Archives par étiquette : Années 68

Jean-Gabriel Périot, Une jeunesse allemande, film documentaire, France/Allemagne/Suisse, scénario de Jean-Gabriel Périot, 93 mn, couleur, production Local Films et Blinker filmproduktion, sorti le 14 octobre 2015.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Tout commence par l’extrait d’une interview de Jean-Luc Godard où il est question de réaliser des images en Allemagne, sur la possibilité de filmer en Allemagne. Ce film, dont sont extraites les quelques images, n’est pas référencé (il l’est cependant dans le générique final). Le spectateur le comprend immédiatement, c’est sous le patronage du cinéma (incarné par la voix si identifiable de l’auteur de La Chinoise) que s’ouvre Une jeunesse allemande. Cette jeunesse allemande dont il est question dans le titre du film, c’est celle qui au début des années 60 ne s’identifie plus à la jeunesse de ses pères. Ces derniers sont illustrés par un extrait d’actualité de la fin de la période nazie où Adolf Hitler tapote la joue d’un adolescent des Jeunesses hitlériennes qui mourra quelques jours plus tard lors de l’assaut final de Berlin par les troupes soviétiques et une scène, très connue, de liesse, où une foule estudiantine jette des livres dans un immense feu pour un autodafé géant. Ces pères, qui ont soutenu, applaudi, au pire, obéi, au moins durant ce IIIe Reich, dont la fin est si proche. Cette jeunesse allemande se radicalise alors contre ce passé nazi, contre la société de consommation, contre l’impérialisme, contre la guerre du Vietnam. Cette jeunesse allemande a nom Ulrike Marie Meinhof, Andreas Baader, Holger Meins, Gudrun Ensslin, Horst Malher, Jan-Carl Raspe… Plusieurs d’entre eux sont étudiants en cinéma à l’Institut du cinéma allemand de l’Université Libre de Berlin. D’autres, Ulrike Meinhof ou Horst Malher par exemple, sont engagés dans le journalisme radical, rédactrice à Konkret pour la première ou avocat, fondateur du collectif des avocats socialistes de Berlin pour le second. Ces apprentis cinéastes s’essaient à l’usage de l’art visuel pour défendre leurs positions politiques.

Jusqu’à ce jour, personne n’avait songé à utiliser ce fantastique matériau, constitué par les rushs des films d’exercice dans le cadre de leur formation, pour raconter l’histoire de leur engagement politique. C’est précisément là que réside l’intérêt premier, archéologique du film de Jean- Gabriel Périot. A ces extraits de films, souvent inaboutis ou inachevés, se mêlent des extraits d’émissions de télévision. On y a apprend ainsi que Ulrike Meinhof était l’invitée régulière d’émissions de débats intellectuels jusqu’à la fin des années 60, distillant ses analyses à contre-courant, radicales, à un public dépassant largement celui du lectorat du magazine Konkret. Avant de pratiquer l’exercice de la lutte armée, c’est par l’image que la violence est mise en œuvre, au fil des réalisations des uns et des autres. Ces films d’école mêlent une dénonciation sans nuance de la « presse de caniveau » (illustratif apparaît à cet égard le film consacré au Bild, le journal le plus populaire d’Allemagne) ou les acteurs miment l’usage des armes pour s’attaquer aux pouvoirs établis. Puis le film bascule, car soudain, après 68 et la fin de la la période de grande coalition SPD-CDU, c’est à travers les reportages télévisuels que se scelle le destin du groupe Baader-Meinhof, passé à la clandestinité et à la lutte armée. L’évocation des bombes contre les bases étatsuniennes en Allemagne, contre les diverses institutions, puis l’exécution de Hans-Martin Schleyer, le dirigeant du patronat allemand, kidnappé auparavant, rappellent la violence et la dureté de la guerre privative à laquelle s’est adonnée la Fraction Armée Rouge (RAF en allemand). Les réactions du SPD (Helmut Schmidt est alors chancelier), sur l’usage de la violence légitime, celle de l’État, contre les « anarchistes criminels », s’expriment sans retenue. Celles d’Helmut Kohl, dirigeant de la CDU ou de Franz-Joseph Strauss de la CSU, expriment encore plus violemment leur absolue détestation des « criminels destructeurs ». Après le détournement d’un avion à Mogadiscio, dont l’échec scelle le sort des prisonniers de la RAF, c’est l’impasse politique totale pour Baader, Meinhof et leurs camarades de cellule. Le film se conclut par un extrait de L’Allemagne en automne, film collectif (1977) auquel ont participé les principaux cinéastes engagés de la période (Alexander Kluge, Volker Schlöndorff, Rainer Werner Fassbinder…). En contrepoint de l’annonce du suicide de Meinhof et Baader au journal télévisé, Fassbinder, nu, téléphone à un correspondant anonyme, au milieu de la nuit pour lui annoncer la nouvelle et l’expression de ses doutes sur la véritable nature du suicide. Puis, dans la scène suivante, c’est le dialogue entre Fassbinder et sa mère, social-démocrate de tout temps, qui illustre la rupture entre ces intellectuels radicaux et l’opinion publique du pays.

Ouvert sous les auspices de Jean-Luc Godard, le film se clôt par l’approche crépusculaire portée par Fassbinder. Pas tout à fait cependant, car une ultime scène montre une femme, coiffée d’un chapeau de paille (chapeau vietnamien, référence aux combattants vietcongs ?) distribuant des tracts devant l’entrée d’une entreprise, tandis que la voix off de Ulrike Meinhof rappelle la volonté de fusionner l’avant-garde politique avec les masses. Le spectateur peut-il y percevoir le fil qui unit cette jeunesse allemande d’il y a un demi-siècle désormais à celle d’aujourd’hui ?

De ce point de vue, Une jeunesse allemande ne se présenterait pas alors comme un film sur la nostalgie des combats perdus et de l’impasse politique que représente le terrorisme, mais bien une œuvre appelant à la réflexion sur les moyens de continuer l’entreprise de transformation du monde, à laquelle avait commencé de s’atteler cette jeunesse allemande des années 70′.

Damir Skenderovic, Christina Späti, Les Années 68 (en Suisse). Une rupture politique et culturelle, (traduit de l’allemand), Lausanne, Éditions Antipodes et Société d’Histoire de la Suisse romande, 2012, 190 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Malgré sa position d’isolat au cœur de l’Europe, la Suisse n’échappe pas à l’onde de choc que fut mai 68. Certes le boom économique et le sort relativement protégé des salariés expliquent que les ouvriers n’aient pas massivement débrayé en 68. Mais le sort réservé aux femmes – le droit de vote leur est encore refusé en 1959 – et à la jeunesse explique l’écho rencontré par les idées de 68 dans ces secteurs. Mais du fait de la diversité linguistique, la Suisse romande est plutôt tournée vers la France, la Suisse alémanique vers l’Allemagne et les Tessinois sont influencés par les mouvements italiens. Plus nombreux dans cette partie italianophone de la Suisse, les Spontanéistes cambriolent des dépôts d’armes de l’armée suisse pour leurs camarades italiens. Quant à la Ligue Marxiste Révolutionnaire trotskyste (LMR), créée à l’automne 1969 après l’exclusion de militants du Parti du Travail (PdT, le Parti communiste classique), elle a du succès dans un premier temps dans le canton de Vaud, à Lausanne, puis à Genève, enfin seulement à Zurich. Ainsi, au cours de l’été 1971, les étudiants en économie de l’Université de Lausanne mènent campagne pour qu’à la rentrée soit invité Jacques Valier, jeune économiste de la LCR professeur à Nanterre. Quant au militant de la LMR Charles-André Udry, il jouera un rôle important dans la IVe Internationale.

Ce manque de concertation et de coopération ente les groupes linguistiques différents n’empêche pas l’agitation, à la fois universitaire, culturelle et politique. Rares sont les universités à n’être pas touchées par la contestation. Les lycéens même, les « gymnasiens », luttent pour obtenir une réforme des méthodes d’enseignement. A côté de ces revendications académiques, la jeunesse se mobilise aussi contre l’intervention américaine au Vietnam, en solidarité avec les travailleurs immigrés ou contre l’armée, considérée comme une institution fasciste par les contestataires.

Mais l’aspect le plus novateur de ce livre, écrit par deux Professeurs de l’Université de Fribourg, réside dans la description de l’agitation culturelle. Une agitation qui avait commencé dès le début des années 60. A Berne, la capitale, le groupe « Untergrund » composé d’étudiants, d’artistes, d’écrivains, était accusé par les bien pensants de « salir leur nid » (Netzbeschmutzer). Le 31 mai 68 au Hallenstadion de Zurich, un concert avec Jimi Hendrix, The Animals, Traffic, dégénère en un affrontement avec la police (« l’émeute de Globus »). Hommes de théâtre – les Tréteaux libres de Genève –, réalisateurs de films – Alain Tanner par exemple – bousculent les conformismes. Et du fait de l’inflexibilité des autorités, la contestation culturelle prend souvent une dimension plus vaste.

Il faut dire qu’en Suisse, les partis de la gauche classique ont du mal, comme le PdT à sortir de sa matrice stalinienne, ou comme le PS à rompre avec l’État, dans lequel il est parfaitement intégré depuis les années 40 et 50, au nom de la « défense nationale spirituelle » qui, après avoir permis de lutter contre le fascisme, nourrira l’anticommunisme. Malgré donc une situation relativement favorable, les étudiants contestataires ne parviennent pas à créer d’organisations politiques nouvelles importantes et durables. Ni les trotskystes de la LMR, transformée en PSO (Parti socialiste ouvrier)/SAP (Sozialistische Arbeiterpartei), ni les maoïstes des POCH (Organisations progressistes de Suisse). Plusieurs de ces militants entrés au PS à la fin des années 70, selon une démarche que l’on retrouve en France, apportent un nouveau souffle à ce parti. Les communautés à la vie éphémère ne sont pas non plus oubliées par les auteurs.

Au total un livre agréable à lire, très utile aussi, qui comble notre ignorance sur le sujet. Des photos et documents judicieusement choisis accompagnent le texte, de même qu’une bibliographie, faisant état de mémoires universitaires non publiés. Regrettons simplement l’absence de glossaire pour les sigles helvétiques.

Charles Soulié (dir.), Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 483 pages, 29 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Le Centre universitaire expérimental de Vincennes, très rapidement connu de tous comme « Vincennes », ouvre les portes de ses amphis et de ses salles le 10 décembre 1968, même si les cours ne débutent, théoriquement, que le 13 janvier 1969. Le 23 janvier, des étudiants et des enseignants occupent des bâtiments, par solidarité avec des manifestants qui viennent d’occuper la Sorbonne. Lors de l’intervention violente des CRS, un des enseignants, le philosophe Michel Foucault est arrêté. Un an plus tard, le 15 janvier 1970, le ministre de l’Education nationale Olivier Guichard dénonce le caractère « marxiste-léniniste » de l’enseignement du département de philosophie (p. 231), tandis qu’à l’été de la même année, l’UNI1, un syndicat étudiant très franchement marqué à droite, dénonce dans Vincennes « une école de guérilla »2. Dans l’immédiat après-Mai 68, l’idée que Vincennes égale « base rouge » s’enracine dans les médias et par là même dans l’espace public. Le « mythe Vincennes » est né.

II – Ce mythe, une équipe composée à 90% de sociologues, coordonnée par Charles Soulié3, également sociologue (il est maître de conférences de cette discipline à Paris VIII), se donne pour tâche non de le détruire, mais bien plutôt de le déconstruire. D’où ce gros livre (presque 500 pages !), qui se présente en deux grandes parties – après une sorte d’introduction consacrée aux prodromes et à l’acmé de Mai/Juin 68 dans les universités françaises –, « Des rêves aux réalités » et « Perspectives disciplinaires et monographiques », avec de très nombreux graphiques, tableaux et encarts biographiques.Cet ouvrage aborde surtout les différentes questions liées à la politisation des pédagogies et aux tentatives de promouvoir les catégories subalternes et « dominées » des enseignants de l’époque (maîtres-assistants et assistants)4, ce volontarisme là rencontrant, avec de multiples heurts, le « gauchisme » d’une majorité d’étudiants et de certains enseignants charismatiques.

III – L’expérience de l’université de Vincennes, « cadre institutionnel aux différentes « avant-gardes » » (p. 89) doit être comprise à partir de deux facteurs. D’une part, la reconnaissance par le pouvoir gaulliste, avec la loi d’orientation de l’enseignement supérieur (novembre 1968) d’une nécessaire réforme axée sur trois maîtres mots : autonomie, participation et pluridisciplinarité. Les conseillers réformistes du ministre de l’Éducation, Edgar Faure5, ne font que prendre en compte certaines exigences avancées lors de colloques d’experts de ce qu’on ne nommait pas encore la « communauté éducative » ou par des psychosociologues (Georges Lapassade ou René Loureau) qui prônent la « non-directivité » et la « dynamique de groupe » (p. 63). D’autre part, les universitaires « progressistes », surtout les assistants et maîtres-assistants, qui ont participé au mois de mai 68, aux côtés des étudiants, à la remise en cause de l’ordre universitaire, décident de « prendre au mot », en quelque sorte, le pouvoir. Se conjuguent donc, dans un étrange et détonnant (comme l’on s’en aperçoit très vite) paradoxe, la remise en cause des savoirs institutionnels, la subversion des anciennes hiérarchies, la « politisation des questions pédagogiques » (p. 207) ainsi que la volonté première et évidente du pouvoir d’État, ne l’oublions pas, d’un retour à l’ordre, par la création de cet « abcès de fixation pour le gauchisme militant » (p. 77). Et là encore, le pouvoir est pris au mot : Vincennes devient, dans l’esprit de maints révolutionnaires marxistes6, la « base rouge » d’où doivent partir des brigades de « nouveaux partisans », une fois épuisées les potentialités offertes par ce lieu. Combattre l’adversaire avec ses propres armes, énoncent-ils …. Acontrario de ce que l’on pourrait penser, le forum de Vincennes, la fameuse AG (Assemblée générale), lieu d’affrontements souvent stériles entre toutes les tendances « gauchistes », n’est ni l’outil de ce combat ni le véritable lieu de décision, rôles tenus par les Assemblées générales de département (Jean-Philippe Legois, « Jeux d’échelles entre les premiers pouvoirs universitaires vincennois, 1968-1971 »).

IV – Vincennes est essentiellement une faculté de lettres et sciences humaines, avec un fort contingent de normaliens et une visibilité des philosophes comme Michel Foucault, Gilles Deleuze, Alain Badiou, Jacques Rancière, François Chatelet ou Étienne Balibar. Le recrutement des enseignants, qui bénéficie, bien entendu, du caractère expérimental de cette université, est, en partie, en rupture avec les usages ordinairement dominants de l’institution. Au départ, une commission d’orientation, à l’issue de nombreuses tractations, sélectionne un « noyau cooptant » de 29 membres. Hélène Cixous, Alain Badiou et Jacques Julliard jouent un rôle déterminant dans ce noyau, choisi sur les critères suivants, selon le témoignage de H. Cixous : « déhiérarchisation, modernisme, politiquement à gauche » (p. 127). Selon les auteurs, il y a également une volonté de « recruter les « jeunes pousses » les plus prometteuses de la rue d’Ulm » (p. 132), ceux que André Glucksman, activiste de la Gauche prolétarienne et recruté lui-même comme chargé de cours, appelle « l’avant-garde théorique structuralo-gauchiste-lacanienne » (p. 139), même si le pourcentage élevé (plus de 60%) de professeurs et de maîtres de conférences (p. 132) incite à nuancer cette déhiérarchisation évoquée par Hélène Cixoux. Néanmoins, dans certaines disciplines, comme la philosophie ou la sociologie, le recrutement porte la marque d’une forte proportion de maîtres-assistant-e-s et de chargé-e-s de cours, très majoritairement marqué-e-s politiquement à l’extrême gauche. Ainsi, en sociologie, la présence de marxistes-althussériens comme Nicos Poulantzas, Emmanuel Terray ou Sylvain Lazarus, membre dirigeant du groupe maoïste UCFml, en est le signe patent, même si la visibilité médiatique et militante des philosophes, avec l’« affaire Judith Miller »7 par exemple, a souvent tendance à éclipser les enseignants d’autres départements. Comme l’indiquent les auteurs, Vincennes est la seule université, en 1969, où au sein du SNESUP, syndicat enseignant, le Parti communiste perd la majorité au profit des « gauchistes » (p. 140), même si (ou à cause de) les communistes jouent un rôle majeur dans la gestion du quotidien.

V – Ce « plaisir intellectuel de penser à l’extrême » se retrouve dans les cours donnés les premières années (philosophie, sociologie ou économie surtout), à un public très hétérogène, avec de nombreux non-bacheliers, de salariés et surtout une très forte proportion d’étudiants étrangers, deux des caractéristiques de Vincennes, souvent occultées8. Les intitulés de ces cours surprendront, choqueront même, sans nul doute, plus d’un lecteur de l’an 2013, tandis que les plus anciens y retrouveront les thématiques de ces « années rouges ». Comment résister à un autre plaisir extrême, celui d’extraire des archives quelques titres de cours : Formation du concept d’idéologie par Jacques Rancière, La question de la guerre civile de Alain Badiou, Structure des classes dans les formations dominées de l’Afrique noire de Pierre-Philippe Rey, Introduction aux marxismes du XXe siècle de Henri Weber, etc. Dans les départements moins politisés, du moins en apparence, comme celui d’anglais, c’est par la recherche d’une certaine modernité, en l’occurrence le passage par la linguistique et le structuralisme, que s’effectue le recrutement des maîtres-assistants, des assistants et des étudiants, las des conceptions figées de l’Institut d’anglais de la Sorbonne (« L’anglais de la Sorbonne à Vincennes » par Marie-Pierre Pouly).

VI – Transféré à Saint-Denis en 1980 par décision de la ministre des Universités du gouvernement de Raymond Barre, Alice Saunier-Seité, et connu maintenant comme Paris VIII, l’ex-centre expérimental garde encore, plus de 40 ans après sa fondation, un (petit) peu de ce qui y fut tenté, même si les contextes idéologiques, culturels et politiques sont totalement différents, de même que les horizons d’attente des étudiants. Le pari collectif d’une « fabrique de l’utopie », avec ses illusions mais aussi avec son effervescence, pouvait-il résister à la disqualification, d’abord, au délitement ensuite et à l’effondrement, pour finir, des Grands récits messianiques et eschatologiques ? Sûrement pas. Reste que, comme l’écrit Charles Soulié, si Vincennes « s’est donné les moyens d’ouvrir le savoir académique à des usages non académiques » (p. 424), des traces de cette libération du rapport au savoir se retrouvent dans les universités populaires crées ici (Caen) ou là (Grenoble, Aix-en-Provence) depuis 2002. Nul doute que ce fort instructif ouvrage et son (provisoire) bilan raisonné font déjà l’objet, dans ces assemblées, de débats passionnés mais tout aussi raisonnés.

1Il s’agit de l’Union nationale inter-universitaire, créée en janvier 1969 par l’aile droite des jeunes gaullistes, en vue de combattre le communisme et l’extrême gauche dans les universités.

2« Paris VIII : Vincennes n’est pas une école de guérilla », Le Monde, 26 juin 1970.

3Ce n’est pas la première fois que Charles Soulié s’intéresse à Vincennes. En effet, en janvier 1998, il a consacré une monographie au département de philosophie dans la revue Histoire de l’éducation, n° 77 : « Le destin d’une institution d’avant-garde : histoire du département de philosophie de Paris VIII ».

4Pour une explication de ces statuts, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AEtre-assistant_en_France

5Par sa femme Lucie Faure, Edgar Faure est en contact avec les milieux intellectuels de gauche.

6Mais pas de tous. Dans un numéro spécial rentrée 69, « Tornade rouge » (supplément au n° 37 de Rouge), la Ligue communiste qualifie Vincennes de « papier tue-mouche sur lequel vient s’engluer la masse désorganisée des vétérans du mouvement étudiant (…) anars et maoïstes de Nanterre et Censier ».

7Judith Miller, fille du psychanalyste Jacques Lacan, et assistante en philosophie en tant que détachée de l’enseignement secondaire, milite activement à la Gauche prolétarienne avec son mari Jacques-Alain Miller et le frère de celui-ci, Gérard Miller. Le 3 avril 1970, elle est renvoyée de Vincennes par le ministère de l’Éducation pour avoir déclarée à la presse que son rôle à l’université était de tout faire pour sa destruction en tant qu’« appareil d’État ». Son exclusion provoque une recrudescence de l’agitation.

8A propos des étudiants étrangers, lire le chapitre de Charles Soulié et Brice Le Gall, « Voyage en terre d’asile académique : éléments pour une histoire sociale des étudiants étrangers de Paris VIII et d’ailleurs », p. 393-422.