Archives par étiquette : Femmes

Louis-Pascal Jacquemond, L’espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire, Paris, Belin, 2016, 439 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Parmi les publications sorties à l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire1, le livre de Louis-Pascal Jacquemond se distingue par son approche spécifiquement centrée sur les femmes. Se proposant de faire une synthèse des travaux récents sur la question genrée durant les années trente, l’ouvrage aborde quasiment tous les aspects (politique, social, culturel, économique, professionnel, juridique) qui touchent à la condition féminine durant le Front populaire. Il allie de plus un récit général à des portraits de femmes qui incarnent telle ou telle dimension.

Au travers de neuf chapitres, l’auteur s’attache à démontrer le bilan pour le moins contrasté du Front populaire concernant la situation des femmes. Il faut dire que les espoirs étaient grands et que les résultats n’ont effectivement pas été à la hauteur. Si l’échec le plus flagrant est illustré par la non-obtention du droit de vote féminin (bloqué par le Sénat), d’autres, à l’instar des Accords Matignon, maintiennent les inégalités salariales entre hommes et femmes. Des progrès ont toutefois été apportés soit par le gouvernement (loi de 1938 sur le statut des femmes mariées), soit par la société civile (syndicalisation des travailleuses, mixité des associations et des loisirs, féminisation du monde du travail…), sans que tous les stéréotypes puissent être toutefois totalement levés. Le chapitre consacré aux « femmes invisibles » est également très intéressant puisqu’il tend à mettre en lumière les grandes oubliées de la période : immigrées, paysannes et colonisées. Il aurait d’ailleurs pu être développé davantage car c’est de loin le plus novateur. Par contre, il est regrettable que l’auteur confonde CGT Unitaire et « CGT Unifiée » (p. 80 et 372) et qu’il place l’adoption de la ligne « classe contre classe » du Kominterm en 1920 alors qu’elle date de 1929. Enfin s’appuyer sur un texte de la 1ère Internationale, datant de 1866 (p. 198), pour illustrer l’antiféminisme des syndicats en 1936 paraît discutable. Cela ne retire rien à la conclusion générale du livre faisant du moment Front populaire, une étape importante dans l’histoire des femmes non pas tant en terme d’égalité stricto sensu mais en termes d’émancipation, de visibilité et donc de changement de perception de leur place dans la société. En somme, une victoire morale plus que matérielle qui conditionnera l’égalité juridique d’après la Seconde Guerre mondiale.

Maintenant, si l’on s’accorde à reconnaître que la synthèse est un exercice pour le moins compliqué (se réapproprier les travaux des autres, citer sans dénaturer etc.), il est toutefois des limites déontologiques dont l’auteur s’est affranchi ici. En effet plusieurs chapitres « Les grèves », « A travail égal, salaire égal », « Les femmes se syndiquent » reprennent en grande partie les fruits d’une recherche publiée en 20122. Voir ses travaux repris est toujours gratifiant pour un chercheur mais que seulement la moitié de ses résultats soient référencés en notes de bas de pages est pour le moins agaçant. En effet, l’auteur utilise différents moyens pour ne pas avoir à citer indéfiniment le même ouvrage (qui aurait effectivement monopolisé les notes de bas de page des chapitres précités), alors même que l’on frôle parfois le copier/coller. Nous présentons donc ici la liste de ces techniques d’emprunt litigieux :

  1. Ne faire aucune référence à l’étude originale : p. 214-215 sur les responsables syndicales de la CGT ; p. 312 sur l’antiféminisme syndical ; p. 233 sur la ganterie grenobloise et le travail à domicile. Exemple : la phrase originale (p. 76) « Très répandu dans le textile3, ce mode de production emploie principalement des femmes qui constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne4 » devient « C’est aussi le cas dans le textile où le travail à domicile est le plus répandu et où les femmes constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne », sans aucun renvoi.
  2. Citer les sources qui ont été utilisées et reproduites in extenso dans l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même, alors qu’il est certain que ces sources n’ont pas été consultées par Louis-Pascal Jacquemond (il s’agit dans ce cas des archives de la CGT) : p. 161 sur la résolution du Congrès de Nantes ; p. 233 et p. 381 sur les compensations obtenues par la CGT pour les ouvrières à domicile. Ou encore p. 155 sur la convention de la métallurgie tournusienne, renvoyant cette fois aux Archives nationales.
  3. Citer les références sur lesquelles s’est appuyée l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même : p. 156 à propos des conventions collectives signées par la CFTC. Dans l’étude initiale on peut lire p. 62 « Les conventions signées par les syndicats féminins chrétiens présentent les mêmes écarts salariaux nonobstant la défense du principe « À rendement égal, salaire égal »5 ». Sous la plume de Louis-Pascal Jacquemond, la phrase devient : « Chez les représentants des syndicats féminins (CFTC), les conventions reflètent les mêmes écarts salariaux, alors que ces syndicats défendent le principe « À rendement égal, salaire égal »6 ».
  4. Inventer des références : passage sur les déléguées CGT élues à l’entreprise Grégoire de Clichy (p. 150) attribué à « Fréderic Monier, Le Front populaire, Paris, La découverte, 2002 » alors que ce dernier n’aborde à aucun moment cette question dans son ouvrage. Louis-Pascal Jacquemond ne s’est d’ailleurs pas aventuré à lui accoler une page en particulier pour référencer son propos. Il aurait été plus honnête de renvoyer à l’étude pionnière p. 50. On retrouve cette méthode p. 214 avec un renvoi à Catherine Omnes à propos des responsables CGT mariées « ce qui rompt avec le célibat des militantes de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » alors que la phrase originale (p. 36) était « Cela correspond aussi à l’image des militantes du Front populaire, rompant avec le célibat de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » et renvoyait aux articles de Bard et de Chabot dans La part des militants.
  5. Sans compter des formules qu’il est difficile de breveter mais qui se retrouvent étrangement toutes dans la présente synthèse telles que « citoyenneté sociale » (p. 91), « rendez-vous manqué » (p. 229), « tant au niveau légal que réglementaire » (p. 232), « A travail égal, salaire égal ? » (p. 152).

Pour conclure, un ouvrage de synthèse qui aurait mérité un peu plus de rigueur méthodologique et qui a mis le chroniqueur dans une situation délicate, celle de se retrouver malgré lui à la fois juge et partie.

1 Nicole Masson, Les victoires du Front populaire, Vanves, éditions du Chêne, 2016 ; Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016 ; Serge Wolikow, 1936, le monde du Front populaire, Paris, Le Cherche-midi, 2016.

2 Morgan Poggioli, « A travail égal, salaire égal » ? La CGT et les femmes au temps du Front populaire, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2012.

3 Denis Woronoff, La France industrielle, Paris, Éditions du Chêne, 2003, p. 107.

4 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille, op. cit., p. 260 et Joseph Klatzmann, Le travail à domicile dans l’industrie parisienne du vêtement, Paris, Armand Colin, 1957.

5 Joceline Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1944), Lyon, PUL, 2003, p. 175-180.

6 Joceline Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1944), Lyon, PUL, 2003, p. 175-180.

Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Toulouse, Smolny, 2009, 464 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Christophe Darmangeat est docteur en sciences économiques et enseignant à l’Université Paris VII. Avec ce livre, il revisite et réactualise l’ouvrage classique de Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, lui-même basé en grande partie sur les travaux de l’anthropologue Lewis Morgan. Bien que les thèmes abordés, celui des systèmes de parenté en particulier, soient loin d’être toujours simples, le propos de l’auteur se veut constamment didactique et clair, convoquant une multitude d’exemples ethnologiques et démontrant très bien la complexité des données envisagées.

Dans sa première partie, il revient donc sur les théories de Morgan concernant les rapports de parenté, les formes de famille et leurs évolutions supposées, et, grâce aux différents apports du siècle dernier, en contredit un grand nombre : il n’y a finalement pas de mariages de groupes là où Morgan en voyait, pas de liens systématiques entre relations de parenté et formes de famille, ni d’interdits de mariage simplement déductibles des systèmes de parenté, pas non plus de lien direct entre la forme de la famille et le mode de production. Les systèmes de parenté s’expliquent, dans les sociétés primitives, par la répartition des droits et des devoirs en l’absence d’État ou de marché, mais on ne peut en déduire un modèle d’évolution unique. En fait, non seulement un éventuel stade d’évolution clanique n’existe nullement, mais les différentes formes de famille ne peuvent absolument pas être hiérarchisées en fonction d’un progrès supposé, contrairement aux modes de production, y compris par une possible amélioration génétique liée à l’affirmation de l’inceste, une idée désormais abandonnée. De telles remises en question n’empêchent pas Christophe Darmangeat de saluer les mérites de Morgan, en particulier pour sa démonstration de la non éternité du modèle de famille bourgeoise, monogame, et surtout de valider le matérialisme historique, en établissant une comparaison avec les lois de l’évolution biologique : les systèmes familiaux et de parenté seraient les équivalents des organes analogues (en biologie, des organes d’espèces différentes remplissant la même fonction sans avoir la même structure), tandis que richesse, productivité ou forme de l’État s’apparenteraient aux organes homologues (des organes d’espèces différentes ayant la même structure), distinctifs de l’évolution.

Mais les deux tiers de son livre sont surtout consacrés à l’étude de la place des femmes dans les sociétés primitives. Il démontre ainsi qu’aucun matriarcat primitif n’a jamais existé, que l’on entende par ce terme une pure domination des femmes ou une simple égalité entre les sexes ; même chez les Iroquois, les femmes, bien que bénéficiant d’une considération dépassant largement celle d’autres sociétés, n’avaient pas le droit d’appartenir au conseil supérieur des tribus. Il en est de même pour la supposée religion d’une déesse mère, ou pour la surévaluation du rôle d’invention des femmes préhistoriques, défendue par Alexandra Kollontaï ou, plus récemment, par la trotskyste étatsunienne Evelyn Reed. La réalité semble donc avoir été davantage dans un partage des centres de pouvoirs entre les sexes, les hommes monopolisant toujours les rôles politiques et militaires. Ce faisant, Christophe Darmangeat démontre bien que dès les sociétés primitives égalitaires, la domination masculine était présente, l’essor ultérieur des inégalités économiques, parallèle au processus de civilisation et à l’apparition de stock donc de la richesse, ne faisant que l’aggraver ; l’investissement des femmes dans l’économie et les activités de production étant en fait le seul moyen pour limiter cette même domination.

La division sexuelle des tâches serait donc la racine de la domination masculine, sans doute en lien au départ avec la pratique de la chasse, pour laquelle les femmes ne sont pas physiologiquement aussi disponibles que les hommes (grossesses, période de règles, etc.) ; l’apparition du tabou menstruel n’apparaîtrait alors que dans un second temps, comme justification de cette répartition inégale, suivant en cela un scénario toujours matérialiste, basé sur l’économie.

Assurément un ouvrage majeur, pierre de taille pour une meilleure appréhension marxiste des premiers temps de l’humanité.

Fanny Bugnon, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot-Rivages, collection « Bibliothèque historique Payot », 2015, 240 pages, 21 €.

Un compte rendu et un entretien de Jean-Guillaume Lanuque

Sur les groupes ayant appliqué une forme de lutte armée souvent qualifiée de terroriste en Europe dans la seconde moitié du XXe siècle, mis à part des témoignages (surtout sur le cas italien1), les études existent, mais sont souvent rares en français : outre le premier volume de notre collection Dissidences (et ses compléments en ligne) et les travaux pionniers d’Isabelle Sommier, on peut citer l’ouvrage d’Anne Steiner et Loïc Debray2, et celui dirigé par Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonnucci3. Fanny Bugnon4, pour sa part, a choisi de mener une thèse consacrée à un angle bien spécifique, celui des femmes membres de deux de ces organisations, la Fraction armée rouge allemande et Action directe. L’objectif étant à la fois de « penser la violence politique des femmes » (p. 14) et de comprendre « la fabrique des femmes terroristes » (p. 19), en mettant largement à profit les sources journalistiques.

Le grand intérêt de ce travail, c’est en effet de décrypter la perception médiatique des femmes combattantes de ces deux groupes, qui déclinent plusieurs thématiques particulières. Il y a d’abord, avec les actions initiales de la RAF, l’idée d’un phénomène d’origine étrangère, et plus particulièrement allemand, irréductible à la situation française, avec la réutilisation de stéréotypes (la réactivation de la violence nazie, ou la froideur germanique). Mais la dominante majeure de l’analyse des journaux retenus, c’est une forme de malaise à l’égard de ce qui est perçu comme une transgression des rôles sexués. Dans un contexte qui voit concomitamment les femmes accéder à des fonctions dans l’armée et la police, les militantes armées politiques sont jugées plus dures que les hommes, plus coupables également5. Sont alors réactivées des images ancrées dans la culture dominante, celle d’un déséquilibre psychologique (qui peut être lié au refus d’être mère), mais également celle de séductrices, de produits d’une libération – jugée débridée – des mœurs dans ces années 1968 (même si cette image de séductrice relève clairement de la longue durée des mentalités collectives). Ce qui ressort de ce tableau, c’est une forme appuyée de dépolitisation, un refus apparent de prendre en compte les écrits et les déclarations politiques et argumentées de ces femmes, qui sont de la sorte totalement minorées. Fanny Bugnon s’intéresse également aux figures mythiques qui sont reprises à cette occasion, celle des amazones qui ont donné leur titre au livre, mais également celle des furies, par exemple ; on reste toutefois en partie insatisfaits, cette déclinaison de l’étude manquant en grande partie d’analyses approfondies6.

Le choix de mener une étude parallèle de la RAF et d’AD manque par ailleurs de justifications, car même si les deux organisations connaissent un rapprochement marqué au milieu des années 1980, il aurait sans doute été fertile de prendre également en compte les Brigades rouges italiennes, voire l’ETA ou l’Armée rouge japonaise… A condition, bien sûr, de disposer de davantage de temps de recherche. Autre limite, et non des moindres, une tendance à parfois laisser croire à une sur-interprétation des faits7. C’est ce qui rend certaines parties plus fragiles, comme celles évoquant le modèle de l’amoureuse déçue chez les militantes8 (d’autant qu’il y a derrière réalité ou tactique judiciaire). Une citation isolée ne suffit pas toujours à convaincre d’un état d’esprit général, et il aurait été pertinent de prendre davantage d’exemples dans un corpus de 3 000 articles de presse, tout comme il aurait été utile de disposer d’une comparaison détaillée avec le traitement dévolu aux hommes des deux organisations. Il est à ce titre dommage qu’une thèse que l’on imagine copieuse ne fasse l’objet que d’une transposition visiblement très abrégée, au risque de perdre de sa force de conviction9.

Entretien : Cinq questions à… Fanny Bugnon10

  1. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont conduite au choix de votre sujet de thèse ?

Dès mes premiers travaux de recherche, je me suis intéressée à l’histoire des femmes et des marges politiques, ainsi qu’aux formes de régulation sociale afférentes : les Repopulateurs comme forme d’antiféminisme au sortir de la Première Guerre mondiale qui débouche sur la législation de 1920 et 1923 réprimant l’avortement et la « propagande anticonceptionnelle » (mémoire de maîtrise) ; l’affaire Germaine Berton, du nom de cette militante anarchiste qui assassine en 1923 Marius Plateau, responsable de l’Action française et des Camelots du Roi et dont le procès s’achève sur un acquittement (mémoire de DEA). Au cours de mes lectures, il est ressorti que la criminalité politique des femmes au XXe siècle constituait un sujet mal connu. C’est à la faveur de ce constat que j’ai décidé de poursuivre mon travail de thèse sur ce sujet, en me concentrant sur la période de l’après-68, marquée par la réactivation de la violence révolutionnaire dans les démocraties occidentales, et la participation remarquable et remarquée de femmes dans les rangs de ces groupes. En raison de l’inaccessibilité des archives de police et de justice, j’ai choisi d’analyser la médiatisation française de la violence politique à travers la fabrique du « terrorisme » comme catégorie médiatique.

  1. Pourquoi vous être uniquement concentrée sur la RAF et Action directe, sans prendre également en compte d’autres groupes armés contemporains, comme les Brigades rouges, l’Armée rouge japonaise ou ETA ?

Mon idée de départ était de travailler sur les militantes des organisations révolutionnaires violentes de l’après-68 dans les démocraties occidentales qui ont en commun de compter un nombre significatif de femmes dans leurs rangs. Le constat de la rareté de la bibliographie sur le sujet, et surtout sur l’histoire de la violence politique en France – notamment dans le cas d’Action directe (1979-1987) –, m’a conduit à redéfinir mon sujet pour retracer l’histoire de la violence révolutionnaire dans le dernier tiers du XXe siècle, en prenant en compte non seulement la période d’activité des organisations, mais également leur démantèlement et leurs procès. Il a donc fallu recentrer la focale. J’ai choisi de me concentrer sur la France et l’Allemagne (RFA) pour deux principales raisons : la violence révolutionnaire outre-Rhin joue un rôle de miroir déformant dans la perception de la violence révolutionnaire en France en mobilisant les stéréotypes nationaux et le passé commun entre les deux pays (l’Allemagne fait également l’objet d’une plus grande attention de la part de la presse française, indépendamment de l’intensité du phénomène en Italie, au Japon ou en Espagne) ; les principales organisations allemande (la Fraction armée rouge – RAF) et française (Action directe) ont en outre annoncé leur fusion en janvier 1985 au nom de l’unité des révolutionnaires en Europe de l’Ouest et ont mené ensemble des attentats anti-impérialistes contre des cibles militaires de l’OTAN.

  1. La version publiée de votre thèse semble très réduite par rapport à la thèse elle-même : comment ce choix a-t-il émergé avec l’éditeur ?

On m’a souvent fait remarquer que ma thèse en comportait en réalité deux : l’une sur l’histoire de la violence révolutionnaire en France et en Allemagne, l’autre sur la fabrique de la catégorie « femmes terroristes ». Après discussion avec mon éditeur, il a été décidé que la version (très) remaniée de ma thèse se concentrerait sur la deuxième, qui était mon sujet de départ et qui constitue un angle mort de l’historiographie.

  1. Songez-vous d’ailleurs à un élargissement géographique ou même historique de votre angle de recherche ?

Pour l’heure, je ne souhaite plus travailler sur la violence politique. Bien des questions restent cependant à étudier, et il serait notamment intéressant de mener une analyse comparée des militantes des organisations révolutionnaires et des organisations nationalistes, dans les processus de décolonisation, mais également du côté des mouvements séparatistes, à la fois sur le plan de leur trajectoire biographique et militante, de leur visibilité dans les organisations armées et de la médiatisation dont elles sont l’objet.

  1. Quels sont actuellement les travaux auxquels vous vous consacrez ? Des publications sont-elles d’ores et déjà prévues ?

A la faveur d’un postdoctorat, j’ai poursuivi mes recherches sur une autre forme de marginalité politique féminine illégale : les femmes élues en France avant d’en avoir le droit (en 1944), c’est-à-dire les femmes élues sur des listes municipales communistes à partir de 1925, sur consigne du Secrétariat féminin de l’Internationale communiste. Cette question met en rivalité communistes et féministes autour de l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Je me suis tout particulièrement intéressée au cas de Douarnenez, première municipalité française à porter à sa tête un maire communiste en 1921, et à élire une femme, Joséphine Pencalet, ouvrière des conserveries de poisson de 38 ans, en 1925, et aux débats internes au PCF sur l’opportunité ou non de présenter des candidatures féminines qui seront in fine invalidées par la justice administrative. J’en ai notamment tiré un article pour Vingtième siècle11 et ai participé à un documentaire consacré à cette pionnière (la présentation est en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=f2VQbiiUW38 ).

1Par exemple le livre d’un des créateurs des Brigades rouges, Mario Moretti, Brigate Rosse, Paris, Amsterdam, 2010.

2Anne Steiner, Loïc Debray, RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, L’échappée, 2006, chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1542

3Marc Lazar, Marie-Anne Matard-Bonnucci (dir.), L’Italie des années de plomb, Paris, Autrement, 2010.

4Fanny Bugnon avait publié un article dans le volume 13 de Dissidences, « Venger Pierre Overney ? Controverse autour d’un mot d’ordre. ».

5Sur ce point, des comparaisons avec des femmes criminelles, de l’époque ou plus anciennes, se seraient sans doute révélées intéressantes.

6Pourquoi les furies antiques plutôt que Médée, par exemple, personnage pourtant oh combien riche et incarnant une forme repoussante de la femme pour bien des hommes ?

7Ainsi, l’assassinat de Georges Besse ne fut pas seulement un choc du fait que les responsables étaient deux femmes (p. 72), mais également de par le statut de la victime celui d’un patron, d’un non combattant, contrairement au général Audran. De même, dans les figures mythiques invoquées, celle des sorcières ou des pétroleuses ne sont appuyées que sur une occurrence des sources chacune, tout comme le thème de la masculinisation / desexualisation de ces femmes militantes (p. 157-158). Enfin, le lien explicitement fait entre le mouvement féministe et l’engagement radical de ces femmes, avec l’exemple de la mort de Georges Besse, ne se trouve ici que sous la plume de Ménie Grégoire.

8Deux exemples seulement sont convoqués, ceux de Frédérique Germain et de Paula Jacques, toutes deux de la nébuleuse d’Action directe.

9Un détail iconographique est également légèrement gênant : le fait que les photographies de femmes retenues pour figurer en couverture et sur la quatrième ne soient à aucun endroit explicitées.

10Entretien réalisé par courriel le 2 septembre 2015.

11Fanny Bugnon, « De l’usine au Conseil d’État. L’élection de Joséphine Pencalet à Douarnenez (1925) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 125, 2015/1, p. 32-44.

Christiane Passevant, Femmes dissidentes au Moyen-Orient, Saint-Georges-d’Oléron, Éditions Libertaires, 2014, 146 pages, 13 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Dans une très belle préface, l’universitaire et militant libertaire Larry Portis (décédé en 2011) explique pourquoi il est nécessaire de donner la parole aux femmes. Dans l’univers moyen-oriental, le moins que l’on puisse dire c’est que ce réflexe est loin d’être acquis si l’on considère le nombre de femmes à qui cette parole est confiée ou même celles qui la prennent Donc, voici un livre militant consacré aux témoignages et à la parole de quatre femmes.

Chaque entretien est précédé par une courte biographie permettant au lecteur de se faire une idée de la personnalité féminine qui va s’exprimer et fournit quelques repères. Arna Mer Kahmis, est morte en 1995. C’est une Israélienne, dont la famille a émigré à la fin du XIXe en Palestine. Fortement ébranlée par le sort fait aux Arabes dans la Palestine mandataire, elle épouse un Palestinien membre du Parti communiste. Nawal Al Saadawi, médecin psychiatre, est une figure du féminisme arabe et égyptien. Elle a écrit par ailleurs plusieurs ouvrages, largement traduits dans le monde anglophone, ainsi qu’en français (en particulier aux éditions des femmes) : romans, fiction, documentaires. En 1982, elle fonde AWSA, une association de solidarité des femmes arabes. Léa Tsemel, Israélienne, est une avocate connue internationalement pour son rôle dans le soutien à la lutte antisioniste et la défense des Palestinien-nes face au système judiciaire. Enfin, Michael Schwartz est aussi Israélienne. Elle s’engage dans une association féminine de soutien aux prisonnières politique palestiniennes. Le seul regret que l’on peut éprouver concerne le fait que les entretiens de Christiane Passevant ont été conduits dans les années 90, lors de ses reportages en Israël et sont donc en décalage avec le contexte actuel et l’actualité récente1. L’historien notera également que si la majorité des témoignages (trois militantes sur quatre) insistent sur la question palestinienne, ce qui ne rend pas compte de la diversité des luttes dans les pays du Moyen-Orient, la lutte contre les fondamentalismes religieux n’y est pas absente.

1Pour actualiser le propos, il est toujours possible de lire sur le site de la revue militante Ballast la série d’entretiens « Palestine-Israël, voix de femmes », qui complète bien la lecture, tant il est urgent et libérateur de lire ces paroles sur les luttes et la place qu’y prennent les femmes, puisque ces dernières participent aux mobilisations.

Matthieu Gateau, Maud Navarre, Florent Schepens, (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, EUD, collection « Sociétés », 2013, 200 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue la publication des Actes d’un colloque tenu en 2011 à l’Université de Bourgogne, Les identités de genre en politique. Après une introduction posant la question des transformations de la place du genre en politique depuis l’adoption de la loi sur la parité, douze contributions, articulées autour de trois grandes parties permettent d’entrevoir un certain nombre de pistes. Si la plupart des textes sont dûs à des plumes féminines, on notera néanmoins quelques signatures d’hommes, manifestant ainsi une certaine extension (et sans doute une légitimité académique plus importante du thème du genre). La première partie (quatre contributions), porte sur l’essence même de la notion de genre pour interroger l’activité politique. Si Delphine Dulong propose une monographie, articulée autour de la figure d’Edith Cresson, Maud Navarre montre la pertinence de la notion de genre à partir d’une analyse des élections régionales au niveau du territoire bourguignon. Christine Guionnet, pour sa part, présente une synthèse de l’apport des travaux sur le genre en politique (une ressource nouvelle ?), tandis que Marion Paoletti revient, elle, sur les limites (importantes) de la loi de 2002 sur la parité. Le second ensemble, plus hétérogène, fait une part à l’histoire, avec une contribution (Morgan Poggioli) sur le militantisme féminin (à ne pas confondre avec féministe, souligne l’auteur) dans la CGT au temps du Front Populaire et une autre de Anne-Sarah Bouglé Moalic sur le suffragisme français (1920-1922). Clément Arambourou présente une des contributions les plus singulières de cet ensemble, puisqu’elle porte sur la masculinité, preuve que la notion de genre ne s’exerce pas uniquement dans le domaine féminin. Enfin, décalée, mais pas inintéressante, la contribution de Stephanie Tawa Lama-Rewal, présente la place du genre comme ressource des élues municipales en Inde. La dernière partie rassemble quatre textes autour de l’exercice de mandats, avec des points de vue assez éclatés, mais éclairants. Ainsi Aurélie Olivesi présente une contribution sur les conjoints des femmes politiques, s’interrogeant pour savoir s’il s’agit de soutiens pour leurs femmes ou d’hommes sacrifiés. Deux contributions proposent une approche à partir de territoires éloignés, la première de la Roumanie post-communiste (Ionela Baluta), la seconde du Pakistan (Virginie Dutoya). Sur cette dernière, on regrettera le manque de contextualisation du texte qui interroge beaucoup le lecteur, ignorant de cette réalité. Enfin, Bibia Pavard revient sur le cas de Simone Veil, faisant largement usage du genre pour réussir à faire passer la loi sur la reconnaissance de l’IVG, ou comment l’on passe d’une lutte collective féministe à une stratégie politique, portée par une femme. Au total cet ouvrage, aux approches multiples et même parfois éclatées – c’est la rançon des ouvrages collectifs issus de colloques –, permet de faire le point sur l’avancée des travaux prenant la question du genre et donc des dominations entre les hommes et les femmes, en montrant clairement que la parité a, au mieux, déplacé les formes de cette domination, au pire, n’a pas modifié fondamentalement cette asymétrie. De ce point de vue, ce livre constitue un rappel de la force du système des inégalités entre les hommes et les femmes, y compris lorsque la loi s’en mêle.