Archives par étiquette : Modèle républicain

Jean Vigreux, Croissance et contestations. 1958-1981, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2014, 475 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Comment écrire une synthèse participant, peu ou prou, de l’histoire du temps présent ? Pour cette nouvelle histoire de la France contemporaine, Jean Vigreux s’attaque à l’entre-trois mai, celui de la Ve République gaullienne, pompidolienne, giscardienne1. Toute synthèse suppose un point de vue sur la période, un parti pris d’écriture, afin que d’en retrouver le sel, convaincre le lecteur.

Un parti pris d’écriture

Ce parti pris est celui de l’histoire politique, première jusqu’à l’abord des questions culturelles, toujours liées, sinon intriquées, pour l’auteur au politique. L’histoire politique est première ici par le corset de la chronologie. La formule de l’entre-trois mai le circonscrit. Dans le jeu implicite de l’emprunt à Pascal Ory et son entre-deux mai aux fortes fragrances d’histoire culturelle, le choix assumé du politique place le gaullisme au cœur de l’écriture. Il est celui d’un mai 58 ouvrant sur « une république modernisatrice », il est ensuite celui d’un « lourd héritage », celui que Georges Pompidou doit gérer aux lendemains de mai 68, il est enfin en amont de mai 81, celui du giscardisme et de la « fin du modèle gaulliste ». Trois moments, trois parties, découpent donc ce questionnement du gaullisme et de son rapport à la société française. La structure de l’ouvrage invite donc à « revisiter » les travaux de Serge Berstein, René Rémond, à parfois soupeser leur pertinence face à d’autres chronologie plus décalées, provenant de l’histoire sociale, à la suite des travaux de Michelle Zancarini-Fournel et ses épigones, dont Xavier Vigna, sur les années 68. Ce qui résiste alors dans l’écriture de Jean Vigreux participe contre ce découpage des années 68 de l’effet gaulliste de l’entre-trois mai. La synthèse n’en est que plus vive alors, pour peu que dans les incises et les rappels des travaux d’histoire sociale et culturelle (cf. l’abondante bibliographie), le lecteur questionne systématiquement ce lien du social, du culturel, au politique.

Le politique comme focale.

Au cœur de la démonstration le politique donc. Le court chapitre introductif, consacré à la crise du 13 mai et la naissance d’un « modèle » républicain place l’événement au cœur de l’écriture, complexifiant les lectures rétrospectives sur « l’opération gaulliste » que fut le 13 mai. Mais on retiendra surtout de cette première partie de l’ouvrage, le rôle omniprésent de l’État prescripteur, modernisateur et pesant paradoxalement de tout son poids conservateur sur la société qu’il étreint. Celle-ci mute sous l’effet de la démographie, de la modernisation des campagnes, de l’urbanisation. Si cette décennie (58/68) constitue le cœur des trente glorieuses, l’auteur corrige ces images sépias. Aux côtés de la politique atomique gaullienne, et du vertige de l’équipement des ménages, l’Algérie comme la modernisation de la société pousse à 68.

Le fonds de l’air est rouge signifierait le drapeau de la couverture, comme un rappel de Chris Marker ailleurs cité. Pourtant, toute proportion gardée, Mai 68 disparaît vite de l’ouvrage. Sa genèse politique s’entend dans le temps long par le rappel des clubs, des nouvelles structures, mais aussi de l’effet des reclassements au sein de la mouvance communiste, son récit – vif – prend 4 pages, titrées « onze ans ça suffit ». Car l’essentiel là est bien l’échec du modèle politique et social préconisé, plus qu’un Mai 68 culturel et gauchiste, sociétal, plus que social, naguère codifié dans une version confinant à l’hagiographie par Hervé Hamon et Patrick Rotman. La thématique des temps pompidoliens participe de ce rejet. A gauche, « changer la vie2 » pour le PS s’alliant dans le cadre du programme commun, à droite la nouvelle société, et sur ses marges, de vieux gaullistes qui résistent, s’arc-boutent et torpillent, à l’image du travail de sape de Raymond Marcellin, la tentative de Chaban-Delmas. Plus à droite encore, Ordre nouveau bientôt subsumé par le SAC et ses dérives. L’écriture se resserre là dans l’échec pompidolien du legs gaulliste, si l’auteur rappelle ce qui se joue dans la société, comme au sein de la mouvance gauchiste, ce rappel s’entend dans l’horizon implicite du travail des forces de gauche. Il s’agit là de questionner l’amont du troisième de ces mai. Certains le regretteront, notons que la perspective même du parti pris d’écriture imposait ce point de vue. Pompidou disparu, la modernité giscardienne est sur la sellette, « la France à l’orée de la crise ». La fin du modèle gaulliste est parfaitement saisie dans des chapitres où la citation de témoignage directs se fait plus insistante, jusqu’à Mai 81. L’auteur, comme historien, cède la place au témoin, décrivant l’effet de l’arrivée d’une gauche au pouvoir au lycée Bonaparte, à Autun. Le temps présent rattrape l’écriture de l’histoire, donnant au « je » tout le sel d’une remémoration jusqu’alors objectivée par la bibliographie de fin de volume, les références dans le cœur du texte.

Violence du politique

Au terme de cette recension, un questionnement. Le parti-pris d’écriture offre l’avantage d’une cohérence quasi-parfaite à ces premières décennies de la Ve République. Dans la logique du modèle républicain chère à Serge Berstein, c’est le modèle gaulliste qu’il s’agit de discuter, et dans cet horizon le rôle central de l’État et de la politique étrangère, comme la décomposition d’une famille politique dès lors que son fondateur se retire à Colombey. Ce choix d’écriture par le modèle tend, malgré la récurrence des rappels, à finalement lisser la violence de la période. Omniprésente dans les rapports sociaux, omniprésente dans le registre politique où contrairement à une vulgate médiatique, les affrontements entre extrême-gauche, forces de l’ordre et extrême droite, n’étaient pas feints. Une violence que l’on retrouve jusqu’au sommet de l’État puisque « sous Giscard on assassine même les ministres » écrit Francis Zamponi, faisant référence aux affaires Fontanet, De Broglie, Boulin. Cette violence est-elle intrinsèque au modèle gaulliste d’alors de gestion de la société ? Il y a là une autre manière sinon d’entendre l’histoire politique, tout du moins de l’écrire. Cette écriture commence à colorer, par la question des conflits du premier vingtième siècle, l’examen de l’entre-deux-guerres, elle peut aussi questionner cet entre-trois mai ouvert par la fin de la décolonisation et les assassinats de l’OAS, clôt par l’agonie du giscardisme et surtout, le retour d’un homme de la IVe République à la tête de l’État français.

1 Ludivine Bantigny consacre un volume sur la période 1981-2014, chroniqué sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4179

2 L’auteur citant au passage le travail de Frédéric Thomas sur ce slogan. Frédéric Thomas, « « Changer la vie ». Éléments pour cerner les contours d’un mot d’ordre », Dissidences, L’historiographie de la décennie 1970 en France, volume 13, janvier 2014, p. 15-26.

Marion Fontaine, Frédéric Monier, Christophe Prochasson, Une contre-histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, 2013, 400 pages, 26,50 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

D’emblée, le titre de cet ouvrage collectif interpelle. Une « contre-histoire » de la IIIe République prend nécessairement position face au monument historiographique ciselé, pour la science politique, par Serge Berstein sur le modèle républicain1. Celui-ci, on le sait, repose sur l’analyse de la IIIe République. L’introduction n’avoue pas immédiatement sa cible, elle entend d’abord interroger la doxa des « valeurs républicaines » caractéristique de cette « mentalité d’héritage » qui n’est d’aucun bord politique (ou de tous), et érige en mythe cette République là ; rapidement pourtant la plume cite son but : « nous ne sommes pas partis en somme à la recherche d’un quelconque modèle, mais bel et bien d’un projet républicain, qui se matérialise autant dans des idées, des discours, des institutions que dans des pratiques et qui n’est pas défini une fois pour toutes » (p. 8). Le projet contre le modèle donc. Le lecteur doit-il entendre par là, derrière cette « contre-histoire », soit une forme de déconstruction d’une historiographie héritée, soit une nouvelle lecture où le projet peut se discuter en regard du renouveau de la littérature historique sur cette question ? La composition du livre joue de ce mouvement. La première partie « Les institutions et les valeurs républicaines : idées reçues » se dresse contre la « mentalité d’héritage » où la république et ses adjectifs valent les cabris gaulliens dans le discours contemporain ; la seconde, « Les boites noires de la République » ouvre sur les « réalités plus complexes » de la IIIe République. Réalités complexes face au mythe républicain, au modèle, qui cisèlent l’usage de la référence, décryptées par l’apport d’approches déconstructrices. Une contre-histoire s’entrevoit-elle alors, le volume refermé ?

Les quatorze contributions de la première partie s’attaquent, sous la forme de courtes interrogations, à ces idées reçues sur la IIIe République. Elles sont souvent le lieu d’une nouvelle visite de l’historiographie la plus récente sur ces questions que sont la colonisation, la religion, l’assimilation… Toutes n’ont pas le sel des propositions de Nicolas Rousselier qui, sur la longue durée, esquissent l’inachèvement des valeurs de la IIIe République contre le modèle proposé par Serge Berstein ; toutes n’ont pas l’art de bousculer les évidences trompeuses comme Christophe Prochasson travaillant la question du président, forme d’incarnation dans un régime parlementaire rétif au charismatique. A ce jeu, des analogies, des contiguïtés s’esquissent sans doute de la IIIe à la IVe des Républiques, et le legs « monarchique » de la Ve pourrait, à juste titre, se soumettre à de nouvelles interrogations sur la longue durée où les républiques précédentes ne seraient pas parenthèse entre les monarchies post-révolutionnaires, l’Empire (second du nom) et le gaullisme. Mais la contribution la plus acérée, tant elle rebondit implicitement sur les autres, et force à de nouveaux biais de lectures, paraît celle de Jens Jivo Engels consacrée à la micropolitique, la corruption, et la modernité : des logiques de réseaux intrinsèquement liées à la machinerie républicaine s’esquissent aux confins du politique et des affaires, détonateurs des scandales récurrents qui, dans la logique du modèle républicain, sont l’occasion d’affirmer les valeurs républicaines, et dans l’horizon du micropolitique l’irruption du réel républicain. Il y a là les choses des mots et une déconstruction potentielle heureuse d’une histoire des idées trop souvent propice au lissage des conflits et au cisèlement des modèles.

Cette volonté déconstructrice anime plus nettement encore la seconde partie de l’ouvrage, consacrée aux « boites noires de la République ». Trois temps la scandent : l’élaboration d’une légitimité, la fabrique des normes, la républicanisation : les processus. La philosophie (par J-L. Fabiani), l’histoire (par V. Duclert) sont convoquées pour discuter l’idée et l’histoire républicaine comme une pratique de légitimation de la forme du régime : on peut accoler ces deux interventions et reprendre la conclusion de J-L. Fabiani : « l’idée républicaine ne cesse de produire sa contre-histoire ; il est très facile de retourner son âge d’or comme un gant pour en faire un âge noir (…). On peut en faire une galerie de hérauts alors qu’elle est une galaxie de réseaux. La légende républicaine s’autodétruit en permanence pour renaître sous d’autres formes. C’est sans doute dans cette dynamique, trop rapidement décrite ici, que la République réside, plutôt que dans le marbre du concept » (p. 227). La citation vaut mise en abyme du projet de l’ouvrage. Somme toute cette contre-histoire de la IIIe République vise à restituer une dynamique, une historicité, contre l’éternel du modèle républicain. Contre les valeurs et les cultures politiques nécessaires à son examen par Serge Berstein, ce sont donc des normes qui sont proposées aux cribles des historiens : la science (A. Rasmussen), le pacte fiscal (N. Delalande), la laïcité « véritable épithète de la République » (P. Cabanel), puis l’identification républicaine, la morale… La force de ce second temps de l’argumentation des « boites noires » de la République tient là moins à la synthèse d’un renouveau historiographique et bien davantage au décentrement significatif opéré par l’usage de la norme. Des pratiques, des acteurs et des compromis s’esquissent ; ils ouvrent soit sur la thèse d’un inachèvement du projet républicain, toujours imparfait et indéfini, soit sur la perception, comme pour la « neutralité scolaire » analysée par Judith Surkis sur la saisie de « tactique de gouvernement historiquement contingente », agent de « politisation de la croyance » dans les principes républicains (p. 322). On opinera à ce second choix, plus frontal finalement pour qui goûte à une histoire politique renouvelée et répugne à la codification astringente de l’histoire politique contemporaine du court vingtième siècle français par l’imposition du modèle républicain et ses avatars conceptuels que sont les cultures politiques, agents d’une topographie fine du politique au prix de l’oubli des dynamiques et des possibles. L’intérêt porté enfin aux processus de républicanisation conclut cette seconde partie : la distinction par la décoration et l’utopie d’une méritocratie républicaine (F. Caille) se conjugue à la reprise par F. Monier de ses travaux sur le clientélisme et le patronage républicain, au défaut des principes affichés. Dans l’horizon de ces processus, la paysannerie véritable enjeu depuis 1848 saisie par Alain Chatriot, et les classes moyennes (K. P. Sick) supposées autour de 1936 permettre un nouveau compromis républicain, plus progressiste…

En conclusion, processus s’affirme comme le mot de la fin qui invite à lire la République au défaut de ses légendes dorée et noire, dans son historicité et ses conditions de possibilité. Ainsi le titre même de l’ouvrage vaut-il piège, qui s’inscrit justement dans cette dialectique. Point de contre-histoire donc, et davantage un bilan historiographique d’une période et d’un régime singulièrement sollicitées depuis la décennie 1980 par le discours politique comme par les historiens, pour la ré-enchanter, l’agonir ? Ce serait là une lecture civique d’honnête homme, favorable à un idéal du juste milieu bien républicain. On lui préférera une lecture entre les lignes où l’épistémologie du modèle républicain devient obstacle et donc cible pour un renouvellement de l’histoire politique française. Est-ce là l’effet quasi biologique d’une nouvelle génération s’affirmant ou le heurt d’entreprises éditoriales nouvelles sur ce front de l’histoire de France, puisque à cette livraison des éditions La Découverte ne manqueront pas de s’opposer ou se compléter les volumes du Seuil et de Belin2 ?

1 Serge Berstein, Odile Rudelle, Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

2 Sur ce point et ces entreprises éditoriales, Joël Cornette et Johann Chapoutot, « L’histoire de France est une invention », Le Monde des livres, 19/10/2012.