Archives par étiquette : Espagne

Henri Mélich, A chacun son exil. Itinéraire d’un libertaire espagnol, La Bussière, Acratie, 2014, 220 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Co-écrit avec l’aide de son petit-fils, ce livre de Henri Melich retrace les souvenirs d’un militant libertaire espagnol en France. En effet, l’auteur était trop jeune pour avoir combattu les troupes franquistes. C’est tout enfant qu’il franchit la frontière avec ses parents, dont son père milicien de la CNT. Toute son existence se déroule en France, mais le regard, le cœur et l’activité sont tournés vers l’Espagne natale. Ses parents échappent aux camps de regroupement pour les combattants, du fait qu’une partie de la famille vivait déjà en France, pour des raisons économiques. Très rapidement, le jeune Mélich devient un très grand lecteur. Son témoignage est parsemé des très nombreuses lectures qu’il a fait sa vie durant, au point, quelques décennies plus tard, de devenir libraire, diffusant largement la littérature espagnole et libertaire dans son magasin. Mais auparavant, durant la Seconde Guerre mondiale, il participe au passage d’exilés espagnols en France avant, en 1944, de s’engager dans le maquis. Il fait partie des combattants qui libèrent Narbonne, les armes à la main. Il poursuit la guerre jusqu’en Allemagne, et à son retour adhére à la CNT. Par la suite, il participe aux tentatives de créer des zones libérées en Espagne, idée promue par les libertaires. Mais l’affaire relève plus de l’aventure que d’un plan sérieusement mûri. Surtout, il y avait l’illusion que la chute du nazisme allait entraîner également la chute du franquisme et que les forces alliées allaient chasser le dictateur. C’était donc le rôle des anarchistes que de préparer le terrain et d’installer des bases libérées. Mais cet espoir s’est rapidement avéré vain, les forces anglo-américaines privilégiant la stabilité de l’Europe et certainement pas le prolongement du combat antifasciste. Plusieurs de ses connaissances et camarades sont capturés ou tués. Cela n’empêche pas Henri Mélich de poursuivre une activité clandestine en Espagne, accompagnant des militants ou faisant transiter des documents. Puis il s’éloigne de la frontière pour migrer jusqu’à Toulouse où se concentre l’essentiel du mouvement libertaire en exil, clivé entre ceux qui souhaitent prolonger la résistance unie autour de la République et ceux, plus radicaux, qui souhaitent une activité de nature révolutionnaire. Il franchit un nouveau cap en adhérant à la FA et aux Jeunesses libertaires. L’engagement prend de multiples formes, comme le projet d’enlever le consul d’Espagne à Toulouse (projet avorté) ou l’adoption de nombre des valeurs libertaires. Ainsi, par exemple, il fréquente le milieu des végétariens et des libres penseurs, s’adonne à l’espéranto. Il songe même à se faire vasectomiser, mais y renonce par amour. Cela lui permet d’avoir deux enfants avec sa compagne, puis considérant avoir rempli son rôle, il finit par réaliser son projet malthusien. Toujours grand lecteur, il prend en charge l’édition du journal Ruta, puis un autre organe. Comme il le signale lui-même « Notre activité était surtout culturelle ». (p. 135). Il signale que lorsque l’ETA a commencé son activité, c’est grâce aux liens avec les milieux libertaires que le mouvement séparatiste basque a pu s’approvisionner en armes. A cette période, la CNT en exil s’était lancée dans une campagne d’attentats à la bombe en Espagne, conduisant à une série d’arrestations en France et en Espagne. En 1965, il rompt avec le mouvement libertaire en exil, sur la base des divergences politiques. On regrette que les documents ne soient pas exploités ici, car c’est un épisode peu connu. Tandis que les plus jeunes souhaitent poursuivre l’action en Espagne (y compris par la lutte armée ou des attentats), les plus anciens envisagent l’action sous d’autres formes. C’est un tournant dans sa vie, il s’éloigne du militantisme direct et change de métier, devenant représentant de commerce pour les éditions Ruedo Iberico (éditions sur lesquelles il existe une thèse de Maria Aranzazu Sarra Buil, Cuadernos de Ruedo Ibérico. Exil, culture d’opposition, mémoire historique1), travail qui l’occupe de nombreuses années, avant qu’il ne fonde sa propre librairie à Perpignan. Librairie qui diffuse essentiellement de la littérature espagnole, ainsi que toute la prose anarchiste. L’endroit devient un point de repères pour tous les libertaires, si bien qu’il est la cible d’un attentat à la bombe en 1976. Une dernière étape est franchie quand il s’essaie à l’édition en Espagne, après la chute du franquisme, mais l’aventure tourne court. C’est sur des notes un peu nostalgiques d’une époque révolue que se terminent cette évocation, très intéressante, à travers le destin d’un homme, de l’évolution d’un courant politique qui s’est difficilement maintenu après son échec durant la guerre civile. Quelques documents complètent le livre, ainsi qu’une postface, émouvante, de son petit-fils qui dit avoir découvert son grand-père à travers les entretiens conduits pour écrire le livre. Livre qui tranche assez fortement avec bon nombre de témoignages produits sur l’Espagne, car l’auteur n’a jamais participé en fait aux combats de la période 1936-39.

1 Remerciements à Julien Hage pour m’avoir indiqué ce travail.

Jean-Claude Duhourcq, Antoine Madrigal, Mouvement ibérique de libération. Mémoires de rebelles, Toulouse, Éditions CRAS, 2007, 384 pages, 18 €, Tiburcio Ariza, François Coudray, Les GARI. Groupes d’action révolutionnaires internationalistes. 1974. La solidarité en actes-Enlèvement du banquier Suarez …, Toulouse, Éditions CRAS, 2013, 296 pages, 18 €.

Sur un moment particulier d’une histoire oubliée. Gauche communiste, conseillisme, autonomie libertaire, Espagne/France, Années 70′.

 

Le 2 mars 1974, Salvador Puig Antich, un membre de l’organisation révolutionnaire dite MIL [Movimiento Iberico de Liberacion] ou 1000, est exécuté par le pouvoir franquiste. Le 3 mai 1974, soit quasiment deux mois après, Angel Baltasar Suazez, directeur de la Banque de Bilbao à Paris, est enlevé à Neuilly-sur-Seine, action revendiquée par les GARI [Groupes d’action révolutionnaires internationalistes], un groupe qui exige la libération des prisonniers de l’ex-MIL. Ces deux événements, la mort d’un révolutionnaire et l’enlèvement d’un banquier, sont très médiatisés, en eux-mêmes et par les répercussions (manifestations, campagnes de solidarités, création de comités, débats dans tout ce que l’extrême et l’ultra gauche comptent de groupes structurés ou informels, etc.) qu’ils entraînent en France et en Espagne. Mais cette exposition médiatique véhicule, comme l’on s’en doute, plus de fantasmes, de peurs savamment agitées, de contre-vérités, d’omissions préméditées que d’objectivité. Les représentations mentales des uns et des autres occultent non pas la vérité mais la stricte historicité de l’événement.

Ces deux ouvrages parus sous les auspices du CRAS et rédigés par des militants ont donc pour objectif, non pas de livrer une analyse historique distanciée et problématisée, mais bien de proposer, aussi bien en ce qui concerne le MIL que les GARI, une compilation de faits, à travers de nombreux entretiens et de témoignages d’acteurs de cette époque (pour le MIL) ainsi que de nombreux documents, avec une chronologie détaillée des événements (pour les GARI)1. Cette franchise et cette modestie2 sont à remarquer, d’autant plus que d’autres auteurs de livres récents sur l’extrême gauche en sont, hélas, dépourvus3.

Dans une Espagne corsetée par le régime franquiste, l’économie se modernise dans les années soixante grâce aux capitaux étrangers, le « boom » touristique étant une illustration et une vitrine de ce phénomène. Aussi bien dans de petits milieux plus ou moins estudiantins – où les groupes radicaux, tels les Acratas de Madrid4, se créent, se défont, scissionnent – que dans le monde ouvrier – où des courants hostiles au communisme orthodoxe tentent d’acquérir une action autonome dans des usines –, l’effervescence révolutionnaire gagne du terrain en Espagne, et particulièrement à Barcelone et dans sa région. Elle est à l’unisson du formidable mouvement de contestation/rupture qui touche de larges secteurs des principales sociétés industrielles mondiales. Dans ce contexte, il est difficile de dater avec précision la fondation du MIL, organisation non structurée et plutôt inclassable. On peut néanmoins avancer qu’entre 1968 et 1970, insatisfaits des voies traditionnelles anarchistes ou communistes, qu’ils ont fréquenté, mais vite laissé de côté, dans leur prime jeunesse (dans ces années-là, la conscience politique radicale pouvait s’emparer d’adolescents dès leurs 15 ans ), un certain nombre de militants (re)découvrent les textes de l’ultra gauche (Pannekoek, Gorter entre autres) anti-léniniste, ainsi que les analyses plus récentes, actuelles, de l’Internationale situationniste (IS). Des rencontres et des échanges de textes, à Paris, avec Raoul Vaneigem, pour l’IS, ou avec Jean Barrot [Gilles Dauvé] pour le pôle de regroupement de l’ultra gauche qu’était alors la librairie/collectif La Vieille taupe ancrent certains militants (Amigo Santi Soler « El Petit » ou Ignacio Solé Sugranyes « Montes ») dans un milieu qui produit peu après la coalescence d’un premier collectif, l’Equipe théorique (ET) (p. 17, 25, 31). C’est dans ce groupe que germe l’idée de fonder les Éditions Mayo 37, dont la référence [Mai 1937] « rappelle le dernier assaut du prolétariat espagnol et (…) la continuité avec la critique du stalinisme et de l’attitude des leaders anarchistes » (p. 59-60). Le second groupe, l’Equipe ouvrière (EO), est constitué de travailleurs révolutionnaires possédant des affinités avec ET, mais guère avec les expropriations armées (hold-up) qui ont lieu quelques années plus tard. Quand au dernier collectif, l’Equipe extérieure (EE), sa cheville ouvrière est Oriol Solé Sugranyes « Victor », qui après un passage par le Parti communiste espagnol (PCE), puis par une organisation issue de ce dernier, le PCE-(i)5 et une année de prison, se rapproche de syndicalistes révolutionnaires éditant la revue Qué hacer ? (Que Faire ?). C’est donc « Victor » qui, en janvier 1971, à Toulouse, « préconise la nécessité de créer une structure de lutte armée. L’EE devient le 1 000 » (p. 38). Un certain « Sebas » y participe : il s’agit de Jean-Marc Rouillan6, un des futurs membres d’Action directe. Son témoignage semble corroborer les faits7. En effet, selon lui, le « vrai » MIL, qui signe ensuite MIL-GAC [pour Groupes autonomes de combat] nait bien en janvier 1971, par regroupement affinitaire de militants ayant appartenu à l’EE, et à deux groupes extérieurs, Notre classe et Vive la Commune. ET et EO ne sont pas concernés. Pourtant, les textes du MIL-GAC reconnaissent que les actions antérieures de ces deux équipes sont aussi le MIL … (p. 111-116).

Le MIL est donc bien plus un sigle commodément appliqué à un ensemble de collectifs, qui parfois s’interpénètrent, mais qui à d’autres moments poursuivent leur chemin particulier, qu’une structure, même lâche. Diverses tendances (lutte armée, syndicalisme révolutionnaire, conseillisme), qu’on aurait tort de croire uniquement représentées dans une équipe particulière, s’expriment et parfois divergent ou s’affrontent dans un court laps de temps. Pourtant, une grève radicale, celle des usines Harry Walker (filiale de Solex) à Barcelone entre décembre 1970 et février 1971, où « les travailleurs démontrent leur capacité à agir et à s’auto-organiser » (p. 33) en dehors des syndicats et des groupes « gauchistes » est l’occasion de la « réunion des collectifs ouvriers, de l’infrastructure technique de l’EE (..) et des contacts internationaux de l’ET (Vieille Taupe, Lotta Continua8) qui [se retrouvent] efficacement dans une même tâche. » (témoignage de « El Petit », p. 37). Cette rencontre réelle entre une insubordination ouvrière et des militants révolutionnaires communistes9 peut sans doute être considérée comme une sorte de fantôme d’Hamlet qui d’une certaine façon hante la praxis des membres du MIL. « El Petit » ne reconnaît-il pas qu’il leur « importait de réussir à faire surgir de nouveaux Harry Walker (chose que nous n’avons pas réussie) » (p. 37) ? En août 1973, à Toulouse, une série de réunions, auxquelles sera plus tard accolé le nom inadéquat de « Congrès », aboutit à la dissolution du MIL, avec un texte qui officialise cette décision. La revendication récente et publique de hold-up (pour financer les publications et assurer la vie quotidienne des militants) a précipité les événements, et aggravé les divergences. On notera que toutes les équipes ne sont pas présentes (les ouvriers d’EO par exemple, d’ailleurs jamais au MIL), mais que Jean-Marc Rouillan y assiste. Un mois plus tard, en septembre 1973, des arrestations massives (Oriol Solé Sugranyes, José Luis Pons Llobet, Amigo Santi Soler, Salvador Puig Antich, etc.) décapitent l’ex-MIL. Le 9 janvier 1974, Puig Antich est condamné à mort (exécuté le 2 mars, malgré une campagne de protestation et des manifestations européennes, parfois très violentes) et Pons Llobet à 30 ans de prison. Les GARI naissent de la solidarité avec les prisonniers du MIL.

En publiant leur ouvrage très bien documenté, Tiburcio Ariza et François Coudray (pseudonymes) souhaitent transmettre une mémoire, celle de « quelques pages d’histoire du mouvement révolutionnaire et des groupes autonomes » (p. 6). Les documents proposés, qui proviennent essentiellement du CRAS10 et des CIRA11 de Marseille et Lausanne, indiquent que la coordination des groupes affinitaires, formée lors de multiples réunions, échanges, débats entre janvier et mai 1974, qui décide de se constituer en GARI pour tenter de faire libérer les prisonniers de l’ex-MIL, est le produit naturel d’une époque fiévreusement révolutionnaire. Ces archives indiquent également que loin d’être des libertaires classiques, les militants qui forment, à ce moment particulier de leur combat, les GARI, sont en contact étroit avec, par exemple le collectif de la revue Mouvement communiste (autour de Jean Barrot/Gilles Dauvé) ou l’ORA (Organisation révolutionnaire anarchiste), « travaillée » par des courants marxistes-léninistes ou ultra-gauche. Enfin, les GARI décident leur auto-dissolution très rapidement (août 1974), bien que les arrestations et les procès permettent la survie médiatique de cette signature.

Conclure

L’accent mis sur le côté « rage de vivre » de cette jeunesse radicale et sur leur vécu insuffle de l’humanité à une histoire qui n’est donc pas que politique, même si les années soixante-dix ont su revendiquer haut et fort l’appartenance de tous les actes sociaux à un « tout est politique ». Dans ces deux ouvrages, nul doute que des révoltés puissent trouver matière à réfléchir à des « formes d’organisation et aux luttes futures » (Les GARI, p. 271), en dehors de l’extrême gauche traditionnelle. Pour les historiens des mouvements révolutionnaires et des avant-gardes, dont l’objectif n’est pas de même nature, il est important que ces deux ouvrages – sur un moment particulier, dans un triangle Barcelone-Perpignan-Toulouse, de la remise en cause totale et violente des rapports sociaux capitalistes – existent. Comme premières pistes de travail, ils ouvrent effectivement, non pas seulement le « champ de l’investigation » (Les GARI, p. 271) mais aussi celui d’une étude poussée (souhaitée par ces auteurs) des différents courants extra-parlementaires, sensibles aux analyses issues de l’ultra gauche communiste non-léniniste des années vingt, mais aussi à celles des situationnistes, des partisans des Conseils ouvriers ou de l’anarchisme d’action directe, dans ces années soixante-dix.

1Indiquons néanmoins un petit livre signé collectivement par des libertaires liés au MIL, sous le pseudonyme de André Cortade, Histoire désordonnée du MIL, (Éditions L’échappée, 2005), dont nous avions rendu compte sur notre ancien site (http://www.dissidences.net/terrorisme_lutte%20armee.htm#cortade ), ainsi qu’un article de Sergi Rosés Cordovilla dans le premier volume de notre revue Dissidences, « Révolution, lutte armée et terrorisme », p. 85-97 (L’Harmattan, 2007). Étonnamment, cet article d’un auteur pourtant cité fréquemment dans l’ouvrage n’apparaît pas dans la bibliographie.

2En introduction, les auteurs du livre sur les GARI affirment d’emblée : « prétendre que dans ce document nous avons relaté l’histoire des GARI serait de notre part présomptueux (…) » (p. 5). Ceci nous semble valoir également pour l’ouvrage sur le MIL, quoique de manière moins appuyée. Néanmoins, l’option revendiquée de « faire un choix »( p. 8-9) parmi les trois « équipes » composant le MIL, privilégiant selon les moments et les protagonistes, l’une ou l’autre, interdit d’y lire une histoire globale.

3Il suffit de se reporter aux comptes rendus de ce blog …

4Ce groupe, qui agit à Madrid entre octobre 1967 et juin 1968, se fait connaître en défenestrant un crucifix pour le lancer sur les policiers, lors de l’occupation de l’université en janvier 1968. Selon la revue Internationale situationniste (n° 12, septembre 1969, p. 86), ce groupe leur semble « aussi proche de Marx que de Durruti et aussi loin de Lénine que de Proudhon ». Cet exemple indique un certain ton d’une époque.

5Parti communiste d’Espagne-international, scission de 1967 du Parti communiste catalan (PSUC). Improprement étiqueté parfois comme « stalinien », ce petit groupe était en fait marxiste-léniniste et appelait à une insurrection armée. Il se transforme en Parti du travail d’Espagne en février 1975.

6Depuis 2002, Jann-Marc Rouillan.

7Lire les comptes rendus (par Jean-Guillaume Lanuque) des ouvrages sur la démarche mémorielle de ses années de militantisme, dans notre revue électronique;, : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/personne.php?id=1531&type=auteur

8Lotta Continua est un groupe important de l’extrême gauche italienne, fondé en 1969 et qui décide de s’auto-dissoudre en 1976 après de nombreuses scissions de militants qui fondent des groupes de lutte armée.

9Communistes au sens de l’ultra gauche : Lire par exemple Jean Barrot, Communisme et question russe, Paris, Éditions de la Tête de feuilles, collection « Futur antérieur », 1972.

10Centre de recherches sur l’alternative sociale. C’est un centre de documentation fondé en 1979, à Toulouse, affilié à la Fédération internationale des centres et de documentations libertaires (FICEDL). C’est aussi une maison d’édition. Je remercie les animateurs de ce centre de m’avoir signalé deux erreurs dans ce compte rendu (corrigées aussitôt).

11Centre international de recherches sur l’anarchie.

André et Dori Prudhommeaux, Catalogne libertaire, 1936-1937, suivi de Que sont la CNT et la FAI ?, Toulouse, Cahiers du Coquelicot, n° 3, 2012, 105 pages, 10 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il s’agit d’une énième réédition de deux brochures de ce couple de libertaires, partis début août 36 en Espagne, qui publient un journal, L’Espagne antifasciste. Lequel journal, financé par la CNT, voit ses fonds coupés, du fait des critiques multiples qui sont publiées sur la participation ministérielle des anarchistes au gouvernement républicain. La première brochure porte sur la question de l’armement du peuple dans la révolution espagnole. Elle comporte de nombreux extraits de l’Espagne antifasciste et quelques documents en appendice. De loin, c’est le texte le plus intéressant, car il rapporte les positions exprimées par les courants libertaires contre la militarisation des milices, souhaitée aussi bien par le gouvernement républicain que par les forces communistes. Il s’agit d’un document très clair et percutant sur la primauté accordée par le courant libertaire à l’énergie politique du peuple en armes sur ce qu’il considérait comme une régression militariste, qui finit par triompher. Sur de nombreux aspects, les Pruhommeaux fournissent des arguments tout à fait intéressants, comme la question de la solde, de l’élection des dirigeants militaires, du rôle de la répartition de l’armement, sur le refus d’un commandement unique, sur l’opposition entre la politisation des milices et la dépolitisation de l’armée… Publiée au tout début 37, cette brochure esquisse cependant un certain nombre de questions comme l’intervention armée allemande et italienne, la nécessité d’un armement lourd (alors que seuls des fusils de qualité sont réclamés), ou encore un certain degré nécessaire de centralisation du commandement militaire refusé par les anarchistes. Si les Prudhommaux soulignent le sursaut révolutionnaire qui s’est emparé des masses à Madrid une fois le gouvernement évacué à Valence, ils en omettent pourtant la stricte question militaire. Toute l’énergie populaire n’a pas pu empêcher la capitale de subir un bombardement aérien sans capacité de riposte à la hauteur. La mise en avant de la conscience révolutionnaire pour gagner la guerre est sans doute juste, mais manque néanmoins de réalisme. Quant à la seconde brochure, Que sont les CNT et la FAI ? , il s’agit d’une brochure de présentation assez hagiographique de ces deux organisations libertaires. Le ton totalement acritique de la présentation qui en est faite ne permet en aucun cas au lecteur de comprendre comment ce « cœur du prolétariat espagnol » a pu renoncer à sa politique, se faire vaincre et accepter, au final, que ses dirigeants adoptent celle du Parti communiste espagnol, aligné sur Moscou. Il n’en reste pas moins que cette réédition est tout à fait intéressante, car elle plonge le lecteur dans les documents de l’époque, montrant l’ampleur du processus révolutionnaire en cours. La chute est moins souriante, certes, mais les potentialités existaient bien, ce que confirment ces textes.