Archives par étiquette : Extrême gauche

Daniel Aïache, La révolution défaite. Les groupements révolutionnaires parisiens face à la révolution espagnole, Paris, Noir et rouge, 2013, 130 pages, 16 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son sous-titre l’indique, cet ouvrage se propose d’analyser la manière dont les groupes révolutionnaires français se sont positionnés face à la révolution espagnole. Basé quasi uniquement sur une littérature de seconde main (comme l’atteste la place des archives dans la bibliographie) et sur le dépouillement de la presse, cet ouvrage représente une bonne et utile synthèse sur la réception du mouvement espagnol dans les étroits cercles d’extrême gauche français au moment du Front populaire. Le propos se déploie en trois temps. Dans une première partie, l’auteur propose un portrait de ce milieu révolutionnaire parisien dans ses différentes composantes, ainsi qu’en Espagne. Si outre-Pyrénées, le mouvement libertaire occupe une place prépondérante (CNT et FAI), en revanche, dans l’hexagone le mouvement anarchiste est confidentiel. En outre, il est émietté entre différentes organisations, qui ne cultivent pas particulièrement le sens de l’unité. L’Union Anarchiste (UA) constitue le pilier de ce milieu anarchiste, auquel il faut ajouter la CGT-SR et la FAF. Le POUM n’a pas réellement de correspondant en France, même s’il cultive une certaine proximité avec les organisations trotskystes ou la gauche socialiste de Marceau Pivert. A ces milieux, il faut ajouter des revues comme Critique sociale, La Révolution prolétarienne et les intellectuels et artistes révolutionnaire (Simone Weil, les surréalistes…). Dans un premier temps, ces minorités s’enthousiasment pour le mouvement révolutionnaire qui se développe en Espagne, même si le poids du pacifisme divise fortement l’élan de solidarité. On retrouve ainsi des révolutionnaires (autour de Marceau Pivert par exemple, ou, plus étonnant Simone Weil, qui tout en partant combattre en Espagne soutient la non-intervention1) qui soutiennent la position de Léon Blum de ne pas intervenir en Espagne, au nom du refus de l’extension de la guerre. Cette place du pacifisme, qui clive donc fortement le mouvement de solidarité, n’empêche pas bon nombre de libertaires de partir combattre en Espagne, tandis que fleurissent plusieurs comités visant à rassembler des fonds pour les miliciens espagnols. Un collectif unissant toutes les composantes libertaires est même mis sur pied, mais, très rapidement, les dissensions l’emportent de nouveau. En ce qui concerne les forces combattantes, retenons qu’elles sont bien faibles par rapport à ceux qui partent combattre dans les Brigades internationales (de l’ordre de 10 000 hommes, contre moins de 1 000 hommes pour l’ensemble de l’extrême gauche). En outre, les combattants espagnols pressent leurs camarades français de rester en France pour y développer la propagande, bien plus utile à leurs yeux que l’envoi d’hommes pour le front. Les révolutionnaires français auraient pu jouer un rôle important dans deux aspects : la livraison d’armes pour les milices (avant l’intervention soviétique) et la question de l’indépendance de la zone espagnole au Maroc. Mais ces deux tentatives échouent, pour des raisons différentes.

Très rapidement, la place subordonnée du processus révolutionnaire en Espagne par rapport à la stratégie antifasciste, impliquant l’union de toutes les forces républicaines, tend les relations entre les révolutionnaires français et leurs homologues espagnols. La politique de la CNT de désarmer les milices, de contenir la révolution fait l’objet de très vives critiques de ce côté-ci des Pyrénées. Cette divergence d’appréciation amène même la CNT espagnole à supprimer les financements qu’elle accordait pour l’édition de journaux favorables à la cause espagnole en France. Certains libertaires, tel André Prudhommeaux, analysent la position des libertaires espagnols comme une trahison de la révolution. L’Union anarchiste devient le pivot de la politique « front populiste » de la CNT dans l’hexagone, provoquant une scission dans le mouvement libertaire de solidarité, avec au cœur, l’appréciation de la politique de la CNT et de la FAI. Daniel Aïache fait œuvre utile en rappelant combien les libertaires se sont montrés critiques à l’égard des Espagnols. Le cas de Pierre Besnard est particulièrement significatif (lire p. 93 et suivantes le rapport que ce dernier a préparé pour le congrès extraordinaire de l’AIT de décembre 1937, qui constitue une pièce particulièrement virulente contre l’action cénétiste). L’évocation du livre s’arrête en 1937, après la répression stalinienne et l’assassinat de Andres Nin, Camillo Berneri ou Kurt Landau. On regrettera la conclusion, centrée sur la réaction des intellectuels (Bataille, Weil, Souvarine) qui laisse de côté l’analyse des composantes organisées. Malgré les quelques limites soulevées ici, cet ouvrage fait œuvre utile en rappelant la gravité des divergences qui se sont fait jour en parallèle du développement historique du mouvement espagnol. Fort de leur soutien, les anarchistes français de cette période (du moins une partie significative d’entre eux) se sont fortement démarqués de l’action conduite au nom de leur idéologie en Espagne, loin des commémorations a-critiques qui fleurissent de nos jours sur la révolution espagnole.

1Daniel Aïache cite ainsi un texte de Simone Weil (note 35, p. 62) où cette dernière déclare : « C’est que je me refuse pour mon compte personnel à sacrifier délibérément la paix, même lorsqu’il s’agit de sauver un peuple révolutionnaire menacé d’extermination ». 

Théo Rival, Syndicalistes et libertaires. Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991), Paris, Éditions Alternative libertaire, 2013, 286 pages, 12 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue l’édition d’un Master soutenu en 2011 à l’Université Paris, sous la direction de Michel Pigenet, dans le cadre du Centre d’histoire sociale. Il est centré sur l’activité syndicale de ce courant qui déboucha sur la création de l’UTCL (Union des travailleurs communistes libertaires). La riche documentation, jointe au livre, permet d’appréhender d’autres dimensions de cette organisation, comme le féminisme, l’antimilitarisme, l’anticolonialisme ou encore l’antiracisme. En effet, non content de fournir une analyse sur l’activité syndicale, ce livre propose de riches compléments : un aperçu iconographique de l’ORA (Organisation révolutionnaire anarchiste), le texte de bilan adopté par l’UTCL lors de sa dissolution en 1991 et sa transformation en Alternative libertaire, un entretien avec Patrice Spadoni et Thierry Renard sur le militantisme vibrionnant de l’ORA et enfin, un vaste entretien croisé avec douze anciens membres de l’UTCL. Cette riche partie documentaire occupe presque la moitié du volume de l’ouvrage. C’est dire son apport et l’intérêt pour la compréhension de ce courant, y compris dans son rapport aux autres organisations d’extrême gauche ou anarchistes. Le propos se déploie en quatre chapitres, qui suivent un ordre chronologique. Dans un premier temps, l’auteur propose un récit de l’émergence de l’UTCL, en trois temps. Après 68, le courant communiste libertaire se structure au sein de l’ORA, dans laquelle les fondateurs de l’UTCL font leur apprentissage militant en tant que lycéen ou étudiant. Mais, en 1976, des divergences se manifestent au sein du congrès de l’ORA sur l’appréciation du syndicalisme. Alors que la majorité des membres développent une analyse anti-syndicale, un courant se détache, qui donne naissance à l’UTCL. Durant deux ans, de 1974 à 1976, cette sensibilité s’était cristallisée au sein de l’ORA. En 1976, c’est la création formelle de l’UTCL (moins de cent militants et militantes), qui déploie son activité au sein de la CFDT. Puis l’investissement syndical intensif de ses animateurs à partir du début des années 80 laisse une UTCL fonctionner plutôt comme un réseau que comme un parti constitué jusqu’en 1991. De fait, l’UTCL apparaît comme une organisation structurée par des cadres syndicaux de la CFDT. Les jeunes activistes de l’ORA ont en effet vieilli et s’implantent dans les entreprises, dans quatre secteurs essentiellement : la Poste, le rail, l’éducation et le secteur aérien. Cette action libertaire en entreprise constitue l’objet du second chapitre. On regrettera d’ailleurs au passage que la participation des militants de l’UTCL à la revue d’opposition syndicale Collectif ne soit pas traitée. D’autres aspects sont par contre bien exposés, la lutte contre la hiérarchie, la place de la démocratie ouvrière et en particulier le rôle des AG, ou encore les débats suscités par l’acceptation des responsabilités syndicales. Le chapitre trois développe plus particulièrement deux illustrations de ce sujet. La première porte sur un événement bien oublié, la marche pour l’unité du 1er mai 1980, qui débouchera en fait sur la multiplication des marches pour l’unité… et l’affrontement avec les conceptions portées par la LCR. Mais c’est évidemment sur le second aspect, la fondation de SUD-PTT, que le lecteur apprendra de nombreux points sur la démarche retenue face à la « chasse aux sorcières » à laquelle la direction recentrée de la CFDT s’adonnera. La dernière partie revient sur les aspects plus stratégiques de cette histoire, essayant d’offrir une théorie des pratiques du syndicalisme révolutionnaire que les militants de l’UTCL ont essayé de mettre en œuvre. Ces pratiques s’ordonnent, selon l’auteur, autour de la constitution d’une figure, celle de « l’animateur autogestionnaire de lutte ». Cette figure singulière de propagateur de l’action collective aurait d’ailleurs méritée de plus amples développements. Plus discutable apparaît la conclusion de cette étude qui prend partie en faveur de la stratégie de construction de syndicats autonomes – sans même s’interroger sur le caractère minoritaire de ce type de syndicalisme – dont Sud-PTT constitue le parangon selon l’auteur : « Sans aboutir à la confédéralisation qui a pu être évoquée lors de la création de SUD au PTT, le sigle est néanmoins devenu, dans l’après-Décembre 95, synonyme de syndicalisme de lutte et de transformation sociale » (p. 141). Certes, il faut reconnaître, au crédit de la thèse déployée, que ce caractère secondaire n’a pas grand-chose à voir avec ce qui peut être qualifié de marginalité groupusculaire, pour la CNT par exemple. On se prend à rêver à la richesses des aperçus de cet ouvrage quand on se rappelle qu’il ne s’agit « que » d’un travail de Master. Néanmoins, aux moins deux limites peuvent être pointées, dans l’optique d’un prolongement de cette recherche. La première remarque porte sur la méthodologie et plus particulièrement sur les sources. Lesquelles sont de deux ordres, celles, internes, de l’UTCL et celles, externes, de la CFDT. Ces archives, jusque là inexplorées, sont évidemment d’un apport considérable. Néanmoins, d’autres sources, en particulier celles de la LCR (Ligue communiste révolutionnaire), et, dans une moindre mesure de la Fédération anarchiste (FA), auraient permis à l’auteur de faire reposer ses analyses sur une documentation plus substantielle1. Le second point porte sur les faiblesses du questionnement de Théo Rival. Certes, son récit apparaît d’une rare richesse documentaire, mais il manque parfois de recul. Ainsi, l’existence de revues comme Résister, Collectif ou Renouveau syndical 68-CFDT Espoir (toujours éditée, sous le titre de A contre courant) est noté (p. 128), mais leur rôle comme carrefour et plaque d’échange au sein de l’extrême gauche n’est pas interrogé. On l’aura compris, ce premier opus sur l’histoire du principal courant communiste libertaire mérite un prolongement, que la documentation rassemblée en fin de volume laisse entrevoir. Espérons que le lecteur n’aura pas trop longtemps à patienter. En attendant, cet ouvrage représente un excellent prologue.

1Lire par exemple les pages 112-113 qui reposent sur une seule parole et apparaissent assez unilatérales.

Jean-Michel De Waele, Daniel-Louis Seiler (dir.), Les partis de la gauche anticapitaliste en Europe, Paris, Economica, collection « Politiques comparées », 2012, 322 pages, 29 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il faut saluer la parution de cet ouvrage. En effet, si la bibliographie sur l’extrême gauche française est appréciable, en revanche, les aspects comparatifs sont déjà anciens1. Il existe certes une littérature anglo-saxonne sur le sujet, mais moins accessible (voir en particulier, Daniel Bensaïd, Alda Sousa, Alan Thornett, et alii, New Parties of the Left. Experiences from Europe, London, IMG Publications, 2011). Dans leur introduction, Jean-Michel de Waele et Daniel-Louis Seiler expliquent comment ils définissent cette gauche anticapitaliste. Trois critères sont retenus : se situer à gauche de la social-démocratie, s’opposer au libéralisme et enfin, participer aux processus électoraux (ce qui élimine les courants libertaires, entre autres). Deux parties, d’inégale importance, structurent le propos. Dans un premier temps, sont réunis trois articles portant sur la méthode de l’analyse comparative. D.-L. Seiler livre tout d’abord un essai de typologie de cette gauche anticapitaliste. Esquissant une approche conjuguant à la fois la dimension proprement politique, les dimensions spatiales ainsi que la temporalité, il dessine les trois matrices constituant l’espace de la gauche anticapitaliste. Tim Bale et Richard Dunphy insistent sur l’apparition relativement récente de cette gauche dans les agendas politiques nationaux puisque dans la plupart des pays, ces partis ont d’abord été considérés comme des parias, avant de pouvoir être considérés comme des partenaires, y compris dans des coalitions gouvernementales ou de pouvoirs locaux (Italie, Finlande, France, Chypre etc.) Enfin, Jean-Michel de Waele et Mathieu Vieira concluent cette approche conceptuelle par une tentative de définition de la famille anticapitaliste, recoupant sur de nombreux points les analyses de Daniel-Louis Seiler. Cet ultime chapitre est nourri par de nombreux tableaux fournissant d’intéressants éléments de comparaison sur les résultats électoraux à différents types d’élection. La seconde partie, beaucoup plus étendue, porte sur les analyses de cas, soit onze pays abordés. On regrettera que l’Espagne (IU)) ait été omise dans cet ensemble, au profit de pays comme Chypre (AKEL) ou la Tchéquie (Parti communiste tchèque), dont l’intérêt apparaît nettement moindre. Par ailleurs, en ce qui concerne le Portugal, il semble hautement discutable de réduire la gauche anticapitaliste au seul Parti communiste portugais au détriment du Bloc de gauche. Enfin, trois communications portent sur la France, soit successivement, le Parti communiste français, Lutte ouvrière et la Ligue communiste révolutionnaire. Le cas du Parti ouvrier indépendant, issu du courant trotskyste, aurait également mérité un peu d’attention. Ces manques étant pointés, il faut reconnaître que chacun des chapitres constitue une somme rare d’information pour les pays retenus. Il ne sera pas possible de rentrer dans le détail de chaque chapitre, portant successivement sur la Scandinavie (Finlande, Norvège, Suède, Danemark), les Pays-Bas (le PS néerlandais) et les évolutions du maoïsme, die Linke en Allemagne, produit de la radicalisation d’une fraction de la social-démocratie et de l’évolution d’un ex-parti communiste ; le Parti de la refondation communiste en Italie, le PCP portugais, ultime exemple d’un parti maintenant son identité communiste traditionnelle ; aux deux branches issues du PC grec, le KKE (orthodoxe) et Synaspismos, d’origine eurocommuniste ; du Parti du travail belge, du PC et des différents courants trotskystes en Belgique2, avec une partie assez inédite sur les différentes tentatives de regroupements qui ont été conduites par ces courants. Il faut saluer cette contribution, informée et exprimant une grande sensibilité politique pour son objet, ce qui n’est pas le cas de toutes. Le chapitre de Thierry Choffat sur LO repose sur la documentation disponible sur cette organisation et n’apporte aucun élément nouveau. Il en va de même de la contribution de Didier Bonnemaison sur la transformation de la LCR, lequel courant s’est fondu dans le NPA, qui constitue une bonne synthèse, mais sans grand relief. Le chapitre de Dominque Andolfatto et Fabienne Greffet, consacré au PCF, ébauche des analyses plus fines, où, pour une fois, l’anticommunisme primaire est absent. On le constate, malgré des omissions criantes, des choix contestables (privilégier certains courants au détriment d’autres) et des questionnements (qui ne manqueront pas de se produire) sur les critères retenus, ce livre demeure néanmoins une source précieuse et même unique sur l’objet analysé.

1Lire en particulier le numéro de Grande Europe. La revue sur les pays du continent européen, « Les gauches radicales en Europe », n° 16, janvier 2010, et surtout Christine Pina, L’extrême gauche en Europe, Paris, La Documentation française, 2005, dont Dissidences rendit compte en son temps : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=553 

2Sur ce pays, on consultera avec profit le volume 7 de Dissidences, « La Belgique sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945 », octobre 2009.

Damir Skenderovic, Christina Späti, Les Années 68 (en Suisse). Une rupture politique et culturelle, (traduit de l’allemand), Lausanne, Éditions Antipodes et Société d’Histoire de la Suisse romande, 2012, 190 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Malgré sa position d’isolat au cœur de l’Europe, la Suisse n’échappe pas à l’onde de choc que fut mai 68. Certes le boom économique et le sort relativement protégé des salariés expliquent que les ouvriers n’aient pas massivement débrayé en 68. Mais le sort réservé aux femmes – le droit de vote leur est encore refusé en 1959 – et à la jeunesse explique l’écho rencontré par les idées de 68 dans ces secteurs. Mais du fait de la diversité linguistique, la Suisse romande est plutôt tournée vers la France, la Suisse alémanique vers l’Allemagne et les Tessinois sont influencés par les mouvements italiens. Plus nombreux dans cette partie italianophone de la Suisse, les Spontanéistes cambriolent des dépôts d’armes de l’armée suisse pour leurs camarades italiens. Quant à la Ligue Marxiste Révolutionnaire trotskyste (LMR), créée à l’automne 1969 après l’exclusion de militants du Parti du Travail (PdT, le Parti communiste classique), elle a du succès dans un premier temps dans le canton de Vaud, à Lausanne, puis à Genève, enfin seulement à Zurich. Ainsi, au cours de l’été 1971, les étudiants en économie de l’Université de Lausanne mènent campagne pour qu’à la rentrée soit invité Jacques Valier, jeune économiste de la LCR professeur à Nanterre. Quant au militant de la LMR Charles-André Udry, il jouera un rôle important dans la IVe Internationale.

Ce manque de concertation et de coopération ente les groupes linguistiques différents n’empêche pas l’agitation, à la fois universitaire, culturelle et politique. Rares sont les universités à n’être pas touchées par la contestation. Les lycéens même, les « gymnasiens », luttent pour obtenir une réforme des méthodes d’enseignement. A côté de ces revendications académiques, la jeunesse se mobilise aussi contre l’intervention américaine au Vietnam, en solidarité avec les travailleurs immigrés ou contre l’armée, considérée comme une institution fasciste par les contestataires.

Mais l’aspect le plus novateur de ce livre, écrit par deux Professeurs de l’Université de Fribourg, réside dans la description de l’agitation culturelle. Une agitation qui avait commencé dès le début des années 60. A Berne, la capitale, le groupe « Untergrund » composé d’étudiants, d’artistes, d’écrivains, était accusé par les bien pensants de « salir leur nid » (Netzbeschmutzer). Le 31 mai 68 au Hallenstadion de Zurich, un concert avec Jimi Hendrix, The Animals, Traffic, dégénère en un affrontement avec la police (« l’émeute de Globus »). Hommes de théâtre – les Tréteaux libres de Genève –, réalisateurs de films – Alain Tanner par exemple – bousculent les conformismes. Et du fait de l’inflexibilité des autorités, la contestation culturelle prend souvent une dimension plus vaste.

Il faut dire qu’en Suisse, les partis de la gauche classique ont du mal, comme le PdT à sortir de sa matrice stalinienne, ou comme le PS à rompre avec l’État, dans lequel il est parfaitement intégré depuis les années 40 et 50, au nom de la « défense nationale spirituelle » qui, après avoir permis de lutter contre le fascisme, nourrira l’anticommunisme. Malgré donc une situation relativement favorable, les étudiants contestataires ne parviennent pas à créer d’organisations politiques nouvelles importantes et durables. Ni les trotskystes de la LMR, transformée en PSO (Parti socialiste ouvrier)/SAP (Sozialistische Arbeiterpartei), ni les maoïstes des POCH (Organisations progressistes de Suisse). Plusieurs de ces militants entrés au PS à la fin des années 70, selon une démarche que l’on retrouve en France, apportent un nouveau souffle à ce parti. Les communautés à la vie éphémère ne sont pas non plus oubliées par les auteurs.

Au total un livre agréable à lire, très utile aussi, qui comble notre ignorance sur le sujet. Des photos et documents judicieusement choisis accompagnent le texte, de même qu’une bibliographie, faisant état de mémoires universitaires non publiés. Regrettons simplement l’absence de glossaire pour les sigles helvétiques.