Archives par étiquette : Lutte armée

Michaël Mention, Power, Paris, Stéphane Marsan éditeur, 2018, 464 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

(suivi d’un entretien avec l’auteur)

A l’instar d’un Patrick Pecherot, Michaël Mention est un auteur de polars qui parvient ici à réanimer les fantômes d’une époque où la politique avait le goût de l’urgence, la radicalité celui de l’impatience. Power retrace en effet une partie de l’histoire du Black Panther Party (BPP), entre 1965 et 1971 essentiellement. Le lecteur assiste d’abord à l’assassinat de Malcolm X, puis à la radicalisation de Bobby Stills et Huey Norton (en réalité Bobby Seale et Huey Newton), personnages de l’intrigue à part entière. Leurs lectures, celle de Frantz Fanon en particulier, mais aussi de Mao ZeDong ou des comics (le personnage du Black Panther de Marvel ayant inspiré le nom de leur organisation), sont évoquées, tout comme le contexte de violences policières à l’égard des afro-américains.

La violence est, de manière générale, au cœur de Power. Celle des forces de police, celle de certaines organisations révolutionnaires (le Weather Underground est régulièrement évoqué), mais aussi celle des assassinats politiques, de la mort de certaines stars de la rock-musique, celle enfin des meurtres atroces de l’actrice Sharon Tate [1] ou du serial-killer Le Zodiaque [2]. Une contextualisation cruciale, que Michaël Mention restitue en privilégiant une prose coup-de-poing, scandée d’extraits de chansons soul, funk ou simplement rock. Les débuts du Black Panther Party For Self-Defense – c’est son nom d’origine – témoignent de l’importance de l’image et de la communication médiatique, avec l’uniforme adopté par les militants (vêtements de cuir noir, béret noir, lunettes de soleil), ceux qui patrouillaient avec armes dans les ghettos noirs afin de surveiller les agissements de la police, ou l’occupation pacifique du Capitole de Californie, finement retracée dans le livre.

L’essentiel du récit se concentre sur des personnages imaginaires, incarnant des positionnements bien distincts. Charlene s’engage au sein du BPP, guidée par une soif d’action immédiate ne se satisfaisant pas des actions sociales de son organisation, et bascule peu à peu dans la toxicomanie ; elle finit par être exclue du parti, et participe à la Black Liberation Army (BLA – Armée noire de libération [3]), avant de tuer un policier et de finir en fauteuil roulant. Tyrone est un détenu promis à la peine de mort, que le FBI contacte dans le cadre de son programme COINTELPRO (Counter Intelligence Program), destiné à briser les mouvements révolutionnaires et contestataires via l’infiltration, la manipulation et l’assassinat. Tyrone réussit à devenir le bras droit d’un des responsables du BPP, au point d’organiser son assassinat (une représentation de l’infiltré William O’Neil, devenu le garde du corps de Fred Hampton, assassiné en décembre 1969). 

Dessin d’Emory Douglas, 17 avril 1976, dans le journal The Black Panther illustrant les meurtres de militants du BPP (on reconnaît F. Hampton en haut, coin droit, et dessous Sam Napier, abattu à New York en avril 1971) par les agents du FBI/COINTELPRO (image communiquée par Christian Beuvain, source : https://www.theguardian.com/artanddesign/gallery/2008/oct/28/emory-douglas-black-panther )

Ce sont les affres de la conscience de Tyrone auxquels le lecteur est confronté, et sur ce point de la répression étatique le troisième et dernier personnage offre un éclairage complémentaire. Il s’agit de Neil, policier blanc, dont le coéquipier est tué par un dirigeant du BPP lors d’une patrouille. De plus en plus perturbé psychologiquement, il critique les demandes du FBI, aboutissant à laisser se développer les trafics de drogue et les gangs dans les ghettos en tant que moyens de saper l’influence du BPP, mais bascule ensuite dans une haine raciste qui le transforme en assassin (un élément essentiel étant donné l’habitude prise par les militants du BPP de traiter les policiers de « porcs »).

A notre sens, c’est sans doute l’évolution qui s’avère la moins convaincante du roman. Mais cette action des sphères du pouvoir étatique est essentielle pour comprendre la dégénérescence du BPP, miné par la rivalité avec les gangs, les dissensions internes et les soupçons d’espionnage et d’infiltration. Ces trois personnages finissent même par converger lors d’un événement, la fusillade autour du quartier général du parti à Los Angeles.

Power aurait sans doute gagné à approfondir les questions et les débats purement politiques, mais en l’état, il propose une plongée efficace et authentique dans une époque où tout semblait pouvoir basculer en faveur de la révolution.

 

« Cinq questions à… Michaël Mention »

 

Dissidences : Qu’est-ce qui a servi d’élément déclencheur à la genèse de Power ?

Michaël Mention : J’ai redécouvert un album de Miles Davis, On the corner (1972), un disque funk, jazz et tribal. Un album frénétique qui, à mon sens, traduit à la fois l’aspect urbain du black power et l’atmosphère de « retour aux racines africaines » en vogue à l’époque. Du coup, j’y ai vu les images associées aux Black Panthers, du moins celles auxquelles ce mouvement a longtemps été réduit : cuirs, bérets et flingues. Je connaissais peu le sujet, alors je me suis documenté et j’ai vite découvert que le Black Panther Party était bien plus audacieux que le cliché fabriqué par la légende et Hollywood. Les Panthers cultivaient l’ambiguïté, ils savaient être aussi violents que leurs agresseurs (police et gangs), mais ils ont surtout été les pionniers d’un vaste programme social dans les ghettos, incluant des écoles et des cliniques gratuites, des distributions de repas, des collectes de vêtements pour les plus démunis et des dépistages de maladies chez les prostituées et les toxicos. Tout cet aspect social a été injustement caché durant des décennies, en raison de la pensée marxiste des Panthers. A travers mon roman, j’ai voulu réhabiliter leur cause sans en faire l’apologie. Je suis romancier, je ne suis là que pour embarquer le lecteur dans une histoire et – quand elle se base sur des faits réels – je veille à les respecter. 

Dissidences : Comment avez-vous travaillé pour la réalisation de votre roman ? Pourquoi ce choix de trois personnages imaginaires, Tyrone, Charlene et Neil, après avoir débuté votre intrigue par les fondateurs – à peine déguisés – du BPP ?

Michaël Mention : Le sujet était si complexe, les ramifications si multiples et l’époque des sixties si dense que, dès le début, je me suis dit que le roman devait être fluide. Je l’ai donc conçu en deux parties : la première, assez elliptique, pour relater la gestation du parti et la seconde – aussi fictive que documentée – pour explorer cette aventure du Black Panther Party à travers trois points de vue : celui d’une militante à Philadelphie, d’un flic blanc à Los Angeles et d’un traître infiltré par le FBI à Chicago. Vu le nombre d’idioties que j’ai lu sur les Panthers (et le nombre d’idioties qu’on entend au quotidien sur n’importe quel sujet !), je tenais à ce que la question du point de vue soit au cœur du récit. Dans Power, il n’y a pas une vérité mais plusieurs, et c’est au lecteur de se faire sa propre opinion. Notre époque souffre trop du clivage Bien/Mal dans lequel certains médias et « penseurs » veulent nous enfermer, c’est pourquoi il me semble important de traiter l’Histoire avec autant de proximité que de recul : cette nuance, cet équilibre, sont un vrai challenge en écriture et j’aime ça. C’est mon adrénaline.

Dissidences : Les luttes du BPP vous paraissent-elles toujours d’actualité, un mouvement noir de cette nature est-il selon vous amené à réapparaître ?

Michaël Mention : La société américaine a considérablement évolué vis à vis des Afro-américains (et dans un sens, bien plus que la société française envers les immigrés), mais la discrimination reste encore présente. Surtout sur le plan économique. Alors oui, je pense que la lutte du BPP est toujours d’actualité. Après, est-ce qu’un tel mouvement – aussi organisé, aussi ambitieux – pourrait à nouveau émerger… J’en doute, malheureusement. Charlene, l’un des personnages du roman, a son point de vue sur la question.

Dissidences : D’autres auteurs français récents ont également exploré les zones sombres du XXe siècle révolutionnaire : je pense à Mathieu Riboulet (Entre les deux il n’y a rien), Fabrice Humbert (Eden Utopie), Dominique Pagnier (Le Cénotaphe de Newton)… Avez-vous l’impression que les générations actuelles d’écrivains effectuent un retour vers un radicalisme passé, face à un présent qui semble forclos ?

Michaël Mention : Je ne sais pas. On est tous le reflet de notre époque et par conséquent, de la digestion des époques précédentes, ce qui dessine forcément une certaine sensibilité, une certaine manière de penser l’Histoire. J’ai grandi dans une famille très à gauche, j’ai longtemps baigné dans l’amertume post-Mitterrand et ça a sans doute orienté mon style d’écriture. Pour être clair, plus le sujet est sombre et amer, plus je vais y chercher l’humanité et l’espoir. C’est sans doute un réflexe de protection puisque, aussi fataliste que je puisse être, je refuse de baisser les bras. J’écris pour partager avec les autres, j’en ai besoin. Le monde actuel avec Macron, Poutine, Trump and Co. me déprime chaque jour un peu plus alors, par la force des choses, mon écriture s’est adaptée : plus sèche, plus ironique, plus assumée. Marin Ledun, Nicolas Mathieu, Sandrine Colette… Nous sommes en effet quelques-uns à nous positionner de cette manière face aux sujets que nous abordons, mais je ne pense pas que ce soit un « truc » générationnel. C’est une question d’individu, on écrit en réaction à notre histoire personnelle.

Dissidences : Vos futurs projets d’écriture vous amèneront-ils à côtoyer d’aussi près la politique révolutionnaire ?

Michaël Mention : Non, car j’ai tout mis dans Power : ma passion pour les années 60-70, mon intérêt pour les luttes révolutionnaires, mon regard sur leurs héritages (et aussi la musique que j’écoute au quotidien, depuis le lycée). Mon prochain roman sera centré autour de Miles Davis, en 77, à New York : un trip paranoïaque et fantaisiste, où j’effleure la déliquescence des mouvements tels que le Flower Power et le Black Power, mais le roman sera essentiellement axé sur Miles. J’adore ce mec, sa musique, son point de vue sur la vie et ses contradictions : Miles Davis en 77, c’est l’Amérique du chaos, celle qui préfigure le monde virtuel et ultralibéral d’aujourd’hui. Le roman paraîtra en mars 2019 chez 10-18 dans la collection « Grands Détectives ». Actuellement, j’écris sur les années 2000 : un sujet qui nous concerne tous et qui mérite lui aussi qu’on lève le poing bien haut. 

Entretien réalisé par voie numérique le 29 août 2018

 

[1]    Sharon Tate, actrice mariée au réalisateur Roman Polanski est assassinée le 9 août 1969, chez elle, à Los Angeles, par les membres d’une secte dirigée par Charles Manson.

[2]    Il s’agit d’un tueur en série qui entre 1966 et 1978 a probablement commis une trentaine de meurtres, en Californie. Il n’a jamais été identifié.

[3]    L’Armée noire de libération est une organisation de lutte armée, donc clandestine, issue d’une scission du Black Panther Party en 1971. Il semble qu’elle était organisée en réseau de différents collectifs. Quasiment tous les militants ont été soit abattus par la police soit incarcérés pour de longues peines de prison. Quelques-uns/unes se sont enfuis à Cuba, comme Assata Shakur, après une évasion, organisée par ses camarades en 1979. La notice de Wikipedia qui concerne la BLA est assez fournie, mais sans doute ses renseignements méritent-ils d’être vérifiés (note de Christian Beuvain).

Marie-Claude Chaput / Canela Llecha Llop / Odette Martinez-Maler (sdd), Escrituras de la resistencia armada al franquismo, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2017, 350 pages, 22 €.

Un compte-rendu de Frédéric Thomas

Ce livre remarquable, fruit d’une collaboration pluridisciplinaire consacrée à la lutte armée contre le franquisme, réunit des contributions d’historiens, de spécialistes de la littérature et le précieux témoignage d’un ancien guérillero. Composé en deux parties, la première centrée sur l’histoire, la seconde sur l’écriture fictionnelle de celle-ci, cet essai interroge la mémoire de la lutte armée anti-franquiste dans l’Espagne actuelle.

Revenir sur l’histoire de la guérilla anti-franquiste, c’est se confronter au silence et à l’occultation, qui se sont structurés, autour de quelques dates clés, s’étalant sur trois-quart de siècle : l’annonce, le 1er avril 1939, par Franco (1892-1975), que la guerre est terminée – alors qu’elle se poursuivra de manière éclatée durant des années dans les maquis ; la loi sur l’évasion (Ley de fuga) de 1947 (abolie seulement en 2001), qui légalisait implicitement les exécutions extra-judiciaires, accentua et systématisa la répression et eut un impact très lourd sur la résistance armée ; la Transition démocratique, qui s’étend, globalement, de la mort de Franco, en 1975, à l’accession au pouvoir du Parti socialiste ouvrier espagnol, en 1982 ; et, enfin, la loi de « mémoire historique » de 2007.

Longtemps, les traces de la lutte armée furent effacées, niées même, par la conjonction de divers intérêts. Ceux du régime franquiste, bien sûr. Et ce d’autant plus qu’il fut le premier narrateur – falsificateur – de cette histoire, niant à la guérilla sa dimension politique, en la réduisant au brigandage. Ceux du Parti communiste espagnol (PCE), aussi, une fois amorcé, au début des années 1950, son abandon de la lutte armée, et sa volonté de se repositionner politiquement. Ceux, enfin, des acteurs de la Transition, pressés de tourner la page. Comme l’affirme l’historien Secundino Serrano, cité ici : « La démocratie s’est établie autour de deux variables, amnésie et impunité, qui se sont délibérément confondues avec l’oubli et le pardon » [1] (p. 117). Il en résulte une « guerre des mots » (p. 13) afin de nommer cette action armée et d’en transmettre l’histoire et la mémoire.

Diverses œuvres d’auteurs espagnols (Alfons Cervera, Max Aub, Alvaro de Orriols, José Herrera Petere, Celso Amieva…) abordant frontalement ou de manière plus périphérique l’existence des maquis espagnols sont analysés ici. Fernando Larraz étudie ainsi les fictions qui traitent de cette thématique sous le régime franquiste. Il expose le dilemme de la censure, prise entre l’obligation de taire l’action de la guérilla, qui met à mal le dogme d’une guerre achevée et gagnée, et la tentative, toujours risquée, de faire, à partir du récit de ces actions armées, la double démonstration de la monstruosité de ces rouges et de la supériorité du régime. Larraz distingue deux phases: une première phase de propagande, qui caractérise les deux premières œuvres, écrites par des gendarmes, et publiées en 1952. Une seconde phase plus tardive et plus subtile, cherchant à prouver la « normalisation » politique et le dépassement des « vieux » conflits (p. 224 et suivantes).

Anne-Laure Bonvallot, qui a contribué au dernier numéro de Dissidences [2], met en évidence l’engagement moral à la base du « cycle de la mémoire » d’Alfons Cervera, ainsi que son dispositif d’écriture faisant l’aller-retour entre le passé et le présent (p. 217 et suivantes). Manuel Aznar Soler, quant à lui, s’intéresse à l’œuvre théâtrale d’exil. Il insiste sur la surdétermination du contexte historique dans la manière pour les auteurs d’appréhender la guérilla. Ainsi, les années 1944-1947 sont, au lendemain de la fin de la Seconde Guerre mondiale et de l’échec de l’invasion du Val d’Aran (mi-octobre 1944) [3], encore gonflées d’espoir et de la quasi-certitude de la fin prochaine du régime franquiste, allié du nazisme. José-Ramón Lopez Garcia, de son côté, analyse le versant poétique de la littérature sur la guérilla, en mettant en avant le passage d’une forme épique à l’élégie, en fonction de l’évolution de la guérilla et de sa déroute.

Mercedes Yusta Rodrigo ouvre la première partie, en faisant un bilan de l’historiographie de la guérilla anti-franquiste, regrettant la place toujours marginale qu’elle occupe aujourd’hui. L’histoire disqualifiante, mis en œuvre par et au sein du franquisme, pèse lourd, de même que, plus récemment, la reconfiguration du champ intellectuel, en rapport avec la chute de l’URSS et le spectre du terrorisme, qui tend à requalifier la guérilla anti-franquiste. Carmern Gonzalez Martinez, pour sa part, distingue trois grands épicentres chronologiques dans la lutte armée : la guerre civile de 1936 à 1939 ; la guerre mondiale de 1939 à 1945 ; et, enfin, la guérilla rurale de 1939 à 1960. Encore convient-il, comme nous le rappelle Canela Llecha Llop, de noter la spécificité catalane, où la guérilla était urbaine, plus marquée par le courant libertaire que par le PCE, et dura plus longtemps; elle s’étendit jusqu’au début des années 1960. D’ailleurs, l’auteure émet l’hypothèse intéressante d’un lien idéologique entre la guérilla catalane et le Mouvement ibérique de libération (MIL).

Mais, de manière générale, il ressort des diverses contributions qu’il existe une certaine hétérogénéité entre les divers groupes armés, et, qu’en conséquence, il convient de parler de guérilla anti-franquiste au pluriel. De plus, cette hétérogénéité correspond à une hétérogénéité des mémoires et des chemins qu’elles empruntent. Odette Martinez-Maler évoque ainsi le parcours accidenté et parfois clandestin de la transmission de cette mémoire, y compris au sein des familles. Dans sa contribution, Mercedes Yusta Rodrigo souligne le tabou qui hante encore l’histoire des maquis espagnols : les « liquidations » au sein des groupes armés. « El Quico » (Francisco Martinez Lopez), ex-guérillero, figure historique de la Fédération de Guérillas León-Galicie, y fait référence dans son beau témoignage.  Virginie Gautier-N’Dah-Sekou interroge, de manière très fine, la territorialisation de cette mémoire, à travers les rares monuments et musées consacrés à cette lutte armée, le repérage des fosses communes des victimes du franquisme, l’identification et la récupération des corps, ainsi que la réhabilitation touristique d’une ancienne base de la guérilla en Aragon. Elle rappelle, au passage, qu’en Espagne, à l’heure actuelle, il n’existe toujours pas de musée d’envergure consacré à la Guerre civile…

Plusieurs articles mettent en évidence le double rôle central des femmes et des agents de liaison ; ces dernières étant souvent des femmes. Bien qu’elles furent le pilier de la résistance et la colonne vertébrale de la guérilla, leur rôle est sous-estimé ou occulté, rendant le travail de récupération de la mémoire d’autant plus difficile. Mais comme l’affirme El Quico : tant que leurs histoires ne seront pas contées, il n’y aura pas de vérité historique ni d’État de droit pour la société espagnole (p. 206).

Les enjeux de la mémoire, particulièrement marqués du fait de « l’absence d’une mémoire partagée de l’anti-franquisme » (p. 186), dépassent cependant le cadre de la guerre d’Espagne. En effet, le risque d’une pétrification muséale, d’une esthétisation qui vide cette mémoire de son contenu conflictuel, est toujours présent ; ce qui appelle en retour d’interroger ce qui est rapporté, mais aussi la manière dont elle est transmise et partagée. D’où l’attention particulière qui est portée aux récits, au croisement de l’histoire et de la littérature. Et l’intérêt tout particulier de cet essai.

[1]    Notre propre traduction.

[2]    Dissidences, « L’extrême gauche saisie par les lettres », volume 16, Lormont, Bord de L’eau, 2018.

[3]    Quelques milliers de guérilleros espagnols, vétérans de la Guerre d’Espagne et de la Résistance française, passèrent la frontière pour occuper le Val d’Aran. L’objectif était de soulever la population, d’y établir un gouvernement républicain, et, à partir de ce territoire libéré, de « reconquérir » l’Espagne. L’action ne dura qu’une dizaine de jours et fut un cuisant échec. Ces événements, guère connus en France, forment la trame d’un magnifique roman d’Almudena Grandes, Inès et la joie, Paris, Jean-Claude Lattès, 2013, Le Livre de poche, 2015.

Olivier Grojean, La révolution kurde. Le PKK et la fabrique d’une utopie, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2017, 256 pages, 17 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Depuis un ou deux ans, certains courants, libertaires (Pierre Bance, Un autre futur pour le Kurdistan, Noir et Rouge, 2017), ou pas (Stephen Bouquin et alii, La Commune du Rojava, Syllepse, 2017) s’enthousiasment pour la création d’un espace autonome au nord de la Syrie, géré par les milices kurdes YPG (Yekîneyên Parastina Gel, Unités de protection du peuple, émanation locale du PKK [1] turc), basé sur les principes développé par le théoricien libertaire Murray Bookchin [2]. Ce livre du politiste Oliver Grojean apporte une information et des analyses d’une grande qualité pour alimenter réflexions et débats. En effet, loin d’une publication de circonstance, il constitue le résultat de plus d’une décennie de travaux, de recherches, de contacts, de séjours sur place d’un politologue qui non seulement lit la langue turque et kurde, mais également (essentiel pour ce domaine), l’allemand.

A l’instar des ouvrages d’Olivier Piot (dans une veine néanmoins plus journalistique, lire Le Peuple kurde, clé de voûte du Moyen Orient, Petits matins, 2017), la lecture de celui d’Olivier Grojean constituera à l’avenir un passage obligé pour qui s’intéresse à cette question.

L’auteur se propose de fournir une histoire sociale du PKK depuis sa fondation en 1978 par Abdullah Ocalan, jusqu’aux évolutions les plus récentes. Comme il le rappelle dans sa foisonnante introduction, la perspective développée s’appuie sur la sociologie des partis, des institutions politiques et la sociologie des mobilisations. Au moment de sa fondation (clandestine), le PKK n’est qu’une des organisations représentant les aspirations du peuple kurde en Turquie. En quelques années, il parvient à dominer la scène kurde, en encadrant de manière systématique les populations kurdes, y compris dans l’immigration (en Allemagne en premier lieu), grâce à sa structure ultra-centralisée et hiérarchisée. S’appuyant sur un corpus marxiste-léniniste teinté de nationalisme kurde développé par le dirigeant incontesté Ocalan (Apo, l’Oncle), le PKK s’inscrit dans le développement de l’histoire d’une gauche turque très mal connue en France. Par le biais d’une théorisation de l’Homme nouveau, les adhérents du PKK jurent totale fidélité et remise de soi au Parti. Il s’agit en premier lieu de gouverner les militants par une discipline très stricte, pour mieux encadrer les populations. Devenir membre du PKK, c’est accepter de se soumettre à un contrôle étroit de la part du collectif militant à l’égard de l’individu : ses membres « s’inscrivent dans un univers social au sein duquel l’ethos guerrier, l’appartenance à une organisation politique interdite et l’imaginaire des armes sont valorisés » (p.113). Différents dispositifs disciplinaires aboutissent à une « totale remise de soi, une obéissance sans faille, une discipline de vie drastique destinée à la réalisation exclusive des théories d’Ocalan » (p. 105). Ce projet politique connaît une inflexion certaine lorsque le soulèvement démocratique en Syrie se transforme en guerre civile ouverte et aboutit à la « libération » d’un certain nombre de territoires qui tombent sous la coupe de la branche syrienne du PKK, l’YPG. D’organisation de propagande politique, le PKK  se transforme alors en proto-organisation étatique, sur les quelques milliers de kilomètres carrés qu’il contrôle (avec le soutien et l’armement des États-Unis, qui actuellement – provisoirement ? – font des milices YPG-FDS leur allié contre Daech).

L’orientation du PKK, dans ces territoires du Rojava, fait l’objet d’une analyse très détaillée, autour de trois aspects (trois « politiques publiques », pour utiliser un vocabulaire approximatif) : l’économie, l’écologie et l’égalité homme-femme. Le lecteur comprend vite qu’il existe un écart très grand entre les proclamations « socialisantes » des YPG sur le fonctionnement économique et la réalité d’un terrain dominée par une économie rurale archaïque et la guerre à proximité. La mise sur pied de quelques structures coopératives constitue le rapide bilan que l’on peut tirer de l’action kurde. Du développement de productions alternatives, seuls quelques embryons, fragiles, existent. En ce qui concerne l’écologie, c’est encore plus rapide, car mis à part une sensibilisation des populations à cette question, cet aspect se heurte impitoyablement à l’absence de moyens pour la concrétiser. Enfin, sur la question féminine, aspect sans doute le plus popularisé en Europe (et dont rend bien compte la photo de couverture du livre), il faut en souligner l’aspect tout à fait novateur dans le contexte moyen-oriental, porteur d’un potentiel de libération féminine, mais qui, à ce jour, pourtant, laisse encore inentamée la structure patriarcale de la société.

Le dernier chapitre se penche sur l’internationalisation de la cause kurde, que ce soit celle existant en Turquie, ou dans des pays limitrophes. Le bilan, hélas cruel, mais réaliste qu’en tire Olivier Grojean, est qu’actuellement, rien ne permet d’indiquer une évolution positive qui puisse laisser penser que la mise sur pied d’un confédéralisme démocratique, aussi bien en Syrie qu’en Turquie soit à l’ordre du jour. Les derniers développements de l’actualité la plus récente (par exemple l’attaque par la Turquie de la poche d’Afrin, contrôlée par les YPG) confirment ce bilan d’étape, assez peu réjouissant du point de vue de l’émancipation des populations kurdes. Une analyse magistrale, un grand livre, à lire et faire lire.

[1]    Il s’agit du Parti des travailleurs du Kurdistan (en kurde, Partiya Karkerên Kurdistan ), un groupe de lutte armée fondé en 1978, dont l’objectif est la création d’un territoire kurde indépendant.

[2]    Pour une présentation de sa pensée, Vincent Gerber, Romero Floreal, Murray Bookchin. Pour une écologie sociale et radicale, Lyon, Le Passager clandestin, 2014.

Patrick Fort, Après nous. Célestino Alfonso-Groupe Manouchian, Paris, Arcane 17, 2016, 120 pages, préface de Didier Daeninckx, 14 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide de Christian Beuvain)

Le groupe Manouchian, celui de l’Affiche rouge, a suscité de nombreux travaux historiques, mais aussi des représentations culturelles, fortement mémorielles, illustrées par le poème d’Aragon (interprété classiquement par Léo Ferré1), par le cinéma, qui a magnifié ces résistants, par les films de Franck Cassenti (L’affiche rouge, 1976) ou celui plus récent (2009) de Robert Guédiguian, L’armée du crime, ou une bande dessinée2 consacrée à la figure d’un de ses membres, Marcel Rayman. La littérature n’est pas en reste, avec l’évocation très sensible de Thomas Elek, le plus jeune exécuté du groupe, dans très beau livre d’Alain Blottière, Le tombeau de Tommy (Gallimard, 2009). L’ouvrage de Florence Ehret, Une jeune mère dans la résistance (Oskar, 2015) évoque la figure d’Olga Bancic, qui, bien qu’incluse dans le réseau Manouchian, ne figure pas sur l’Affiche rouge. En effet, en tant que femme, elle fut décapitée en Allemagne, alors que ses camarades hommes ont été fusillés.

L’ouvrage de Patrick Fort est consacré à la figure de Celestino Alfonso, l’Espagnol du groupe. Dans ce saisissant récit écrit à la première personne, ce sont les derniers mois de ce militant et de ses actions résistantes qui sont décrites de façon quasi entomologiste. Basé sur une documentation la plus complète possible, présentée en fin d’ouvrage, cette très émouvante fiction permet en particulier de faire comprendre de manière très sensible la vie de cet Espagnol « rouge », dont la famille a émigré en France dans les années 20 (on dispose en fait de très peu d’informations biographiques précises sur Alfonso) et qui avait repassé la frontière pour combattre aux côtés des républicains dès 1936. Pendant l’Occupation, contrairement à de nombreux autres de ses camarades, Celestino Alfonso continue à vivre de manière publique, tandis que la plupart plongent dans la clandestinité. Cette double vie a un coût psychologique et moral très lourd, avec de fortes conséquences sur sa vie familiale, car il est obligé de cacher à sa femme les raisons de ses très nombreuses absences, mesure de protection élémentaire pour son entourage.

Le récit commence avec son arrestation le 17 novembre 1943 et se présente comme une série de réminiscences du prisonnier. S’il ne regrette rien de ses combats (« Je n’ai pas tué des hommes, mais des fascistes qui voulaient nous asservir » (p. 70), il n’en éprouve pas moins l’angoisse de sa proche disparition, ce qui confère une touche particulièrement dramatique au livre, même s’il espère bien qu’il y aura réparation de sa mort : « Après nous, quand notre cause aura triomphé, quand les tortionnaires d’aujourd’hui siégeront sur le banc des accusés pour répondre de leurs crimes abjects, alors les vivants honoreront les mors d’hier. » (p. 64). Sur la fameuse Affiche, Celestino Alfonso figure au deuxième rang, sur la gauche, à côté de Marcel Rayman, juste au dessus de la figure de Missak Manouchian.

Ce court récit donne de la chair à ce héros, non pas seulement mort pour une seule nation, comme l’écrit l’auteur (« Ensemble et en soldats pour la France », p. 60), mais également pour une cause bien plus vaste, une société communiste internationale.

1De son vrai nom, ce poème, Strophes pour se souvenir, a été interprété aussi bien par Catherine Sauvage, Isabelle Aubret, Leny Escudéro, Marc Ogeret,… que par HK et les déserteurs, plus récemment.

2Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, chroniqué sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/5177

Alessandro Stella, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », 2016, 168 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alessandro Stella, chercheur au CNRS, est surtout connu pour son travail de thèse consacré à la révolte des Ciompi, dans la Florence du XIVe siècle1. Dans ce petit ouvrage, il revient sur son passé, celui d’un acteur des « Années 1968 » en Italie. Plus que d’une véritable étude historique, il s’agit d’un témoignage autobiographique, qui bénéficie de l’expérience de l’historien, sans pour autant chercher à livrer une analyse incontestable sur cette question (on n’y trouve quasiment aucune référence de documents d’époque, essentiellement des notes bibliographiques).

Son récit débute en 1979 par une tragédie, la mort de camarades dans l’explosion d’une bombe qu’ils préparaient, suivie par des arrestations et le suicide d’un autre compagnon. Alessandro Stella est alors contraint de passer dans la clandestinité, même si son groupe, distinct des Brigades rouges ou de Prima Linea, en cela que ses membres pratiquaient militantisme public et lutte armée en parallèle, n’était responsable d’aucun mort, sinon dans leurs propres rangs. Leur pratique, faite de vols de voitures, d’auto-financement, ne peut selon lui être comprise et donc jugée qu’en lien avec le contexte dans lequel elles ont eu lieu, analyse pour laquelle on reconnaît bien l’approche de l’historien.

C’est ce qui amène Alessandro Stella à effectuer un retour en arrière, vers la fin des années 1960, marquées par un état d’esprit puissamment contestataire et l’espoir d’un autre communisme (l’exemple d’Il Manifesto, dissidence du Parti communiste italien [PCI], est cité). Il prend surtout comme événement emblématique le 19 avril 1968, lorsque dans la province de Vicence, celle de sa famille, à Valdagno plus précisément, les ouvriers de l’usine textile Marzotto déboulonnent la statue du fondateur de l’entreprise et revendiquent la mise en place de conseils d’usines. C’est cette organisation par en bas, ces mobilisations diverses et générales, poussant vers des réformes de plus en plus radicales, qui constituent pour Alessandro Stella autant de germes de ce qui allait devenir l’Autonomie ouvrière. De parents enseignants, incarnant l’ascension sociale de la famille, et votant plutôt pour la démocratie-chrétienne, Alessandro Stella, né en 1956, a pu être influencé par leur sensibilité à la misère ; tous deux ont d’ailleurs témoigné à son égard d’une solidarité sans faille, malgré leurs désaccords. Il commence à militer à l’âge de quinze ans, d’abord contre l’autoritarisme du système éducatif. Sa culture se forge alors aussi bien par ses lectures que par la musique, dont l’importance cruciale est soulignée avec une grande justesse. Participant à des manifestations, des grèves, des distributions de tracts de toutes sortes, il adhère finalement au groupe Potere Operaio en 1971, après un bref passage dans les jeunesses du PCI. Mais en 1975, le groupe local se divise en deux : « Classe et parti » regroupe les militants les plus âgés, dans une optique plus théorique, plus intellectuelle, classiquement léniniste, tandis que l’autre branche à laquelle appartenait Alessandro Stella, baptisée « Collectif politique », s’avère plus jeune et plus motivée par des actions pratiques, plus unitaire également.

C’est dans ce contexte de radicalisation générale que la lutte armée devient une option naturelle. Pour expliquer ce « (…) son de tam-tam, de plus en plus fort et diffus, d’appel aux armes. » (p. 81), l’auteur effectue un très utile retour sur l’histoire récente de l’Italie, les occasions manquées de la Libération, génératrices de frustrations (ainsi de l’insurrection avortée de 1948), l’importance de la mémoire révolutionnaire et de certaines figures héroïques de lutte contre le fascisme, ainsi que le massacre de la piazza Fontana et la peur générée par le coup d’État chilien. Ce que l’on retient en particulier de ces analyses, c’est que la lutte armée n’est en aucune manière un phénomène extérieur et étranger aux mouvements de ces longues années 1968, mais au contraire sa prolongation, sa continuation sous d’autres formes. C’est là ce qui fait la singularité de la situation italienne, par rapport à la France, par exemple, où les luttes connaissent un reflux dès la seconde moitié des années 1970. En Italie, l’apogée du mouvement ouvrier et des conquêtes qu’il avait réussi à obtenir – l’échelle mobile des salaires, en particulier – se situe au mitan de la décennie, et dans la continuité de ce mouvement ascendant, l’Autonomie ouvrière, myriade de groupes décentralisés, avança des revendications plus poussées, telles les 35h de travail payées 40, le salaire garanti, ou le salaire domestique. Il y a là, également, un phénomène générationnel, selon les dires d’Alessandro Stella, un désir de révolution totale, qui passait, dans le cas de son groupe, par la consommation de stupéfiants, la pratique de l’amour libre, la mise en place d’une radio clandestine, les auto-réductions, les « rondes ouvrières » afin de lutter contre les heures supplémentaires du samedi, ou l’isolement d’un quartier afin d’y mener des actions symboliques. Ce mouvement multiforme connut une forme de climax en 1977, de par son activité tous azimuts et le soutien populaire dont il bénéficiait.

Dans l’exaspération des événements, leur dénouement en une course folle vers l’abîme, Alessandro Stella incrimine au premier chef la politique étatique de répression forcenée, s’exonérant des lois, pratiquant la torture et ce qu’il compare aux purges staliniennes dans le processus judiciaire, visant à extraire « (…) la « maladie » révolutionnaire » du corps social (p. 42). Mais il souligne également les responsabilités des médias et du Parti communiste italien, ligués également contre eux, ainsi que la trahison de bien des intellectuels « révolutionnaires », n’ayant pas osé aller jusqu’au bout de leurs analyses radicales. Sans oublier la dynamique propre que génère l’usage des armes et de la violence. Dans son cas personnel, après une période de clandestinité, il choisit l’exil2, d’abord en Amérique latine, puis, après la promesse d’un asile faite par François Mitterrand, en France, parmi les premiers Italiens à en bénéficier. Comme d’autres auteurs3, Alessandro Stella contribue par son témoignage à une meilleure appréhension et compréhension de ces « années de plomb », expression éminemment réductrice et intéressée ; loin d’une lecture au filtre « terroriste » ou complotiste, il démontre avec conviction la nature profondément politique de cette période (il évoque un « conflit social politico-militaire », p. 138). Cet amour de la vie, c’est toujours ce en quoi Alessandro Stella croit, même si cela s’incarne aujourd’hui, paradoxalement, avant tout dans des myriades d’autonomies individuelles, bien loin des élans collectifs autour d’un « pouvoir ouvrier ».

1Alessandro Stella, La Révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993.

2Il défend cette position contre ceux qui estiment que la solidarité exigeait de demeurer en Italie, en faisant, sans doute de manière légèrement exagérée, une manifestation de lutte collective, par les réseaux que cet exil impliquait et sollicitait.

3Voir l’article « Romans, lutte armée et terrorisme contemporain », à paraître dans le volume 16 de Dissidences.

Dominique Heinry (scénario), Henri Labbé (scénario), Alexis Robin (dessinateur), La poussière du plomb, Paris, Édition Delcourt, 2016, 218 pages, 23,95 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide gracieuse de Christian Beuvain)

Cette bande dessinée à trois voix est inspirée de « l’affaire Battisti ». Pour rappel, Cesare Battisti, auteurs de polars (Série noire, Le Masque entre autres), réfugié politique italien d’abord au Mexique puis en France, avait fuit son pays en s’évadant de prison, avant d’être de nouveau condamné par contumace pour quatre meurtres qu’il nie toujours.

Ce récit plonge donc le lecteur dans les débuts de l’« automne chaud » italien, en 1969. A Rome, un groupe de jeunes, dont les parents (au moins pour certains) sont militants communistes, s’engage dans un processus de radicalisation politique, dans le climat survolté d’un mai 68 de longue durée. Rapidement, ils ne se contentent plus d’utiliser le panel classique de l’action politique (manifestations, distributions de tracts…), mais songent à s’affronter plus sérieusement aux forces de répression et, plus largement, à l’appareil politique étatique dans son ensemble. Les affrontements sont de plus en plus violents, alors qu’apparaissent les premières organisations prônant la lutte armée. Pour Alberto, Marcello, Marco ou Anna, il n’est pas question de rejoindre les Brigades rouges ou d’autres organisations de lutte armée, avec lesquelles ils n’ont pas de contact direct. Il s’agit plutôt de se débrouiller avec les moyens du bord. Cela ne signifie pas pour autant que les problèmes organisationnels auxquels ils sont très rapidement confrontés ne sont pas identiques à ceux des autres organisations armées, notamment sur la façon de se procurer de l’argent pour militer de manière continue. C’est dans ce cadre qu’ils décident d’attaquer un fourgon bancaire. Affaire sans danger, selon les informations recueillies. Mais le braquage tourne mal et ils font usage de leurs armes. Leur destin alors bascule : entre emprisonnement, cavale à l’étranger (parcours clairement inspiré de celui de Cesare Battisti) ou repli, ils se retrouvent victimes d’une Histoire qui les dépasse et qui durera des décennies.

Dessiné dans les tons sépias, ce récit avait été initialement écrit pour servir de story-board à un long métrage. On en comprend mieux le découpage, très cinématographique, avec une multitude de cadrages et un récit rapide. Au lecteur de développer sa propre appréciation du style du dessin, qui ne semble pas vraiment à la hauteur du projet. Mais l’essentiel n’est peut-être pas là, mais dans la représentation désenchantée offerte par les auteurs de cette histoire, bien loin donc des lendemains qui chantent. Après d’autres vecteurs culturels (romans, films de fiction, poèmes, chansons), cette bande dessinée historique sur ces « Années de plomb » (qui donnent leur titre à l’album), permet d’approcher de manière très vivante les désillusions d’une génération de révolutionnaires qui a été finalement défaite et à qui l’Histoire (a) fait payer le prix fort pour avoir osé défier le système politique et l’État.

Jean-Gabriel Périot, Une jeunesse allemande, film documentaire, France/Allemagne/Suisse, scénario de Jean-Gabriel Périot, 93 mn, couleur, production Local Films et Blinker filmproduktion, sorti le 14 octobre 2015.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Tout commence par l’extrait d’une interview de Jean-Luc Godard où il est question de réaliser des images en Allemagne, sur la possibilité de filmer en Allemagne. Ce film, dont sont extraites les quelques images, n’est pas référencé (il l’est cependant dans le générique final). Le spectateur le comprend immédiatement, c’est sous le patronage du cinéma (incarné par la voix si identifiable de l’auteur de La Chinoise) que s’ouvre Une jeunesse allemande. Cette jeunesse allemande dont il est question dans le titre du film, c’est celle qui au début des années 60 ne s’identifie plus à la jeunesse de ses pères. Ces derniers sont illustrés par un extrait d’actualité de la fin de la période nazie où Adolf Hitler tapote la joue d’un adolescent des Jeunesses hitlériennes qui mourra quelques jours plus tard lors de l’assaut final de Berlin par les troupes soviétiques et une scène, très connue, de liesse, où une foule estudiantine jette des livres dans un immense feu pour un autodafé géant. Ces pères, qui ont soutenu, applaudi, au pire, obéi, au moins durant ce IIIe Reich, dont la fin est si proche. Cette jeunesse allemande se radicalise alors contre ce passé nazi, contre la société de consommation, contre l’impérialisme, contre la guerre du Vietnam. Cette jeunesse allemande a nom Ulrike Marie Meinhof, Andreas Baader, Holger Meins, Gudrun Ensslin, Horst Malher, Jan-Carl Raspe… Plusieurs d’entre eux sont étudiants en cinéma à l’Institut du cinéma allemand de l’Université Libre de Berlin. D’autres, Ulrike Meinhof ou Horst Malher par exemple, sont engagés dans le journalisme radical, rédactrice à Konkret pour la première ou avocat, fondateur du collectif des avocats socialistes de Berlin pour le second. Ces apprentis cinéastes s’essaient à l’usage de l’art visuel pour défendre leurs positions politiques.

Jusqu’à ce jour, personne n’avait songé à utiliser ce fantastique matériau, constitué par les rushs des films d’exercice dans le cadre de leur formation, pour raconter l’histoire de leur engagement politique. C’est précisément là que réside l’intérêt premier, archéologique du film de Jean- Gabriel Périot. A ces extraits de films, souvent inaboutis ou inachevés, se mêlent des extraits d’émissions de télévision. On y a apprend ainsi que Ulrike Meinhof était l’invitée régulière d’émissions de débats intellectuels jusqu’à la fin des années 60, distillant ses analyses à contre-courant, radicales, à un public dépassant largement celui du lectorat du magazine Konkret. Avant de pratiquer l’exercice de la lutte armée, c’est par l’image que la violence est mise en œuvre, au fil des réalisations des uns et des autres. Ces films d’école mêlent une dénonciation sans nuance de la « presse de caniveau » (illustratif apparaît à cet égard le film consacré au Bild, le journal le plus populaire d’Allemagne) ou les acteurs miment l’usage des armes pour s’attaquer aux pouvoirs établis. Puis le film bascule, car soudain, après 68 et la fin de la la période de grande coalition SPD-CDU, c’est à travers les reportages télévisuels que se scelle le destin du groupe Baader-Meinhof, passé à la clandestinité et à la lutte armée. L’évocation des bombes contre les bases étatsuniennes en Allemagne, contre les diverses institutions, puis l’exécution de Hans-Martin Schleyer, le dirigeant du patronat allemand, kidnappé auparavant, rappellent la violence et la dureté de la guerre privative à laquelle s’est adonnée la Fraction Armée Rouge (RAF en allemand). Les réactions du SPD (Helmut Schmidt est alors chancelier), sur l’usage de la violence légitime, celle de l’État, contre les « anarchistes criminels », s’expriment sans retenue. Celles d’Helmut Kohl, dirigeant de la CDU ou de Franz-Joseph Strauss de la CSU, expriment encore plus violemment leur absolue détestation des « criminels destructeurs ». Après le détournement d’un avion à Mogadiscio, dont l’échec scelle le sort des prisonniers de la RAF, c’est l’impasse politique totale pour Baader, Meinhof et leurs camarades de cellule. Le film se conclut par un extrait de L’Allemagne en automne, film collectif (1977) auquel ont participé les principaux cinéastes engagés de la période (Alexander Kluge, Volker Schlöndorff, Rainer Werner Fassbinder…). En contrepoint de l’annonce du suicide de Meinhof et Baader au journal télévisé, Fassbinder, nu, téléphone à un correspondant anonyme, au milieu de la nuit pour lui annoncer la nouvelle et l’expression de ses doutes sur la véritable nature du suicide. Puis, dans la scène suivante, c’est le dialogue entre Fassbinder et sa mère, social-démocrate de tout temps, qui illustre la rupture entre ces intellectuels radicaux et l’opinion publique du pays.

Ouvert sous les auspices de Jean-Luc Godard, le film se clôt par l’approche crépusculaire portée par Fassbinder. Pas tout à fait cependant, car une ultime scène montre une femme, coiffée d’un chapeau de paille (chapeau vietnamien, référence aux combattants vietcongs ?) distribuant des tracts devant l’entrée d’une entreprise, tandis que la voix off de Ulrike Meinhof rappelle la volonté de fusionner l’avant-garde politique avec les masses. Le spectateur peut-il y percevoir le fil qui unit cette jeunesse allemande d’il y a un demi-siècle désormais à celle d’aujourd’hui ?

De ce point de vue, Une jeunesse allemande ne se présenterait pas alors comme un film sur la nostalgie des combats perdus et de l’impasse politique que représente le terrorisme, mais bien une œuvre appelant à la réflexion sur les moyens de continuer l’entreprise de transformation du monde, à laquelle avait commencé de s’atteler cette jeunesse allemande des années 70′.

Sumanta Banerjee, Dans le sillage de Naxalbari (In the Wake of Naxalbari), Louvain-la-Neuve, Academia – L’Harmattan, 2015 (éditions originales en 2008-2009), 306 pages, 32 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La bibliographie consacrée au mouvement naxaliste en France est pour le moins succincte : en dehors de quelques articles, il n’existait jusqu’à présent qu’un unique ouvrage, traduit, de Prakash Singh, Histoire du naxalisme. Jacqueries et guérillas de l’Inde (1967-2003), édité par Les Nuits Rouges en 2003. Il faudra désormais tenir compte également de l’approche de Sumanta Banerjee. En effet, là où Singh offrait la vision synthétique d’un ancien membre de la police, Sumanta Banerjee propose celle d’un journaliste qui fut partie prenante de la lutte armée des naxalistes, plusieurs années durant au milieu des années 1970. Son témoignage, paru initialement en 1980, a été réédité à la fin des années 2000, enrichi d’une postface. Toutefois, la traduction qui nous est proposée ici, parfois légèrement discutable, est amputée de plusieurs chapitres (les 3e, 5e, 6e et 7e), mis à disposition des lecteurs, avec d’autres documents supplémentaires1. Autre lacune de cette édition (et du site sus-cité), l’absence totale de cartes détaillées, qui auraient pour le moins été nécessaires à tous ceux qui ne sont pas familiers de la géographie de l’Union indienne (autrement dit l’essentiel du lectorat).

Le récit se concentre sur la période 1967-1972, avec, il faut le dire, une masse considérable de faits, couplée à un engagement marxiste-léniniste sensible (l’auteur s’exprime de l’intérieur, en totale empathie, et analyse le gouvernement d’Indira Gandhi au milieu des années 1970 comme « fasciste »…). Si mai 1967 reste la date du soulèvement du village de Naxalbari, dans l’État du Bengale occidental, mené par des militants communistes, l’auteur brosse un long tableau du contexte social de cette révolte. Il présente ainsi l’état de la paysannerie la plus pauvre, dépourvue de terres, souvent endettée et devant en outre subir les humiliations liées au système de castes, à qui ni les réformes agraires gouvernementales, contournées, ni la révolution verte, seulement accessible à une minorité aisée, n’ont apporté d’améliorations de sa situation. Sumanta Banerjee retrace également l’historique des révoltes paysannes depuis le XIXe siècle et les débuts de la colonisation britannique (révoltes dans lesquelles il distingue des anticipations de la guérilla maoïste), insistant donc, a contrario d’un Gandhi, sur la conflictualité inhérente à la structure sociale indienne, loin de tout désir de réconciliation. Le soulèvement de Naxalbari inaugure donc une nouvelle période de lutte, matérialisée politiquement par la fondation, deux ans plus tard, du Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste), ou CPI (ML), issu pour l’essentiel du Parti communiste d’Inde (marxiste2), dont le dirigeant le plus important est alors Charu Mazumdar (1918-1972). Son objectif est de mener à bien une « révolution démocratique populaire » par l’encerclement des villes à partir des campagnes, dont la force de frappe réside dans les paysans pauvres et sans terres, contre un État jugé à la solde des propriétaires fonciers. L’Inde est en effet vue comme une semi colonie, sous la coupe de l’impérialisme étatsunien et du social-impérialisme soviétique. La classe ouvrière, dans cette analyse, doit bien à terme diriger cette lutte, mais seulement après avoir été débarrassée de son « économisme » ; quant à la petite bourgeoisie et aux étudiants, ils peuvent être des alliés dans le combat contre la bourgeoisie compradore3.

L’événement fondateur de 1967, intervenu dans un contexte de victoire électorale au Bengale occidental d’un front uni incluant le Parti communiste d’Inde (marxiste) et d’absence de changement radical immédiat quant à la situation agraire, fut suivi d’une importante répression. Toutefois, la poursuite de la lutte armée dans les campagnes s’accompagna, à compter de la fin des années 1960, d’une véritable révolte étudiante à Calcutta, dirigée contre un enseignement supérieur jugé fidèle au colonialisme, et qui se manifesta entre autres par une forme d’iconoclasme (l’auteur trace pour sa part un parallèle avec la révolution culturelle chinoise). Le Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) met à profit cette radicalisation, et lance en 1970 des campagnes d’exécutions de policiers dans la métropole, que Sumanta Banerjee justifie en invoquant le lourd passif des forces de sécurité (tributaires elles aussi de l’héritage du colonialisme). Dès lors, lutte armée et répression étatique ne cessent de s’accentuer, les naxalites combinant assassinats ciblés, vols d’armes à feu et évasions de prisonniers, allant même jusqu’à supprimer des militants du Parti communiste d’Inde (marxiste) en 1971, à l’occasion des législatives de l’État. L’absence de soutien large de la population urbaine à la lutte armée, et spécialement des classes moyennes, ainsi que les succès de la répression dans les autres régions où le combat s’était étendu, affaiblit un mouvement confronté également à des divergences internes. Charu Mazumdar se voit en effet reprocher, à la fois par d’autres dirigeants et par le Parti communiste chinois, d’avoir parié sur une situation révolutionnaire étendue à l’Inde toute entière, d’avoir trop exclusivement misé sur la tactique des exécutions (dite d’anéantissement) au détriment d’un travail en direction d’organisations de masse ou sous forme de comités révolutionnaires.

La situation géopolitique de 1971, qui voit le Pakistan oriental (futur Bangladesh) entamer une sécession que le Pakistan s’efforce d’écraser, accentue les divergences internes au Parti jusqu’à la scission, entre Charu Mazumdar, qui veut pousser les feux de la guérilla en luttant contre le Pakistan afin d’aboutir à une situation de guerre généralisée comme au Vietnam, et ses opposants, préférant développer les mouvements de masse et se ranger (comme la position de l’État chinois) aux côtés du Pakistan. Sumanta Banerjee évoque d’ailleurs longuement les derniers écrits de Charu Mazumdar, signes d’un retour critique et d’une évolution de sa réflexion stratégique. Son arrestation puis sa mort à l’été 1972 sont toutefois le symbole d’un échec du mouvement, dont pas moins de 32 000 membres sont en prison en 1973. L’auteur insiste alors sur ce qu’il diagnostique comme les causes de cet échec de la lutte armée naxalite : l’absence de passage à une véritable armée populaire par manque de recrutement et la priorité accordée au travail politique plus qu’aux aspects proprement militaires ; la confiance excessive en la spontanéité des masses ; le manque d’une stratégie ouvrière urbaine spécifique, lié à la centralité abusive du monde rural ; la sous-estimation des forces de l’ordre, au sein desquelles aucun travail interne ne fut d’ailleurs mené (alors que leur composition sociale y invitait) ; le culte de la personnalité entretenu autour de la figure de Charu Mazumdar, enfin. Ultérieurement, la lutte armée s’est tout de même poursuivie, particulièrement dans les États du Bihar et du Télangana, tout comme l’éclatement du Parti communiste de l’Inde (marxiste-léniniste) en une multitude d’organisations. Sumanta Banerjee ne manque pas, d’ailleurs, de mettre en cause l’attitude de certaines d’entre-elles, ayant adopté le positionnement de la Chine de Deng Xiaoping faisant de l’URSS l’ennemi prioritaire, et prêtes à former des fronts uniques avec les partisans des États-Unis…

La postface, qui a donc été rédigée pour la nouvelle édition du livre, évoque les presque trente ans écoulés depuis, la complexité de l’évolution organisationnelle du mouvement s’étant encore accrue. Deux organisations principales se dégagent néanmoins : d’un côté, le Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) Libération, partisan d’une lutte légale et acteur électoral, de l’autre le Parti communiste d’Inde (maoïste), fidèle à la lutte armée traditionnelle. Sumanta Banerjee évoque même un rapport officiel commandité par le gouvernement en 2008, qui conclut (entre autres) aux réalisations indéniablement positives du mouvement naxalite, ce qui lui permet d’espérer un dialogue, une négociation entre la guérilla et le gouvernement, un gouvernement qui ferait le choix du radicalisme, ce qui semble pour le moins extrêmement hypothétique… Une chose est sûre : cet ouvrage, en dépit de ses limites, est un élément désormais incontournable de l’approche du naxalisme en langue française, en attendant d’éventuelles nouvelles traductions d’une bibliographie anglo-saxonne autrement plus abondante.

2Ce dernier étant lui-même la résultante d’une scission du Parti communiste d’Inde originel en 1964, séparant partisans de l’URSS et partisans de la Chine maoïste.

3Se dit d’une bourgeoisie inféodée aux intérêts du capitalisme étranger. Ce type de bourgeoisie, au contraire de celle des pays européens des XVIIIe et XIXe siècles, ne peut avoir de rôle positif et dynamique dans le développement. Ce terme était usité dans les analyses marxistes des années 1960-70 par Paul Baran ou Samir Amin, entre autres.

Fanny Bugnon, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot-Rivages, collection « Bibliothèque historique Payot », 2015, 240 pages, 21 €.

Un compte rendu et un entretien de Jean-Guillaume Lanuque

Sur les groupes ayant appliqué une forme de lutte armée souvent qualifiée de terroriste en Europe dans la seconde moitié du XXe siècle, mis à part des témoignages (surtout sur le cas italien1), les études existent, mais sont souvent rares en français : outre le premier volume de notre collection Dissidences (et ses compléments en ligne) et les travaux pionniers d’Isabelle Sommier, on peut citer l’ouvrage d’Anne Steiner et Loïc Debray2, et celui dirigé par Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonnucci3. Fanny Bugnon4, pour sa part, a choisi de mener une thèse consacrée à un angle bien spécifique, celui des femmes membres de deux de ces organisations, la Fraction armée rouge allemande et Action directe. L’objectif étant à la fois de « penser la violence politique des femmes » (p. 14) et de comprendre « la fabrique des femmes terroristes » (p. 19), en mettant largement à profit les sources journalistiques.

Le grand intérêt de ce travail, c’est en effet de décrypter la perception médiatique des femmes combattantes de ces deux groupes, qui déclinent plusieurs thématiques particulières. Il y a d’abord, avec les actions initiales de la RAF, l’idée d’un phénomène d’origine étrangère, et plus particulièrement allemand, irréductible à la situation française, avec la réutilisation de stéréotypes (la réactivation de la violence nazie, ou la froideur germanique). Mais la dominante majeure de l’analyse des journaux retenus, c’est une forme de malaise à l’égard de ce qui est perçu comme une transgression des rôles sexués. Dans un contexte qui voit concomitamment les femmes accéder à des fonctions dans l’armée et la police, les militantes armées politiques sont jugées plus dures que les hommes, plus coupables également5. Sont alors réactivées des images ancrées dans la culture dominante, celle d’un déséquilibre psychologique (qui peut être lié au refus d’être mère), mais également celle de séductrices, de produits d’une libération – jugée débridée – des mœurs dans ces années 1968 (même si cette image de séductrice relève clairement de la longue durée des mentalités collectives). Ce qui ressort de ce tableau, c’est une forme appuyée de dépolitisation, un refus apparent de prendre en compte les écrits et les déclarations politiques et argumentées de ces femmes, qui sont de la sorte totalement minorées. Fanny Bugnon s’intéresse également aux figures mythiques qui sont reprises à cette occasion, celle des amazones qui ont donné leur titre au livre, mais également celle des furies, par exemple ; on reste toutefois en partie insatisfaits, cette déclinaison de l’étude manquant en grande partie d’analyses approfondies6.

Le choix de mener une étude parallèle de la RAF et d’AD manque par ailleurs de justifications, car même si les deux organisations connaissent un rapprochement marqué au milieu des années 1980, il aurait sans doute été fertile de prendre également en compte les Brigades rouges italiennes, voire l’ETA ou l’Armée rouge japonaise… A condition, bien sûr, de disposer de davantage de temps de recherche. Autre limite, et non des moindres, une tendance à parfois laisser croire à une sur-interprétation des faits7. C’est ce qui rend certaines parties plus fragiles, comme celles évoquant le modèle de l’amoureuse déçue chez les militantes8 (d’autant qu’il y a derrière réalité ou tactique judiciaire). Une citation isolée ne suffit pas toujours à convaincre d’un état d’esprit général, et il aurait été pertinent de prendre davantage d’exemples dans un corpus de 3 000 articles de presse, tout comme il aurait été utile de disposer d’une comparaison détaillée avec le traitement dévolu aux hommes des deux organisations. Il est à ce titre dommage qu’une thèse que l’on imagine copieuse ne fasse l’objet que d’une transposition visiblement très abrégée, au risque de perdre de sa force de conviction9.

Entretien : Cinq questions à… Fanny Bugnon10

  1. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont conduite au choix de votre sujet de thèse ?

Dès mes premiers travaux de recherche, je me suis intéressée à l’histoire des femmes et des marges politiques, ainsi qu’aux formes de régulation sociale afférentes : les Repopulateurs comme forme d’antiféminisme au sortir de la Première Guerre mondiale qui débouche sur la législation de 1920 et 1923 réprimant l’avortement et la « propagande anticonceptionnelle » (mémoire de maîtrise) ; l’affaire Germaine Berton, du nom de cette militante anarchiste qui assassine en 1923 Marius Plateau, responsable de l’Action française et des Camelots du Roi et dont le procès s’achève sur un acquittement (mémoire de DEA). Au cours de mes lectures, il est ressorti que la criminalité politique des femmes au XXe siècle constituait un sujet mal connu. C’est à la faveur de ce constat que j’ai décidé de poursuivre mon travail de thèse sur ce sujet, en me concentrant sur la période de l’après-68, marquée par la réactivation de la violence révolutionnaire dans les démocraties occidentales, et la participation remarquable et remarquée de femmes dans les rangs de ces groupes. En raison de l’inaccessibilité des archives de police et de justice, j’ai choisi d’analyser la médiatisation française de la violence politique à travers la fabrique du « terrorisme » comme catégorie médiatique.

  1. Pourquoi vous être uniquement concentrée sur la RAF et Action directe, sans prendre également en compte d’autres groupes armés contemporains, comme les Brigades rouges, l’Armée rouge japonaise ou ETA ?

Mon idée de départ était de travailler sur les militantes des organisations révolutionnaires violentes de l’après-68 dans les démocraties occidentales qui ont en commun de compter un nombre significatif de femmes dans leurs rangs. Le constat de la rareté de la bibliographie sur le sujet, et surtout sur l’histoire de la violence politique en France – notamment dans le cas d’Action directe (1979-1987) –, m’a conduit à redéfinir mon sujet pour retracer l’histoire de la violence révolutionnaire dans le dernier tiers du XXe siècle, en prenant en compte non seulement la période d’activité des organisations, mais également leur démantèlement et leurs procès. Il a donc fallu recentrer la focale. J’ai choisi de me concentrer sur la France et l’Allemagne (RFA) pour deux principales raisons : la violence révolutionnaire outre-Rhin joue un rôle de miroir déformant dans la perception de la violence révolutionnaire en France en mobilisant les stéréotypes nationaux et le passé commun entre les deux pays (l’Allemagne fait également l’objet d’une plus grande attention de la part de la presse française, indépendamment de l’intensité du phénomène en Italie, au Japon ou en Espagne) ; les principales organisations allemande (la Fraction armée rouge – RAF) et française (Action directe) ont en outre annoncé leur fusion en janvier 1985 au nom de l’unité des révolutionnaires en Europe de l’Ouest et ont mené ensemble des attentats anti-impérialistes contre des cibles militaires de l’OTAN.

  1. La version publiée de votre thèse semble très réduite par rapport à la thèse elle-même : comment ce choix a-t-il émergé avec l’éditeur ?

On m’a souvent fait remarquer que ma thèse en comportait en réalité deux : l’une sur l’histoire de la violence révolutionnaire en France et en Allemagne, l’autre sur la fabrique de la catégorie « femmes terroristes ». Après discussion avec mon éditeur, il a été décidé que la version (très) remaniée de ma thèse se concentrerait sur la deuxième, qui était mon sujet de départ et qui constitue un angle mort de l’historiographie.

  1. Songez-vous d’ailleurs à un élargissement géographique ou même historique de votre angle de recherche ?

Pour l’heure, je ne souhaite plus travailler sur la violence politique. Bien des questions restent cependant à étudier, et il serait notamment intéressant de mener une analyse comparée des militantes des organisations révolutionnaires et des organisations nationalistes, dans les processus de décolonisation, mais également du côté des mouvements séparatistes, à la fois sur le plan de leur trajectoire biographique et militante, de leur visibilité dans les organisations armées et de la médiatisation dont elles sont l’objet.

  1. Quels sont actuellement les travaux auxquels vous vous consacrez ? Des publications sont-elles d’ores et déjà prévues ?

A la faveur d’un postdoctorat, j’ai poursuivi mes recherches sur une autre forme de marginalité politique féminine illégale : les femmes élues en France avant d’en avoir le droit (en 1944), c’est-à-dire les femmes élues sur des listes municipales communistes à partir de 1925, sur consigne du Secrétariat féminin de l’Internationale communiste. Cette question met en rivalité communistes et féministes autour de l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Je me suis tout particulièrement intéressée au cas de Douarnenez, première municipalité française à porter à sa tête un maire communiste en 1921, et à élire une femme, Joséphine Pencalet, ouvrière des conserveries de poisson de 38 ans, en 1925, et aux débats internes au PCF sur l’opportunité ou non de présenter des candidatures féminines qui seront in fine invalidées par la justice administrative. J’en ai notamment tiré un article pour Vingtième siècle11 et ai participé à un documentaire consacré à cette pionnière (la présentation est en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=f2VQbiiUW38 ).

1Par exemple le livre d’un des créateurs des Brigades rouges, Mario Moretti, Brigate Rosse, Paris, Amsterdam, 2010.

2Anne Steiner, Loïc Debray, RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, L’échappée, 2006, chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1542

3Marc Lazar, Marie-Anne Matard-Bonnucci (dir.), L’Italie des années de plomb, Paris, Autrement, 2010.

4Fanny Bugnon avait publié un article dans le volume 13 de Dissidences, « Venger Pierre Overney ? Controverse autour d’un mot d’ordre. ».

5Sur ce point, des comparaisons avec des femmes criminelles, de l’époque ou plus anciennes, se seraient sans doute révélées intéressantes.

6Pourquoi les furies antiques plutôt que Médée, par exemple, personnage pourtant oh combien riche et incarnant une forme repoussante de la femme pour bien des hommes ?

7Ainsi, l’assassinat de Georges Besse ne fut pas seulement un choc du fait que les responsables étaient deux femmes (p. 72), mais également de par le statut de la victime celui d’un patron, d’un non combattant, contrairement au général Audran. De même, dans les figures mythiques invoquées, celle des sorcières ou des pétroleuses ne sont appuyées que sur une occurrence des sources chacune, tout comme le thème de la masculinisation / desexualisation de ces femmes militantes (p. 157-158). Enfin, le lien explicitement fait entre le mouvement féministe et l’engagement radical de ces femmes, avec l’exemple de la mort de Georges Besse, ne se trouve ici que sous la plume de Ménie Grégoire.

8Deux exemples seulement sont convoqués, ceux de Frédérique Germain et de Paula Jacques, toutes deux de la nébuleuse d’Action directe.

9Un détail iconographique est également légèrement gênant : le fait que les photographies de femmes retenues pour figurer en couverture et sur la quatrième ne soient à aucun endroit explicitées.

10Entretien réalisé par courriel le 2 septembre 2015.

11Fanny Bugnon, « De l’usine au Conseil d’État. L’élection de Joséphine Pencalet à Douarnenez (1925) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 125, 2015/1, p. 32-44.

Dimitris Livieratos, L’Usine invisible de la révolution algérienne. Mémoires d’un trotskiste grec, Athènes, Asini, 2012, 146 pages, préface de Sylvain Pattieu, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De prime abord, cette publication semble idoine pour interpeller tous ceux que l’histoire du mouvement trotskyste, et particulièrement de ses liens avec la lutte anticolonialiste, intéresse. D’autant que les parutions en grec n’ont que rarement été traduites en français : en dehors des Mémoires d’Agis Stinas, publiées en 1990 par les éditions La Brèche de la LCR, on attend toujours des traductions concernant, par exemple, Michel Raptis (alias Pablo), comme son autobiographie, parue en 1996.

Malheureusement, ce témoignage est décevant à bien des égards. Il y a d’abord la question de sa date de publication : les pages de Dimitris Livieratos ont semble-t-il été rédigées au milieu des années 1960, et on aurait aimé comprendre pourquoi il a fallu attendre presque 50 ans avant de les découvrir ; de même, la préface de Sylvain Pattieu est datée de 2004, et on ne peut que s’interroger sur le hiatus qu’il y a alors avec l’édition définitive du livre… Mais le problème central de l’ouvrage tient à son appareil critique largement déficient. Aucune notice biographique de l’auteur n’est fournie, la bibliographie est lacunaire (l’étude de référence de Sylvain Pattieu1 n’y apparait même pas !), et le corps du texte manque cruellement de notes explicatives. Il faut dire que le témoignage de Dimitris Livieratos se décline sur un mode non linéaire, usant des flash-back, estompant en partie la chronologie, demeurant souvent très allusif, introduisant de temps à autre des développements plus généraux (sur l’habileté d’un Lyautey dans l’exercice de la domination coloniale, par exemple), et citant exclusivement des pseudonymes dans ses nombreux portraits (Pablo y est Gab, et le FLN devient l’Organisation). Autant d’éléments évoquant davantage un roman policier, et qui auraient de ce fait nécessité un traitement particulier.

De ces considérations sur une forme pratique d’« internationalisme industriel », pour reprendre l’expression utilisée par Sylvain Pattieu, la mise en place à la fin des années 1950 par la IVe Internationale officielle d’une usine de fabrication de pistolets mitrailleurs au Maroc destinée à fournir les combattants de l’ALN, plusieurs éléments sont à retenir. Ils tournent tous autour des relations humaines, souvent tumultueuses et conflictuelles au sein du microcosme de l’usine – environ 150 ouvriers et gardes. Les dissensions concernent d’ailleurs aussi bien les militants étrangers entre eux (recoupant les origines de chacun, Latino-américains contre Européens, par exemple, ou des divergences à propos de la révolution coloniale2), les Algériens entre eux (de souche ou issus de l’immigration européenne, engagés de la première heure ou recrues plus récentes, prolétaires ou partisans, ces derniers étant généralement des musulmans pratiquants) que les étrangers vis-à-vis des Algériens, autour de la discipline ouvrière plus intégrée chez les premiers, plus lâche chez les seconds. Les conséquences sur le fonctionnement de l’usine sont réelles, un fonctionnement qui semble osciller entre souci démocratique (les réunions en assemblée générale, souvent fort longues, la pluralité des noyaux de pouvoir révélateur d’un pluralisme interne au FLN, tout au moins à cette échelle) et efficacité autoritaire, plus ou moins bien acceptée, et où la confusion entre politique et technique semble constituer un réel danger. Il y a également les difficultés pratiques de la mise en chantier de la fabrication, des risques de corruption personnelle induits par les sommes d’argent nécessaires à l’achat de fournitures en Europe, et par là de valorisation individuelle au détriment du collectif.

De ce point de vue, celui d’une révolution vécue dans la pratique et non seulement dans la théorie3, le témoignage de Dimitris Livieratos est utile et a probablement valeur générale, davantage que ses considérations plus conjoncturelles, en particulier son admiration vis-à-vis de l’Afrique du nord et des colonisés révoltés qui va de pair avec une étonnante inclinaison vers la simplicité paysanne comparativement à la corruption urbaine… Néanmoins, on peut penser qu’une nouvelle édition de ce document, dûment contextualisé et doté d’un appareil critique et historiographique conséquent, serait plus utile aux chercheurs ainsi qu’à tous ceux passionnés par les connexions internationalistes du combat algérien.

1 Les Camarades des frères : trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie, Paris, Syllepse, 2002.

2Les Anglais présents considérant, à rebours des positions majoritaires de la IVe Internationale, que la libération des colonies britanniques interviendrait par une révolution dans la métropole elle-même, jugée donc prioritaire.

3« Ainsi vont les choses : dès que l’individu est touché par la révolution dans sa vie matérielle et idéologique même, dans son éthique profonde, les doutes apparaissent. » (p. 56). 

Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, 96 pages, 17,95 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Sur la tristement célèbre Affiche rouge que les nazis apposent sur les murs de Paris pour dénoncer le caractère étranger de l’« armée du crime » – puisque c’est ainsi qu’ils qualifient la résistance communiste organisée par les FTP-MOI [Francs-tireurs partisans-Main d’œuvre immigrée] – Marcel Rayman figure juste au dessus, à gauche, du chef du groupe, Missak Manouchian. La photo du résistant est affublée d’une cartouche indiquant : « Rayman, juif polonais, 13 attentats ». Cette bande dessinée se propose d’évoquer la figure d’un de ces étrangers magnifié dans de fameuses Strophes pour se souvenir, celles du poème d’Aragon (1955) plus couramment appelé L’Affiche rouge, mis en musique par Léo Ferré (1959) puis Catherine Sauvage, Monique Morelli, Leni Escudero et plus récemment Bernard Lavilliers.

La famille de Pierre Rayman, d’origine polonaise, émigre en France pour fuir les conditions de vie faites aux juifs, pensant trouver dans la France le pays des droits de l’homme. Pourtant, ce sont bien les autorités dudit pays qui déportent le père à Drancy, avant la déportation et la mort à Auschwitz, sort que subissent également Anna Rayman, sa mère ainsi que Joseph, Hélène et Régine Peltin, oncle et tante de Marcel Rayman. Seul son frère, Simon Rayman, déporté à Buchenwald, survivra à la guerre. Celui-ci n’avait pas attendu le déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique en juillet 1941 pour distribuer de la propagande antifasciste. Car ce qui anime les frères Rayman, c’est tout autant la défense de la terre des droits de l’homme et de 1789 que la lutte contre le capitalisme dans sa version nazie. Après avoir pris contact avec la résistance communiste, Marcel plonge dans la clandestinité et la lutte armée : sabotages, attentats, exécution de traîtres ou d’officiers allemands (dont le général SS Julius Ritter, le responsable du Service du travail obligatoire (STO), etc. Dans son combat, il est trahi par une amie d’enfance, qui livre la totalité du réseau à la police française. Avec ses camarades, ceux qui figurent sur l’Affiche rouge, il est torturé puis fusillé. Marcel Rayman avait vingt ans. Parmi ses 24 camarades fusillés en même temps que lui, on compte trois Français. Ils ne figureront pas sur l’Affiche, afin de renforcer l’effet propagandiste sur un « complot international judéo-bolchevique » voulu par les forces nazies d’occupation.

Très bien documentée et de bonne facture graphique cette bande dessinée s’inscrit dans la longue liste des adaptations, films (L’Affiche rouge de Frank Cassenti, 1976, où M. Rayman est interprété par Pierre Clémenti, L’Armée du crime de Robert Guédigian, 2009, Robinson Stevenin jouant M. Rayman) ou romans (dont les récents Le tombeau de Tommy, de Raymond Blottière, centré lui sur Thomas Elek et Missak, de Didier Daeninckx, tous deux de 2009) qui racontent, chacun à leur manière, cette épopée résistante et anti-fasciste, dont la mémoire et l’histoire restent (et doivent rester) vivaces.

Jean-Claude Duhourcq, Antoine Madrigal, Mouvement ibérique de libération. Mémoires de rebelles, Toulouse, Éditions CRAS, 2007, 384 pages, 18 €, Tiburcio Ariza, François Coudray, Les GARI. Groupes d’action révolutionnaires internationalistes. 1974. La solidarité en actes-Enlèvement du banquier Suarez …, Toulouse, Éditions CRAS, 2013, 296 pages, 18 €.

Sur un moment particulier d’une histoire oubliée. Gauche communiste, conseillisme, autonomie libertaire, Espagne/France, Années 70′.

 

Le 2 mars 1974, Salvador Puig Antich, un membre de l’organisation révolutionnaire dite MIL [Movimiento Iberico de Liberacion] ou 1000, est exécuté par le pouvoir franquiste. Le 3 mai 1974, soit quasiment deux mois après, Angel Baltasar Suazez, directeur de la Banque de Bilbao à Paris, est enlevé à Neuilly-sur-Seine, action revendiquée par les GARI [Groupes d’action révolutionnaires internationalistes], un groupe qui exige la libération des prisonniers de l’ex-MIL. Ces deux événements, la mort d’un révolutionnaire et l’enlèvement d’un banquier, sont très médiatisés, en eux-mêmes et par les répercussions (manifestations, campagnes de solidarités, création de comités, débats dans tout ce que l’extrême et l’ultra gauche comptent de groupes structurés ou informels, etc.) qu’ils entraînent en France et en Espagne. Mais cette exposition médiatique véhicule, comme l’on s’en doute, plus de fantasmes, de peurs savamment agitées, de contre-vérités, d’omissions préméditées que d’objectivité. Les représentations mentales des uns et des autres occultent non pas la vérité mais la stricte historicité de l’événement.

Ces deux ouvrages parus sous les auspices du CRAS et rédigés par des militants ont donc pour objectif, non pas de livrer une analyse historique distanciée et problématisée, mais bien de proposer, aussi bien en ce qui concerne le MIL que les GARI, une compilation de faits, à travers de nombreux entretiens et de témoignages d’acteurs de cette époque (pour le MIL) ainsi que de nombreux documents, avec une chronologie détaillée des événements (pour les GARI)1. Cette franchise et cette modestie2 sont à remarquer, d’autant plus que d’autres auteurs de livres récents sur l’extrême gauche en sont, hélas, dépourvus3.

Dans une Espagne corsetée par le régime franquiste, l’économie se modernise dans les années soixante grâce aux capitaux étrangers, le « boom » touristique étant une illustration et une vitrine de ce phénomène. Aussi bien dans de petits milieux plus ou moins estudiantins – où les groupes radicaux, tels les Acratas de Madrid4, se créent, se défont, scissionnent – que dans le monde ouvrier – où des courants hostiles au communisme orthodoxe tentent d’acquérir une action autonome dans des usines –, l’effervescence révolutionnaire gagne du terrain en Espagne, et particulièrement à Barcelone et dans sa région. Elle est à l’unisson du formidable mouvement de contestation/rupture qui touche de larges secteurs des principales sociétés industrielles mondiales. Dans ce contexte, il est difficile de dater avec précision la fondation du MIL, organisation non structurée et plutôt inclassable. On peut néanmoins avancer qu’entre 1968 et 1970, insatisfaits des voies traditionnelles anarchistes ou communistes, qu’ils ont fréquenté, mais vite laissé de côté, dans leur prime jeunesse (dans ces années-là, la conscience politique radicale pouvait s’emparer d’adolescents dès leurs 15 ans ), un certain nombre de militants (re)découvrent les textes de l’ultra gauche (Pannekoek, Gorter entre autres) anti-léniniste, ainsi que les analyses plus récentes, actuelles, de l’Internationale situationniste (IS). Des rencontres et des échanges de textes, à Paris, avec Raoul Vaneigem, pour l’IS, ou avec Jean Barrot [Gilles Dauvé] pour le pôle de regroupement de l’ultra gauche qu’était alors la librairie/collectif La Vieille taupe ancrent certains militants (Amigo Santi Soler « El Petit » ou Ignacio Solé Sugranyes « Montes ») dans un milieu qui produit peu après la coalescence d’un premier collectif, l’Equipe théorique (ET) (p. 17, 25, 31). C’est dans ce groupe que germe l’idée de fonder les Éditions Mayo 37, dont la référence [Mai 1937] « rappelle le dernier assaut du prolétariat espagnol et (…) la continuité avec la critique du stalinisme et de l’attitude des leaders anarchistes » (p. 59-60). Le second groupe, l’Equipe ouvrière (EO), est constitué de travailleurs révolutionnaires possédant des affinités avec ET, mais guère avec les expropriations armées (hold-up) qui ont lieu quelques années plus tard. Quand au dernier collectif, l’Equipe extérieure (EE), sa cheville ouvrière est Oriol Solé Sugranyes « Victor », qui après un passage par le Parti communiste espagnol (PCE), puis par une organisation issue de ce dernier, le PCE-(i)5 et une année de prison, se rapproche de syndicalistes révolutionnaires éditant la revue Qué hacer ? (Que Faire ?). C’est donc « Victor » qui, en janvier 1971, à Toulouse, « préconise la nécessité de créer une structure de lutte armée. L’EE devient le 1 000 » (p. 38). Un certain « Sebas » y participe : il s’agit de Jean-Marc Rouillan6, un des futurs membres d’Action directe. Son témoignage semble corroborer les faits7. En effet, selon lui, le « vrai » MIL, qui signe ensuite MIL-GAC [pour Groupes autonomes de combat] nait bien en janvier 1971, par regroupement affinitaire de militants ayant appartenu à l’EE, et à deux groupes extérieurs, Notre classe et Vive la Commune. ET et EO ne sont pas concernés. Pourtant, les textes du MIL-GAC reconnaissent que les actions antérieures de ces deux équipes sont aussi le MIL … (p. 111-116).

Le MIL est donc bien plus un sigle commodément appliqué à un ensemble de collectifs, qui parfois s’interpénètrent, mais qui à d’autres moments poursuivent leur chemin particulier, qu’une structure, même lâche. Diverses tendances (lutte armée, syndicalisme révolutionnaire, conseillisme), qu’on aurait tort de croire uniquement représentées dans une équipe particulière, s’expriment et parfois divergent ou s’affrontent dans un court laps de temps. Pourtant, une grève radicale, celle des usines Harry Walker (filiale de Solex) à Barcelone entre décembre 1970 et février 1971, où « les travailleurs démontrent leur capacité à agir et à s’auto-organiser » (p. 33) en dehors des syndicats et des groupes « gauchistes » est l’occasion de la « réunion des collectifs ouvriers, de l’infrastructure technique de l’EE (..) et des contacts internationaux de l’ET (Vieille Taupe, Lotta Continua8) qui [se retrouvent] efficacement dans une même tâche. » (témoignage de « El Petit », p. 37). Cette rencontre réelle entre une insubordination ouvrière et des militants révolutionnaires communistes9 peut sans doute être considérée comme une sorte de fantôme d’Hamlet qui d’une certaine façon hante la praxis des membres du MIL. « El Petit » ne reconnaît-il pas qu’il leur « importait de réussir à faire surgir de nouveaux Harry Walker (chose que nous n’avons pas réussie) » (p. 37) ? En août 1973, à Toulouse, une série de réunions, auxquelles sera plus tard accolé le nom inadéquat de « Congrès », aboutit à la dissolution du MIL, avec un texte qui officialise cette décision. La revendication récente et publique de hold-up (pour financer les publications et assurer la vie quotidienne des militants) a précipité les événements, et aggravé les divergences. On notera que toutes les équipes ne sont pas présentes (les ouvriers d’EO par exemple, d’ailleurs jamais au MIL), mais que Jean-Marc Rouillan y assiste. Un mois plus tard, en septembre 1973, des arrestations massives (Oriol Solé Sugranyes, José Luis Pons Llobet, Amigo Santi Soler, Salvador Puig Antich, etc.) décapitent l’ex-MIL. Le 9 janvier 1974, Puig Antich est condamné à mort (exécuté le 2 mars, malgré une campagne de protestation et des manifestations européennes, parfois très violentes) et Pons Llobet à 30 ans de prison. Les GARI naissent de la solidarité avec les prisonniers du MIL.

En publiant leur ouvrage très bien documenté, Tiburcio Ariza et François Coudray (pseudonymes) souhaitent transmettre une mémoire, celle de « quelques pages d’histoire du mouvement révolutionnaire et des groupes autonomes » (p. 6). Les documents proposés, qui proviennent essentiellement du CRAS10 et des CIRA11 de Marseille et Lausanne, indiquent que la coordination des groupes affinitaires, formée lors de multiples réunions, échanges, débats entre janvier et mai 1974, qui décide de se constituer en GARI pour tenter de faire libérer les prisonniers de l’ex-MIL, est le produit naturel d’une époque fiévreusement révolutionnaire. Ces archives indiquent également que loin d’être des libertaires classiques, les militants qui forment, à ce moment particulier de leur combat, les GARI, sont en contact étroit avec, par exemple le collectif de la revue Mouvement communiste (autour de Jean Barrot/Gilles Dauvé) ou l’ORA (Organisation révolutionnaire anarchiste), « travaillée » par des courants marxistes-léninistes ou ultra-gauche. Enfin, les GARI décident leur auto-dissolution très rapidement (août 1974), bien que les arrestations et les procès permettent la survie médiatique de cette signature.

Conclure

L’accent mis sur le côté « rage de vivre » de cette jeunesse radicale et sur leur vécu insuffle de l’humanité à une histoire qui n’est donc pas que politique, même si les années soixante-dix ont su revendiquer haut et fort l’appartenance de tous les actes sociaux à un « tout est politique ». Dans ces deux ouvrages, nul doute que des révoltés puissent trouver matière à réfléchir à des « formes d’organisation et aux luttes futures » (Les GARI, p. 271), en dehors de l’extrême gauche traditionnelle. Pour les historiens des mouvements révolutionnaires et des avant-gardes, dont l’objectif n’est pas de même nature, il est important que ces deux ouvrages – sur un moment particulier, dans un triangle Barcelone-Perpignan-Toulouse, de la remise en cause totale et violente des rapports sociaux capitalistes – existent. Comme premières pistes de travail, ils ouvrent effectivement, non pas seulement le « champ de l’investigation » (Les GARI, p. 271) mais aussi celui d’une étude poussée (souhaitée par ces auteurs) des différents courants extra-parlementaires, sensibles aux analyses issues de l’ultra gauche communiste non-léniniste des années vingt, mais aussi à celles des situationnistes, des partisans des Conseils ouvriers ou de l’anarchisme d’action directe, dans ces années soixante-dix.

1Indiquons néanmoins un petit livre signé collectivement par des libertaires liés au MIL, sous le pseudonyme de André Cortade, Histoire désordonnée du MIL, (Éditions L’échappée, 2005), dont nous avions rendu compte sur notre ancien site (http://www.dissidences.net/terrorisme_lutte%20armee.htm#cortade ), ainsi qu’un article de Sergi Rosés Cordovilla dans le premier volume de notre revue Dissidences, « Révolution, lutte armée et terrorisme », p. 85-97 (L’Harmattan, 2007). Étonnamment, cet article d’un auteur pourtant cité fréquemment dans l’ouvrage n’apparaît pas dans la bibliographie.

2En introduction, les auteurs du livre sur les GARI affirment d’emblée : « prétendre que dans ce document nous avons relaté l’histoire des GARI serait de notre part présomptueux (…) » (p. 5). Ceci nous semble valoir également pour l’ouvrage sur le MIL, quoique de manière moins appuyée. Néanmoins, l’option revendiquée de « faire un choix »( p. 8-9) parmi les trois « équipes » composant le MIL, privilégiant selon les moments et les protagonistes, l’une ou l’autre, interdit d’y lire une histoire globale.

3Il suffit de se reporter aux comptes rendus de ce blog …

4Ce groupe, qui agit à Madrid entre octobre 1967 et juin 1968, se fait connaître en défenestrant un crucifix pour le lancer sur les policiers, lors de l’occupation de l’université en janvier 1968. Selon la revue Internationale situationniste (n° 12, septembre 1969, p. 86), ce groupe leur semble « aussi proche de Marx que de Durruti et aussi loin de Lénine que de Proudhon ». Cet exemple indique un certain ton d’une époque.

5Parti communiste d’Espagne-international, scission de 1967 du Parti communiste catalan (PSUC). Improprement étiqueté parfois comme « stalinien », ce petit groupe était en fait marxiste-léniniste et appelait à une insurrection armée. Il se transforme en Parti du travail d’Espagne en février 1975.

6Depuis 2002, Jann-Marc Rouillan.

7Lire les comptes rendus (par Jean-Guillaume Lanuque) des ouvrages sur la démarche mémorielle de ses années de militantisme, dans notre revue électronique;, : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/personne.php?id=1531&type=auteur

8Lotta Continua est un groupe important de l’extrême gauche italienne, fondé en 1969 et qui décide de s’auto-dissoudre en 1976 après de nombreuses scissions de militants qui fondent des groupes de lutte armée.

9Communistes au sens de l’ultra gauche : Lire par exemple Jean Barrot, Communisme et question russe, Paris, Éditions de la Tête de feuilles, collection « Futur antérieur », 1972.

10Centre de recherches sur l’alternative sociale. C’est un centre de documentation fondé en 1979, à Toulouse, affilié à la Fédération internationale des centres et de documentations libertaires (FICEDL). C’est aussi une maison d’édition. Je remercie les animateurs de ce centre de m’avoir signalé deux erreurs dans ce compte rendu (corrigées aussitôt).

11Centre international de recherches sur l’anarchie.

Hazem el Moukaddem, Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000, Marseille, éditions Al Dante, collection « Documents », 2013, 375 pages, 17 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Cet ouvrage de Hazem el Moukaddem, issu d’un Master en sociologie1 à Marseille, se construit autour d’une chronologie commentée, avec un ensemble fourni de documents (principalement des années 1970 et 1980), sur les groupes révolutionnaires armés français. Hazem el Moukaddem ambitionne de poursuivre ses recherches en vue de l’écriture d’une thèse.

Les sept chapitres de son développement sont précédés d’un avant-propos qui expose les principales raisons de son travail, à savoir briser ce qu’il appelle le « tabou » (p. 10), l’« amnésie » (p. 11) ou un « silence savamment entretenu » (p. 13), sur la violence révolutionnaire et sur les mouvements de lutte armée en France. De ce déni sont coupables, selon lui, journalistes, militants, sociologues et historiens (p. 14, 21). Ce projet, louable pour un étudiant qui se destine à la recherche scientifique, de vouloir « déjouer la négation et l’oubli » (p. 20) a conduit Hazem el Moukaddem, selon ses propos, à fouiller les archives et à croiser les témoignages (p. 14). Dans un entretien en mars 2013, il précise, à propos de documents d’époque « difficile [à] trouver (…) dans les bibliothèques et autres centres de documentations (…) », qu’il se les ait finalement procuré grâce à des militants « d’autres générations, qui avait gardé des journaux et des tracts de cette époque. À défaut de m’enterrer dans des médiathèques, j’ai écumé les bibliothèques de mes amis, et des amis des amis. Puis petit à petit, je me suis rendu compte que sur internet, il existait tout un réseau de blogs militants, qui donnait à lire des tracts, journaux, communiqués, textes politiques… de ces années-là. Et puis aussi dans des livres, mais surtout en langue étrangère : allemands, italiens, anglais… »2

II – Ces sept chapitres traitent d’abord de la Gauche prolétarienne et de la Nouvelle résistance populaire (100 pages), des GARI3 (environ 30 pages), des Brigades internationales et des NAPAP4 (une quarantaine de pages), d’Action directe (130 pages), pour terminer par quelques groupes autonomes et « antifa » (pour antifascistes). La Gauche prolétarienne et Action directe, groupes les plus médiatisés, occupent le plus d’espace dans le livre. Chaque chapitre se compose d’une brève présentation, d’une chronologie et d’un ensemble de documents, tracts, extraits de brochures, entretiens dans la presse etc. Les documents reproduits sont très courts (une dizaine de lignes) ou fournis (une trentaine de pages, par exemple, pour un texte de la Gauche prolétarienne). Au fil des pages, des reproductions de comics détournés suivant le principe situationniste5, des couvertures de journaux (Tout !, La Cause du peuple, Le Cri des murs, Rebelle, etc.), des affiches …

III – Dissidences devrait se réjouir et reconnaître effectivement comme louable cette entreprise. Ne correspond-elle pas aux présupposés de l’acte de naissance de notre collectif ? Pourquoi, alors, hélas, ne le pouvons-nous pas ? Tout simplement parce que ce travail souffre d’un manque de rigueur tant dans l’usage de la méthode historique que dans le traitement de l’information. C’est d’ailleurs cet étudiant lui-même qui, se prévalant, dès les premières lignes, de son intention de briser toutes les barrières dressées contre l’accès à la connaissance des mouvements révolutionnaires armés, prête ainsi le flanc à une lecture très critique de son travail. Mais comment, déjà, prendre au sérieux un ouvrage dit « novateur », lorsque aucun bilan historiographique n’est ne serait-ce qu’esquissé ? Nous voulons bien ne pas nous attarder sur l’absence de toute référence aux travaux de notre collectif Dissidences6, mais faire l’impasse sur les recherches d’Isabelle Sommier7, qui a démontré l’attrait et la légitimité de la violence politique chez les « gauchistes » français et italiens malgré le déni de beaucoup d’entre eux, comme sur les travaux récents à propos de la violence militante8, relève de l’amateurisme. Faut-il passer également sur le maniement d’une plume plus militante que scientifique, tant dans l’avant-propos que dans les présentations des différents groupes ? Nous ne le pensons pas. L’écriture de l’histoire, surtout celle des groupes révolutionnaires, marxistes ou anarchistes, requiert une langue dégagée de toute rhétorique partisane, car elle doit être « le produit d’un acte scientifique » (Michel de Certeau9). A propos des sources (dont les références, totalement absentes, ne permettent pas de les localiser) si difficiles à trouver dans les centres d’archives, si l’on en croit l’auteur, nous voulons bien le créditer de quelques trouvailles, bien qu’elles soient difficiles à identifier par suite de cette absence de références. Par contre, deux remarques s’imposent. Concernant uniquement les organisations maoïstes, dont la Gauche prolétarienne (GP), il existe à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre, 92001) le fonds Charnomordic avec entre autres dossiers, « Le maoïsme à Lyon » et « La Gauche prolétarienne », et surtout le fonds GP, constitué de 67 cartons, inventoriés tous deux par Sarah Varon10. Le CHT (Centre d’histoire du travail) de Nantes possède également des fonds déposés par d’anciens militants de différentes organisations marxistes-léninistes. Il existe donc bel et bien des archives. De plus, certains textes reproduits dans le livre sont depuis longtemps connus, et accessibles : « De la lutte violente de partisans » est entre autres en ligne sur un site militant11, tout comme la déclaration des NAPAP du 9 juin 1977 (p. 161-170)12 ou la majorité des textes (chronologie comprise) du groupe des Hooligans internationalistes (p. 326-345)13. Pour un historien, rendre accessible un document, après avoir vérifié son authenticité, n’est que la toute première partie de son métier. Viennent ensuite l’essentiel, la critique interne, celle qui lui donne du sens. D’où vient-il ? Qui en est le – ou les – auteurs ? Comment est-il transmis ? Dans quelles conditions est-il écrit ? etc. Confronter un document à lui-même n’est pas chose aisée. Ici, aucun de ces documents n’est mis en perspective, et l’appareil de notes est réduit au minimum. Ce qui, d’ailleurs, n’empêche pas les erreurs, factuelles14 ou de terminologie15, pas plus que les analyses extravagantes, comme d’affirmer qu’en France l’influence des anarchistes illégalistes est plus ancrée dans la mémoire du mouvement ouvrier que « la culture communiste » (p. 16) ! Des chronologies détaillées, comme celle sur les GARI, paraissent utiles, bien entendu sous réserve d’une comparaison serrée – qu’il n’est pas de mise d’entreprendre ici – avec d’autres documents sur cette organisation, en particulier l’ouvrage Les GARI16. Pour terminer ce bilan non exhaustif, on notera une utilisation tout à fait saugrenue des citations (non référencées) en exergue des chapitres, de Rudi Dutschke pour les GARI, de Bartolomeo Vanzetti pour les NAPAP et de Rosa Luxemburg pour Action directe ! Les images semblent également ajoutées au petit bonheur, souvent sans rapport direct avec les documents écrits qui les entourent, comme ces comics d’inspiration situationniste (p. 24, 115, 154), mais anonymes.

IV – On l’aura aisément compris, ce Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000 n’est – pas plus que Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013 de Jacques Leclercq17 – l’ouvrage attendu permettant de progresser dans une connaissance historicisée et contextualisée des usages de la violence révolutionnaire au sein des groupes d’extrême gauche. Les efforts des petites maisons d’édition qui prennent des risques en publiant des textes d’histoire du temps présent peu « vendeurs » en termes de rentabilité ont toute notre attention, mais encore faut-il que les ouvrages soient de bonne facture. Cet ouvrage, rempli de bonne volonté, dont l’auteur a sans doute des excuses18, reste celui d’un amateur. Nous souhaitons que ces remarques critiques soient prises comme constructives, dans la perspective d’éviter des déboires et de pallier, dans l’avenir, les insuffisances des uns et des autres.

1Hazem el Moukaddem a d’abord passé un Master Management Logistique et Stratégie.

3Groupe d’action révolutionnaire internationaliste.

4Noyaux armés pour l’autonomie populaire.

5Sur cette forme particulière de propagande, on se reportera avec profit à la contribution de Emmanuel Guy, « Vu leurs pratiques, leurs théories doivent être vachement radicales » : les situationnistes et la bande-dessinée », au Séminaire « Un siècle de formes brèves de l’imprimé politique, 1880-1980 », organisé par Vincent Chambarlhac et Julien Hage, le14 février 2013, Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne, Dijon, à écouter sur http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/12_13/13_02_14.html

6Rappelons le premier volume de notre revue, Dissidences, en 2005, sur « Révolution, lutte armée et terrorisme » (L’Harmattan), la notice « Violence révolutionnaire » (Christian Beuvain, Jean-Guillaume Lanuque, Jean-Paul Salles), in Antoine Artous, Didier Epsztajn, Patrick Silberstein (dir.), La France des années 1968, Paris, Syllepse, 2008, p. 818-829, ainsi que l’article de Jean-Guillaume Lanuque, « Action Directe. Anatomie d’un météore politique », Dissidences (revue électronique), n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2005

7Isabelle Sommier, La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 253 p., son article, « L’attrait de la guerre révolutionnaire », Sociétés & Représentations, juin 1998, p. 333-350 et sa synthèse, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de la FNSP, coll. « Contester », 2008, 164 p.

8François Audigier et Pascal Girard (dir.), Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970, Paris, Riveneuve éditions, 2011, 244 p.

9Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 2002, p. 345. [Souligné par l’auteur].

10Fonds Gauche prolétarienne, côte F delta Res. 576/1-15, BDIC, Nanterre.

14Comme sur le Parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF). Outre le fait qu’il est qualifié de « parti pro état [sic] chinois », ce qui ne veut rien dire, le PCMLF, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, est dirigé dès sa fondation (30-31 décembre 1967) par Jacques Jurquet, François Marty et Raymond Casas. Son journal est bien L’Humanité nouvelle, mais L’Humanité rouge (HR) n’est pas son nouveau titre mais celui de son journal légal, à partir du 20 février 1969, alors que le PCMLF est clandestin ; L’Humanité nouvelle reste donc l’organe (clandestin) du PCMLF, jusqu’en décembre 1977. Les scissions de ce parti n’interviennent pas en 1972, mais en février 1970 (pour le groupe qui fonde Le Travailleur) et en octobre 1970 (pour les groupes qui créent Front rouge et Rennes révolutionnaire). Toutes ces erreurs se retrouvent dans une seule note, page 33. Pour une chronologie détaillée des maoïsmes en France, se reporter à http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1550

15Hazem el Moukaddem évoque aux États-Unis les « Weatherman Underground » (p. 16), ce qui est inexact. Il y a d’abord une faction radicale du syndicat d’extrême gauche étudiant SDS (Students for a Democratic Society) qui prend le nom de Weatherman pour le congrès de l’été 1969. Le tournant clandestin du groupe se décide fin décembre 1969, et devient effectif en mars 1970 : le groupe signe alors du nom de Weather Underground Organization (WUO), communément raccourci en Weather Underground. Lire Dan Berger, Weather Underground. Histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain, Paris, Éditions L’Echappée, coll. « Dans le feu de l’action », 2010 (2006).

16Tiburcio Ariza, François Coudray, Les GARI. 1974. La solidarité en actes. Enlèvement du banquier Suarez…, Toulouse, Éditions CRAS, 2013.

17Jacques Leclercq, Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013, Paris, L’Harmattan, 2013, 316 pages. Lire notre billet critique de ce livre sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3794

18Reconnaissons que les études de management ne sont pas la formation la plus adéquate au métier d’historien.