Archives par étiquette : Militantisme

David North, Défense de Léon Trotsky (In Defense of Leon Trotsky), Paris, Books on Demand, 2012 (édition originale en 2010), 226 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette publication de David North, militant trotskyste étatsunien, secrétaire national du Parti de l’égalité socialiste1 et animateur du World Socialist Web Site2, s’inscrit dans la contre-offensive – limitée – suscitée par les biographies de Ian Thatcher, Geoffrey Swain et Robert Service, dont seule la dernière a été traduite en français3. Il s’agit en réalité d’un assemblage de divers textes, dont la traduction aurait nécessité une deuxième lecture afin d’éliminer certaines formules rendues trop littéralement (l’usage des majuscules est également quelque peu abusif).

La première partie rassemble deux conférences données par David North devant un public militant. Celle de 2001 intitulée « Vers une reconsidération de la place de Trotsky dans l’histoire du vingtième siècle », est une apologie du révolutionnaire, sur le plan littéraire mais surtout politique, David North n’hésitant pas à le juger supérieur à Lénine de par son appréhension mondiale des processus révolutionnaires dans sa théorie de la révolution permanente. La conférence de 2008, « Léon Trotsky, l’historiographie soviétique et le destin du marxisme classique », aborde l’historiographie étatsunienne et britannique de Trotsky, globalement négligé, et de Staline, privilégié au risque d’une valorisation excessive. Apparaît là la tendance de David North à privilégier la biographie d’Isaac Deutscher comparativement à celle de Pierre Broué, chroniquement survolée. Quant aux causes d’une telle différence de traitement entre les deux hommes, David North y voit surtout, probablement à juste titre, l’influence du contexte conservateur général dans les pays industrialisés depuis les années 1980 et l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher et Ronald Reagan, ainsi que le quasi abandon du marxisme par les intellectuels. On restera plus dubitatif sur son espoir volontariste d’un essor prochain des études sur Trotsky et le trotskysme, fondé sur son appréciation des conséquences de la crise actuelle, un optimisme un peu trop mécaniste.

Mais la composante la plus intéressante de Défense de Léon Trotsky tient à ses deuxième et troisième parties. Ce sont d’abord les historiens Geoffrey Swain et Ian Thatcher qui sont visés, accusés, sous couvert de vouloir briser les mythes qui entourent Trotsky, de dévaluer son importance réelle. En outre, toujours selon David North, le travail de Geoffrey Swain manque d’analyses du substrat social, privilégiant plutôt les conflits de personnes et les jugements moraux, tout comme il est dépourvu d’éclairages sur des épisodes pourtant majeurs (l’arrivée au pouvoir du nazisme, la IVe Internationale…). Quant à Ian Thatcher, il va jusqu’à minimiser l’importance de Trotsky dans la révolution de 1905 (omettant allègrement certains témoignages), et les quelques exemples choisis par David North démontrent bien la méconnaissance de cet historien à propos de plusieurs écrits de Trotsky. Au passage, David North met en exergue un livre plutôt délaissé, Les Questions du mode de vie. Dernière cible de David North, et non des moindres, Robert Service, dont l’entreprise de dénigrement systématique est clairement dénoncée, avec des éclairages localisés mais démonstratifs d’un travail guidé par le soupçon, la mauvaise foi et la superficialité (les écrits de Trotsky sont négligés au profit d’éléments plus triviaux, et David North insiste également sur le délai de deux années qui a suffi à Robert Service pour écrire sa biographie)4. Plusieurs conférences données après ce dernier article complètent l’acte d’accusation contre l’universitaire d’Oxford, dont on retiendra en particulier l’accent mis par celui-ci sur un Staline plus réaliste et « intellectuel » (sic) face à un Trotsky plus dangereux.

Sur les motivations de ces trois auteurs britanniques, l’idée d’une attaque préventive contre un futur retour des idées de Trotsky sur le devant de la scène politique s’impose comme nettement moins pertinente que l’influence d’une pensée postmoderne pour laquelle toutes les thèses se valent, au détriment d’une vérité par trop autoritaire ; la volonté pour bien des historiens de s’imposer dans le champ académique en se distinguant à tout prix de leurs prédécesseurs et de laisser leur marque par le biais de « coups » commerciaux opportunistes mérite également d’être soulignée. Le livre se conclut par deux annexes, l’article critique de Bertrand M. Patenaude sur la biographie de Robert Service (saluant également la réponse de David North) parue dans l’American Historical Review5, et la lettre adressée par plusieurs historiens allemands à l’éditeur de Robert Service, Suhrkamp, par trop centrée sur cette question tangente d’un antisémitisme « soft » de Robert Service.

1 Cette organisation semble être la plus importante du Comité international de la Quatrième Internationale, qui se veut l’héritier du Comité international de 1953, constitué à l’origine contre l’orientation impulsée par Pablo à la IVe Internationale, et qui aurait été successivement trahi par le SWP, l’OCI et le WRP britannique. De ce qui transparaît légèrement à travers l’ouvrage, leurs positions semblent se caractériser par un relatif catastrophisme (« Le système capitaliste mondial se dirige vers un effondrement généralisé à l’échelle de celui de la période 1914-1945 », p. 93) et une vision des partis ouvriers traditionnels comme « partis bourgeois de droite » (p. 94).

3 Voir la critique détaillée de ce livre rédigée par Christian Beuvain et moi-même : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

4 « Pour Robert Service, Trotsky n’est pas un dieu à adorer [accusation que lui-même lançait contre Deutscher et Broué], mais un démon à exorciser » (p. 175).

5The American Historical Review, vol. 116, n° 3, juin 2011, p. 900-902.

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants . PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS éditions, collection « Culture & Société », 2013, 423 pages, 25 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

Issu d’une thèse de doctorat1, cet imposant ouvrage de science politique de Vanessa Codaccioni interroge les conditions d’émergence des procès « politiques » intentés aux militants et dirigeants du Parti communiste français lors de deux périodes troublées, celle de la guerre froide et celle de la guerre d’Algérie. L’auteure définit d’abord, en introduction, cette notion difficile à cerner de « procès politique », au « cœur des luttes entre l’État, les anticommunistes et les membres du PCF » (p. 23), avec les institutions étatiques qui utilisent le droit pénal et les atteintes à la sûreté de l’État pour criminaliser leurs opposants les plus résolus, et la direction communiste mettant en place, en retour, une stratégie de politisation des très nombreux procès auxquels le PCF doit faire face. Ces procès sont donc « le résultat d’une construction collective, étatique et militante » (p. 8), et leur étude précise et documentée doit contribuer, c’est du moins l’objectif de Vanessa Codaccioni, à une meilleure connaissance du communisme français.

I – Dès l’entrée de la France en guerre froide, c’est-à-dire à partir des grandes « grèves rouges et insurrectionnelles »2 de 1947-1948, les pratiques communistes se durcissent, et le PCF connaît une radicalisation progressive qui se manifeste par le recours à la violence politique, en particulier lors de son opposition à la guerre d’Indochine qualifiée de « sale guerre ». Le « capital de haine » accumulé pendant la période de l’Occupation contre les nazis et les collaborateurs (p. 57-59) fidélise les militants et légitime les pratiques violentes contre un État et sa police en « voie de fascisation », par la réactivation d’un antifascisme renouvelé. Le Parti valorise les affrontements avec la police (ou l’armée), exalte les militant-e-s révolutionnaires et met en scène, afin d’obtenir un impact militant maximum, les centaines de manifestations de cette période, suivant le cycle activisme militant/répression. Danielle Tartakowsky a calculé, en effet, que sur 457 manifestations qui se déroulent entre 1949 et 1952, le PCF en organise 437 !3 Rien que ce chiffre symbolise la puissance militante de ce parti, pourtant ostracisé dans l’espace institutionnel (et menacé, parfois, d’interdiction), après la « rupture » de 1947. Les passages à l’acte, qui s’effectuent sous le double signe de la lutte pour la paix et contre la guerre d’Indochine, provoquent la répression et construisent des « affaires ». Le peintre Fougeron est inquiété en 1948 pour une affiche, saisie et détruite sur ordre du pouvoir, contre la bombe atomique4 et Eugénie Cotton, dirigeante de l’Union des femmes françaises (UFF) est inculpée en mai 1950, également pour une affiche exigeant la fin de la guerre du Vietnam. L’affaire Henri Martin, bien étudiée par Alain Ruscio5, les procès des « 16 de Roanne », des « 12 de Saint-Brieuc », des « 10 de la Bocca », des « 9 de Nantes » tous militants, hommes et femmes, plus ou moins chevronnés, du PCF, de l’UFF ou de la CGT, inculpés pour des violences contre du matériel de guerre, se succèdent devant les tribunaux militaires. Ces affaires collectives permettent au Parti communiste, d’abord d’utiliser l’enceinte judiciaire comme tribune politique pour populariser ses objectifs partisans, et surtout d’héroïser un certain type de militant, tous les inculpés n’étant pas jugés dignes d’être valorisés. Ne sont sélectionnés que des militants-e-s ouvriers-ères, ayant l’esprit de sacrifice, de don de soi, ne pouvant donner aucune prise aux attaques de l’État ou de la presse dite « bourgeoise ». Seuls les communistes obtenant cet imprimatur d’ « homme de marbre » bénéficient « de grandes campagnes de solidarité dont l’ampleur varie en fonction de la gravité de leur « crime » et des peines encourues, de leur degré de conformité au rôle de l’emprisonné politique et de leur trajectoire sociale et militante » (p. 243). Les analyses de Vanessa Codaccioni montrent également que toutes ces affaires sont maîtrisées par la direction du Parti, qui assigne à chaque fois un cadre expérimenté pour superviser tel ou tel procès (ainsi André Marty est-il chargé de l’affaire Henri Martin). Néanmoins, cette stratégie du Parti communiste, qui peut apparaître cynique ou machiavélique, doit évidemment être mise en perspective avec la politique répressive de l’institution judiciaire et en particulier des tribunaux militaires, décidés à criminaliser toute opposition communiste. Les gouvernements successifs font leur le vieux cri d’Albert Sarraut en 1927 : « Le communisme, voilà l’ennemi ! »6. Cet anticommunisme virulent devient l’une des priorités des ministères de l’Intérieur et de la Défense nationale, même si la répression ne va pas « à l’encontre des principes de légalité républicaine » (p. 181). Ainsi, l’Assemblée nationale refuse toutes les levées d’immunité parlementaire de députés communistes, exigées par les cercles les plus ultra de la droite. Le soi-disant « complot des pigeons » et l’arrestation du dirigeant communiste Jacques Duclos après la violente manifestation contre le général Ridgway (28 mai 1952) marquent en fait le début de la « déradicalisation » du PCF (p. 182-183).

II – Lors de la guerre d’Algérie, le flou des positions théoriques du PCF (nation algérienne ou pas ?), l’absence de continuité quant à sa stratégie d’opposition à cette guerre, son double langage (il y a ce qui est officiel et ce qui se décide en interne) et sa volonté de contrer les militants partisans d’actions radicales, franches et ouvertes, de soutien à la lutte anticolonialiste des Algériens rendent quasiment impossibles des actions semblables à celles des années 1949-1953. S’il existe néanmoins des manifestations de rappelés dans les gares ou autour des casernes, en 1955 et 1956, le Parti communiste se garde bien de les valoriser ou de les encourager. Concernant le vote des pouvoirs spéciaux par les députés communistes (12 mars 1956), il s’inscrit, selon Vanessa Codaccioni, dans une stratégie d’intégration au sein du champ politique, dans une période de décrue des effectifs et de remous internes liés à la question de la déstalinisation. En retour, pourtant, cette stratégie suscite des oppositions, éparses, mais qui se focalisent sur la ligne anticoloniale. Par exemple, les communistes en rupture « occupent une part relativement importante dans les réseaux d’aide au FLN (…), le réseau Curiel et celui de Francis Jeanson (…) » (p. 270), mais le PCF n’exclut pas ces militants, pour autant qu’ils restent dans l’ombre, et ne risquent pas, ainsi, de le faire accuser de collusion avec le terrorisme. Après l’affaire du canal de Suez, le PCF évolue et suscite (timidement, officieusement) des actes de désobéissance : en septembre 1957, à une réunion de secrétaires fédéraux, décision est prise de diffuser le mot d’ordre de refus de porter les armes contre le peuple algérien. Mais cette décision reste interne à l’organisation, elle ne franchit pas l’espace public communiste. Seuls des « recruteurs », issus des Jeunesses communistes et fils de cadres (comme Pierre Guyot, fils de Raymond Guyot ou Serge Magnien, fils de Marius Magnien) conseillent à des militants, futurs appelés, de refuser de partir. Mais outre que ces actions ne concernent qu’une infime minorité, le retour en 1959 d’un strict légalisme stoppe net ces velléités. Durant toute cette période, l’armée continue de criminaliser les militants communistes qui se retrouvent, en Algérie, impliqués de près ou de loin dans l’aide aux insurgés ou même dans la critique de la guerre. Le manque d’engagement officiel du PCF aux côtés de ces militants rend évidemment la tâche plus aisée à l’armée, qui n’hésite ni à les torturer dans la sinistre villa Susini ou au centre d’El-Biar (le journaliste d’Alger républicain Henri Alleg ou Alfred Gerson, un responsable d’un réseau clandestin qui diffuse La Voix du soldat dans les casernes) ni à les faire disparaître (le mathématicien Maurice Audin). Pourtant, en ce qui concerne les militants FLN, le Parti communiste met assez rapidement (1955) en place des structures collectives d’aide judiciaire, dans lesquelles s’impliquent entre autres de jeunes avocats communistes (Pierre Stibbe, Pierre Kaldor, Henri Douzon, Nicole Dreyfus ou Michel Bruguier) qui politisent les procès.

In fine, cet ouvrage de Vanessa Codaccioni, dont les sources proviennent des archives du PCF, du Secours populaire, de la presse communiste, des archives judiciaires, du Service historique de la Défense et de la Préfecture de police de Paris, appuyées sur une cinquantaine d’entretiens avec des communistes, dont beaucoup inconnus ou peu connus à ce jour, remplit son objectif : une connaissance accrue et renouvelée du communisme français, dans des périodes de fortes tensions nationales et/ou internationales. Son travail permet, comme elle l’indique en conclusion, « d’apporter une contribution au débat sur le processus de déclin » du PCF. Celui-ci entre dans un « processus de normalisation politique » par abandon et « dévalorisation de la radicalité » et des « illégalismes militants », qui lui fait perdre, selon l’auteure, son identité d’avant-garde (p. 402-404), identité récupérée à la fin des années soixante par les groupes marxistes-léninistes (dits maoïstes) et en particulier par la Gauche prolétarienne. Le débat reste ouvert …

 1Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. Une sociologie des « procès politiques » en temps de crise : les interactions répressives entre le PCF et l’État (1947-1962), Thèse pour le doctorat de science politique, sous la direction de Frédérique Matonti, université Paris I Panthéon-Sorbonne, novembre 2011, 699 pages.

2Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France. Les grèves « insurrectionnelles » de 1947-1948, Paris, Éditions Syllepse, 1998.

3Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, cité par Vanessa Codaccioni, p. 74.

4Cette célèbre affiche est reproduite dans l’ouvrage de Romain Ducoulombier, Vive les soviets. Un siècle d’affiches communistes, Paris, Éditions Les Échappés, 2012, p. 62. Elle fait également l’objet d’analyses croisées (par Philippe Button, Alain Deligne, Sarah Wilson) dans le n° 21-22 de Matériaux pour l’histoire de notre temps, octobre-décembre 1990/janvier-mars 1991, p. 98-116.

5Voir notre article Les guerres coloniales françaises au miroir communiste : quelques livres et deux ou trois choses que l’on sait d’elles sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/documents/guerre_coloniale.pdf

6C’est lors d’un discours d’Albert Sarraut, alors ministre de l’Intérieur, à Constantine (Algérie), le 23 avril 1927, que cette phrase lapidaire est prononcée.