Archives par étiquette : Gauchisme

Côme Michel, La SFQI à Toulouse de 1968 à 1976, Université de Toulouse II Le Mirail, juin 2015, Master, sous la direction d’Alain Boscus, 471 pages (dont 8 entretiens).

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Qu’une étude universitaire soit consacrée à la section toulousaine de la JCR/LCR, une des deux sections de province les plus importantes de ce courant, avec celle de Rouen, est une bonne nouvelle. Certes l’auteur n’utilise pas les témoignages de Daniel Bensaïd (Une lente impatience, Stock, 2004), ni ceux de Jan-Marc Rouillan (De mémoire I, Agone, 2007), pourtant sous-titrés « Les jours du début : un automne 1970 à Toulouse ». Il n’a pas lu non plus les rapports des préfets de Haute-Garonne, cependant il a eu accès aux papiers de Gilles Da-Ré (militant LCR des PTT) déposés aux Archives départementales 31 et à ceux d’Antoine Artous. Il a eu le mérite aussi d’interroger huit acteurs de cette histoire, dont une femme, militants ou anciens militants de la LCR/NPA, mais aussi un militant CGT/PCF de l’aéronautique.

Et malgré tout, ce travail manque de rigueur, comporte des maladresses, il est bavard et trop long et paradoxalement ne satisfait pas notre curiosité. Premier défaut : un plan inadéquat en deux parties qui se chevauchent, ne permettant pas d’éviter les répétitions. La première maladresse commence avec le titre, « La SFQI, Section française de la Quatrième Internationale » , alors que, lorsque ce courant se détache de l’Union des étudiants communistes (UEC), à Toulouse en tout cas, l’adhésion de la JCR à la Quatrième Internationale n’est rien moins qu’évidente. Les deux principaux dirigeants de l’organisation, Daniel Bensaïd et Antoine Artous, ne sont ni l’un ni l’autre militants du PCI minoritaire, section française de la Quatrième Internationale-Secrétariat Unifié. Il aurait fallu être plus explicite sur les débats ayant précédé l’adhésion à l’Internationale trotskyste.

L’étudiant lui-même est conscient de certaines de ses maladresses. Il s’excuse par exemple de consacrer trop de pages à « l’actualité politique et aux grands événements de l’époque » – titre du début de sa seconde partie (en page 144). Mais excuse ne vaut point absolution ! D’autant que ce défaut se retrouve ailleurs, par exemple dans une introduction dans laquelle l’auteur croit utile de rappeler l’existence de Marc Bloch et Lucien Febvre. Par ailleurs son trop long passage introductif sur le trotskysme s’appuie uniquement sur l’ouvrage de Daniel Érouville, Qui sont les Trotskystes ? (L’Harmattan, 2004), dont Côme Michel nous dit lui-même qu’il raconte l’histoire du trotskysme « à travers les turpitudes (sic) de la Quatrième Internationale ».Et pourtant, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, les livres ne manquent pas pour écrire l’histoire du trotskysme. L’auteur ignore la longue bibliographie de Dissidences, parue dans le n° 6 de notre revue (2009) et dans le n° 2 de notre revue électronique (automne 2011)1. Plus grave, l’auteur se trompe quand il s’appuie sur Jean-Paul Salles (2005) pour interroger Bernard Chamayou, ancien militant toulousain et tarbais, il parle de Carcassonne alors qu’il est persuadé d’évoquer la situation de Tarbes (p. 326).

Alors que reste-t-il de ce travail ? L’émergence d’une section LCR de province forte numériquement en effet, un véritable « petit parti » selon les termes d’Antoine Artous – mais là encore, plutôt que de suivre l’auteur confus sur cette question, il vaut mieux voir les chiffres d’Artous : 150 à 180 militants, avec autant de sympathisants, la LCR étant capable d’organiser des manifestations de 6 à 700 personnes. Des manifestations soigneusement tenues à l’écart des cortèges de gauche par le service d’ordre de la CGT et du PCF, selon la tactique du cordon sanitaire pratiquée dans bien d’autres villes. Le témoignage d’Alain Rumeau, militant CGT et PCF qui ne renie rien de son passé, est en effet saisissant. Cette force de la Ligue en secteur jeune en particulier – avec ses publications locales, La Jeune Garde, L’Apprenti enchaîné, et même La FPA enchaînée (Formation professionnelle pour Adultes) – l’amène à être à l’aise avec le cours « sectaire », d’auto-affirmation, qui prévaut après 68, les Comités rouges devant remplacer les Comités d’Action. Certes la Ligue à Toulouse éclipsait les autres groupes révolutionnaires, mais pas au point d’entraîner « la déliquescence progressive du PSU après le mouvement de mai-juin 58 » (p. 90). Encore une maladresse !

Le succès de la Ligue fut évidemment moins éclatant en milieu ouvrier, malgré les efforts déployés par les militants, la rédaction et la diffusion de la Taupe rouge à la SNCF, aux PTT ou sur les usines de l’aéronautique. Les positions du PCF et de la CGT furent fort peu ébranlées dans l’après-mai, même si ce dirigeant de la CGT rencontré par le militant LCR Bernard Cholet à l’ONIA (l’Office national des industries azotées qui deviendra AZF) n’est pas dupe sur le socialisme réellement existant dans les pays de l’Est où il est allé monter des usines d’engrais. On saura peu de choses sur « le Travail Femme ». L’auteur nous confie sa déception devant le peu de sources écrites, alors qu’il titille notre curiosité quand il nous dit que les militantes de la LCR ont créé un Centre de Femmes, rue Borios, près de la gare Matabiau (p. 227). De même on n’en saura pas plus sur les avortements illégaux pratiqués par le Docteur Giron, médecin et militant LCR, alors que dans bien des villes les militants LCR sont réticents sur ces pratiques (voir Salles, 2005, p. 200-201). L’intervention sur Motorola, usine récente à majorité féminine, plus ouverte à l’intervention des militants de la Ligue, est un peu mieux éclairée.

Notre déception est d’autant plus grande que, pour des raisons très variées, nous attendions beaucoup de ce travail. Il nous semble que l’enseignant dirigeant cette recherche aurait dû être plus présent, plus attentif. Par exemple, lorsqu’on fait référence à la contribution d’un auteur publié dans un ouvrage collectif, le titre de celle-ci ainsi que la pagination doivent être cités et non pas seulement se contenter du nom des coordinateurs. Si Côme Michel décide de continuer dans la voie de la recherche, la rigueur lui sera nécessaire.

Xavier Bruce, La République des enragés, Paris, ActuSF, collection « Les 3 souhaits », 2015, 312 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Il y a beaucoup à dire sur l’impact de Mai 68 sur la science-fiction française, et nous nous y étions déjà essayés dans le cadre d’un article publié dans le volume 4 de Dissidences consacré aux mutations du genre au cours des longues années 681. Le roman dont il est question ici est a priori très différent, puisqu’il est l’œuvre d’un jeune auteur, qui se replonge dans cette page de notre histoire à travers une uchronie inscrite de plein pied dans la science-fiction.

Tout débute en effet par la fuite, au début des années 1950, de neuf enfants âgés de moins de dix ans, orphelins ayant visiblement servis de cobayes pour des expériences menées sous tutelle de l’État au sein de l’Institut Heintelle et visant à élaborer des super-artistes. L’action se déplace alors seize ans en aval, concentrée sur quelques jours, du 3 au 9 mai 1968 à Paris. Les chapitres alternent la narration, tour à tour centrée sur ces enfants devenus grands : Antoine, le plus contestataire et violent, doté de pouvoirs télé kinésiques ; Adèle, membre d’un groupe trotskyste, qui prend plaisir dans la prostitution nécessaire à l’enlèvement d’un député gaulliste, en mettant à profit sa capacité de détriplement ; Arthur, artiste légèrement nymphomane et hypnotiseur redoutable ; Brigitte, une étudiante désireuse de satisfaire ses envies charnelles, capable de disperser sa matière corporelle afin de se rendre invisible. Tout ce beau monde se retrouve entraîné dans une partie de « billard à trois bandes » et plus : un militant du groupe Occident, désireux d’utiliser le fils d’un des pensionnaires de l’Institut Heintelle, qu’il voit comme un surhomme ; le pouvoir en place, qui souhaite remettre la main sur ces mutants en fuite, d’autant plus dangereux en situation de crise nationale, avec en prime un membre du gouvernement nourrissant d’importantes ambitions personnelles ; la micro-organisation trotskyste, enfin, obnubilée par son projet de rapt, qui se voit doublée par Antoine et Adèle…

On peut voir dans La République des enragés à la fois un exemple supplémentaire du retour en force des super-héros nationaux, à la suite de La Brigade chimérique2, et un signe du regain d’intérêt pour une politique contestataire, déjà sensible à la fin des années 1990, mais en grande partie désidéologisée. De manière plus générale, l’ensemble demeure un peu trop superficiel, ne saisissant qu’une partie de l’événement, riche pourtant de nombreuses facettes, ce qui ne s’explique qu’en partie par le choix de Xavier Bruce de concentrer son intrigue sur les premiers jours des événements. Certes, le contexte du mouvement étudiant est évoqué, mais principalement sous son angle sexuel. Qui plus est, cette révolution sexuelle mise sensiblement en valeur, que ce soit à travers le personnage ambiguë d’Adèle, bien loin d’une féministe affirmée, ou d’Arthur, conduit à demeurer très léger sur le substrat idéologique ou les causes plurielles des événements. Serge July, entraperçu à l’occasion d’une bagarre contre des militants d’extrême droite, sert surtout à faire un clin d’œil à son avenir journalistique, et la Fédération communiste révolutionnaire, présentée comme trotskyste, non seulement n’existe pas à l’époque3, mais utilise dans le récit des méthodes éloignées des véritables pratiques trotskystes (l’enlèvement et la séquestration d’un député gaulliste). En fait, ce que veut montrer l’auteur, c’est la légitimité de la révolte de la jeunesse, et le blocage, voire les tendances liberticides de l’État. Dans l’utilisation qui est faite par le pouvoir des jumelles artificielle, avec comme finalité le désamorçage de la colère jeune, il est même possible de voir un lien avec une nouvelle de Dominique Douay, « Venceremos », plus rude encore, publiée en 19754.

Enfin, le dénouement du récit, s’il ouvre sur une suite potentielle avec la disparition de de Gaulle, permet de mettre l’accent sur deux tendances de la lutte des années 68, avec une certaine anticipation : celle du banditisme et/ou de la lutte armée, et celle de la révolution culturelle, de la lutte pour de nouvelles mœurs5, qui a la préférence de l’auteur, délaissant là encore les évolutions les plus idéologiquement partisanes (le terme de maoïste n’apparaît nulle part)6. Les critiques que nous formulons, en partie relativisées par le ton volontiers humoristique adopté par Xavier Bruce, autorisent néanmoins à placer son roman à l’opposé de la prose plus sérieusement engagée d’un Alain Damasio, par exemple.

1« Mai 68 et la science-fiction française : naissance d’une littérature révolutionnaire ? », in Dissidences, volume 4, avril 2008, p. 132 à 149.

2La Brigade chimérique est une bande-dessinée de Serge Lehman et Fabrice Colin au scénario, Gess au dessin, publiée entre 2009 et 2010 aux éditions L’Atalante. Elle met en scène des super-héros européens, tels le Nyctalope (de Jean de La Hire), le Passe-Muraille (de Marcel Aymé) ou L’Accélérateur (de H.G. Wells), confrontés dans l’entre-deux-guerres à l’essor des totalitarismes, soviétique (incarné par le collectif Nous Autres, inspiré de Zamiatine) et surtout nazi (représenté par le docteur Mabuse, de Norbert Jacques et Fritz Lang). Une forme de remise en lumière d’un patrimoine littéraire en même temps qu’une interrogation sur l’éclipse que ces personnages ont connu après la Seconde Guerre mondiale.

3Xavier Bruce s’est sans doute inspiré du Front communiste révolutionnaire, créé à l’été 1973 pour remplacer la Ligue communiste dissoute, d’autant que sa FCR est présentée comme une dissidence de la Jeunesse communiste révolutionnaire, mais sans qu’il ne soit fait aucune mention de divergences idéologiques consistantes.

4Voir l’analyse qui en est faite dans mon article précédemment cité.

5« (…) le magnifier [le monde], l’améliorer, l’augmenter. Par l’art, l’amour, le sexe. Par l’innovation perpétuelle que cela implique. Une révolution permanente qui peut, par simple ricochet, tout modifier autour d’elle : idées, comportement, émotions. En un mot, la vie ; toutes ses composantes essentielles. » (p . 281).

6La bibliographie citée en fin d’ouvrage est d’ailleurs pour le moins succincte : le premier tome du Génération d’Hamon / Rotman, Mai 68. Une histoire du mouvement de Laurent Joffrin, et Mai 68, le journal de Dominique Lacout.