Archives par étiquette : CFDT

Christine Belsoeur, Une vie ouvrière. Un demi-siècle de parcours militant, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de mémoire », 2011, 269 pages, 24,50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre retrace le parcours de la dirigeante syndicale CFDT Yvonne Delemotte, qui accède en 2002 à la Commission exécutive confédérale, au moment où François Chérèque devient secrétaire général. Il représente également une contribution de première importance à l’histoire et à la dynamique de la gauche CFDT, incarnée par la fédération Hacuitex, et de son alignement final sur le recentrage de la centrale. Christine Belsoeur, l’auteure, également militante CFDT et ancienne assistante d’Yvonne Delemotte, est ici sa biographe. Loin de toute tentation hagiographique, sa plume apparaît au contraire comme faite de retenue, de distanciation critique, nourrie de nombreuses références. Le récit suit un classique ordre chronologique et se déploie en trois grandes parties. Les quatre premiers chapitres sont consacrés à la présentation du contexte économique (place du textile) et aux années de formation. Yvonne Delemotte provient, trait singulier, d’une famille laïque et socialiste, étrangère au milieu catholique. C’est beaucoup plus tard qu’elle rencontre des militants du MLO (Mouvement de libération ouvrière). Son milieu est marqué par le paternalisme des patrons du textile. Ses parents bénéficient même d’un prêt personnel pour l’achat de leur maison. Sa vie professionnelle commence à 14 ans à la Redoute. A 16 ans, elle tombe enceinte et la voilà fille-mère. Cette incartade provoque l’interruption des études de sa sœur, qui part à l’usine. Ses parents pensent en effet que ça ne sert à rien de poursuivre l’école si c’est pour tomber enceinte à 16 ans ! La seconde partie porte sur la découverte du monde syndical et politique. En 1967, Yvonne Delemotte trouve un nouvel employeur et adhère à la CFDT, sa nouvelle entreprise étant d’une taille beaucoup plus importante que les précédentes, et est donc dotée d’une implantation syndicale. 1968 constitue évidemment un tournant, même si Yvonne Delemotte passe le plus clair de son temps à la maison, durant un mois de Mai qui n’a pas grand-chose à voir avec celui des étudiants. C’est au retour des vacances qu’elle est démarchée par les responsables de la section syndicale pour être candidate aux élections du Comité d’entreprise. Quelques années plus tard, elle prend également sa carte au PSU. C’est au sein de ce parti qu’elle rencontre des militants d’un des courants de la gauche, la GOP (Gauche ouvrière et paysanne), influencée par le maoïsme. A 25 ans, c’est une militante aguerrie qui cumule les mandats, aussi bien dans son entreprise que dans la branche textile et son syndicat Hacuitex (Habillement, cuir, textile). Cette fédération se situe très clairement à la gauche de la CFDT. Elle est par exemple hostile aux Assistes du socialisme, ou une importante partie du PSU, emmenée par Michel Rocard, rejoint le Parti socialiste. Hacuitex se situe sur une ligne autogestionnaire et combative, mettant le rapport de force et la grève au premier plan. Au cours des années 70, elle est directement en prise avec plusieurs conflits dans le textile, qui commence à subir une crise rampante. Cela l’amène à exercer des responsabilités nationales dans sa fédération. Totalement dévouée à son organisation, Yvonne Delemotte n’a pas de vie privée. L éducation de son fils s’en ressent. De ce point de vue, la construction du propos par la narratrice est tout à fait intéressante, car Christine Belsoeur n’ignore pas les dimensions privées de son personnage. On lira donc avec intérêt les passages consacrés à l’éducation du fils. La dernière partie, la plus politique, porte sur l’exercice des responsabilités nationales, puisqu’elle devient secrétaire générale d’Hacuitex. De nombreux développements sont proposés sur les pratiques syndicales mises en œuvre (un seul exemple : les oppositions entre la fédération et ses syndicat sur la question du rendement, de la polyvalence ou encore de la flexibilité). De très substantiels aperçus sont également fournis sur l’évolution politique de cette fédération, qui, contrainte par la crise croissante de son secteur industriel, finit par accepter le recentrage de la centrale. Le congrès confédéral de Bordeaux (1985) constitue l’ultime épisode de la bataille interne. Un contre-texte est présenté, mais il est minoritaire. L’opposition d’Hacuitex s’épuise et la fédération rejoint la majorité confédérale. Sans jamais adhérer totalement à cette majorité, les prises de position d’Yvonne Delemotte et de sa fédération confirment l’orientation de la CFDT vers toujours plus de pragmatisme. Yvonne Delemotte s’oppose ainsi frontalement au regroupement Tous ensemble, rassemblement des opposants, qu’elle considère comme une fraction politique, tout en essayant pourtant de jouer les intermédiaires avec la direction confédérale. Elle soutient, de manière critique, l’approbation du plan Juppé en 1995, et en 2002 elle est élue à la Commission exécutive. Malgré cette entrée dans la direction, elle est tenue éloignée des sphères décisionnelles. C’est ainsi que la seule ouvrière de la direction CFDT est affectée à la direction de l’espace Belleville, lequel organise les expositions dans le hall de la CFDT … Son parcours se termine par la création en 2006 de sa propre entreprise de conseil dans le logement social, tandis qu’Hacuitex, exsangue, est intégrée en 2007 dans la fédération des services.

Pour tous ceux que le syndicalisme hexagonal passionne, on ne saurait trop conseiller la lecture de cet ouvrage, dont certaines dimensions ne peuvent être développées ici, comme le rapport de cette déclassée à la culture – question sur laquelle Christine Belsoeur fournit de très intéressants aspects – ou sur les mœurs et pratiques au sein du mouvement syndical. De ce point de vue, cette biographie peut se lire aussi comme une contribution à la sociologie des intellectuels organiques.

Edouard Martin, Ne lâchons rien. Contre l’économie cannibale, Paris, Le Cherche Midi, 2013, 123 pages, 11,5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il est très probable que la popularité d’Edouard Martin ne soit guère plus durable que le livre qu’il vient de publier. Écrit sur la base d’entretiens réalisé avec ce dirigeant CFDT de l’usine Mittal de Florange, qui vient de fermer, cet ouvrage raconte, sur le vif, les conditions de la lutte contre une fermeture qui avait été refusée par le candidat François Hollande, lors de sa campagne électorale, avant qu’il ne soit élu président. L’intérêt premier de ce récit repose sur l’évocation du parcours d’un jeune immigré espagnol (Martinez de son nom original), venu rejoindre son père, travailleur dans la métallurgie lorraine, au début des années 1970. Bien qu’il rêve de devenir éducateur spécialisé ou de partir en Afrique du sud (mais il ne peut se payer le prix du voyage), Eduardo, devenu Edouard, rejoint finalement l’usine, comme son père. Il se syndique à la CGT, avant de rompre avec cette centrale pour cause de collusion avec le PCF, ce qu’il ne supporte pas. Il rejoint vite la CFDT, qu’il représentera tout au long du conflit. Mais, avant d’être le leader de ce mouvement, il assume durant plusieurs années des responsabilités de permanent à Paris, à la Fédération de la métallurgie. Suite à des problèmes de santé, il revient dans son entreprise d’origine, mais à un poste de chargé de communication, tout en assurant chez Arcelor une fonction de représentant au comité d’entreprise européen. Il est donc aux premières loges pour comprendre ce qui se joue dans le rachat d’Arcelor par Mittal. Il s’agit clairement, pour le producteur indien, dans un contexte de surproduction de l’acier au niveau mondial, d’éliminer un concurrent, en le rachetant, avec des promesses de redéploiement et des aides massives des fonds publics. Avant son élection (en 2007), Nicolas Sarkozy vient promettre devant l’usine qu’il s’engageait à maintenir l’emploi à Gandrange. Les promesses ne sont pas tenues, ce qui suscite de très fortes mobilisations. Le scénario se renouvelle avec le candidat Hollande, qui en 2011, à Florange cette fois-ci, promet une nouvelle fois, suscitant un fol espoir parmi les salariés de Mittal. Cette fois-ci, c’est un président, socialiste, qui reniera ses promesses. Edouard Martin dresse un portrait très flatteur d’Arnaud Montebourg (« je salue son courage », p. 94), qui apparaît, sous sa plume, comme autant « trahi » par Jean-Marc Ayrault (« Jean-Marc Ayrault est un traître », p. 104) que ne le sont les salariés de Mittal. Le syndicaliste avoue clairement son admiration pour Arnaud Montebourg qui « me donne une vraie poignée de main, chaleureuse » (p. 112), tout en exprimant son peu d’enthousiasme pour Olivier Besancenot ou Jean-Luc Mélenchon, venus soutenir les salariés. On comprend alors qu’il n’hésite pas à manifester un certain patriotisme d’organisation, se sentant parfaitement à l’aise avec la CFDT, malgré les déclarations de Laurent Berger, son nouveau dirigeant, qui a soutenu, publiquement, la fermeture du site de Florange. S’il exprime pour conclure un fort pessimisme pour l’action syndicale européenne, en revanche il voit son avenir se prolonger par une carrière politique. Il envisage en effet d’être candidat aux prochaines municipales, régionales ou européennes. Un livre de pure circonstance, malgré son caractère de témoignage.

Guy Ruchaud, Parcours d’un militant, La Crèche, Geste éditions, collection “Témoignage”, 2011, 222 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Né à Croix-de-Vie (Vendée) Guy Ruchaud raconte dans cet ouvrage autobiographique ce que furent ses engagements militants : mouvement de jeunesse (JOC), syndical (CFTC, puis CFDT), politique (PS), associatif (au service de la réinsertion des malades mentaux). Il est intéressant de noter ce qui a déclenché la volonté de se raconter, son parcours et ses choix de vie. En effet, c’est un travail universitaire en 2005, l’amenant à répondre longuement à une jeune chercheuse, puis la sollicitation amicale d’un ancien enseignant (dans le cadre du CDHMOT de Nantes) qui a incité l’auteur à se confier au récit. Très classiquement, le livre s’ouvre par la narration de son enfance, une enfance paysanne, puis son père devient gendarme. Autant dire que le milieu familial est celui de l’ordre. A la Libération, il s’engage dans la JOC, car, apprenti, il est mis en contact avec d’autres jeunes de ce mouvement. C’est pleinement en chrétien, fier de sa foi et de la confiance dans l’action collective qu’il s’engage syndicalement à son retour du service militaire, parcours modal de toute une génération de croyants issus du monde ouvrier. Engagement qui s’inscrit dans l’intimité, puisque celle qui va devenir sa femme partage les mêmes valeurs : « Mimi avait retenu mon attention, et nous nous sommes promis de vivre un amour partagé au service de la classe ouvrière » (p. 54). Cette fibre se conforte par le biais de la fréquentation de l’ACO, prolongement d’une démarche de foi militante, qui se manifeste par l’organisation de rencontres avec des patrons (chrétiens) et des ouvriers (militants) lors de conflits dans le bâtiment. Il participe également, avec enthousiasme aux ENO (Écoles normales ouvrières), avec sa femme. Cette formation syndicale renforce encore son engagement. En 1959, il est désigné lors de la création des ASSEDIC comme représentant syndical. L’évocation (hélas trop courte et fort descriptive) de cette activité est très intéressante, car elle démontre que cette participation institutionnelle s’accompagne de la formation d’une expertise syndicale, fruit du travail d’enquête mis en place pour mesurer les questions d’emploi. Parallèlement, avec sa femme, il participe au mouvement des Castors, afin de pouvoir (enfin) disposer d’un logement décent. En 1961, la responsable de l’Union départementale (UD) Vendée lui est confiée. Il devient permanent syndical. Symptomatique est sa réaction quand il apprend la proposition : je n’y suis pour rien : « Je le dis nettement : je n’ai pas sollicité ce poste » (p. 78). Cette réaction manifeste clairement l’humilité structurale dans laquelle l’« oblat » se sacrifie à la cause. Et les conditions décrites des activités syndicales relèvent en effet d’un dévouement sans nom à la cause, d’autant qu’à l’époque les moyens de communication n’étaient pas encore totalement modernes. Ainsi, le téléphone qu’il utilisait en permanence était celui de son voisin. Les journées commençaient très tôt, par la tournée des chantiers et la rencontre avant l’embauche, pour se terminer vers 23 h. Mais le syndicat bénéficie de ce dévouement et les progrès d’implantation de la CFTC sont notables, malgré la réticence des employeurs, dont de nombreux exemples sont cités. Réticence patronale qui se manifeste parfois dans une violence symbolique, par l’animalisation du syndicaliste : « Le patron qui m’en voulait particulièrement, a décidé d’appeler son chien « Ruchaud » (…) Je prenais les choses par la dérision ; il n’empêche que ça faisait mal » (p. 90). La totalité de son existence est encadrée par l’activité syndicale et militante. Les loisirs, passés dans les maisons familiales (gérées à cette époque par des associations militantes) sont une occasion de faire profiter les vacanciers de ses compétences. Ainsi on le sollicite durant une veillée pour animer la soirée par un exposé sur la Vendée, son industrialisation et son organisation économique. Son récit de la transformation de la CFTC en CFDT (à laquelle il est acquis) présente tout son intérêt. En effet, la base de l’organisation est plutôt réservée, si bien que la volonté transformatrice aboutit à un équilibre des forces. Il faudra l’initiative des structures pour emporter la conviction. Évidemment, la Vendée, département faiblement industrialisé, marqué par la prégnance d’un état d’esprit conservateur, n’est guère à l’avant dans ce mouvement. Mais, en contrepartie, les liens sont forts entre le monde syndical et le monde paysan (JOC/JAC ; CFDT/JAC) et joueront un rôle crucial en mai 68, épisode sur lequel il jette un regard assez désabusé. Durant douze ans, il est secrétaire de l’UD et au début des années 70 vient pour lui l’heure de la reconversion professionnelle. Il est embauché dans une association qui s’occupe des handicapés mentaux lors de leur sortie de l’hôpital psychiatrique. Guy Ruchaud déploie alors tout son sens de l’innovation sociale acquis lors de ses activités syndicales, manifestant l’importance du capital militant ainsi déployé pour une cause alternative à celle pour laquelle il s’était forgé. Parallèlement, il s’engage au Parti socialiste, dégagé qu’il est de ses responsabilités syndicales. Il tente de transposer dans sa Vendée natale l’esprit des GAM (Groupes d’action municipale, issus de l’expérience du laboratoire grenoblois). C’est ainsi que naît, dès 1977, un budget participatif dans sa commune. Arrivé à la retraite, il n’aspire plus qu’au repos bien mérité, tout en maintenant néanmoins sa participation à plusieurs associations locales. La dernière partie est consacrée à un bilan personnel de sa vie et à l’évocation du monde tel qu’il fonctionne aujourd’hui, manifestant une certaine sagesse et de profondes réserves face à « un déferlement de matériel et d’objets inutiles (… et) je pense que les travailleurs ne sont pas, dans leur grande majorité, plus heureux aujourd’hui que dans les années 1960 » (p. 218). Toujours actif au sein de la structure CFDT des retraités, il conclut son livre par un regard prospectif : « Dans la foi en l’homme qui m’a toujours animé, je continue de croire à une autre vie surnaturelle que Dieu nous a réservée, et cette Espérance, je la vis journellement dans la compagnie d’Anne, me préparant sereinement à la rejoindre » (p. 234). Guy Ruchaud nous livre ainsi un témoignage tout à fait instructif sur cette génération d’après-guerre qui a construit la CFDT actuelle.