Archives par étiquette : Pollution

Samuel Challéat, Sauver la nuit. Comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir, Paris, Premier Parallèle, 2019, 304 pages, 21 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un sujet a priori fort original dont s’est emparé le géographe Samuel Challéat, mais qui s’inscrit en réalité dans un ensemble fort vaste, celui d’une résistance au capitalisme et à l’utilitarisme qu’il véhicule ; pensons en particulier au 24/7 de Jonathan Crary1, d’ailleurs cité par l’auteur. L’ouvrage débute justement par un appel à la résistance plein de poésie face au risque de disparition de ce sentiment universel, celui de l’émerveillement ressenti face à un ciel étoilé, le sentiment de se reconnecter à l’infini. Le constat est en effet implacable : 83% de la population mondiale et 99% de celle des États-Unis et de l’Europe vivent sous un ciel sujet à de la pollution lumineuse. Or, l’obscurité est bien une ressource naturelle.

Pour définir la pollution lumineuse, Samuel Challéat fait preuve de beaucoup de nuance, retenant l’idée de perturbation et d’intensité face à un besoin d’obscurité, appelant à un nécessaire arbitrage. Ce besoin, il se décline sous de nombreuses formes, parfois inattendues. Ainsi de la peur du noir, formatrice et stimulante pour l’imaginaire, ou du sentiment de liberté plus grand encouragé par le noir. Sur le plan des sensations, se plonger dans la nuit permet de se connecter à la nature, via une grande diversité de stimuli, visuels (le ciel), sonores, etc… Le vivant, de manière générale, et sans bien évidemment se limiter aux seuls humains, voit son stock d’obscurité attaqué sur sa durée, sa densité et son spectre, perturbant d’autant les rythmes naturels de la faune et de la flore. Surmortalité, disparition de certaines espèces, enrayement de l’enrichissement des sols par le travail des insectes ou déclin de la pollinisation nocturne sont autant de conséquences majeures de cet excès de luminosité. D’autant que les lumières actuelles, les LED, diffusent une lumière blanche aux effets plus négatifs. Quant à l’humain, son horloge biologique et sa production de mélatonine sont elles aussi perturbées par les lumières artificielles (Samuel Challéat recommande, comme d’autres, de se passer d’écran au moins deux heures avant de dormir).

Un changement s’avère donc indispensable, et le contexte y est en partie favorable, plutôt par défaut d’ailleurs, de par les nécessaires réductions budgétaires pouvant pousser des communes à davantage économiser l’énergie. L’occasion pour Samuel Challéat de rappeler les motivations du développement de l’éclairage urbain : l’essor de la circulation, principalement automobile ; la sécurisation de l’espace public (il évoque toutefois la construction sociale de la nuit comme dangereuse pour les femmes, sans malheureusement approfondir cette piste prometteuse) ; le rayonnement nécessaire dans un contexte de plus en plus concurrentiel afin d’attirer nouveaux habitants et entreprises. Les premiers frémissements de résistance, l’auteur les repère en 1958, dans l’Arizona, lorsque la municipalité de Flagstaff décida de limiter la pollution lumineuse afin de préserver le travail des astronomes du Lowell Observatory2. Ces premières luttes, initiées par les astronomes, débouchèrent au cours des années 1970 sur la création du Dark-Sky Movement, à vocation internationale et influencé alors par la critique de la technoscience3.

Se penchant sur le cas français, Samuel Challéat en retrace les étapes-clefs : l’occasion manquée de l’élaboration d’une Charte de l’environnement, au début des années 1980 ; la campagne de sensibilisation à la pollution lumineuse, au début de la décennie 904 ; la médiatisation partielle de la Charte « Sauvons la nuit » de 1993 ; les efforts d’organisation de la même époque, se concrétisant dans la fondation d’une association dédiée qui choisit d’adhérer, dans les années 2000, au réseau de France Nature Environnement ; l’inscription de la pollution lumineuse dans la loi tout au long des années 2010, faisant de la France l’un des pays les plus avancés sur la question en matière législative… la pratique concrète étant plus lente à s’appliquer. En effet, si certains labels ont connu un développement indéniable – ainsi des Réserves internationales de ciel étoilé autour du Pic du Midi ou dans le Parc national des Cévennes – en lien toutefois avec l’utilitarisme économique (ici l’attraction touristique), les espaces ordinaires manquent pour l’heure d’une politique globale.

Samuel Challéat propose pour ce faire de s’inspirer de la trame verte et bleue des plans d’urbanisme, pour initier une trame noire, autrement dit une gestion de chaque territoire local quant à l’articulation entre éclairage et obscurité, qui se doit d’impliquer les habitants en plus des experts. La nuit obscure (sic) est en effet un bien commun, et l’on peut d’ailleurs se demander si ce combat pourra réellement aboutir en totalité sous le régime capitaliste. Solide sur le plan scientifique, nourri d’une riche bibliographie, mais écrit avec suffisamment d’humour pour rendre sa vulgarisation digeste, Sauver la nuit fait utilement le point sur un sujet encore méconnu (sans malheureusement traiter de l’ensemble de la situation internationale), mais qui participe lui aussi d’un nouvel équilibre civilisationnel à élaborer.

1L’ouvrage est chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/8438

2Percival Lowell est un personnage fascinant, venu à l’astronomie sur le tard, et qui popularisa surtout l’hypothèse de la vie sur Mars avec les fameux canaux ; il est également à l’origine de la découverte de Pluton. Un excellent roman de Jean Cavé lui rend hommage : Nos rêves sont plus grands que le ciel.

3Voir François Jarrige, Technocritiques, Paris, La Découverte, 2014, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/4674

4A la même époque, d’ailleurs, la NASA popularisa un montage satellite présentant la Terre vue de nuit, et les contrastes de luminosité, une illustration presque trop parfaite de ces problèmes de recul de la nuit.