Archives par étiquette : FTP-MOI

Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, 96 pages, 17,95 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Sur la tristement célèbre Affiche rouge que les nazis apposent sur les murs de Paris pour dénoncer le caractère étranger de l’« armée du crime » – puisque c’est ainsi qu’ils qualifient la résistance communiste organisée par les FTP-MOI [Francs-tireurs partisans-Main d’œuvre immigrée] – Marcel Rayman figure juste au dessus, à gauche, du chef du groupe, Missak Manouchian. La photo du résistant est affublée d’une cartouche indiquant : « Rayman, juif polonais, 13 attentats ». Cette bande dessinée se propose d’évoquer la figure d’un de ces étrangers magnifié dans de fameuses Strophes pour se souvenir, celles du poème d’Aragon (1955) plus couramment appelé L’Affiche rouge, mis en musique par Léo Ferré (1959) puis Catherine Sauvage, Monique Morelli, Leni Escudero et plus récemment Bernard Lavilliers.

La famille de Pierre Rayman, d’origine polonaise, émigre en France pour fuir les conditions de vie faites aux juifs, pensant trouver dans la France le pays des droits de l’homme. Pourtant, ce sont bien les autorités dudit pays qui déportent le père à Drancy, avant la déportation et la mort à Auschwitz, sort que subissent également Anna Rayman, sa mère ainsi que Joseph, Hélène et Régine Peltin, oncle et tante de Marcel Rayman. Seul son frère, Simon Rayman, déporté à Buchenwald, survivra à la guerre. Celui-ci n’avait pas attendu le déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique en juillet 1941 pour distribuer de la propagande antifasciste. Car ce qui anime les frères Rayman, c’est tout autant la défense de la terre des droits de l’homme et de 1789 que la lutte contre le capitalisme dans sa version nazie. Après avoir pris contact avec la résistance communiste, Marcel plonge dans la clandestinité et la lutte armée : sabotages, attentats, exécution de traîtres ou d’officiers allemands (dont le général SS Julius Ritter, le responsable du Service du travail obligatoire (STO), etc. Dans son combat, il est trahi par une amie d’enfance, qui livre la totalité du réseau à la police française. Avec ses camarades, ceux qui figurent sur l’Affiche rouge, il est torturé puis fusillé. Marcel Rayman avait vingt ans. Parmi ses 24 camarades fusillés en même temps que lui, on compte trois Français. Ils ne figureront pas sur l’Affiche, afin de renforcer l’effet propagandiste sur un « complot international judéo-bolchevique » voulu par les forces nazies d’occupation.

Très bien documentée et de bonne facture graphique cette bande dessinée s’inscrit dans la longue liste des adaptations, films (L’Affiche rouge de Frank Cassenti, 1976, où M. Rayman est interprété par Pierre Clémenti, L’Armée du crime de Robert Guédigian, 2009, Robinson Stevenin jouant M. Rayman) ou romans (dont les récents Le tombeau de Tommy, de Raymond Blottière, centré lui sur Thomas Elek et Missak, de Didier Daeninckx, tous deux de 2009) qui racontent, chacun à leur manière, cette épopée résistante et anti-fasciste, dont la mémoire et l’histoire restent (et doivent rester) vivaces.