des partis russes et de leurs idéologies (et pour cause !), ils se montrent assez réceptifs à l’histoire par en bas que j’aime pratiquer, et découvrent avec intérêt l’épopée que représente la guerre civile russe.

  1. Finalement, comment qualifieriez-vous, avec le recul historique dont nous disposons, la nature de la révolution russe ? Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?

Deux termes me viennent à l’esprit : soudaineté et radicalité. Soudain, une monarchie qui semblait éternelle chute ; soudain, un peuple privé de droits fait l’apprentissage de la politique et doit en même temps faire des choix urgents sur la guerre, la terre, le travail. Et les élites au pouvoir, les partis (même les bolcheviks et Lénine), sont toujours à la traîne, en-deçà des attentes et des initiatives du peuple, de la « base ». Je ne sais pas si une nouvelle révolution (après l’occasion « manquée » de 1905) était inévitable, mais il fallait un système républicain solide (France) ou une dictature militaire assumée (Allemagne) pour résister à une épreuve telle que la Première Guerre mondiale. Étant donné la nature fondamentalement personnelle de l’autocratie, on peut imaginer qu’un autre souverain aurait accepté de libéraliser le système politique. Mais c’est de l’histoire alternative…

On insiste souvent en Russie sur la violence, la défaite, la ruine. Mais je crois qu’il ne faut pas oublier la puissance du bouleversement démocratique, avec la reconnaissance des minorités, le droit de vote accordé aux femmes, la politisation de toute la société. La démocratie a échoué à s’imposer, mais elle fait désormais partie des aspirations cruciales du peuple.