Archives par étiquette : Guerre d’Espagne

Pierre-Frédéric Charpentier, Les intellectuels français et la guerre d’Espagne. Une guerre civile par procuration (1936-1939), Paris, éditions du Félin, 2019, 696 pages, 35 €.

 

Un Billet de Frédéric Thomas

Appréhender la guerre d’Espagne, « telle que les intellectuels français l’ont perçue et vécue » (p. 12), en tentant d’en dégager une synthèse, autant historique que littéraire ; voilà l’objectif des Intellectuels français et la Guerre d’Espagne. Une guerre civile par procuration (1936-1939). Et de le faire à partir des multiples déclinaisons – livres, articles, poèmes, documentaires, etc. – des paroles, en se centrant sur la période de la guerre elle-même (juillet 1936 à avril 1939), qui, dès l’origine, « parut déborder de son cadre national pour mieux enflammer l’Europe et le monde entier » (p. 11). Une guerre qui innova aussi, en présentant son masque de modernité dans le déploiement stratégique de l’aviation et les bombardements massifs et indiscriminés, dont le plus célèbre bien sûr, reste Guernica.

Au fil des pages, se découvrent des figures intellectuelles, plus ou moins connues, telles que le syndicaliste révolutionnaire, Robert Louzon (1882-1976), présent en Espagne, dès l’origine du conflit, et qui devait nourrir La Révolution prolétarienne de notes et analyses précieuses, ou le surréaliste Benjamin Péret (1899-1959), qui s’engagea dans une colonne anarchiste, et fit part à André Breton, dès le 11 août 1936, des intentions des communistes espagnols « de saboter la révolution » (lettre citée, p. 386). Fin avril 1937, dans un texte inédit, il entrevoyait d’ailleurs déjà la « répression systématique » du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste ; organisation marxiste antistalinienne), qui s’annonce et allait se vérifier à partir du mois suivant (p. 391). Pierre-Frédéric Charpentier met également en avant le témoignage (dans son journal intime), sur le vif, exceptionnel, de Simone Weil (1909-1943), qui, elle aussi, se rendit sur place. Ainsi, l’action armée des volontaires internationaux se révèle très précoce et précède de plusieurs mois l’engagement des Brigades internationales (p. 98-99). Mais, c’est sans conteste André Malraux, dont, nous dit l’auteur, l’aura était « légendaire dans le camp républicain », qui constitue la figure centrale de ces années (p. 109, 272 et suivantes).

Mais l’un des intérêts majeurs de ce livre est d’opérer un double décentrement des intellectuels et du camp républicain. Pierre-Frédéric Charpentier étudie, en effet, le rôle de plusieurs journalistes de premier plan1, mais aujourd’hui oubliés, dont Irénée Bonnafous (1865-1947)2, de La Dépêche de Toulouse, Louis Delaprée et Louis Roubaud. Attentif aux conditions matérielles du reportage sur place – si le séjour des journalistes étrangers restera possible, tout le long du conflit, il « ira dans le sens d’un contrôle, renforcé de l’information par les deux belligérants » (p. 65) –, il montre que ceux-ci furent confrontés à une censure, jusque et y compris dans la rédaction des journaux auxquels ils collaboraient. Ainsi, l’auteur donne plusieurs exemples, dont le cas emblématique de Jean Galtier-Boissière, rompant finalement avec le Canard enchaîné – qu’il rebaptise « Le Caviar enchaîné » – pour avoir « coupé » la fin d’un de ses articles où il s’en prenait à la répression stalinienne des anarchistes et des poumistes, en faisant le parallèle avec les procès de Moscou (p. 407 et suivante). Le livre suit également l’engagement plus méconnu des intellectuels français pro-franquistes, dont Bertrand de Jouvenel, Maurice Blanchot3, Charles Maurras, le théoricien de l’Action française, qui visita le camp franquiste (fait assez rare parmi les intellectuels français de droite), en mai 1938, un mois avant d’entrer à l’Académie française…

Les deux camps témoignent d’une hispanophilie assez superficielle (p. 28), qui n’empêche pas – au contraire même – les clichés. Ainsi qu’un surinvestissement romantique – la fameuse « illusion lyrique » dans L’Espoir d’André Malraux –, passant notamment par la figure emblématique de la milicienne du côté républicain (p. 84 et suivantes) dans les premiers mois du conflit, avant que les femmes engagées ne soient retirées du front. Emblématique, la milicienne l’est d’ailleurs aussi du côté nationaliste, où elle incarne le désordre, la décadence, la ruine des traditions et de la famille, bref, « l’orgie rouge »4.

Peut-être le livre présente-t-il une analyse chronologique plus qu’une synthèse, suivant l’évolution du conflit – à la fin de chaque chapitre, une courte bibliographie est proposée « pour aller plus loin » –, s’arrêtant notamment sur les polémiques autour des destructions patrimoniales (p. 215 et suivantes) – à gauche, on va tenter de les minimiser –, les divisions au sein du camp républicain entre communistes, d’un côté, poumistes et anarchistes, de l’autre, et, en France, entre interventionnistes et pacifistes. L’année 1938 marque à la fois le début de la fin – le camp républicain allant de défaites en défaites –, et l’effacement de la guerre d’Espagne dans le champ intellectuel français, de plus en plus préoccupé par les bruits de guerre venant de l’Est. En août 1944, la guerre d’Espagne opère un singulier retour (détour ?) de l’histoire : « le premier bataillon de la 2e DB du général Leclerc, la Nueve, composé d’Espagnols antifranquistes, contribue activement à libérer la capitale à la tête de ses engins nommés « Teruel », « Brunete » et autre « Madrid » » (p. 589). Mais ce n’est qu’une cinquantaine d’années plus tard que ce spectre sera cité et reconnu…

Mises en récit

Si le livre de Pierre-Frédéric Charpentier est si intéressant, c’est aussi qu’il interroge les diverses modalités de mises en récit de cette guerre, et la manière dont celles-ci se déclinent différemment selon les deux camps. Ainsi, il montre la prédominance des pro-franquistes sur les ondes radios – la guerre d’Espagne étant le « premier conflit radiophonique de l’histoire » (p. 155) –, alors que les intellectuels de gauche investissent le cinéma. Il souligne également que ce n’est pas, dans le roman, mais bien dans le récit et l’essai que cette guerre se dit en priorité. Le groupe surréaliste a d’ailleurs été le plus prompt à réagir, avec le tract du 20 juillet 1936 : « Il n’y a pas de liberté pour les ennemis de la liberté ». D’où l’importance d’exceptions, comme El Requeté, premier roman de Lucien Maulvault, publié en 1937 chez Fayard (p. 320) ou « Le Mur », la nouvelle de Jean-Paul Sartre, inspirée de la guerre d’Espagne. Si Pierre-Frédéric Charpentier cite les poèmes de Louis Aragon, Robert Desnos, Jacques Prévert, Paul Éluard, ainsi que l’ode de Paul Claudel « Aux martyrs espagnols » (1937), où se mêlent, comme dans d’autres de ses écrits, « lyrisme religieux et descriptions temporelles très factuelles » (p. 445) – texte qui eut semble-t-il un grand retentissement –, l’auteur ne mesure pas suffisamment à mon sens l’importance de la déclinaison poétique dans la mise en récit de cette guerre. Cependant, il met au jour la pratique d’une écriture hybride, où se mêle le romanesque et le récit ou l’essai (p. 70), et émet une hypothèse particulièrement fructueuse pour expliquer l’effacement de la grande majorité des œuvres profranquistes : « la gauche intellectuelle a peut-être davantage cherché à réaliser des œuvres pour elles-mêmes, qui ambitionnaient d’exister au-delà de la cause qu’elles servaient » (p. 602).

Le paradoxe est que les deux œuvres les plus connues font en quelque sorte figures d’exceptions. La destruction de la ville basque de Guernica, le 26 avril 1937, par un bombardement aérien (c’était alors une première)5 fit réagir Paul Éluard, le sculpteur René Iché (1897-1954) et, enfin, Picasso. Celui-ci ne s’engage, en effet, qu’en 1937, et par le biais de sa peinture, plutôt que par la prise de position en tant qu’intellectuel. Son tableau, Guernica, est achevé début juin 1937, et intègre le pavillon de la République espagnole de l’Exposition internationale de Paris. Or, la toile surprend, déconcerte, suscitant l’incompréhension, y compris au sein du camp républicain, tant elle correspond peu à la configuration de l’art engagé d’alors (p. 289 et suivantes).

Quant au roman de Malraux, L’Espoir, il détonne dans un champ où prévaut le récit. De plus, il faut souligner à quel point sa parution, fin de l’année 1937, est à contretemps. Sur le terrain espagnol, l’équilibre des forces s’est rompu depuis l’été précédent, au profit du camp franquiste, tandis qu’en France, le Front populaire s’infléchit (fin juin 1937, le premier gouvernement Blum remet sa démission). Le film, inspiré de son roman, Sierra de Teruel que Malraux réalise, en Catalogne, en 1938-1939, dans des conditions épiques, aggrave ce caractère intempestif puisqu’il est présenté pour la première fois lors d’une projection privée, le 3 juin 1939 ; plusieurs semaines après la victoire de Franco6.

L’Église catholique en Espagne

Pierre-Frédéric Charpentier s’intéresse également au rôle de quelques intellectuels français catholiques, qui vont faire « dissidence ». Ainsi, le massacre d’environ 2 000 républicains, à Badajoz, le 15 août 1936, pousse François Mauriac à prendre parti, renvoyant dos à dos les deux camps qu’il qualifie de « totalitaristes » (p. 347 et suivantes). Mais c’est surtout la position des catholiques du pays Basque, s’étant ralliés au camp républicain, qui suscite et alimente ce courant très minoritaire des catholiques français autour de la revue Esprit. Le 8 mai 1937 paraît ainsi un appel « Pour le peuple basque » signé par vingt-deux intellectuels, dont « les trois grandes figures du christianisme progressiste opposé à l’union des catholiques français derrière Franco » (p. 355) : François Mauriac, Jacques Maritain et Emmanuel Mounier7.

Les Grands cimetières sous la lune, de Georges Bernanos, qui paraît en mai 1938, constitue un autre de ces rares exemples – et quel exemple –, dont la puissance est reconnue et saluée par Albert Camus dans un article élogieux, de cette déchirure au sein du camp franquiste, au nom même des valeurs (ou d’une partie d’entre elles) dont il se réclame. Se faisant, ces quelques intellectuels rompent l’union sacrée des catholiques dans la prétendue croisade menée par Franco. D’où la violence des attaques auxquelles ils durent faire face.

Pierre-Frédéric Charpentier évoque la polémique opposant Francisque Gay à Albert Bayet ; le premier accusant le second de minorer les massacres de religieux dans le camp républicain. Et de citer la réponse de Bayet (le 12 septembre 1936) : « On croirait presque, à lire M. Gay, que le peuple espagnol, frémissant de passion antireligieuse, s’est tout à coup précipité sur les prêtres, les moines, les couvents, les églises. Tout de même, les faits sont là : ce n’est pas le peuple qui a déclaré la guerre à l’Église : c’est l’Église qui, en prenant parti pour les factieux, a déclaré la guerre au peuple ». Or, cette réponse, Pierre-Frédéric Charpentier la fait précéder d’un jugement définitif : « ces lignes que la postérité, seule, rendra sidérantes d’aveuglement et de naïveté » (p. 435).

Pourtant, ce qui apparaît vraiment sidérant, c’est le propre aveuglement et la naïveté de l’auteur. Au fil des 600 pages, n’est avancé aucune analyse pour situer le rôle idéologique, social, économique et politique de l’Église catholique en Espagne. Faute d’une telle analyse, la violence anticléricale apparaît sinon incompréhensible, du moins gratuite, fruit d’un atavisme ibérique ou du folklore iconoclaste anarchiste. Pire, Pierre-Frédéric Charpentier écrit que les clercs français pro-franquistes « sont encouragés dans leur choix par l’attitude de l’épiscopat ibérique. D’abord prudent, celui-ci s’est ensuite résolument engagé derrière Franco » (p. 305). Le 1er juillet 1937, en effet, il signe une lettre publique consacrant « la lutte titanesque […] entre la civilisation chrétienne et la prétendue civilisation de l’athéisme soviétique ». Que faut-il en penser, sinon que, pendant près d’un an, l’épiscopat ibérique se serait montré « prudent » ? C’est sous-entendre la neutralité ou l’apolitisme initial de l’Église, étranger au conflit, et que ce n’est que sous la pression des événements – la « terreur rouge » frappant sévèrement les institutions et acteurs catholiques – qu’elle aurait été amenée à choisir son camp.

Condamner le déchaînement de violence qui frappe l’Église catholique dans les premiers mois de la guerre civile dans le camp républicain, souligner le courage et la puissance des dénonciations de Mauriac, Bernanos, Mounier et Maritain, est une chose. Une autre est de faire de cette Église une institution hors-sol, dégagée des rapports sociaux de la société espagnole. D’emblée et dans son ensemble, l’épiscopat catholique (à l’exception de celui du Pays Basque comme déjà mentionné) a pris fait et cause pour le camp « nationaliste ». Elle ne faisait, de la sorte que consacrer un soutien organique et traditionnel aux classes conservatrices. Les massacres des premiers mois de la guerre civile ont catalysé et radicalisé cette alliance initiale, en la sacralisant sous la forme d’une « croisade ». Le défaut d’analyse qui touche au positionnement de l’Église catholique espagnole semble trouver sa source dans une appréhension particulière de la violence en général durant la guerre civile.

La violence et la terreur en débat : une lecture de Jean Birnbaum

« À quoi bon les idéologies ? » écrivait, dans Terre des hommes, Antoine de Saint-Exupéry. Ce délaissement volontaire du « référentiel idéologique pour mieux en appeler à l’universalité de l’homme confronté à son destin » (p. 573), n’est-ce pas implicitement ce que, à l’encontre de l’engagement, forcément passionnel et partial des intellectuels, fixés sur une « vision manichéenne et simpliste des événements » (p. 595), Pierre-Frédéric Charpentier nous invite à valoriser ? Ou alors, à la marge, la posture isolée d’un Georges Bernanos, dénonçant les atrocités franquistes, et dont, dans les toutes dernières pages du livre, l’auteur nous prévient qu’on ne trouverait aucun pendant dans le camp républicain ; aucun intellectuel de gauche n’aurait eu ce courage et cette lucidité (p. 603) ?

Jean Birnbaum écrit justement, dans Le Monde du 24 avril 20198, qu’« une des leçons de cette étude poignante » est que, dans l’ensemble, la gauche « s’est bien gardée de dénoncer les massacres commis par les forces républicaines ». Et de poursuivre : « on chercherait en vain les Maritain, les Bernanos ou les Mauriac du camp  »républicain », qui auraient brisé les silences complices de leurs propres amis ». Avant de conclure que si la gauche intellectuelle et artistique, vaincue politiquement en 1939, a remporté plus tard « la bataille des manuels scolaires », « cette bonne conscience en fer forgé pèsera lourd sur la mémoire des gauches, et donc sur leur capacité à nommer le réel de l’histoire ».

Telle serait donc la morale de l’histoire ou, à tout le moins, des Intellectuels français et la Guerre d’Espagne. Une guerre civile par procuration (1936-1939). Celle qui se dévoile dans la dialectique de victoires et défaites mise en avant par Jean Birnbaum : la gauche intellectuelle aurait perdu la guerre, mais gagnée « la bataille des manuels scolaires », pour, finalement, échouer moralement « à nommer le réel de l’histoire ». En réalité, c’est plutôt l’échec à penser les violences politiques et l’engagement des intellectuels qui se dénonce ici.

Pierre-Frédéric Charpentier distingue la « terreur rouge », concentrée sur les premiers mois du conflit, et qui n’a pas un caractère organisé et planifié, de « la  »terreur blanche » [qui] prend très vite l’apparence d’un processus massif, organisé et méthodique », s’installe dans la durée, et procède d’une politique de contrôle et de répression (p. 425-428). Mais, c’est pour conclure, un peu plus loin : « il faut se résoudre à l’évidence : aucun des deux camps ne le cède à l’autre dans l’abjection » (p. 430). La distinction opérée précédemment semble ne plus pouvoir être tenue.

Une exécution reste une exécution, et soulève des considérations morales infrangibles. Mais tant quantitativement que qualitativement, les violences exercées du côté républicain diffèrent de celles mises en œuvre par les franquistes (violences qui, par ailleurs, se poursuivirent bien au-delà de la fin de la guerre d’Espagne). Ainsi, selon l’historien Paul Preston, spécialiste de la guerre d’Espagne, en termes général, la répression des « rebelles » fut approximativement trois fois supérieure à celle réalisée en zone républicaine9. De plus, si les violences, dans le camp républicain, ne furent pas seulement ni majoritairement même le fruit de règlements de compte « d’incontrôlés », elles ne revêtirent jamais le caractère systématique et institué qu’elles eurent dans le camp nationaliste.

S’en tenir à une posture morale renvoyant dos-à-dos les protagonistes, revient à nier cette différence essentielle. Et ce d’autant plus qu’à aucun moment ni Pierre-Frédéric Charpentier ni Jean Birnbaum ne discutent la généalogie discursive de la « terreur rouge ». Or, celle-ci fut largement établie et instituée lors de la Causa General, le processus d’investigation lancé par le ministère de la Justice franquiste en 1940 pour instruire « les faits délictueux commis sur tout le territoire durant la domination rouge ». La reprise de ces termes suppose, au minimum, cette mise au jour généalogique et un positionnement intellectuel clair par rapport à cet usage propagandiste.

L’étonnant est aussi que la question de la terreur et de la violence se pose en des termes qui ignorent superbement les recherches et débats ayant renouvelé l’approche du côté espagnol10, ces vingt dernières années, voire même les analyses innovantes réalisées par des chercheurs français ; approches qui ont en commun de proposer une appréhension autrement plus complexe de ces phénomènes historiques, en cherchant à dégager les ressorts de cette violence. Ainsi, François Godicheau écrit : « Une bonne partie des violences de la guerre civile nous renvoient donc de nouveau à une histoire du temps long de l’Espagne contemporaine », soit celle de l’avant-guerre : « non pas que les violences politiques d’avant-guerre préparent ou laissent présager la guerre civile, mais parce que la militarisation de l’ordre public a conduit à des situations de  »guerre endémique » où la plus large violence d’État a été justifiée contre des fauteurs de trouble considérés comme des ennemis intérieurs ». Or, au centre de cette histoire se trouve « la question de l’ordre public : (…) un  »ordre » qui n’était public que pour ceux qui faisaient partie de la bonne définition du peuple ». Et l’auteur de conclure : « Pour analyser les violences de la guerre d’Espagne, il faut donc tout d’abord sortir de la guerre, aller chercher du côté de la construction particulière de l’État contemporain dans ce pays, du poids de l’armée et de la militarisation de l’ordre public, et considérer que la violence de celui-ci est lié à des politiques d’exclusion qui introduisent une grande violence dans les mobilisations collectives »11.

Cette inscription des violences à la fois dans le temps long de l’histoire, dans les contours mouvant et de plus en plus tranchés de l’espace public et des mobilisations sociales, Francisco Sevillano Calero la précise et la complète, en discutant le livre coordonné par Antonio César Moreno Cantano, Checas. Miedo y odio en la España de la guerra civil (Gijón, Trea, 2017). Ce qu’il dit de la situation madrilène vaut, toutes proportions gardées, pour l’ensemble du camp républicain : « la violence politique fut impulsée par la propre logique du contexte de guerre avec pour objectif de contrôler le territoire et d’éliminer les ennemis potentiels, alors que l’action violente fut dotée d’une signification révolutionnaire par l’ambition de construire un ordre nouveau, et que la violence anticléricale fut motivée par la volonté de détruire le pouvoir symbolique de l’Église et son influence sociale »12.

On chercherait en vain du côté de Jean Birnbaum et de Pierre-Frédéric Charpentier l’écho de telles analyses. Certes, celles-ci ne règlent pas directement la question du silence des intellectuels français par rapport aux violences, mais au moins nomment-elles le réel de ces violences. Et d’avancer les ressorts et raisons pour lesquelles l’action collective a pris un tour si violent – une violence devenue légitime –, et, par extension, le sens qui pouvait être donnée à cette violence par les protagonistes eux-mêmes, comme par les intellectuels français13. Ce sont alors les conditions mêmes de la légitimité et de la condamnation de la violence politique qui peuvent être interrogées. A contrario, la posture moraliste de Birnbaum et de Charpentier ne revient-elle pas à occulter le temps long de l’histoire et la configuration de l’ordre public, pour condamner toute violence, et fixer l’engagement des intellectuels sur le seul horizon de cette dénonciation publique ?

Styr-Nhair, dans La révolution prolétarienne des 10 et 25 mai 1938, présenta un tableau critique de la situation en Catalogne, évoquant « le régime du bon plaisir » dans les détentions et une certaine « pègre » qui profite de la révolution (« Notes d’Espagne. L’organisation de la défaite »). Il ne semble pas pour autant répondre à la configuration de l’engagement dessinée par Jean Birnbaum et peut-être Pierre-Frédéric Charpentier. De même, au cours de l’été 1936, Victor Serge devait écrire ces lignes admirables : « Toute guerre est atroce, certes, et la bête qui fait souffrir et tue vit en tout homme. Il est infiniment probable, il est même certain que des excès sont commis des deux côtés. Ne le disons pas pour en prendre notre parti. Tout socialiste sait qu’il n’a pas de devoir plus impérieux que de veiller à la propreté, à la justice, à l’humanité dans la lutte sociale la plus âpre »14.

Mais lui non plus n’a guère de chances de trouver grâce aux yeux de Birnbaum. Aucun d’eux ne pourrait être qualifié de « Bernanos du camp républicain ». Pourquoi ? Si Victor Serge dénonce, c’est tout en réaffirmant ou, plutôt, pour mieux réaffirmer son engagement au côté des révolutionnaires. C’est aussi que les quelques figures intellectuelles catholiques mises en avant étaient moins pro-républicaines qu’antifranquistes. Il convient d’ailleurs de se demander si, au bout du compte, les Mauriac, Maritain et Bernanos15 sont salués pour avoir eu le courage de dénoncer les crimes de « leur » camp ou parce que, par cette dénonciation, ils rompaient non seulement avec leur propre camp, mais aussi, plus radicalement, avec l’appartenance à quelque camp que ce soit ? Ce serait moins alors le courage moral de la dénonciation que les effets de celle-ci, marquant la « délivrance » d’un engagement par trop binaire et machiavélique, que la dialectique de Jean Birnbaum consacrerait. La leçon reviendrait à dire l’échec de tout engagement partisan.

De manière ironique et provocante, Julius Ruiz, l’auteur de El terror rojo (Madrid, Espasa, 2012), disait que grâce à (ou à cause de) George Orwell, « l’élimination du POUM en 1937 est bien plus connue que la féroce répression franquiste à Barcelone à partir de 1939 ». Par-là, il ne s’agissait bien sûr pas de « regretter » le magnifique Hommage à la Catalogne (1938) ni de minimiser la répression stalinienne, mais, tout en refusant les procès en instrumentalisation – travailler sur la répression républicaine serait une manière de légitimer la répression franquiste –, de rappeler les enjeux mémoriels et politiques des recherches historiques sur cette période. La critique des intellectuels français durant la guerre d’Espagne, pour être pertinente, suppose donc de ne pas perdre de vue ces enjeux.

Les limites et défaillances des intellectuels favorables au camp républicain doivent être montrées, analysées et, quand il sied, dénoncées. Encore convient-il d’affirmer clairement s’il s’agit de pointer du doigt ces défaillances ou l’engagement lui-même. Voire de faire de ces défaillances le marqueur de ce type d’engagement. Et de lui substituer une autre forme d’engagement, plus moral que politique, où, en fin de compte, la critique de l’intellectuel français de gauche déboucherait sur le procès de la révolution, ramenée à une explosion de violences innommables. Toujours est-il que la révolution, n’en déplaise à Jean Birnbaum, demeure l’un des noms réels de l’histoire.

1Et, selon l’auteur, la guerre d’Espagne correspond « à l’âge d’or des journalistes » (p. 65). Il ajoute : « la grande nouveauté éditoriale de la guerre d’Espagne est toutefois d’assister à toute une floraison de périodiques en rapport direct avec le conflit. Le cas le plus connu est celui du nouveau « grand quotidien d’information indépendant », Ce Soir, lancé le 2 mars 1937 » (p. 129).

2Celle-ci joua un rôle de premier plan dans l’action solidaire envers les réfugiés espagnols en France, au début de 1939.

3Alors proche de l’Action française. Pierre-Frédéric Charpentier cite plusieurs de ses articles dans les premiers mois de la guerre d’Espagne puis n’y fait plus référence.

4Et ainsi resurgit la représentation haineuse des femmes communardes en « pétroleuses »…

5Quant à l’intelligentsia française de droite, comme l’écrit Pierre-Frédéric Charpentier, elle « refuse obstinément d’admettre le bombardement de Guernica par les avions de la légion Condor » (p. 361), attribuant la destruction aux incendiaires anarchistes.

6Notons, au passage, une petite erreur factuelle : Denis Marion, l’un des assistants de Sierra de Teruel, n’a pas participé à la réalisation de Misère au Borinage (p. 538).

7Mais aussi Gabriel Marcel et Maurice Merleau-Ponty.

8Jean Birnbaum, « Guerre d’Espagne, une polémique française ».

9Paul Preston, El holocausto español. Odio y exterminio en la Guerra Civil y después, http://www.paulpreston.es/libro/el-holocausto-espanol/.

10Et, de la sorte, semblent reproduire une partie des mêmes polémiques, autour notamment de ce que l’on a appelé le « révisionnisme historique ».

11François Godicheau, « Les violences de la guerre d’Espagne », 2008, https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah-2008-2-page-413.htm.

12Francisco Sevillano Calero, « Sobre el  »Terror rojo » », RDL, juillet 2019, https://www.revistadelibros.com/resenas/checas-miedo-y-odio-en-la-espana-de-la-guerra-civil. Ma propre traduction.

13Outre la question de l’autocensure, y compris par rapport à la répression stalinienne du POUM et des organisations anarchistes. Ainsi, Victor Serge parla de son silence ou demi-silence. Pensons également aux critiques et doutes de Simone Weil qu’elle garda dans son journal intime.

14Victor Serge, « La bête humaine », 12-13 septembre 1936 dans Retour à l’Ouest. Chroniques (juin 1936-mai 1940), Paris, Agone, 2010, p. 30.

15Mais pas Emmanuel Mounier, le théoricien du personnalisme ; ce dernier serait-il encore trop engagé ?

Almudena Carracedo et Robert Bahar, Le silence des autres (El silencio de otros), film documentaire, États-Unis/Espagne (Lucernam Films, Semilla Verde Productions), 1h 35, 2018, sortie en France le 13 février 2019.

Un billet d’Edouard Sill

Après l’oubli

Faut-il débaptiser la place Pierre Laval ou les avenues de la Légion des volontaires français contre le bolchévisme ? Comment sortir le catafalque du Maréchal Pétain de la nécropole de Douaumont ? Peut-on flétrir la mémoire d’un honorable ex-ministre du budget, ancien chef de la police à Bordeaux ? Les familles des trente-six victimes des puits de Guerry en juillet 1944 pourront-elles récupérer les dépouilles quelque soixante-dix ans plus tard ? Il est naturellement vain, et méthodologiquement irrecevable, d’essayer de transposer dans le cadre français la nature et le contexte des enjeux mémoriels de l’Espagne contemporaine vis-à-vis de la guerre civile et du régime franquiste. Éventuellement, cette mise en uchronie permet-elle uniquement de saisir le champ large des conséquences mémorielles induites suivant le type de transition politique choisi, la distance à l’évènement et le seuil de tolérance à la violence d’une société à un moment donné. En effet, la mémoire ne peut être seulement affaire d’État, elle est aussi un rapport à soi et aux siens. Le présent des victimes et des parents de victimes n’est pas celui du politique, ni celui des historiens, pour reprendre la conceptualisation de Saint Augustin examinée par Paul Ricoeur.

Et c’est bien du présent dont parle le beau film d’Almudena Carracedo et Robert Bahar, produit par Pedro Almodovar, Le silence des autres (El silencio de otros) sous-titré « la justice contre l’oubli ».

L’expression même de « mémoire historique » choisie en Espagne rend bien compte de la difficulté à remémorer un épisode traumatique. Après 986 jours d’affrontements effroyables qui firent plus d’un demi-million de victimes, la fureur des vainqueurs s’est abattue sur les vaincus, et sur celles et ceux que la vindicte a désigné comme suspects. L’anéantissement de la République fut menée jusque dans les années 50, on compte environ 120 000 disparus. Épisode symptomatique de la répression, près de 20 000 prisonniers politiques durent creuser et édifier la Valle de los Caidos, le monumental hypogée voulu par Franco, en mémoire des soldats tombés et des figures tutélaires du nouveau régime. Devenu le lieu de mémoire du régime, et un site touristique de premier plan, le tombeau accueillera son sarcophage à son décès, en 1975. À ses côtés reposent quelques 34 000 corps, pour la plupart non identifiés. Loin des ors du mausolée de Franco, près de trois mille autres charniers et fosses communes parsèment la terre d’Espagne, triste record qui place le sol ibérique derrière celui du Cambodge. Enfin, le franquisme fut avant tout un régime brutal, reposant sur la répression et l’arbitraire, autant de dimensions héritées dont le retour de l’état de droit en Espagne s’est dessaisi lors de la transition démocratique, en 1975. La dite réconciliation nationale permettant la transition de la dictature franquiste vers une monarchie parlementaire démocratique a reposé sur le préalable de l’adoption d’une loi mémorielle établie sur un consensus national. Elle établit la primauté de la mémoire sur l’histoire et soumet le dissensus historique au juge, garant de l’oubli par le silence.

En 1977, les députés espagnols établissaient un contrat mémoriel par le biais d’une loi consacrant la réconciliation de la nation et prescrivant la poursuite en justice des persécutions du régime passé. L’amnésie collective permit la rédaction d’un nouveau récit national, une stérilisation devant refouler hors du processus démocratique tous les facteurs pouvant provoquer un retour des émotions fratricides, c’est-à-dire un sursaut des forces armées et des secteurs les plus attachés à l’ancien régime. La pacification de la réconciliation se fit au passif de l’injustice et de l’oubli des victimes comme des bourreaux : l’amnistie a gelé les contentieux, en l’absence de persécuteurs désignés, il n’y avait plus de victimes légitimes. À partir de 1996, le « pacte d’oubli » fit l’objet de contestations croissantes exigeant notamment l’abandon du consensus historiographique et la possibilité d’une justice rétroactive, à la fois mémorielle et réparatrice. De fait, les entraves de la loi mémorielle de 1977 semblaient se corroder : en 2002, les Cortès condamnaient officiellement le soulèvement militaire de juillet 1936. En décembre 2007, la loi dite « sur la mémoire historique » déterminait un droit individuel à la mémoire, personnelle ou par le biais des héritiers et permit un effort de « neutralisation » des vestiges de la guerre et des stigmates du franquisme dans le paysage public notamment. C’est en vertu de cette loi que les fosses communes ont pu être ouvertes et qu’une entreprise archivistique de grande ampleur a été initiée. Mais la loi de 2007 s’inscrit dans le cadre strict de la loi d’amnistie de 1977 : elle ne permet ni réhabilitation ni réparations. Les tribunaux d’aujourd’hui refusent au nom du pacte d’hier de rouvrir les instructions. Puisque les dossiers sont fermés à la recherche de la vérité, ce sont les tombes qui sont ouvertes, les charniers des vaincus. Des fosses de l’oubli sont extraits des corps qui, eux, parlent.

Le silence des autres n’est pas un film mémoriel mais le récit d’une mobilisation citoyenne pour faire abroger une loi mémorielle. Le film suit des itinéraires, ceux de victimes et de parents de victimes, réunis dans l’une de ses associations : La Comuna. Certains portent au cœur l’absence du corps perdu d’un père ou d’une mère, assassiné puis jeté dans une fosse commune dont chacun connaît pourtant la localisation, sous une route départementale ou un recoin d’un cimetière dont les murs exhibent encore les impacts des balles des pelotons d’exécution. Des mères aussi, celles des 30 000 enfants disparus, volés à la naissance et remis à des familles jugées plus « méritantes ». D’autres qui ont payé dans leur chair un acte de résistance ou l’expression d’une opinion. Tandis que ses camarades d’Europe de l’Ouest réclamaient un monde meilleur, la jeunesse espagnole partageait avec celle d’Europe de l’Est la répression implacable d’un État violent et de fonctionnaires n’ayant pas de compte à rendre.

S’il n’est pas le premier film à traiter de ce sujet – citons seulement Los caminos de la memoria (Les chemins de la mémoire, 2011) de José-Luis Peñafuerte – Le silence des autres se distingue nettement de par ses qualités esthétiques et sa sobriété, et par le choix narratif de concentrer son attention sur le petit collectif citoyen de La Comuna et ses actions en justice. Ses membres ne réclament pas la vengeance mais la restitution, celle des corps et de la justice, jusque-là inaccessibles au nom d’un pacte mémoriel déterminé par le législateur pour un usage politique, aussi valables en soi les raisons. Pour le public français, le film recèle donc une dimension supplémentaire passionnante. Il ne s’agit pas seulement d’une relation d’un épisode de la vie politique espagnole et des politiques de mémoire en Espagne. Il nous propose également de réfléchir sur les lois mémorielles, leurs usages et leurs limites. Semblables aux sculptures de Francisco Cedenilla Carrasco dressées dans la vallée del Jerte, figures allégoriques récurrentes dans le fil narratif du film, les neuf témoins du Silence des autres cherchent un chemin, celui de la restitution qui mène à la justice, gage d’une réconciliation apaisée. Quelques heures à peine après l’inauguration des sculptures en 2009, ce groupe statuaire intitulé El mirador de la memoria fut vandalisé. À coups de fusil.

http://ephe.academia.edu/Edouardsill

https://www.facebook.com/SillEdouard

Marie-Claude Chaput / Canela Llecha Llop / Odette Martinez-Maler (sdd), Escrituras de la resistencia armada al franquismo, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017, 350 pages, 22 €.

Un compte-rendu de Frédéric Thomas

Ce livre remarquable, fruit d’une collaboration pluridisciplinaire consacrée à la lutte armée contre le franquisme, réunit des contributions d’historiens, de spécialistes de la littérature et le précieux témoignage d’un ancien guérillero. Composé en deux parties, la première centrée sur l’histoire, la seconde sur l’écriture fictionnelle de celle-ci, cet essai interroge la mémoire de la lutte armée anti-franquiste dans l’Espagne actuelle.

Revenir sur l’histoire de la guérilla anti-franquiste, c’est se confronter au silence et à l’occultation, qui se sont structurés, autour de quelques dates clés, s’étalant sur trois-quart de siècle : l’annonce, le 1er avril 1939, par Franco (1892-1975), que la guerre est terminée – alors qu’elle se poursuivra de manière éclatée durant des années dans les maquis ; la loi sur l’évasion (Ley de fuga) de 1947 (abolie seulement en 2001), qui légalisait implicitement les exécutions extra-judiciaires, accentua et systématisa la répression et eut un impact très lourd sur la résistance armée ; la Transition démocratique, qui s’étend, globalement, de la mort de Franco, en 1975, à l’accession au pouvoir du Parti socialiste ouvrier espagnol, en 1982 ; et, enfin, la loi de « mémoire historique » de 2007.

Longtemps, les traces de la lutte armée furent effacées, niées même, par la conjonction de divers intérêts. Ceux du régime franquiste, bien sûr. Et ce d’autant plus qu’il fut le premier narrateur – falsificateur – de cette histoire, niant à la guérilla sa dimension politique, en la réduisant au brigandage. Ceux du Parti communiste espagnol (PCE), aussi, une fois amorcé, au début des années 1950, son abandon de la lutte armée, et sa volonté de se repositionner politiquement. Ceux, enfin, des acteurs de la Transition, pressés de tourner la page. Comme l’affirme l’historien Secundino Serrano, cité ici : « La démocratie s’est établie autour de deux variables, amnésie et impunité, qui se sont délibérément confondues avec l’oubli et le pardon » [1] (p. 117). Il en résulte une « guerre des mots » (p. 13) afin de nommer cette action armée et d’en transmettre l’histoire et la mémoire.

Diverses œuvres d’auteurs espagnols (Alfons Cervera, Max Aub, Alvaro de Orriols, José Herrera Petere, Celso Amieva…) abordant frontalement ou de manière plus périphérique l’existence des maquis espagnols sont analysés ici. Fernando Larraz étudie ainsi les fictions qui traitent de cette thématique sous le régime franquiste. Il expose le dilemme de la censure, prise entre l’obligation de taire l’action de la guérilla, qui met à mal le dogme d’une guerre achevée et gagnée, et la tentative, toujours risquée, de faire, à partir du récit de ces actions armées, la double démonstration de la monstruosité de ces rouges et de la supériorité du régime. Larraz distingue deux phases: une première phase de propagande, qui caractérise les deux premières œuvres, écrites par des gendarmes, et publiées en 1952. Une seconde phase plus tardive et plus subtile, cherchant à prouver la « normalisation » politique et le dépassement des « vieux » conflits (p. 224 et suivantes).

Anne-Laure Bonvallot, qui a contribué au dernier numéro de Dissidences [2], met en évidence l’engagement moral à la base du « cycle de la mémoire » d’Alfons Cervera, ainsi que son dispositif d’écriture faisant l’aller-retour entre le passé et le présent (p. 217 et suivantes). Manuel Aznar Soler, quant à lui, s’intéresse à l’œuvre théâtrale d’exil. Il insiste sur la surdétermination du contexte historique dans la manière pour les auteurs d’appréhender la guérilla. Ainsi, les années 1944-1947 sont, au lendemain de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de l’échec de l’invasion du Val d’Aran (mi-octobre 1944) [3], encore gonflées d’espoir et de la quasi-certitude de la fin prochaine du régime franquiste, allié du nazisme. José-Ramón Lopez Garcia, de son côté, analyse le versant poétique de la littérature sur la guérilla, en mettant en avant le passage d’une forme épique à l’élégie, en fonction de l’évolution de la guérilla et de sa déroute.

Mercedes Yusta Rodrigo ouvre la première partie, en faisant un bilan de l’historiographie de la guérilla anti-franquiste, regrettant la place toujours marginale qu’elle occupe aujourd’hui. L’histoire disqualifiante, mis en œuvre par et au sein du franquisme, pèse lourd, de même que, plus récemment, la reconfiguration du champ intellectuel, en rapport avec la chute de l’URSS et le spectre du terrorisme, qui tend à requalifier la guérilla anti-franquiste. Carmern Gonzalez Martinez, pour sa part, distingue trois grands épicentres chronologiques dans la lutte armée : la guerre civile de 1936 à 1939 ; la guerre mondiale de 1939 à 1945 ; et, enfin, la guérilla rurale de 1939 à 1960. Encore convient-il, comme nous le rappelle Canela Llecha Llop, de noter la spécificité catalane, où la guérilla était urbaine, plus marquée par le courant libertaire que par le PCE, et dura plus longtemps; elle s’étendit jusqu’au début des années 1960. D’ailleurs, l’auteure émet l’hypothèse intéressante d’un lien idéologique entre la guérilla catalane et le Mouvement ibérique de libération (MIL).

Mais, de manière générale, il ressort des diverses contributions qu’il existe une certaine hétérogénéité entre les divers groupes armés, et, qu’en conséquence, il convient de parler de guérilla anti-franquiste au pluriel. De plus, cette hétérogénéité correspond à une hétérogénéité des mémoires et des chemins qu’elles empruntent. Odette Martinez-Maler évoque ainsi le parcours accidenté et parfois clandestin de la transmission de cette mémoire, y compris au sein des familles. Dans sa contribution, Mercedes Yusta Rodrigo souligne le tabou qui hante encore l’histoire des maquis espagnols : les « liquidations » au sein des groupes armés. « El Quico » (Francisco Martinez Lopez), ex-guérillero, figure historique de la Fédération de Guérillas León-Galicie, y fait référence dans son beau témoignage.  Virginie Gautier-N’Dah-Sekou interroge, de manière très fine, la territorialisation de cette mémoire, à travers les rares monuments et musées consacrés à cette lutte armée, le repérage des fosses communes des victimes du franquisme, l’identification et la récupération des corps, ainsi que la réhabilitation touristique d’une ancienne base de la guérilla en Aragon. Elle rappelle, au passage, qu’en Espagne, à l’heure actuelle, il n’existe toujours pas de musée d’envergure consacré à la Guerre civile…

Plusieurs articles mettent en évidence le double rôle central des femmes et des agents de liaison ; ces dernières étant souvent des femmes. Bien qu’elles furent le pilier de la résistance et la colonne vertébrale de la guérilla, leur rôle est sous-estimé ou occulté, rendant le travail de récupération de la mémoire d’autant plus difficile. Mais comme l’affirme El Quico : tant que leurs histoires ne seront pas contées, il n’y aura pas de vérité historique ni d’État de droit pour la société espagnole (p. 206).

Les enjeux de la mémoire, particulièrement marqués du fait de « l’absence d’une mémoire partagée de l’anti-franquisme » (p. 186), dépassent cependant le cadre de la guerre d’Espagne. En effet, le risque d’une pétrification muséale, d’une esthétisation qui vide cette mémoire de son contenu conflictuel, est toujours présent ; ce qui appelle en retour d’interroger ce qui est rapporté, mais aussi la manière dont elle est transmise et partagée. D’où l’attention particulière qui est portée aux récits, au croisement de l’histoire et de la littérature. Et l’intérêt tout particulier de cet essai.

[1]    Notre propre traduction.

[2]    Dissidences, « L’extrême gauche saisie par les lettres », volume 16, Lormont, Bord de L’eau, 2018.

[3]    Quelques milliers de guérilleros espagnols, vétérans de la Guerre d’Espagne et de la Résistance française, passèrent la frontière pour occuper le Val d’Aran. L’objectif était de soulever la population, d’y établir un gouvernement républicain, et, à partir de ce territoire libéré, de « reconquérir » l’Espagne. L’action ne dura qu’une dizaine de jours et fut un cuisant échec. Ces événements, guère connus en France, forment la trame d’un magnifique roman d’Almudena Grandes, Inès et la joie, Paris, Jean-Claude Lattès, 2013, Le Livre de poche, 2015.

Antoine Gimenez, les Giménologues, Les Fils de la nuit. Souvenirs de la guerre d’Espagne, tome 1, Souvenirs de la guerre d’Espagne, 19 juillet 1936-9 février 1939, tome 2, A la recherche des Fils de la nuit, Paris, Libertalia, collection « Ceux d’en bas », préface de François Godicheau, 2016, 998 pages, (précédente édition, L’insomniaque, 2006), coffret avec un CD audio, 22 €

 

Un compte rendu de Christian Beuvain (avec la participation de Georges Ubbiali)

I – Auteur, éditeurs, éditions

Le témoignage (écrit en 1974-1976) de l’ engagement d’un combattant italien parmi les volontaires internationaux libertaires de la colonne Durruti dès juillet 1936 constitue le cœur de cet ouvrage, sur lequel vient se greffer un impressionnant appareil critique, objet du second tome. L’auteur, qui signe d’un nom d’emprunt, Antoine Gimenez, s’appelle en réalité Bruno Salvadori. Présent en Espagne avant le soulèvement nationaliste, il s’engage immédiatement dans les centuries anarchistes qui partent se battre en Aragon quelques jours après le coup d’État des généraux Franco, Mola et Queipo de Llano. Son récit est passionnant, parce qu’il s’agit d’un homme du rang, sans aucune responsabilité, si ce n’est celle de combattre le fascisme et qu’il fourmille de détails, de noms, d’événements, etc. Révolté mais non militant, Antoine Gimenez s’engage spontanément aux côtés des anarchistes. Ses motivations premières sont donc de l’ordre de l’affect, du ressenti plus que d’une réflexion politique longuement réfléchie. On peut remarquer que ce type d’engagement, dans des moments et des contextes historiques décisifs, où la tension domine, est relativement fréquent. Une fois au sein des colonnes, en discutant avec ses camarades, en confrontant les arguments, sa conscience politique se forge et s’épanouit, au fil des semaines et des combats.

C’est la troisième édition, revue, corrigée et augmentée. Les deux précédentes paraissent initialement aux éditions L’Insomniaque, la première en 2006. Cette édition, sous la forme d’un coffret1, est préfacée par le meilleur connaisseur actuel de la révolution espagnole de 1936, François Godicheau. Modèle de travail éditorial, ce livre est piloté par un groupe de passionnés qui, sous le nom collectif des Giménologues2 (dérivé de celui de l’auteur du récit), décident d’abord d’identifier les noms des miliciens surgissant du récit d’ Antoine Gimenez, sorte de « jeu de piste » historique, « relevant pas à pas les indices déposés par des activistes d’une autre époque » (Giménologues, prologue, p. 23). Ce « cheminement vers le passé », qui traverses des « histoires particulières » (François Godicheau, p. 14-15), s’approfondit ensuite et les Giménologues l’effectuent en compagnie d’historiens comme Marianne Enckell, David Berry ou d’autres passionnés, Phil Casoar, Charles Jacquier, etc. Ils vont sur le terrain, recoupent les informations, obtiennent des témoignages, effectuent des recherches aux quatre coins de l’Europe, par exemple à l’Institut international d’histoire sociale (IIHS), parmi les archives de la CNT (Confédération nationale du travail) et de la FAI (Fédération anarchiste ibérique). Réalisant un impressionnant travail d’érudition, leurs 82 notes et leurs 11 notices biographiques forment ainsi un autre récit plus ou moins autonome, qui participe à l’intelligence du texte et à la compréhension du contexte. Le résultat, dont « la rigueur et la précision sont ici [les] maîtres mots » (François Godicheau, p. 16) est tout simplement passionnant.

II – Le récit

Le témoignage d’Antoine Gimenez est un extraordinaire aperçu des conditions de vie, d’activités des troupes anarchistes et des milieux paysans qui forment des collectivités agraires sous l’impulsion des colonnes. De ce point de vue, les transformations révolutionnaires, dans la production, mais aussi dans la vie quotidienne trouvent des illustrations nombreuses. Ainsi de la déchristianisation pratiquée dans les villages traversés : « on enlevait tous les objets de culte qui nous tombaient sous la main (…) Dans certaines familles, les femmes nous aidaient à décrocher et à brûler (…) ces objets, symboles d’ignorance et d’esclavage » (p. 56). L’auteur, sans l’analyser, pointe également les limites militaires des anarchistes, qui leur seront d’ailleurs reprochées avec virulence par les communistes. Par exemple, l’impréparation de l’attaque du village de Perdiguera en octobre 1936, qui coûte une cinquantaine de morts à la colonne et dont lui-même échappe par miracle, est patente (p. 123-141, p. 441-449). Au fil des pages, le lecteur vit la guerre au niveau des tranchées, avec sa violence et ses atrocités. De même, le déséquilibre militaire et le sacrifice des régiments libertaires dans les derniers mois de la guerre ressortent fortement de son récit, irrigué par la mort. Les hommes sont cloués au sol et massacrés par une aviation allemande qui règne en maîtresse dans le ciel, et qui ne fait d’ailleurs aucune différence entre les républicains. Démobilisé fin 1938, comme tous les volontaires étrangers, il se réfugie en France en février 1939, passant la frontière à Port-Bou après avoir démonté et jeté au loin les pièces de son arme, alors que des trains de marchandises, venus de France, font le chemin inverse : Franco est devenu un dirigeant « normal » avec qui on peut commercer en toute quiétude…

III – Débats et controverses : mise en perspective du témoignage

Une fois passé le temps de la spontanéité révolutionnaire qui prend plaisir à s’épanouir sur les ruines de l’État, très rapidement la menace franquiste s’accroît, menaçant la liberté, toutes les libertés, retrouvées ou expérimentées3. Peut-on en même temps approfondir la révolution sociale et contenir les franquistes soutenus massivement par l’Allemagne (matériel et soldats) et l’Italie (soldats) ? Antoine Gimenez se rend compte assez rapidement que pour les dirigeants de la CNT, de la FAI et même des Jeunesses libertaires (FIJL) – comme pour les autres composantes du camp républicain, communistes en tête – gagner la guerre est devenue « une nécessité vitale » (p. 151), qui repousse au second plan la question sociale. Cette option4, imposée par la situation sur le terrain (comment réagir autrement avec un ennemi qui souhaite uniquement vous massacrer ?5), ainsi que la volonté de ne pas rompre l’unité anti-fasciste, dictent l’entrée au gouvernement de quatre ministres anarchistes et l’acceptation progressive de la militarisation et l’incorporation des colonnes libertaires dans des unités de la nouvelle armée populaire (républicaine), ou dans les Brigades internationales, celles-ci sachant d’ailleurs promouvoir des officiers anarchistes. Outre l’exemple bien connu du militant de la CNT du bâtiment Cipriano Mera devenu commandant6, les Giménologues ont retrouvé la trace de l’Italien Lorenzo Giua, milicien international de la colonne Durruti, compagnon d’Antoine Gimenez, qui intègre en mars 1937 l’école d’officiers des Brigades avant d’être affecté comme lieutenant à la brigade Garibaldi (p. 808). Même s’il y eut des départs, surtout chez des miliciens étrangers pouvant regagner leurs pays (France7, Belgique, Grande-Bretagne, Suisse), et des débats parfois violents, dans la presse et les réunions au front, dans les meetings à l’arrière, la grande majorité, comme l’auteur, continue le combat au sein des structures de l’armée de la République. Antoine Gimenez, qui faisait partie dans la colonne Durruti d’un groupe nommé La Bande noire, chargé du renseignement derrière les lignes ennemies, s’est retrouvé incorporé dans un corps franc, pour des patrouilles et des coups de main, toujours en territoire ennemi (p. 606). On aborde là un domaine mystérieux resté longtemps ignoré des militants et des historiens, celui des services de renseignements et des groupes d’action secrets mis en place par les libertaires. Rareté des sources et des témoignages, et, sans doute, réticence des anarchistes à admettre que, comme leurs ennemis jurés au sein du camp républicain, les communistes, ils possédaient eux-aussi un service spécial (SIEP), des espions, des agents infiltrés, des enquêteurs, menant une guerre secrète, expliquent cette occultation. Ce qui donne la clé du titre donné par les Giménologues au témoignage d’Antoine Gimenez, Les Fils de la nuit, nom générique de ces groupes secrets, bien que l’appareil critique nous en apprenne plus sur eux que le corps de son récit8.

En ce qui concerne les hypothèses sur les circonstances, restées obscures, de la mort de Buenaventura Durruti lors de la défense de Madrid en novembre 1936, les Giménologues procèdent à une comparaison critique des différentes sources pour aborder cette question sur laquelle n’existe aucun consensus historique : assassinat (et si oui, par qui ?), balle franquiste ou accident ? S’il s’agit d’une élimination préméditée, le leader libertaire a-t-il été victime d’un tueur envoyé par le général Miaja (sur ordre des communistes donc des Soviétiques), version quasi unanimement partagée à l’époque par les anarchistes, ou par des militants de son propre camp, hostiles à un possible rapprochement de leur leader avec les communistes ? Sans trancher, les Giménologues restent prudents et invitent à ne pas « succomber à la tentation de tout expliquer par la main invisible des Soviétiques et des communistes espagnols » (p. 577).

Les apports biographiques sur les principaux protagonistes du récit sont condensés en onze notices, parfaitement documentées9. Leur intérêt est de faire apparaître que certains militants sont loin de correspondre à la figure hagiographique du combattant anarchiste. Ainsi de Lucio Ruano (sans doute Rodolfo Prina de son vrai nom), responsable de l’épisode sanglant de Perdiguera. Cet anarchiste argentin, familier des expropriations et des activités clandestines dans son pays, continue ce genre d’activités pour la CNT à Barcelone au début des années trente (avant que Durruti décide de les stopper pour des raisons tactiques). Dès le début de la révolution, il constitue un trésor de guerre en s’appropriant les biens des fascistes, mais aussi de la population villageoise. Devenu bandit de guerre, il envisage de s’enfuir avec le fruit de son pillage. Mis au courant, la direction régionale de la CNT décide de son exécution en 1937 (p. 829-849). Selon les Giménologues, Lucio Ruano serait « un révolutionnaire qui a été rattrapé par l’ambiance mafieuse » qui selon eux, reprenait ses droits dans un contexte de démoralisation après Mai 37 (p. 849). Si l’activité délictueuse de ce militant et de ses complices avait effectivement débuté après Mai 37, cet argument pourrait être entendu, sauf que celle-ci, contraire à toute morale révolutionnaire, débute dans un contexte d’enthousiasme et d’espoir en l’avenir.

IV – Conclure

Comme le lecteur peut s’en douter à la lecture de ce qui précède, l’importance de ces deux livres est amplement démontrée. Il nous est donc loisible d’en relever quelques scories, de type historiographique ou de l’ordre de commentaires. Si les Giménologues savent faire un usage sérieux d’une historiographie abondante – en langue espagnole, non traduite, dans sa majorité – il leur arrive une ou deux fois de s’appuyer sur des ouvrages douteux scientifiquement, ou sur des témoignages à charge. Ainsi d’un « document ultra-secret » soviétique ou d’affirmations à propos des brigadistes déserteurs enfermés par milliers dans des « camps de rééducation » communistes, d’après un ouvrage auquel participa Ronald Radosh (cité p. 547 et 711), un historien farouchement anti-communiste, de type guerre froide, controversé pour ses méthodes de travail et d’analyse, ou de ce témoignage abrupt d’un militant canadien qui écrit que « tout volontaire des Brigades internationales communistes est considéré comme un ennemi potentiel de Staline » et que « les travailleurs d’Espagne sont contre les communistes » (p.679-681). Il semble que des témoignages de ce type auraient mérités d’être traités avec la nécessaire mise à distance critique. On est également plutôt étonné que la collaboration du militant libertaire Charles Carpentier au Comité ouvrier de secours vichyste, en 1943 – c’est-à-dire dans un contexte ou la création et la montée en puissance de la Milice marquent la fascisation finale de Vichy – ne suscite que cette appréciation lénifiante : « il plaçait parfois devant l’analyse politique des réflexes de solidarité ouvrière » (p. 800). Quant à l’implication active de Louis Mercier Vega/Charles Ridel dans Preuves, revue anticommuniste des années cinquante, financée et pilotée par la CIA, elle semble aller de soi, même si la notice indique des critiques de « certains anarchistes » (p. 828).

Hormis ces quelques rares faiblesses10, ce coffret constitue une pièce maîtresse dans la connaissance des réalisations révolutionnaires libertaires que ces hommes et femmes mirent en avant, durant la guerre civile espagnole. De juillet 1936 à avril 1939, le rapport au monde de millions d’Espagnols change du tout au tout. L’horizon s’ouvre puis se referme brutalement. Pour Antonio Abuelo, ancien combattant libertaire et personnage central du roman de Juan Manuel Florensa, Les Mille et un jours des Cuevas11, « Elle [la guerre d’Espagne] dure encore. Partout ruminent des ressentiments, des rancœurs, des besoins de justice, des affaires qui n’ont pas encore été réglées, des coins d’ombre à éclairer, des vérités à révéler (…)12 ». Les Fils de la nuit participe de ce travail nécessaire et indispensable, unissant mémoire et histoire, afin que cessent, enfin, un jour, les ruminations13.

1Le prix modique du coffret s’explique par les aides à sa fabrication accordées par le Centre national du livre (CNL) et la Région Île-de-France.

3Ainsi des libertés concernant les mœurs, certains libertaires, dès les années vingt et trente, pratiquant une éthique naturaliste et rationaliste (amour libre, nudisme, végétarisme), qui ne demandait qu’à se renforcer et à s’épanouir lors du bouleversement des rapports sociaux dès juillet 1936.

4Pour avoir une vision élargie de cette question cruciale, lire de José Peirats, Une Révolution pour horizon. Les anarcho-syndicalistes espagnols, 1869-1939, Paris, Éditions CNT-RP & Libertalia, ainsi que le compte rendu de Frédéric Thomas sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/4571 , et M. Cesar Lorenzo, Le Mouvement anarchiste en Espagne. Pouvoir et révolution sociale, Saint-Georges d’Oléron, Éditions libertaires, 2006.

5Dans le camp franquiste, un officier chargé des relations publiques présente les « rouges » comme des « animaux » qu’il faut « tuer, tuer et encore tuer », cité par Joseph Pérez, Histoire de l’Espagne, Paris, Fayard, 1996, p. 775.

6Cipriano Mera, Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste, Toulouse, Éditions Le Coquelicot, 2012, compte rendu sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/3077

7Par exemple, des trotskystes et des bordiguistes français rentrent chez eux, considérant que la révolution sociale n’est plus possible (p. 581).

8On dispose de deux ouvrage d’anciens guérilleros, d’abord celui de Ramón Rufat, Espions de la République, Paris, Allia, 1990 et puis celui d’Antonio Téllez Solá, Le réseau d’évasion du groupe Ponzán. Anarchistes dans la guerre secrète contre le franquisme et le nazisme (1936-1944), Toulouse, éditions Le Coquelicot, 2008.

9Retenons quand même d’ailleurs que le Français Berthomieu, le premier dirigeant de la colonne internationale, ne figure pas dans la liste.

10Une réédition future aura sans nul doute à cœur de les corriger.

11Juan Manuel Florensa, Les Mille et un jours des Cuevas. Roman, Paris, Albin Michel, 2011, 579 pages.

12Juan Manuel Florensa, Les Mille et un jours des Cuevas. Roman, op. cit., p. 51-52.

13Ce compte rendu critique intègre, dans certaines de ses parties, des éléments d’un précédent compte rendu, celui de Georges Ubbiali (sur notre ancien site), lors de la parution de l’édition de 2006, chez L’insomniaque.

Julien Guérin, Largo Caballero. Un socialiste espagnol à l’épreuve de l’Histoire, Rochefort-en-Terre, éditions Matignon, collection « Hier et aujourd’hui », 2016, 36 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Enseignant, auteur de plusieurs autres textes sur le socialisme, Julien Guérin offre dans cette plaquette une présentation très synthétique du dirigeant du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) durant la première partie de la guerre civile espagnole. En l’absence de biographie de référence (en français tout au moins), cet opuscule permet de redécouvrir la figure de ce dirigeant très modéré de l’Union générale du travail (UGT, syndicat lié au PSOE) qui se radicalisa rapidement après l’épisode de la tentative de soulèvement des Asturies en 1934.

Surnommé le « Lénine espagnol », il prend la tête du gouvernement de Front populaire à partir de septembre 1936. Très critique à l’égard du processus de « conquête » de l’État espagnol par le Parti communiste espagnol (PCE) et ses alliés au sein du mouvement syndical et socialiste, Largo Caballero est écarté du gouvernement après le soulèvement de Barcelone en mai 1937. Refusant de procéder à la dissolution du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) comme le demandaient avec insistance les communistes, incarnation de l’aile gauche du courant socialiste, il est alors remplacé par Juan Negrin, socialiste de l’aile droite, considéré comme plus favorable aux communistes. Amer, sans plus d’influence, Largo Caballero parvient à rejoindre la France lors de l’effondrement de la République. Après avoir été interné dans le camp de Saint-Cyprien, il est arrêté par les autorités françaises qui le livrent aux Allemands. Déporté au camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, dans la banlieue berlinoise, durant toute la guerre, il parvient à survivre dans ces conditions sous-humaines. Très diminué, il rentre en France et meurt en mars 1946. Il a alors 72 ans.

Évidemment, dans le très court format du texte, il était difficile d’envisager une analyse un tant soit peu poussée de l’évolution politique assez radicale que connut ce militant (d’une fraction importante du socialisme espagnol plus largement et même du socialisme européen). Un tel développement aurait pourtant donné une dimension plus dense à ce qui s’apparente à une notice biographique élargie. En fait foi la bibliographie qui, si elle fournit des titres sur le POUM, la CNT, le PCE, ne suggère aucune piste de lecture sur le PSOE, qui fut pourtant le parti de Largo Caballero.

Patrick Amand, Didier Daeninckx, Roger Martin et alii, Brigadistes !, Saint-Étienne, Éditions du Caïman, 2016, 320 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Excellente idée qu’ont eu les éditions du Caïman de profiter du 80e anniversaire de la création des Brigades internationales pour susciter l’écriture d’un livre qui leur est consacré. Pas question cependant de proposer un nouvel opus de caractère historique. Le choix a été fait, clairement, de la fiction et même du polar. Ce sont donc vingt contributeurs qui ont été sollicités pour constituer ce recueil. Si la plupart sont déjà des auteurs connus et confirmés (Didier Daeninkcx, Patrick Bard, Roger Martin, Patrick Fort, Michel Embareck…), on trouve aussi des grands débutants (Philippe Pivion), des auteurs-compositeurs (Cali, Serge Utgé-Royo, Thomas Gimenez) et même deux dessinateurs (Bruno Loth, et Fabien Lacaf). Autant dire que la mémoire des brigadistes est honorée aussi bien par le texte que par la bande dessinée.

Si l’on excepte l’erreur (commune), située dans la table des sigles, présentant le POUM [Parti ouvrier d’unification marxiste] comme parti marxiste anti-stalinien (ce qu’il fut effectivement) en revanche la suite de la notule l’incluant dans la Quatrième internationale est inexacte, ainsi que l’oubli (significatif néanmoins) du sigle du PSOE [Parti socialiste ouvrier espagnol] dans cette table, ce recueil est un pure réjouissance de lecture. Bien que soutenu par l’ACER (Amis des combattant en Espagne républicaine), globalement, la tonalité des différentes nouvelles est plutôt à chercher du côté de l’esprit libertaire (lire par exemple Maurice Gouiran, Le premier soir à Madrid ou Thomas Gimensez, El comunero). Le lecteur ne devrait donc pas être surpris de lire qu’à plusieurs reprises, le Parti communiste espagnol est caractérisé comme parti stalinien, que Jospeh Staline est un dictateur digne de son émule Adolf Hitler, pas plus que du rappel de l’exécution d’Andres Nin par les agents du NKVD ou que l’aide militaire de l’URSS fut tout sauf gratuite. Si quelques nouvelles situent leur action au moment de la guerre elle-même, reconstruisant fictivement l’action des Brigades, la plupart évoquent le destin (ou la mémoire) des anciens brigadistes. Symptomatique se présente ainsi le dernier récit, celui de Serge Utgé-Royo Lambeaux de guerre, évoquant le poids des dissensions politiques après la défaite, le poids des communistes sur l’exil, y compris pour pouvoir fuir hors d’Europe. De même, le lecteur sera surpris face aux hésitations d’un ancien combattant, devenu patron d’une entreprise dont l’idée lui a été révélée par la guerre elle-même, et qui s’interroge à l’aube de sa vie sur ce qu’il doit faire des armes qu’il a pu rapatrier clandestinement (Mon dernier chargeur, Pascal Gabay).

De cet ensemble de nouvelles, on voudrait, en toute subjectivité, insister sur deux d’entre elles (il faudrait bien sûr évoquer d’autres texte au souffle puissant, ainsi Mundek de Patrick Armand, qui ouvre le recueil). Le premier, un sommet à notre goût, est celui de Patrick Fort, émouvante évocation d’une histoire familiale torturée, suscitée par l’évocation d’une pathétique photographie de Manuel Moros, prise lors de la Retirada (la longue marche vers l’exil). Dans Els ombres del coll dels Belistres, l’auteur nous offre une très belle contribution, pleine d’empathie et de mélancolie sur l’action, pas toujours héroïque, des brigadistes. Enfin, on terminera par le texte de Gilles Del Pappas, Un léger parfum d’anarchie, ultime « pied de nez » de l’anarchiste-cambrioleur Marius Jacob flouant un marchand d’armes en détournant un convoi en direction des forces républicaines. Pour un peu, le lecteur éprouverait la jouissance du vaincu qui parvient à tromper un puissant, telle que le film de François Ruffin, Merci patron ! la fait ressentir au spectateur. Brigadistes ! s’inscrit dans une veine fictionnelle aux marges de l’histoire qui rencontre la faveur de nombreux auteurs, ainsi que celle, nous l’espérons, des lecteurs.

Balance (Bilan) n° 38. Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier international et de la Guerre d’Espagne, Correspondance entre Diego Camacho (« Abel Paz ») et Juan Garcia Oliver, Paris, éditions Ni patrie ni frontières, 2015, 150 pages, 10 € / L’Anarchisme d’État – La Commune de Barcelone, Paris, éditions Ni patrie ni frontière, 2015, 184 pages, 10 €

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En plus de son inlassable et très précieux travail de collationnement de textes issus de courants révolutionnaires divers, dans Ni patrie ni frontières, Yves Coleman publie de temps à autre des ouvrages tout aussi pertinents sur l’histoire des mouvements révolutionnaires : citons en particulier le premier tome des Œuvres de Munis, De la guerre civile espagnole à la rupture avec la Quatrième Internationale (1936-1948)1 ; un second tome est d’ailleurs prochainement annoncé. Deux parutions récentes relèvent également de la guerre d’Espagne, dont nous fêtons cette année le 80e anniversaire du déclenchement. La première est la traduction d’un numéro de la revue Balance, dirigée par Agustin Guillamon, spécialiste espagnol des courants révolutionnaires, dont le seul défaut, sensible à travers plusieurs passages, est de conspuer bien trop agressivement et sans beaucoup de nuance l’histoire « académique », « universitaire ». Les documents rassemblés consistent en une correspondance2 entretenue dans les années 1970 entre deux figures de l’anarchisme ibérique : Juan Garcia Oliver (1902-1980), dirigeant de la CNT, actif dans la lutte armée, puis ministre de la Généralité de Catalogne (il est également l’inventeur du drapeau rouge et noir), et Diego Camacho alias Abel Paz (1921-2009), participant de la guerre d’Espagne à la fin de son adolescence, puis engagé dans la lutte anti-franquiste, également auteur de plusieurs travaux historiques d’importance, parmi lesquels une biographie de Durruti (deux biographies détaillées des deux personnages figurent en ouverture du dossier).

Cet échange épistolaire est intéressant à plusieurs titres. D’abord, par ce qu’il révèle de la personnalité de chacun : les déclarations sont mutuellement très franches, Juan Garcia Oliver ne cachant pas son appréciation négative de la biographie de Durruti par Diego Camacho, renâclant à aider ce dernier dans ses recherches et sa confrontation de témoignages, et dévoilant à plusieurs reprises une tendance à exagérer son rôle personnel (ce qui est d’autant plus ironique qu’il reproche à Camacho de personnaliser à l’excès la lutte espagnole3). Ensuite, et c’est sans aucun doute le plus intéressant, les deux hommes se livrent à une réflexion sur ce qui s’est joué à l’été 1936. Tous deux placent au centre la réunion du Plénum des fédérations locales et régionales de la CNT, tenu le 21 juillet 1936. Mais là où Garcia Oliver considère que la proposition qu’il y avait faite aurait permis d’enclencher un cours vraiment révolutionnaire en lieu et place d’une collaboration de classes antifasciste, Diego Camacho y voit une ouverture vers une dictature de la CNT et un cours « bolchevique », où Garcia Oliver aurait joué le rôle d’un Trotsky… C’est dans la recension par Diego Camacho des mémoires de Juan Garcia Oliver, « Contre la bureaucratie et les « leaders naturels » », que cette analyse apparaît le plus clairement. Camacho explicite d’ailleurs dans ses courriers la méthode d’historien utilisée dans ses travaux, là où Garcia Oliver semble se baser avant tout, sinon uniquement, sur sa mémoire.

Cet ensemble documentaire est complété par des « Thèses sur la guerre d’Espagne et la situation révolutionnaire créée le 19 juillet 1936 en Catalogne », écrites par Agustin Guillamon, et qui se pensent comme la synthèse des acquis des groupements restés selon lui réellement révolutionnaire dans ce contexte (les Amis de Durruti, les trotskystes de Munis et de Fosco, les bordiguistes et Josep Rebull du POUM). Elles considèrent qu’aucune révolution prolétarienne n’a eu lieu en Espagne, du fait de la non destruction de l’État capitaliste, mais simplement une situation révolutionnaire, avec émergence spontanée de comités, formes d’auto-organisation des masses4. Toutefois, ces comités n’ont pas été accompagnés par une forme d’unification pouvant déboucher sur un véritable État ouvrier. En lieu et place, la CNT et le POUM ont assumé un rôle de collaboration de classes, liquidant ces embryons de conseils par la constitution du Comité central des milices antifascistes de Catalogne ; ce dernier n’était donc pas un organe de double pouvoir, mais une sorte de duplication du gouvernement de la Généralité. Cette synthèse, c’est finalement celle d’une vision communiste de gauche, dans laquelle on reconnaît à la fois des éléments conseillistes et d’autres plus léninistes.

L’autre publication proposée par Ni patrie ni frontières est principalement constituée de deux documents d’époque. Le premier est la reproduction légèrement allégée d’un rapport d’Helmut Rüdiger (1903-1966), anarcho-syndicaliste, membre de l’AIT, qu’il prépara pour le congrès de cette dernière organisation en décembre 1937 ; ce texte, prévu au départ pour demeurer interne, fut pourtant publié par la CNT espagnole l’année suivante sous forme de brochure. Il s’agit d’un long plaidoyer visant à justifier la participation de la CNT et de la FAI au front antifasciste et au gouvernement. Pour ce faire, il effectue un retour en arrière, insistant sur l’isolement national de la CNT, son manque de culture théorique et de maturité révolutionnaire constructive, autant d’éléments, selon lui, qui expliquent une forme d’infantilisme politique. Le renoncement à une « révolution totale » (p. 32) en juillet 1936 relève alors à ses yeux d’une attitude juste et raisonnable, la CNT ne pouvant entraîner l’ensemble de la population et pouvant dès lors basculer dans une dictature à la bolchevique, véritable repoussoir pour Helmut Rüdiger (il estime d’ailleurs que les Amis de Durruti subissent une infiltration des idées bolcheviques !). L’ennemi principal est bien pour lui le fascisme, et face aux manœuvres et autres coups bas des autres organisations du front antifasciste, il souligne la supériorité éthique et morale de la CNT, une position marquée par un idéalisme prononcé. Helmut Rüdiger insiste également largement sur le poids du contexte international, défavorable à la révolution, et invitant par conséquent à une position défensive, le temps également d’éduquer une base élargie à l’occasion de la guerre civile. Enfin, il développe une argumentation de réalisme économique qui n’est pas sans rappeler celle des bolcheviques en 1918, et effectue surtout une inversion du processus révolutionnaire traditionnel : plutôt que de renverser l’État (ici non pas bourgeois, mais petit-bourgeois), il convient au préalable de modifier les bases de la société, le changement d’État n’intervenant qu’en couronnement de cette évolution. On reconnaît là un marqueur clef d’une stratégie réformiste.

Comme pour contrebalancer cette vision contemporaine, un article revient sur les événements de mai 1937 à Barcelone5. Écrit à chaud, il est l’œuvre d’un dissident trotskyste étatsunien, Hugo Oehler (1903-1983), qui se sépara du groupe de James P. Cannon au moment de l’entrisme dans le Parti socialiste qu’il récusait, créant avec d’autres militants la Revolutionary Workers League ; il séjourna en Espagne dans les premières années de la guerre civile, effectuant un séjour en prison après les événements de mai 1937. « Barricades à Barcelone » est un récit détaillé de cette insurrection de cinq jours, qui d’après Hugo Oehler aurait parfaitement pu triompher, sans la politique « traîtresse » de la CNT et du POUM, et si un vrai parti marxiste avait été présent. Un exemple marqué d’optimisme révolutionnaire. Cet ensemble est complété par des annexes fournies : quelques lettres d’Helmut Rüdiger, dont un échange avec l’historien Burnet Bolloten6 ; un article d’Agustin Guillamon sur les soutiens français aux Amis de Durruti, coagulés autour de la revue Révision, à l’extrême fin des années 1930 ; une chronologie détaillée du mouvement libertaire espagnol du XIXe à 1945.

1Voir notre recension sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/2717

2Seule limite : certaines lettres ont été allégées de passages dont on ignore la longueur et surtout la raison de leur suppression.

3Il va même jusqu’à qualifier la révolution et la guerre d’Espagne d’« événement le plus important de toute l’histoire de l’humanité » (p. 54).

4Sur ce sujet, nous nous permettons de renvoyer également à un article de Josep Antoni Pozo paru dans les Cahiers du mouvement ouvrier n° 55 (voir notre recension dans la revue électronique de Dissidences : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2533)

5Il avait été republié dans la revue Revolutionary History en 1988.

6Voir la recension de son imposant travail sur la guerre d’Espagne sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5957

Michèle Gazier, Bernard Ciccolini, La Passionaria, Paris, Naïve, collection « Grands destins de femmes », 2015, 85 pages, 18 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Dans une collection de bande dessinée consacrée à des femmes remarquables, il était tout à fait logique d’y trouver un volume consacré à la figure de la Pasionaria. Pour mémoire, rappelons que cette dirigeante du Parti communiste espagnol durant la guerre civile fut l’auteur du célèbre slogan « No Pasaran » (Ils ne passeront pas, les franquistes), devenu mot d’ordre du camp républicain. Ce livre est donc la version en bande dessinée de sa vie.

D’origine très populaire, Dolorès Ibarruri est la huitième enfant d’une famille de onze, dont le père est mineur dans le pays basque. Elle connaîtra le sort douloureux des jeunes femmes, dont le destin de bonne élève est brisé par la pauvreté. Alors qu’elle aspire à devenir institutrice, elle travaille comme couturière à l’adolescence, puis se révoltant, comme femme de ménage. En 1915, elle se marie à un mineur, également militant syndical. Durant la première guerre, d’importantes grèves se déroulent, aboutissant à l’emprisonnement de son mari. Les maternités se succèdent (six enfants, dont deux seuls survivront). Au début des années trente, elle accède à des responsabilités au sein du minuscule Parti communiste espagnole, élue à son comité central. Elle se sépare de son mari, qui ne supporte pas l’engagement de sa femme. Elle déménage alors pour Madrid où elle travaille au journal Mondo Obrero, le journal du Parti. Stalinienne de choc, elle effectue un premier voyage en 1933 en URSS. Lors du pronunciamiento du général Franco, elle intervient à la radio le 19 juillet 1936, où elle prononce le fameux discours qui se conclut par « No pasaran ». Elle devient immédiatement une des figures du combat républicain. Après l’effondrement militaire de la République, elle s’exile en URSS (son unique fils mourra au combat lors de la bataille de Stalingrad) où elle reste jusqu’à la chute de Franco. Elle est alors élue députée durant la transition démocratique. Elle meurt en décembre 1989.

Si sa vie illustre la tragédie du peuple espagnol durant le XXe siècle, le moins que l’on puisse dire est que le dessin de Bernard Ciccolini, manquant d’originalité dans la construction, n’est pas à la hauteur de son destin. Sur le fond politique, le scénario de Michèle Gazier1 (auteur, critique littéraire et traductrice de Manuel Vasquez Montalban) ne questionne guère l’engagement stalinien de la Pasionaria. De ce point de vue, cette histoire dessinée de la guerre d’Espagne au miroir d’une de ses figures (communistes) emblématiques participe d’une vision à la fois traditionnelle/orthodoxe et mythique. Le lecteur pourra compléter par la lecture de la caustique biographie de Manuel Vasquez Montalban, La Pasionaria et les sept nains (Seuil, 1998) et de l’article de Yannick Ripa2 sur la construction du mythe, justement.

1Michèle Gazier et Bernard Ciccolini ont déjà réalisé un précédent album, Virginia Woolf, en 2011, également chez Naive, dans la même collection.

2Yannick Ripa, « Le mythe de Dolorès Ibarruri », Clio, n° 5, 1997, « Guerres civiles », sur https://clio.revues.org/414

Cindy Coignard, Les militantes du POUM. 1935-1980, Rennes, Presses universitaires de Rennes, colection « Mondes hispanophones », préface de Mercedes Yusta, 2015, 250 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre est tiré de la thèse en études hispaniques soutenue par l’auteure à l’Université de Paris 8. Ce travail, s’il porte essentiellement sur la période de la guerre civile, intègre aussi la période de l’exil, jusqu’aux années 1980. Il repose à la fois sur des sources documentaires (en premier lieu la presse, mais aussi des archives personnelles, ainsi que des correspondances et des entretiens avec un ensemble d’actrices de cette histoire).

Chacune des composantes du camp républicain possédait une structure spécifique pour les femmes (les socialistes, les communistes, les Mujeres libres pour le courant anarchiste, structure sur laquelle la documentation française est la plus importante1). Ce livre est le premier consacré aux femmes du POUM, si l’on excepte les témoignages et autobiographies disponibles en espagnol. Le propos se déploie au fil de trois chapitres. Dans le premier, intitulé « La construction d’une pensée politique », l’analyse porte essentiellement sur la période qui précède la guerre civile. Période courte, car le POUM n’est fondé qu’en 1935. Il s’agit de présenter les bases théoriques sur lesquelles s’appuyait le POUM. Rappelons que le POUM [Parti ouvrier d’unification marxiste] est le fruit de la fusion de deux courants non staliniens, issus d’une scission du Parti communiste espagnol, le BOC (Bloc ouvrier et paysan) d’une part et l’ICE (la Gauche communiste d’Espagne, opposition de gauche). La question du statut de la femme au sein du POUM est abordée, de manière quelque peu scolastique, à partir de l’examen des positions des fondateurs du marxisme, mais aussi d’August Bebel (« La femme et le socialisme ») ou encore d’Alexandra Kollontaï. En fait, la place de la réflexion et de l’élaboration du POUM sur les femmes se révèle assez limitée, du fait de la prépondérance d’une conception basée sur la classe ouvrière. Il n’empêche que des thèmes comme la sexualité, la prostitution, le rôle de mère ou la contraception placent les militantes du POUM à l’avant-garde, au même titre que les anarchistes, sur ces questions là. Par ailleurs, la question de la manière dont les femmes entrent au POUM donne lieu à un intéressant développement sur la place de la famille (les femmes du POUM sont filles de militant, sœur ou femmes de..), tant la famille apparaît comme l’agent de socialisation politique déterminant. Enfin, un aperçu est fourni sur les femmes étrangères qui joueront un rôle dans le POUM, après le déclenchement de la guerre. Cette place explique également l’importance (relative) de la presse étrangère du POUM, publiée dans les principales langues européennes.

C’est avec le déclenchement de la guerre, aspect abordé dans le second chapitre (portant sur la période 1936 à 1937, date d’interdiction du POUM et du début de la clandestinité), que s’affirme un militantisme féminin. Dès le début des combats, les miliciennes furent l’exception et, pour celles qui le furent, leur séjour au front fut très court. Néanmoins, le POUM s’appuya sur les quelques cas pour développer un discours sur la milicienne, dans sa presse. On peut d’ailleurs regretter qu’aucune reproduction ne permette de se faire une idée plus précise que les commentaires de photos proposés. Néanmoins, le constat auquel on peut aboutir est qu’il n’y eut pas pour le POUM l’équivalent de la figure de la Passionaria pour les communistes. C’est donc essentiellement à l’arrière que l’activité des femmes du POUM s’est mise en place. Très rapidement, dès le 3 septembre 1936, un Secrétariat féminin (SF) du POUM (SFPOUM) est crée. Selon la documentation disponible, cette organisation féminine reposait sur un ensemble de 500 femmes réparties dans le territoire contrôlé par les républicains. Néanmoins, c’est seulement en mars 1937, soit plus de 8 mois après le déclenchement de la guerre qu’une première conférence du SFPOUM eut lieu, ce qui tend à prouver la difficulté d’implantation de la structure. Si le SF a envisagé de mettre sur pied une formation militaire pour les femmes, on ne dispose pas de preuve que celle-ci ait bien été mise en œuvre. En revanche, les activités les plus traditionnelles dévolues aux femmes ont bien été déployées : confection de vêtements pour les miliciens, soins pour les blessés, envois de nourriture au front, déploiement d’activités culturelles. Ces activités eurent lieu en lien souvent avec le Secours rouge international (aspect hélas seulement évoqué, mais pas développé). Tout en soulignant la faiblesse des archives et le peu de témoignages disponibles, l’auteure aborde aussi la question de la réinsertion des prostituées, action où le SFPOUM se trouve au coude à coude avec les anarchistes, même si les résultats semblent assez limités en la matière des archives disponibles. L’action des femmes du POUM ne s’arrête pas là, car la situation de guerre leur permet d’investir des lieux de l’espace public comme la presse et la radio, qui s’affirment comme des espaces de sociabilité féminine. Une fois encore, le lecteur a plus droit à des notations brèves dans ce domaine, qu’à un développement conséquent tant pèse la limitation des sources disponibles. Enfin, l’éducation et l’enseignement apparaîssent comme le dernier domaine où l’action du SFPOUM est analysée. En effet, dans le cadre du CENU, organisme chargé de l’éducation en Catalogne, dans la ville de Gérone, éloignée du front, une école est mise sur pied. L’enseignement a lieu en catalan et le SF met en place une tentative de rénovation pédagogique, éloignée de l’enseignement religieux traditionnel. Mais ce bel élan, et plus largement l’enthousiasme révolutionnaire dont font preuve les femmes du POUM est brisé par la répression qui suit les journées insurrectionnelles de mai 37 à Barcelone. Sous la pression du Parti communiste, le gouvernement interdit le POUM, ses militants sont arrêtés (Nin, son dirigeant est torturé, puis exécuté), sa presse saisie. Le POUM est éliminé de la vie politique espagnole.

Le dernier chapitre porte sur la longue période qui va de la fin de la guerre aux années 80. Plusieurs militantes font partie des emprisonnées. A la défaite de la République, pour la plupart, c’est le départ vers l’étranger et l’exil. La France est le pays qui recueille la plupart d’entre elles. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le MSC (Mouvement socialiste de Catalogne) succède au POUM, à partir de son congrès de Toulouse. Mais les femmes ne disposent plus d’une structure spécifique au sein du nouveau parti. Dans les années qui suivent, le franquisme se renforçant en Espagne, l’évolution porte vers le maintien d’une identité culturelle, au détriment de l’identité politique. C’est ainsi que les militantes s’investissent dans la création des casals catalans. Le militantisme culturel prend le dessus : théâtre, soirées de poésie ou de chant. L’illustration la plus accomplie de cette évolution s’incarne dans la personnalité de Teresa Rebull, qui développe une nouvelle chanson catalane (Nova Canço catalana), réponse culturelle au traitement discriminatoire que menait le régime franquiste contre les cultures régionales. Mary Low, militante anglo-espagnole du POUM représente un autre type de parcours, marqué lui aussi par l’écriture (en particulier sous l’influence du surréalisme2. Pour la plupart des autres militantes, l’exil signifie un retour aux activités premières, en particulier dans le domaine de l’enseignement. Dans un ultime développement, Cindy Coignard aborde la question de la transmission de la mémoire et la place des autobiographies (non traduites) auxquelles se livrent plusieurs militantes à l’aube des années 2000.

Si l’on excepte l’absence d’un index des sigles, quelques erreurs vénielles (Hord au lieu de Horn, p. 109 ou l’appartenance de Willy Brandt au SAP et non au SPD, p. 75), ce premier ouvrage, en français, sur les femmes au POUM constitue un jalon utile pour une meilleure connaissance de ce parti dans l’hexagone. Espérons, en particulier, qu’en dehors du livre, publié en français, de Teresa Rebull, les autres textes biographiques soient traduits, pour le plus grand intérêt des chercheurs et des lecteurs.

1 La prépondérance des ouvrages sur les Mujeres libres se constate par le fait qu’au-delà des travaux universitaires (Mary Nash, Martha Ackelsberg), il existe également des fictions sur ce sujet, comme la bande dessinée de Bruno Loth, Ermo, tome 5, Mujeres libres, éditions libres d’images, 2008 et le film de Vicente Aranda, Libertarias (1996), inédit en français.

2Mary Low, Sans retour. Poèmes et collages, Paris, Syllepse, 2000.

Alba Balestri, La section italienne de la colonne Ascaso, Saint-Georges-d’Oléron, Éditions libertaires, 2015, 126 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Le sous-titre de cet ouvrage en indique clairement la dimension mémorielle, puisqu’il s’agit d’un « Hommage à Nino et à ses copains, combattants de la liberté sur le front d’Aragon (août 1936-mai 1937) », écrit par la fille du Nino en question. Comme l’écrit l’auteure : « Je dois l’avouer, j’ai voulu avant tout transmettre un peu de la mémoire de Nino, le réhabiliter en quelque sorte » (p. 6).

Il n’est pas question de mettre en cause cette volonté de réhabilitation, même si le lecteur peut être gêné par les règlements de compte familiaux à propos de l’attitude des frères et sœurs à l’égard du père au moment de sa mise en retraite. En revanche, la lecture de ce livre s’inscrit dans cette veine mémorielle. Son père fit partie de ces Italiens qui combattirent les fascistes dans une milice composée quasi-uniquement d’Italiens. L’activité de cette colonne a duré d’août 1936 à mai 1937, date de sa dissolution. Sur la base d’une documentation de seconde main dont émergent quelques travaux italiens, qui constituent l’apport principal de ce livre, Alba Balestri raconte en trois cursifs chapitres la constitution de la colonne, ses déboires, puis sa dissolution après les journées de mai 37 à Barcelone. En dehors des faits d’armes (sanglants) rappelés ici, l’intérêt principal du livre est d’illustrer à partir du cas d’une colonne composée de non-Espagnols le sort général des milices libertaires contraintes de se soumettre à la militarisation conduite par les autorités, avec le soutien et l’appui du Parti Communiste. Ceux qui refusèrent cette perspective intégrèrent la division Durutti, division militarisée, composée essentiellement de libertaires. Nino repartit vivant d’Espagne et s’est installé en France où il a fondé famille, avant de disparaître en 1983.

Mika Etchebéhère, Ma Guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne au combat, Paris, Éditions Milena et Libertalia, 2015, 424 pages + en DVD, un documentaire de Fito Pochat et Javier Olivera. Préface de Charles Jacquier, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles (juillet 2015)

Extirpée du tas de boue et de terre sous lequel elle avait été ensevelie à la suite du bombardement de sa tranchée sur le front de Madrid, ayant réussi à s’échapper par miracle de la cathédrale de Sigüenza où s’étaient barricadés les derniers défenseurs de la ville, Mika Etchebéhère est une miraculée, une survivante. Cette femme « comme il en existe peu », pour reprendre les mots de Julio Cortázar1, a eu la bonne idée d’écrire ses Mémoires, publiés une première fois chez Denoël en 1976, réédités chez Actes Sud en 1998, et opportunément remis à notre disposition par les éditions Milena et Libertalia, dans une version enrichie2. C’est tout d’abord un témoignage précieux, car de première main, d’une combattante qui nous rappelle que la guerre d’Espagne ne consista pas seulement en des assauts romantiques de casernes de militaires factieux. Ce fut aussi une guerre longue, de position, présentant bien des points communs avec la guerre de 1914-18. Le froid terrible, la boue, les poux furent le quotidien de Mika et de ses compagnons … l’ennui aussi. C’est d’ailleurs pour tromper cet ennui qu’elle organisera des bibliothèques ambulantes et des cours d’alphabétisation sur le front (p. 319).

Née en 1902 en Argentine, elle est mariée à Hippolyte Etchebéhère, basque né en Argentine, engagée au PC avec lui dès le début des années 1920, mais tous deux sont presqu’aussitôt exclus lors de la période de bolchevisation. Proches des Rosmer dans les années 30, ils sont un moment militants du groupe Que faire ? à Paris. Ayant assisté à Berlin, impuissants, à la montée d’Hitler vers le pouvoir, ces révolutionnaires professionnels viennent d’arriver en Espagne dans un but à la fois médical et touristique, quand débute la guerre civile. Malade de la tuberculose mais bien décidé à ne pas mourir de maladie, Hippolyte est fauché dès le mois d’août 1936 par une balle de mitrailleuse, à la tête de la colonne du POUM qu’il commande. Naturellement c’est sa compagne qui devient « capitana »3, une femme qui, selon le témoignage d’un combattant paysan d’Estrémadure, dirigera « ceux de ma terre que personne ne peut commander ». Situation singulière d’égalité des sexes qui intrigue le chef anarchiste Cipriano Mera, admiratif mais paternaliste aussi envers celle qu’il ne cessera d’appeler « la petite », ce qui lui vaut cette réflexion cinglante : « toi, avec tout ton anarchisme, pourri de préjugés comme n’importe quel mâle » (p. 375)4.

Les pages dans lesquelles Mika Etchebéhère s’interroge sur les liens étranges qui l’unissent aux combattants du POUM, étudiants et instituteurs madrilènes ou paysans estrémègnes semi-analphabètes, ne sont pas les moins intéressantes. Ayant constamment à l’esprit le bien-être de ses soldats, et jouant de la sorte le rôle d’une mère, tout aussi intouchable, elle peut leur demander beaucoup. Eux, en revanche, veillent sur elle quand elle est épuisée, malade : « Ce sont mes enfants et en même temps mon père » (sic, p. 251). Et elle ajoute : « On aura tout vu. C’est une femme qui commande la compagnie et les miliciens qui lavent les chaussettes. Pour une révolution, c’est une révolution. Toutes leurs idées sur la femme sont embrouillées » (p. 247 et 251). Mais de manière générale, bien des notations, au fil de la plume, possèdent une profondeur incitant à la réflexion : la mutation de la perception du temps en révolution, l’importance des odeurs (p. 241-242), l’infiltration des fascistes au sein du camp républicain (p. 166), le choix de l’aviation franquiste de bombarder en priorité les quartiers populaires… Et par-dessus tout, la sensibilité de Mika Etchebéhère, qui supporte mal la vision des blessures, et pleure toutes ces morts imposées par la nécessité de la guerre et de la révolution5.

Armes dérisoires – « fusils surannés, dépareillés » (p. 251) » –, bombes artisanales allumées au feu d’un cigare » (p. 198), renforts promis qui n’arrivent pas, manque d’avions … aucune difficulté ne sera épargnée au camp républicain, vu ici sous son angle madrilène plus que barcelonais, mieux connu. Et pourtant jamais, dit-elle, des combattants aussi désarmés, aussi mal équipés, n’ont été « aussi héroïques, aussi endurants que les nôtres » (p. 271), dès les premières heures du coup d’État, qui voit jusqu’aux prostituées désireuses de s’armer ! Les miliciens du POUM ont d’autant plus de mérite à tenir que très tôt le Parti communiste lance « une campagne criminelle » contre leur parti, dit-elle (p. 266), « nous traitant de fascistes, de traîtres, d’alliés de Franco » : « pour empêcher que la campagne organisée contre le POUM ne nous sape le moral nous demandons qu’on nous apporte seulement La Batalla et La Antorcha, journaux de l’organisation, et CNT, organe de la CNT ». Au fur et à mesure que passent les mois, la campagne s’intensifie : « ces calomnies sont un affront à nos combattants qui ont vu tomber tant de leurs compagnons dès les premiers jours de la guerre » (p. 302)6. C’en est fini de la fraternité des premiers jours, déplore-t-elle. Malgré l’arrestation des dirigeants du POUM, la disparition d’Andreu Nin, le procès fait au parti, les combattants du POUM continuent la lutte sur le front de Madrid, désormais intégrés dans l’armée commandée par le cénétiste Cipriano Mera. La guerre l’emporte peu à peu sur la révolution. Pour autant, cette dimension politique demeure globalement à l’arrière-plan d’un récit qui est avant tout témoignage par en bas, évocation profondément humaine de ces individus comme les autres, ayant fait le choix d’un engagement entier. La fin, abrupte, nous prive de leur sort ultérieur, tant Ma Guerre d’Espagne à moi se lit comme un roman aux personnages attachants.

Et pourtant, on comprend ce que l’écriture de ce témoignage a coûté à son auteure, en même temps qu’elle le jugeait certainement nécessaire, une façon de rendre hommage à ses camarades sacrifiés7. Le chagrin ressenti à la suite de la mort de son mari est récurrent, et avec la mort de ce combattant de quinze ans seulement, qui occupe les dernières lignes du récit, c’est une forme de cénotaphe de l’innocence qu’elle édifie. La conclusion de Mika Etchebéhère est amère : la guerre sera perdue, mais « les travailleurs espagnols auront lavé la honte de la défaite sans combat des travailleurs allemands et inscrit dans les annales des luttes ouvrières les pages les plus fulgurantes de leur histoire » (p. 317)8. Ayant réussi à quitter l’Espagne après s’être réfugiée à l’ambassade de France à Madrid, Mika Etchebéhère repart en Argentine en 1939. Elle finira sa vie dans la région parisienne en 1992, ayant revu ses chers amis, les Rosmer.

Le documentaire latino-américain joint à cette édition en format DVD, et réalisé par Fito Pochat et Javier Olivera, date de 2013. Il suit les traces de Mika et Hippolito Etchebéhère à travers la plupart des endroits évoqués dans le livre. Menés par la figure de leur neveu Arnold, nous découvrons l’Argentine de leurs années étudiantes, la Patagonie, tellement superbe qu’elle faillit devenir leur paradis, Berlin, où ils assistèrent à la défaite sans combat du mouvement ouvrier, là où Mika était persuadée d’une victoire possible de la révolution, Paris, où ils habitèrent quelques temps… Puis l’Espagne, bien sûr. Visuellement, les vues actuelles voisinent avec des photographies ou des films d’époque, sans qu’aucun d’entre eux ne nous soit présenté et explicité. Seule la masse des anonymes, de ces miliciens levant le poing et serrant leurs armes, nous cherchent du regard, sans que l’on sache où et quand ces prises ont pu être faites. Tout au long du documentaire, les commentaires du neveu Etchebéhère alternant avec le témoignage de Mika, filmé en 1973 (en français) et en 1984, ainsi qu’avec la lecture de nombreux extraits de son livre. Quelques anecdotes supplémentaires nous sont ainsi contées : l’interrogatoire d’un aviateur allemand par Mika, son arrestation après qu’un camarade ait lancé en public « Vive Trotsky ! » et sa libération grâce à Cipriano Mera, et la dernière image qu’elle a d’un Madrid sur le point d’être investie par les forces franquistes, lorsque les réfugiés quittent les quartiers riches qu’ils avaient occupés, résumé poignant du retour à l’ordre antérieur. Un DVD certes intéressant, mais qui souffre d’un manque de recherches sur les documents présentés. Contrairement à une idée hélas trop répandue, les images ne parlent pas d’elles-mêmes.

1Dans une lettre manuscrite qu’il écrivit à Mika Etchebéhère près avoir lu son manuscrit, reproduite en annexe.

2Outre le documentaire vidéo, dont il sera question ci-dessous, ont été ajoutées quelques lettres de Mika aux Rosmer, dont elle était une grande amie, datant de la période de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs photographies, ainsi qu’une bibliographie commentée.

3Une fiction historique retrace son parcours sous ce titre : Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, et le compte rendu de cet ouvrage se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/4549

4L’estime réciproque est très forte cependant entre les deux personnages. Dans ses Mémoires Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste (édités en 2012 par les éditions Le Coquelicot, dont un compte rendu se trouve sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3077 ), Cipriano Mera raconte comment il arracha « la camarade Mica » (sic) aux mains des communistes qui venaient de l’arrêter comme militante du POUM, après les journées de mai 1937 à Barcelone (p. 149-150). Mika Etchebéhère, elle, n’évoque pas du tout cet épisode, son récit s’arrêtant en amont.

5« Je dois assumer entièrement cette révolution tant désirée, n’en rien renier, même pas les sinistres paseos (…) Il faut effacer l’image d’Épinal de ma révolution d’adolescente… Il le faut, il le faut… Mais pour aller dans la guérite de l’aiguilleur où sont entreposées les munitions et la dynamite qu’il faut recenser, je ne passe plus devant les curés [sur le point d’être exécutés]. » (p. 56-57).

6Ce fut le cas de Germán Vidal, responsable des JCI, organisation de jeunesse du POUM, à Barcelone, le 18 juillet 1936, celui également de Jesús Blanco, « téméraire capitaine de 21 ans » (M.E.), chef de la 1ère compagnie du POUM, tué sur le front de Madrid. Mika Etchebéhère commandait pour sa part la 2e compagnie.

7« Dans la lutte pour la Révolution la devise peut-être : Combattre c’est nécessaire, vivre n’est pas nécessaire. », p. 152.

8« (…) un excès de discipline empêcha les travailleurs allemands de déclencher le combat quand Hitler fut appelé à prendre le pouvoir. Et c’est l’indiscipline espagnole qui a gagné les premiers grands combats contre les généraux fascistes. », p. 235.

Agustín Guillamón, Les comités de défense de la CNT à Barcelone (1933-1938). Des cadres de défense aux comités révolutionnaires de quartier, aux patrouilles de contrôle et aux milices populaires, Toulouse, Éditions Le Coquelicot, Cahiers du Coquelicot, n° 7, 2014, 272 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Jean-Paul Salles)

Ce livre constitue la traduction française d’un livre paru en Espagne en 2011. Une introduction pour l’édition française replaçant l’ouvrage dans la bibliographie de la Guerre d’Espagne aurait d’ailleurs été bienvenue. La question que se propose d’aborder l’auteur1 est celle de la soi disant spontanéité des masses travailleuses face au soulèvement militaire des nationalistes le 19 juillet 1936, en particulier à Barcelone. Sa thèse est que l’échec du soulèvement à Barcelone comme produit d’une réaction immédiate des travailleurs et de la population relève du mythe. En effet, et c’est le sens de toute sa démonstration, depuis plusieurs années avant le pronunciamiento, la CNT avait développé des structures clandestines de lutte armée, les Comités de défense. C’est sur la base de ces derniers que les réactions populaires furent catalysées, permettant la mise sur pied de structures plus larges, comités de quartiers, patrouilles de contrôle, puis milices populaires. Le rapport que rédige Alexandre Shapiro, secrétaire de l’AIT lors de son séjour en Espagne en 1932-1933, se montre très critique sur la politique de la CNT. En effet, explique ce dernier, la CNT se caractérise par une tendance marquée à l’insurrectionnalisme. Son aile putschiste domine une aile plus politique. Cette aile putschiste s’appuyait sur une structure clandestine insurrectionnaliste, les Comités de défense, centralisés nationalement. L’existence de ces comités résultait de la violence sociale (aussi bien patronale qu’étatique) qu’avait subie le mouvement ouvrier, en particulier libertaire (période connue sous la dénomination de pistolerisme, au début des années 1920). Mais la lutte, certes héroïque, est trop inégale et au moment du soulèvement des Asturies (octobre 34), les anarcho-syndicalistes sont totalement en bout de course, aussi bien du point de vue politique que militaire. Un nouveau document du 11 octobre 34 fait le bilan de cette période et réoriente l’action vers les masses. Cependant, cette réorientation ne néglige pas la dimension militaire des activités. Des structures clandestines, les CDS, sont mises sur pied autour de noyaux militants de confiance, nouant des liens dans les casernes. En fait, ces CDS, telle est la thèse de l’auteur, constituent l’armature des premières milices ouvrières (en fait libertaires) qui se constituèrent « spontanément », comme le veut une certaine légende, dans les jours suivant le golpe nationaliste. Notons, cependant, que toutes les forces politiques de gauche, du PSOE au POUM en passant par le PCE, possédaient également une structure militaire plus ou moins illégale, aspect totalement passé sous silence par Guillamón, ce qui affaiblit sa thèse d’une spécificité militaire du courant libertaire par rapport aux autres organisations révolutionnaires.

Mais l’essentiel du livre porte sur le développement des CDS et de l’action militaire de la CNT durant la révolution et la guerre civile qui l’a prolongée. En effet, la thèse principale de Guillamón consiste en une critique sans concession de la position de la CNT qui a accepté la prépondérance des forces militarisées, au détriment des forces miliciennes, résultat du refus de la CNT de se saisir du pouvoir après avoir brisé la dynamique du coup d’État. Derrière la question militaire se cache en fait la question politique de la subordination de la CNT aux forces bourgeoises (la Généralité en Catalogne) et réformistes (Républicains puis, de manière croissante, PCE). En fait, cet échec dans la stratégie libertaire est à chercher dans la déconnexion entre la direction, en voie d’autonomisation, et la base de la CNT. Cet aspect a été largement argumenté grâce au travail de l’historien François Godicheau (La guerre d’Espagne. République et révolution en Catalogne, 1936-1939, Odile Jacob, 2004), qui n’hésite pas à évoquer un processus de bureaucratisation du courant libertaire. Toujours estil que l’instrument de centralisation militaire issu du processus révolutionnaire, le CCMA (Comité central des milices antifascistes) ne dure que neuf semaines et dès le 9 octobre 1936, un décret en dissout tous les comités locaux pour confier les pleins pouvoirs à la Généralité. L’ouvrage se termine sur la dissolution définitive des comités de défense lors du soulèvement de mai 37 à Barcelone. Encore une fois la pertinence des remarques et intuitions de l’auteur viennent se heurter non seulement à un certain schématisme de l’analyse, mais aussi à une centration exclusive sur le courant libertaire.

Schématisme de l’opposition base-sommet de la CNT, quand on lit, sous sa plume (p. 195-196), qu’au moment du soulèvement de mai 37, la position finalement conciliatrice de la CNT a été débattue dans ses instances et que c’est précisément cette position de recul qui a été majoritaire. En effet, les militants anarchistes en désaccord avec cette ligne conciliatrice, organisés dans le groupe «Les Amis de Durruti», étaient sur les barricades. Près de 4000 d’entre eux furent arrêtés. Exclusivisme, déjà souligné, qui l’amène à négliger très largement les interactions de la CNT avec les autres forces politiques, que le soit l’ERC (Esquerra republicana catalana, Gauche républicaine catalane), le PSOE etc. En fait, seule l’analyse de l’action du POUM, du fait de sa présence sur les barricades durant les journées de soulèvement de mai 37, reçoit un tant soit peu d’attention de sa part. La position de la direction du POUM fut conciliatrice aussi, contestée par une minorité de militants encouragés par les trotskystes rassemblés dans les Bolcheviks-Léninistes.

Malgré ses limites (il faut évoquer aussi, hélas, le style, constitué très largement de paraphrases de documents au long de certains chapitres), ce livre offre aux lecteurs francophones des perspectives peu explorées sur l’action du mouvement libertaire, principalement sous l’angle militaire, enrichissant par là notre connaissance de ce qui fut le dernier moment révolutionnaire sur le continent européen avant que l’Allemagne nazie ne déclenche la Seconde Guerre mondiale.

1Lire sur notre ancien site le compte rendu de son ouvrage, Barricades à Barcelone. La CNT de la victoire de juillet 1936 à la défaite de mai 1937, Spartacus, 2010, http://www.dissidences.net/mouvement_social_espagne_1936.htm#guillamon

Jaime Balius. Groupement des amis de Durruti, Vers une nouvelle révolution, Toulouse, Le Coquelicot, Les cahiers du Coquelicot, n° 6, 2014, 88 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue la première traduction en français d’une brochure de Jaime Balius publiée en espagnol en 1938 et dont une traduction anglaise avait été publiée en 1978. Jaime Balius est un des fondateurs, au printemps 1937, du groupe « Los amigos de Durruti ». Il était, avec son groupe, farouchement opposé à la militarisation des milices (le décret est pris en octobre 1936 et met de longs mois à être appliqueé) ainsi qu’à la participation ministérielle de la CNT (Confédération nationale du travail). Son analyse est simple : pourquoi la CNT, qui était la force politique dominante (en Catalogne tout au moins), à l’origine du soulèvement populaire de juillet 1936, a-t-elle cédé le pouvoir ? « Que s’est il passé pour que la CNT ne fasse pas la Révolution, celle du peuple, celle de la majorité du prolétariat ? » (p. 30). Question évidemment décisive, même si l’on peut évaluer de manière assez critique la réponse, de nature psychologique : « En partant de la peur et en se laissant influencer par la timidité on n’arrive jamais au sommet. Seuls les audacieux, les hommes décidés, les hommes courageux peuvent s’aventurer vers de grandes conquêtes. Les peureux n’ont pas le droit de diriger les masses ni de sortir de chez eux » (p. 31). Finalement, la CNT n’a pas su admettre qu’elle était majoritaire et donc légitime pour prendre le pouvoir. Résultat ?: « On a collaboré avec la bourgeoisie dans les sphères étatiques au moment même où l’État était écartelé. On a renforcé Companys et sa suite. On a injecté un ballon d’oxygène à la bourgeoisie anémique et apeurée » (p. 31, souligné par nous). Comme on peut le remarquer, la réponse là aussi se présente de manière assez vague, à défaut d’envisager une perspective d’analyse du fonctionnement organisationnel du mouvement libertaire. Selon Jaime Balius, il faut revenir à une authentique position syndicaliste révolutionnaire : il faut que la CNT reprenne en main le processus révolutionnaire. D’ailleurs l’auteur n’écarte pas tout rapprochement avec les autres organisations syndicales, en particulier avec l’aile révolutionnaire de l’UGT (Union générale du travail). La seule garantie du succès du redémarrage du processus révolutionnaire réside dans l’extension de la révolution, y compris hors des frontières d’Espagne. En pratique, cette position revient à rompre totalement avec la politique diplomatique extérieure menée par les gouvernements républicains qui se sont succédé jusqu’alors. Ce que défend Jaime Balius, c’est donc un processus de révolution permanente. On comprend alors pourquoi ses propositions ont pu être caractérisées comme « crypto-trotskystes », d’autant que dans le programme à mettre en avant, il en appelle à la création d’une Junte révolutionnaire, dont les contours ressemblent fort à une dictature du prolétariat, incluant la place des organisations syndicales plus que des comités. Cette analyse, comme les conséquences pratiques et politiques qu’en tirent les Amis de Durruti tournent le dos à ce qui fut la pratique de la CNT. Reste à savoir l’influence qu’ont pu avoir ces propositions et leur écho dans le camp républicain. Mais, au moins, il apparaît clairement que la ligne politique de collaboration républicaine de la CNT fut loin de recueillir l’assentiment de l’ensemble des militants.

En annexes sont également publiés deux articles de Jaime Balius, édités dans le journal L’Espagne Nouvelle, en septembre 1939, un article de Charles Ridel (pseudonyme de Louis-Mercier Vega), paru dans le même journal et l’hommage de Pablo Ruiz à l’occasion du décès de Balius en 1980. Publié dans le journal de la CNT, Combat syndicaliste le 9 janvier 1981, cette contribution constitue une esquisse de biographie de Jaime Balius. On y a apprend notamment que ce dernier provient d’une famille aisée. Pablo Ruiz, fondateur des Amis de Durruti revient dans son éloge funèbre sur la critique de la direction de la CNT, affirmant ainsi : « nous considérâmes que la participation au gouvernement de la République était une trahison » (p. 56). Il confirme que ce sont essentiellement les militants des Amis qui tenaient les barricades à Barcelone lors du soulèvement de mai 37. Hélas, il confirme également la faiblesse politique finale de ces quelques centaines de miliciens : « Nous ne sommes partisans d’aucune dictature, quelle que soit sa couleur, c’est pour cette raison que nous ne voulûmes pas nous lancer dans cette aventure (la prise du pouvoir) sans disposer du consensus de la base. A partir de ce moment, nous nous sommes dispersés, avec chagrin, chacun chez soi » (p. 83).

Malgré l’importance, pour l’histoire de la Guerre d’Espagne, de la mise à disposition d’un tel document en français, on peut néanmoins regretter l’absence d’appareil critique l’accompagnant. Jaime Balius fait référence à des événements ou à des personnes, qui sont inconnues. Ainsi, dès la page 20, il fait allusion à Dencas, personnalité catalane, de second plan, dont seuls, sans doute, les spécialistes peuvent connaître aujourd’hui le rôle ou (p. 34), au GEPCI, structure inconnue, etc. Ailleurs, ce sont des termes qui auraient mérité d’être recontextualisé, tel, par ex., celui de mésocratie (p. 35). Avec cette publication, on dispose pourtant d’une pièce supplémentaire pour saisir et comprendre l’action et les débats internes au mouvement anarchiste face à la révolution et à la guerre. Néanmoins, manque, à notre connaissance, un travail scientifique de référence (en français au moins) sur cette aile radicale incarnée par l’Agrupacion de los Amigos de Durruti.

Eddy Vaccaro, Maximien Le Roy, Anne-Claire Jouvray, Espana la Vida, Paris, Casterman, 2013, 119 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son titre et la couverture l’indiquent, le thème de cette bande dessinée est la guerre d’Espagne. L’histoire commence à Paris, en 1937, par les exécrables relations que Léo, jeune étudiant de bonne famille mais anarchiste, entretient avec sa mère. Ne se trouvant guère plus à l’aise avec sa fiancée, Louise, il décide, finalement, de rejoindre l’Espagne après la lecture d’ un document sur la colonne Durutti, que Victor Serge, venu faire une conférence à Paris, lui confie. Le voyage jusqu’en Espagne est tout sauf une partie de plaisir, en particulier pour franchir la frontière. Finalement, il parvient à rejoindre le groupe Durutti à Bulajaraloz. Il est témoin des premiers combats et de la politique antireligieuse menée par les anarchistes, présentée par les auteurs comme opposée aux aspirations des paysans. Puis, c’est le départ pour le front, et la guerre, la vraie, contre les troupes marocaines de Franco, les fameux Maures. Accidentellement blessé, tandis que sa compagnie compte plusieurs morts après de sévères affrontements, il est temporairement éloigné du front. Remis sur pied, il participe finalement à la dernière grande bataille, celle de l’Ebre, échec supplémentaire de l’armée républicaine. La décision du gouvernement républicain de faire partir les Brigades internationales et les volontaires étrangers le contraint à revenir en France, quelques semaines avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Léo décide alors de reprendre le chemin de l’exil, pour l’Angleterre, pour y poursuivre son combat contre les fascistes, combat qu’il avait entamé en Espagne. Si l’on peut discuter l’influence de l’appel du 18 juin du général de Gaulle sur sa décision de rendre en Angleterre, la partie du récit portant sur la guerre en Espagne est parfaitement contextualisée (la non-intervention, l’armement soviétique, la fermeture des frontières, etc.). A la fiabilité documentaire du récit s’ajoute un réel plaisir de lecture. Le dessin est soigné, le trait, le jeu sur les cadrages ou l’usage de la couleur sont parfaitement maîtrisés. Si l’on y ajoute un scénario subtil, faisant intervenir les relations de Léo à son père, on obtient une bande dessinée d’excellente facture où le plaisir des yeux rejoint celui du texte.

Agustin Guillamon, Espagne 1937. Josep Rebull, la voie révolutionnaire, Paris, Spartacus, 2014, 170 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

C’est une pièce importante pour la compréhension des débats suscités par la révolution espagnole qui nous est livré avec ce livre. Josep Rebull était un militant du BOC (Bloc ouvrier et paysan, courant marxiste dirigée par Joaquim Maurin1, qui en fusionnant en 1935 avec la Gauche Communiste (dirigée par Andres Nin), donna naissance au POUM. Un premier chapitre est d’ailleurs consacré à exposer les éléments essentiels de la biographie de Rebull, où il assume des tâches de direction au POUM, durant la révolution espagnole puis dans l’exil. Le POUM choisit de soutenir le Front populaire, ce qui lui valu une série de critiques de Léon Trotsky, causant la rupture d’avec celui-ci. Un article, apparemment inédit, de Julian Gorkin2, militant du POUM, daté de 1939-1940, précise d’ailleurs les critiques essentielles de Léon Trotsky à l’égard de la politique du POUM. Critiques qui peuvent se résumer au choix de la signature du pacte de Front populaire, puis la participation au gouvernement à Madrid et à la Generalitat à Barcelone. Josep Rebull était un des rares militants s’opposant à la perspective d’intégration au Front populaire. A l’occasion du deuxième congrès du POUM, qui devait se tenir en mai 1937, mais qui ne put se réunir du fait du soulèvement de début mai à Barcelone et de l’interdiction du POUM qui s’en suivit, un bulletin intérieur de discussion fut publié. A cette occasion, la cellule 72, celle dont Rebull était militant, pu faire part de son opposition au ralliement au Front populaire. Rebull défend la perspective d’un Front ouvrier révolutionnaire, alternatif à la stratégie du Front populaire. Ses conceptions politiques, disséminées dans plusieurs contributions, qui constituent l’essentiel du chapitre III du livre peuvent se résumer ainsi : une perspective révolutionnaire doit s’appuyer sur les comités populaires surgis après le coup d’État de juillet 36 pour les transformer en organes conseillistes/soviétiques. Josep Rebull, pour défendre ses perspectives, fait montre d’une importante culture révolutionnaire internationale, s’appuyant notamment sur l’exemple de la révolution allemande de 1918-1921 et du processus en cours en Espagne (en revanche, l’exemple russe ne semble guère l’inspirer). En fait, selon lui, la direction du POUM (composée essentiellement d’anciens dirigeants de la Gauche communiste, du fait de la disparition de Maurin) n’a pas été en mesure d’affirmer une politique révolutionnaire indépendante, s’alignant sur les positions pour le moins contradictoires et hésitantes de la CNT. Il exprime sans détour une critique très forte du positionnement cénétiste, en particulier lors du soulèvement de Barcelone en mai 37. De fait, l’essentiel du recul des forces révolutionnaires est attribué à l’impéritie des libertaires. Pour lui, les dirigeants anarchistes, « comme tous les réformistes de toutes les époques, […] ont été – consciemment ou inconsciemment – les instruments de la classe ennemie dans les rangs ouvriers » (p. 77). Cependant, sous la plume de Josep Rebull, en particulier après les journées de Barcelone de mai 1937, semble percer un certain optimisme peu réaliste (oui à la guerre révolutionnaire). En effet, ce dernier défend l’idée d’une reprise de l’offensive révolutionnaire, au moment même où l’occasion que constituait le soulèvement de Barcelone vient d’échouer. Pourtant, il semble quand même bien conscient du rapport de force, puisque son texte se conclut sur l’impérieuse nécessité de se préparer à la clandestinité immédiate. Si la position exprimée par Josep Rebull est bien celle d’une reprise en avant de la marche vers la révolution, tout indique que ses positions étaient assez isolées dans le POUM, comme l’indiquent les informations publiées dans le chapitre V sur l’évaluation des réflexions de Rebull dans les débats de la période 3. Un long entretien avec Josep Rebull réalisé en 1985 complète le livre, avec en annexes un article de Andrés Nin et un autre de G. Munis, le représentant officiel de la IVe Internationale en Espagne, datant de 1938.

Grâce à Agustin Guillamon4, nous disposons d’un document de premier intérêt pour approfondir la connaissance des débats et controverses au sein du courant communiste anti-stalinien durant la révolution espagnole.

1Sur Joaquim Maurin, on dispose d’une biographie, Riottot Yveline, Joaquim Maurin. De l’anarcho-syndicalisme au communisme. 1919-1936, L’Harmattan, 2000. On peut d’ailleurs regretter que ce livre, assez banal au demeurant, se termine sur l’arrestation de Maurin par les nationalistes.

2Julian Gorkin était lui-même favorable à l’entrée du POUM dans le Front populaire. On lira avec intérêt la féroce critique des positions de Trotsky par Ignacio Iglesias, Trotsky et la révolution espagnole, Éditions du Monde, 1976. Les textes de Trotsky ont été rassemblés par l’historien Pierre Broué, dans La révolution espagnole, Minuit, 1975-76.

3Le lecteur trouvera également une importante bibliographie anglo-saxonne de la période d’avant-guerre sur la réception des conceptions de Rebull (voir note 137, p. 122). En effet, les trotskystes, divisés en deux groupes (La Voz Leninista et Nuevo Corso),poursuivant leur militantisme fractionnel dans le POUM, après leur officielle exclusion, étaient très attentifs aux positions de Rebull, qu’ils considéraient comme l’expression d’un courant de gauche au sein du POUM.

4L’auteur laisse percer, ici ou là, quelques affirmations anti-léninistes, comme celle-ci : « Rebull n’en arriva jamais à questionner le caractère léniniste du parti, ni ses pires plaies : bureaucratisme et tyrannie du CC et du CE, substitutisme envers la classe ouvrières, etc. » (p. 98, note 109).