Archives par étiquette : « Enragés »

Walter Markov, Jacques Roux, le curé rouge, Paris, Libertalia / Société des études robespierristes, 2017, 520 pages + 1 CD Rom, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est une œuvre essentielle, une de ces biographies indispensables à une appréhension totale de la Révolution française, que la Société des études robespierristes, associée pour l’occasion aux dynamiques éditions Libertalia, nous propose. Une de ses singularités, et pas la moindre, est d’avoir été écrite par un historien de RDA. Ainsi que Jean-Numa Ducange  et Claude Guillon, qui ont élaboré l’appareillage critique et l’aperçu historiographique, l’expliquent en ouverture, la prose pratiquée par Markov est également pour beaucoup dans cette traduction réalisée par Stéphanie Roza [1]. Et il est vrai que la version française restitue bien un style souvent (trop) chargé en références érudites plus ou moins implicites.

Le portrait proposé de l’enragé Jacques Roux [2], élaboré dans les années 1960 à l’aide de nombreuses pièces d’archives, est en tout cas extrêmement détaillé et objectif. Issu d’un milieu plutôt aisé, Jacques Roux s’intégra au clergé par choix de son père, et Walter Markov estime qu’il souffrira de manière croissante, particulièrement en avançant dans la Révolution, de cet engagement professionnel subi. Est-ce lié, mais son caractère est souvent sévère, cassant, sanguin, et peu enclin au compromis. Une affaire de meurtre accidentel lors de son séjour à Angoulême, et dans laquelle il aurait été impliqué, semble aller encore davantage dans ce sens. Au milieu des années 1780, il se retrouva en Saintonge, s’essayant alors à la poésie, non sans susciter certaines moqueries. C’est donc un homme en partie frustré, dans son métier et son expression, qui s’engage au cœur de la Révolution en marche. D’abord, à l’été 1790, par son sermon Le triomphe des braves Parisiens sur les ennemis du bien public, manifestation de soutien d’une Révolution voulue par Dieu (sic) et qui doit encore être consolidée en faveur du petit peuple. Ensuite, peu de temps après ce sermon qui fâcha certains de ceux qui – déjà – tiraient profit d’une Révolution modérée, en partant à l’aventure pour Paris, où battait le cœur des événements.

Il s’y rallie à l’Église constitutionnelle, un sentiment d’accomplissement pour celui dont la vie de clerc fut de plus en plus critique à l’égard de l’Église officielle. Associé à la paroisse de Saint-Nicolas-des-Champs, et au club des Cordeliers, il s’intègre surtout à la section des Gravilliers (située dans le centre de Paris, en un quartier plutôt pauvre, à majorité salariée), se rapprochant du petit peuple au détriment des notables. En 1792, il héberge pendant une semaine un Marat passé un temps dans la clandestinité, ce qui permit aux deux hommes de constater l’importance de leurs divergences et une rivalité rampante. Dans ces mois d’exacerbation de la lutte des classes, Jacques Roux fut poussé à défendre le droit de vivre contre le droit de propriété. Les événements de l’été sont conformes aux idées qu’il défend, et les sans-culottes de sa section le soutiennent totalement. Il approuve également, par réalisme, les massacres de Septembre, mais, contrairement à ce que l’on croit souvent, ne se présente pas aux élections de la Convention, préférant privilégier son rôle d’agitateur. S’en prenant aux aristocraties, qu’elles soient d’ordre ou d’affaires, il appelle à l’interventionnisme de l’État contre les accapareurs, tout en estimant que le pouvoir suprême est celui du peuple, et pas de ses représentants. Élu au conseil général de la Commune de Paris, c’est en tant que représentant de celle-ci qu’il assiste à l’exécution de Louis XVI, qu’il approuve pleinement, mais en ayant un rôle bien plus effacé que ce que veut faire croire sa légende noire.

Walter Markov, dans un récit par en bas des événements révolutionnaires, montre bien que Jacques Roux n’est pas à la tête d’un parti, mais qu’il est porté par les initiatives des masses elles-mêmes qui se choisissent des porte-paroles, ainsi pour les émeutes de février 1793 [3]. « C’est ainsi qu’on peut les considérer : des garde-fous pour maintenir la Montagne à gauche et empêcher les retours en arrière (…) » (p. 262). L’essence de sa pensée, à ce moment clef de la Révolution, on la trouve dans le Discours sur les causes des malheurs de la République française, texte resté inédit, et écrit vers mai-juin 1793, véritable matrice du plus célèbre Manifeste des Enragés. Walter Markov en propose une analyse détaillée, y repérant l’émergence d’une conscience anticapitaliste, une colère dirigée contre les riches et l’enrichissement individuel, tout en prenant en considération les antagonismes proprement sociaux. L’apogée de son expression idéologique, la lecture du dit Manifeste devant la Convention, signe également le début de sa fin. Un large front contre lui et les autres figures des Enragés se coagule, Montagne, Commune, Cordeliers, etc… face au danger de sa « république populaire » (sic Walter Markov). Même sa propre section est retournée contre lui. Après la mort de Marat, Jacques Roux publie un journal se présentant comme l’héritier de l’ami du peuple, et s’efforce de prouver son soutien à la Montagne, qui accède finalement à une partie de ses demandes.

Cela n’empêche pas les tensions avec la Convention de s’exacerber, conduisant à une arrestation en août 1793, avant l’incarcération définitive en septembre, dans la foulée de nouvelles manifestations alimentaires. Walter Markov y voit la nécessité, pour une Assemblée nationale ayant fait le choix de s’allier au mouvement populaire, d’en écarter les indomptables leaders présumés. Jacques Roux poursuivra un temps, bien qu’emprisonné, la publication de son journal, radicalisant sa critique du pouvoir et jugeant également la politique de la Terreur mise en place, mais d’en haut, excessive, avant d’échapper à la guillotine en se suicidant. « Mais en apprenant aux damnés de la Terre à brandir leur propre drapeau, les Enragés s’inscrivirent dans le livre d’or de l’histoire universelle. Ils mirent à l’ordre du jour la question de la place des travailleurs dans la société. (…) Leur contribution historique consista à porter à son paroxysme la conception plébéienne de l’égalité, à en tirer les conséquences ultimes. Cela les mena dans une impasse et ils furent éliminés. Mais leur échec était nécessaire pour ouvrir la voie à une alternative non égalitaire à la loi du profit : celle de Babeuf le communautaire et finalement du slogan « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » » (p. 457-458).

Dans ce récit fidèle à une lecture marxiste classique, celle de la Révolution française comme révolution bourgeoise, étape qui ne peut être brûlée, Walter Markov évoque parfois l’interprétation d’un Piotr Kropotkine [4]. Richement appareillée, la biographie proprement dite est complétée par une postface de Matthias Middell, qui revient sur l’itinéraire de Walter Markov et sur son œuvre. Surtout, un CD Rom a été adjoint au livre, permettant d’avoir accès à l’ensemble des travaux de l’historien allemand sous forme de fichiers PDF : l’ensemble des textes de et sur Jacques Roux, base de données de plus de 700 pages, ainsi que plusieurs articles, de l’historien allemand ou d’autres auteurs, parmi lesquels Claude Guillon, qui signe un travail intéressant sur l’iconographie de Jacques Roux (sanguinaire et repoussant dans le récent jeu Assassin’s Creed). On tient bien là l’œuvre de référence sur Jacques Roux, et une contribution d’importance à l’histoire de son courant.

[1]    Stéphanie Roza, ainsi que Jean-Numa Ducange, sont membres de la rédaction de Dissidences.

[2]    Sur Jacques Roux, voir notre recension d’une autre biographie, plus sommaire, celle de Dominic Rousseau : http://dissidences.hypotheses.org/8570

[3]    « Ce ne sont pas les Enragés qui ont fait le 25 février, mais plutôt le 25 février qui a fait les Enragés. » (p. 245).

[4]    Voir la recension de son maître livre dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1822

Dominic Rousseau, Le Curé rouge. Vie et mort de Jacques Roux, Paris, Spartacus, 2013, 220 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le livre de Dominic Rousseau est la plus récente étude1 consacrée à celui qui fut souvent considéré comme le « leader » des Enragés, un comble pour un mouvement se situant aux antipodes de celui de Babeuf en terme d’organisation. Les Enragés de la Révolution française ont été largement étudiés par Daniel Guérin2, Claude Guillon3 et par de nombreux autres spécialistes (Walter Markov, Albert Soboul, Serge Bianchi), dans des articles, en particulier dans les Annales historiques de la Révolution française, mais l’intérêt de l’approche de Dominic Rousseau réside dans son parcours biographique extrêmement détaillé. Le récit débute par le lien tracé avec Jean Meslier, autre curé précurseur du socialisme mais contraint à pousser « un cri dans la nuit », pour reprendre la jolie formule de Dominic Rousseau4, là où Jacques Roux fut homme d’action et non théoricien.

Né en 1752, en Charente, et issu d’une famille bourgeoise, le jeune Jacques Roux fut destiné à des études ecclésiastiques, l’amenant à exercer un temps le professorat de philosophie et de physique pour des élèves du séminaire d’Angoulême. Occupant par la suite divers postes en tant que vicaire itinérant, il fut témoin de la misère rurale. Dominic Rousseau s’interroge avec pertinence sur les possibles lectures de Jacques Roux en cette époque précédant la tourmente révolutionnaire, retenant principalement Jean-Jacques Rousseau (celui de Profession de foi d’un vicaire savoyard en particulier) et Gabriel Bonnot de Mably ; il reste néanmoins bien des zones d’ombre sur la formation de sa pensée politique et sociale. Les défauts de son caractère ne sont pas négligés, lui qui se révéla souvent autoritaire, ayant une haute opinion de lui et une certaine ambition d’incarner les exigences du petit peuple ; un caractère complexe, volontiers fabulateur, mais entier dans ses engagements. En 1790, avant son départ pour Paris, il prononce en son église de Saint-Thomas un discours qui permet de faire un point d’étape sur ses idées : il s’y révèle attaché à la foi en Dieu, tout en critiquant la religion ; il y exalte surtout l’engagement du peuple et la liberté, saluant le rôle de monarque éclairé joué par Louis XVI. C’est donc bien le bouillonnement parisien qui allait contribuer à l’approfondissement majeur de sa pensée et à sa radicalisation. Il y devient prêtre jureur, membre du club des Cordeliers, et habite le quartier du Marais, l’un des bastions des sans-culottes. Dans cette Révolution dont il fréquente désormais le cœur et le cerveau, il voit un retour à l’esprit de l’Évangile originel, du christianisme primitif, plus à l’écoute des pauvres.

Au début de 1792, il héberge quelques jours un Marat alors menacé, personnage qu’il admire énormément, mais avec lequel, malgré ses efforts, il finira par se brouiller et entrer en conflit. A la fin de l’année, Jacques Roux subit plusieurs échecs électoraux, en particulier lors des élections pour la Convention. Il devient néanmoins le représentant de sa section à la Commune de Paris, et acquiert une certaine célébrité en étant un des deux hommes à accompagner Louis XVI à l’échafaud le jour de son exécution, après avoir prononcé un discours important en faveur de sa condamnation à mort. Dans les premiers mois de 1793, Jacques Roux s’implique dans les émeutes populaires conduisant à l’instauration de la loi sur le maximum. Il faut dire que la dénonciation des spéculateurs et des accapareurs, des riches de manière plus générale, constitue le cœur du discours du « curé rouge ». Il s’engage également avec force dans la lutte contre les Girondins, qui connaît un triomphe en juin 1793, avec l’éviction de leurs députés de la Convention (action que semble regretter en partie l’auteur, soucieux d’une certaine légalité formelle sur ce point). Toutefois, lorsqu’il prononce son discours le plus fameux devant l’assemblée, fin juin 1793, ce discours passé à la postérité sous le surnom de « Manifeste des Enragés », il s’attire nombre d’inimitiés, les Montagnards en faisant une cible d’importance. Cela n’empêche pas Jacques Roux, en froid avec Marat, de revendiquer sa succession après son assassinat, relançant un Ami du Peuple. Sur le sujet des fréquents appels à la violence de Roux comme de Marat, justement, Dominic Rousseau se montre souvent compréhensif (ces déclamations n’ayant pas conduit leurs auteurs à avoir directement de sang sur les mains), tout en leur reprochant de préparer le champ à la Terreur à venir, dont Jacques Roux allait être une des premières victimes. Mais est-il vraiment judicieux de séparer revendications sociales radicales et usage de la violence en période révolutionnaire ?

Jacques Roux est emprisonné à plusieurs reprises dès août 1793, et, finalement renvoyé devant le tribunal révolutionnaire, il choisit de mettre fin lui-même à ses jours. En conclusion de son récit tout à fait passionnant, Dominic Rousseau insiste, nous semble-t-il avec justesse, sur ce qui différencie Jacques Roux de Gracchus Babeuf5, ce dernier véritable précurseur du socialisme, là où le premier apparaît davantage comme un continuateur de Rousseau, ne remettant pas réellement en cause la propriété privée dans ses fondements.

1Une des plus anciennes est de Maurice Dommanget, Jacques Roux, le curé rouge. Les « Enragés » contre la vie chère sous la Révolution, Paris, Spartacus, 1948.

2Voir notre recension de la réédition de Bourgeois et bras-nus sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/3573

3Nous avions chroniqué son Notre Patience est à bout sur notre ancien site.

4On notera toutefois une certaine indulgence à l’égard de Voltaire, qui certes fit connaître le « testament » de Jean Meslier, mais en l’amputant de bien de ses passages les plus radicaux…

5Sur Babeuf, voir la recension d’un ouvrage paru aux éditions libertaires : http://dissidences.hypotheses.org/518