Archives par étiquette : Climat

Andreas Malm, L’Anthropocène contre l’histoire. Le réchauffement climatique à l’ère du capital, Paris, La Fabrique, 2017, 248 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Andreas Malm est un universitaire suédois, géographe et marxiste, dont ce recueil est le tout premier proposé en langue française. L’Anthropocène contre l’histoire se compose en effet de trois études précédemment publiées entre 2013 et 2016 dans diverses revues, et d’une autre totalement inédite. Dans ce qui est en train de s’imposer comme un paradigme partagé, celui de l’anthropocène1, entendu comme la période historique durant laquelle l’espèce humaine a été capable d’influer de manière significative sur les conditions de vie à la surface de la Terre, Andreas Malm refuse toute notion de responsabilité collective. Il insiste au contraire sur l’erreur qu’il y aurait à invoquer une nature humaine éternelle en tant que coupable du réchauffement climatique, et sur la nécessité d’insuffler de l’histoire dans l’évolution anthropique du climat. Selon lui, tout commence avec la mise en place d’une « économie fossile » à l’initiative du Royaume-Uni, ce qui n’alla pas sans résistances, dans la jeune colonie indienne et dans les îles britanniques elles-mêmes. L’idée force d’Andreas Malm est de réfuter toute téléologie, toute évolution linéaire, qui irait de la conquête du feu à la préhistoire jusqu’à la conquête de la vapeur au XIXe. C’est ce qui le conduit à user des expressions de « capital fossile » ou de « Capitalocène », mettant clairement en accusation le capitalisme de l’âge industriel. En ce qui concerne la révolution russe, il exonère les bolcheviques des premières années, reportant les responsabilités sur le « stalinisme fossile », mais relativisant néanmoins son impact de par la durée de vie limitée de l’URSS.

Cette question clef du passage à l’énergie de la vapeur, alimentée par le charbon, Andreas Malm s’y attarde dans ce qui est son plus important chapitre, « Les origines du capital fossile (…) ». Car au début du XIXe siècle, l’énergie hydraulique alimentait une majorité des manufactures de coton. Rejetant l’idée historiographiquement dominante d’une productivité supérieure de la vapeur sur l’eau, le chercheur met plutôt en cause la question de la main d’œuvre : en effet, là où l’énergie hydraulique est contrainte de faire venir la force de travail à elle, la vapeur peut se déplacer sans difficulté vers les foyers urbains. En outre, suite aux luttes visant à l’amélioration des conditions de travail, dans la première moitié du XIXe, les capitalistes hydrauliques furent désavantagés, la limitation du temps de travail ne pouvant être aisément compensée par un accroissement de la productivité, tant celle-ci est dépendante de la nature, contrairement à la vapeur, autrement plus malléable. Passé le mitan du XIXe siècle, « les jeux étaient faits », pour ainsi dire, et l’extraction de charbon lancée dans une spirale ascendante irrésistible. On a là autant d’éclairages historiques fort intéressants, mais qui ne remettent pas en cause le caractère inévitable de cette mutation, tant les alternatives apparaissent alors inexistantes, voire même inconcevables. Andreas Malm en déduit ensuite des réflexions plus théoriques, concluant à une nature du capitalisme intrinsèquement incompatible avec les énergies renouvelables, tant « (…) le temps abstrait est inhérent aux rapports de propriété capitalistes » (p. 130).

Le chapitre suivant est constitué de commentaires sur des romans évoquant la chaleur liée à la combustion de pétrole ou de charbon. Sont principalement concernés Des Hommes dans le soleil, livre du début des années 1960 écrit par l’auteur palestinien Ghassan Kanafani, et divers titres maritimes de Joseph Conrad. Ce courant de la « fossile fiction », Andreas Malm le lit sur un mode anachronique assumé, car « (…) un chef d’œuvre se caractérise par sa « capacité à éclairer ce qui vient après, ce qui en principe est postérieur à l’œuvre » (…) » (p. 165). Ce parti pris posé, il est d’autant plus surprenant de voir que la science-fiction est négligée, elle qui possède pourtant, dans sa longue histoire depuis le XIXe siècle, nombre de titres abordant cette problématique de la fin du ou d’un monde par la chaleur d’origine humaine (de La Fin du rêve de Philip Wylie à Niourk de Stefan Wul, en passant par Le Troupeau aveugle de John Brunner ou AquaTM de Jean-Marc Ligny2).

Le dernier chapitre aborde les liens entre réchauffement climatique et actualité de la révolution, un thème qu’Andreas Malm voit comme surtout exploré par les adversaires de l’alternative révolutionnaire, ainsi de David Kilcullen, exposant la nécessité de contre-insurrections permanentes dans un XXIe siècle gangrené par les guérillas urbaines issues des bidonvilles. Ce sur quoi l’auteur insiste, c’est sur l’effet d’accélérateur que peut jouer le réchauffement climatique, similaire en cela au rôle de la Première Guerre mondiale pour la victoire de la révolution russe. L’exemple de la Syrie est invoqué, la longue période de sécheresse subie par le pays de 2006 à 2010 ayant selon Andreas Malm contribué au déclenchement de la guerre civile. Face à l’hypothèse négative d’un « âge des extrêmes » à venir supérieur à celui du siècle précédent3, il réactualise donc le projet bolchevique, adapté à une situation nouvelle. Une prise de position plutôt courageuse et hétérodoxe, dans le contexte actuel, mais incomplète, les mesures de transition proposées ne s’accompagnant pas d’une réflexion sur la nécessité ou non d’un parti révolutionnaire, laissant également ouverte la question de savoir qui pourrait mener l’assaut contre les forteresses du capital fossile.

1Voir Christophe Bonneuil, Jean-Baptiste Fressoz, L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, chroniqué sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/4832

2Voir sa recension sur ce même blog : http://dissidences.hypotheses.org/6950

3On reconnaît là le sujet du livre d’Harald Welzer, Les Guerres du climat, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5618

Jean-Marc Ligny, AquaTM, Paris, Gallimard, collection « Folio SF », 2015 (2007 pour l’édition originale), 976 pages, 10,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Marc Ligny (né en 1956) est un auteur confirmé de science-fiction. Ayant débuté à la fin des années 1968, il a touché à toutes les déclinaisons du genre, space opera, cyberpunk, et même littérature jeunesse. Avec AquaTM, il revenait justement à la littérature dite adulte, en reprenant le sujet d’un roman paru en 1993 au Fleuve noir, Aqua, pour le développer de manière significative, sa taille étant pratiquement multipliée par cinq. Ce faisant, Jean-Marc Ligny inaugurait ce qui allait devenir sa « trilogie climatique », composée, outre d’AquaTM, d’Exodes (2012) et de Semences (2015). Ce premier volume est aussi le plus proche de nous (chronologiquement parlant), puisque l’action s’y déroule en 2030.

Il s’agit à la fois d’une mise en scène des conséquences possibles du réchauffement climatique et d’une dénonciation du capitalisme néo-libéral, offrant d’une certaine manière une version romancée des essais de Naomi Klein1. L’intrigue se déploie à travers plusieurs personnages : Laurie, une jeune employée de SOS, association humanitaire vouée à l’aide aux réfugiés et victimes climatiques ; Yann, son frère, hacker de génie qui se retrouve embauché par la NSA privatisée pour sauver sa vie ; Anthony Fuller, richissime homme d’affaire du Kansas, aussi vulgaire qu’impitoyable ; son épouse Pamela, dépressive, dont les fils sont pour l’un décédé, pour l’autre tétraplégique atteint de progéria ; Rudy, un ancien horticulteur dont famille et exploitation ont disparu avec la submersion de toute une partie des Pays-Bas, et qui, devenu réfugié, tente de s’en sortir comme il le peut ; Fatimata Konaté, enfin, présidente radicale du Burkina Faso, dont le pays meurt à petit feu, et dont les deux fils ainsi que la mère guérisseuse jouent également un rôle. Ces différentes personnalités croisent leurs destins autour d’une découverte faite par un satellite d’observation, celle d’une nappe phréatique gigantesque située sous le sol du Burkina Faso, à l’emplacement d’un ancien lac désormais tari.

Ce qui fait la force d’AquaTM, c’est la combinaison de portraits de vie réalistes (même si tous les clichés ne sont pas évités, comme avec l’appétit sexuel d’Anthony Fuller) et d’un monde à la fois proche et lointain, plutôt pessimiste (« (…) on sait sans aucun doute que l’avenir sera pire. », p. 288), dans lequel l’immersion est facilitée par la présence, en tête de chaque chapitre, de publicités fictives ou d’annonces journalistiques2. Le réchauffement climatique n’a en effet nullement été enrayé, accéléré par la survenue d’effets non linéaires, suscitant montée du niveau des océans, multiplication des catastrophes climatiques (les impressionnantes tornades du Kansas) et sécheresse croissante en Afrique, tout particulièrement. A cela s’ajoutent les conséquences négatives de la généralisation des cultures transgéniques, Dans ce monde en déliquescence, les États-Unis n’ont pas été épargnés, ayant affaibli leur position géopolitique mondiale par des aventures guerrières coûteuses (on sent bien ici l’influence des présidences de George Bush Junior), conduisant à un éclatement du pays et à son retrait partiel de la scène internationale au profit d’une Chine dominante.

L’intrigue mise en place permet également de pointer du doigt la responsabilité des transnationales, dont la soif de profit conduit à tirer avantage de la décrépitude du monde en se recyclant dans des secteurs porteurs (la pharmaceutique, par exemple3), y compris en bafouant la souveraineté nationale. La situation du Burkina Faso permet d’illustrer les politiques menées par le FMI et la Banque mondiale, l’interprétation du droit d’ingérence, ainsi que les résistances qu’elles peuvent générer. La présidente Konaté se place ainsi dans la lignée de Thomas Sankara, leader révolutionnaire des années 1980 s’étant opposé aux politiques d’ajustement structurel. Jean-Marc Ligny évoque également le développement des mouvements terroristes, islamiques (il avait signé en 1998 un roman sur ce thème intitulé Jihad) mais aussi chrétiens, avec la Divine Légion, ainsi que les mutations du mode de vie, les dangers du numérique et de la virtualité (certains individus s’enferment dans une réalité fictive, au point d’en mourir). Sans oublier la montée de la xénophobie et du racisme (le mouvement néo-nazi étant en pleine croissance), de l’insécurité avec la multiplication de bandes, ainsi que la constitution d’enclaves réservées aux plus aisés, dont la plus extrême est située aux Bahamas, sorte de nouveau Davos sous bulle protectrice.

Ayant visiblement une grande connaissance des mœurs, des peuplades et des cultures du Sahara, Jean-Marc Ligny a particulièrement développé ces aspects, renforçant l’authenticité du voyage, et a également injecté une part de fantastique, sensible dans les visions de plusieurs personnages et la magie traditionnelle pratiquée par la mère de Fatimata Konaté. Le rôle croissant joué par cet élément dans l’intrigue tend à le lire comme la concrétisation d’une forme d’adhésion aux forces profondes et traditionnelles des peuples non occidentaux, une position propre à toute une partie du mouvement altermondialiste. Une façon, aussi, de donner aux dominés un surcroît de puissance, car si l’espoir est bien au cœur du roman, il n’a que des objectifs restreints, limités. Les deux principaux personnages, Laurie et Rudy, incarnent ainsi deux voies distinctes et vues comme complémentaires, celle de l’aide humanitaire d’une part, du recours à la violence contre les privilégiés d’autre part, avec pour tous deux un but ciblé sur le seul Burkina Faso4. AquaTM, d’une grande richesse informative et anticipative, en même temps que profondément humain, s’impose comme une fresque fictionnelle majeure sur les bouleversements climatiques du siècle.

1Songeons en particulier à La Stratégie du choc : montée d’un capitalisme du désastre (2008) et à l’essai qui lui est largement postérieur, Tout peut changer : capitalisme et changement climatique (2015).

2Un procédé classique en science-fiction, utilisé aussi bien par Isaac Asimov dans Fondation que par Frank Herbert dans Dune. On notera que le journalisme dominant y est au service des préjugés et des puissants. Toute ressemblance…

3Jean-Marc Ligny élabore d’ailleurs un néologisme pour qualifier cette association de la recherche de profit et de l’écologie, l’éconogie, qui correspond pour l’essentiel à ce que l’on qualifie désormais de capitalisme vert. Voir par exemple Daniel Tanuro, L’Impossible capitalisme vert, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond / La Découverte, 2010, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2659

4Rudy dixit : « Laurie lutte contre la misère indigne, moi contre la richesse prédatrice. Dans les deux cas, c’est un combat sans fin. » (p. 257).

Claude Mamier, La Révolte d’Albi. Réfugiés climatiques : un futur possible, Saint-Georges d’Oléron, Les éditions libertaires, 2013, 320 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En 2005, les éditions libertaires avaient créé une nouvelle collection, baptisée « Nos Futurs », clin d’œil punk à une série d’ouvrages spécifiquement portés sur l’anticipation politique et sociale, qui précédait ainsi la collection « Dyschroniques » du Passager clandestin. Toutefois, à la différence de cette dernière, uniquement constituée de rééditions, il s’agissait pour les éditions libertaires de proposer des écrits inédits, romans ou nouvelles, avec à l’arrivée un constat : les six volumes parus à ce jour1 hésitaient souvent entre didactisme militant et fiction imaginative. Ce roman de Claude Mamier aurait parfaitement pu s’intégrer dans la dite collection, qui, pour le coup, donne l’impression d’être entrée dans un sommeil profond.

Sous un titre trop long, insuffisamment explicite sur la nature du livre, et une couverture un peu triste, c’est bien d’un roman dont il s’agit. Nous sommes en 2056, dans un monde où le réchauffement climatique a provoqué montée des eaux et catastrophes climatiques. Alexandrie fait partie de ces mégapoles en partie détruite par un tsunami et qu’il s’agit désormais de reconstruire. Le chantier qui est alors lancé, avec comme objectifs l’édification de nouveaux logements mais également la reconstruction du mythique phare antique, repose sur un partenariat entre l’Égypte et la France ; la première réserve les travaux à des entreprises hexagonales, tandis que la seconde s’engage à accueillir sur son sol, le temps des travaux, plusieurs dizaines de milliers de réfugiés climatiques. Quatre personnages nous permettent de découvrir de l’intérieur cet échange par le haut, qui devient peu à peu échange par la base. Renaud Costes, l’animateur de Radio Albigés, est un journaliste amateur qui fuit dans l’animation en solitaire de sa radio libre la disparition précoce de sa compagne, Ariane. Son fils, Robinson, est un cadre de l’entreprise Batistar, principal acteur du chantier alexandrin, et il cherche dans son engagement professionnel une reconnaissance et un intérêt que n’a jamais su lui transmettre son géniteur. Ahmed, proche en âge de Renaud, est un de ces expatriés ayant trouvé refuge à Albi, un conteur aux sympathies anarchistes, qui va trouver un nouveau sens à donner à son existence en terre occitane. Fathi, enfin, autre Égyptien, est lui resté sur place, fuyant dans un premier temps son oasis de Siwa natal, avant d’y revenir, une fois ses espoirs alexandrins noyés dans la répression. Ces individus, d’abord isolés, vont donc tisser des liens humains très forts, brillants d’hédonisme (l’alcool est un acteur important de l’intrigue), et radicaliser leurs engagements respectifs : Renaud en participant, avec Ahmed, à une prise d’otages présentée en pleine lumière afin de faire réagir l’opinion française sur le traitement des réfugiés égyptiens ; Robinson, en retrouvant son père par ce même biais, lui qui ne voyait plus de sens à son investissement salarié ; Fathi, en réutilisant les enseignements d’une tentative avortée de communauté anarchiste à Alexandrie, dans le quartier sinistré, pour créer la Commune autogérée de Siwa.

La prose de Claude Mamier ne manque ni de chaleur ni de mordant, d’authenticité humaine surtout, et l’insertion de quelques contes d’inspirations diverses – Claude Mamier est lui-même conteur – ajoute à l’intérêt du roman ; les descriptions d’Albi (la cathédrale Sainte Cécile en particulier) ou d’Alexandrie témoignent quant à elles d’un solide travail de préparation et de documentation, et le parallèle entre les grilles du chantier égyptien et celles de la cathédrale forteresse d’Albi autour de Robinson est une excellente idée narrative. Bien sûr, on sent bien que l’idée est de montrer que l’anarchie reste et demeure une alternative viable et humaniste à l’impasse du capitalisme2, mais au-delà de cette dimension sans doute un peu trop explicite et démonstrative (qui n’élude pas la question de la violence, d’ailleurs, même si la renonciation à son utilisation est au bout du roman3), se dégage du livre un sentiment de fatalisme : certes, l’anarchie est une utopie généreuse, mais face à un système dominateur doté d’une force écrasante, elle ne peut espérer vaincre4… Le rêve est à rêver (sic). La principale faiblesse de La Révolte d’Albi tient cependant à son manque de cohérence interne et de crédibilité. Le monde du milieu du XXIe siècle qui est mis en scène semble, sur le plan technologique, bien peu différent du nôtre, ce qui dénote probablement le peu de familiarité de l’auteur vis-à-vis du genre de la science-fiction (il est plus familier de la fantasy5), coutumier de ce type de tableaux d’un proche avenir. Comment en effet croire qu’il a fallu attendre 2059 pour découvrir que l’on pouvait pister des individus grâce à des nanorécepteurs, alors que ce sujet est déjà largement discuté en ce début de XXIe siècle ?

Par ailleurs, en dehors d’Alexandrie et d’Albi, le reste du monde ne nous apparaît que par bribes, tout comme l’évolution (géo)politique. Le seul changement notable et signalé, pour ce qui est de la France, c’est l’instauration, à la suite des émeutes de 2029, d’un revenu universel, qui a eu pour principal résultat d’éteindre la contestation et de favoriser l’immobilisme, pour le plus grand profit des élites possédantes et dirigeantes. Mais qu’en est-il, en Égypte, de ces îlots libertaires d’Alexandrie, nommés Makhno ou Bakounine, dans un contexte que l’on connaît surtout militaire et religieux ? Cela fait peu, trop peu pour que La Révolte d’Albi, aussi généreux soit-il, transforme l’essai extrêmement délicat du roman engagé.

1Ils ont tous été chroniqués sur notre ancien site.

2Les années 2020-2030 ont pourtant été celles de la « génération sacrifiée », autant de morts prématurés du fait des polluants diffusés les décennies précédentes dans l’air, l’eau et la terre.

3Ainsi des pensées du personnage de Renaud : « La violence l’effrayait. La révolution était belle de loin. » (souligné par nous), p. 275.

4Ce dialogue entre Ahmed et Fayrouz, la vétérane libertaire (p. 301), l’illustre parfaitement :

« – Donc tu m’expliques que l’anarchie ne prospère que dans le conflit.

– C’est ça.

– Mais avant, tu as dit que les anarchistes perdaient à coup sûr en cas de lutte armée.

– C’est ça.

– En vertu de quoi j’en arrive à la conclusion suivante : tu estimes que nos idées n’ont aucune chance de l’emporter un jour. »

5Auteur de nombreuses nouvelles dans cette veine, il a cependant traduit en particulier trois des sept tomes du cycle de Kevin J. Anderson, La Saga des sept soleils, une série de space opera relativement médiocre.

Harald Welzer, Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle (Klimakriege wofür im 21. Jahrhundert getötet wird), Paris, Gallimard, collection « Folio actuel », 2009 (2008 pour l’édition originale), 448 pages, 9,50 €.

.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai, qui s’inscrit dans les préoccupations larges liées au réchauffement climatique et à ses conséquences, présente la particularité de favoriser le retour sur le passé plutôt que la simple prospective. Il faut dire qu’Harald Welzer est un historien qui s’est spécialisé dans l’étude du judéocide : il est en particulier l’auteur de Les Exécuteurs. Des hommes normaux aux meurtriers de masse (Paris, Gallimard, collection « NRF essais », 2007).

Ses hypothèses d’avenir sont liées par une vision foncièrement pessimiste. Il postule en effet une aggravation de « l’asymétrie » déjà existante entre pays du Nord et du Sud1, et un accroissement de la violence, dû aux flux croissants de réfugiés et aux guerres pour les ressources. Le prototype de ces dernières étant, selon lui, le conflit du Darfour, véritable guerre climatique aux origines non ethniques, mais écologiques et démographiques, éclatant dans une société fragilisée, fruit d’une forme de développement inégal et combiné dégénéré induisant une privatisation de la violence (et une économie propre). C’est cette question de la violence qui lui permet de convoquer l’histoire afin de démontrer qu’elle est non seulement probable, mais qu’elle sera également parfaitement assumée par les populations. Il argumente en effet dans le sens d’une violence humaine plus évidente, plus « normale » (au sens premier du terme), plus rationnelle également, que ce que le sens commun a tendance à considérer. Les tendances actuelles vont, pour les puissances occidentales, vers une violence plus indirecte, où les responsabilités connaissent une certaine dilution.

En s’appuyant sur les exemples du judéocide, mais également de la guerre du Vietnam ou du génocide rwandais, étonnamment ordonné2, Harald Welzer décrypte les causes de ces violences massives, liées au sentiment de menace, de changement, et qui s’accommodent de la coexistence d’une bonne conscience personnelle des meurtriers, justement nécessaire à la conservation d’un équilibre moral. Il les lie également à la modernisation, à la manière d’un Losurdo ou d’un Traverso3, sans hésiter pour autant à grossir le trait4 et à utiliser cet exemple désormais quelque peu usé qu’est l’île de Pâques, où la résolution de la crise écologique se réalisa via guerre et cannibalisme. Il n’empêche, selon lui, s’appuyant sur le concept de shifting baselines, les comportements sociaux peuvent parfaitement évoluer jusqu’à trouver admissible des formes de violence de plus en plus marquées à l’égard des réfugiés climatiques.

C’est justement ce regard très sombre posé sur l’humanité et son devenir5 qui fait de cette étude d’Harald Welzer un travail partial et discutable6, vertébré par une conception de l’histoire que l’on peut qualifier de postmoderne, tant elle met l’accent sur le contingent et le hasard7, possibles générateurs d’une certaine fatalité. Le cas de l’Allemagne nazie retient ainsi l’attention de l’auteur pour la rapidité de l’accoutumance de la population vis-à-vis du rejet des juifs, mais il néglige les formes pourtant réelles de résistance populaire, et a tendance de manière générale à considérer comme acquis des résultats d’enquêtes récentes (sur le sentiment sécuritaire par exemple)…

Les Guerres du climat est de la sorte une contribution utile à la discussion sur la violence et la géopolitique du proche avenir, mais clairement incomplète.

1 « (…) les populations les plus durement frappées sont celles qui ont jusqu’ici émis le moins de gaz à effet de serre, alors que les plus grands pollueurs seront probablement ceux qui pâtiront le moins des conséquences. » (p. 69).

2« La violence génocidaire, vue de l’extérieur, faisait l’effet d’être éruptive, archaïque et spontanée, mais vue de l’intérieur elle était étonnamment réglée et – pour les exécuteurs – sensée. » (p. 116).

3Domenico Losurdo, Contre-histoire du libéralisme, chroniqué sur notre blog, et Enzo Traverso, La Violence nazie : une généalogie européenne, chroniqué dans notre revue électronique. « (…) purifications ethniques et génocides sont étroitement liés à des processus de modernisation, même si la violence apparemment archaïque de leur exécution peut dissimuler ce lien. » (p. 43).

4« Tous les pays occidentaux, à l’exception de la Suisse, de la Belgique, de la Grande-Bretagne et de l’Espagne, doivent leur forme actuelle d’États-nations à une politique d’homogénéisation ethnique dont l’envers est la purification ethnique (…) », (p. 192), une réflexion où l’on sent l’influence des postcolonial studies.

5« Est-ce que, devant le panorama des innombrables exemples qu’offre l’histoire en matière de formes de violence et de disposition à tuer, il ne faudrait pas plutôt partir de l’idée que l’holocauste a encore accru la probabilité que de telles choses se produisent à nouveau ? » (p. 49).

6On peut également citer le parallèle fragile entre terrorisme d’extrême gauche des années 1970 et terrorisme islamiste contemporain, qui reposerait principalement sur un supposé élitisme commun.

7« (…) les catégories de causes et d’effets, de conditions et de conséquences, de structures et de fonctions perdent un peu de l’éclat qu’elles ont (…) et ce sont des catégories « sales », comme le hasard et les sentiments, qui passent au premier plan. » (p. 157).