Archives par étiquette : Marx

Jean-Numa Ducange, Antony Burlaud (dir.), Marx, une passion française, Paris, La Découverte, collection « Recherches », 2018, 352 pages, 25 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Triste bicentenaire que celui de la naissance de Karl Marx. Les maisons d’éditions n’ont en effet guère cherché à le marquer par des publications inédites, et il faut aller chercher l’excellente biographie de Jonathan Sperber traduite par Piranha pour trouver la dernière publication d’importance en date [1]. L’ouvrage dirigé par Jean-Numa Ducange [2] et Antony Burlaud [3], est donc d’autant plus notable. Il rassemble en effet pas moins d’une trentaine de contributions différentes, dont cinq d’entre elles signées d’ailleurs par des membres de Dissidences. L’axe commun est celui de la réception de Marx et de son œuvre en France, sous toutes ses formes, y compris les plus inattendues. La pluralité des marxismes et des interprétations est donc de mise ici.

Anthony Burlaud, en guise de prélude, retrace les liens entre la France et Marx de son vivant, évoquant en particulier la rupture avec Proudhon, les difficultés pour lier socialismes français et allemand, ou les cas pratiques d’importance que sont l’analyse du phénomène bonapartiste et son contraire, la Commune de Paris. Viennent ensuite les éclairages centrés plus spécifiquement sur les cultures politiques. Jean-Numa Ducange aborde ainsi le Marx socialiste à l’époque de Guesde et de Jaurès. Outre la simplification propagandiste opérée par les guesdistes, et l’inspiration puisée par Jaurès pour son Histoire socialiste de la Révolution française, il insiste sur un Marx encore « périphérique » au sein du mouvement ouvrier français, n’engendrant pas de discussions théoriques dignes de ce nom. Raymond Huard, de façon plus originale, s’empare de la célébration du centenaire de la naissance de Marx, en pleine guerre mondiale, qui suscita une vague critique de la presse et même de l’Académie française, allant jusqu’à faire de Marx un pangermaniste ! L’ampleur de cette célébration socialiste demeura limitée, prenant surtout la forme d’articles dans Le Populaire et L’Humanité.

Le Marx des socialistes est ensuite appréhendé par deux auteurs sur deux séquences chronologiques successives. Thierry Hohl, pour la période de l’entre-deux-guerres, relève son caractère de marqueur identitaire, surtout incantatoire, utilisé entre autre pour délégitimer l’URSS et le PCF, accusés de ne pas être marxistes. L’utilisation de Marx dans la formation idéologique des militants est assurément un des points les plus intéressants, ne concernant que quelques écrits et des analyses de seconde main, comme la brochure de Deville. Mathieu Fulla embrasse pour sa part toute la période courant depuis 1945, soulignant le rôle de Marx comme élément de l’identité politique socialiste, mais sous une forme figée, tout au moins jusqu’à la réappropriation dans le sillage de Mai 68, de la part du PSU mais également du PS (via le CERES en particulier) qui adopta un langage fortement marxisé. La pratique du pouvoir à compter de 1981 se fit pourtant sans aucune influence de Marx, étape vers l’abandon des références au cours des années 1980 et 1990, en même temps que l’anticapitalisme était enterré.

Le Marx des communistes est traité par Serge Wolikow de 1920 à 1955 – Marx en tant qu’outil politique, avec une vitalité intellectuelle contrainte – et Anthony Crézégut de 1955 à nos jours. C’est cette dernière approche qui se révèle la plus détaillée. D’un « marxisme vulgaire » mais à l’influence large, le PCF tenta à partir de la fin des années 1950 de conserver le contrôle d’un marxisme croisé et revisité (par Louis Althusser ou Roger Garaudy), jusqu’à ce que l’essor du marxisme universitaire ne conduise à un réel enrichissement dans les domaines de l’économie ou de la géographie. L’extrême gauche, enfin, est abordée par Patrick Massa, auteur d’une contribution dans le volume 8 de Dissidences. Ce dernier insiste sur l’« excellence théorique » et le « tropisme théoricien » (p. 99) de cette nébuleuse politique, abordant plus particulièrement quelques thèmes – la critique de l’URSS, du capitalisme ou la question des alliances, comme pour les maoïstes – et mettant l’accent sur des auteurs issus principalement du courant de la Ligue communiste (Ernest Mandel, Daniel Bensaïd) et de l’OCI (Pierre Fougeyrollas). Cette prise en compte est de manière générale valorisante et pertinente.

Toute une série de contributions s’arrêtent ensuite sur la traduction et l’édition de Marx. Guillaume Fondu et Jean Quétier insistent ainsi sur la difficulté de rendre certains termes en français, comme celui d’aliénation, et sur certaines discussions comme celles entre Étienne Balibar et Jean-Pierre Lefebvre, à la fin des années 1970, sur le choix de la survaleur au lieu de la plus-value… Marie-Cécile Bouju traite des éditions du PCF, au sein desquelles l’édition scientifique de Marx connut une genèse laborieuse, freinée par la supervision de Moscou et le souci d’efficacité politique, et qui ne devint effective qu’après la Seconde Guerre mondiale. C’est de la même époque que date l’entrée de Marx dans la Pléiade, retracée par Aude Le Moullec-Rieu. Ce fut là l’œuvre obstinée de Maximilien Rubel et de sa « marxologie » contre le marxisme, excluant Engels par exemple, mais utilisant des traducteurs issus de traditions politiques diverses, bien que « non-orthodoxes » (communistes de conseils ou bordiguistes). Julien Hage, pour sa part, brosse le tableau de l’âge d’or éditorial de Marx au cours des années 1960 et 1970, conjuguant retour aux textes (les Grundrisse) et développement d’éditions militantes concurrentes des Éditions sociales (Maspero et Anthropos principalement), avant le coup d’arrêt brutal de la fin des années 1970, la série sur le marxisme contemporain chez 10-18 demeurant inachevée, cinq volumes seulement ayant été traduits. Il est seulement dommage que rien ne soit dit sur E.D.I., qui publia pourtant un ouvrage collectif à l’occasion du centenaire de la mort de Marx.

Concernant l’appropriation contrastée de Marx par les sciences sociales, Isabelle Gouarné souligne en particulier les efforts déployés par les communistes afin de franciser Marx, relié au rationalisme français, aboutissant à une synthèse fructueuse entre Marx et Durkheim, en lien également avec l’École des Annales, tous efforts qui se retrouvèrent brisés par la guerre et la guerre froide. Thierry Pouch retrace de son côté l’intérêt variable des économistes français pour Marx : pris en compte à compter de l’après Seconde Guerre mondiale, grâce en particulier à Henri Denis (pourtant ancien sympathisant du régime de Vichy), on le retrouve au cours des années 1960 et 1970 via une grande diversité de pôles, l’économie du développement (Charles Bettelheim), des revues comme les Cahiers d’économie politique ou Critique de l’économie politique, jusqu’au cœur de l’INRA ! Le reflux vient ensuite très vite, parallèlement aux progrès de l’expertise des universitaires et du néo-libéralisme, Henri Denis de nouveau classant Marx parmi les néo-classiques – qu’il critique. Il est toutefois dommage que Thierry Pouch ne s’intéresse pas davantage aux changements éventuels intervenus depuis 2007, avec des économistes hétérodoxes s’emparant de tout ou partie de l’héritage marxien (Thomas Piketty, par exemple), ni aux programmes d’économie du lycée (filière B, puis ES) afin d’y discerner la place faite à la théorie marxiste.

On retrouve peu ou prou la même articulation chronologique s’agissant d’autres sciences humaines. La sociologie, étudiée par Gérard Mauger, méfiante vis-à-vis du marxisme dans ses origines avec Durkheim, s’en imprégna dans le cadre d’une véritable reconstruction après 1945, connaissant son apogée dans les années 1960-70, avant de refluer, son héritage critique demeurant marqué chez un Bourdieu, en particulier. L’histoire, retracée par François Dosse, eut d’abord, avec les Annales, une relation de proximité relative avec le marxisme, avant l’apport marquant d’Ernest Labrousse, mais aussi, sous l’influence d’Althusser, d’un marxisme ouvert stimulant les approches linguistiques ou d’histoire des mentalités. Le recul eut ses propres causes, progrès en humilité contre tout déterminisme, tournant vers les acteurs individuels (et l’auteur lui-même, la fameuse égo-histoire) et ouverture des possibles allant à rebours de la téléologie [4]. La critique littéraire, enfin, vit dans l’après-guerre se développer des approches marxistes hétérodoxes contre la « théorie du reflet » privilégiée par le PCF, celles de Lucien Goldmann par exemple, connaissant une vitalité forte dans les années 1960 (influence sur Roland Barthes, progrès d’une approche scientifique chez Pierre Macherey…) avant que la socio-critique, inspirée du marxisme, ne s’en détache et finisse par le supplanter.

Les contributions suivantes se font plus variées, plus libres, à commencer par celle de Stéphanie Roza sur la matrice du XVIIIe siècle pour Marx et le marxisme. Le jugement double porté par le penseur allemand, à la fois révolution bourgeoise portant l’illusion de l’émancipation politique et origine du communisme moderne dans ses idées et ses pratiques (le 1793 jacobin), connut en effet une pérennité durable et profonde. Il est seulement frustrant que certains auteurs postérieurs seulement soient traités, Lafargue et Guesde, Althusser et Soboul en particulier, ce dernier apportant plus de complexité dans l’analyse. Sont également traités la phénoménologie par Alexandre Feron, avec les figures de Maurice Merleau-Ponty ou Tran Duc Thao, le structuralisme par Frédérique Matonti, avec celles de Lucien Sebag ou Maurice Godelier (mais l’étude demeure incomplète), ou les avant-gardes artistiques par Frédéric Thomas. Ces dernières, le surréalisme principalement, se servirent de Marx comme d’une arme, y compris après-guerre pour les représentants du surréalisme révolutionnaire contre le retour de Breton à Fourier. Les situationnistes firent de même, mais Guy Debord témoigne d’une bien meilleure connaissance du marxisme, influencé en particulier par les travaux d’Henri Lefebvre.

Dans sa contribution, Antoine Aubert se fixe un objectif prometteur : nuancer la disparition supposée du marxisme dans le champ intellectuel français à la fin des années 1970, liée à la mise en cause des idées de Marx. Il insiste ainsi sur d’autres facteurs en jeu, la professionnalisation accrue des universitaires (et leur spécialisation plus poussée), les mutations du secteur de l’édition, ce qui est utile mais certainement insuffisant. Il insiste surtout sur des hybridations continues du marxisme au cours des décennies suivantes, révision de certains aspects comme le sujet révolutionnaire, ou apparition de nouvelles revues carrefours de recherches et d’expérimentations, Actuel Marx et Futur Antérieur faisant partie des plus connues. Quant à Sylvie Chaperon et Florence Rochefort, elles retracent les relations complexes entre marxisme et féminisme depuis le XIXe siècle. Parmi leurs principaux axes, la distance maintenue à l’égard du féminisme dit bourgeois, un PCF profondément féministe dans ses revendications (tout au moins jusqu’au Front populaire), ou les débats du XXIe siècle marqués par la question du genre et le risque d’insister trop exclusivement sur l’individu au détriment des conditions socio-économiques.

Jacqueline Cahen, décédée en 2015, avait mené une thèse sur la réception de Marx par les économistes français contemporains. Jean-Numa Ducange et Guillaume Fondu ont élaboré un article à partir de ses recherches, montrant que Le Capital avait alors été lu par des représentants de deux courants distincts, Maurice Block pour les libéraux, Emile de Laveleye pour le socialisme de la chaire, tous deux déconnectant le propos économique de l’historicité tant utilisée par Marx, aboutissant à une approche castratrice et réductrice de l’apport marxien. Gwendal Châton, quant à lui, se penche sur Raymond Aron, grand lecteur de Marx, et dont la critique fut toujours nuancée. L’intellectuel de droite s’en prit surtout à Sartre et Althusser, rejetant la fameuse « coupure épistémologique » allant selon lui à rebours de la complexité de Marx. Son antitotalitarisme ne le conduisit pas à repérer un lien de cause à effet entre Marx et Staline, incriminant davantage Lénine, même si une inflexion est sensible au cours des années 1970-1980, retrouvant finalement la coupure repérée par Jacqueline Cahen, puisque Aron défend l’économiste mais rejette le « prophète ». Denis Pelletier s’intéresse pour sa part aux catholiques français entre les années 30 et 1968, l’apogée du dialogue avec le marxisme prenant place juste après la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte mis en parallèle avec le XIIIe siècle, où Thomas d’Aquin dut s’efforcer d’intégrer Aristote à la doctrine chrétienne.

Les deux dernières contributions sont plus « limites », plus proches du hors-sujet en cela qu’elles concernent des publics étrangers. Françoise Blum étudie ainsi l’influence de Marx et du marxisme sur l’Afrique francophone, relayée principalement par le mouvement communiste. L’idée dominante est celle du métissage, nombre d’intellectuels réintroduisant la religion (à travers la figure de Teilhard de Chardin, surtout) ou privilégiant une approche en termes de « peuple-classe ». L’approche se révèle intéressante, mais en partie frustrante (le Parti de l’indépendance africaine, fondé en 1957 comme premier parti marxiste de l’aire africaine occidentale, n’est pas évoqué quant à son histoire ultérieure). Kaixuan Liu et Wenrui Bi se consacrent à un micro-sujet, celui des étudiants chinois venus étudier en France entre 1919 et 1925, parmi lesquels nombre de futurs cadres communistes, tels Zhou Enlai ou Deng Xiaoping, qui furent confrontés à la réalité du capitalisme réellement existant (ils étaient contraints de travailler en usine pour financer leur formation) et à un marxisme relu à l’ombre du communisme de la révolution russe. On le voit, Marx, une passion française est un ouvrage extrêmement riche, une mine d’informations ouvrant et invitant à de multiples prolongements sur la diversité des sujets abordés.

[1]    Voir sa recension sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/9251

[2]    Jean-Numa Ducange, maître de conférences en histoire contemporaine (histoire politique et sociale des XIXe et XXe siècles en Europe) à Rouen, auteur de nombreux ouvrages ou articles, est également membre de la rédaction de Dissidences.

[3]    Antony Burlaud, doctorant au Centre européen de sociologie et de science politique, prépare une thèse sur « Les socialistes face aux réorientations de la politique économique (1981-1986) ».

[4]    Sur ce sujet, voir Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou, Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, prochainement recensé sur notre blog.

Jonathan Sperber, Karl Marx. Homme du XIXe siècle (Karl Marx : A Nineteenth-century Life), Paris, Piranha, 2017 (2013 pour l’édition originale), 576 pages, 26,50 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jonathan Sperber, universitaire britannique spécialisé dans l’étude du XIXe siècle, s’est attaqué à une figure majeure de la pensée et de l’histoire récente, celle de Karl Marx. Mais il a voulu le faire en se basant sur un principe simple : traiter son sujet comme un homme ancré dans son temps, nullement comme un « prophète » ou le « fourrier des totalitarismes du XXe siècle » ; un individu de son époque, regardant surtout en arrière et dont les représentations sur l’avenir étaient noyées dans le brouillard.

Le récit se fait classiquement chronologique, débutant par la filiation familiale de Marx, dont un grand-père paternel qui fut rabbin de Sarrelouis. C’est surtout la figure de son père qui exerça une influence majeure. Secrétaire du Consistoire de Trèves au tournant du siècle, il fut favorable au pouvoir napoléonien et à sa volonté d’intégration des communautés juives. La reprise en main de Trèves par la Prusse, après la chute de Napoléon, conduisit Heinrich Marx à devenir avocat – le nouveau pouvoir conserva et le Code civil, et les employés du domaine judiciaire – et à se faire chrétien protestant, afin de garder son emploi suite à l’évolution de la législation prussienne. Le choix du protestantisme répondait aux liens plus forts entretenus par cette branche du christianisme avec les idées des Lumières, contrairement à un catholicisme pourtant majoritaire à Trèves. Karl Marx fut d’abord un bon élève, grandissant dans un milieu social clairement aisé. Mais ses études universitaires, à Bonn puis à Berlin, débutèrent sous le signe de la dissipation, entre fréquentation assidue des tavernes et affrontements étudiants. Cela ne l’empêche pas de se fiancer avec Jenny von Westphalen ; Jonathan Sperber relativise d’ailleurs à cet égard la différence sociale entre les deux familles, les von Westphalen n’appartenant qu’à la noblesse de second rang. Après la perte de son père, qui lui reprochait son manque de carriérisme, Karl Marx devint un « jeune hégélien », membre de ce que l’auteur qualifie de « génération perdue » (p. 71). Proche de Bruno Bauer, devenu un quasi mentor, il sembla un temps pouvoir profiter de l’intégration de celui-ci au corps enseignant universitaire de Bonn ; mais le repli conservateur de l’État prussien mit fin à cet espoir d’avenir professionnel.

Le jeune homme s’investit alors dans le journalisme, écrivant dans la Gazette rhénane : d’abord des articles, dont un en défense de la liberté de la presse, puis en impulsant une ligne éditoriale modérée, favorable au libre-échange mais opposée à l’État prussien, un trait constant de l’engagement de Karl Marx. Le journal fut tout de même interdit, et en 1843, Marx, marié, s’installe alors à Paris. C’est là qu’il publie des articles marquant une évolution vers le communisme, insistant sur le rôle central du prolétariat et la nécessité d’une révolution plus radicale en Allemagne. Jonathan Sperber analyse également de manière approfondie les articles contemporains sur la question juive, écartant toute accusation d’antisémitisme (l’idée d’émancipation des juifs étant centrale chez Marx). Exilé par la suite à Bruxelles, il entame avec Engels un travail d’organisation pratique des communistes, autour d’un Comité de correspondance communiste, rapprochement concret de militants prolétaires et révolutionnaires. Les deux amis, qui connurent une brouille provisoire, écrivent ensemble La Sainte Famille et L’Idéologie allemande, amenant Jonathan Sperber à conclure à un trait saillant de la personnalité de Marx : sa façon toute particulière de faire son autocritique [1]. C’est surtout l’investissement au sein de la Ligue des communistes (l’écriture du fameux Manifeste) et dans l’Association internationale des démocrates qui est connu, et les écrits de cette époque, dont le dit Manifeste, montrent que Marx synthétisa ses réflexions antérieures sans déboucher sur des considérations intemporelles, mais en insistant sur le modèle de la Révolution française de 1789-1794.

Lors du « Printemps des peuples », Marx s’installe à Cologne, où il défend d’abord la nécessité d’une révolution bourgeoise avant toute révolution communiste en Allemagne, la guerre contre la Russie pouvant servir d’accélérateur révolutionnaire. Il fonde et dirige la Nouvelle Gazette rhénane, où il exprime un sentiment anti-prussien prévalant sur la lutte des classes. Cette position connaît un retournement dès 1849, jusqu’à son exil définitif de Prusse. Réfugié à Londres, Marx s’efforce de réactiver la Ligue des communistes, tout en radicalisant encore davantage son discours qui affirme désormais l’imminence de la révolution prolétarienne. La Ligue connaît cependant une scission, autour de la question du rythme de la révolution communiste à venir (Marx imaginant des décennies de transition), mais que le contexte de l’exil aiguise, tout comme la présence d’espions des puissances étrangères. Avec le procès des militants communistes de Cologne fin 1852, la Ligue est finalement dissoute, ce qui correspond également au début d’une période particulièrement âpre pour Marx et sa famille, souvent réduits à la pauvreté et confrontés à des deuils tragiques (celui de leur fils Edgar principalement). De 1852 à 1859, Marx est ainsi cantonné à un rôle d’observateur (titre d’un des chapitres du livre), et se consacre au travail journalistique, produisant une masse considérable d’écrits (pour le New York Tribune en particulier). Jonathan Sperber montre bien que les analyses erronées – sur la guerre de Crimée, sur Palmerston agent russe… – voisinent avec d’autres nettement plus pertinentes – sur la colonisation de l’Inde, en dépit d’un certain eurocentrisme que d’aucuns, faisant trop facilement fi de l’histoire de la pensée occidentale du XIXe siècle, ne manquent pas de lui reprocher, en ce début de XXIe siècle.

La fin des années 1850 marque un retour de l’activisme politique : il y a d’abord la guerre entre la France et le Piémont-Sardaigne d’un côté, l’Autriche de l’autre (Marx prenant le parti de l’Autriche) ; il y a ensuite les progrès du mouvement ouvrier allemand, avec la figure controversée de Ferdinand Lassalle. Par rapport à ce dernier, le grand désaccord de Marx tient au soutien de Lassalle vis-à-vis de la Prusse. Il y a aussi la fondation de l’Association internationale des travailleurs (AIT), mais comme pour le parti ouvrier allemand, ce sont des événements dont Marx n’a pas l’initiative. Sur le divorce d’avec Bakounine, Jonathan Sperber insiste surtout sur la question des sociétés secrètes acceptées ou non dans l’AIT, tandis que sur la Commune de Paris, il fait de La Guerre civile en France un quasi chant du cygne de Marx, qui travaille pour l’avenir (non sans une certaine tendance téléologique généralement évitée par l’auteur), conscient qu’il aurait été de la rupture inévitable, au sein de l’AIT, avec des syndicats anglais favorables au gouvernement de Versailles. « (…) tout l’objet de La Guerre civile en France fut de préserver la vision glorieuse d’une révolution communiste pour un futur dans lequel il ne jouerait plus aucun rôle. Dans ce sens, la déclaration sur la Commune marque le début de la fin de l’activisme de Marx, de ses tentatives, comme vétéran de la révolution de 1848, de jouer un rôle dans la politique européenne durant cette période de guerre et de trouble commencée en 1859. » (p. 342)

Plusieurs des chapitres qui suivent ce constat sont plus spécifiquement consacrés à la pensée de Karl Marx et à l’analyse de son évolution intellectuelle au cours des années 1850. Jonathan Sperber estime ainsi qu’il chercha à unir la nouveauté de l’apport positiviste, sur laquelle il portait un regard nuancé, avec le fil rouge de la philosophie hégélienne. Il dissipe au passage la légende de la demande de dédicace du Capital par Marx à Darwin, et éclaircit le positionnement de Marx sur les questions raciales, fait d’une distance marquée et d’une assimilation à des problématiques pré-capitalistes. Sur le plan économique, Jonathan Sperber insiste sur la faille majeure des analyses de Marx, la baisse tendancielle du taux de profit, tout en montrant bien que la pensée et les élaborations de Marx furent en constante ébullition, constituant de la sorte un véritable « labyrinthe intellectuel ». La vie privée n’est pas non plus négligée, marquée par un souci de virilité et de rôle patriarcal assumé (là aussi propre à son temps), très respectueuse de conventions culturelles bourgeoises. La dernière décennie de la vie de Karl Marx le voit lutter contre la fraction de Bakounine dans l’Internationale, dont le siège est déplacé à New York, ce que l’auteur analyse non comme un moyen de saborder l’AIT, mais davantage comme une façon de préserver un héritage, loin des conséquences d’une nouvelle vague de réaction déferlant sur l’Europe (comme après le « Printemps des peuples »). On retrouve également l’obsession anti-russe du révolutionnaire allemand, son souci d’un mouvement ouvrier allemand capable d’être ni trop exclusivement anti-prussien, ni trop exclusivement anti-capitaliste, tout en demeurant réellement révolutionnaire [2]. Un ultime chapitre permet d’aborder la question de la construction posthume d’un Marx scientifique, juif et révolutionnaire.

Mettant l’accent sur des écrits peu connus de Karl Marx (sur la politique étrangère britannique au XVIIIe siècle, par exemple), éclairant toutes les dimensions de sa vie, sans jamais prendre parti ou faire preuve de mauvaise foi, Jonathan Sperber livre une biographie qui fera assurément date dans l’historiographie marxiste. Seul manque de ce maître livre, la présence de cartes, qui auraient permis en particulier de bien se repérer dans la géographie allemande.

[1]    « Marx prit ses propres idées et les projeta sur d’autres penseurs, et il put ainsi les rejeter sans avoir à faire d’autocritique. (…) C’est la seule forme d’autocritique que sa personnalité autorisait, et cela lui permettait de maintenir sa position de celui qui énonce la direction de l’histoire humaine. », p. 163 (également, « Dans ce sens, Le Dix-Huit Brumaire est un exemple particulièrement rigoureux de la pratique de Marx consistant à faire son autocritique à travers la critique des autres. », p. 261.).

[2]    Plus que promouvoir la révolution, d’ailleurs, ainsi que Jonathan Sperber l’exprime, Marx la considérait comme nécessaire et inévitable.

Florian Gulli, Jean Quétier, Découvrir Marx, Paris, Les éditions sociales, collection « Les propédeutiques », 2016, 133 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Les éditions sociales, dans cette nouvelle collection (dont ce livre initie le début), ont choisi deux philosophes pour commenter douze textes de Karl Marx, plus Lucien Sève pour fournir la postface. Comme l’écrivent les concepteurs du projet, « ce recueil est donc une antichambre », dont l’origine remonte à une rubrique de La revue du projet, revue du Parti communiste français à laquelle ils participent.

On comprendra aisément que dans le nombre de pages imparties, tout est court : les quatre pages de « Karl Marx : une courte biographie » et, sur le même principe d’un extrait, d’un commentaire (cursif) et d’une bibliographie (synthétique), douze thèmes relevant d’un marxisme (rapide). A la thématique de la lutte des classes, s’ajoute « L’idée détermine la conscience », les forces productives et les rapports de production jusqu’à « Pour sauver la commune russe, il faut une révolution russe » et « Les droits de l’homme et du citoyen : une déclaration ambiguë ». Bref, rien qui ne devrait surprendre un lecteur (une lectrice) qui a déjà fréquenté un peu Marx.

La surprise provient plutôt des références bibliographiques proposées. On retrouve évidemment les textes de Marx et Engels relatifs au thème traité dans le chapitre, mais aussi, sous l’appellation « Pour aller plus loin », des recommandations dont l’éclectisme théorique ne laisse pas de surprendre, pour des auteurs apparentés au Parti communiste. En effet, parmi les bons auteurs que recommandent Gulli et Quétier, on trouve Isabelle Garo, Pierre Dardot et Christian Laval, Maurizio Gribaudi et Michèle Riot-Sarcey, Daniel Bensaïd ou Michael Löwy, ainsi que quelques autres, dont l’affiliation avec le PCF est assez éloignée. Dont acte. Que des intellectuels liés à un parti dont les éditions sociales étaient jadis l’éditeur officiel manifestent une telle ouverture d’esprit indique sans doute que le PCF – ou du moins certaines franges de ses intellectuels – s’installe dans une nouvelle ère théorique. On retiendra que le volume suivant de cette collection est le texte d’une conférence d’Alain Badiou, dont l’affiliation maoïste est revendiquée, « Qu’est ce que j’entends par marxisme ? ».

Karl Marx, Abraham Lincoln, Une révolution inachevée. Sécession, guerre civile, esclavage et émancipation aux États-Unis, introduction de Robin Blackburn, Paris, Syllepse, Montréal, M éditeur, 297 pages, 2012, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage se présente comme une anthologie de textes du président abolitionniste des États-Unis Abraham Lincoln. Anthologie assez limité, en fait, puisque la première section ne présente que le premier discours d’investiture (4 mars 1861), la proclamation de l’émancipation (1er janvier 1863), la déclaration de Gettysburgh (19 novembre 1863) et le second discours d’investiture (4 mars 1865), soit au total quatre textes. Assez courts de surcroît, à l’exception de la première déclaration (10 pages). La deuxième section présente des articles de Karl Marx, en particulier issus du journal dont il était le correspondant européen, le New York Daily Tribune, mais surtout de la presse allemande (Die Presse), puis trois contributions sur l’esclavage (une lettre à Annenkov, un très court extrait de La Nouvelle Gazette rhénane, ainsi que quelques extraits du Capital). Suivent des extraits de la correspondance de Marx à divers correspondants (essentiellement Engels), les textes de Marx destinés à Abraham Lincoln (Adresse de l’AIT, la réponse de l’ambassadeur américain à l’Adresse de l’AIT, une nouvelle Adresse de l’AIT au président Johnson1). Enfin, l’anthologie se conclut par quelques textes d’Engels (un extrait d’un courrier à Joseph Weydemeyer, la préface à l’édition américaine de La situation de la classe laborieuse en Angleterre, puis un extrait d’un courrier à Rudolf Engels). D’importantes annexes complètent cette anthologie, avec glossaire des termes et des noms, une chronologie et des cartes des États-Unis, bref un indispensable et utile appareil critique pour le lecteur. Évidemment, ce recueil de textes divers et généralement éparpillés est des plus précieux sous la forme d’un seul volume, d’autant que le précédent (La guerre civile aux États-Unis, sous la direction de Roger Dangeville2) n’était pas aussi complet et, datant de 1970, est devenu quasi introuvable). Surtout, cette édition est précédée d’une importante introduction (120 pages) de l’historien anglais Robin Blackburn qui offre une mise en perspective des textes présentés.

Deux axes sont particulièrement développés dans les propos de Robin Blackburn. Tout d’abord, ce dernier rappelle les conditions dans lesquelles Abraham Lincoln3 et Karl Marx, deux hommes aux statuts et aux univers si dissemblables, se sont effectivement retrouvés sur une question rien moins qu’anecdotique, l’abolition de l’esclavage. Dans un second temps, l’historien analyse la manière dont la guerre civile (« révolution américaine inachevée ») a fortement influé sur l’évolution de la réflexion de Karl Marx et de ses camarades de la Première Internationale. Il démontre de manière assez convaincante que c’est l’action des noirs eux-mêmes qui a amené les républicains américains (Lincoln au premier chef) à se prononcer pour l’abolition de l’esclavage, ce qui n’était pas l’objectif de départ. D’ailleurs, ces dirigeants se trouvèrent fort embarrassés une fois les esclaves émancipés, au point de songer un temps de les renvoyer en Afrique et dans les Caraïbes, même si cette option fut rapidement abandonnée. Robin Blackburn offre également de très intéressantes informations sur la radicalisation ouvrière qui a suivi la fin de la guerre de Sécession, avec une véritable explosion de la lutte des classes, même si ces puissants mouvements ne débouchent pas sur la création d’un parti ouvrier. L’historien R. Archer4 considère que « la situation était caractérisée par la combinaison d’une répression féroce, du sectarisme socialiste et de la réticence des organisations ouvrières à prendre en charge les questions politiques, par crainte de créer des antagonismes parmi le nombre important de travailleurs religieux qui entretenaient des liens avec le système de partis existant » (p. 85). Ces débats dans l’historiographie étatsunienne incriminent d’ailleurs la responsabilité des marxistes dans cet échec (lire p. 91 et suivantes). Sans trancher dans ces débats, Robin Blackburn rend néanmoins hommage à Karl Marx et aux marxistes américains pour avoir « apporté leur contribution à la bataille contre le racisme blanc et pour les droits civiques. Nul autre courant politique n’a eu une attitude pareillement honorable et courageuse » (note 85, p. 101).

Ce remarquable recueil autour de la guerre de Sécession permet de mieux saisir les débats de l’époque et leurs prolongements actuels dans ce pays.

1Elle était destinée au départ de nouveau à Abraham Lincoln, mais entre son adoption et son envoi, Lincoln avait été assassiné.

2La préface de Roger Dangeville est disponible sur marxists.org.

3Sur Lincoln, on peut renvoyer à la représentation qu’en offre le film de Steven Spielberg, Lincoln, 2013.

4Robin Archer, Why Is There No Labor Party in the United States ?, Princeton, Princeton UP, 2008.

Jean-Pierre Pécau (scénario), Benoît Dellac (dessin), Morgann Tanco (couleurs), L’Homme de l’année 9. 1848. L’Homme qui publia le Manifeste du Parti communiste, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2015, 58 pages, 14,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De la série de bande-dessinée « L’Homme de l’année », plusieurs titres émergent, en lien direct avec les thématiques qui intéressent Dissidences. Outre L’Homme de l’année 1871. L’un des héros de la Commune de Paris, déjà chroniqué sur notre blog1, on peut citer L’Homme de l’année 1967. L’homme qui tua Che Guevara, et ce tout nouveau titre, donc. La figure historique et haute en couleurs de Jean Lafitte, corsaire français au parcours assez incroyable (dont les mémoires, découverts au milieu du XXe siècle, sont mises en cause par une majorité d’historiens), bien plus que celle de Karl Marx, est au centre de son intrigue. C’est sur un élément de ces mémoires, justement, que Jean-Pierre Pécau s’appuie, ce qu’il reconnaît d’ailleurs explicitement : le financement de la publication du Manifeste du Parti communiste dans sa première édition par Jean Lafitte, grâce à l’argent amassé au fil de ses expéditions.

Cela nous vaut un album empli d’aventures2, et qui couvre toute la première moitié du XIXe siècle. Les événements de 1848 sont un fil rouge au sein duquel s’intercalent divers retours en arrière. Ces flash-back permettent de découvrir Lafitte et son équipage, prenant d’abordage des navires marchands (mais ne libérant pas pour autant les esclaves emprisonnés dans leurs cales), se faisant capturer au début du XIXe siècle par les Espagnols alors en guerre avec la France, nouant des liens d’amitié avec James Bowie (un des futurs combattants de Fort Alamo, en 1836 lors de la révolte des Texans contre le Mexique), prenant part à la guerre anglo-américaine de 1812, ou profitant de leur repère de Barataria, dans les bayous de Louisiane, véritable communauté libertaire. Cette vision de la piraterie semble être au moins en partie influencée par les travaux de Marcus Rediker3, même si aucune bibliographie ne figure à la fin de l’album.

Là où Jean-Pierre Pécau nous avait plutôt habitué à une certaine sympathie à l’égard des anarchistes, et une profonde défiance vis-à-vis des communistes – voir dans la série de BD uchroniques « Jour J » le diptyque Septembre rouge / Octobre noir –, il se révèle parfaitement objectif dans son portrait (assez bref, il est vrai) d’un Karl Marx encore en devenir4. Néanmoins, pour les besoins de son intrigue, il postule la présence de Marx à Paris au lendemain des événements de juin 1848, alors qu’à ce moment-là, il est en Allemagne, pour un an : ce n’est qu’en juin 1849 que de retour à Paris, il s’exile finalement de manière définitive pour le Royaume-Uni. La discussion entre Marx et Lafitte permet de replacer le coup de tonnerre du Manifeste communiste dans une longue lignée de luttes et de combats, et bien que le révolutionnaire allemand explique ici à Lafitte que le communisme est à venir, l’évocation par le corsaire de sa communauté utopique de Barataria, dans laquelle chacun est libre de son corps et où toutes les richesses sont partagées, peut être considérée comme un élément de réflexion qui réintroduit la notion de communisme primitif. Avec cette fiction dessinée, on assiste donc à la représentation d’une certaine vision du communisme, qui est extraite des conditions socio-économiques de son futur surgissement (la concentration industrielle et urbaine du prolétariat) afin d’en privilégier le côté utopique.

2Lafitte, qui aurait alors été âgé d’au moins soixante-dix ans en 1848, sait encore parfaitement se battre ! On situe généralement sa mort véritable dans la décennie 1820.

3Marcus Rediker, Pirates de tous les pays : l’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), Paris, Libertalia, 2008.

4Engels est par contre totalement passé sous silence, à l’exception de l’utilisation de son identité par Lafitte, à Paris, pour exfiltrer Marx.

Le marxisme : Une Weltanschauung à la conquête de l’univers ? A propos de : Éric Hobsbawm, Et le monde changea. Réflexions sur Marx et le marxisme, de 1840 à nos jours (How to Change the World), Paris, Jacqueline Chambon / Actes Sud, 2014 (édition originale 2011), 496 pages, 28 €.

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai d’Éric Hobsbawm, décédé en 2012, est un de ses tous derniers écrits, une anthologie de divers articles, tous inédits en français, et qui s’échelonnent sur l’ensemble de la vie historienne de l’auteur. Le plus ancien remonte en effet à 1957, tandis que le plus récent date de 2010. Formant des chapitres, la plupart de ces quatorze contributions, révisées et parfois réécrites ou complétées, prennent toutefois place dans les trois dernières décennies, six d’entre elles s’intégrant dans une histoire du marxisme, parue primitivement en Italie, chez Einaudi (quatre volumes entre 1978 et 1982), partiellement traduite en français (Histoire du marxisme contemporain, chez UGE/10-18 en 1976) et en langue anglaise (un volume sous la direction de Éric Hobsbawm, The History of Marxism, Indiana University Press en 1982). Si la présente publication, éditée assez rapidement en France, n’a pas connu le sort de L’Âge des extrêmes, cela s’explique probablement par le regain d’intérêt manifesté à l’égard de Karl Marx et de son œuvre1, sensible dans le texte qui ouvre Et le monde changea, « Marx aujourd’hui », puisqu’Éric Hobsbawm y dialogue avec un Jacques Attali, en ménageant d’ailleurs un peu trop l’auteur d’une médiocre biographie de Marx. Néanmoins, ce qui est le plus notable avec ce recueil, c’est de constater que le propos s’élargit bien au-delà des seules existences de Marx et Engels, et surtout que les réflexions qu’il contient demeurent pour l’essentiel d’une grande pertinence. Bien sûr, dans « Marx aujourd’hui », Éric Hobsbawm prend en compte le changement de période historique, ouvert par la chute du mur de Berlin, ayant à cœur de dissocier Marx de ces deux héritages plus ou moins encombrants que sont le modèle de l’URSS (étatisation, planification)2 et les politiques sociales-démocrates, tout en manifestant un certain scepticisme quant au rôle que pourrait jouer le prolétariat actuel, mais ces réflexions manquent d’approfondissement. Partant, il retient surtout de Marx son analyse d’un capitalisme mondialisé et en crise.

Éric Hobsbawm prend davantage de hauteur avec ses analyses consacrées à Marx et Engels en leur temps. « Marx, Engels et le socialisme prémarxien » (1982) permet ainsi de souligner l’influence prédominante des Lumières (y compris de Jean-Jacques Rousseau) sur les deux penseurs allemands, comparativement aux utopistes et aux courants chrétiens dissidents antérieurs. En effet, grâce aux Lumières, le principe de raison devient le critère à l’aune duquel sont rejetées « toutes les vieilles idées traditionnelles » (Engels, cité p. 33). Sur le XIXe siècle, Éric Hobsbawm insiste sur la triple influence anglaise, allemande et française (l’« aile gauche » de la Révolution française et le communisme babouviste en particulier), désormais bien connue3, mais il rappelle également à juste titre les apports de Saint-Simon et de Fourier4. Un jugement nuancé, même s’il s’accompagne de la supériorité implicite de l’œuvre de Marx et Engels, replacé dans un contexte plus large, celui des années 1840 : « Il était néanmoins peut-être plus logique que la phase nouvelle du socialisme se développe non pas au centre de la société bourgeoise, mais à sa marge allemande, et au moyen d’une reconstruction de la vaste architecture spéculative de la philosophie allemande. » (p. 65, une extension de l’idée d’un « maillon faible » du capitalisme ?). Plus passionnant, plus ample également, « Marx, Engels et la politique » (1982), une approche articulée sur une périodisation des luttes révolutionnaires – mi 1840 à mi 1850, mi 1850 à 1880, 1880 à 18955. Éric Hobsbawm y insiste en effet sur l’absence de systématisation des positions des deux hommes, que ce soit sur l’évolution de l’État après la révolution, ou sur la dictature prolétarienne6, marques d’une pensée en mouvement7et germes des futurs débats de leurs successeurs8. Il manque seulement à ce tableau l’action de l’Association internationale des travailleurs, et son importance dans la vie de Marx et Engels, visiblement sous-estimée. Finalement, « Le critère principal qui distinguait (…) les marxiens de la plupart des autres socialistes, communistes et anarchistes (…) comme des mouvements syndicalistes ou coopératifs « purs », était la croyance dans le rôle essentiel de la politique, avant, pendant et après la révolution. » (p. 117). « Aventures et mésaventures des écrits de Marx et Engels », extrait de la même Histoire du marxisme anglo-saxonne de 1982, fait enfin le point sur l’édition de leurs œuvres, insistant sur deux césures majeures, 1917 et 1956 : 1917, car avant, les écrits des deux hommes n’étaient que partiellement publiés, malgré les efforts d’unification d’Engels9, tandis que la révolution d’Octobre permit un travail approfondi d’érudition et de diffusion ; 1956, car selon l’auteur, l’orthodoxie marxiste laissa place à une pluralité d’interprétations et d’analyses. Quelques textes sont plus courts, mais demeurent d’utiles synthèses. C’est surtout le cas de la préface à une nouvelle édition du Manifeste communiste en 1998, texte fondateur s’il en est. Éric Hobsbawm insiste sur son statut d’étalon quant à la différenciation entre la IIe Internationale (le SPD diffusant très peu ce document) et la IIIe (au souci de maîtrise théorique massifié plus patent) ; il insiste également sur une dichotomie récurrente tout au long du recueil, qui l’amène à opposer chez Marx la conviction – finalement erronée – d’une victoire assurée par l’hégémonie du prolétariat, de nature plutôt philosophique, et l’analyse économique – plus pertinente que jamais – de la mondialisation du capitalisme. Quant au (trop court) chapitre sur la réception10 de ces fameux et d’un abord difficile Grundrisse (Fondements de la critique de l’économie politique), qui est en fait l’introduction à une nouvelle traduction anglaise (2008, une précédente datant de 1971), il déçoit. Si sa piste de travail à propos de la disparition d’une génération d’érudits d’Europe de l’Est (Ryazanov, Rosdolsky), remplacée par des « spécialistes » beaucoup moins compétents, paraît plutôt pertinente, elle aurait gagné à un développement plus ample. D’autant plus que le silenciement11 qu’Éric Hobsbawm réserve à Roger Dangeville (non cité nommément, mais étiqueté « réformiste », p. 152), sous-estime grandement l’érudition de ce militant de l’ultra gauche française des années soixante et soixante-dix. Celui-ci est quand même le premier traducteur français des Grundrisse (Anthropos, 1967-68), même si sa glose des écrits marxiens n’est pas exempte de tout reproche12.

La seconde partie de l’ouvrage plus spécifiquement dédiée au marxisme s’ouvre par une curiosité, le plus vieux texte de ce recueil, une analyse de 1957 consacrée aux critiques victoriens de Marx après sa mort, dont le principal défaut est son caractère trop succinct. « Dr Marx et les critiques victoriens » permet à Éric Hobsbawm de montrer qu’à l’inverse de son époque de rédaction, la fin du XIXe et le début du XXe virent se succéder des critiques de Marx (et particulièrement de sa théorie de la valeur) pondérées, respectueuses, voire flatteuses (sur Marx historien), les attaques plus virulentes étant alors marginales. Deux textes, originellement élaborés en 1982 et 1995, se penchent sur la figure d’Antonio Gramsci, qu’Éric Hobsbawm considère comme « (…) le penseur le plus original produit par l’Occident depuis 1917 (…) » (p. 332-335). Il y souligne la singularité politique de son apport, la lutte politique comme guerre prolongée, ce qu’il appelle une « guerre de positions » (avec pourtant le risque d’enlisement du Parti) ou la nécessité de conquérir l’hégémonie avant même la révolution. Les efforts pour replacer l’émergence de cette praxis dans le contexte national spécifique de l’Italie en ressortent sous un jour particulièrement éclairant (p. 334). De la sorte, « Gramsci a aidé les marxistes à se libérer d’un marxisme vulgaire, et de ce fait a rendu plus difficile pour les adversaires de la gauche de dénigrer le marxisme en le présentant comme une variante d’un positivisme déterministe. » (p. 360)13. Un autre texte revient sur « Marx et le travaillisme : le siècle long » (2000). Éric Hobsbawm y dissocie fort justement socialisme et travaillisme, et revient sur le parcours de ce dernier au XXe siècle, très tôt en symbiose avec le réformisme, jusqu’à un âge d’or durant les Trente Glorieuses, avant le déclin entamé dans les années 68, parallèlement à la dislocation de la base ouvrière. Un tableau d’ensemble déjà exposé dans L’Âge des extrêmes14.

L’ensemble le plus conséquent et le plus important de cette seconde partie réside toutefois dans la vaste fresque consacrée à « L’influence du marxisme » entre 1880 et 2000. Dans le premier texte, « L’influence du marxisme (1880-1914) » (1979), Eric Hobsbawm s’intéresse à son influence large et croissante sur les intellectuels, au point que même ceux qui n’étaient pas marxistes « respiraient un air saturé par l’argumentation marxiste » (p. 208). Il oppose sur ce point les parties est et ouest de l’Europe (la Russie et la France) quant à la place respective du marxisme15, et développe également les pays où cette influence est la plus marquée, Autriche-Hongrie, Pays-Bas et Italie. « (…) cette tendance des idées marxistes et non marxistes à s’interpénétrer constitue l’une des preuves les plus puissantes de la présence du marxisme dans la vie culturelle et intellectuelle. » (p. 232), ce qui nous vaut des développements intéressants sur la philosophie, la sociologie, l’histoire économique et sociale ou les arts (« D’où l’existence, jusqu’à la fin du siècle, d’un socle commun conséquent entre les avant-gardes culturelles et les arts qu’admiraient des minorités discriminées d’un côté, et la social-démocratie de plus en plus influencée par le marxisme de l’autre. », p. 252). L’auteur diagnostique toutefois une rupture entre ces deux pôles à l’orée du siècle nouveau, liée à la moindre attraction d’un réformisme plus conformiste, et au formalisme des nouvelles avant-gardes moins clairement sympathisantes des discours de dénonciation du capitalisme16. Les hétérodoxies ne convergeaient plus, ne se recoupaient plus. Il faut attendre Octobre 17 pour retrouver de nouveau un temps (court) de convergence entre « outsiders » culturels et révolutionnaires marxistes, ce que la réaction et les nazis étiquetèrent comme bolchevisme culturel (p. 258). Autant de considérations fructueuses qui font de cette étude une des plus notables de Et le monde changea.

On peut considérer « A l’ère de l’antifascisme (1929-1945) » (1979) comme sa suite directe, en dépit d’un hiatus non comblé. Éric Hobsbawm y insiste, à l’occasion de l’audience plus large du marxisme liée au contexte fédérateur de lutte antifasciste, sur le fait que « (…) chaque pays ou zone géographique culturelle (…) adaptait le modèle international « standard » à sa manière propre, et à la lumière de ses conditions locales (…) » (p. 266). C’est bien un cercle étendu d’intellectuels17 qui se rapprocha alors du marxisme – perçu à la fois comme le seul défenseur solide de la « tradition rationaliste, positiviste, scientiste des Lumières » et du progrès, « en tant que forces de libération » (p. 290), et comme une vision totalisante du cosmos et de l’humanité, ce que l’auteur appelle son « omnicomplétude » (p. 299) – et, corrélativement, de l’URSS, perçue elle comme immunisée contre la catastrophe globale du capitalisme que le Krach de Wall Street (1929) semblait annoncer (p. 269). Dans « L’influence du marxisme (1945-1983) » (1982), Éric Hobsbawm insiste sur les éléments stimulant la remise en cause de la doxa soviétique, les évolutions du camp « socialiste », l’émergence du Tiers monde ou la radicalisation des années 60 et 70, qui vont de pair avec une difficulté d’adaptation, d’évolution de la part du mouvement communiste orthodoxe. Dans le même temps, l’accroissement du nombre d’intellectuels marxistes s’accompagne d’une multiplication et intensification des discussions théoriques. Les exemples choisis pour illustrer cette vitalité du marxisme, telles les discussions autour du mode de production asiatique, de la question nationale ou du passage du féodalisme au capitalisme, sont malheureusement trop peu nombreux, alors qu’une réactivation mémorielle de ces débats ne serait sans doute pas inutile. Enfin, « Le marxisme en récession (1983-2000) », texte inédit de 2010, s’efforce de comprendre le recul du marxisme à la fin du XXe siècle, allant au-delà de la seule explication de la chute de l’URSS et des démocraties populaires, parmi lesquelles le relativisme culturel, le postmodernisme ou le développement des préoccupations environnementales18. Le propos demeure cependant trop unilatéral, négligeant les linéaments de la survie d’un marxisme plus ou moins révisé, et de sa ré-émergence subséquente (aucune mention n’est faite des travaux d’un Daniel Bensaïd, par exemple).

Surtout, sur l’approche de la période ouverte par 1917, Eric Hobsbawm montre qu’il demeure en grande partie captif d’une vision orthodoxe et quantitative du marxisme19, dont il néglige la pluralité dynamique (courants communistes de gauche, trotskystes, etc…). Cela passe par des passages ou qualificatifs clairement dépréciatifs (« (…) les groupes marxistes étaient à cette époque insignifiants (…) », p. 316 ; « sectes » ou « ultragauches » sont également usités), des simplifications d’analyses (la « nouvelle gauche » présentée comme dénigrant unilatéralement la classe ouvrière et son rôle révolutionnaire, p. 391) et l’absence de tout un pan de l’histoire des marxismes (comment par exemple faire l’impasse sur Ernest Mandel au sujet de l’analyse des Trente Glorieuses ?). Autre élément de son temps, Eric Hobsbawm est résolument attaché à l’évolution historique réelle, au risque d’un certain fatalisme des événements20, que l’on peut voir comme une façon pour lui de justifier son engagement de longue durée au sein du Parti communiste de Grande-Bretagne (CPGB), en écartant d’emblée toute autre alternative communiste. C’est ce qui l’amène à critiquer l’histoire contrefactuelle, perçue comme symptomatique du postmodernisme.

Nonobstant, ces simplifications et oublis ne sauraient occulter le sel de ce recueil : démontrer, sur la longue durée, la centralité du marxisme. Éric Hobsbawm nous restitue les différentes périodes et l’évolution du « potentiel de pénétration » du marxisme dans le mouvement ouvrier, ainsi que la nécessité qui s’est fait jour, chez les intellectuels, « de situer leur positionnement dans leur relation » à ce corpus de pensée. A son moment de plus haute tension, le marxisme donne confiance en l’histoire à la classe ouvrière organisée, car celle-ci assimile le marxisme, considéré comme « science prolétarienne » et promesse de progrès illimité, pour en faire le noyau dur de sa conscience politique de classe. Alors, le triomphe du prolétariat, qui pourrait enfin construire sa société, apparaissait comme historiquement inévitable (p. 384). Un univers unifié et rationnellement connaissable, la croyance en la planification du développement scientifique mis « au service des aspirations humaines » (p. 311) et une URSS reconnue, y compris par un certain nombre de communistes hétérodoxes (comme les trotskystes), comme la « seule forme concluante » (p. 318) de salut, digne (malgré ses limites et ses crimes), d’être protégée de tout compromis avec l’ordre immuable du monde, tels sont les linéaments de cette omnicomplétude du marxisme et de son efficace au cours du dernier siècle. Que cette Weltanschauung apparaisse, aujourd’hui, aux yeux de beaucoup comme incompréhensible, outrancière ou aberrante, il n’en demeure pas moins qu’elle fut partagée par des millions de personnes sous presque toutes les latitudes, et que sa connaissance et sa compréhension demeurent essentielles à qui veut appréhender le XXe siècle et les mouvements révolutionnaires. Sous cet angle, ce recueil d’Éric Hobsbawm mérite toute notre attention.

1Les comptes rendus d’ouvrages consacrés au marxisme et à Marx sur ce blog peuvent déjà donner un aperçu de cet intérêt.

2Sur ce sujet, Éric Hobsbawm trace d’ailleurs un parallèle – discutable – entre les néo-libéraux et les bolcheviques : « Il s’agit d’une reductio ad absurdum, d’une réduction par l’absurde, de ce que ses idéologues avaient lu chez Adam Smith, exactement comme l’économie étatique planifiée de l’URSS – une économie dirigée à 100%, son homologue dans l’extrémisme – fut une reductio ad absurdum de ce que les bolcheviks avaient lu chez Marx. » (p. 22).

3Voir par exemple Karl Kautsky, Les Trois sources du marxisme, Spartacus, 1977, en ligne ici : https://bataillesocialiste.files.wordpress.com/2008/03/kautsky_1908.pdf . Notons que cet ouvrage était lu favorablement parmi les militants d’ultra gauche anti-léninistes des « années 68 ». L’édition de Spartacus comporte d’ailleurs en annexe deux textes de membres de cette tendance, le premier de Pierre Guillaume et le second de Jean Barrot (Gilles Dauvé).

4« Le socialisme prémarxien est par conséquent incorporé dans l’œuvre ultérieure de Marx et Engels, mais dans une forme doublement distordue. Ils firent un usage hautement sélectif de leurs prédécesseurs, et par ailleurs leurs écrits de la maturité et des dernières années ne reflètent pas nécessairement l’impact que les socialistes des débuts eurent sur eux au cours de leur période de formation. » (p. 43).

5L’auteur en profite pour écarter l’idée d’un Engels devenu réformiste au soir de sa vie et ayant – faussement, donc – écarté toute idée de révolution violente, un Engels dont les étonnantes prévisions sur une future guerre européenne sont également rappelées.

6« Nous ne disposons d’aucun texte faisant autorité pour nous lancer dans des spéculations sur ce qu’aurait été leur attitude à l’égard des régimes post-révolutionnaires du XXe siècle, si ce n’est qu’ils auraient très certainement donné la priorité initiale la plus grande au maintien d’un pouvoir prolétarien révolutionnaire afin de le prémunir des périls d’un renversement. » (p. 80-81), remarque témoignant, sans doute, d’abord de l’engagement communiste de l’auteur.

7« Ce qui pouvait être appris de Marx, c’était sa méthode consistant à se confronter aux tâches de l’analyse et de l’action, plutôt que des leçons toutes prêtes à tirer des textes classiques. » (p. 121).

8Non sans exagération parfois, ainsi du fait de voir dans l’analyse du bonapartisme par Marx une anticipation du fascisme (p. 98) …

9Éric Hobsbawm commet d’ailleurs une petite erreur lorsqu’il fait de Socialisme utopique et socialisme scientifique une adaptation simplifiée de L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, alors qu’il s’agit en fait d’une sélection de chapitres de l’Antidühring (p. 159).

10En particulier « (…) la croyance que les Grundrisse ouvraient le champ à l’hétérodoxie. » (p. 152).

11Néologisme forgé par Puccinelli-Orlandi en 2001.

12La parsemant subrepticement, ici et là, de passages empruntés aux écrits d’ Amadeo Bordiga …

13Éric Hobsbawm va jusqu’à en faire un précurseur des subaltern studies (p. 362).

14Éric Hobsbawm a toutefois tendance à surestimer le choc de la crise de 2008, qu’il compare à la chute du mur de Berlin quant à sa déligitimation du néo-libéralisme, un moyen pour lui de clore ses réflexions sur une note optimiste et sur l’actualité retrouvée de Marx.

15« (…) en Occident, la première génération convertie au marxisme (…) combinait tout à fait naturellement Marx aux influences intellectuelles dominantes du temps. » « Par contraste, en Europe de l’est, (…) aucune autre explication de la transformation vers la modernité déclenchée au XIXe siècle ne pouvait rivaliser avec le marxisme (…) » (p. 209).

16« En fait, les marxistes avaient les plus grandes difficultés à envisager pour l’artiste un rôle, quel qu’il fût, sous le règne du capitalisme, si ce n’est comme propagandiste, comme symptôme sociologique ou comme « classique ». On est tenté de dire que le marxisme de la Deuxième Internationale n’élabora en réalité aucune théorie appropriée des arts (…) » (p. 259-260).

17Ainsi que de rejetons de l’élite, filles et fils de millionnaires ou de familles aristocratiques, fascinés par la promesse de rupture totale offerte par le marxisme : Jessica Mitford, Kim Philby, Anthony Blunt au Royaume-Uni, Corliss Lamont aux États-Unis, pour ne citer que ceux-ci.

18« Le marxisme était particulièrement vulnérable à ce renversement de la perspective de l’« inévitabilité historique », qui, de positive, devenait négative. » (p. 427).

19« Il n’est pas suggéré ici que les doctrines des courants dominants du marxisme bénéficient d’une véracité supérieure à celles qui se situent à sa marge ; il est seulement suggéré qu’elles ont une véracité supérieure dans leur rapport à Marx. » [souligné par nous], note p. 405.

20« La révolution soviétique de Petrograd ne s’imposa pas à Berlin, et nous pouvons maintenant voir qu’il était irréaliste de s’attendre à ce que cela soit le cas. » (p. 440). « Y avait-il une autre politique communiste de combat possible concernant la guerre civile espagnole ? Alors, comme aujourd’hui, la réponse à cette question s’impose : aucune. » (p. 322). 

Henri Pena-Ruiz, Entretien avec Karl Marx, Paris, Plon, 2012, 175 pages, 13 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Spécialiste de la laïcité, auteur prolifique, membre du Parti de Gauche, Henri Pena-Ruiz se revendique également du marxisme. Dans l’ensemble assez vaste des ouvrages prétendant introduire à la compréhension de l’œuvre de Karl Marx, il en propose un astucieux. En effet, comme son titre l’indique, il envisage d’offrir quelques aperçus sur le marxisme, sous forme d’un dialogue entre l’auteur du Capital et lui-même. Le résultat eût pu être des plus triviaux. Mais l’idée de Henri Pena-Ruiz n’est pas d’inventer un dialogue fictif avec Marx (chemin de la fiction qu’emprunta, pour notre plus grand plaisir, Juan Goytisolo, La longue vie des Marx, Fayard, 1995). S’il s’agit bien d’une entretien croisé, chaque parole de Marx correspond à un extrait d’un de ses livres. Il faut reconnaître le caractère parfois un peu forcé du trait, certaines réponses ne correspondant qu’approximativement à la question posée. Mais, globalement, le propos est assez convaincant. Bien sûr, ce n’est pas parce que le livre prend la forme d’un dialogue qu’il en devient beaucoup plus facilement abordable et compréhensible pour autant. La pensée de Karl Marx est complexe, lui-même l’a répété à de nombreuses reprises. Il ne suffit pas de découper, même savamment, l’œuvre pour que la compréhension en surgisse spontanément. Que l’on ne s’y trompe donc pas : le livre ne se lit pas si facilement que cela, même si l’effort pédagogique permet de suivre le cheminement de la pensée de Marx. Le propos est divisé en trois temps. Dans un premier entretien, c’est la thématique de l’argent roi qui fait l’objet d’un échange. Puis, le thème de l’émancipation est abordé dans un second entretien. Enfin, le dernier moment porte sur l’humanisme radical de la pensée marxiste. Sans prétendre bouleverser notre compréhension du marxisme, ce qui n’est d’ailleurs en rien l’objectif de l’ouvrage, l’approche de Pena-Ruiz parvient à susciter, espérons le, une lecture plus linéaire et systématique des textes de Marx.

David Harvey, Pour lire Le Capital, Paris, La ville brûle, 2012, 366 pages, 25 €.

Un compte rendu de George Ubbiali

A ce qu’il semble, Karl Marx suscite une belle actualité éditoriale. En sus de ce livre de David Harvey, géographe marxiste étatsunien dont la production a été largement traduite ces dernières années1, on notera, dans la même volonté didactique d’introduction à la pensé de Marx, la publication du livre commun de deux auteurs, également étatsuniens (Fine et Saad-Filho2) et la réédition, très antérieure, de celle de Lafargue3. Il faut reconnaître que Marx lui-même avait conscience de la difficulté de son approche : « Il n’y a pas de route royale pour la science, et ceux-là seulement ont chance d’arriver à ses sommets lumineux qui ne craignent pas de se fatiguer à gravir ses sentiers escarpés » (Marx4, cité p. 13).

David Harvey se propose donc de fournir à un public académique (ses étudiants) une introduction à cette lecture, débarrassée de toutes les gloses produites depuis la publication du livre, mais enrichie de ses propres travaux. Son projet repose exclusivement sur la présentation du Livre I, celui qui a été publié du vivant de Marx, et qui explore la production capitaliste. Les livres II (portant sur l’échange) et III (les crises) , inachevés au moment de sa disparition ont été finalisés et publiés par Friedrich Engels. Seules des allusions à ces deux ouvrages sont proposées dans l’ouvrage de Harvey. La proposition de ce dernier de rester le plus fidèle au texte du Capital l’amène à développer son analyse, chapitre par chapitre. Mais, avant de plonger dans son développement, Harvey rappelle la règle méthodologique fondamentale qui structure l’approche de Marx : « Le capital n’est pas une chose, mais un processus qui n’existe que par le mouvement (…) En conséquence, pour saisir l’activité et le transformation, nombre de ses concepts se fondent sur des relations plutôt que sur des principes isolés et indépendants » (p. 19). En dix chapitres, à raison de un à trois chapitres du Capital, David Harvey propose de mieux saisir la logique et les concepts développés par Marx. On ne peut rentrer dans le détail de chacune de ces parties, ainsi disséquées. Le caractère systématique, minutieux du propos est soutenu à la fois par des allusions à l’actualité du fonctionnement de la phase néo-libérale et, plus généralement par des exemples issus de la spécialité de l’auteur, la géographie, permettant d’éclairer tel ou tel aspect du Capital. Retenons également qu’ici ou là, Harvey offre de suggestifs aperçus sur des romans classiques, plutôt méconnus du public français. Ainsi, page 55, il se livre à une analyse détaillée du roman de Daniel Defoe, Heurs et malheurs de la fameuse Moll Flanders, œuvre évidemment moins célèbre que Robinson Crusoé. David Harvey propose alors un stimulant développement entre la littérature classique et la naturalisation du capitalisme par la fiction. Ailleurs, il s’appuie sur un auteur cette fois-ci largement méconnu, Oliver Goldsmith (Le vicaire de Wakefield), dans la même optique pédagogique. Dans le même ordre d’idée, on retiendra l’impressionnant commentaire d’érudition consacré au rapport entre Marx et Darwin, à partir d’une note de quelques lignes en bas de page du Capital (p. 210 et suivantes). La démonstration de David Harvey tend à mettre en avant la modernité de Marx, dont les analyses du Capital correspondent largement à la réalité contemporaine du capitalisme néo-libéral. Si l’on peut regretter que l’analyse des livres II et III soit expédiée en deux pages (268-69), que certaines formulations laissent à penser que l’auteur puisse être favorable au rachat par les salariés du capital (voir p. 273-2745), le texte de David Harvey devrait susciter l’intérêt du public à qui il est destiné et à nourrir la confrontation directe avec la lecture du Capital, puisque tel est son souhait.

1Et également chroniquée dans Dissidences : David Harvey, Le nouvel impérialisme, Paris, Les Prairies ordinaires, collection « Penser / Croiser », 2010, 256 p. (par Jean-Guillaume Lanuque) sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=850 , David Harvey, Paris, capitale de la modernité, Paris, Les prairies ordinaires, 2012, 529 p. (par Frédéric Thomas) sur http://dissidences.hypotheses.org/71

2 Ben Fine et Alfredo Saad-Filho, CA-PI-TAL ! Introduction à l’économie politique de Karl Marx, Paris, Raisons d’agir, 2012, 264 p.
3 Karl Marx, Le Capital Résumé par Paul Lafargue, Paris, Kobawa Édition, 2011, 104 p.
4Cette phrase constitue la conclusion d’une lettre de Karl Marx à son éditeur Maurice Lachâtre, le 18 mars 1872, à propos de l’édition du livre I du Capital. Lire sur http://bataillesocialiste.wordpress.com/2009/08/27/lettre-de-karl-marx-a-son-editeur-1872/
5 Exposant la théorie de Rudolf Meidner, économiste suédois des années 1960, qui propose d’associer les représentant du travail à la direction des entreprises capitalistes, David Harvey commente : « Ce projet (bien plus complexe dans ses détails) est globalement compatible avec la position de Marx, et constitue un moyen pacifique de prendre le contrôle de la classe capitaliste. Pourquoi ne pas y réfléchir davantage ? » (p. 274).