Archives par étiquette : Gaullisme.

Jean Vigreux, Croissance et contestations. 1958-1981, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2014, 475 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Comment écrire une synthèse participant, peu ou prou, de l’histoire du temps présent ? Pour cette nouvelle histoire de la France contemporaine, Jean Vigreux s’attaque à l’entre-trois mai, celui de la Ve République gaullienne, pompidolienne, giscardienne1. Toute synthèse suppose un point de vue sur la période, un parti pris d’écriture, afin que d’en retrouver le sel, convaincre le lecteur.

Un parti pris d’écriture

Ce parti pris est celui de l’histoire politique, première jusqu’à l’abord des questions culturelles, toujours liées, sinon intriquées, pour l’auteur au politique. L’histoire politique est première ici par le corset de la chronologie. La formule de l’entre-trois mai le circonscrit. Dans le jeu implicite de l’emprunt à Pascal Ory et son entre-deux mai aux fortes fragrances d’histoire culturelle, le choix assumé du politique place le gaullisme au cœur de l’écriture. Il est celui d’un mai 58 ouvrant sur « une république modernisatrice », il est ensuite celui d’un « lourd héritage », celui que Georges Pompidou doit gérer aux lendemains de mai 68, il est enfin en amont de mai 81, celui du giscardisme et de la « fin du modèle gaulliste ». Trois moments, trois parties, découpent donc ce questionnement du gaullisme et de son rapport à la société française. La structure de l’ouvrage invite donc à « revisiter » les travaux de Serge Berstein, René Rémond, à parfois soupeser leur pertinence face à d’autres chronologie plus décalées, provenant de l’histoire sociale, à la suite des travaux de Michelle Zancarini-Fournel et ses épigones, dont Xavier Vigna, sur les années 68. Ce qui résiste alors dans l’écriture de Jean Vigreux participe contre ce découpage des années 68 de l’effet gaulliste de l’entre-trois mai. La synthèse n’en est que plus vive alors, pour peu que dans les incises et les rappels des travaux d’histoire sociale et culturelle (cf. l’abondante bibliographie), le lecteur questionne systématiquement ce lien du social, du culturel, au politique.

Le politique comme focale.

Au cœur de la démonstration le politique donc. Le court chapitre introductif, consacré à la crise du 13 mai et la naissance d’un « modèle » républicain place l’événement au cœur de l’écriture, complexifiant les lectures rétrospectives sur « l’opération gaulliste » que fut le 13 mai. Mais on retiendra surtout de cette première partie de l’ouvrage, le rôle omniprésent de l’État prescripteur, modernisateur et pesant paradoxalement de tout son poids conservateur sur la société qu’il étreint. Celle-ci mute sous l’effet de la démographie, de la modernisation des campagnes, de l’urbanisation. Si cette décennie (58/68) constitue le cœur des trente glorieuses, l’auteur corrige ces images sépias. Aux côtés de la politique atomique gaullienne, et du vertige de l’équipement des ménages, l’Algérie comme la modernisation de la société pousse à 68.

Le fonds de l’air est rouge signifierait le drapeau de la couverture, comme un rappel de Chris Marker ailleurs cité. Pourtant, toute proportion gardée, Mai 68 disparaît vite de l’ouvrage. Sa genèse politique s’entend dans le temps long par le rappel des clubs, des nouvelles structures, mais aussi de l’effet des reclassements au sein de la mouvance communiste, son récit – vif – prend 4 pages, titrées « onze ans ça suffit ». Car l’essentiel là est bien l’échec du modèle politique et social préconisé, plus qu’un Mai 68 culturel et gauchiste, sociétal, plus que social, naguère codifié dans une version confinant à l’hagiographie par Hervé Hamon et Patrick Rotman. La thématique des temps pompidoliens participe de ce rejet. A gauche, « changer la vie2 » pour le PS s’alliant dans le cadre du programme commun, à droite la nouvelle société, et sur ses marges, de vieux gaullistes qui résistent, s’arc-boutent et torpillent, à l’image du travail de sape de Raymond Marcellin, la tentative de Chaban-Delmas. Plus à droite encore, Ordre nouveau bientôt subsumé par le SAC et ses dérives. L’écriture se resserre là dans l’échec pompidolien du legs gaulliste, si l’auteur rappelle ce qui se joue dans la société, comme au sein de la mouvance gauchiste, ce rappel s’entend dans l’horizon implicite du travail des forces de gauche. Il s’agit là de questionner l’amont du troisième de ces mai. Certains le regretteront, notons que la perspective même du parti pris d’écriture imposait ce point de vue. Pompidou disparu, la modernité giscardienne est sur la sellette, « la France à l’orée de la crise ». La fin du modèle gaulliste est parfaitement saisie dans des chapitres où la citation de témoignage directs se fait plus insistante, jusqu’à Mai 81. L’auteur, comme historien, cède la place au témoin, décrivant l’effet de l’arrivée d’une gauche au pouvoir au lycée Bonaparte, à Autun. Le temps présent rattrape l’écriture de l’histoire, donnant au « je » tout le sel d’une remémoration jusqu’alors objectivée par la bibliographie de fin de volume, les références dans le cœur du texte.

Violence du politique

Au terme de cette recension, un questionnement. Le parti-pris d’écriture offre l’avantage d’une cohérence quasi-parfaite à ces premières décennies de la Ve République. Dans la logique du modèle républicain chère à Serge Berstein, c’est le modèle gaulliste qu’il s’agit de discuter, et dans cet horizon le rôle central de l’État et de la politique étrangère, comme la décomposition d’une famille politique dès lors que son fondateur se retire à Colombey. Ce choix d’écriture par le modèle tend, malgré la récurrence des rappels, à finalement lisser la violence de la période. Omniprésente dans les rapports sociaux, omniprésente dans le registre politique où contrairement à une vulgate médiatique, les affrontements entre extrême-gauche, forces de l’ordre et extrême droite, n’étaient pas feints. Une violence que l’on retrouve jusqu’au sommet de l’État puisque « sous Giscard on assassine même les ministres » écrit Francis Zamponi, faisant référence aux affaires Fontanet, De Broglie, Boulin. Cette violence est-elle intrinsèque au modèle gaulliste d’alors de gestion de la société ? Il y a là une autre manière sinon d’entendre l’histoire politique, tout du moins de l’écrire. Cette écriture commence à colorer, par la question des conflits du premier vingtième siècle, l’examen de l’entre-deux-guerres, elle peut aussi questionner cet entre-trois mai ouvert par la fin de la décolonisation et les assassinats de l’OAS, clôt par l’agonie du giscardisme et surtout, le retour d’un homme de la IVe République à la tête de l’État français.

1 Ludivine Bantigny consacre un volume sur la période 1981-2014, chroniqué sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4179

2 L’auteur citant au passage le travail de Frédéric Thomas sur ce slogan. Frédéric Thomas, « « Changer la vie ». Éléments pour cerner les contours d’un mot d’ordre », Dissidences, L’historiographie de la décennie 1970 en France, volume 13, janvier 2014, p. 15-26.

Daniel Cordier, Alias Caracalla, Paris, Gallimard, collection « Folio », 2011, 1144 pages, 10,50 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Pourquoi la lecture des mémoires de Daniel Cordier, qui fut le secrétaire de Jean Moulin, suscite-t-elle tant d’intérêt et même, chez certains, tant d’émoi ? La facture, la fluidité du style y sont sans doute pour quelque chose, rendant aisée la lecture des mille cent et quelques pages. Mais bien d’autres raisons, évidemment, font de ce livre un document incontournable pour qui veut connaître ces années 1940-43. On saisit mieux tout d’abord l’entrée en résistance d’un très jeune homme de province – ses parents sont établis à Pau –, d’un milieu bourgeois et d’extrême droite. Lycéen, Daniel Cordier organise un cercle de l’Action française. Avec ses camarades, il vend le journal à la criée. Il assiste, hébété, à la débâcle de l’armée française puis, « anti-boche » primaire, il fait confiance jusqu’à la mi-juin au Maréchal Pétain pour poursuivre le combat. Quelle ne fut pas sa surprise quand il apprit que ce dernier décide qu’il faut cesser le combat ! Dès le 17 juin donc, encouragé par ses parents, en compagnie de 16 camarades de Pau, aussi jeunes que lui, il s’embarque à Bayonne, pour l’Afrique du Nord pense-t-il, mais au dernier moment le bateau se dirige vers l’Angleterre où il arrive quelques jours plus tard. Les jeunes gens n’ont pas entendu l’Appel du 18 juin, mais ils apprennent assez vite l’existence du Général de Gaulle. Parvenir jusqu’à lui ne sera pas chose aisée, mais ils arrivent enfin dans l’immeuble où sont logés les premiers volontaires de la France libre, tous des gamins et à une énorme majorité originaires de Bretagne. Arrivé en Angleterre, Cordier, conquis par la combativité et la cordialité des Anglais, voit s’évanouir un de ses préjugés tenaces … la haine des Anglais. Ne sont-ils pas pour les royalistes responsables de la mort de Jeanne d’Arc ! C’est le début d’une remise en question, un à un, des préjugés et idées criminelles de son courant politique originel.

Il raconte la formation reçue à Londres. Il s’agit de faire de ces jeunes gens à peine sortis de l’adolescence des guerriers. Tous les exercices sont supportés avec patience et les progrès rapides des jeunes recrues étonnent les officiers français qui les encadrent. Ils voient de Gaulle épisodiquement, à l’occasion du 14 juillet ou du 11 novembre, et peu à peu l’adhésion au « grand homme » croît. La présence à Londres d’une famille amie des parents de Daniel Cordier l’aide à supporter l’éloignement de Pau et l’absence de Domino, la jeune fille qu’il considérait comme sa fiancée. Quelle ne sera pas sa désillusion quand il apprendra deux ans plus tard qu’elle s’est mariée. Mais les solides amitiés nouées au sein de la France libre et la volonté de chasser les Allemands, les Boches disait-il, chassent vite la mélancolie. Au bout de quelques mois de formation intense – les Anglais ayant suppléé les FFL pour les formations les plus techniques – Daniel Cordier est prêt. Il maîtrise le saut en parachute, il sait décrypter et envoyer les messages codés et est capable de manier les explosifs. Brûlant d’entrer dans la résistance active, il demande au BCRA de l’envoyer en mission en France, où il est parachuté, après une première tentative avortée. Destiné à être secrétaire de Georges Bidault à Lyon, il est « détourné » par Rex/Jean Moulin qui manque cruellement de collaborateurs.

Le récit de la première rencontre entre les deux hommes est un moment d’anthologie. Sans aucune retenue, le jeune Cordier narre ses exploits de militant d’extrême droite à Pau à un Jean Moulin médusé qui, malgré tout, garde Cordier à son service. La « conversion » de ce dernier est progressive, jalonnée de moments marquants, comme par exemple la découverte brutale, à Paris, d’un vieux Juif et de son petit-fils porteurs de l’étoile jaune. Comment peut-on ainsi humilier des êtres humains ? Et là ce sont ses préjugés antisémites qui tombent ! Mais c’est surtout Jean Moulin qui se charge de son éducation, politique autant qu’artistique – après la guerre Daniel Cordier devient marchand d’art – non sans virulence parfois, quand Jean Moulin lui interdit de répandre des calomnies à l’endroit de Pierre Cot. Quand on ne sait pas, on se tait ! Aux côtés de Moulin pendant près d’un an, jusqu’à l’arrestation de celui-ci à Caluire, Daniel Cordier déploie une activité étonnante de secrétaire/homme à tout faire de Jean Moulin, dont il ne connaîtra la vraie identité qu’à la Libération. Il rencontrera presque tous les dirigeants de la résistance, Henry Frénay de Combat, encore fortement marqué par son idéologie d’extrême droite ou Emmanuel d’Astier de la Vigerie, dont le dilettantisme ne séduit pas Daniel Cordier. Que de temps passé à concilier des egos démesurés ! Plus rarement sont croisés les dirigeants de la résistance communiste. Jean Moulin consacrera une bonne partie de son énergie à rapprocher les divers groupes épars de la résistance. Il aura beaucoup travaillé, lui le républicain, le radical qui a tenté, sous la direction de Pierre Cot, d’armer le camp républicain espagnol à l’époque du Front populaire, à imposer la figure du Général de Gaulle, un homme venu du rivage de l’extrême droite et du catholicisme traditionaliste. Union la plus large face au danger nazi pour Moulin ou à l’ennemi « boche » pour le jeune Daniel Cordier. C’est le choix que firent ces hommes, au prix de leur vie pour certains. Y avait-il un autre moyen de lutter contre Hitler, en échappant au chauvinisme ? C’est la voie étroite qu’ont suivie certains militants révolutionnaires, certains trotskystes notamment, mais aussi des communistes1, en organisant un travail en direction des soldats allemands, souvent aussi au prix de leur vie2.

1Le TA (Travail allemand) est organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation : lire les souvenirs de Peter Gingold, chroniqués sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3735 

2Un téléfilm d’après ce livre, Alias Caracalla. Au cœur de la Résistance (180 mn) d’Alain Tasma, avec Éric Caravaca dans le rôle de Daniel Cordier et Jules Sadoughi dans celui de Rex/Jean Moulin, est sorti sur FR3, les 25 et 26 mai 2013, à 20 h 45.