Archives par étiquette : Iconographie

David King, Sous le signe de l’étoile rouge. Une histoire visuelle de l’Union soviétique de février 1917 à la mort de Staline (Red Star over Russia), Paris, Gallimard, 2009, 354 pages, 39,60 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le britannique David King (1943-2016), journaliste, un moment « compagnon de route » du trotskysme, historien du graphisme soviétique et graphiste [1] lui-même, a rassemblé durant une quarantaine d’années une remarquable collection iconographique (250 000 pièces, dit-on) dédiée à l’URSS, dont il avait déjà exploité en partie la richesse dans Le Commissaire disparaît : la falsification des photographies et des œuvres d’art dans la Russie de Staline (Calmann-Lévy, 2005). Venu à cette passion par le biais de Léon Trotsky, un personnage dont l’absence dans l’histoire soviétique officielle, au début des années 1970, l’avait questionné, il garde une forme de fascination bien compréhensible pour la révolution russe et les premières années du pouvoir soviétique, avant ce qu’il estime être son dévoiement par Staline. Il s’en explique en partie dans l’introduction de ce superbe ouvrage, collage de diverses anecdotes autour de l’agrégation de sa collection.

L’ensemble de photographies et de reproductions présenté ici force en tout cas le respect. Toutes sont de grande qualité, et en général bien référencées, datées, expliquées (les textes qui apparaissent sont systématiquement traduits, à l’exception parfois de certains, à la police plus réduite), classées à la fois chronologiquement et thématiquement. Parmi les photographies, certaines sont des classiques : ainsi de la photographie frappante de réalisme réalisée par Viktor Boulla (ou Bulla [2]) durant les journées de juillet 1917 (p. 32-33). On retrouve également une photographie d’hommes armées sur le flanc d’une voiture, souvent présentée comme étant des Gardes rouges, mais qui sont en réalité des miliciens dans les premiers jours suivant la révolution de février 1917 (p. 20-21). La guerre civile et ses terribles effets n’est pas délaissée, ainsi de ces témoignages sur la famine de 1920 ou des millions d’orphelins (p. 132).

Concernant les plus riches et les plus originales, on se doit de citer les photographies de cérémonies officielles de la Russie bolchevique – 1er mai 1919 (p. 86-87) – les documents sur la mince flotte aérienne militaire des ouvriers et des paysans (sic), et celles des tous premiers monuments, souvent édifiés en matière éphémère : la sculpture en plâtre de Marx et Engels par Menzentsev (p. 58) ou le monument de Kolli, « Les bandes des gardes blancs », ayant peut-être inspiré l’affiche célèbre de El Lissitski, et dont le socle servit de logement officieux (p. 61).

De manière générale, l’art a droit à juste titre à une place très importante, non seulement celui des années Lénine, bien sûr, mais également encore au début des années 1930, avant la « mise au pas » réaliste socialiste (voir les photomontages des p. 238-239) : plusieurs documents font la part belle aux trains de propagande (très beau cliché p. 82-83), aux manifestations des avant-gardes de manière générale, ainsi de la revue Krasnaïa Niva, du théâtre des Blouses bleues (p. 148), ou de l’impressionnante frise photographique élaborée par El Lissitski pour une exposition internationale de presse en 1928 en Allemagne, œuvre d’une très grande richesse, et dont la reproduction nécessite pas moins de huit pages ! (p. 186 à 193)

Saisissant enfin, ces nombreux clichés de foules, qui permettent de toucher du doigt tous ces anonymes, ces visages inconnus, pourtant ceux qui ont façonné l’histoire (comme ces Gardes rouges de l’usine Poutilov, à la veille d’Octobre, p. 36-37). Des tracts, affiches de propagande (dont plusieurs de Dmitri Moor et Viktor Deni, figures majeures du genre, ainsi que des témoignages du travail en direction des femmes musulmanes pour leur émancipation p. 177, 180 et 181) ou des exemplaires des premiers décrets bolcheviques sur la paix ou la terre sont également reproduits (p. 48-49), et même les couvertures de différentes éditions du célèbre livre de John Reed, Dix Jours qui ébranlèrent le monde (l’édition française, pourtant présente, n’est toutefois pas référencée). Sur la période stalinienne, les documents iconographiques officiels alternent avec des clichés rares et peu vus, témoignant des moments les plus terribles de l’entre-deux guerres : celui de Maïakovski juste après son suicide (p. 203), ceux des accusés des deux premiers procès de Moscou (photographies de type policier), ou la photographie du corps de Trotsky sur le point de pénétrer dans le four crématoire (p. 290)… Une double page reproduit également l’entrée d’un camp de travail, près de Leningrad (p. 260-261).

Au passage, on apprend que le symbole communiste universel de la faucille et du marteau entrecroisés est né de l’imagination d’Anatole Lounatcharsky, bien que cette association fut déjà pratiquée sur une pièce chilienne de la fin du XIXe siècle (p. 62). Les textes plus développés, parfois incomplets ou erronés (la IIe Internationale qui n’était pas révolutionnaire dans son discours ?) sont le plus souvent consacrés à une ou quelques figures, ainsi de Babel (p. 105), de la sculptrice Clare Sheridan (p. 124) ou de Lounatcharski, « intellectuel parmi les bolcheviks » et « bolchevik parmi les intellectuels » (p. 137).

Pour tous ceux que l’histoire iconographique des révolutions russes et de la Russie soviétique dans ses premières décennies (David King s’est arrêté à la mort de Staline, jugeant la suite visuellement moins notable, plus conventionnelle) passionne, ce magnifique ouvrage est un indispensable document.

[1]    Il conçut, dans les années 70′ des pochettes de disques (Jimmy Hendrix), le logo de la Ligue antinazi et des affiches de concerts pour le mouvement Rock against Racism.

[2]    Sur ce photographe soviétique, lire une notice biographique et regarder certaines de ses photographies sur http://www.nailyaalexandergallery.com/russian-photography/victor-bulla  (consulté le 10 janvier 2018)

Dominique Bourg, Quand l’écologie politique s’affiche. 40 ans de militantisme graphique, Toulouse, Plume de carotte, 2014, 137 pages, 34 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Si les affiches syndicales et politiques ont fait l’objet d’ouvrages d’anthologie depuis de nombreuses années, en revanche, en ce qui concerne l’écologie, ce travail éditorial était resté en jachère. Pourtant, les luttes et mobilisations autour de la préservation de l’environnement se sont multipliées durant les dernières années. Depuis le Larzac dans les années 1970, en passant par Plogoff ou Malville, pour ne rien dire des Faucheurs volontaires (sur les cultures d’OGM), de Notre-Dame-des-Landes ou de Sivens (constructions contestées d’un aéroport et d’un barrage) actuellement, les luttes ne manquent pas. Accompagné par un texte de l’universitaire Dominique Bourg, ce beau livre rassemble 150 reproductions d’affiches qui illustrent l’existence et la vigueur de l’écologie politique. Voulant faire œuvre d’historien, Dominique Bourg fait remonter la question écologique au XIXe siècle, ce qui permet d’offrir des reproductions assez inattendues de la période correspondante, comme la couverture d’une brochure de l’anarchiste-géographe Elisée Reclus, A mon frère le paysan, de 1899, une page de dessins de 1879 sur les ravages de l’industrie chimique ou encore une carte postale sur les paysages embrumés par les fumées d’usines, de 1925. Mais l’histoire véritable de l’écologie politique commence à la fin des années 1970, avec la création du MEP (Mouvement d’écologie politique), ancêtre de l’actuel EELV. De nombreuses reproductions de Une de journaux comme Actuel, Le Sauvage, Charlie hebdo, mais surtout La Gueule ouverte sont proposées, en couleur. On y croise aussi les affiches éditées par les Verts, le Parti socialiste unifié (PSU), le Parti socialiste (PS) ; même le Parti communiste français (PCF) a droit à une affiche (« Sauver la mer », p. 126). Si la Confédération générale du travail (CGT) n’est pas présente, la Confédération française démocratique du travail (CFDT) a droit de cité (quid cependant de la Confédération paysanne ?). En revanche, l’extrême gauche est oubliée, ce que l’on peut regretter, tant cette dernière a joué un rôle important dans certaines luttes (Larzac, Malville, lutte contre le nucléaire d’un point de vue général).

Grâce à l’usage systématique de la couleur et la taille respectable du livre (25 x 35 cm), les affiches prennent de l’ampleur. Les différentes luttes écologiques, contre les OGM, les marées noires, contre le nucléaire, contre la militarisation (Larzac) ou encore contre l’aéroport de Note-Dames-des-Landes, occupent une place importante dans ce recueil. Des affiches de Greenpeace trouvent également leur place dans cet intéressant ensemble. Pour les lecteurs intéressés, une courte mais bien construite bibliographie permet d’approfondir cet excursus en écologie, qui dispose désormais avec cet ouvrage, d’une ressource documentaire identique en qualité à celles d’autres iconographies engagées et militantes.

Bibia Pavard, Michelle Zancarini-Fournel, Luttes de femmes. 100 ans d’affiches féministes, Paris, Les échappés, collection « Documents », 2013, 136 pages, 34 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Clairement, cet ouvrage s’inscrit dans la catégorie des beaux livres : nombreuses illustrations en couleur, reproduction soignée, papier glacé….. Ce n’est certes pas le premier livre qui s’intéresse à l’iconographie des affiches du mouvement des femmes1, mais si l’on peut voir des reproductions dans différents ouvrages publiés ces dernières années sur ce mouvement, les dernières publications consacrées essentiellement à ce thème sont déjà anciennes2. Néanmoins, et le statut des deux auteurs en fait foi, il s’agit aussi d’un livre d’histoire. C’est donc dire que l’intérêt (même s’il est premier) du livre ne se limite pas aux reproductions, mais aussi au texte. De ce point de vue, cet ouvrage constitue une bonne entrée en la matière pour suivre l’histoire du mouvement des femmes. Trois vagues sont distinguées : celle de la fin du XIXe et des luttes pour la reconnaissance des droits politiques, celle, ensuite des années 1960 avec les revendications autour du corps et de la sexualité ; puis, enfin, les années 1990 et les transformations engagées par la parité en politique. Pour mettre un peu d’ordre dans cette histoire foisonnante, les auteurs développent leur propos à partir de cinq thèmes (et non six comme annoncés dans l’introduction) : la vie politique, le travail, la famille et la maternité, le corps et la maternité, les féministes hors frontières et, pour conclure, la vie culturelle. Les multiples affiches qui s’échelonnent tout au long de ces textes sont marquées par leur caractère hétéroclite, renvoyant à leur condition de production. Si en effet on retrouve des affiches liées à des partis ou des syndicats, voire à la production de l’État (dans la période la plus récente, concomittante de l’apparition d’un Ministère des droits de la femme), la plupart des affiches relèvent d’une certaine spontanéité. Évidemment, s’échelonnant sur un siècle, les styles et la nature des supports varient considérablement, depuis la reproduction de la Une de L’Assiette au Beurre, aux affiches à l’esthétique punk des années 80-90. Certaines de ces affiches font l’objet d’un commentaire critique, comme celle des Femen France (reproduite p. 102), montrant trois femmes poitrine nue, chacune peinte en bleu, blanc, rouge, avec comme slogan : « Françaises, déshabillez-vous ! ». Les auteurs proposent une contextualisation de l’affiche (rappelant au passage que la provocation a été de longue date une des armes du féminisme), tout en questionnant, de manière fort critique, la pertinence de ce type de « provocation ». De ce foisonnement dont on laissera le lecteur découvrir la richesse, on retiendra un parti pris que l’on ne peut que soutenir : celui de proposer des illustrations graphiques provenant d’autres horizons que l’hexagone. Cela laisse la possibilité de découvrir des affiches arabes, espagnoles, portugaises, italiennes, anglaises et même une américaine (ultime reproduction couleur du livre). De ce beau et intéressant ouvrage, on retiendra pour conclure la très bonne bibliographie conclusive, ordonnée autour de différentes thématiques, preuve s’il en était encore besoin, que cet ouvrage ne se contente pas de compiler des images, mais ouvre aussi à la réflexion.

1 On consultera en parallèle le livre de Corinne App, et alii, 40 ans de slogans féministes, 1970-2010, Paris, éditions Ixe, 2011, qui contient de nombreuses photos.

2Voir notamment La Gaffiche, Les femmes s’affichent. Affiches du mouvement des femmes en France depuis 1970, Paris, Syros, 1984 (ouvrage cité dans la bibliographie).

Nicolas Lebourg, Mort aux bolchos. Un siècle d’affiches anticommunistes françaises, Paris, éditions Les Échappés, 2012, 143 pages, 34 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Nicolas Lebourg est un historien, qui a déjà publié deux ouvrages sur l’extrême droite, renouvelant les approches et les problématiques sur cette mouvance politique1. Il est donc particulièrement qualifié pour sélectionner un bel ensemble de cent cinquante affiches éditées par les diverses officines d’extrême droite, des années vingt aux années quatre-vingt. Par ailleurs, en parallèle, les éditions Les Échappés2 publient un ouvrage de même style sur les affiches du Parti communiste français de Romain Ducoulombier, Vive les soviets3.

L’intérêt premier du livre de Nicolas Lebourg est d’échapper à la tendance généralement suivie dans ce type d’ouvrages, à savoir que le texte n’est là que pour justifier l’image. De ce point de vue, ici, le texte éclaire réellement les reproductions et ne se limite en aucun cas à un vague faire valoir. C’est d’autant plus nécessaire, qu’en fait, les images sont loin de se limiter à des affiches. Certes, ce mode d’expression constitue la plus grande part des reproductions. Néanmoins, et c’est heureux à souligner, l’ensemble de la gamme des moyens mis en œuvre par les organisations anticommunistes est déployé dans le livre : autocollants, tracts, papillons (p. 34-35), une de journaux ou de brochures, dessins (p. 47), etc. On retiendra un seul exemple de la nécessité du texte. Page 86 est reproduite une affiche officielle du gouvernement du maréchal Pétain, de 1941, à l’occasion du 1er mai, fête du travail. Le commentaire permet de donner un sens beaucoup plus intéressant pour le lecteur que la simple contemplation d’un support historique. En effet, Nicolas Lebourg explique qu’une fausse reproduction de ladite affiche a été diffusée récemment. Le titre original de l’affiche (1er mai-Fête du travail) a été remplacé par 1er mai-Fête du vrai travail, afin de dénoncer l’utilisation de cette expression par l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, à l’occasion d’un premier mai. Pour cet ouvrage, le choix a été fait d’une présentation, non pas chronologique comme on pouvait spontanément le penser, mais thématique. On retrouve ainsi des ensembles articulés autour de la défense de la République, l’assimilation communisme-nazisme, le parti de l’Allemagne, l’appel aux paysans, la pénurie, la trahison, le temps des colonies, les pantins de Moscou, les brûlures de la guerre froide, etc. On retiendra en particulier les deux parties consacrées à la période de la Seconde Guerre mondiale (« Socialisme national contre bolchevisme » et « La croisade contre le bolchevisme »), offrant un large choix d’affiches allemandes, pétainistes, mais aussi du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot ou de la Milice ou de la LVF (Légion des volontaires français contre le bolchevisme). Le lecteur découvre d’ailleurs à ce propos la version du gouvernement de Vichy en promouvant la LVF, La légion tricolore, affiche peu connue (p. 24). Deux articles spécifiques sont consacrés aux deux principales organisations anticommunistes, le Centre de propagande des républicains nationaux, actif durant l’entre-deux-guerres à partir du Cartel des gauches et Paix et liberté, du député radical Jean-Paul David, qui reprend le flambeau durant la guerre froide. Mais, et c’est une découverte de cet ouvrage, la hargne anticommuniste ne se limite pas aux courants fascisants et d’extrême-droite, voire à certains moments à la droite républicaine comme le Rassemblement pour la République (RPR). En effet, des affiches anarchistes (p. 128, dénonciation du PCF favorable aux Jeux olympiques, au nucléaire, au pape et se concluant par « Oui à la connerie, oui au capitalisme » ; p. 136, Berlin 36-Moscou 80 (à propos des Jeux olympiques) ; p. 57, Il n’est pas de sauveur suprême, ni Dieu, ni Castro, ni Mao), mais aussi, plus inattendu, un autocollant de feu la Ligue communiste révolutionnaire (LCR, organisation trotskyste), dénonçant la dictature des bureaucrates (p. 54) et où URSS est orthographié UR$$. Ainsi qu’on le constate, le spectre des reproductions offert aux lecteurs est très large, tant dans la diversité politique (même si l’extrême-droite est largement prépondérante) que dans le temps, les thèmes ou les styles retenus. Ajoutons, ce qui ne gâche rien, une excellente sélection bibliographique qui conclut l’ouvrage et permet de prolonger ce travail de grande qualité.

1Nicolas Lebourg, Le monde vu de la plus extrême droite, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2010, 262 p. et, en collaboration avec Joseph Beauregard, François Duprat. L’homme qui inventa le Front national, Denoël, 2012, 382 p.

2Cette maison d’édition, fondée en 2008, est celle du magazine satirique Charlie Hebdo.

3Cet ouvrage est chroniqué sur ce blog cette semaine.

Pierre Znamensky (photographies de Pierre Gallice), Sous les plis du drapeau rouge, Rodez, Rouergue, 2010, 354 pages, 49,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Parmi les diverses publications consacrées à l’iconographie du communisme, l’ouvrage de Pierre Znamensky, assisté de Pierre Gallice, se distingue par sa profonde originalité. Il est en effet tout entier dédié aux drapeaux, bannières et autres étamines écarlates, principalement celles de la Russie révolutionnaire puis de l’URSS. Ce faisant, il s’avère être un utile complément au livre de référence de Maurice Dommanget, Histoire du drapeau rouge1, dont de nombreuses données sont d’ailleurs reprises, ainsi qu’à une étude de Guillaume Bourgeois sur la faucille et le marteau2. L’ambition présentée en quatrième de couverture, celle d’une « Histoire fractale du communisme (…) », reste toutefois en deçà de ce que l’on aurait pu espérer.

Certes, à travers la galerie de drapeaux soviétiques, c’est bien à une synthèse des grandes dynamiques collectives que l’on assiste. Les premiers drapeaux de la Russie révolutionnaire font ainsi preuve d’une profonde variété, en particulier ceux des unités militaires, parfois offerts par des usines. Les tout premiers présentés sont d’ailleurs des drapeaux noirs à tête de mort, utilisés par les partisans de Makhno. Dans l’ensemble, on note une grande diversité des couleurs secondaires et des motifs employés, comme pour la combinaison de symboles communistes et musulmans (sur l’étendard d’une division de cavalerie des Tatars de Crimée, par exemple). Un portrait de Trotsky à la manière de Georges Annenkov3, ou des calligraphies inspirées du style orthodoxe (certains anciens religieux s’étant d’ailleurs reconvertis dans la fabrique de drapeaux !) sont autant de signes dénotant l’exubérance des premières années de la tourmente révolutionnaire. C’est avec la montée du stalinisme que l’uniformisation des drapeaux se manifeste, jusqu’à un conformisme certain après 1945. Certains drapeaux témoignent d’une marge de liberté encore réelle – le Théâtre d’État de Leningrad affiche ainsi en 1928 un drapeau avec un carré blanc traversé d’une bande rouge très inspiré du constructivisme – et de réelles qualités artistiques (pages 137 ou 146 en particulier), mais qui va s’amenuisant. On découvre également les débuts du culte de la personnalité, avec un Staline particulièrement juvénile sur un drapeau de la fin des années 20, attribué aux travailleurs du bois de Gorki en récompense de leurs efforts, ou un Lénine enfant sur un drapeau des Jeunesses communistes de 1935, dont on se demande s’il ne présente pas un lien volontaire avec le culte de l’enfant Jésus… Par la suite, la déstalinisation voit Lénine remplacer Staline de manière exclusive sur nombre de drapeaux, un Lénine dont la représentation devient de plus en plus figée, à l’image du blocage de tout un système.

Malheureusement, les textes qui accompagnent les photographies de drapeaux, souvent intéressants, présentent aussi un certain nombre d’erreurs, d’oublis ou de raccourcis, tandis que la bibliographie n’est pas toujours bien à jour ; l’auteur semble par ailleurs garder ses distances vis-à-vis de l’action des bolcheviques, affectionnant plutôt la grille de lecture totalitaire. Le principal reproche concerne toutefois l’iconographie elle-même. Outre les gros plans sur les drapeaux seuls, l’ouvrage présente en effet de nombreuses photographies en noir et blanc, principalement de groupes divers posant devant des bannières. Ces dernières ne sont malheureusement pas suffisamment explicitées, ni remises en perspective, et lorsque des figures plus connues sont présentes sur les clichés, c’est au lecteur de réussir par ses propres moyens à les identifier ! Il est également regrettable que certaines œuvres ne soient pas analysées beaucoup plus en détail (cette bannière des quinze blasons des républiques de l’URSS datant de la fin des années 50, page 228), et que manquent à l’appel, outre d’éventuelles oriflammes de l’Internationale communiste, les drapeaux officiels des pays du camp socialiste, dont on aurait également apprécié de voir toute la symbolique disséquée. Pour représenter ces pays frères, qui n’ont droit qu’à une portion congrue, Pierre Znamensky a préféré sélectionner des bannières d’émulation, de syndicats ou de ministères, sans que les textes figurant sur beaucoup ne soient traduits (à la différence des textes en russe). Dommage, d’autant que certains étendards de Mongolie, de Corée du Nord ou de Cuba semblaient prometteurs… La promotion accordée par l’éditeur pour écouler les stocks (le prix étant passé de 50 à 20 euros !) semble par ailleurs témoigner de la difficulté pour ce beau livre de trouver un public suffisamment motivé… Signe des temps ?

1Cet ouvrage fut chroniqué sur notre ancien site, sur http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_divers.htm#dommanget

2Guillaume Bourgeois, « L’héraldique de la faucille et du marteau dans l’univers communiste », in Denise Turrel, Martin Aurell, Christine Manigand et alii, Signes et couleurs des identités politiques du Moyen-Age à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 115-151.

3Georges Annenkov est un peintre russe qui s’exile en France en 1924. Mais auparavant, il fut le peintre officiel de la révolution d’Octobre, comme portraitiste par exemple de Lénine et Trotsky. Adepte du constructivisme, il participe en 1920 aux spectacles de masse comme La Prise du Palais d’hiver avec ses 8000 participants..

Romain Ducoulombier, Vive les Soviets. Un siècle d’affiches communistes, Paris, Éditions Les Échappés, 2012, 144 pages, 34 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Introduire

Questionner la production iconographique du Parti communiste français en s’aventurant sur le territoire de ses affiches, tel est l’objectif du dernier ouvrage de cet historien du communisme qu’est Romain Ducoulombier1. Les images, entendues au sens d’icônes – eikôn en grec, picture en anglais – c’est-à-dire de représentations figurées, ne sont plus, fort heureusement, cet objet historique longtemps non identifié : elles sont sorties de l’ostracisme et du mépris dans lesquels elles ont été maintenues si (trop) longtemps. Pourtant, le rapprochement (timide) des historiens avec le secteur propagandiste visuel du mouvement ouvrier (syndicaliste, socialiste, communiste, libertaire, etc.) tarde à produire les travaux qui seraient utiles et nécessaires pour comprendre la construction d’un imaginaire spécifique et la mise en scène d’une dramaturgie politique et sociale en direction des opprimés. Pour n’évoquer que la catégorie des affiches du PCF, le dernier ouvrage auquel se référer, Le couteau entre les dents2, et encore inclut-il affiches communistes et anticommunistes3, remonte à l’année 1989. Quant aux recherches de Lucie Fougeron, après quelques contributions ou articles bienvenus4, elles semblent marquer le pas. La parution de cet ouvrage postule donc un enjeu historiographique : analyser « la tradition graphique la plus prolifique de l’histoire contemporaine » de la France et offrir ainsi « une histoire largement inédite du Parti communiste » (p. 7-8). Voyons le propos.

II – L’affiche comme arme de combat

Le livre se présente en sept chapitres chronologiques, depuis la naissance du Parti communiste à Tours en décembre 1920 jusqu’à ces dernières années, même si, indéniablement, la part belle est réservée aux années trente et cinquante. Chaque chapitre décline ensuite des thématiques particulières. Les affiches choisies proviennent de deux collections privées ainsi que des archives du PCF à Bobigny5. Les raisons qui ont présidé au choix, l’exhaustivité étant d’emblée impossible, ne sont pas clairement explicitées, si ce n’est par la rareté ou la « puissance visuelle » des documents, ainsi que la volonté de « traquer » des graphistes. Nous y reviendrons. Elles sont présentées pleine page pour celles qui sont considérées par l’auteur comme significatives d’un moment particulier de l’histoire graphique communiste, ou en vignettes plus réduites. Chaque reproduction, datée, est accompagnée du titre, avec le nom de l’illustrateur lorsque l’affiche est signée ainsi que d’une brève contextualisation6.

Romain Ducoulombier s’attache à dégager des tendances internes à ce graphisme communiste. Celle des années vingt, incarnée (entre autres, mais pas uniquement) par Jules Grandjouan7, puise à la fois dans l’héritage syndicaliste révolutionnaire, courant du mouvement ouvrier français d’avant 1914 auquel ce dessinateur appartint et dans une « vision idéalisée de la révolution bolchevique » (p. 12). L’introduction, par cet artiste, des outils du travail urbain et rural, le marteau et la faucille, dans l’iconographie du Parti communiste français, rattache ce dernier à l’avant-garde planétaire dont le jeune État ouvrier, né sur les décombres de l’ancienne société, affirme n’être que l’avant-poste. L’influence soviétique est alors patente, particulièrement dans l’affiche « Nous imposerons la paix internationale » (1925), où une main serrant fortement une faucille en gros plan (p. 19) est la reprise parfaite (le fond est modifié, lui) de celle figurant sur une affiche de 1920. L’URSS, magnifiée comme un monde « sans chômage » où la « construction du socialisme » permet l’ « augmentation des salaires », montre à la classe ouvrière le chemin « que (…) trace le prolétariat soviétique ! » (affiche de René Dubosc8, datant sans doute d’après le krach de 1929, p. 30). La période ouverte par le Front populaire et sa dynamique sert à « nationaliser » le PCF et par conséquent sa propagande iconique : les communiste s’affichent alors en bleu, blanc, rouge et bonnets phrygiens, redécouvrent La Marseillaise et défendent la culture française puisqu’ils sont devenus « les vrais fils de notre pays »9. Le style prend ses distances avec la caricature et fait son miel des procédés graphiques, empruntés à l’architecture et la géométrie, des affiches publicitaires. Les conceptions de l’affichiste Cassandre pour rendre visuelle la modernité (lignes pures, utilisation de couleurs éclatantes) se retrouvent dans les compositions communistes utilisant par ailleurs les symboles usuels de l’iconographie politique, tels le lutteur prométhéen (p. 38 et 41). De timides tentatives d’introduction du photomontage initié en Allemagne par John Heartfield10, n’en possédant ni sa puissance évocatrice ni son impact visuel, ne sont guère restées dans les mémoires (p. 41). Par contre, la colombe de la paix de Picasso (avril 1949) pour le Congrès mondial des partisans de la paix (p. 73) ou la pieuvre11 aux yeux « dollarisés » émergeant de l’océan atlantique pour étouffer la France dans ses tentacules (p. 81) sont devenus des classiques du pacifisme communiste et de l’anti-américanisme, étudiés par tous les collégiens et lycéens de France. Les affiches anti-américaines et germanophobes (p. 57-65 et 72-83) des années cinquante (comme les dessins de presse des journaux communistes) permettent de mieux cerner les contours de cette guerre froide culturelle des images à l’œuvre en France comme dans d’autres pays européens, Italie et Allemagne par exemple. Ici, tirages de masse et puissance visuelle vont de pair. Nous sommes bien à l’apogée d’une certaine iconographie communiste, fortement clivée, sûre d’elle-même, sachant pouvoir compter sur une phalange d’illustrateurs de talent (Fougeron, Mitelberg, Antoni, Lingner etc). Les décennies suivantes, par contraste et parce que l’époque de la coexistence pacifique incite moins au lyrisme révolutionnaire, sont plus ternes (si l’on excepte l’affiche antifasciste contre l’OAS, représentée par un serpent, p. 114). Le groupe Grapus, dès 1970, apporte un sang neuf à la propagande graphique du PCF. Pourtant, peut-on éviter de remarquer que ce bouleversement du style et des codes communistes (p. 129), ce « désaveu des marquages symboliques »12 coïncident avec la période où le Parti communiste, délaissé et vilipendé par de nombreux secteurs de la jeunesse scolarisée, est, simultanément obligé de compter (et de lutter) avec des organisations situées sur sa gauche qui reprennent à leur compte la symbolique ancienne des années trente, de la Résistance et des années cinquante ? Il est sans doute possible d’affirmer que le déclin de la « culture des camarades »13 a précédé celui de l’institution partisane.

III – Conclure

Dans cet ouvrage, Romain Ducoulombier souligne un certain nombre de ressorts à l’œuvre dans la constitution d’une iconographie communiste – procédés de déconstruction et logiques de dévalorisation de l’adversaire, ainsi que valorisation de symboles positifs ou héroïques – sur près d’un siècle, grâce au support mural privilégié qu’est l’affiche. Il semble s’inscrire dans ces tendances historiographiques et/ou philosophiques qui se veulent novatrices quant à la définition des lieux du politique : « le sujet politique (…) surgit en des lieux de la politique qui demeurent irréductibles à ceux que l’État définit comme tels »14. L’affiche figurerait donc parmi les lieux où se définissent des pratiques de politisation et de mobilisation partisanes, via un imaginaire symbolique délibérément construit. Le pari initial de l’auteur est donc gagné. Osera-t-on pourtant avancer quelques regrets, nonobstant le fait du caractère grand public de l’ouvrage ? Ceux-ci concernent cette « traque des graphistes » annoncée également en préambule (p. 7). L’approche de ces différentes « générations » de producteurs d’images – par-delà la figure emblématique d’ailleurs bien connue de Jules Grandjouan –, et leur implication plus ou moins prononcée dans le combat militant auraient mérité un traitement plus serré. S’il est exact que la quasi absence de recherches sur les illustrateurs et dessinateurs communistes (ou travaillant pour le Parti communiste)15 ne permet guère de donner chair à des noms restés mystérieux (Antoni, Paul Gilles, Lamy, Rival etc.)16, d’autres ne sont pas totalement inconnus, comme Max Lingner (qui signe Ling, p. 99) ou Brantonne17.

In fine, ce travail de Romain Ducoulombier prolonge ses ouvrages antérieurs sur le communisme, en s’attaquant cette fois à un secteur crucial de la propagande communiste en France. L’angle d’attaque choisi, en interrogeant ses « forces latentes ou manifestes, bref son efficace »18 permet de commencer à dégager des modèles d’intelligibilité et d’identification politique des affiches du PCF sur la longue durée.

1De Romain Ducoulombier, Dissidences a déjà chroniqué De Lénine à Castro. Idées reçues sur un siècle de communisme, Paris, Le Cavalier bleu, 2011, sur http://dissidences.hypotheses.org/2958

2Philippe Buton, Laurent Gervereau, Le couteau entre les dents. 70 ans d’affiches communistes et anticommunistes (préface d’Annie Kriegel), Paris, Editions du Chêne, 1989, 159 p.

3Ce que ne propose pas cet ouvrage, puisque les éditions Les Échappés confient à un second historien Nicolas Lebourg, le soin de traiter des affiches anticommunistes : Mort aux bolchos. Un siècle d’affiches anticommunistes françaises, lire le compte rendu sur ce blog cette semaine.

4Lucie Fougeron, « Propagande et création picturale : L’exemple du PCF dans la guerre froide », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001, p. 269-284, « Les affiches du Parti communiste français : Créations d’un fonds d’archives », op. cit., p. 321-325, « Un exemple de mise en images : le « réalisme socialiste » dans les arts plastiques en France (1947-1954) », Sociétés & Représentations, n° 15, 2003/1, p. 195-214.

5Aux archives départementales de la Seine-Saint-Denis.

6Il manque par contre les dimensions.

7Sur cet illustrateur, il existe de nombreux travaux. Citons l’ouvrage magnifiquement illustré, issu d’une exposition, coordonné par Fabienne Dumont, Marie-Hélène Jouzeau, Joël Moris, Jules Grandjouan. Créateur de l’affiche politique illustrée en France, Paris, Somogy éditions d’art, 2001, 187 p.

8René Dubosc, militant communiste, est en 1925 le caricaturiste attitré, avec Cabrol, de L’Humanité. Il devient partisan de la Collaboration (comme un autre dessinateur de la presse communiste, Georges de Champs) à partir de 1940. Voir Christian Delporte, Les crayons de la propagande. Dessinateurs et dessin politique sous l’Occupation, Paris, CNRS Éditions, 1993.

9Rapport de Maurice Thorez, secrétaire générale du PCF, au Comité central, du 17 au 19 octobre 1935, cité in Stéphane Courtois, Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, Paris, PUF, coll. « Thémis-Histoire », 2e édition, 2000, p. 132.

10Sur ce propagandiste génial, lire Carlos Pérez, David Evans, Franck Knoery, Michael Krejsa, John Heartfield. Photomontages politiques 1930-1938, Strasbourg, éditions des Musées de Strasbourg, 2006, 160 p.

11Sur l’utilisation de cet animal, on lira Christian Moncelet, Les « viles » tentaculaires : réquisitions satiriques de la pieuvre », Ridiculosa, n° 10, 2003, p. 43-60 et sur http://www.caricaturesetcaricature.com/article-17261296.html

12Christian-Marc Bosséno, Danielle Tartakowsky, « Présentation », Sociétés & Représentations, n° 12, octobre 2001, « Dramaturgie du politique », p. 8.

13Antoine Spire, La culture des camarades. Que reste-t-il de la culture communiste ?, Paris, Editions Autrement, Série Mutations-Poche n° 2, 1992.

14Dimitra Panopoulos, « Le salaire de la mort », Nessie, revue numérique, n° 1, mai 2009, sur http://www.nessie-philo.com/Files/dimitra_panopoulos___le_salaire_de_la_mort.pdf

15Que l’on nous permette néanmoins de citer nos propres travaux, où apparaissent différents éléments sur ces dessinateurs : Christian Beuvain, « L’Humanité dans la guerre froide : la bataille pour la paix à travers les dessins de presse », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 92, 2003, p. 63-85, sur http://chrhc.revues.org/1415 et « La caricature est une arme de combat ! Les dessins anti-américains dans L’Humanité des années cinquante (1947-1954) », in Christian Delporte, Claude Pennetier, Jean-François Sirinelli et Serge Wolikow (dir.), L’Humanité de Jaurès à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2004, p. 325-340.

16Les notices du célèbre Dico Solo , précieux outil de travail néanmoins, sont pour beaucoup de ces illustrateurs communistes très allusives, se contentant souvent de répertorier les titres des organes de presse auxquels ils ont collaboré : Solo, Catherine Saint-Martin, 5000 dessinateurs de presse et quelques supports, en France de Daumier à nos jours, Paris, Groupe Té.Arte/Conseil régional du Limousin, 1997, 704 p., réédition chez Aedis, 1000 p., 2004.

17Ce dernier est l’auteur de l’affiche éditée (en supplément) par L’Avant-Garde (journal des jeunes communistes) pour la libération de Paris (p. 48). Avant de devenir le célèbre illustrateur de la collection « Anticipation » des éditions du Fleuve noir, Brantonne réalise des portraits en carte postale pour le compte d’une association de familles de fusillés de la Résistance ainsi qu’une bande dessinée sur Le colonel Fabien, héros communiste des Francs-tireurs et partisans (FTP), en 1945, aux éditions France d’abord.

18Louis Marin, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 10.