Archives par étiquette : Bolcheviques

Philippe Videlier, Dernières nouvelles des bolcheviks, Paris, Gallimard, collection NRF, 2017, 224 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Fidèle à sa méthode, largement expérimentée dans Dîner de gala ou Quatre Saisons à l’Hôtel de l’Univers [1], Philippe Videlier poursuit son exploration de l’histoire avec un recueil de nouvelles consacré au centenaire des révolutions russes, et malicieusement nommé par un titre à double sens. Les quatorze textes couvrent un large spectre chronologique, de la révolution de 1905 jusqu’au premier vol spatial de Gagarine au début des années 1960 [2]. On y retrouve l’érudition encyclopédique de l’auteur, ainsi que les correspondances parfois surprenantes tissées sur le métier du réel.

« Le dernier survivant » évoque ainsi la mutinerie du cuirassé Potemkine, invoquant aussi bien le décès de Louise Michel que le travail de correspondant de presse de Gaston Leroux ou Panaït Istrati, présent enfant lors de l’arrivée des mutins en Roumanie. Le contraste entre les extraits du journal intime de Nicolas II, les inquiétudes des milieux d’affaires et le déroulement concret de la lutte résume à lui seul toutes les failles sociales minant la Russie tsariste d’alors, tandis que l’évocation du sort ultérieur des acteurs de la mutinerie satisfait la curiosité des plus familiers de la période. Un texte, divisé en trois actes, retrace le parcours de Maria Spiridonova [3], en une sorte de fil rouge du recueil que l’on pourrait être tenté de lire comme la trajectoire symbolique d’une vision de la révolution, d’abord soumise au joug tsariste, malgré quelques actes de rébellion, puis s’épanouissant en 1917-1918, avant un long calvaire et une désillusion croissante, scandée par clandestinité et emprisonnements successifs.

Mais une des nouvelles les plus denses est sans aucun doute « Cavalerie rouge ». On a là une sorte de concaténation de la guerre civile, et même plus largement de la période courant jusqu’au tournant stalinien de 1929. Plus qu’Isaac Babel, c’est Kasimir Malévitch qui est ici au cœur de l’exposition littéraire, la floraison artistique retracée s’accompagnant de quelques excellentes idées narratives (les généraux blancs à têtes d’animal, et une chute pleine d’ironie). Plus court, « Le monument à Robespierre » évoque la politique monumentale des premiers temps du bolchevisme au pouvoir, avec cette statue moscovite du révolutionnaire français mystérieusement brisée… Tout un symbole, là encore. A l’inverse, « Une histoire du Grand Nord », évocation de Jack London, se révèle trop courte (on rêve à ce qu’aurait pu donner, par exemple, un parallèle entre l’écrivain américain et son compatriote journaliste John Reed, au risque de l’uchronie, pourquoi pas). Le stalinisme est bien sûr au cœur de nombre de textes, permettant en particulier de (re)découvrir deux figures militaires majeures. Celle de Frounzé, d’abord, dans « Le portrait du mort », le choix de la thèse de l’assassinat conduisant à évoquer l’erreur uchronique de L’Humanité concernant l’illustration choisie pour la nécrologie du dit Frounzé [4]. Celle de Blücher, ensuite, personnage aux identités multiples en forme de jeu de miroirs, offrant quelques éclairages sur l’Extrême-Orient russe (de l’éphémère République d’Extrême-Orient dont il fut un des dirigeants, avec les militants étatsuniens Bil Chatov et Alexandre Krasnochtchékov [d’origine russe, exilé] [5], jusqu’aux conflits frontaliers avec les Chinois ou les Japonais).

Quant à « Eugène le chanceux », c’est une évocation d’Evguéni Zamiatine, auteur du dystopique Nous Autres [6], et un des rares écrivains à avoir pu échapper à la Grande Terreur des années 1936-1938. « La Chute du géant » campe pour sa part un parallèle entre Maxime Gorki l’homme et Maxime Gorki l’avion géant, sur lequel Saint Exupéry embarqua un jour seulement avant son dramatique accident. « La Pologne adore Friedrich Engels » est le seul texte hors-sujet, de par l’évocation juste de l’ami fidèle et du collaborateur de Karl Marx, et le détournement cocasse que fit un paysan polonais de ses portraits dans la Pologne « socialiste » de l’après Seconde Guerre mondiale. « Sur la Terre bleue comme une orange » conclut un recueil que l’on peut regretter de ne pas être plus fourni, la conquête de l’espace et le premier vol humain autour du globe semblant constituer un des derniers moments où l’URSS était encore capable de faire rêver l’humanité par un exploit prométhéen.

[1] Tous deux sont chroniqués sur ce blog, le second avec un entretien de l’auteur : http://dissidences.hypotheses.org/3893 et http://dissidences.hypotheses.org/8718.

[2] Période également explorée dans une démarche proche par Francis Spufford dans Capital rouge, chroniqué sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/?s=spufford

[3] Philippe Videlier se sert, pour brosser son portrait, du témoignage de Louise Bryant, récemment paru en français et chroniqué par nos soins sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/8892

[4] Frounzé et sa doctrine militaire sont évoqués par Tariq Ali, Les Dilemmes de Lénine. Terrorisme, Guerre, Empire, Amour, Révolution, Paris, Sabine Wespieser éditeur, 2017 (chapitre 11). Cet ouvrage sera prochainement chroniqué sur notre blog.

[5]  On trouve de brèves informations sur cet épisode dans le tome 1 de La Révolution bolchevique d’Edward Hallet Carr (Paris, éditions de Minuit, 1969), p. 360-361 et p. 366.

[6] Je me permets de renvoyer à l’analyse que j’en ai faite, « Focus sur une œuvre emblématique : Nous Autres », in Dimension Merveilleux scientifique 3, Encino, Black Coat Press, collection Rivière blanche (série Fusée), 2017.

Giles Milton, Roulette russe. La guerre secrète des espions anglais contre le bolchevisme (Russian Roulette), Lausanne, Éditions Noir sur Blanc, 2015 (2013 pour l’édition originale), 352 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

C’est un pan plutôt méconnu de l’histoire de la Russie révolutionnaire en ses premières années que Giles Milton nous éclaire, celui de l’action des services secrets britanniques, le fameux MI6 (né juste avant la Première Guerre mondiale, sous la houlette de Mansfield Cumming), en terre russe. Pour ce faire, l’auteur a mis à profit des sources généralement inédites en langue française, mémoires écrits des agents et documents d’archives. Le tout est présenté comme un roman, sans notes de bas de page (les références sont concentrées en fin d’ouvrage), et si la lecture en est d’autant plus aisée, un sentiment gênant se dégage assez rapidement : Giles Milton prend en effet le plus souvent pour argent comptant tout ce que lui apprennent ses sources – alors que des témoignages, d’agents secrets qui plus est, demandent au minimum une critique interne poussée – et ne fait pas l’effort de les croiser de manière systématique1 ; il fait également sienne la prévention des dirigeants britanniques à l’égard des bolcheviques, systématiquement présentés ici sous un jour négatif, gestionnaires incompétents, violents et barbares (le terme de terrorisme revient aussi à plusieurs reprises)2.

En dehors de ce parti pris pesant, le livre de Giles Milton se présente comme une synthèse, bien qu’incomplète. Elle débute avec la participation des services secrets britanniques à l’assassinat de Raspoutine (sans d’ailleurs approfondir le sujet en détail), et se poursuit avec la mission de Somerset Maugham – agent secret, romancier célèbre, dramaturge – chargé d’apporter le soutien (y compris financier) des anglo-saxons à Kerenski, par crainte de la défection russe dans la guerre. Avec l’arrivée au pouvoir des bolcheviques, le Royaume-Uni dispose déjà d’un homme dans la place : Arthur Ransome, journaliste occupant une position privilégiée car proche des nouveaux dirigeants (dont Karl Radek, qui le présenta à Lénine et Trotsky), sympathisant de la révolution d’octobre, mais qui, selon l’auteur, aurait joué un rôle d’agent double (en renseignant le sous-secrétaire du Foreign Office, Lord Robert Cecil), tout en se mettant en couple avec Evguenia Chelepina, secrétaire de Trotsky (p. 90-93). Mansfield Cumming, dans le même temps, déplaça son bureau russe à Stockholm, et envoya en Russie même deux agents, Sidney Reilly et George Hill. Les détails sur les identités multiples à bâtir, les précautions à prendre ou les méthodes à utiliser afin de transmettre des messages sont ici dignes d’un roman d’espionnage. Le réseau monté par Sidney Reilly, en particulier, comprenait des individus bien introduits dans le système de pouvoir, ainsi du colonel Aleksandr V. Friede, un Letton qui travaillait au Commissariat du peuple à la guerre, sans compter Boris Bajanov, qui selon ses mémoires, sur lesquelles s’appuie l’auteur3, fut un agent double dès son adhésion au parti, en 1919. Même si Giles Milton n’aborde pas les choses sous cet angle, on a là autant d’éléments, impliquant les Britanniques, qui permettent de comprendre, au moins en partie, la méfiance croissante des nouveaux dirigeants face à un cercle d’ennemis bien réels, et le rôle exponentiel dévolu à la Tcheka.

Avec le début de l’intervention étrangère en Russie, afin d’aider les forces anti-bolcheviques, Hill et Reilly basculent complètement dans la clandestinité. Leur action se concentre alors sur le renseignement et le sabotage. Reilly va jusqu’à concevoir un projet de coup d’État visant à renverser le pouvoir bolchevique. Pour ce faire, Giles Milton prétend qu’il se serait attiré la complicité d’Édouard Berzine4, commandant du premier régiment letton de fusiliers (sous un prétexte tellement léger – le souhait de rentrer au pays – qu’il frise sans doute la manipulation), ainsi que des financements français et étatsuniens ; un gouvernement provisoire avait même été élaboré, avec la participation de Ioudenitch. Toutefois, ce plan ambitieux ne rentra jamais en application, devancé à quelques jours près par les assassinats (ou tentatives) perpétrés sur Moisséi Ouritski5 et Lénine, le 30 août 1918. Il fut également dénoncé par René Marchand, correspondant du Figaro rallié aux bolcheviques6, ce qui entraîna la prise de contrôle de l’ambassade britannique à Moscou et toute une série d’arrestations, parmi lesquelles celle du diplomate Robert Bruce Lockhart, plus tard échangé (avec George Hill) contre Litvinov, alors représentant des Soviets en Grande-Bretagne, arrêté pour espionnage ; Reilly, lui, réussit à fuir la Russie. Cela n’empêchera pas Hill comme Reilly de repartir en Russie, auprès de Denikine, tout comme Paul Dukes, expert en grimages et déguisements, affecté à Petrograd (il y réussit à adhérer au Parti et à devenir brièvement délégué au soviet). On reste toutefois quelque peu décontenancé par la qualité des informations que ces derniers ou Arthur Ransome recueillent, tout au moins telles que Giles Milton nous les présente (la volonté d’une révolution mondiale est loin d’être un secret !). Par contre, les pages évoquant Churchill sont nettement plus intéressantes. On apprend en effet que le secrétaire d’État à la guerre, fervent anticommuniste et partisan d’une lutte soutenue contre le pouvoir bolchevique, poussa à l’emploi d’armes chimiques dernier cri, effectivement utilisées à la fin de l’été 1919 dans le nord de la Russie ; le même était d’ailleurs prêt à les employer également contre les Indiens en révolte…

Parallèlement à la situation à Moscou et Petrograd, Giles Milton évoque également largement l’Asie centrale. Le Royaume-Uni s’inquiétait en effet d’une possible contagion révolutionnaire dans les zones à la frontière nord de l’Inde, risquant de menacer le fleuron de son empire, ce qui explique l’envoi d’une mission de renseignements au Turkestan russe, composée principalement de Frederick Bailey et Stewart Blacker. Mais sur la situation à Tachkent – centre administratif du Turkestan, où les bolcheviques, majoritaires au Soviet de cette ville de 200 000 habitants, ont pris le pouvoir le 1er novembre 1917 – le propos est laconique, évoquant surtout l’isolement, la mauvaise situation économique et les efforts de recrutement de prisonniers autrichiens dans l’Armée rouge… Très vite menacé, Bailey change d’identité et prend celle d’un prisonnier autrichien, alors qu’au printemps 1919, une révolte secoue l’Afghanistan. S’engageant dans la Tcheka, Bailey parvient finalement à regagner les terres britanniques au prix d’une traversée du désert de Karakoum. La main est alors reprise par le général Wilfrid Malleson, qui, grâce à tout un réseau et à un vaste travail de désinformation, parviendra à faire se dégrader les relations russo-afghanes. Le révolutionnaire indien M.N. Roy est également évoqué, chargé qu’il fut d’un projet de formation militaire, à compter de la fin 1920, afin de préparer le soutien à l’insurrection en Inde, un projet finalement abandonné à l’occasion de l’accord anglo-soviétique de mars 1921. Mais là encore, le parti pris de Giles Milton nous empêche d’en apprendre davantage sur ce sujet, le parcours ultérieur de Roy étant plus que laconique sous sa plume7.

Si les guerres secrètes, l’utilisation d’agents clandestins et les entreprises de désinformation/manipulation ne doivent pas être négligées, surtout dans les périodes de révolutions politiques et de ruptures sociales, encore faut-il que leur histoire soit abordée d’une manière scientifique, encore plus rigoureusement que d’autres événements, eu égard au caractère spécifique et mystérieux de cet objet historique. L’ouvrage de Giles Milton ne répond guère à ces critères. On lui préférera la biographie de Reginald Teague-Jones, un de ses hommes de l’ombre des services secrets britanniques en Russie soviétique, par l’historienne Taline Ter Minassian8.

1On peut ainsi citer un « Conseil suprême militaire bolchevique » (p. 113), présenté comme le cœur de l’organisation bolchevique, ou Trotsky ayant dirigé l’assaut contre Cronstadt…

2C’est au point que Giles Milton accuse implicitement les bolcheviques d’être responsables du déclenchement des hostilités une fois les premières forces britanniques débarquées au nord du pays ! (p. 147).

3Boris Bajanov, Avec Staline dans le Kremlin, Paris, Les Éditions de France, 1930, 263 p. Réédité en 1979 sous le titre Bajanov révèle Staline. Souvenirs d’un ancien secrétaire de Staline, chez Gallimard. A lire Giles Milton, Bajanov fut dès 1920 « secrétaire de l’appareil principal du parti » (p. 312), alors qu’il ne devient Secrétaire du Politburo [Bureau politique] qu’à l’été 1923. D’ailleurs, quel crédit accorder aux récits de transfuges, quels qu’ils soient ?

4Par la suite, Édouard Berzine participa à la création du Goulag. Ne pas confondre avec Ian Berzine, un des meilleurs spécialistes du renseignement de l’Armée rouge. Tous deux sont exécutés lors des purges de 1937-38.

5Moisséi/Mikhaïl Ouritski (1873-1918) est abattu par le socialiste-révolutionnaire (SR) Leonid Kanegisser en tant que dirigeant de la Tcheka de Petrograd. D’abord menchevique, puis membre de la Mejraïonka (un groupe internationaliste aussi nommé « inter-district » ou inter-rayons ») avant de rejoindre les bolcheviques. La tentative d’assassinat sur Lénine est l’œuvre de Fanny Kaplan, ancienne anarchiste devenue membre de l’organisation de combat SR. Auparavant, elle avait prévu de tuer Léon Trotsky. Avant d’être exécutée, elle partagea la cellule du diplomate Robert Bruce Lockhart (Orlando Figes, La Révolution russe, Paris, Denoël, 2007, p. 775).

6En 1919, il publie à Petrograd Pourquoi je soutiens le bolchevisme.

7Sur M. N. Roy, on lira avec bien plus de profit l’étude de Jean Vigreux, « Manabendra Nath Roy (1887-1954), « représentant des Indes britanniques » au Komintern ou la critique de l’impérialisme britannique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°111, 2010, p. 81-95, sur https://chrhc.revues.org/2075

8Taline Ter Minassian, Reginald Teague-Jones. Au service secret de l’Empire britannique, Paris, Grasset & Fasquelle, 2012. Lire le compte rendu de cet ouvrage dans ce dossier.

Benoît Abtey (scénario), Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. La Fin des Romanov, Paris, Rue de Sèvres, 2015, 62 pages, 13,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Ces dernières années, la révolution russe semble en passe de devenir un sujet porteur pour ce secteur en expansion continue qu’est la bande dessinée. Après le second album de la série Mattéo. 1917-19181, la première partie de Taïga rouge2, le premier tome de La Guerre des amants3, l’uchronie de « Jour J » (Octobre noir)4 ou le diptyque du Baron fou5, voici donc le premier tome d’une nouvelle série, baptisée Kamarades (s’inspirant de la première lettre du mot communisme tel qu’il s’écrit en russe). En un peu moins d’une soixantaine de pages, le lecteur traverse les événements de Russie, de la veille du soulèvement de février 1917 jusqu’à l’exécution des Romanov en juillet 1918. Pour ce faire, les auteurs ont choisi de centrer leur intrigue sur trois personnages clefs. Le plus important de tous est assurément Volodia, soldat charismatique, qui représente d’une certaine manière les sentiments du peuple russe, une forme d’authenticité rêvée. Il est par ailleurs amoureux d’une jeune fille dont il ignore l’identité, et qui est en réalité Anastasia, une des filles de Nicolas II, qui avait choisi de se mêler à la foule des manifestants fin février 1917. Enfin, Staline représente les bolcheviques, autrement dit l’élément perturbateur de cette idylle, capable aussi bien de séquestrer Anastasia que de détruire la lettre qu’elle a écrite à Volodia.

L’album débute par un focus sur la situation pré-révolutionnaire dans les armées russes, avec la mise en scène d’exécutions de soldats agitateurs par leurs officiers, sous la forme de cases vues d’en haut, où le blanc de la neige (et de l’autocratie ?) est recouvert par le rouge du sang des condamnés (annonçant les torrents de sang à venir ?). D’abord symbole des foules de février, Volodia le mutin rallie ensuite Lénine et les bolcheviques. Refusant tout arrangement avec Kerenski, qui l’a sollicité, il est renvoyé sur le front, tombant sous le charme du général Kornilov avant de prendre part à la révolution d’octobre, puis de participer à la défense du nouveau pouvoir en affrontant les forces blanches dans le Caucase. C’est là qu’il se retourne contre ses camarades, mais racheté par Lénine, il est envoyé à Ekaterinbourg à l’été 1918…

Il est dès lors tentant de lire dans ce triangle narratif l’espoir torpillé par les bolcheviques d’une entente possible entre les masses populaires russes et leur souverain, l’idéal inabouti dans notre continuum d’une monarchie constitutionnelle et éclairée. Le problème, c’est qu’en plus d’être peu crédible, cette hypothèse se retrouve minée de l’intérieur par une prise de liberté étendue vis-à-vis de la réalité historique6. Ainsi, la famille impériale n’était pas à Petrograd lors des manifestations de février auxquelles Anastasia est censée s’être mêlée, Nicolas II étant au quartier-général militaire de Moghilev (Biélorussie), et son épouse et leurs enfants résident à Tsarskoïe Selo (aujourd’hui Pouchkine), à 25 km de distance de la capitale. En outre, faire de Nicolas II celui qui, sous l’influence d’Anastasia, dissout l’Okhrana, va à l’encontre de toute la politique réelle du tsar au cours de son règne. Kornilov n’a pas été tué par un tireur bolchevique isolé, mais par un éclat d’obus en tentant d’investir la ville d’Ekaterinodar (et non dans un village), et ce n’est qu’ensuite que les bolcheviques exhumèrent sa dépouille, afin de l’humilier et de la brûler, éléments effectivement repris dans la BD. Quant à l’exécution de la famille impériale, au-delà des débats quant à sa réalité, elle ne se déroula pas dans le jardin de la maison Ipatiev, mais dans son sous-sol.

Kamarades redonne également vie à la thèse d’un Staline agent de cette même Okhrana, thèse avancée par un historien étasunien, Roman Brackman, très largement controversée7, mais qui permet de souligner la duplicité et la perfidie des bolcheviques (la figure de Staline en un Raspoutine rouge, au-dessus des tours bulbeuses du Kremlin, sur la couverture de l’album, faisant ici office de symbole), qui se réduisent ici au trio Lénine-Trotsky-Staline (celui-ci étant pourtant loin en 1917 d’avoir la même stature que les deux premiers). Ces révolutionnaires sont en effet animés ici par la seule soif de pouvoir, de l’abdication de Nicolas II, visiblement obtenue par chantage, à la réactivation du mythe de Lénine agent allemand (il négocie explicitement son retour en Russie contre la future paix de Brest-Litovsk), en passant par l’organisation du sabotage des trains afin d’attiser le mécontentement du peuple à l’égard du gouvernement provisoire8

In fine, que retenir de cette fiction dessinée ? Le dessin de Mayalen Goust, un crayonné colorisé par des teintes franches et d’une variété limitée, se révèle d’une vraie beauté visuelle ; le choix de caractères informatiques pour les dialogues contraste d’ailleurs un peu trop avec cette dimension plus artisanale. Pour les scènes de combats, les cases abritent alors une frénésie d’action, un fouillis maîtrisé d’actions parallèles restituant avec vigueur l’énergie de ces moments, comme la mutinerie des soldats (p. 26) ; à l’inverse, la prise du palais d’hiver est directement inspirée des images de l’Octobre d’Eisenstein. La dimension proprement politique et prométhéenne de la révolution russe, elle, apparaît comme occultée, au profit d’une histoire romantique, tragique et complotiste, ce que devrait confirmer le second tome intitulé Tuez-les tous ! Peut-on rapprocher Kamarades du roman de Robert Littell, Requiem pour une révolution9, le personnage de Zander et celui de Volodia partageant bien des similitudes ? Si la fiction de Robert Littel emprunte également au registre romantique dans le déroulement de l’intrigue [mais quelle révolution ne comporte pas de passions romantiques ?], le background historique est heureusement bien mieux documenté. On peut aussi regretter qu’aucune bibliographie ne soit pour l’heure soumise à l’analyse des lecteurs de cette BD.

1Jean-Pierre Gibrat, Mattéo. Deuxième époque (1917-1918), Paris, Futuropolis, 2010.

2Armand Malherbe, Vincent Perriot, Taïga rouge, tome 1, Marcinelle (Belgique), Dupuis, 2008, histoire dans laquelle apparaît le baron Ungern von Ungern (le « Baron fou »).

3Voir la critique du premier tome sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

4Sur cette BD, voir mon article « La Grande pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 », à paraître dans Dissidences volume 16.

5Voir la chronique de ces albums, à paraître prochainement sur notre blog.

6On pourrait également citer d’autres détails secondaires erronés, ainsi du peintre Boris Koustodiev, chez qui Joseph et Volodia se rendent ensemble, mais qui est censé à l’époque être paraplégique, alors qu’il marche ici sur ses deux jambes sans aucune difficulté…

7Roman Brackman, Staline agent du tsar, Paris, L’Archipel, 2003. Un autre historien anglo-saxon, Simon Sebag Montefiore, que l’on ne peut guère soupçonner de complaisance envers le bolchevisme, a émis des doutes sévères sur cette thèse, qui plaît par contre au romancier Romain Slocombe (Avis à mon exécuteur, Laffont, 2014, p. 222-226, compte rendu à paraître prochainement sur ce blog).

8 On pourrait également citer l’opposition entre un Kornilov refusant le pillage des villages traversés, et un Sakhaline (général bolchevique) n’hésitant pas à bombarder les civils de ces mêmes villages (p. 51).

9Voir la chronique de ce roman, à paraître prochainement sur notre blog.