Archives par étiquette : Agitation

Charles Soulié (dir.), Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 483 pages, 29 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Le Centre universitaire expérimental de Vincennes, très rapidement connu de tous comme « Vincennes », ouvre les portes de ses amphis et de ses salles le 10 décembre 1968, même si les cours ne débutent, théoriquement, que le 13 janvier 1969. Le 23 janvier, des étudiants et des enseignants occupent des bâtiments, par solidarité avec des manifestants qui viennent d’occuper la Sorbonne. Lors de l’intervention violente des CRS, un des enseignants, le philosophe Michel Foucault est arrêté. Un an plus tard, le 15 janvier 1970, le ministre de l’Education nationale Olivier Guichard dénonce le caractère « marxiste-léniniste » de l’enseignement du département de philosophie (p. 231), tandis qu’à l’été de la même année, l’UNI1, un syndicat étudiant très franchement marqué à droite, dénonce dans Vincennes « une école de guérilla »2. Dans l’immédiat après-Mai 68, l’idée que Vincennes égale « base rouge » s’enracine dans les médias et par là même dans l’espace public. Le « mythe Vincennes » est né.

II – Ce mythe, une équipe composée à 90% de sociologues, coordonnée par Charles Soulié3, également sociologue (il est maître de conférences de cette discipline à Paris VIII), se donne pour tâche non de le détruire, mais bien plutôt de le déconstruire. D’où ce gros livre (presque 500 pages !), qui se présente en deux grandes parties – après une sorte d’introduction consacrée aux prodromes et à l’acmé de Mai/Juin 68 dans les universités françaises –, « Des rêves aux réalités » et « Perspectives disciplinaires et monographiques », avec de très nombreux graphiques, tableaux et encarts biographiques.Cet ouvrage aborde surtout les différentes questions liées à la politisation des pédagogies et aux tentatives de promouvoir les catégories subalternes et « dominées » des enseignants de l’époque (maîtres-assistants et assistants)4, ce volontarisme là rencontrant, avec de multiples heurts, le « gauchisme » d’une majorité d’étudiants et de certains enseignants charismatiques.

III – L’expérience de l’université de Vincennes, « cadre institutionnel aux différentes « avant-gardes » » (p. 89) doit être comprise à partir de deux facteurs. D’une part, la reconnaissance par le pouvoir gaulliste, avec la loi d’orientation de l’enseignement supérieur (novembre 1968) d’une nécessaire réforme axée sur trois maîtres mots : autonomie, participation et pluridisciplinarité. Les conseillers réformistes du ministre de l’Éducation, Edgar Faure5, ne font que prendre en compte certaines exigences avancées lors de colloques d’experts de ce qu’on ne nommait pas encore la « communauté éducative » ou par des psychosociologues (Georges Lapassade ou René Loureau) qui prônent la « non-directivité » et la « dynamique de groupe » (p. 63). D’autre part, les universitaires « progressistes », surtout les assistants et maîtres-assistants, qui ont participé au mois de mai 68, aux côtés des étudiants, à la remise en cause de l’ordre universitaire, décident de « prendre au mot », en quelque sorte, le pouvoir. Se conjuguent donc, dans un étrange et détonnant (comme l’on s’en aperçoit très vite) paradoxe, la remise en cause des savoirs institutionnels, la subversion des anciennes hiérarchies, la « politisation des questions pédagogiques » (p. 207) ainsi que la volonté première et évidente du pouvoir d’État, ne l’oublions pas, d’un retour à l’ordre, par la création de cet « abcès de fixation pour le gauchisme militant » (p. 77). Et là encore, le pouvoir est pris au mot : Vincennes devient, dans l’esprit de maints révolutionnaires marxistes6, la « base rouge » d’où doivent partir des brigades de « nouveaux partisans », une fois épuisées les potentialités offertes par ce lieu. Combattre l’adversaire avec ses propres armes, énoncent-ils …. Acontrario de ce que l’on pourrait penser, le forum de Vincennes, la fameuse AG (Assemblée générale), lieu d’affrontements souvent stériles entre toutes les tendances « gauchistes », n’est ni l’outil de ce combat ni le véritable lieu de décision, rôles tenus par les Assemblées générales de département (Jean-Philippe Legois, « Jeux d’échelles entre les premiers pouvoirs universitaires vincennois, 1968-1971 »).

IV – Vincennes est essentiellement une faculté de lettres et sciences humaines, avec un fort contingent de normaliens et une visibilité des philosophes comme Michel Foucault, Gilles Deleuze, Alain Badiou, Jacques Rancière, François Chatelet ou Étienne Balibar. Le recrutement des enseignants, qui bénéficie, bien entendu, du caractère expérimental de cette université, est, en partie, en rupture avec les usages ordinairement dominants de l’institution. Au départ, une commission d’orientation, à l’issue de nombreuses tractations, sélectionne un « noyau cooptant » de 29 membres. Hélène Cixous, Alain Badiou et Jacques Julliard jouent un rôle déterminant dans ce noyau, choisi sur les critères suivants, selon le témoignage de H. Cixous : « déhiérarchisation, modernisme, politiquement à gauche » (p. 127). Selon les auteurs, il y a également une volonté de « recruter les « jeunes pousses » les plus prometteuses de la rue d’Ulm » (p. 132), ceux que André Glucksman, activiste de la Gauche prolétarienne et recruté lui-même comme chargé de cours, appelle « l’avant-garde théorique structuralo-gauchiste-lacanienne » (p. 139), même si le pourcentage élevé (plus de 60%) de professeurs et de maîtres de conférences (p. 132) incite à nuancer cette déhiérarchisation évoquée par Hélène Cixoux. Néanmoins, dans certaines disciplines, comme la philosophie ou la sociologie, le recrutement porte la marque d’une forte proportion de maîtres-assistant-e-s et de chargé-e-s de cours, très majoritairement marqué-e-s politiquement à l’extrême gauche. Ainsi, en sociologie, la présence de marxistes-althussériens comme Nicos Poulantzas, Emmanuel Terray ou Sylvain Lazarus, membre dirigeant du groupe maoïste UCFml, en est le signe patent, même si la visibilité médiatique et militante des philosophes, avec l’« affaire Judith Miller »7 par exemple, a souvent tendance à éclipser les enseignants d’autres départements. Comme l’indiquent les auteurs, Vincennes est la seule université, en 1969, où au sein du SNESUP, syndicat enseignant, le Parti communiste perd la majorité au profit des « gauchistes » (p. 140), même si (ou à cause de) les communistes jouent un rôle majeur dans la gestion du quotidien.

V – Ce « plaisir intellectuel de penser à l’extrême » se retrouve dans les cours donnés les premières années (philosophie, sociologie ou économie surtout), à un public très hétérogène, avec de nombreux non-bacheliers, de salariés et surtout une très forte proportion d’étudiants étrangers, deux des caractéristiques de Vincennes, souvent occultées8. Les intitulés de ces cours surprendront, choqueront même, sans nul doute, plus d’un lecteur de l’an 2013, tandis que les plus anciens y retrouveront les thématiques de ces « années rouges ». Comment résister à un autre plaisir extrême, celui d’extraire des archives quelques titres de cours : Formation du concept d’idéologie par Jacques Rancière, La question de la guerre civile de Alain Badiou, Structure des classes dans les formations dominées de l’Afrique noire de Pierre-Philippe Rey, Introduction aux marxismes du XXe siècle de Henri Weber, etc. Dans les départements moins politisés, du moins en apparence, comme celui d’anglais, c’est par la recherche d’une certaine modernité, en l’occurrence le passage par la linguistique et le structuralisme, que s’effectue le recrutement des maîtres-assistants, des assistants et des étudiants, las des conceptions figées de l’Institut d’anglais de la Sorbonne (« L’anglais de la Sorbonne à Vincennes » par Marie-Pierre Pouly).

VI – Transféré à Saint-Denis en 1980 par décision de la ministre des Universités du gouvernement de Raymond Barre, Alice Saunier-Seité, et connu maintenant comme Paris VIII, l’ex-centre expérimental garde encore, plus de 40 ans après sa fondation, un (petit) peu de ce qui y fut tenté, même si les contextes idéologiques, culturels et politiques sont totalement différents, de même que les horizons d’attente des étudiants. Le pari collectif d’une « fabrique de l’utopie », avec ses illusions mais aussi avec son effervescence, pouvait-il résister à la disqualification, d’abord, au délitement ensuite et à l’effondrement, pour finir, des Grands récits messianiques et eschatologiques ? Sûrement pas. Reste que, comme l’écrit Charles Soulié, si Vincennes « s’est donné les moyens d’ouvrir le savoir académique à des usages non académiques » (p. 424), des traces de cette libération du rapport au savoir se retrouvent dans les universités populaires crées ici (Caen) ou là (Grenoble, Aix-en-Provence) depuis 2002. Nul doute que ce fort instructif ouvrage et son (provisoire) bilan raisonné font déjà l’objet, dans ces assemblées, de débats passionnés mais tout aussi raisonnés.

1Il s’agit de l’Union nationale inter-universitaire, créée en janvier 1969 par l’aile droite des jeunes gaullistes, en vue de combattre le communisme et l’extrême gauche dans les universités.

2« Paris VIII : Vincennes n’est pas une école de guérilla », Le Monde, 26 juin 1970.

3Ce n’est pas la première fois que Charles Soulié s’intéresse à Vincennes. En effet, en janvier 1998, il a consacré une monographie au département de philosophie dans la revue Histoire de l’éducation, n° 77 : « Le destin d’une institution d’avant-garde : histoire du département de philosophie de Paris VIII ».

4Pour une explication de ces statuts, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AEtre-assistant_en_France

5Par sa femme Lucie Faure, Edgar Faure est en contact avec les milieux intellectuels de gauche.

6Mais pas de tous. Dans un numéro spécial rentrée 69, « Tornade rouge » (supplément au n° 37 de Rouge), la Ligue communiste qualifie Vincennes de « papier tue-mouche sur lequel vient s’engluer la masse désorganisée des vétérans du mouvement étudiant (…) anars et maoïstes de Nanterre et Censier ».

7Judith Miller, fille du psychanalyste Jacques Lacan, et assistante en philosophie en tant que détachée de l’enseignement secondaire, milite activement à la Gauche prolétarienne avec son mari Jacques-Alain Miller et le frère de celui-ci, Gérard Miller. Le 3 avril 1970, elle est renvoyée de Vincennes par le ministère de l’Éducation pour avoir déclarée à la presse que son rôle à l’université était de tout faire pour sa destruction en tant qu’« appareil d’État ». Son exclusion provoque une recrudescence de l’agitation.

8A propos des étudiants étrangers, lire le chapitre de Charles Soulié et Brice Le Gall, « Voyage en terre d’asile académique : éléments pour une histoire sociale des étudiants étrangers de Paris VIII et d’ailleurs », p. 393-422.