Archives par étiquette : Révolte

Amandine André, De la destruction. Préface de Michel Surya, Marseille, Al Dante, 2016, 112 pages, 13 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce recueil rassemble dix textes écrits ces dernières années et dont plusieurs avaient été mis en ligne sur le site www.laviemanifeste.com, dont l’auteure est l’une des cofondatrices. Pressées par la violence, ces pages, au rythme syncopé, opèrent par répétitions et glissements, saturation et déplacements. Depuis Cercle des chiens qui ouvre ce livre où tournent le silence, la menace, le grognement, la faim et la destruction jusqu’à :

« Puissance de la grande saillie fait sauter point pour le souffle. Grande saillie hors et dans les têtes cherche à faire venir les mots. Puissance de la grande saillie soufflée par les mots. Horreur de l’engendrement et copulation avec. Saillie du cercle ancien avec désordre » (p. 22).

S’il est question de destruction, c’est surtout de manière organique, au regard de l’usure des corps, de la révolution du temps, de la destruction créatrice de la matière, de ce qui, en fin de compte, ne cesse de s’abîmer, de s’annihiler pour renaître autrement. Les mots d’Amandine André collent à ce mouvement, à cette violence ; violence, non pas neutralisée, mais mise à distance, comme inclinée, quand elle lit elle-même, d’une belle voix calme, lente et posée, ses poèmes. L’ambivalence de cette violence qui se fait entendre dans cette lecture à voix haute se donne particulièrement à voir dans De la destruction, qui donne le titre à ce recueil. Il y est question d’une étreinte, de corps jetés l’un contre l’autre, d’une dispute, où l’on hésite longtemps à déceler ce qui tient de la guerre et de ce qui renvoie au renversement de l’amour physique… Jusqu’au « deuxième mouvement » :

« entrent dans la pièce. Lui elle regardent. Et. Entrent lui elle tardent à venir c’est un. Temps des ténèbres un. Grand chant d’amour. Commence dans. L’obscurité sous la lumière ampoule lui elle. Commence les mains fines sous cheveux longs et. Noirs lui a la fatigue n’a plus le visage. A le désastre d’elle » (p. 81).

Jusqu’au dénouement des corps, défaits et vaincus – « à contre corps » en donne la formule la plus précise – dont la violence et la destruction préparaient l’extase, ce moment secret et unique approché :

« De l’accomplissement rien encore. Presque. Bruit des corps dans l’espace couleur. Tension abdominale. Respiration à peine. À contre corps. Dégagement soudain des corps durant. Séparation et. Silence de ça.

battement de terre tremble cœurs à tout rompre mouvement de sol inertie de la parole geste en suspend. Abattre les heures impossible se ruer sur les corps dernière issue jusqu’à plus souffle » (p. 88).

« Question de tension » écrit Michel Surya dans la préface. Une tension reconduite dans la langue, opérant par touches et glissements – comme dans ce « ou aurait pleurer » (p. 51), qui ne cesse de se décliner, de se rétracter, buttant sur cet « ensemble [qui] reste à venir » (p. 54) – par une ponctuation délibérément tranchante, organisant les répétitions, distribuant le délire des rengaines, rythmées par les « Chiens », les « et », les « Car », les « est » :

« Car beauté et laideur partagent la même terreur faite à la langue. Car le poison confié à celui qui possède toutes les langues me sera rendu. Car je ne vis pas dans l’ignorance qu’il me faut boire et manger ma longue misère. Car mon corps malade a besoin de ma langue malade et ma longue misère. Car c’est ainsi que s’accomplit ma maladie que mes mains mauvaises dirigent » (p. 33).

« Nous sommes un seuil dont le risque est l’oubli » (p. 107) écrit Amandine André dans le texte qui clôt ce livre. Ce seuil et ce risque, la tension survoltée d’une langue branchée sur des restes d’histoires, sur des corps hantés par les blessures d’antan, se font entendre avec le plus de force et de beauté dans Imprécations, second mouvement’ (p. 39-47), dont une première version était parue dans Redrum. À la lettre contre le fascisme (Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2015. Voir le compte-rendu sur notre blog https://dissidences.hypotheses.org/6021). Ces pages vont en se radicalisant, depuis les « je suis » jusqu’aux « je n’ignore pas », en passant par les « je dis », ponctués par le mal – au croisement de la maladie et de la malédiction, qu’aucun médecin ne peut soigner – et la vision des corps aux yeux crevés et des « mots échappés à la langue tranchée ».

Mémoire de « la chair laborieuse et servile », sur qui travaillent les maîtres d’hier et d’aujourd’hui. Filiation de la violence barbare des maîtres qui passe par la force et le droit naturels, par la possession de « nos corps et nos chairs dispersé aux quatre coins du monde pour que l’élimination soit naturelle en droit et en bien ». Mais résiste obstinément « la bouche des morts morts de mort injuste et infâme », scandant les contre-stations d’un chemin du renversement. Celui-ci part du 19 août 13911 qui vît Jeanne de Brigue, dite La Cordelière, être brûlée vive pour sorcellerie, passe par les exécutions de Giulio Cesare Vanini – condamné pour blasphème, impiété, athéisme, sorcellerie et corruption de mœurs, à avoir la langue coupée, à être étranglé puis brûlé le 9 février 1619 – et celle du chevalier de la Barre, le 1er juillet 1766, fait un saut de plus de deux siècles jusqu’à ce 5 mai 1981, jour où Bobby Sands (1954-1981), militant irlandais, meurt d’une grève de la faim en prison avec dix autres prisonniers républicains d’Irlande du Nord, pour terminer provisoire sa course en cette fin octobre 2005 où les banlieues françaises s’embrasent suite à l’électrocution de deux adolescents, Zyed Benna et Bouna Traoré, qui voulaient échapper à la police :

« , je dis car j’accuse les maîtres d’hier convertis en maître d’aujourd’hui d’homicide volontaire sur la chair leur qui voulant échapper au contrôle d’identité effectué le jour du vingt-cinq octobre deux mille cinq2 a cessé d’être chair leur par électrocution ‘

, je dis que j’ai vu dans les temps anciens les anciens maîtres renversés et que ce que j’ai vu de ma chair non avenue sera la vision des chairs miennes des chairs leurs de demain ‘

, que cela fomente déjà dans les esprits aux yeux plus grand que tout ‘ ».

C’est alors le secret de cette chimie – ou de cette alchimie – qui transmet, des bouches mortes aux langues nôtres, la confusion des chairs et des époques, le commencement de cette action qui « clive le siècle » et porte « tout les renversements possibles et impossibles ».

1Dans le texte, toutes les dates sont écrites en lettres, déplaçant de la sorte le rapport entre distance et proximité, faisant appel à un effort pour « retraduire » le temps, pour le réinscrire dans une autre trame, où se dessine une tradition occultée.

2En réalité, cela s’est produit le 27 octobre 2005.

Tom Nisse, Extraire, Amay (Belgique), Éditions L’Arbre à paroles, 2016, 88 pages, 11 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dès les premières pages et le beau poème, « Dimanche, l’esprit de Brecht revisité », on est fixé ; il sera question de poésie, en prise avec la futilité des dimanches, l’ivresse des voyages, de l’amour et du reste, et le détraquement du monde :

« et là-dedans dans cet univers détraqué

gris et oblique là-dedans on aimera

on aura faim et pas d’enfants » (p. 7).

Soit une poésie « tordant les jours de l’Occident » (p. 8), buttant sur les territoires et frontières, les débordant parfois dans une « dialectique des gares » et infractions de toutes sortes, jusqu’à atteindre la rive du prochain bistrot, et, épisodiquement, plus loin, « ces corps rares et irremplaçables » (p. 67). Pas trop loin de Brecht, dialoguant avec Pasolini ou Antoine Wauters, faisant, au passage, un clin d’œil à Prévert (p. 70), mais avec sa marque propre bien sûr, un attachement particulier aux lieux, et à cette double exigence de simplicité et de veille. Une veille où se mêle d’ailleurs la colère – « c’est délicieux de refuser » (p. 69) – et l’amour :

« Seulement ceci qui pourrait jaillir

de ces villes c’est que dans chaque ville

il serait encore possible qu’un amour veuille » (p. 79).

Mais également, confondus, ce « qui pourrait jaillir » et l’événement passé, dont le poème tente de capter et de transmettre une part de sa force et de son secret :

« où est le potentiel de temps

que l’on appelle mémoire

(…)

et le poème leur sera-t-il

à ceux ainsi frappés d’oubli

une demeure ou un exil

ou une mort anonyme

supplémentaire ? » (p. 71-72)

Peut-être est-ce alors, l’irréparable Ixelles jadis, donnant à voir les correspondances entre le bandit tragique Raymond Callemin et le poète Odilon-Jean Périer, dans le quartier bruxellois, qui souligne le mieux l’exigence limite de ce recueil de poèmes, composés entre 2011 et 2014 :

« le monde devra changer sinon du moins se souvenir » (p. 12).

Valentina Bianchi, Nougé et Magritte. Les objets bouleversants, Allemagne, P.I.E. Peter Lang, 2015, 295 pages, 44,90 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce qu’il est convenu d’appeler la théorie des « objets bouleversants » occupe une place centrale au sein du surréalisme belge, en général, et dans la réflexion de son principal théoricien et poète, Paul Nougé (1895-1967), en particulier. Elle circonscrit largement le périmètre des expérimentations, tentatives du groupe de Bruxelles – dont fait partie bien sûr René Magritte (1898-1967), qui, dans nombre de ses toiles, testa et vérifia les recherches et explorations poétiques du groupe –, en constituant l’un des moyens privilégiés de son projet de subversion. Par extension, elle contribue également à différencier – tant sur les plans politique qu’artistique – les surréalistes belges de leurs homologues parisiens. Ce livre entend donc revenir sur cette notion d’« objets bouleversants », en croisant les œuvres et les parcours de Nougé et Magritte.

L’auteur prend le parti – justifié – de s’appuyer et de citer abondamment les écrits de Nougé et Magritte. Valentina Bianchi cerne bien la singularité de l’écriture de Nougé, axée sur « une confiance toute de travers, issue de la défiance même » de la littérature (p. 240). Le livre offre également quelques reproductions de tableaux. Mais le problème est que cet essai constitue moins une analyse, qu’une suite (trop longue et, à la fin, quelque peu fastidieuse) de descriptions des peintures de Magritte et une paraphrase des écrits de Nougé. Les pages où l’auteur présente une approche originale, comme le parallèle qu’elle fait avec la Roumanie (p. 45 et suivantes), le retour sur la rupture de style après 1945, dans la peinture de Magritte, avec les périodes Renoir (ou surréalisme en plein soleil) et vache (p. 181 et suivantes), ou l’examen du portrait de Nougé fait par Magritte (p. 211 et suivantes) sont à la fois trop rares et ne vont pas assez loin. Dès lors, le livre ne propose pas vraiment un éclairage original, ni d’éléments nouveaux aux écrits de Nougé.

Outre le manque d’analyse, la méthode employée souffre d’un triple décalage, qui n’est jamais interrogée. Ainsi, Valentina Bianchi s’appuie sur les écrits de Nougé et ceux de Magritte, mais l’essentiel de l’œuvre théorique du premier a été écrit de 1924 aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, durant l’aventure collective du surréalisme, alors que les textes publiés de Magritte sont pour la plupart – mis à part quelques-uns, dont Les mots et les images (1929) et La ligne de vie (1938) – postérieurs à 1950 ; soit postérieurs à la rupture avec Nougé et à la fin d’une action collective. Pourtant, la continuité, au-delà du style pictural, du parcours de Magritte et de son œuvre est postulée comme évidente, alors même qu’elle pose problème.

De plus, mettre sur un même plan la réflexion rigoureuse et exigeante de Nougé, d’une part, avec les propos d’artiste, les entretiens et lettres à ses marchands de tableaux de Magritte, d’autre part, est par trop céder au marketing publicitaire, qui fait écran aux peintures de Magritte, déclinées en toujours plus de produits dérivés. La théorie de Magritte passe dans ses tableaux… du moins, jusqu’à la fin des années 1940, lorsqu’ils participaient réellement d’une expérimentation, et avant que le peintre ne se répète, en faisant du « Magritte » jusqu’à la nausée. Enfin, il y a un décalage par rapport au positionnement politique de Nougé et de Magritte. L’auteur restitue fidèlement (p. 271 et suivantes) leurs rapports et confrontations avec le Parti communiste belge, mais cette question – centrale et complexe – aurait mérité mieux que ces quelques pages.

Ce triple décalage ne permet pas dès lors de préciser la dynamique et l’objectif du bouleversement. Car que visaient-ils à subvertir ? À répéter que la cible était « les habitudes », et que le surréalisme est avant tout un état d’esprit, on passe à côté de la fureur, justement au cœur de cet état d’esprit, et de l’horizon révolutionnaire au sein duquel les surréalistes entendaient opérer, et à partir duquel ils interrogeaient les habitudes – leurs actes et leurs vies. Les correspondances entre révolution sociale et subversion artistique, qui animent la dynamique de bouleversement, sont ainsi non ou insuffisamment pris en compte.

Deux exemples pour témoigner de ce fait ici. Valentina Bianchi revient de manière intéressante sur l’hommage de Nougé à Angèle Laval qui, par ses lettres anonymes, sema la confusion et le chaos dans la ville de Tulle entre 1917 et 1922 (ce fait divers inspira le film Le Corbeau (1943) de Henri-Georges Clouzot). Mais elle ne situe pas correctement la position de Nougé. Celui-ci s’interroge, à partir de ce cas, sur les moyens et les effets de l’écriture, et s’il « défend » la méthode de Laval, il n’en signale pas moins les limites et la faiblesse, qui se marquent aussi en termes de déconnexion avec une lutte sur un autre plan. Et Nougé d’écrire : « imagine-t-on Angèle Laval participant au travail d’un parti révolutionnaire à l’heure de l’insurrection ? Cette chance lui a été refusée » (Paul Nougé, « Reconnaissance à Angèle Laval », Histoire de ne pas rire, Lausanne, 1980, p. 77).

De même, l’auteur ne fait que passer sur le tableau de Magritte Le modèle rouge (1935) et les lignes que lui consacre Nougé (p. 194-195), sans repérer la charge explosive de cette peinture – ni le contexte saturé politiquement dans laquelle elle s’inscrit (à partir de 1934, sous la pression des événements, la stratégie du groupe bruxellois subit une inflexion, et son intervention sur le plan politique se fait plus direct et pressant). Ainsi, dans le prolongement de cette toile, Nougé radicalise la falsification des relations humaines imposées par les conditions sociales, en affirmant que celles-ci affectent également notre vie la plus intime, « les objets familiers », et que Le modèle rouge lance « un cri d’alarme » (Paul Nougé, « René Magritte ou la révélation objective », Histoire de ne pas rire, p. 296) pour s’arracher à ce fétichisme, en appelant, en conséquence, à un bouleversement généralisée, qui ne s’arrête pas à la prise du pouvoir. Dès lors, si le plan sur lequel se déploie la notion d’objets bouleversants n’est pas réductible à celui de la révolution sociale – et les surréalistes belges ont longtemps pris soin de les distinguer –, des correspondances existent entre les deux, qui, faute d’être reconnues et analysées, empêchent d’appréhender la dynamique et l’objectif du bouleversement à l’œuvre.

Toulouse-la-rose, Sentences de solitaire, Paris, éditions Sens & Tonka, 2014, 26 pages, 4 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ces « sentences » – qui s’ouvrent sur la mort (« Un cimetière est un jardin d’acclimatation radicale ») et se ferment sur un changement d’adresse – explorent à rebrousse-poil le colonialisme, la religion, la politique… la vie dans nos sociétés occidentales. Et cela avec un humour décapant et un détournement du bon sens : « Si les honnêtes gens pouvaient faire de la prison, ils ne voudraient plus y envoyer les malhonnêtes ». Elles invitent à retrouver un peu de cet état d’esprit qui fleurissait sur les murs des rues de Paris en Mai 68… Cependant, par leur jeu d’association et leur correspondance, ces sentences ne sont pas non plus éloignées de quelques-unes des Inscriptions du surréaliste belge Louis Scutenaire (1905-1987).

Entre auto-dérision – « Oui, je sais, lutter contre le travail, c’est encore laborieux » – et désespoir – « le XXe siècle, c’était Socialisme ou Barbarie. Le XXIe siècle, ce sera Barbarie ou Apocalypse » –, ces pages n’en délivrent pas moins une position critique limite, sinon une morale : « Mieux vaut se sentir à l’aise dans ses baskets de nihiliste de gauche plutôt qu’étriqué dans ses petits souliers d’anarchiste de droite ».

Julien Delmaire, Bogolan, Montreuil, éditions Le Temps des cerises, 2015, 55 pages, 10 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Chaque année, et encore récemment ce printemps 2015, des milliers de migrants africains meurent en Méditerranée, aux portes de l’Europe, dans une guerre qui ne dit pas son nom. Parmi eux, des émigrés sénégalais – dont la majorité des médecins formés dans le pays –, qui représentent plus de 3% de la population du pays (et la part de leurs transferts financiers, près de 10% du PIB du Sénégal). Cette réalité participe de la reconfiguration des rapports Nord-Sud. Quelle trace, quel écho de tout cela dans la poésie qui s’écrit aujourd’hui ? Bogolan en parle en tous les cas, mais comme de biais et de manière fiévreuse et chahutée.

Il y a dans ce livre, éclaté en quarante fragments, comme un rythme effréné, une série de chocs, organisés en détours et retours, depuis le quartier populaire de Dakar jusqu’au cœur de l’Europe. Cela commence par un constat mi-désespéré mi-ironique – « on sert encore du café à celui qui s’effondre » (p. 15) – pour se terminer sur l’affirmation d’un combat : « je défends l’innocence à poings nus » (p. 54). Entre ces lignes, le voyage, fait de trébuchements, de chutes et de chaos ; d’« autopsies douteuses » (p. 23), de pirogues torpillées par l’aube et du souvenir effacé du sel (p. 25). Et comme une leçon des choses, arrimée à la colère : « Dis-moi, parmi cette chien-lit, comment bâtir autre chose qu’une apocalypse de poche, un déluge à peine plus vaste qu’une flaque ? (…) Les pauvres sont indifférents aux cataclysmes, chaque parcelle de leur vie est un séisme » (p. 35).

Ces pages tentent de retrouver un souffle épique, tendu entre la figure heureuse de la mère et la détresse langoureuse de l’érotisme, se cognant contre les rues et les impasses du faubourg, l’alcool et les blasphèmes, les histoires hantées ou oubliées, et avec, ici ou là, comme un proverbe ou une sagesse nouvelle, de brèves transfigurations possibles ou juste annoncées : « qui trempe sa hargne dans le feu, ne s’étonne pas de trouver ses mains gercées de papillons » (p. 23).

DOC(K)S. Morceaux choisis 1976-1989, Marseille, Al Dante, 2014, 1007 pages, 30 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet épais volume, à la couverture emblématique, rassemble une sélection des douze ans (1976-1989) de publication de la revue marseillaise Doc(k)s. Invitation aux voyages, depuis le Chili sous la dictature de Pinochet jusqu’en Chine post-maoïste – autour du dialogue Mang Ke-Bei Dao (lire également notre compte-rendu de Yang Yuping, Baudelaire et la Révolution culturelle chinoise (Paris, 2013) sur ce blog) –, en passant par l’Europe (Portugal, Espagne, Allemagne…), Doc(k)s offre un panorama de certains courants poétiques de ces années, localisant « sur le globe [et] tous les points chauds de cette culture « autre » » (p. 813). Cependant, l’étude est parfois plus descriptive – énumérant les noms (des auteurs, des revues, etc.) et tendances – que théorique, ne dégageant pas toujours les enjeux formels et conceptuels de ces courants. Par ailleurs, nombre de textes reproduits ici ne sont pas traduits.

À la lecture, certaines affinités avec les expériences du groupe lettriste semblent se dégager – Gil J. Wolman d’ailleurs intervient à deux reprises ici –, alors qu’un extrait de son successeur, l’Internationale situationniste, « Le retour de Charles Fourier », est publié (p. 645) ainsi que quelques travaux d’Angéline Neveu (p. 364 et suivantes), un temps (au lendemain de Mai 68) proche également des situationnistes. Cependant, Doc(k)s s’intéresse particulièrement au Mail-Art (on notera les cartes postales publiées, notamment celles porteuses d’une ironie grinçante, p. 207 et suivantes), à la poésie concrète et surtout à la poésie visuelle ou, plus précisément, pour reprendre les termes de Bernard Heidsieck, à « la poésie, au-delà du livre et [qui] sans l’éliminer, s’est efforcée de se « donner » à voir » (p. 810). Au fil des pages, le lecteur croise des noms plus ou moins connus (Nanni Balestrini, Ghérasim Luca, Serge Pey…) et apprécie entre autres la beauté des poèmes de Jean-François Bory (p. 614) et de Francis Ponge (p. 903), les équations poétiques ou musicales de Julien Blaine (p. 903) et d’Eugenio Miccini (p. 679), les réécritures de Mario Borillo (p. 142) et d’Alain Schifres (p. 757), l’arborescence du Myrthe de Christian Gabrielle Guez Ricord (p. 857)…

Si la revue se concentre principalement sur l’expérimentation, elle ouvre cependant des pistes théoriques, à partir desquelles mieux appréhender son ambition de trouver « un langage de l’action ». Il s’agissait de restituer la poésie « au cœur de la place publique » (p. 764), de « retourner la peau même du poème, et de passif qu’il était sur le papier en situation d’attente vaine, le rendre actif et le faire entendre (sinon voir) » (p. 811), d’atteindre « le hors-cadre, le hors-livre – l’entour social, politique dans lequel le lecteur fait précisément vivre le volume en l’ouvrant, en soulevant son sens dans l’atmosphère présente » (p. 974), sans se leurrer pour autant sur les pouvoirs directs de ce langage, comme en témoigne lucidement l’amer « Ceci est-il culturel ? », ajouté comme titre à une photo d’un extrait de journal, évoquant la violence politique au Salvador en 1980 (p. 370). Dans son intéressante postface, Stéphanie Éligert interroge justement « l’action textuelle de Doc(k)s » (p. 967). Enfin, Julien Blaine, à l’origine de la revue, la replace dans le contexte de l’échec « toujours d’actualité, toujours en exercice, toujours en pratique » (p. 955) de Mai 68, rappelant qu’en 1969, il avait déjà créé le journal underground Géranonymo et qu’il participa à l’aventure de Libération (« 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, journaux, luttes, journaux, luttes, journaux, lutte » (p. 962)). Bien sûr, Doc(k)s ne représente pas l’ensemble des courants poétiques des années 1970 et 1980, mais il signale, à son niveau, cette « lutte hargneuse, souterraine et radicale contre une histoire qui s’écoule en voulant effacer de ses archives la possibilité révolutionnaire que 68 a frôlée » (p. 978).

Eddie Breuil, Du Nouveau chez Rimbaud, Paris, Honoré Champion, 2014, 196 pages, 29 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ce bref essai, Eddie Breuil revient sur le compagnonnage de Germain Nouveau et Arthur Rimbaud, à Londres notamment, en 1873-1874, en mettant en avant une thèse audacieuse : les Illuminations auraient en réalité été écrites par Nouveau et non Rimbaud ! Ainsi, alors que les éditeurs tendent à présenter ce recueil comme une œuvre aboutie, il rappelle que « les Illuminations sont un recueil non autorisé réunissant des manuscrits non signés portant les mains de Nouveau et de Rimbaud transcrits entre 1873 et 1874. Pour ce recueil, rien n’est sûr : ni le titre, ni le contenu, ni le classement des textes » (p. 15).

Si la critique du travail éditorial et de l’occultation ou de la sous-estimation systématique du rôle joué par Nouveau auprès de Rimbaud – « le témoin majeur » comme l’écrit avec raison l’auteur (p. 95) – est aussi nécessaire que stimulante, la thèse de l’auteur ne convainc guère. Il semble, qu’emporté par sa démonstration, Eddie Breuil en vienne à des affirmations péremptoires. Ainsi, s’appuyer sur le témoignage tardif (1923) d’Ernest Delahaye (p. 19-20) alors qu’il n’en avait pas fait mention auparavant, pour écarter celui de Paul Verlaine (p. 37) paraît quelque peu arbitraire. Il en va de même pour la double affirmation selon laquelle « l’attribution des textes [des Illuminations] à Rimbaud ne repose sur aucun élément » et que « Rimbaud, à l’époque du compagnonnage avec Nouveau, n’écrit plus de littérature » (p. 163-164).

Tout à sa démonstration, l’auteur avance néanmoins des éléments troublants, plus particulièrement par rapport aux poèmes Villes, qui font parties des Illuminations. Cependant, la lecture de ce recueil sous un angle strictement biographique n’est pas plus convaincante pour Nouveau que pour Rimbaud. De plus, le repérage des mêmes occurrences dans d’autres poèmes de Rimbaud a ses limites au vu du nombre peu élevé de ses écrits, et la « tradition éditoriale » ne serait pas seule à mettre en cause puisque de nombreux critiques ont attribué la paternité des Illuminations à Rimbaud.

De manière générale, les arguments mis en avant plus positivement pour prouver que ces poèmes auraient été écrits par Nouveau souffrent d’un penchant quelque peu naturaliste, s’arrêtant parfois trop étroitement à la thématique. Ainsi, lorsque Eddie Breuil souligne, à juste titre, les évocations théâtrales, picturales des Illuminations – théâtre et peinture avec lesquels Nouveau a plus d’affinité –, mais sans voir que celles-ci sont coulées et synthétisées à un niveau plus organique, dans les rues des villes, l’exil, les voyages et les affrontements au cœur de ces poèmes. Prétendre que Barbare évoque « simplement les différents stands, kiosques ou « pavillons » présents dans les parcs et bals de la seconde moitié du XIXe siècle » (p. 91), que le poème Villes décrit « simplement des éléments de lieux réels, dont le jardin Mabille » (p. 113) et qu’« en réalité, les « Illuminations » évoquent simplement l’ambiance nocturne d’un éclairage intense » (p. 123), comme dans ledit jardin, est réducteur.

Étrangement, l’auteur n’interroge pas l’entièreté des poèmes des Illuminations, précisément ceux, la grande majorité, où la voix de Rimbaud se fait entendre, hanté par les mêmes obsessions que l’on retrouve dans Une Saison en enfer et dans d’autres écrits. Car il existe bien malgré tout une certaine cohérence interne à l’ensemble de ces pièces, et entre celles-ci et d’autres poèmes de Rimbaud. L’absence de toute référence à la Commune de Paris, pourtant fondamentale pour éclairer la poésie de Rimbaud – éclairage mis en avant ces dernières années par Kristin Ross, Yves Reboul et Steve Murphy –, me paraît l’une des clés pour expliquer ce point aveugle dans cet essai et pointer l’une des faiblesses de la thèse du livre.

Eddie Breuil cite André Breton, écrivant : « saura-t-on jamais quelle part de réciprocité fut mise alors entre ces deux êtres de génie [Nouveau et Rimbaud] ? » (p. 163). L’enjeu me semble là ; dans la nécessité de réévaluer la poésie et le rôle de Nouveau, notamment auprès et avec Rimbaud, mais sans forcément devoir opposer ou choisir l’un contre l’autre. Quelle influence le premier exerça sur le second et sur l’écriture des Illuminations ? Certains poèmes sont-ils de Nouveau ou auraient-ils pu être écrits à quatre mains ? Espérons que le débat et les recherches emprunteront une voie rigoureuse, sans céder à la polémique.

Howard Zinn, Se révolter si nécessaire. Textes & discours (1962-2009), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », préface de Noam Chomsky, 2014, 516 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Grâce au travail des éditions Agone, l’historien anti-conformiste Howard Zinn est de mieux en mieux connu en France. Après avoir publié son classique, Une Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours (plus de vingt ans après sa parution originale tout de même), ils sortent son autobiographie, L’Impossible neutralité, ainsi que des pièces de théâtre centrées sur des figures du mouvement ouvrier, Karl Marx le retour et En suivant Emma1. Voici désormais un recueil de divers textes, articles, conférences, et même comptes rendus de procès, proche de Nous, le Peuple des États-Unis…, qui reprend plusieurs anthologies du même type parus outre-Atlantique. En avant-propos, un de ses anciens élèves, Timothy Patrick McCarthy, propose quelques échantillons assez sidérants des critiques qui ont pu être faites, aux États-Unis mêmes, à propos du travail d’Howard Zinn ; à l’inverse, il défend sa mise en cause de l’objectivité – « (…) nier avoir un point de vue politique est déjà un point de vue politique. » (p. 20-21) – et insiste sur le fait que Une Histoire populaire… est d’abord une ouverture, une invitation à poursuivre les recherches, plutôt qu’une étude définitive.

Pas moins de vingt-six textes composent donc le recueil, dont quelques-uns avaient précédemment été inclus à L’Impossible neutralité. Il y a d’ailleurs une certaine redondance dans plusieurs d’entre eux, avec les évocations du parcours personnel du chercheur-militant, « historien par profession et militant par vocation » (p. 29), ses souvenirs de la lutte pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, et les considérations sur sa vision de l’histoire. En ressort une exigence éthique puissante, désireuse de toujours prendre le parti des victimes (« (…) le progrès, oui, mais à quel prix humain ? », p. 143), de s’intéresser aux gens du commun, aux « petites mains », en luttant contre l’idéalisation de l’État, la pensée dominante et même l’aveuglement révolutionnaire, bref en n’ayant pas peur de tout soumettre à la critique2. Cette conception de l’histoire est clairement utilitaire – « Notre but n’est pas de fustiger des politiques passées, mais de pousser les citoyens d’aujourd’hui à l’action. » (p. 44) -, visant à lui (re)donner un sens, et si sa mise en distance d’une conception scientifique de la recherche peut être dangereuse, elle a le mérite de questionner l’impartialité apparente ou revendiquée de certains historiens. Car oui, « (…) chaque fait présenté à un lecteur ou un auditeur implique un jugement – le jugement que ce fait-là est important. » (p. 101) Ce faisant, Howard Zinn ne se prive pas de souligner l’engagement nationaliste de bien de ses confrères dans « Les historiens pendant la guerre froide », posant la question des différentes fonctions des uns et des autres, de l’endroit d’où on parle pour faire simple, soulignant par là même les difficultés que lui et d’autres ont rencontré, aux États-Unis, pour conjuguer carrière universitaire et engagement (de manière nettement plus prononcée qu’en France, reconnaissons-le). Il « exécute » également le directeur de l’Université de Boston, John Silber, qui avait accepté la venue sur son campus de représentants des marines, dans un véritable pamphlet, « Les marines et l’Université », qui plaide également pour l’autogestion des institutions universitaires.

Dans « Trois guerres saintes », une conférence tenue à l’université de Boston en 2009, il questionne la pureté de la guerre d’indépendance, de la guerre de sécession et de la Seconde Guerre mondiale, manifestant clairement ses convictions pacifistes, tout comme dans sa réaction au 11 septembre 2001 (« La vieille manière de penser »). Il a également toujours à cœur de bien dissocier peuple et État, justifiant la désobéissance civile, s’interrogeant de la sorte « Sur le patriotisme », et rappelant les zones d’ombre de la politique extérieure étatsunienne3. La justice n’est pas délaissée non plus, que ce soit à travers l’exemple de « L’Affaire Sacco et Vanzetti »4, son témoignage à un procès visant à justifier le dévoilement du secret-défense5, ou pour dénoncer le châtiment de la prison (« Le crime de la punition »). Il exprime aussi, de manière plus explicite, son propre positionnement politique dans « Le marxisme et la nouvelle gauche », une contribution à un ouvrage collectif datant de 1969 : celui d’un communisme libertaire souple, axé sur l’action plus que sur la théorie (il défend le marxisme sous cet angle, considérant négligeable l’analyse de la plus-value, par exemple…), et très perméable aux évolutions conjoncturelles (les jeunes et les noirs comme possibles nouveaux sujets révolutionnaires, et la possibilité d’édifier ici et maintenant des noyaux d’une alternative sociale6). « Nouveaux abolitionnistes et stratégies d’action », qui aborde les abolitionnistes les plus véhéments du XIXe siècle dans le contexte de la lutte pour les droits civiques, est pour sa part principalement un plaidoyer pro domo visant à défendre les militants radicaux, susceptibles de davantage faire progresser les choses que les plus modérés.

L’ouvrage comprend également des études plus ponctuelles, sur le modèle de l’anthologie d’Éric Hobsbawm, Rébellions. La résistance des gens ordinaires. Jazz, paysans et prolétaires7, mais en nombre malheureusement trop réduit (« Hiroshima » n’est qu’un aperçu des recherches menées sur la nécessité réelle de ce bombardement atomique grandeur nature). « La grève des mineurs du Colorado (1913-1914) » revient sur un point d’histoire qui avait retenu Howard Zinn jeune chercheur, ce conflit ayant entraîné une répression particulièrement violente de la part d’une garde nationale clairement engagée du côté des patrons. On ne s’explique toutefois pas les nombreuses coupes pratiquées dans le texte, mais jamais justifiées. « Les limites du New Deal » revient sur cette période cruciale dans l’histoire récente des États-Unis, permettant de montrer à la fois la diversité des influences émanant de l’entourage de Franklin Roosevelt, et le refus de ce dernier d’aller jusqu’à franchir les limites d’une certaine orthodoxie capitaliste en s’appuyant sur les milieux populaires mobilisés. Ce recueil offre ainsi un portrait d’Howard Zinn davantage axé sur son militantisme politique que sur son travail de chercheur proprement dit, ce qu’on peut regretter, même si, de la sorte, il reflète parfaitement ce qui fut sa boussole pour l’essentiel de sa vie, l’engagement de l’histoire et de l’historien8.

1Tous ces titres sont chroniqués sur l’ancien site de Dissidences : http://www.dissidences.net/index_z.htm

2Howard Zinn n’échappe pourtant pas à certains moments à l’expression d’une relative naïveté, ainsi lorsqu’il juge que le plan Marshall a « (…) tenté d’humaniser nos rapports avec les autres pays. » (p. 115), ou quand il estime que « La conscience raciale est superficielle » (p. 295), manifestant un optimisme exagéré quant à la disparition du racisme grâce aux échanges entre individus différents (« Cet extérieur exubérant n’est en réalité pas plus épais qu’une membrane et disparaît au toucher – quand les êtres humains sont en contact physique de façon massive, égalitaire et prolongée »). De même, son opposition entre « activistes », plus purs, et « politiciens », inévitablement traîtres par rapport aux idéaux, pêche par un certain simplisme.

3« Mon but n’est pas de montrer que l’État libéral-démocratique s’est montré plus détestable que les autres, seulement qu’il ne l’a pas été moins. » (p. 203).

4« En réfléchissant et en étudiant un peu, on sait qu’il est vrai que ce qui a beaucoup d’importance dans notre système judiciaire, même plus que de savoir si vous avez fait ou pas telle chose, ce qui a beaucoup d’importance, c’est qui vous êtes, combien d’argent vous avez, de quelle couleur vous êtes, si vous êtes américain ou non et si vous êtes radical. » (p. 268).

5Il s’agit du procès Ellsberg en 1973, portant sur la publication des Pentagon papers, documents internes autour de la guerre du Vietnam.

6Un élément d’analyse que l’on retrouve dans « L’action directe contre la guerre du Vietnam », au propos plus large que ce que son titre pourrait laisser croire.

7Il est chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1453

8Sa biographie par Martin Duberman (Howard Zinn, une vie à gauche, Montréal, Lux éditeur, 2013) doit prochainement faire l’objet d’un compte rendu sur ce blog. Signalons également la thèse, non publiée, d’Ambre Ivol sur la vie et l’œuvre d’Howard Zinn.

Désurbanisme, Fanzine de critique urbaine (2001-2006), Détruire les villes avec poésie et subversion, Grenoble, Le monde à l’envers, 2014, 549 pages, 16 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Le monde à l’envers à réuni les 21 numéros d’un fanzine parisien, Désurbanisme, qui s’étale sur une période de cinq ans, de 2001 à 2006. Si le titre évoque la poésie, c’est dans la lignée du situationnisme : une poésie sans poème, qui prend plutôt la forme d’un « dazibao géant » (p. 12). Rares sont en effet les poèmes qui traversent ces pages, même s’il y en a quelques-uns (entre autres pages 201, 349, 492), prenant le plus souvent un ton humoristique doux amer. Comme la note éditoriale l’indique, il s’agit ici de « la ville comme cas d’école pour étudier le capitalisme » (p. 12).

Au fil des numéros, le lecteur remarquera une certaine évolution graphique : un soin plus particulier à la couverture dès le numéro 4, les photos qui parsèment le numéro 12, les dessins et analyses de la publicité dans le numéro 14… Au niveau théorique, le numéro 19 d’avril/mai 2005, sur la prévention situationnelle, se distingue, entre autre grâce à un important texte de Jean-Pierre Garnier – « Urbaniser » pour dépolitiser (p. 440 et suivantes). De façon générale, les pages mêlent débats, récits d’expériences (en France et ailleurs), extraits de textes et conseils pratiques non dépourvus d’humour (comme « Refaire la ville » dans le numéro 10). Par rapport à d’autres fanzines, l’une des principales originalités de Désurbanisme est d’offrir au fil des pages un large éventail d’extraits tant de romans – de René Crevel à Italo Calvino, en passant par Maurice Blanchot – que d’essais – de l’Internationale situationniste (surtout au début) jusqu’à l’architecte autrichien Friedensreich Hundertwasser (1928-2000), en passant par Gilles Deleuze et des écrits de l’URSS et de la Chine communiste (mais, malheureusement, présentés sans analyse ni appareil critique).

Certes, la note éditoriale a raison de souligner l’actualité de cette critique du territoire, mais les numéros de fanzine se prêtent assez mal à être rassemblés dans un livre et risquent de lasser la lecture.

Norman Cohn, Les Fanatiques de l’apocalypse. Courants millénaristes révolutionnaires du XIe au XVIe siècle (The Pursuit of the Millenium), Bruxelles, Aden, collection « Opium du peuple », 2011 (édition originale en 1957), 482 pages, 28 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette étude de l’universitaire Norman Cohn (1915-2007) tranche quelque peu avec les autres ouvrages de la collection « Opium du peuple »1. Son travail est en effet placé sous l’égide d’une problématique très marquée par son temps [les années 1950], celle des totalitarismes et de leurs racines profondes : « Compte tenu des différences de contexte culturel et d’échelle, ces poussées messianiques ont, à n’en pas douter, certains points communs avec l’essor des mouvements totalitaires du XXe siècle, pourvus, eux aussi, de chefs messianiques, de mirages millénaristes et de boucs émissaires démoniaques. (…) Ces traits ne peuvent précisément être compris que par référence à cette eschatologie révolutionnaire souterraine qui ébranla si souvent le lourd édifice de la société médiévale. » (p. 109 et 10). Son sujet se limite toutefois dans le temps et dans l’espace. Si chronologiquement la délimitation se justifie aisément (l’essor économique, industriel et urbain, enclenché au XIe siècle, qui concerne surtout la Flandre et la vallée du Rhin et génère un nombre important de laissés-pour-compte dans les villes2), on ne comprend pas vraiment pourquoi Norman Cohn n’intègre pas la totalité de la chrétienté au moins catholique, sinon du fait de sources déjà fort nombreuses et qui seraient devenues alors ingérables…

L’auteur débute par un rappel sur les Apocalypses, celle de Jean mais également celles, juives, qui l’ont précédées, toutes élaborées dans un contexte d’adversité, d’oppression, de répression. Il insiste également sur l’influence parallèle des Oracles sibyllins, très en vogue au Moyen Âge. Tout ce corpus constitue une inspiration cruciale pour l’expression d’inquiétudes et de colères populaires, souvent tournées contre le clergé. Le mouvement de Tanchelm à Anvers, les Tafurs pendant la première croisade, la croisade des Pastoureaux, les flagellants du XIVe siècle imitant la passion du Christ, sont autant de soulèvements possédant des caractéristiques proches : leadership d’un prophète, cristallisation d’une Église alternative, expression d’une violence tournée vers certaines cibles spécifiques (le clergé chrétien, les juifs). En arrière-plan, on trouve donc une interprétation littérale des textes apocalyptiques, une reprise au premier degré de leurs descriptions et une fascination du morbide, mais aussi un autre mythe, celui du retour d’un empereur mythique, incarné en particulier dans la figure de Frédéric II Hohenstaufen.

Les mouvements qui bénéficient de davantage de développements de la part de Norman Cohn sont les partisans du Libre Esprit et les poussées révolutionnaires nées dans le cadre des débuts de la Réforme. Les premiers, adeptes d’un « anarchisme quasi mystique » (p. 204), « (…) furent les seuls chez qui existât, faisant partie de leur doctrine d’émancipation totale, une théorie sociale profondément révolutionnaire. C’est de leur sein que sortirent les théoriciens de la tentative la plus ambitieuse de révolution sociale absolue dont l’Europe médiévale devait être témoin. » (p. 205). Si les origines du mouvement semblent fort lointaines (les messaliens ou euchites du IVe siècle), il se cristallise surtout au mitan du XIIe siècle dans la vallée du Rhin, à Paris au début du XIIIe (autour des Amauriciens), et connaît son plus grand essor au XIVe siècle, avec les Bégards, ces pauvres volontaires errants qui firent leur jonction avec certaines béguines. Dénotant une influence du néo platonisme de Plotin, le Libre Esprit met l’accent sur l’unicité divine, ses disciples cherchant à devenir Dieu, se libérant par-là de la morale du temps et justifiant l’idée de propriété collective.

A ce propos, selon Norman Cohn, l’idée de société égalitaire, vue comme un retour à un âge d’or mythique (celui des Gréco-romains comme des chrétiens), ne devient véritable objectif qu’avec les révoltes paysannes en Angleterre dans la seconde moitié du XIVe siècle3, une thèse que l’on peut assurément nuancer, en tenant compte bien sûr du caractère forcément lacunaire des sources. Toujours est-il que ce type de revendications se retrouve par la suite chez les Taborites de Bohème, lors des guerres hussites, mais aussi, plus tard dans le siècle, dans le sud de l’Allemagne, à Niklashausen, autour des anabaptistes révolutionnaires ou bien sûr avec Thomas Müntzer4. Autant de tentatives de revenir à un communisme censément originel, encouragées par la répression de l’Église, ces communautés anticipant au mieux sur celles dites socialistes utopiques, au pire virant à l’autodestruction5 ; une forme d’apocalypse microcosmique, qui illustre bien toute la dialectique de ces phénomènes, puisant leur légitimité dans l’idéologie religieuse tout en en demeurant captifs.

Sans aucun doute, cet ouvrage de Norman Cohn est incontournable – et on doit ici remercier les éditions Aden, ce livre n’ayant pas été réédité depuis 1962, alors publié chez Julliard sous l’égide de Maurice Nadeau – sur cette thématique, tout comme la somme érudite de Raoul Vaneigem, La Résistance au christianisme. Les hérésies des origines au XVIIIe siècle6. Il est néanmoins au moins en partie déformé par l’idéologie qui le sous-tend, qui conduit parfois l’auteur à dresser une équivalence entre idées révolutionnaires et maladies psychiques7. Autre faiblesse de son étude, l’utilisation de sources forcément partisanes, celles de l’Église orthodoxe, qui peuvent présenter un gauchissement certain, et sont clairement marquées par un jugement dépréciateur8. Enfin, il est extrêmement hasardeux de tracer des liens directs entre la prose apocalyptique du temps et les discours communistes ou fascistes contemporains, sans s’efforcer d’en identifier les potentiels canaux de transmission. D’autant que l’on sait tout ce que l’analogie présente de risque pour l’historien (les trois états de l’humanité selon Joachim de Flore ont-ils une proximité autre que superficielle avec la vision marxienne ou le « Troisième Reich » nazi ?9). Ainsi, lorsque Norman Cohn évoque un anonyme du début du XVIe siècle, appelé « le Révolutionnaire du Haut-Rhin », auteur d’un ouvrage jamais publié intitulé Le Livre aux cent chapitres, il en fait un véritable précurseur du nazisme, sans suffisamment prendre en compte la part de fantasmes de cette prose ni tenter d’élucider l’origine de la centralité allemande qui y est défendue. Car au moins autant qu’un ensemble de mouvements anticipant sur les soulèvements « révolutionnaires » du XXe siècle, on peut tout aussi bien voir dans ces colères médiévales des signes d’une conscience inachevée, en construction, une étape plutôt qu’une transposition directe.

1Voir nos précédentes recensions sur Discours contre Dieu de Sade, Lire Jean Meslier, curé et athée révolutionnaire de Serge Deruette (tous deux sur notre ancien site), Ni dieu ni maître de Blanqui (sur notre blog) et Les Libertins d’Anvers de Georges Eekhoud (in Dissidences volume 7, La Belgique sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945, Latresne, Le Bord de l’eau, 2009, p. 225).

2« Le prolétariat urbain ou rural (paysans déshérités ou incapables de subvenir à leurs propres besoins, mendiants, vagabonds, journaliers et manœuvres, chômeurs et ouvriers menacés de chômage), tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre ne pouvaient parvenir à un statut stable et reconnu, vivaient dans un état de frustration et d’anxiété perpétuelles qui en faisaient l’élément le plus instable et le plus impulsif de la société médiévale. » (p. 51).

3 A ce sujet, voir la critique sur notre blog de William Morris, Un Rêve de John Ball, Paris, Aux forges de Vulcain, 2011.

4Sur ce dernier, voir Ernst Bloch, Thomas Müntzer, théologien de la révolution, Paris, Les Prairies ordinaires, 2012, chroniqué sur notre blog, un livre curieusement absent des notes de Norman Cohn…

5L’exemple le plus frappant est celui de la ville de Münster, dans les années 1530, devenue Nouvelle Jérusalem : le soutien populaire aux mesures communistes est d’abord très large, avant que le statut de citadelle assiégée ne déclenche une terreur ciblée puis, sous l’égide de Jean de Leyde, une dérive autocratique, dans le même temps où une vague révolutionnaire se manifeste à partir de l’épicentre münsterien.

6Publié chez Fayard en 1993.

7« (…) paranoïaque typique, obsédé par des rêves de grandeur et par la manie de la persécution (…) C’est une interprétation qui corrobore parfaitement tout ce que nous savons des Frères du Libre Esprit au Moyen Âge, et de leurs successeurs, les libertins spirituels. » (p. 253).

8C’était le même problème pour le second tome de la Contre-histoire de la philosophie de Michel Onfray, Le Christianisme hédoniste, chroniqué sur notre ancien site.

9De même, à propos de Karl Marx, Norman Cohn commet une simplification abusive lorsqu’il estime que dans la vision du révolutionnaire allemand, « (…) ce sont les pauvres qui jouent un rôle de « messie collectif » » (p. 419), négligeant la notion historique de prolétariat, qui n’équivaut aucunement aux pauvres, et plus encore de lumpenproletariat, cette dernière montrant bien que pour Marx, ce ne sont pas nécessairement les plus pauvres qui peuvent mener la lutte, mais ceux qui se trouvent au cœur du système de production de la valeur travail.

Tudi Kernalegenn, Romain Pasquier (dir.), L’Union Démocratique Bretonne. Un parti autonomiste dans un État unitaire, Rennes, PUR, collection « Histoire », 2014, 236 pages + Annexes : chronologie, bibliographie, documents (photos, affiches, couvertures du journal de l’UDB : Le peuple breton, Chartes de l’UDB), 19 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Ce livre, qui ravira les amoureux de la Bretagne, permettra plus largement à ses lecteurs de mieux comprendre les spécificités d’une région qui intrigue, au-delà de ses limites. Les récentes manifestations des Bonnets rouges nous imposent d’essayer de comprendre sa singularité.

Le mouvement breton, l’Emsav (ce qui signifie « le relèvement » ou « le soulèvement ») y est ancien, et l’UDB ici étudiée s’y rattache directement. Née le 4 janvier 1964 d’une scission du Mouvement pour l’organisation de la Bretagne (MOB), l’UDB affirme sa volonté de couper tout lien avec l’Emsav des années trente, compromis dans la collaboration avec les nazis1. De même l’UDB ne veut pas qu’on la confonde avec le Front de libération de la Bretagne (FLB)) né lui aussi du MOB, en 1966, appelé FLB en référence au FLN algérien2. L’ancien militant et historien de l’UDB Jean-Jacques Monnier affirme : « Nous voulions construire un grand parti démocratique, menant une action légale et ancrée dans les problèmes de son temps »3.

Rejetant le séparatisme, l’UDB s’affirme autonomiste. Ainsi ses militants sont présents aux élections européennes de 1994 sur la liste « Régions et Peuples solidaires, en faveur d’un fédéralisme social européen », conduite par Max Simeoni4. La participation aux élections est une constante à l’UDB. Ce parti n’aura jamais beaucoup de militants (2 000 à son apogée en 1980, mais 720 en 2004), mais le nombre de ses élus est en constante augmentation : il obtient un premier élu au conseil municipal du Guilvinec, dirigé par un militant du PCF, dès 1965, 35 conseillers municipaux en mars 1977, environ 80 en 1983. Plusieurs maires s’en réclament dans les années 1990, comme Fanch Péru à Confort-Berhet (22) ou Iffig Rémond à Saint-Hernin (29). L’UDB possède une dizaine d’adjoints dans la plupart des grandes villes de Bretagne – notons la longévité de Joël Guégan à Lorient, avec 5 mandats. Ces élus, l’UDB les a obtenus sur des listes Union de la gauche. Tout dernièrement, aux Législatives de 2012, un proche de l’UDB, Paul Molac, soutenu par le PS et EELV, a été élu député de Ploërmel (4e circonscription du Morbihan)5. Les proximités sont fortes avec le PS – bien étudiées par François Prigent (p.103-116) –, qui note la porosité entre les deux partis. De nombreux militants ont commencé leur engagement politique à l’UDB pour le poursuivre après 1981 au Parti socialiste. Le jeune historien explique cela par la politique de décentralisation initiée par le PS et par sa reconnaissance des langues et cultures minoritaires. Mais l’UDB a partagé aussi avec le PCF une partie de son corpus idéologique, comme le primat à l’industrie, y compris nucléaire, vue comme une façon de sortir du « sous-développement » (voir l’étude de Gilles Simon, « L’UDB et la controverse du nucléaire », p.145-154). De même le soutien accordé jusqu’en… 2012, au projet d’implantation de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes résulte de cette priorité accordée au « développement régional » (voir l’étude du doctorant Martin Siloret, « L’UDB et l’écologie politique », p.117-129). L’UDB a donc été parfois absente ou à contre-courant de certains combats. Ainsi, c’est plutôt le PSU – bien implanté en Bretagne6 – qui bénéficie des « grèves identitaires » des années 70, comme celle du Joint français7. Un parti donc investissant plutôt le champ culturel, « orienté vers les couches les plus instruites de la société bretonne » (V. Porhel).

Et un parti fort différent de certains de ses homologues européens. Dans sa contribution, Carlo Pala, politologue à l’université de Sassari en Sardaigne, compare les militants de l’UDB et ceux du Partito Sardo d’Azione (PsdAZ) : les premiers ne sont que 7,2% à aspirer à l’indépendance contre 46,3% pour les Sardes. Seuls 26,8% des militants de l’UDB parlent et comprennent le breton, alors que près de 70% des militants sardes comprennent et parlent leur langue. Un discours autonomiste ou indépendantiste moins audible en France donc que dans d’autres États européens. Les raisons en sont anciennes – la vie dans le cadre national apparaissait possible en France – et plus récentes. « Sous l’influence du PSU notamment, la gauche est apparue capable de desserrer le carcan institutionnel privant les formations régionalistes de nombre de leurs revendications » (Romain Pasquier, p. 36, « une exception française ? »).

Un ouvrage très riche, érudit et bien écrit, très bien illustré aussi, qui permet d’avancer dans la connaissance/compréhension de cette région bretonne.

1Voir Georges Cadiou, L’hermine et la croix gammée. Le mouvement breton et la collaboration, Rennes, Éditions Apogée, 2006, chroniqué sur notre ancien site.

2Voir la contribution d’Erwan Chartier, « L’UDB et la question de la violence politique », p.155-169.

3Dans les Mélanges en l’honneur de Jean-Christophe Cassard, publié ces jours-ci par les éditions Skol Vreizh de Morlaix, voir sa contribution : « Le rôle de la mouvance UDB dans le mouvement français de décentralisation administrative et culturelle (1964-83) ».

4Voir la contribution de Tudi Kernalegen, « Régions et peuples solidaires, un parti pour les périphéries ? », p. 41-57.

5Voir Annexes 3 et 4 : l’UDB et les élections, p. 249-260.

6Voir Tudi Kernelagenn et alii, Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-80), PUR, 2009, chroniqué sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1214

7Voir la contribution de Vincent Porhel, « L’UDB et le mouvement social : un rendez-vous manqué ? ». Vincent Porhel a publié sa thèse aux PUR, en 2008 : Ouvriers bretons : conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 68.

B. Traven, L’armée des pauvres, Paris, Le Cherche-Midi, 2013, 386 pages, 21 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La publication d’une nouvelle œuvre de B. Traven est en soit un événement. On sait en effet que si une bonne partie des romans de l’auteur du Trésor de la Sierra Madre sont disponibles en français, on est loin de disposer des œuvres complètes. Écrit en 1937, en allemand (Traven, de son véritable nom Ret Marut, a écrit en allemand, anglais et espagnol), le lecteur ne peut qu’accueillir avec intérêt cet opus inédit. Inspiré par la révolte de Zapata, ce roman raconte l’histoire de Juan Mendez, jeune chef indien, qui n’accepte plus la vie misérable qui lui est imposée, à lui et aux siens. Il décide de rompre avec des siècles de soumission à l’ordre des gros paysans et des descendants des colons. Les autorités locales considèrent avec dédain et mépris cette nouvelle révolte, puisque, selon leur vision du monde, menée par des sous-hommes, elle ne peut que s’éteindre d’elle-même, bien qu’il soit néanmoins nécessaire de prévoir une sévère sanction contre ces peones. Mais, une fois n’est pas de coutume, le jeune Juan Mendez se révèle un vrai conducteur d’homme, un chef de guerre avisé et un stratège de grande classe, qualités dont ne le pensent naturellement pas doté les grands propriétaires terriens et les chefs de l’armée. Cette armée des pauvres, des loqueteux, des moins que rien, pour lesquels Traven exprime son admiration, vole, mois après mois, de victoire en victoire. Ancien révolutionnaire, participant actif au mouvement des conseils en Allemagne après la Première Guerre mondiale, Traven situe son histoire – et se situe lui-même – du point de vue des opprimés, des déshérités. Le récit est sans pitié pour ceux qui sont battus. Les massacres succèdent aux massacres et la morale que développe Traven est souvent amère et violente. Mais la lutte des muchachos pour la terre et la liberté ne saurait se manifester dans la compassion tant l’auteur a compris que « Celui qui possède la carabine et le revolver est le maître de celui qui n’en a pas » (p. 82). La vengeance des dominés se révèle cruelle, mais la prose de Traven sait montrer qu’elle s’exerce au nom des intérêts d’une humanité rabaissée, salie, niée et sa compassion se manifeste pour ces hommes en haillons, qui font mentir, pour une fois, le séculaire mépris des dominants à leur égard.

Victor Blanc, Paradis argousins, Paris, Le Temps des cerises/Les Lettres françaises, 2014, 146 pages, 12 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

« Livre politique » comme Franck Delorieux l’écrit dans la préface, Paradis argousin l’est certainement. Mais pas sous la forme évolutive et dialectique entre les trois parties qui composent le livre, comme tente de le mettre en avant le préfacier. D’ailleurs, peut-être est-ce en ces moments de douce amertume que les poèmes sont les plus résolus. Qu’il soit question de « tous ces jeux perdus par le bonheur » (p. 19), du « désir dont on fait l’ourlet » (p. 49) ou encore de la morale du « Tout finit dans un café » (p. 58). Cette mélancolie ne sombre pas pour autant dans « un sirop de bons sentiments » (p. 137) et constitue comme le terreau ou la condition du politique. Celle-ci se donne à voir d’ailleurs au détour d’un nom – « Troy Davis » –, « qui ne devrait s’écrire et ni s’écrire » (p. 73), de l’évocation d’une nuit parisienne poursuivit par les policiers et des « Souvenirs de manifestation » (p. 80). Ou encore dans une citation de Che Guevara mise en vers (p. 70). Plus sûrement peut-être que dans la troisième et dernière partie, « Chanson de Jean de La Crise ».

Delorieux signale dans une préface élogieuse le « jeu de piste » et les « références cachées » (p. 9) de ces poèmes. Sans être aussi positif, force est de saluer ce jeune auteur affirmant :

« J’ai rendez-vous avec tout ce malheur des êtres

(…)

On oublie tout comme un songe égaré

Si l’on n’est pas révolutionnaire » (p. 70).

Julius Van Daal, La colère de Ludd. La lutte des classes en Angleterre à l’aube de la révolution industrielle, Paris, L’insomniaque, 2012, 286 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Entre 1811 et 1817, sous la direction d’un mythique général Ludd, que personne n’a jamais entrevu, les classes populaires anglaises tentèrent de lutte contre l’introduction du machinisme destructeur d’emplois dans ce qui constituait le fer de lance de l’industrialisation, le textile. Cet ouvrage propose de raconter cette histoire. S’il n’apporte pas d’éléments nouveaux (l’auteur explique dès l’avant-propos qu’il s’est servi d’ouvrages déjà publiés), ce livre n’en possède pas moins de belles qualités polémiques. Notons au passage l’usage très fréquent de la poésie, largement citée, qui constitue une ressource de première importance pour la vision romantique que développe l’auteur, dans le sillage de l’historien anglais Edward P. Thompson. Dans le cadre du capitalisme naissant, l’usine tend à devenir le lieu central de l’expérience prolétarienne de masse. Le conflit qui nait alors est autant un conflit entre deux classes qu’un conflit entre deux mondes, deux cultures. Ce que rejettent les tisserands, c’est autant la discipline salariale que l’organisation militaire de la production. Julius Van Daal ne se prive d’ailleurs pas de dresser un portrait enchanté du temps d’avant l’usine, marqué par l’abondance, la liberté et le bien-être (relatifs, convient-il quand même). En 1811, près de la forêt de Sherwood, celle où sévissait Robin Hood suivant la légende, les premières protestations contre l’introduction des machines à vapeur se font jour. En novembre 1811, la première opération a lieu, attribuée à un Ned Ludd, qui revendique les destructions. Ce général (des insurgés), pourtant, n’existe pas. C’est une invention des tisserands. C’est néanmoins sous son nom que le « luddisme » passe à la postérité (aidé en cela par Karl Marx, qui évoque les luddites au détour d’un chapitre du Capital). Le Parlement réagit immédiatement et vote des lois réprimant ces destructions. Un seul opposant : le poète Byron. La loi est impitoyable, puisque c’est la peine de mort qui est requise contre les briseurs de machines. En 1812, lors de l’expédition dite de Rawfolds, c’est l’usine elle-même qui fait l’objet d’une tentative de destruction. Le saccage est immortalisé dans le roman de Charlotte Brontë, Shirley. Mais l’affaire tourne mal pour les insurgés. Trente mille hommes sont envoyés dans les régions concernées. Ce chiffre est à comparer aux 45 000 hommes envoyés sur le continent pour faire la guerre à la France napoléonienne. On constate immédiatement l’ampleur de la répression. Le récit de Julius Van Daal, narré comme une épopée, en rend la lecture particulièrement plaisante, même s’il n’hésite pas, parfois, à se perdre en chemin, offrant par exemple dans le chapitre IV un long excursus sur la ville de Manchester (ou aucun trouble luddite n’est à déplorer). Cela lui permet en revanche d’offrir une présentation de la ville, de l’usine, de ses conditions de vie ainsi qu’un développement sur les techniques productives, bien loin du luddisme, supposé constituer le cœur du propos. S’il épouse les revendications du mouvement luddite, l’aspiration à l’autonomie qu’il met en œuvre, en revanche Julius Van Daal manifeste une claire tendance à surévaluer, voire sur-interpréter le sens du mouvement luddite. Cela rend certes le propos sympathique, mais nuit à la rigueur requise par l’analyse historique. Il y voit la préfiguration d’une critique implacable du système capitaliste en train de se déployer (p. 167), ce qui laisserait à penser que les luddites possèdent une claire perception de cette évolution en cours. Si l’espoir d’une conjonction des soulèvements luddites se fait jour, rapidement, force est de constater que ce n’est pas le cas : « Il manqua aux luddites et à leurs alliés les ressorts d’une stratégie plus offensive, d’une véritable coordination et d’une disposition des pauvres plus favorables hors des comtés industriels » (p. 177). Ce constat dément l’excessif enthousiasme dont faisait preuve Julius Van Daal quelques pages auparavant. En effet, ces luddites ne sont pas encore des prolétaires au sens moderne du terme ou plus exactement, les prolétaires ne constituent qu’une infime minorité au sein des classes populaires. Après 1812, le mouvement est brisé, ce qui n’empêchera pas la poursuite de la répression jusqu’en 1817 (exécution par décapitation de présumés « luddites »).

Ce livre très vivant, bien illustré et nourri de nombreux extraits poétiques et de la culture populaire, représente une utile contribution, même s’il ne faut pas s’attendre à une recherche historique dans toute son âpre rigueur, ce que d’ailleurs l’auteur ne prétend pas avoir écrit1.

1Pour une approche historique récente, se reporter à l’ouvrage de Vincent Bourdeau, François Jarrige et Julien Vincent, Les luddites. Bris de machines, économie politique et histoire, Alfortville (94), éditions è®e, 2006, 160 pages, dont on peut lire un compte rendu sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_etranger.htm#bourdeau

Raoul Vaneigem [Jules-François Dupuis], Histoire désinvolte du surréalisme, Clermont-Ferrand, Libertalia, 2013, 151 pages, 13 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les éditions Libertalia ont eu la bonne idée de rééditer ce livre écrit au début de la décennie 1970 (publié en 19771) sous un pseudonyme, par Raoul Vaneigem, l’une des « têtes pensantes » de l’Internationale Situationniste (IS, 1956-1972). Désinvolte, cette histoire l’est. Cependant, elle est loin d’être inintéressante et « légère ». Écrite rapidement, « à la demande d’une maison d’édition française » (p; 7), l’auteur a surtout voulu parer au plus pressé : revenir sur l’histoire du surréalisme, en rappeler la charge de révolte et d’humour, les enjeux et les limites.

Cet essai débute ainsi par une généalogie du mouvement, en le réinscrivant dans le courant plus général du romantisme et dans le prolongement « d’une « esthétique radicale » en « éthique radicale » » (p. 16) et dont l’origine immédiate est marquée par « la triple défaite de Spartacus, de Dada et de la révolution des conseils en Russie » (p. 22). L’auteur cherche également à réhabiliter l’aspect collectif et international – même si le surréalisme belge (pourtant bien connu par l’auteur) et, plus particulièrement, son principal théoricien Paul Nougé, sont peu abordés ; en raison très certainement de leur engagement stalinien après 1945 – ainsi que certaines figures dont la principale est Benjamin Péret : « l’élément le plus indépendant et le plus libertaire du mouvement » (p. 94). L’intérêt majeur du livre est de situer les principaux nœuds du surréalisme : « la contradiction entre la rigueur volontariste et la compromission » (p. 22), le rapport au communisme entendu comme « façon plus décisive » de « rompre avec les hommes de lettres » (p. 32) mais réorientant et réduisant du même coup la portée de cette « révolution totale » à laquelle le mouvement entendait s’atteler, le commerce de l’art pratiqué par plusieurs surréalistes comme pendant au refus du travail, et le succès de la peinture surréaliste (p. 117). En ce sens, pour Raoul Vaneigem, le cas Dali constituerait, plutôt qu’un accident de parcours, « le meilleur exemple de la réussite et de la faillite du surréalisme ; échec de la créativité comme élément révolutionnaire, réussite de la parfaite intégration au vieux monde » (p. 123).

Bien sûr, le livre est écrit dans la perspective de l’IS, c’est-à-dire du dépassement de Dada et du surréalisme. Mais il est également écrit en fonction de l’éloignement puis de la rupture entre Vaneigem et l’IS. Cette perspective et ce positionnement orientent l’interprétation en lui donnant tout son mordant… mais également ses limites. Si certaines contradictions sont bien ciblées, elles font l’objet parfois de belles formules plutôt que d’analyses – il en va ainsi de la poésie faite par tous entendue comme « autogestion généralisée » (p. 91). De plus, tout le discours sur la « récupération » du surréalisme, à l’heure où l’IS trouve une place de choix sur le marché, est à revoir à cette lumière crue. Enfin, la critique de Raoul Vaneigem s’inscrit dans une ambition de radicalité qui refusait la production d’œuvres et sanctionnait – il y a déjà plus de 50 ans – la mort de l’art. Les défauts et faiblesses des produits surréalistes doivent aussi se mesurer à une telle prétention – et à ses impasses. Soit à une certaine désinvolture qui aura parfois fait défaut à l’IS.

1Publié à cette date chez Paul Vermont éditeur, l’ouvrage, toujours sous pseudonyme, est publié ensuite en 1988 aux éditions de l’Instant.