Archives par étiquette : Extrême-droite

Alexandre Dézé, Comprendre le Front national, Paris, Bréal, collection « Thèmes & Débats », 2016,136 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Écrite par un des spécialistes du Front national, enseignant en Science politique à l’Université de Montpellier et co-auteur du récent Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique1, cette remarquable synthèse d’Alexandre Dézé mérite de figurer dans toutes les bibliothèques.

En cinq cursifs chapitres, l’auteur développe son analyse, articulée autour d’une idée simple : le « nouveau » FN, celui de Marine Le Pen, n’a rien de bien nouveau, manifestant au contraire une continuité importante avec celui de son père, Jean-Marie Le Pen.

Le premier chapitre, qui porte sur la nature du FN, permet à l’auteur de donner un cours accéléré sur les catégories de la science politique. Parmi les attributs généralement utilisés pour caractériser ce parti – droite radicale, nouvelle droite, néofascisme, populisme et extrême-droite – le dernier semble le plus à même d’éclairer la réalité du FN. C’est d’ailleurs pourquoi, loin des scénarios dramatiques et des analyses sommaires, le FN, selon Alexandre Dézé, n’est nullement un parti aux portes du pouvoir. En effet, « Pour l’heure, le FN ne bénéficie ni de l’implantation, ni du réseau d’élus, ni même du nombre suffisant de cadres pour prétendre à l’exercice du pouvoir au niveau national » (p. 27). Le second chapitre vise à retracer les six grandes étapes de l’histoire du FN, depuis sa création en 19732 jusqu’aux rebonds actuels suite à l’accession de Marine Le Pen à sa direction en 2011. Dans le troisième chapitre, Alexandre Dézé s’interroge pour savoir si le FN est devenu un « nouveau » parti, avec Marine Le Pen. A ses yeux, rien, dans son programme, sa stratégie, ou son organisation, ne permet de conclure en ce sens.

En revanche, ce qui a été fortement modifié, ce sont les perceptions (en particulier du point de vue des électeurs) de ce parti. C’est donc logiquement à l’analyse de la sociologie électorale, ainsi que des militants et de l’univers des sympathisants, qu’est consacrée la quatrième partie. Là aussi, l’auteur déconstruit quelques idées préconçues sur l’implantation du FN. Ce qui domine, c’est un vote interclassiste, qui n’a pas fondamentalement évolué depuis l’arrivée de Marine Le Pen. Notons au passage que l’auteur fait définitivement taire l’idée selon laquelle les ouvriers votant FN proviendraient de la gauche, qu’il y aurait transvasement entre le vote communiste et le vote d’extrême-droite. Le vote ouvrier pour le FN est en réalité un vote de radicalisation des « couches ouvrières de droite », milieu ouvrier particulièrement touché par la peur du déclassement social3. Cela ne signifie pas pour autant que tout est statique en matière d’électorat frontiste. Deux évolutions (fragiles à évaluer à ce stade) peuvent ainsi être notées : le ralliement croissant des catholiques, et le début d’un vote des fonctionnaires (en particulier des couches les plus humbles, catégorie C) vers le FN. Les études consacrées aux militants sont beaucoup moins nombreuses que celles orientées vers l’électorat. Le FN compte à ce jour un peu plus de 50 000 adhérents, ce qui en fait un petit parti, néanmoins marqué par des valeurs régressives fortes (antisémitisme, xénophobie, « islamophobie »).

L’ultime chapitre porte sur l’avenir du FN. En fait, selon Alexandre Dézé, le FN conjugue à la fois une volonté de « dédiabolisation » pour accroître sa surface électorale tout en étant contraint de conserver une dimension « rupturiste » par rapport aux autres partis afin de conserver son électorat. C’est dans cette contradiction que se situent les perspectives et les limites de la progression du FN. Bien que l’auteur n’y fasse pas allusion, la situation du FN dessine des traits (presque) similaires à ceux du fascisme historique ou du nazisme, ceux de son rapport aux forces classiques de droite. On le sait, ni Mussolini ni Hitler ne sont parvenus au pouvoir par la seule force de leurs partis, mais en tenant la rue et grâce à des « alliances » avec les forces traditionnelles du conservatisme. De ce point de vue, Marine Le Pen se situe (presque) dans la même configuration, la violence politique imposée dans la rue en moins.

Un seul regret dans ce très stimulant et didactique ouvrage, son angle d’analyse limité au FN stricto-sensu. Pratiquement rien n’est dit du contexte socio-économique qui porte celui-ci, ou de la politique du Parti socialiste au pouvoir depuis 20124 . En un format réduit, Alexandre Dézé offre aux lecteurs un très bon résumé des travaux les plus récents sur le phénomène frontiste, sans jamais tomber dans la caricature ou le simplisme.

1Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer (dir.), Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

2Réfutant au passage la « légende tenace » (p. 33) qui en attribue la paternité à Jean-Marie Le Pen.

3On peut légitimement penser que ces analyses, en particulier celle sur une « couche ouvrière de droite », risquent de provoquer de vives controverses.

4Même si une pique est adressée à Manuel Valls pour la porosité xénophobe de ses conceptions à l’égard des Roms.

Nicolas Bonanni, L’Amour à trois. Alain Soral, Eric Zemmour, Alain de Benoist, Grenoble, Le Monde à l’envers, 2016, 72 pages, 3 €

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Le Monde à l’envers proposent le plus souvent de courts pamphlets développant des thématiques technosceptiques ou libertaires et écologiques, et parfois des œuvres de fiction (Les Aventures de Red Rat, prochainement chroniqué par Dissidences) ou des essais plus fouillés, ainsi de celui d’Alexis Escudero sur La Reproduction artificielle de l’humain, point de départ d’une polémique souvent outrancière1.

Dans ce bref opuscule, Nicolas Bonanni, visiblement professionnel de l’éducation, est parti d’une interrogation très concrète : comment, dans l’après 11 janvier 2015, les réflexions d’unAlain Soral ont pu toucher des élèves d’origine musulmane, alors qu’il déploie une pensée foncièrement raciste ? C’est donc à ce que l’auteur nomme « l’autre droite », antilibérale et antiétatsunienne, et plus particulièrement à ce triptyque Benoist (le socle fondamental) / Zemmour / Soral, qu’il s’intéresse en tentant d’isoler les grands axes de leurs analyses. Un constat commun est celui d’une forme de décadence occidentale, caractérisée par la libéralisation aussi bien de l’économie que des mœurs, et donc par l’érosion de l’autorité du père face à la femme. Les extraits proposés sur cette question, d’Alain Soral en particulier, témoignent de manière frappante d’une véritable dévalorisation des femmes, et d’une définition de leur caractère sous un angle explicatif uniquement sexuel (l’idée de l’opposition pénétrant / pénétrée).

Autre angle central de leur vision du monde, le déterminisme culturel, succédant à « l’aristocratie de l’épiderme », et qui rend caduque toute possibilité d’émancipation, de par leur opposition radicale à l’égalité et à l’universalisme (ce sont les théories d’Alain de Benoist qui sont ici premières). D’ailleurs, et ce sont là des passages parmi les plus intéressants du livre, « l’anticapitalisme du trio est un anticapitalisme tronqué, essentiellement symbolique. » (p. 34), qui ne chercherait qu’à lui insuffler un supplément d’âme, à base religieuse et morale. Autant d’éléments utilisés dans la nouvelle stratégie du Front national de Marine Le Pen, ainsi que le souligne l’auteur2.

A l’inverse, lorsque Nicolas Bonanni cherche à contrer – à juste titre – Eric Zemmour faisant de Mai 68 et de ses suites la victoire d’une révolution libérale-libertaire, il surestime la place et le rôle des situationnistes3, influencé sans doute par ses propres convictions politiques. Car Mai 68, c’est un pluralisme d’influences, de luttes ouvrières et étudiantes, de militantisme anarchisme, maoïste, trotskyste, ultra gauche qui toutes à leur manière symbolisent et incarnent l’époque. Ces considérations critiques sont ponctuées de quelques scènes sur le mode théâtral, mettant en scène les trois intellectuels aux prises avec des dialogues rimés.

1Voir notre recension sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/4949

2On restera par contre dubitatif quant à sa définition de l’extrême droite, bien trop générale : « Il me paraît plus exact, plus précis et plus général de définir l’extrême droite comme un projet politique inégalitaire. » [souligné par l’auteur], p. 54 ; juste après, d’ailleurs, Nicolas Bonanni semble y inclure les transhumanistes aussi bien que les libertariens… Les mailles de cette typologie sont clairement trop lâches.

3« S’il fallait chercher un courant de pensée symbolisant 68, ce ne serait pas l’anarchisme, mais plutôt les situationnistes, un groupe d’artistes issus du marxisme, sous forte influence libertaire, et qui n’avaient rien de libéraux. » (p. 43). Rectifions ces erreurs grossières : dans les années 68, les membres de l’Internationale situationniste ne sont plus des artistes, ceux qui l’étaient, artistes d’avant-garde de surcroît, à sa création en juillet 1957 n’étaient pas marxistes, et le marxisme du noyau de la dernière période de l’IS était frotté d’hégélianisme, se déclinant dans une version du communisme de gauche, anti-léniniste, un conseillisme radical.

Jacques Leclercq, (Nos) Néo-nazis et ultras-droite, Paris, L’Harmattan, 2015, 528 pages, 49 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Jacques Leclercq, nous avons eu l’occasion par le passé de rendre compte de ses nombreux travaux documentaires, plus convaincants sur l’extrême droite1 que sur l’extrême gauche2. Ce nouveau fort volume complète les trois précédents consacrés aux franges les plus extrêmes de la droite, à ceci près qu’il présente un caractère plus hybride. Il offre en effet, dans sa plus grande partie, un portrait des nationaux-socialistes à la française. Après quelques définitions préalables (dont celle du fascisme, succincte et réduite à sa spécificité italienne), sont présentées les différentes organisations collaborationnistes durant la Seconde Guerre mondiale, dont Jacques Leclercq souligne l’importance quantitative à l’échelle de la population. Un listage plutôt exhaustif, qui comprend un certain nombre de transfuges de la gauche, comme René Mesnard (SFIO) et Jacques Teulade (PCF) du Comité ouvrier de secours immédiat, mais aussi des personnes ayant opéré l’évolution inverse, à l’image de Serge Vincent-Vidal, fondateur des Formations éclair révolutionnaires, puis Waffen SS, qui passe dans les années 1968 au mouvement maoïste.

La suite se révèle nettement plus indigeste. Les différentes organisations nationales-socialistes plus contemporaines sont en effet abordées sans ordre chronologique ou alphabétique, en un texte d’une pièce duquel on peine souvent à extraire l’essentiel. On y retrouve, pour nous en tenir à ce qui fait le cœur de notre travail à Dissidences, des figures venues du trotskysme (René Binet, pionnier du renouveau national-socialiste après la guerre) et surtout des constructions idéologiques mêlant références a priori opposées : les nationaux-bolcheviques ou Nazbols du MNBF3, qui considèrent la RDA de Honecker comme un modèle, ou de l’OSRE4 ; les nationalistes-autonomes, inspirés des Black Bloc et favorables à une « politique coopérative ouvrière et anticapitaliste » (p. 199) et à une allocation de vie universelle ; les nationalistes révolutionnaires, dont Nouvelle résistance de Christian Bouchet, ayant succédé à Troisième voie, qui pratiqua un entrisme chez les jeunes Verts ou Socialisme international, trotskyste, ou encore la Troisième voie de Serge Ayoub, qui rendit hommage en 2011 à Roger Salengro. Citons également une curiosité qui frise le ridicule, la Sororité aryenne, alliant national-socialisme et sexe, jusqu’à la pornographie, tout en se revendiquant d’une réconciliation de « (…) Marx avec Maurras, Heinrich Himmler avec Herbert Marcuse (…) » (p. 85).

Mais la prose est ici bien trop dense, marquée par plusieurs redites, des transitions parfois peu claires entre réalités numériques et activistes, et il manque clairement des frises chronologiques et des organigrammes permettant de se repérer dans une nébuleuse en constante ébullition, ainsi qu’une bibliographie détaillée. De plus, les sites Internet ou les publications, dont quelques extraits sont proposés (mais souvent en corrigeant les fautes d’orthographe), ne sont pas réellement analysés en profondeur ni en totalité (pourquoi tel numéro plutôt que tel autre ?), et insuffisamment contextualisés. En fait, ce qui manque à ce recueil de données d’une incontestable richesse, c’est une véritable problématisation, un effort d’organisation visant à proposer une typologie de ces divers groupes, et du même coup un certain nombre de définitions : qu’est-ce exactement que l’ultra-droite du titre ? Comment différencier les différents surgeons du national-socialisme en France, que ce soit par leurs références ou leurs positions sur l’évolution du monde5 ? Une organisation comme le GUD, par exemple, dont les actions sont toujours très violentes, peut-elle être considérée comme authentiquement néo-nazie ? Certes, c’est là chose particulièrement difficile à mener, vu la profusion de références, le manque d’informations toujours fiables et précises, et la porosité des frontières entre les catégories proposées par Jacques Leclercq (suprémacistes des groupes Blood and Honour, négationnistes ou skins, qui ont d’ailleurs droit à une bonne synthèse), mais c’est également le seul moyen de dépasser la simple recension documentaire, nécessaire mais qui n’est qu’une première étape.

Autre défaut de ce volume, les nombreuses illustrations reproduites en noir et blanc, souvent de sites Internet, ne sont pas explicitées avec précision. L’ouvrage se termine par une mise à jour des compilations précédentes, où l’on retrouve plusieurs développements intéressants : sur l’œuvre française, dissoute en 2013 à la suite de la mort de Clément Méric mais toujours active et existante, en particulier sur Internet ; sur le Bloc identitaire, cadre de certaines recompositions en validant la résistance gaulliste et en délaissant l’antisémitisme traditionnel (la notion gramscienne d’hégémonie est également explicitement revendiquée) ; d’Égalité et Réconciliation d’Alain Soral, qui se place dans la lignée des SA et s’est engagé fin 2014 dans la création de Réconciliation nationale avec Dieudonné ; du groupe La Dissidence, partisan d’un coup d’État militaire en France ; ou du Lys noir, qui a réussi une intoxication de grande ampleur à l’été 2013, dans le sillage de la Manif pour tous, en réussissant à faire croire à un possible coup d’État préparé par les officiers catholiques contre le gouvernement Hollande…

Jean-Guillaume Lanuque

1Son Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, de Droites conservatrices, nationales et ultra. Dictionnaire 2005-2010 a été chroniqué sur notre ancien site, et De la droite décomplexée à la droite subversive. Dictionnaire 2010-2012 l’est sur notre blog.

2Voir la critique détaillée de Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013 sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3794

3Mouvement national-bolchevique français.

4Organisation socialiste révolutionnaire européenne.

5Est ainsi sensible une ligne de faille entre militants privilégiant l’antisémitisme, en s’alliant au besoin avec des forces musulmanes comme celles de l’Iran chiite (le Parti solidaire français, par exemple), et militants préférant réserver leurs coups aux musulmans. Une autre voit des divergences sur la situation en Ukraine, entre pro-Ukrainiens et pro-Russes (et donc séparatistes).

Stéphane François, Au-delà des vents du nord. L’extrême droite française, le pôle Nord et les Indo-Européens, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014, 324 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Stéphane François est un chercheur spécialisé dans l’étude de l’extrême droite, auteur de nombreux articles et ouvrages sur la question, parmi lesquels Le Nazisme revisité (chroniqué sur notre ancien site). Dans ce nouveau livre, il s’efforce, selon ses mots, de proposer une ethnologie de l’extrême droite, en lien avec les retours en force, sur la scène médiatique en particulier, des thèses identitaires. Le mythe de la civilisation européenne, d’une identité blanche et païenne1 trouvant ses origines dans une légendaire Hyperborée et des Indo-Européens fantasmés, est donc au cœur de l’approche de l’auteur. Tout au long de ses seize chapitres, il se livre en fait à une stratigraphie de l’extrême droite, déployant une érudition impressionnante mais touffue, qui, loin d’éviter une certaine confusion, finit régulièrement par perdre le lecteur et distendre à l’excès l’analyse et la problématique globales, au profit d’une accumulation de données et de références parfois redondante.

Si l’on devait cibler un sujet central abordé par Stéphane François, ce serait sans nul doute la Nouvelle Droite et son intellectuel emblématique, Alain de Benoist, caractérisés en particulier par « (…) le régionalisme, la promotion du paganisme, la défense d’un empire européen, le refus des États-Unis et de l’Occident (…) » (p. 36). La filiation du GRECE en particulier provient du groupe Europe-Action, fondé par Dominique Venner au début des années 1960 sur des positions européistes, une singularité à l’époque dans l’extrême droite – essentiellement et traditionnellement centrée sur le nationalisme – avec des positionnements plus classiques, supériorité de la race blanche, pureté à préserver et antichristianisme. Dans son analyse de la Nouvelle Droite, Stéphane François souligne à raison sa pluralité interne, certains groupes folkistes, férocement identitaires2, comme Terre et Peuple ou la revue Réfléchir et Agir, en étant issus. Mais en reconstituant les évolutions d’Alain de Benoist, passé apparemment d’un racialisme affiché à un ethnodifférentialisme plus subtil, témoignant à certains moments d’islamophilie et de tiers-mondisme, il nous semble négliger la cohérence d’ensemble de ce dernier, désireux de brouiller les repères afin de rendre plus acceptables des idées finalement traditionnelles de l’extrême droite3 (l’illustrent à plaisir ces références transversales que sont Claude Lévi-Strauss ou Henri Lefebvre, plus surprenantes a priori que celle de Georges Dumézil et sa tripartition devenue figée) ; on n’est sans doute pas si loin de l’optique du national-bolchevisme.

Autres points cruciaux, les thématiques cultivées par toute une partie de l’extrême droite, qui s’avèrent être de quasi invariants, des fondamentaux historiques de longue durée. Il en est ainsi des thèses de Gobineau contre le métissage ou en faveur du différentialisme, et des idées völkisch, apparues dans la seconde moitié du XIXe en Allemagne, parallèlement à la mouvance plus large de retour à la nature, et avec lesquelles les nazis nourrirent des rapports contrastés. Une des figures intellectuelles en est l’anthropologue Hans F. K. Günther, trait d’union entre un Georges Vacher de Lapouge et la Ligue nordique de Roger Pearsons, avant d’être une référence majeure de Jean Haudry, universitaire ayant pris part à la fondation du GRECE et auteur d’un « Que sais-je ? » sur les Indo-Européens en 1981. Ce faisant, Stéphane François relativise la filiation avec le nazisme, plutôt indirecte, préférant privilégier l’impact de la révolution conservatrice et une généalogie finalement fort diverse (le darwinisme social, certains textes d’Ernest Renan4, la théosophie, Julius Evola puis Jean Mabire, Jacques de Mahieu, etc…). En son sein, un des personnages les plus étonnants est sans doute l’Indien Gangâdhar Tilak (1856-1920), membre du Parti du Congrès, et qui, par anticolonialisme, situait l’origine des Aryens au nord de l’Europe, aboutissant de la sorte à une égalité entre Europe et Inde dans la supériorité civilisationnelle.

1Les chrétiens des premiers siècles seraient ainsi a contrario les « bolcheviks de l’Antiquité ».

2 « (…) refus de la mégalopole au profit d’une vie dans les communautés villageoises ; éloge et défense des particularismes régionaux ; attrait pour les activités folkloriques (…) ; éloge du naturisme et des médecines naturelles ; refus du christianisme universaliste destructeur des particularismes culturels locaux ; refus du métissage au nom de la préservation des identités. » (p. 222). Avec d’autres groupes de la même mouvance, ils déploient des efforts de coordination et de rassemblement en vue de la constitution d’une « Eurosibérie ».

3Stéphane François va jusqu’à émettre l’hypothèse d’une sortie d’Alain de Benoist du champ de l’extrême droite dans les années 1990 (p. 243), ce qui rejoint l’analyse de Pierre-André Taguieff dans Sur la Nouvelle Droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, Éditions Descartes et Cie, 1994.

4Sur cet esprit d’une époque, on peut consulter le livre d’André Pichot, La Société pure. De Darwin à Hitler, chroniqué dans notre revue électronique, et curieusement absent de la bibliographie. 

Christophe Bourseiller, L’extrémisme. Une grande peur contemporaine, Paris, CNRS éditions, 2012, 304 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

 Fort désormais de son statut d’enseignant à Sciences Po et de l’édition de ses ouvrages aux éditions du CNRS (voir son recueil A gauche toute ! chroniqué dans notre ancien site[1]), Christophe Bourseiller propose une synthèse de ses recherches qui se trouve être en même temps un retour à son point de départ. Rappelons en effet qu’en 1989 sortait Les ennemis du système, son premier livre qui juxtaposait extrême gauche et extrême droite. Le même postulat est repris ici, enrichi d’un essai de justification qui peine à convaincre. Car bien qu’annonçant le refus les amalgames, il valide celui de la proximité des extrêmes, s’étonnant au passage de l’absence du terme d’extrémisme dans les dictionnaires politiques, alors que son origine, loin d’être historienne, est de nature avant tout journalistique et politicienne. La définition de l’extrémisme qu’il invoque, œuvre de l’étatsunien Leird Wilcox, et qui met l’accent sur les méthodes plus que sur les idées, s’avère d’ailleurs souvent caricaturale, et si Christophe Bourseiller la complète[2], c’est pour mettre en valeur trois idées forces de l’extrémisme, la hiérarchie, la violence[3] et la transgression, l’ensemble étant surtout connoté négativement ![4]

Concernant l’extrême gauche, on retiendra, au-delà de la dichotomie déjà défendue entre invariants et modernistes (voir Extrêmes gauches, la tentation de la réforme, chroniqué sur notre ancien site[5]), un tableau assez large et complet des diverses tendances, ainsi que l’analyse du NPA comme héritier du groupe Révolution ! et influencé par la pratique maoïste, ce qui mériterait assurément discussion… Malheureusement, certaines de ses catégories prêtent le flanc à la critique, le post-anarchisme et l’ultra gauche servant par trop de fourre-tout : le premier avec les Autonomes, la lutte armée (Action directe) ou le SCALP ; le second avec une place privilégiée accordée aux situationnistes. Enfin, l’ouvrage reprend, mêlés à des données factuellement justes, un certain nombre d’erreurs[6], de mythes (L’Union communiste actuelle fondée dès 1939), d’affirmations surprenantes (Elie Domota « lambertiste » ?), d’oublis (quid du collectif « technophobe » Pièces et main d’œuvre ?) ou de raccourcis intéressés (les convergences superficielles entre bordiguisme et fascisme, p.113, ou les extrêmes gauches voulant remplacer « l’élection par la révolution », p.58, en une opposition absurde des deux termes). Il faut dire que la bibliographie proposée par Christophe Bourseiller est lacunaire, ne mentionnant pas, entre autre exemples, les travaux de Dissidences, pourtant conséquents, sur les trotskysmes[7].

Pour l’extrême droite, Christophe Bourseiller fait le choix, hautement discutable, de ne pas y inclure le Front national, qui relève selon lui du populisme, c’est-à-dire d’un autre vecteur de transversalité en tant que forme de popularisation d’idées extrémistes. Une réflexion selon nous excessivement grossière et discutable, tout comme la séparation entre extrême droite contre-révolutionnaire (royalistes, traditionalistes radicaux) et extrême droite révolutionnaire (néo-nazis, nationalistes révolutionnaires). Son catalogue des diverses composantes de l’extrême gauche reste enfin très classique, sans réflexions d’ordre sociologique, ni même d’exposé complet de leurs positions respectives. Finalement, on peut se demander si Christophe Bourseiller ne se rapproche pas du très médiatique Lorant Deutsch dans son travail de recherche : là où le second sélectionne ses sources pour célébrer le passé royal et chrétien de la France, le premier valide la vision dominante du régime démocratique libéral en repoussant les extrémismes dans l’enfer politique… Il estime d’ailleurs, Jacques Ellul lui servant de référence, qu’actuellement toute remise en cause révolutionnaire du système est impossible, et que le seul impact des extrêmes est d’ordre (contre-) culturel, à la manière d’une vision de Mai 68 ou du trotskysme culturel invoqué il y a plus de dix ans maintenant par Edwy Plenel[8]. Une singulière réduction de la focale.



[2]              « Partisan d’une doctrine politique poussée jusqu’à ses extrémités [sic – c’est le serpent qui se mord la queue], qui détermine un certain nombre de comportements et de pratiques, l’extrémiste appelle à un changement radical de société. Ce changement ne peut s’effectuer que par la violence. » (p. 38).

[3]              L’exemple cité de Gerry Healy, trotskyste britannique, et des abus sexuels dont il s’est rendu coupable, étant tout sauf représentatif !

[4]              Certaines questions posées par Christophe Bourseiller font d’ailleurs sourire : « Naît-on extrémiste, ou le devient-on ? (…) Serions-nous tous menacés par une part extrémiste, comparable à un démon qui nous guiderait vers l’abîme ? » (p.23). La préface de Pascal Ory cède d’ailleurs occasionnellement à la même tendance : « (…) je n’exclus pas que l’entrée en extrémisme soit, plus que le résultat d’une démarche raisonnée, l’effet d’un caractère » (p.11). Sans oublier l’hypothèse saugrenue selon laquelle l’extrémiste serait finalement un libéral poussé à son terme, en tant qu’individu-roi (p. 261).

[6]              Confusion entre entrisme et travail syndical (p. 64), Trotsky responsable de la répression de Cronstadt (p.70), le même qui ne défend pas la démocratie au début de sa lutte contre Staline (p. 99), la grande scission mondiale de la IVe Internationale en 1952 au lieu de 1953 (p. 75), des milliers de trotskystes présents entre 1962 et 1965 en Algérie (p. 78), jusqu’à une IVe Internationale (secrétariat unifié) actuellement épaulée par le Venezuela (p. 85-86), en guise de florilège non exhaustif.

[7]              Christophe Bourseiller accorde pourtant à Dissidences le privilège de quelques lignes. Il est toutefois remarquable de voir que plutôt que de répondre sur le fond aux critiques que notre collectif a pu formuler sur ses travaux (et ce depuis Cet étrange Monsieur Blondel, voir les deux premiers numéros du BLEMR sur notre ancien site), il préfère se poser en victime (avec des sous-entendus sur les mobiles de notre « hostilité » qui ne seraient pas que scientifiques… mais de quel ordre, alors ?) et égrener des affirmations gratuites afin de nous dévaloriser. Outre notre supposé échec à devenir référentiel (mais auprès de qui ? Là est toute la question), il n’hésite pas à m’attribuer une responsabilité dans la campagne visant à le décrédibiliser en affirmant que sa charge d’enseignement à Sciences Po aurait été fictive : il suffit pourtant de lire mes comptes rendus de ses derniers ouvrages pour voir que je cite tout à fait clairement cette même charge ! Plus sérieusement, il nous attribue une « posture partisane » (p.52) qui s’éloigne notablement de notre démarche réelle (ce que nous condamnons plutôt, c’est le fait d’aborder l’étude de l’extrême gauche avec des a priori négatifs par principe), en nous attribuant une volonté d’assujettissement (sic) du champ de la recherche de ce domaine, ce qui tend à nous accorder des intentions de contrôle autoritaire qui sont aux antipodes de notre optique (il en est d’ailleurs de même avec le CERMTRI ou l’Institut Léon Trotsky, nommément cités et ainsi injustement dévalorisés).

[8]              Cette grille de lecture se trouve dans son livre Secrets de jeunesse, Paris, Stock, 2001, Folio, 2003.