Archives par étiquette : Anti-stalinisme

Quentin Gasteuil, L’hiver d’un engagement socialiste au prisme de l’anti-stalinisme : Marceau Pivert (1946-1958), Master 2 sous la direction de Michel Dreyfus et Olivier Wieviorka, Paris I, 2012, 307 pages.

Un compte rendu de Jean Hentzgen

L’activité politique de Marceau Pivert dans les années 1930, époque où il dirige la tendance Gauche révolutionnaire de la SFIO, est relativement bien connue. Par contre, seul son biographe Jacques Kergoat1 a évoqué son activité ultérieure. D’où l’intérêt du travail de Quentin Gasteuil qui décrit de manière détaillée son itinéraire politique de 1946 – année de son retour en France et de sa réintégration au Parti socialiste – à son décès en 1958.

A juste titre, Quentin Gasteuil insiste sur le fondement de son action durant cette époque : l’anti-stalinisme. Il en décrit la construction progressive dans les années 1930 et 1940 puis en décline toutes les facettes. Cet anti-stalinisme amène M. Pivert à mettre sur le même plan l’Union soviétique et les régimes totalitaires fascistes et nazis. En conséquence, l’auteur évoque un épisode peu connu : le soutien total en 1947-1948 de Marceau Pivert à Guy Mollet – secrétaire général de la SFIO – dans son combat contre les communistes. Ainsi, il dénonce les grèves de novembre-décembre 1947 car il les considère manipulées par les « staliniens ». Il s’engage alors en faveur de la Troisième force et lui, anticlérical convaincu, accepte l’alliance avec le Mouvement républicain populaire (MRP), démocrate-chrétien. Cela le conduit à ne critiquer qu’avec modération le maire MRP du XVe arrondissement pour avoir autorisé une procession religieuse sur la voie publique. Son anti-stalinisme s’atténue seulement à la fin de sa vie, lors de la déstalinisation. Il s’engage alors contre la guerre d’Algérie et s’oppose à la direction de son parti. Désormais, son anticolonialisme et sa volonté d’un redressement doctrinal de la SFIO prennent le pas sur son anti-stalinisme.

Fondée sur de nombreuses sources publiques ou privées, cette recherche s’avère donc très intéressante. Elle aidera les chercheurs travaillant sur des sujets adjacents. Nous préciserons seulement un point : dans la postérité du pivertisme, les trotskystes « lambertistes » ne sont pas cités. Pourtant, après la mort de Marceau Pivert, ils participent au lancement d’une nouvelle revue Correspondances socialistes2 destinée à continuer l’organe pivertiste Correspondance socialiste internationale. Ce périodique n’aura que sept numéros mais les « lambertistes » demeurent fidèles à bien des thèmes chers à l’ancien « gauchiste » de la SFIO : anti-stalinisme, anticléricalisme, respect de l’indépendance syndicale… Par ailleurs, on peut regretter le manque d’information sur l’activité de Marceau Pivert dans la franc-maçonnerie, ainsi que la minceur des informations sur les militants pivertistes d’après-guerre, bien que ce dernier point n’ait pas fait partie de la thématique abordée.

1 Jacques Kergoat, Marceau Pivert, « socialiste de gauche », Paris, Éditions de l’Atelier, 1994.

2 Consultable au CERMTRI (Centre d’études et de recherches sur les mouvements trotskystes et révolutionnaires internationaux), 28, rue des Petites écuries, Paris 75010.