Archives par étiquette : Europe

Louis Weber, Jean-Numa Ducange, Philippe Marlière, La gauche radicale en Europe, Paris, Éditions du Croquant, collection « Enjeux et débats », 2013, 124 pages, 8 €.

Un compte rendu de Romain Mathieu

Le petit livre (124 pages) de Louis Weber, Jean-Numa Ducange et Philippe Marlière n’a pas la prétention de constituer une somme sur la gauche radicale européenne, mais d’être une synthèse très générale (parfois trop) visant à fournir quelques pistes de réflexions et à « mieux faire connaître ce courant de pensée, dans la pluralité de ses expressions et traditions » (p. 10). La courte introduction est essentiellement consacrée à la problématique de l’appellation visant à justifier le choix du terme de « gauche radicale ». Même si Philippe Marlière revient ensuite sur cette question (p. 91 et suivantes), notamment pour réfuter le terme d’extrême gauche, le renvoyant « à une forme de marginalité politique » (p. 91), on aurait souhaité de plus amples développements tant cette problématique est importante. La première partie, « État des lieux » ne surprendra pas les lecteurs de la revue Savoir/Agir et des chroniques, généralement bien informées, que Louis Weber consacre à la gauche de la gauche. Sans être nouvelle, cette première partie constitue une rapide synthèse, dont le principal défaut est d’être trop partielle, notamment par le choix de n’étudier les partis que sous l’angle de leur réussite électorale (ce choix étant d’ailleurs assumé dès l’introduction, p. 13). De même, les coalitions y sont peu étudiées (mais Philippe Marlière revient sur ces questions organisationnelles dans la troisième partie) alors même qu’elles sont assez courantes. Enfin, les dissidences de partis sociaux-démocrates ou socialistes sont trop peu étudiées : dans cette première partie, quatre lignes seulement sont consacrées (p. 45-46) à la création du Parti de gauche (PG), guère plus à la WASG en Allemagne, etc.

La deuxième partie, confiée à Jean-Numa Ducange, aborde la gauche radicale dans une perspective historique. Là encore, elle ne constitue pas une réelle nouveauté, mais apporte une lecture assez stimulante des transformations de cette gauche là. On peut cependant regretter que cette approche historique ne concerne en réalité que l’histoire du mouvement communiste « officiel » (selon le terme usité par l’auteur, p. 50) alors même qu’il évoque très justement la pluralité des origines de la gauche radicale européenne. En effet, au début de cette deuxième partie (p. 50), l’auteur évoque trois « sources » de cette gauche radicale : les partis communistes « officiels », c’est-à-dire liés au communisme international et à l’URSS, les partis d’extrême gauche qu’il définit comme des dissidences du mouvement communiste et des « nouvelles gauches extra-parlementaires », et des dissidences de gauche des partis sociaux-démocrates. Cependant, la deuxième partie est presque exclusivement consacrée aux évolutions des partis communistes, sans traiter de l’extrême gauche trotskiste ou maoïste (alors même que des partis importants se sont constitués autour de ces matrices, tels par exemple, la LCR ou LO en France, ou le SP aux Pays-Bas). La genèse de la contestation trotskiste du modèle soviétique n’est ainsi absolument pas étudiée. Ces partis ne sont abordés qu’en surbrillance : l’auteur évoque leur progression lors des mouvements de mai 68, ou comme ayant repris le mot d’ordre des « États-Unis socialistes d’Europe » au PCF (p. 75), ou encore lorsqu’il mentionne la lutte du PCF contre les oppositions situées à sa gauche. De même, si les dissidences sociales-démocrates sont évoquées au début de cette deuxième partie, elles ne font pas l’objet de développements spécifiques, pas plus que l’émergence de l’écologie qui a pu constituer, dans certains pays, une remise en cause radicale du système industriel. Le PSU n’est pas non plus mentionné alors qu’il a pu constituer, à une certaine époque, une forme de radicalité politique importante. Cette deuxième partie, au demeurant très intéressante, ne traite ainsi que de l’évolution du courant dominant dans la gauche radicale, le communisme « officiel », et en conséquence, se termine sur la fin d’un « cycle ouvert en 1917 » avec l’effondrement de l’URSS.

La troisième et dernière partie aborde les évolutions récentes. Philippe Marlière y réfute d’abord la thèse de la « mort de la gauche radicale ». Au contraire, la gauche radicale aurait engagé une mutation et redéfini son identité. La thèse de la disparition de la gauche radicale ne prendrait pas en compte le processus de « droitisation » (p. 88-89) de la social-démocratie, processus qui ouvrirait « un espace sur la gauche ». La meilleure preuve de l’échec de cette thèse serait alors l’affirmation du mouvement altermondialiste et l’émergence d’une gauche « anti-néolibérale » en Amérique latine (p. 90). Cette redéfinition évoquée par Philippe Marlière tient cependant plus d’un processus en cours que d’un processus terminé. La définition de la gauche radicale qu’il pose ensuite semble exclure l’extrême gauche de cet ensemble sur le fondement du rapport aux institutions et aux élections. Cette lecture repose alors sur le clivage, que Jean-Numa Ducange qualifie de « fondamental » (p. 70), entre réformisme et révolution. La gauche radicale se distinguerait alors de l’extrême gauche par son acceptation du réformisme radical et sa capacité à investir le champ des luttes sociales et des élections, mais aussi de la gauche sociale-démocrate car à la différence de celle-ci, la gauche radicale n’exclut justement pas d’autres modalités de prise de pouvoir et se distingue par les objectifs visés. Ainsi, même dans une pratique réformiste, la gauche radicale poursuit, à la différence de la social-démocratie, selon l’auteur, un objectif de dépassement, à terme, du capitalisme. Même s’il reconnaît que ces distinctions sont parfois théoriques (p. 92-93), il fait du rapport au pouvoir un élément central dans la définition de la gauche radicale. Il s’interroge ensuite sur l’existence d’une idéologie commune à la diversité des partis de la gauche radicale en repartant de l’évolution du communisme européen. Il rappelle, de façon très pertinente, le changement de position qu’implique, pour le communisme, l’affaiblissement électoral : « Ce qui a fondamentalement changé, c’est que les partis communistes ne sont plus un groupe de référence (positif ou négatif) au sein de la gauche. Ils ne sont plus qu’une composante de cette gauche nouvelle (communisme, socialisme, partis rouges-verts, trotskisme, maoïsme, sociaux-démocrates « de gauche » en rupture de ban, etc.). En résumé, les partis communistes ont cessé d’être le « marqueur » de la gauche, même s’ils y occupent toujours une place prépondérante » (p. 95-96). Cela a comme conséquence qu’ils ne définissent plus, à eux seuls, la gauche radicale qui se caractérise par une forte diversité d’organisations. L’auteur avance également l’hypothèse que l’affaiblissement électoral du communisme aurait permis à cette diversité de partis, existant avant cet affaiblissement, de se rassembler. Reprenant les conclusions de Jean-Marie De Waele, Philippe Marlière définit trois composantes de la gauche radicale en Europe : communiste, rouge-verte et sociale-démocrate de gauche (p. 98), caractérisées par un point commun : un « anticapitalisme identitaire ». Il revient ensuite sur les résultats électoraux des partis de la gauche radicale puis s’interroge plus longuement sur les choix organisationnels effectués en se fondant sur quelques exemples nationaux (Allemagne, Danemark, Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal). De ce (trop) bref descriptif, il tire deux conclusions : la nécessité, pour que la gauche radicale progresse, qu’elle se rassemble, et l’explication nationale des choix organisationnels (fondés très largement sur l’équilibre des forces au sein de la gauche radicale). Il finit ensuite sur un long et intéressant développement sur l’appréhension de l’Europe par la gauche radicale, question qui polarise désormais davantage la gauche en coupant plus fortement la social-démocratie de la gauche radicale (p. 112). Évoquant la mobilisation référendaire de 2005 en France, il pose également les différents débats et positions qui s’expriment dans la gauche radicale sur la construction européenne, sur l’investissement dans cet espace de confrontation (et les difficultés, pour les partis de la gauche radicale, de se définir sur cet enjeu), sur la question de l’euro, etc.

Les auteurs concluent alors sur l’existence d’une « gauche nouvelle [qui] repose sur une matrice communiste » (p. 121). Même si cette synthèse est rapide, et donc nécessairement un peu vague et partielle, elle n’en reste pas moins assez stimulante. Elle est fortement centrée sur l’évolution du communisme et laisse peu de place aux partis issus du trotskisme, ou des dissidences sociales-démocrates ou socialistes. Les auteurs mettent en avant, avec pertinence, la fragmentation de cet espace politique, la tension unitaire qui contraint fortement les stratégies partisanes et les difficultés de la gauche radicale à profiter du « déclin » de la social-démocratie et à apparaître comme une force politique crédible électoralement, ainsi qu’à définir son organisation.

Jean-Michel De Waele, Daniel-Louis Seiler (dir.), Les partis de la gauche anticapitaliste en Europe, Paris, Economica, collection « Politiques comparées », 2012, 322 pages, 29 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il faut saluer la parution de cet ouvrage. En effet, si la bibliographie sur l’extrême gauche française est appréciable, en revanche, les aspects comparatifs sont déjà anciens1. Il existe certes une littérature anglo-saxonne sur le sujet, mais moins accessible (voir en particulier, Daniel Bensaïd, Alda Sousa, Alan Thornett, et alii, New Parties of the Left. Experiences from Europe, London, IMG Publications, 2011). Dans leur introduction, Jean-Michel de Waele et Daniel-Louis Seiler expliquent comment ils définissent cette gauche anticapitaliste. Trois critères sont retenus : se situer à gauche de la social-démocratie, s’opposer au libéralisme et enfin, participer aux processus électoraux (ce qui élimine les courants libertaires, entre autres). Deux parties, d’inégale importance, structurent le propos. Dans un premier temps, sont réunis trois articles portant sur la méthode de l’analyse comparative. D.-L. Seiler livre tout d’abord un essai de typologie de cette gauche anticapitaliste. Esquissant une approche conjuguant à la fois la dimension proprement politique, les dimensions spatiales ainsi que la temporalité, il dessine les trois matrices constituant l’espace de la gauche anticapitaliste. Tim Bale et Richard Dunphy insistent sur l’apparition relativement récente de cette gauche dans les agendas politiques nationaux puisque dans la plupart des pays, ces partis ont d’abord été considérés comme des parias, avant de pouvoir être considérés comme des partenaires, y compris dans des coalitions gouvernementales ou de pouvoirs locaux (Italie, Finlande, France, Chypre etc.) Enfin, Jean-Michel de Waele et Mathieu Vieira concluent cette approche conceptuelle par une tentative de définition de la famille anticapitaliste, recoupant sur de nombreux points les analyses de Daniel-Louis Seiler. Cet ultime chapitre est nourri par de nombreux tableaux fournissant d’intéressants éléments de comparaison sur les résultats électoraux à différents types d’élection. La seconde partie, beaucoup plus étendue, porte sur les analyses de cas, soit onze pays abordés. On regrettera que l’Espagne (IU)) ait été omise dans cet ensemble, au profit de pays comme Chypre (AKEL) ou la Tchéquie (Parti communiste tchèque), dont l’intérêt apparaît nettement moindre. Par ailleurs, en ce qui concerne le Portugal, il semble hautement discutable de réduire la gauche anticapitaliste au seul Parti communiste portugais au détriment du Bloc de gauche. Enfin, trois communications portent sur la France, soit successivement, le Parti communiste français, Lutte ouvrière et la Ligue communiste révolutionnaire. Le cas du Parti ouvrier indépendant, issu du courant trotskyste, aurait également mérité un peu d’attention. Ces manques étant pointés, il faut reconnaître que chacun des chapitres constitue une somme rare d’information pour les pays retenus. Il ne sera pas possible de rentrer dans le détail de chaque chapitre, portant successivement sur la Scandinavie (Finlande, Norvège, Suède, Danemark), les Pays-Bas (le PS néerlandais) et les évolutions du maoïsme, die Linke en Allemagne, produit de la radicalisation d’une fraction de la social-démocratie et de l’évolution d’un ex-parti communiste ; le Parti de la refondation communiste en Italie, le PCP portugais, ultime exemple d’un parti maintenant son identité communiste traditionnelle ; aux deux branches issues du PC grec, le KKE (orthodoxe) et Synaspismos, d’origine eurocommuniste ; du Parti du travail belge, du PC et des différents courants trotskystes en Belgique2, avec une partie assez inédite sur les différentes tentatives de regroupements qui ont été conduites par ces courants. Il faut saluer cette contribution, informée et exprimant une grande sensibilité politique pour son objet, ce qui n’est pas le cas de toutes. Le chapitre de Thierry Choffat sur LO repose sur la documentation disponible sur cette organisation et n’apporte aucun élément nouveau. Il en va de même de la contribution de Didier Bonnemaison sur la transformation de la LCR, lequel courant s’est fondu dans le NPA, qui constitue une bonne synthèse, mais sans grand relief. Le chapitre de Dominque Andolfatto et Fabienne Greffet, consacré au PCF, ébauche des analyses plus fines, où, pour une fois, l’anticommunisme primaire est absent. On le constate, malgré des omissions criantes, des choix contestables (privilégier certains courants au détriment d’autres) et des questionnements (qui ne manqueront pas de se produire) sur les critères retenus, ce livre demeure néanmoins une source précieuse et même unique sur l’objet analysé.

1Lire en particulier le numéro de Grande Europe. La revue sur les pays du continent européen, « Les gauches radicales en Europe », n° 16, janvier 2010, et surtout Christine Pina, L’extrême gauche en Europe, Paris, La Documentation française, 2005, dont Dissidences rendit compte en son temps : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=553 

2Sur ce pays, on consultera avec profit le volume 7 de Dissidences, « La Belgique sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945 », octobre 2009.

Bantigny Ludivine, Baubérot Arnaud (dir.), Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXIe siècle), Paris, PUF, 2011, 384 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

 

Un tel livre est à déguster, article après article, tant l’aire géographique envisagée est large et la séquence chronologique vaste. Saluons tout d’abord l’originalité du projet excellemment défini par Ludivine Bantigny dans l’introduction : hériter c’est « distinguer et retenir, interpréter et sélectionner, puis finalement adopter et délaisser dans le même mouvement ». « L’héritier n’est jamais passif face à l’héritage », il y a des transmissions harmonieuses et d’autres qui sont manquées !

Ainsi David Bellamy (Université de Picardie) montre comment une famille aristocratique, catholique et royaliste, les Montalembert, réussit à transmettre le flambeau à Geoffroy de Montalembert (1898-1993), maire de droite pendant 68 ans, député puis sénateur de Seine-Maritime (Yvetot) de 1936 à 1993, longtemps doyen d’âge du Sénat. C’est la Première Guerre mondiale qui permet chez lui « le glissement d’une lecture historique du passé encore axée sur la monarchie chez ses parents, à une nouvelle, centrée sur la patrie, la France » (p. 310). Désormais, le service de la France et donc de la République était légitimé. Au contraire, l’élite dirigeante de la RDA n’a pas su réaliser la socialisation politique de ses enfants. Au moyen des Archives de la Stasi, Emmanuel Droit (Rennes 2) montre comment les jeunes lycéens, dont la fille du directeur de l’Institut pour le marxisme-léninisme, prennent leurs distances par rapport au modèle éducatif reçu à l’école et dans la famille. L’intervention militaire des pays du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie (21 août 1968) leur en donne l’occasion. Au moyen de graffiti, de tracts, de bandeaux noirs noués autour des bras … ils se solidarisent avec Dubcek et les réformistes du Printemps de Prague. Le Parti, qui eut finalement raison de cette contestation, a sacrifié, en les réprimant, des éléments qui auraient pu conduire le pays sur la voie du socialisme réformiste.

Curieusement, dans un parti au moins, le Parti radical sous la IVe République, étudié par Frédéric Fogacci (une thèse sur les radicaux après la Libération), il y a comme une volonté de ne pas transmettre, en tout cas de réserver l’héritage à …la famille ! L’auteur parle de « conception patrimoniale du capital politique (p. 137). L’élu radical s’estimant propriétaire de son mandat, il lui arrive parfois « d’étouffer ses successeurs potentiels », de « saboter leurs espoirs » (p. 131). Il hésite souvent à former son dauphin, car le fait de désigner un successeur risque de précipiter son avènement. Chez les trotskystes italiens et français étudiés par Yannick Beaulieu et Jean-Paul Salles (collectif Dissidences), le souci est inverse. Il est vrai qu’ils n’ont pas de postes à transmettre, mais ce qu’ils estiment être un riche patrimoine politique. Et de part et d’autre des Alpes, ils ne lésinent pas sur les stages et écoles de formation, les principaux dirigeants prenant une part directe à ces tâches. Malgré tout, ils ne parviennent pas à transmettre durablement leur ethos militant à une jeune génération qui se révélera être, selon les mots de Benjamin Stora, « la dernière génération d’Octobre ».

Il est difficile, dans le bref cadre de ce compte rendu, d’évoquer en détail les vingt-trois contributions qui constituent ce volume. Les socialistes français (Christine Bouneau, Bordeaux 3) et les sociaux-démocrates allemands (Mathieu Dubois, Doctorant) ne sont pas oubliés. Plusieurs intervenants reviennent sur le communisme : Romain Ducoulombier (Metz), Marc Lazar (IEP Paris) étudiant simultanément communisme français et italien, ce dernier analysé à partir de la famille Amendola, par Frédéric Attal (ENS Cachan), dans un article intitulé : « Du national-libéral Amendola père au communiste Amendola fils, un héritage pleinement assumé ». La contribution d’Arnaud Baubérot (Paris-Est Créteil), « L’enfance en rouge et noir. Colonies de vacances communistes et catholiques à Ivry-sur-Seine dans l’entre-deux-guerres », est particulièrement originale et stimulante. Il montre comment le PCF et l’Église catholique utilisent la colonie de vacances pour transmettre un héritage politique ou religieux, en créant « un milieu de vie façonné par le système de valeurs de l’institution qui la porte » (p. 117). Ainsi, la colonie communiste des Mathes (située en Charente-Maritime, non loin de Royan) est une sorte de cité utopique, retranchée du monde présent, « réglée par des normes qui seront celles du monde futur » (p. 120) : les colons méritants sont récompensés, les indisciplinés blâmés, une dizaine d’enfants élus constituent le soviet du camp avec les surveillants, invités à se comporter non pas en pions mais en grands camarades. La mixité, qui est de règle, doit permettre aux enfants d’apprendre à entretenir des rapports égalitaires entre les sexes (p. 120).

Quant à la droite extrême, elle est évoquée par Olivier Dard (Metz) dans sa contribution « Hériter en politique : l’exemple de la Fédération des Étudiants Nationalistes », à l’aide de sources de première main. Il montre comment ce courant, actif surtout de 1960 à 1968, se construit en rupture avec un héritage traditionnel, celui de l’Action française, pour construire une organisation et un militant nationaliste de type nouveau. Des « camps-écoles » sont organisés dans une « ambiance communautaire » (p. 282), où on enseigne la détestation de la République et du marxisme, mais où on réfléchit aussi sur les Indo-Européens, se revendiquant certes de Charles Maurras, mais aussi d’Alexis Carrel, théoricien de l’eugénisme qui déplorait l’affaiblissement de la « race » blanche.

Dans une conclusion intitulée « Le tracé tremblé de toute transmission », Anne Muxel, sociologue, directrice de recherches au Cevipof, remarque pertinemment que « rares sont les filiations directes, sans remise en cause ni aspérités. Tout aussi rares sont les ruptures totales. L’héritage, pour qu’il advienne, suppose toujours une construction ».