Archives par étiquette : Manifestation

Anne Steiner, Le Goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « belle époque », Montreuil, L’échappée, collection « Dans le feu de l’action », 2012, 208 pages, 17 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Anne Steiner, spécialisée dans l’étude des mouvements de lutte armée et dans celle des milieux anarchistes à la « Belle époque » – on se souvient en particulier de son livre Les En-dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la « Belle époque », chroniqué sur notre ancien site –, élargit ici la focale pour se pencher sur quelques événements de fièvre populaire ayant eu lieu dans la seconde moitié des années 1900. Le point de départ de l’étude est le lancement par une CGT syndicaliste révolutionnaire, le 1er mai 1906, d’une active campagne pour les 8h de travail quotidiennes, décision qui ouvre sur plusieurs années d’agitation sociale, de peur également, ressentie par une partie de la petite-bourgeoisie1.

Anne Steiner se penche alors sur certains de ces moments d’émotion populaire, à commencer par la grève massive, en 1908, dans les sablières de Draveil, au sud de Paris. Les tirs de la police sur le quartier général des grévistes suscitent en effet une véritable escalade entre la troupe et des manifestants bâtisseurs de barricades et maniant le browning. Des événements qui accentuent l’opposition entre État et gauche révolutionnaire, sensible dans la répression anti-syndicale qui suit et dans la découverte postérieure de l’action d’un indicateur provocateur au service de la police.

C’est un enchaînement proche qui touche l’Oise l’année suivante, lors des grèves des boutonniers, opposés à l’industrialisation de leur métier et à une baisse programmée des salaires. Le blocage des négociations entre patrons et responsables ouvriers engendre des émeutes prenant pour cibles les usines, les stocks et les logements des patrons. La même année (1909), c’est la réaction à l’écrasement de l’insurrection de Barcelone en juillet et à l’exécution de Francisco Ferrer qui appelle des manifestations parisiennes vers l’ambassade espagnole, se muant en affrontements avec les forces de l’ordre, en incendies puissants et autre destructions de mobilier urbain. Face à un tel déferlement, les efforts de Jean Jaurès et Jules Guesde pour calmer les esprits demeurent vains.

Enfin, en 1910, deux événements quasiment concomitants font naître de nouveaux soulèvements ponctuels. Une grève des ateliers du faubourg Saint-Antoine, spécialisé dans la fabrication de meubles, conduit à une répression policière sur les grévistes qui surveillaient les « jaunes » (ou renards), avec pour résultat la mort d’un ouvrier anarchiste, Henri Cler. Les rassemblements à l’occasion de ses obsèques voient s’exercer des violences contre les ateliers, les policiers et les commerces ne marquant pas le deuil, avant de véritables émeutes à la sortie du cimetière. Parallèlement, l’affaire Liabeuf, jeune ouvrier coupable d’avoir tué un policier à la suite du harcèlement de la brigade des mœurs et qui fut condamné à mort, suscite également des mouvements de foule lors de l’accomplissement de la sentence. Un fait divers tragique dont l’impact sera certain sur la tragique équipée de la bande à Bonnot2.

De cette courte séquence chronologique, on retiendra tout particulièrement, outre un éloge partiel d’une violence créatrice proche de celle des autonomes, l’opposition entre le spontanéisme de ces fièvres et la volonté des socialistes de les canaliser, la manifestation du 17 octobre 1909, commémorant l’exécution de Francisco Ferrer, étant la première à bénéficier d’un véritable service d’ordre et à avoir été précédé d’un accord préalable avec les autorités, véritable innovation normative. L’iconographie est riche, principalement composée de cartes postales d’époque, avec pour seul bémol l’absence de sources pour ce qui concerne certaines des autres illustrations.

Quant à la lecture, bien qu’indéniablement prenante, elle laisse toutefois un goût d’inachevé, d’incomplétude, les différents chapitres s’apparentant davantage à une succession de monographies distinctes, alors qu’on aurait attendu une synthèse plus approfondie, replaçant en particulier ces violences populaires dans le temps long, prolongeant en aval l’étude jusqu’à la Première Guerre mondiale qui ne semble pas marquer réellement la fin de ces fièvres populaires, et analysant plus en détails la sociologie des émeutiers, leurs motivations éventuelles.

1Voir, entre autres exemples, le roman de J.H. Rosny aîné, La Vague rouge. Roman de mœurs révolutionnaires. Les syndicats et l’antimilitarisme, chroniqué dans notre revue électronique.

2Voir Renaud Thomazo, « Mort aux bourgeois ! » Sur les traces de la bande à Bonnot, Paris, Larousse, 2007, chroniqué sur notre ancien site. 

Vincent Chambarlhac, Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, collection « Mouvement réel », 2014, 142 pages, 15 €.

Un billet de Florent Schoumacher et Frédéric Thomas

Voici un exemple d’un travail analytique de grande rigueur intellectuelle étroitement lié à un engagement politique ; la preuve également de son efficacité. Nourri de l’actualité, ce livre explore la construction de l’antifascisme à partir d’un triple « pas de côté » (p. 8). D’une part, l’étude historique constitue un détour pertinent pour mieux revenir à la situation présente. D’autre part, il s’agit « de faire parler les acteurs », de « prendre au sérieux ce qui se dit » (p. 8-9), afin de rendre à l’antifascisme sa dimension événementielle, de surprise, son caractère « pluriel et dissonant » (page 22). Enfin, le regard opère un dé-centrage en privilégiant « comme lieu d’observation les milieux socialistes, réformistes » (p. 8), et plus spécifiquement l’aile gauche du Parti socialiste-SFIO.

L’originalité de l’approche – qui n’est pas sans rappeler la conception benjaminienne du « narrateur » – est de rendre compte de l’événement, de suivre au plus près son émergence, sa cartographie (les différences et décalages entre Paris et la province), son développement bigarré (dynamique des comités comme « lieu d’énonciation de l’antifascisme tel qu’il peut s’exprimer dans la diversité » (p. 56) ; discussions autour de l’autodéfense ouvrière ; maillage du territoire politique (p. 49)…), puis sa mutation. À rebrousse-poil de l’historiographie dominante, ce livre démonte le travail, de 1934 à 1936, de reconfiguration, codification et normalisation de l’antifascisme. Les auteurs mettent dès lors en avant la primauté du champ social sur l’espace politique. Ainsi, « l’antifascisme des contemporains n’est pas identique à ce que les historiens analysent a posteriori par une lecture très fortement polarisée par le Front populaire (…). Au rebours de ces lectures, en retrouvant l’événement qu’est le 12 février [1934], l’approche par l’énoncé collectif restitue à l’émergence de ce nouvel antifascisme son épaisseur temporelle. Celle d’une surprise où le social, compris comme espace de relations des gauches, devance le politique, s’affirme intempestif » (p. 45).

Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl1 distinguent un premier antifascisme, « pratique politique intempestive » (p. 22), marquée par le verbe et le geste, irritant les appareils politiques tant socialistes que communistes, d’un second antifascisme, traduit et structuré par le Front populaire. Le premier « disparaît comme champ d’expérience pour la majorité des organisations nationales, mais demeure pour les minorités révolutionnaires un horizon d’attente » (p. 94). Dans cette mutation, « le défilé du 14 juillet 1935 représente un moment décisif » (p. 106). Du premier au second, de la primauté de la dynamique politique institutionnelle sur l’expérimentation sociale, s’est perdu le caractère révolutionnaire de l’antifascisme, qui prévalait jusqu’en 1934. L’antifascisme se réduit alors aux proportions congrues « de la défense des libertés publiques au sein de la République et de la nation » (p. 72).

Le livre est soutenu par une thèse forte, argumentée de façon serrée. Au recentrage sur l’espace social correspond le ciblage sur l’aile gauche des socialistes. Celle-ci constituerait en effet selon les auteurs « un lieu adéquat » (p. 18) pour appréhender les transformations de l’antifascisme, en tant qu’« espace des dissidences de gauches et du dialogue avec le PCF » (p. 18) et « pôle apte à configurer, sinon des accords, à tout le moins un espace de discussion pour l’ensemble des minorités révolutionnaires dissidentes du mouvement communiste » (p. 61).

Le choix du montage documentaire, la cartographie et l’appareil critique finissent de donner à cet essai son efficacité. Tout juste, regrettera-t-on que ne soient pas plus discutée la dialectique « des deux composantes de l’antifascisme que sont la défense de la démocratie et la révolution » (p. 35), la défense des principes républicains, fusse contre le régime républicain lui-même, tant la distinction entre principes et régime demeure problématique, et le lien entre défense de la démocratie et révolution contradictoire. De même, aurait-on aimé que soit plus développé l’accusation de « blanquisme » (p. 65 et 97) envers la gauche socialiste, tant cet argument continue d’opérer aujourd’hui pour disqualifier certains courants d’ultra-gauche.

Aujourd’hui que l’appel à la rue en France est passé « de l’insurrection à la commémoration » (p. 109), voire a été réapproprié par un nouveau cycle violent de l’extrême droite2, comment recouvrer « l’image de cette foule, à la fois très décidée à une éventuelle bagarre et fort joyeuse » ayant « le sentiment d’avoir gardé la maîtrise du terrain » (p. 56-57) ? Sans pouvoir y répondre, les auteurs n’en avancent pas moins quelques pistes stratégiques en fonction de l’occupation de l’espace publique, de l’émotion et d’une pratique intempestive du politique. « L’antifascisme est alors, au revers des interprétations en manipulation, l’investissement de l’espace public, des rues et des places pour donner une visibilité à ce qui n’est pas immédiatement normé, à savoir l’émotion devant le danger, l’émotion devant l’inacceptable, fusse celui-ci dédiabolisé » (p. 128).

1Tous deux membres du comité de rédaction de Dissidences, ils ont notamment co-dirigé une Histoire documentaire du parti socialiste aux éditions universitaires dijonnaises, et Thierry Hohl est en outre l’auteur chez le même éditeur de À gauche ! La gauche socialiste de 1920 à 1947.

2« La manifestation du 6 février s’enracine dans un cycle violent – et ressenti comme tel – de l’extrême droite à Paris » (p. 23).

Philippe Artières, La banderole. Histoire d’un objet politique, Paris, Éditions Autrement, collection « Leçons de choses », 2013, 159 pages, 15 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

Directeur de recherches au CNRS, l’historien Philippe Artières construit depuis une vingtaine d’années une œuvre dévolue à la culture graphique, sous la « double injonction » (p. 157) de Georges Perec et de Michel Foucault. Cet essai sur la banderole, objet si familier qu’il en devient invisible (p. 17), fait partie de ses derniers travaux, le plus récent étant celui sur La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945)1.

Apparue massivement dans les rues des villes en révolte au début du XXe siècle, la banderole se présente sous la forme d’une « bande de textile marquée de quelques mots tracés, imprimés ou peints » (p. 17). Définie comme « écrit exposé », elle est de l’ordre de l’éphémère et appartient sans conteste à la rue, du côté du politique : elle dit la contestation et la révolte, souvent. Signe de « ralliement à une même cause » (p. 20), outil de pression, elle s’empare des villes puisque la banderole est à la fois une arme et un outil de subversion (p. 21-23), utilisé dans les luttes pour le pouvoir (y accéder, le contester, le renverser). De même qu’il y a une guerre des images2, Philippe Artières veut nous démontrer qu’il y a une lutte graphique, qui sert à imposer de nouvelles écritures. Bien que cet exemple ne soit pas utilisé par l’auteur, comment ne pas évoquer les expressions introduites par les bolcheviques russes dès Octobre 17 : « Agit-prop », « Politburo », « Comintern », « Cavarmée », « Orgburo » etc., qui construisent, dans les années vingt et trente, une cohésion politique et utopique autour de signes à la fois fascinants et légèrement mystérieux ?

Dans cet essai composé de cinq chapitres thématiques, entrecoupés d’histoires singulières ou de souvenirs personnels, l’écrit s’expose comme rhétorique visuelle. Il est tatouage sur les corps des marins du XIXe siècle, pratique de fierté3 qui transforme souvent leur corps « en banderole patriotique » (p. 37) ou banderole-écharpe, avec utilisation de couleurs spécifiques de protestation, arborée par les suffragettes britanniques. Il est pancarte, à la manière des hommes-sandwichs, pour les militants des droits civiques, aux Etats-Unis dans les années soixante ou s’étale sur de grands panneaux muraux pendant la révolution culturelle chinoise, le dazibao. On le remarque, enfin, sous la forme stylisée d’un logo appelé à devenir mondialement célèbre, les onze lettres du mot « Solidarnosc », en rouge et blanc, couleurs du drapeau polonais.

Bien que le sauvetage, l’archivage et l’exposition des objets graphiques les plus anciens, par certains musées, dont celui de l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) d’Amsterdam est le modèle incontesté, puisse laisser penser que la banderole n’existerait plus que comme trace du passé, il n’en est évidemment rien. Si les inscriptions au feutre noir sur les poitrines nues des militantes Femen, qui défilent pour contrer les manifestations des droites et extrêmes droites radicales ainsi que les cortèges religieux, n’apparaissent que comme reprise osée du procédé du corps visuel, la pratique nouvelle sur le Web du defacing4 réinvente l’usage de la banderole, par des militants qui ne sortent pas de leur bureau.Si l’on peut s’interroger sur le sens social de ce type de militantisme qui rompt de manière abrupte avec les anciennes pratiques, il n’en demeure pas moins que puisque « l’espace des protestations s’est modifié » (p. 134), la guerre graphique se modifie également, par extension.

Née au début du XXe siècle, la banderole est contemporaine de la progressive diffusion de l’accès à l’écrit. Apportant un « éclairage inédit sur l’histoire sociale de l’écriture » (p. 25), cet essai de Philippe Artières sur une histoire matérielle de la banderole doit se lire en parallèle avec les recherches de Roger Chartier sur le livre5. Le propre de la banderole est de faire voir, mais aussi d’être vue. Là réside son efficace. Là réside le propos de ce livre.

1Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La découverte, 2013, qui sera prochainement chroniqué sur ce blog.

2On se reportera aux différents travaux de Laurent Gervereau.

3Rappelons qu’à l’origine le tatouage est signe d’infamie : que l’on songe à la fleur de lys marquée au fer rouge sur l’épaule de Milady de Winter dans Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas.

4Cette pratique de piratage informatique « consiste à s’introduire sur le site d’une institution ou d’une entreprise, puis à intervenir sur sa page d’accueil en lui substituant une autre page (…) » (p. 134).

5On lira par exemple, sous sa direction, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », 2001.