Archives par étiquette : Milice

Jean Zay, Écrits de prison, 1940-44, Paris, Belin, 2014, 1052 pages, 34 €, Olivier Loubes, Jean Zay, Paris, Armand Colin, 2012, 286 pages, 19,80 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

A la veille de sa « panthéonisation », Jean Zay est l’objet d’une publication importante, celle de ses lettres de prison. Ce livre minutieusement coordonné par Antoine Prost – qui s’est entouré des principaux connaisseurs de Jean Zay – nous fait vraiment progresser dans la connaissance d’un homme qui fut « la victime d’un piège politique », pour reprendre la formule d’Olivier Loubes. Après la récente réédition par l’éditeur Belin de Souvenirs et solitude que Julliard avait publié en 1945, ces 550 lettres conservées (290 à sa femme Madeleine, 211 à sa sœur Jacqueline, 36 à son père, et quelques unes à ses amis proches, Marcel Abraham, Jacques Kayser ou Pierre Mendès France) permettent de mieux saisir à la fois l’époque et le personnage.

Né le 6 août 1904 et assassiné par deux miliciens qui venaient de l’extirper de sa prison le 20 juin 1944, Jean Zay fait partie des « Jeunes Turcs », ces militants du Parti radical, comme Mendès France ou Gaston Monnerville, jeunes gens pressés et doués. Député d’Orléans dès 1932, réélu en 1936, sous-secrétaire d’État dès janvier 1936, le voilà Ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts en juin 1936, poste qu’il occupe jusqu’en septembre 1939. Il fait partie de « l’aile progressiste » du Parti radical, partisan du Front populaire. Comme le rappelle Olivier Loubes, lors de son long passage au gouvernement, il prolonge l’obligation scolaire de 13 à 14 ans, unifie les programmes du 1er cycle du lycée et du primaire supérieur. En tant que Ministre responsable des Beaux-Arts, il inaugure à Paris le Musée d’Art moderne et est à l’origine du festival de Cannes, pour faire pièce à la Mostra de Venise instrumentalisée par le pouvoir de Mussolini. Pas de réformes révolutionnaires donc, d’ailleurs la fraction conservatrice de son propre parti les aurait empêchées.

Pourquoi tant de haine à son égard ? Ayant quitté Bordeaux (Le Verdon) à bord du Massilia le 20 juin 1940 avec plusieurs autres parlementaires et ministres – car avant la signature de l’armistice il fut un moment question de poursuivre la guerre en Afrique du Nord – il est arrêté peu après son arrivée au Maroc, dont le Résident général avait rallié le Maréchal Pétain. Avec Pierre Mendès France, Pierre Viénot et Alexis Wiltzer, il fait partie des députés mobilisés. Ils ont donc à répondre d’abandon de poste en présence de l’ennemi, de désertion, devant le tribunal militaire de Clermont-Ferrand. Après des caricatures de procès, les sanctions tombent … différentes selon l’orientation politique et surtout « l’origine ethnique » des accusés : Alexis Wiltzer, député modéré de Moselle, bénéficie d’un non-lieu, Pierre Viénot, député socialiste des Ardennes, d’une condamnation à 8 ans de prison avec sursis. Jean Zay, dont le père était juif, est condamné à la plus lourde peine : la déportation à vie et la dégradation militaire. L’état de guerre empêchant son transfèrement aux colonies, il purge sa peine, pour l’essentiel, à la prison de Riom. Condamné à 6 ans de prison ferme, son appel n’ayant rien donné, et estimant qu’il est victime d’une « brimade politique », Pierre Mendès France conseille à sa femme (qui est encore au Maroc avec leurs deux fils) de partir aux États-Unis et il se donne le droit de s’évader, ce qu’il fait le 21 juin 1941.

Ce n’est pas le choix de Jean Zay. Persuadé de son innocence, certain qu’on lui rendra justice, aidé par un avocat dévoué, Alexandre Varenne, « il s’installe » en prison. Extrêmement attaché à sa femme et à ses filles – la deuxième, Hélène, est née au Maroc alors que Jean Zay est déjà transféré à Clermont-Ferrand – il n’aura de cesse de les faire venir à Riom, où elles arrivent le 30 mai 1941. La situation est surréaliste. Jean Zay est incarcéré mais il peut, la plupart du temps, faire venir ses repas d’un restaurant voisin, et surtout on lui permet un droit de visite quasi permanent. Sa fille Hélène fait ses premiers pas dans sa cellule et l’aînée Catherine apprend à lire sur ses genoux. Ses amis défilent aussi, lui écrivent, et il reçoit de nombreuses marques d’affection de ses électeurs d’Orléans. Il aura le loisir d’écrire. Julliard publie, sous un pseudonyme, son roman policier La Bague sans doigt, et la revue Heures Claires trois de ses nouvelles, sous le pseudonyme de Jean Dauphine.

Surprenante situation, émouvante parfois – pour se donner du courage, il affiche dans sa cellule le portrait de Blanqui … qui « patienta », lui, 38 années, dont 10 années de suite au Mont-Saint-Michel (p. 551, lettre à sa sœur). Dans telle ou telle lettre, Antoine Prost détecte une allusion à un projet d’évasion (p. 525, 527), mais rien de sérieux, alors que son voisin de détention, le général de Lattre de Tassigny, réussit à s’évader le 4 septembre 1943. Le piège va donc se refermer sur lui. A partir de l’intégration de la Milice au gouvernement en janvier 1944, les conditions de détention se durcissent. Après le débarquement en Normandie du 6 juin 1944, Joseph Darnand est nommé secrétaire d’État à l’Intérieur : « un climat d’élimination politique s’installe » (Olivier Loubes, p. 1012). Jean Zay est particulièrement haï par les collaborateurs qui lui reprochent notamment un poème parodique, « Le drapeau », dans lequel le jeune homme de 19 ans exprime sa détestation de la guerre1. Daté du 6 mars 1924, en voici un extrait : « Terrible morceau de drap cloué à ta hampe… je te hais pour toute la misère que tu représentes, pour le sang frais, le sang humain aux odeurs âpres, qui gicle sous tes plis, je te hais au nom des squelettes … ils étaient Quinze cent mille… ». Olivier Loubes le reproduit en entier dans sa biographie (p. 61).

C’est donc le 20 juin 1944 que Jean Zay est extrait de sa prison et assassiné. Dans la dernière lettre à sa femme, le 19 juin, informé de son transfert, il écrivait : « Je pars plein de bonne humeur et de force. Je n’ai jamais été si sûr de mon destin et de ma route. J’ai le cœur et la conscience tranquilles. Je n’ai aucune peur. J’attendrai, comme je le dois, dans la paix de ma pensée, l’heure de vous retrouver tous ».

1Notons que les protestations actuelle des extrêmes droites (hebdomadaire Rivarol, Bruno Gollnish du Front national etc.) et de certaines associations d’Anciens combattants contre le prochain transfert de ses cendres au Panthéon s’appuient de nouveau sur ce poème.