Archives par étiquette : Belgique

Louis Van Geyt. La passion du trait d’union. Regards croisés sur le Parti communiste de Belgique (1945-1985). Libres entretiens avec Jean Lemaître, Bruxelles, Carcob, Memogrames, 2015, 414 pages, 32 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les livres sur l’histoire politique de la Belgique sont trop rares pour ne pas se réjouir a priori de la publication de ces entretiens avec Louis Van Geyt, qui fut le président du Parti communiste de Belgique (PCB) de 1972 à 1988. Illustré de nombreuses photos, cet essai suit, au prisme de l’évolution du communisme belge, le parcours de cet Anversois, né en 1927, qui adhère au Parti fin 1948, et devient permanent trois ans plus tard. Après un éphémère succès électoral au lendemain de la Seconde Guerre mondiale – obtenant près de 13% aux élections de 1946 – le vote pour le PCB s’effondre à 1,8% en 1958, puis se maintient autour de 3%. Aux élections de 1985, il perd ses deux derniers députés. C’est largement au miroir de cette évolution négative, puis de cette disparition qu’est mené l’entretien.

Dans ces pages, Louis Van Geyt se présente régulièrement sous un visage réformateur, marqué par la lutte contre le sectarisme, sans qu’il soit hélas souvent possible, faute de documents ou d’un appareil critique plus fouillé, de vérifier cette prétention au regard des prises de position d’alors. Il revient longuement sur le Congrès de Vilvorde en 1954, qui réforma le PCB, en affirmant notamment l’abandon du concept de la dictature du prolétariat1. Par une série d’allers-retours, il revient également sur le « grippisme » – du nom de Jacques Grippa, qui entraîna une importante scission prochinoise en 1963 – l’expérience de l’Union des progressistes (alliance avec d’autres groupes progressistes), le mouvement pacifiste en Belgique dans les années 1980, les réactions du PCB face aux événements à l’Est (Rapport Khrouchtchev, Hongrie en 1956, Tchécoslovaquie en 1968, Perestroïka, etc.), ainsi que l’originalité d’un parti demeuré très longtemps unitaire dans un pays de plus en plus fédéralisé. Cependant, Louis Van Geyt, comme son interviewer le lui reproche ici ou là, n’offre que de manière irrégulière une analyse un peu poussée, qui ne se réduise pas à rejeter la faute sur les médias ou sur une personne (par exemple, le peu d’implication dans la lutte antinucléaire et l’hostilité au mouvement écologiste imputée principalement au dirigeant de l’aile wallonne du PCB (p. 240 et suivantes, et p. 330 et suivantes).

Au fil des pages, il n’en ressort pas moins une double caractéristique de la stratégie du PCB : refus « des choix aventuristes et dangereux » (p. 150), du radicalisme (p. 339), et la volonté de « coller au parti socialiste, afin de le tirer à gauche » (p. 265). Cela explique largement d’ailleurs la frilosité du PCB envers le gauchisme des années 1968 : grande réserve par rapport aux pratiques autogestionnaires, et condamnation du « néo-anarchisme », qui mettait en cause les structures syndicales – voire voulait passer à côté – que le PCB cherchait au contraire à « embarquer au maximum » (p. 229 et suivantes), qui ont abouti, selon Van Geyt, « non pas tellement à de la réticence, mais à un manque d’investissement dans ce que représentaient les mouvements issus de mai 1968 » (p. 366). Au niveau interne, les compromis et les équilibres à chercher entre les tendances – en fonction de leurs positionnements par rapport au bloc de l’Est ; néo-brejnéviens, eurocommunistes, et la tendance intermédiaire, défendue par Van Geyt, qui souhaitait une « distanciation, mais pas [de] rupture avec le bloc de l’Est » (p. 288) – au sein du parti ont largement contribué à freiner, voire paralyser son action.

Il convient cependant de corriger une réinterprétation faussée de l’histoire du PCB, qui émarge presque autant de l’interviewer que de l’interviewé, quand ils qualifient les deux tendances à l’origine de la création du parti en Belgique : celle de War Van Overstraeten, « gauchiste ou d’extrême-gauche, tendant à s’isoler dans ses certitudes » – courant qui, « pendant une grande partie de l’histoire, a été soutenu par l’Internationale, directement ou indirectement » – et celle incarnée par Joseph Jacquemotte, qui représenterait « la ligne d’ouverture » qui, lorsqu’elle a été suivie, a permis au Parti de véritablement s’épanouir (p. 370-371). Certes, War Van Overstraeten (1891-1981) apparaît plus intransigeant que Joseph Jacquemotte (1883-1936), mais les positionner en faisant l’impasse sur le conflit entre Staline et Trotsky – Van Overstraeten fut expulsé en 1928 pour avoir soutenu ce dernier, alors que Jacquemotte prenait parti pour le Staline – et désigner comme ouverture et unitaire la politique des fronts populaires, dans la seconde moitié des années 1930, sans évoquer sa face sombre – la montée en puissance de Staline et les procès de Moscou – est hautement problématique.

Si, à juste titre, Louis Van Geyt met en avant le rôle joué par les communistes belges dans la lutte pour l’avortement et la défense du quartier populaire des Marolles à Bruxelles contre la spéculation immobilière, à l’heure du bilan, les occasions manquées par le PCB de rassemblements et de réinventions des luttes apparaissent parfois dans sa bouche comme une fatalité. Ce qui, au contraire, au creux de ces pages, semble avoir porté un coup fatal au PCB furent ce louvoiement permanent quant à la manière de se positionner par rapport à l’URSS, le manque d’audace, d’analyse fouillée de la situation, de renouvellement théorique et pratique, ainsi que la crainte de toute expérimentation, qualifiée d’aventurisme, etc.

L’un des attraits de ce livre, comme l’indique Van Geyt dans la postface, est qu’il représente plus un dialogue qu’un entretien. Qui plus est, un dialogue avec Jean Lemaitre – auteur entre autre de C’est un joli nom camarade2 – ancien membre lui-même du PCB, et qui a réussi le tour de force de maintenir une place dans cet échange à juste distance au croisement entre engagement, journalisme et souci de transmission historique.

1Sur cet épisode et de manière générale, nous renvoyons au n° 7 de Dissidences, La Belgique sauvage, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2264

2Lire le compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/490

 

Valentina Bianchi, Nougé et Magritte. Les objets bouleversants, Allemagne, P.I.E. Peter Lang, 2015, 295 pages, 44,90 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce qu’il est convenu d’appeler la théorie des « objets bouleversants » occupe une place centrale au sein du surréalisme belge, en général, et dans la réflexion de son principal théoricien et poète, Paul Nougé (1895-1967), en particulier. Elle circonscrit largement le périmètre des expérimentations, tentatives du groupe de Bruxelles – dont fait partie bien sûr René Magritte (1898-1967), qui, dans nombre de ses toiles, testa et vérifia les recherches et explorations poétiques du groupe –, en constituant l’un des moyens privilégiés de son projet de subversion. Par extension, elle contribue également à différencier – tant sur les plans politique qu’artistique – les surréalistes belges de leurs homologues parisiens. Ce livre entend donc revenir sur cette notion d’« objets bouleversants », en croisant les œuvres et les parcours de Nougé et Magritte.

L’auteur prend le parti – justifié – de s’appuyer et de citer abondamment les écrits de Nougé et Magritte. Valentina Bianchi cerne bien la singularité de l’écriture de Nougé, axée sur « une confiance toute de travers, issue de la défiance même » de la littérature (p. 240). Le livre offre également quelques reproductions de tableaux. Mais le problème est que cet essai constitue moins une analyse, qu’une suite (trop longue et, à la fin, quelque peu fastidieuse) de descriptions des peintures de Magritte et une paraphrase des écrits de Nougé. Les pages où l’auteur présente une approche originale, comme le parallèle qu’elle fait avec la Roumanie (p. 45 et suivantes), le retour sur la rupture de style après 1945, dans la peinture de Magritte, avec les périodes Renoir (ou surréalisme en plein soleil) et vache (p. 181 et suivantes), ou l’examen du portrait de Nougé fait par Magritte (p. 211 et suivantes) sont à la fois trop rares et ne vont pas assez loin. Dès lors, le livre ne propose pas vraiment un éclairage original, ni d’éléments nouveaux aux écrits de Nougé.

Outre le manque d’analyse, la méthode employée souffre d’un triple décalage, qui n’est jamais interrogée. Ainsi, Valentina Bianchi s’appuie sur les écrits de Nougé et ceux de Magritte, mais l’essentiel de l’œuvre théorique du premier a été écrit de 1924 aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, durant l’aventure collective du surréalisme, alors que les textes publiés de Magritte sont pour la plupart – mis à part quelques-uns, dont Les mots et les images (1929) et La ligne de vie (1938) – postérieurs à 1950 ; soit postérieurs à la rupture avec Nougé et à la fin d’une action collective. Pourtant, la continuité, au-delà du style pictural, du parcours de Magritte et de son œuvre est postulée comme évidente, alors même qu’elle pose problème.

De plus, mettre sur un même plan la réflexion rigoureuse et exigeante de Nougé, d’une part, avec les propos d’artiste, les entretiens et lettres à ses marchands de tableaux de Magritte, d’autre part, est par trop céder au marketing publicitaire, qui fait écran aux peintures de Magritte, déclinées en toujours plus de produits dérivés. La théorie de Magritte passe dans ses tableaux… du moins, jusqu’à la fin des années 1940, lorsqu’ils participaient réellement d’une expérimentation, et avant que le peintre ne se répète, en faisant du « Magritte » jusqu’à la nausée. Enfin, il y a un décalage par rapport au positionnement politique de Nougé et de Magritte. L’auteur restitue fidèlement (p. 271 et suivantes) leurs rapports et confrontations avec le Parti communiste belge, mais cette question – centrale et complexe – aurait mérité mieux que ces quelques pages.

Ce triple décalage ne permet pas dès lors de préciser la dynamique et l’objectif du bouleversement. Car que visaient-ils à subvertir ? À répéter que la cible était « les habitudes », et que le surréalisme est avant tout un état d’esprit, on passe à côté de la fureur, justement au cœur de cet état d’esprit, et de l’horizon révolutionnaire au sein duquel les surréalistes entendaient opérer, et à partir duquel ils interrogeaient les habitudes – leurs actes et leurs vies. Les correspondances entre révolution sociale et subversion artistique, qui animent la dynamique de bouleversement, sont ainsi non ou insuffisamment pris en compte.

Deux exemples pour témoigner de ce fait ici. Valentina Bianchi revient de manière intéressante sur l’hommage de Nougé à Angèle Laval qui, par ses lettres anonymes, sema la confusion et le chaos dans la ville de Tulle entre 1917 et 1922 (ce fait divers inspira le film Le Corbeau (1943) de Henri-Georges Clouzot). Mais elle ne situe pas correctement la position de Nougé. Celui-ci s’interroge, à partir de ce cas, sur les moyens et les effets de l’écriture, et s’il « défend » la méthode de Laval, il n’en signale pas moins les limites et la faiblesse, qui se marquent aussi en termes de déconnexion avec une lutte sur un autre plan. Et Nougé d’écrire : « imagine-t-on Angèle Laval participant au travail d’un parti révolutionnaire à l’heure de l’insurrection ? Cette chance lui a été refusée » (Paul Nougé, « Reconnaissance à Angèle Laval », Histoire de ne pas rire, Lausanne, 1980, p. 77).

De même, l’auteur ne fait que passer sur le tableau de Magritte Le modèle rouge (1935) et les lignes que lui consacre Nougé (p. 194-195), sans repérer la charge explosive de cette peinture – ni le contexte saturé politiquement dans laquelle elle s’inscrit (à partir de 1934, sous la pression des événements, la stratégie du groupe bruxellois subit une inflexion, et son intervention sur le plan politique se fait plus direct et pressant). Ainsi, dans le prolongement de cette toile, Nougé radicalise la falsification des relations humaines imposées par les conditions sociales, en affirmant que celles-ci affectent également notre vie la plus intime, « les objets familiers », et que Le modèle rouge lance « un cri d’alarme » (Paul Nougé, « René Magritte ou la révélation objective », Histoire de ne pas rire, p. 296) pour s’arracher à ce fétichisme, en appelant, en conséquence, à un bouleversement généralisée, qui ne s’arrête pas à la prise du pouvoir. Dès lors, si le plan sur lequel se déploie la notion d’objets bouleversants n’est pas réductible à celui de la révolution sociale – et les surréalistes belges ont longtemps pris soin de les distinguer –, des correspondances existent entre les deux, qui, faute d’être reconnues et analysées, empêchent d’appréhender la dynamique et l’objectif du bouleversement à l’œuvre.

Raoul Hedebouw, Première à gauche. Entretien avec Gilles Martin, Bruxelles, Aden, collection « Grande bibliothèque d’Aden », 2013, 213 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Raoul Hedebouw est le porte parole du PTB (Parti du travail belge), la plus importante organisation de l’extrême gauche au niveau européen. Les dernières élections fédérales et régionales dans ce pays en mai 2014, ont d’ailleurs permis l’élection (entre autre) de R. Hedebouw au Parlement fédéral. Si le livre a été publié avant cette échéance, il participe bien entendu de cette volonté de mieux faire connaître non seulement l’individu, mais aussi le programme qu’il défend. De ce point de vue, l’exercice est pleinement réussi. En quinze chapitres, le leader du PTB présente donc, sous le feu des questions d’un journaliste complice, à la fois son parcours (tout à fait plébéien) et les principales revendications et idées qu’il défend.

Issu d’une famille dont la mère était une ouvrière syndiquée, nourri lui-même des luttes contre le racisme suite au refoulement de ses copains devant une boîte de nuit, sa prise de conscience sociale l’amène rapidement à entrer en politique, bien que son milieu familial ne soit pas particulièrement enclin à l’engagement partisan. Partant le plus souvent de son expérience ordinaire, il démontre les inégalités et les contradictions qui travaillent la société belge. Le lecteur français appréciera en particulier ce qui à trait à l’usage de la langue (français ou flamand), comme élément de division de cette société, alimentant un fonctionnement communautariste, contre lequel l’auteur s’insurge. Ailleurs, avec une fausse naïveté, il dénonce les écoutes auxquelles il a été soumis de la part des forces de police, ce qui lui permet de pointer les limites d’une démocratie pourtant tant vantée par les élites de son pays. Partant le plus souvent des expériences communes, il en vient à critiquer le sort fait aux démunis, aux pauvres, aux salariés, en faisant souvent preuve d’un bon sens de l’humour. Ainsi, pour refuser la perspective social-darwiniste, il prend exemple sur le fait de porter des lunettes pour montrer les limites d’une sélection qui se voudrait impitoyable. Le lecteur ne peut que sourire. Ce n’est donc pas un pensum de plus que le lecteur se force à lire, mais un ouvrage clair et agréable, sans manifestation de dogmatisme. Reste cependant une question qui ne peut manquer de surgir une fois le livre reposé : quelle gauche souhaite incarner le PTB ? En effet, si de nombreux points de ruptures avec les partis traditionnels se manifestent au long des pages, le programme que dessine ce militant ressemble plus à celui d’un parti favorable à des réformes puissantes qu’à un parti dont la matrice héritée du maoïsme aurait pu laisser penser qu’il demeure sur le terrain d’une révolution sociale/socialiste.

Malgré cette interrogation, il faut reconnaître à Raoul Hebebouw un certain talent pour rendre tout à fait explicite son propos. Grâce à la multiplication des exemples concrets, à des images bien choisies, il fait montre d’un sens de la pédagogie politique exemplaire.

André Henry, L’épopée des verriers du pays noir, Liège, édition Luc Pire, 2014, 208 pages, 19 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cette autobiographie d’une figure du mouvement ouvrier belge, écrite dans un style informel, entend répondre au manque d’une véritable mémoire historique dont souffre la classe ouvrière, comme le rappelle Pierre Tilly dans la préface, et constitue « une chronique de la lutte des classes » (p. 15). Issu d’une famille ouvrière dont le père était trotskyste, André Henry (né en 1938), fut tout à la fois un militant de la Quatrième internationale, un délégué syndical (de 1971 à 1983) et l’un des principaux leaders des vagues de grèves qui secouèrent la Belgique dans les années 1970.

André Henry rejoint, dès 1954, comme manœuvre, l’usine verrière de Gilly, ironiquement appelée La Discipline. S’il a participé à la « Grève du siècle » (hiver 1960-1961), le livre se concentre sur son expérience de délégué syndical et sur les combats qu’il mena durant cette période. Il revient ainsi longuement sur la série de grèves mises en œuvre à partir de 1972. Celles-ci furent une réponse à la concentration industrielle et aux tentatives de « rationalisation » des emplois dans la région de Charleroi entraînées par l’absorption de Glaverbel par BSN. À partir de là et jusqu’à la fin de la décennie, les ouvriers furent régulièrement mobilisés, multipliant les débrayages, les occupations et les manifestations. Ainsi, plus de 4.000 travailleurs sont en grève et occupent leurs usines pendant trois semaines en mai 1974. À plusieurs reprises d’ailleurs, ces mouvements acquièrent une dimension nationale, voire internationale, comme lors de la manifestation à Paris du 17 février 1975 où plusieurs centaines d’ouvriers belges rejoints par des délégations françaises et allemandes, occupent le siège de la multinationale.

André Henry revient sur sa conception d’un « syndicalisme de combat », en tentant de mettre en évidence les formes originales de luttes qui se développèrent alors. Le mandat syndical des délégués appartenait ainsi à l’assemblée des travailleurs, tandis que les grèves s’accompagnaient d’occupations d’usines et de la mise en avant des notions (entre autres) de contrôle ouvrier et de réforme des structures. Les tensions et conflits avec l’appareil syndical socialiste découlent de cette conception de la lutte ainsi que du lien étroit du syndicat avec le Parti socialiste belge (PSB) : « je mesure aujourd’hui à quel point l’entrée du PSB au gouvernement [1977] pour gérer la crise capitaliste a mis les directions syndicales sous pression, au point de les amener à faire le sale boulot » (p. 142). Et, plus loin : « la logique [des gouvernements] est toujours la même : en créant un climat favorable aux investisseurs, on va créer de l’emploi. Mais cette paix n’est pas la même pour tout le monde » (p. 186-187). Le récit de ces luttes est aussi l’occasion pour l’auteur de revenir sur des anecdotes, plus ou moins savoureuses – comme par exemple son arrivée en jaguar à une négociation, « manière de dire que nous, ouvriers, nous valions autant que tous ces Messieurs, et de nous moquer de leurs manières » (p. 175) –, sur les dessous des négociations et pressions.

Il est dommage cependant qu’un regard « anthropologique » ne soit pas plus développé : sur les divisions entre travailleurs (p. 69), l’impact de l’exploitation sur les familles (page 84), l’esprit de fête lié à certaines manifestations… De même, le positionnement « gauchiste » du mouvement chrétien en 1975 au regard des organisations socialistes est mentionné sans autre explication des dynamiques contradictoires alors à l’œuvre (p. 122-123). Enfin, les régulières références didactiques aux revendications trotskystes peuvent lasser. Notons que le livre dispose d’un cahier central exposant une série de photos.

À l’heure où, comme le rappelle l’auteur, le syndicat socialiste de Charleroi a appelé à un rassemblement à gauche des partis socialiste et écologique, et alors que, pour la première fois depuis longtemps, une plate-forme à la gauche de la gauche s’est constituée en Belgique en vue des prochaines élections1, ce livre résonne d’une actualité particulière. Mais cette actualité se retrouve également au regard de la « chasse aux chômeurs » aujourd’hui en Belgique. Ainsi, André Henry écrit que lorsqu’ils furent licenciés, ils se bâtirent « pour décider (…) du contenu de la formation et de la manière dont elle se déroulerait » par l’ONEM (l’équivalent de l’ANPE en France) et adoptèrent même « en assemblée un contre-règlement d’ordre intérieur » (p. 167-169). Certes, au bout du compte, l’usine ferma et depuis plus de trente ans la rationalisation bat son plein, mais seules ces années de luttes ont pu freiner et bloquer partiellement cette reconfiguration du libéralisme économique. Et André Henry d’en tirer la leçon : « avec nos revendications et nos victoires, nous avons innové sur beaucoup de plans. À l’époque, il s’agissait de grandes victoires pour le mouvement ouvrier tout entier. Mais, sans vigilance permanente, le gouvernement et les patrons ont vite récupéré les droits acquis pour les retourner à l’avantage des intérêts privés » (p. 183). Cette chronique militante sur les luttes ouvrières belges peut se lire comme document de complément au volume de Dissidences (n° 7) sur « La Belgique sauvage » d’octobre 2009.

1http://www.ptb.be/participer/gauche-douverture.html.

Vincent De Raeve, L’Usine, Charleroi, Éditions Couleur Livres, 2006, 104 pages, 12 €.

Né en 1970 à Bruxelles, l’auteur a exercé divers petits métiers qui se ressemblent par leur absence de qualification ou leur déqualification : barman, serveur, bûcheron, manœuvre, ouvrier de production… Néanmoins, De Raeve a toujours été un dévoreur de livres et de bandes dessinées, ce qui l’a sans doute sauvé. Si certains sont écrasés par l’univers usinier, De Raeve le raconte. Préfacé par François Bon, ce recueil de courts textes, une page ou deux, fait état de son expérience de prolétaire. Bien que l’auteur ne soit pas révolutionnaire, sa révolte à l’égard d’un ordre insupportable se devine à chaque ligne. Ainsi dans le texte « Intérim », une anecdote visuelle est plus parlante que bien des analyses à propos de la barbarie du salariat : « Et puis, il y a toujours une petite chance de faire partie des deux ou trois CDI de l’année. Alors… Certains viennent même dans le bureau du personnel avec leur femme enceinte jusqu’aux yeux. Regardez, j’ai besoin d’un vrai contrat » (p. 27). Par petites touches, par d’infimes notations (ainsi sur la novlangue, notion chère à Georges Orwell, dans le texte « ISO »), il nous permet de pénétrer au plus intime de l’ordre usinier, fût-ce pour exprimer la terreur qui en est l’ingrédient ultime : « Vous voulez savoir comment ça marche une usine ? Ça consomme quoi un ouvrier, comme carburant ? Ça tient le coup comment ? La réponse est la peur » (p. 14). Ailleurs, c’est le dégoût de ses collègues qui s’exprime, loin de toute solidarité spontanée avec ceux qui l’entourent : « Distribution de pralines Ferrero. Bientôt Noël. Le contremaître envoie un type chercher les boîtes avec un clark. Il a en mains une liste avec nos noms. Les mecs se précipitent comme des veaux » (p. 44). Parfois, le récit frise même l’abjection, mais le pacte de narration implique de ne rien celer au lecteur : « L’autre jour à la pointeuse, fin de pause ; un type raconte : ‘j’ai reçu un super message sur mon portable ; ce texto a coûté quinze cents, avec cette somme on peut faire vivre un petit arabe pendant une journée, envoie ce texto à ton tour et laisse crever un bougnoule » (p. 74). De Raeve parvient parfaitement à rendre compte de qu’il vit, de ce qu’il ressent. De ce point de vue, LUsine s’inscrit dans la série des grands textes du roman social et nécessite lecture.

Étonnement, bien qu’il ne soit pas particulièrement tendre à l’égard des organisations syndicales, De Raeve travaille aujourd’hui comme organisateur pour le syndicat socialiste belge. La revendication de son identité y est sans doute pour quelque chose : « Je suis ouvrier et j’en suis fier. Pas un opérateur de production. Je le revendique. Je suis marqué par l’usine et ce que j’y ai vécu. Et les autres qui y travaillent aussi ont mon respect le plus profond » (p. 103).

On peut prolonger ce témoignage par le « roman graphique » Assis debout (Des ronds dans l’O Éditions, 2008), réalisé avec l’illustrateur Stephan Plottès, sur un  scénario de De Raeve. Cette dizaine de courts récits (en noir et blanc) plonge, par l’illustration, le lecteur dans l’univers de De Raeve, assez éloigné de l’optimisme obligé du réalisme socialiste. Dans le sien, il y est beaucoup question d’alcool, de travail, mais aussi de rédemption et d’amour.  Une touche d’espoir ?

Georges Ubbiali

Liebman Marcel, Né juif. Une famille juive pendant la guerre, Bruxelles, Aden, 2011, 202 pages, 20 €.

Préfacée par Pierre Vidal-Naquet, cette autobiographie se révèle être une lecture nécessaire. Totalement nécessaire. Mort en 1986, l’historien Marcel Liebman fut un personnage important de la vie intellectuelle et politique belge, et un soutien indéfectible du dialogue israélo-palestinien. Publié une première fois en 1977, salué alors par la critique, ce récit à la première personne rompt fortement avec de nombreux textes produits par les rescapé-e-s de la politique d’extermination nazie des populations juives européennes.  Dans cet émouvant récit, il revient sur les conditions dans lesquelles sa famille a survécu à cette volonté exterminationniste des occupants nazis, largement aidés dans ce projet par une partie de la population belge. Ce qu’il raconte, c’est la manière dont leur survie fut permise par l’existence d’une résistance, organisée par la gauche, en particulier communiste. En effet, l’Association des juifs de Belgique, comme son homologue français, s’est immédiatement soumise aux demandes allemandes, les anticipant parfois. En insistant fortement sur les clivages de classes internes à la communauté juive (se cacher coûte cher), il explique que c’est par la désobéissance aux injonctions des autorités légitimes de leur communauté que les siens et lui-même ont pu survivre. En mettant l’accent sur l’implacable sélection des fortunes dans les capacité de survie, il pointe une dimension largement passée sous silence : celle des conditions sociales de la survie et de l’illégalité. Lui-même sera recueilli, avec son frère, par une institution liée au mouvement ouvrier chrétien. Il insiste sur l’importance des habitudes de rupture avec l’ordre établi pour pouvoir se cacher, en particulier à propos de la ville de Charleroi, où la plupart des juifs ont pu trouver refuge :  « Mais cet heureux résultat ne put être atteint que parce qu’une longue préparation l’avait précédé, que des  circonstances favorables avaient permis de surmonter l’isolement de la population juive, que des hommes, enfin, rendus plus forts par une consciences politique aiguë, aguerris ensuite par une vie militante et par l’activité clandestine, avaient dressé une barrière contre l’agression allemande » (p. 79). Hélas, son frère, par imprudence, est arrêté et disparaît définitivement. Marcel Liebman portera toute sa vie la trace de ce frère perdu et le poids d’une faute imaginaire, celle de n’avoir pu le sauver. Les dernières pages, sans doute pas les moins intéressantes, délaissent l’autobiographie pour une interrogation : qu’est-ce être juif ? Liebman y affirme une identité, ouverte sur l’universel et donc opposée à toute affirmation exclusive ou ethnique. Ce très beau livre s’inscrit dans la lignée, trop rare, d’un témoignage poignant, débouchant sur une revendication d’une humanité ouverte.

Georges Ubbiali