Archives par étiquette : Révoltes

Thomas Bouchet, De colère et d’ennui. Paris, chronique de 1832, Paris, Anamosa, 2018, 192 pages, 18 €.

Un compte-rendu de Morgan Poggioli

Thomas Bouchet, historien spécialiste des socialismes du XIXe siècle [1], nous propose un ouvrage inclassable. Ni (mi) roman, ni (mi) étude historique, De colère et d’ennui est une sorte d’invitation au voyage dans un dix-neuvième siècle souvent méconnu ou fantasmé. Pour cela, l’auteur – familier de la période – donne à lire des sources intimes et personnelles. Mais toute l’originalité de ces sources réside dans leur invention, c’est-à-dire qu’elles ont été ‘‘reconstituées ‘’ ou ‘‘reconstruites’’ par Thomas Bouchet à partir d’archives réelles, de même que les quatre personnages principaux de l’histoire sont inspirés par de ‘’vraies’’ femmes.

Car oui, c’est à travers les voix et les écrits de quatre femmes que se dessine cette chronique du Paris révolutionnaire et cholérique de 1832. De la correspondance épistolaire d’Adélaïde, bourgeoise rongée par l’ennui, au journal intime de Lucie, jeune nonne tout juste entrée au couvent, en passant par les discours pénétrés d’Émilie, féministe saint-simonienne ou les interrogatoires de Louise, marchande ambulante suspectée d’avoir participé aux barricades de juin [1832], le lecteur alterne les points de vue, les mondes sociaux, les modes de narration et les trajectoires de ces héroïnes singulières, sans savoir d’ailleurs si elles ont un lien entre elles – et nous ne dévoilerons rien de cette intrigue dans ce compte-rendu.

Nous pouvons par contre souligner combien ce livre permet de s’imprégner, presque toucher, ce Paris du dix-neuvième siècle, grâce à son approche par le bas. Car si les grands événements (l’épidémie de choléra et les journées des 5 et 6 juin 1832) en constituent la toile de fond, les personnages nous parlent de leur quotidien, de leurs craintes, de leurs espoirs, de la vie, de l’amour et de la mort. Le registre des sens et des sensations y est omniprésent [2] ; les mots, le langage, les lieux, les objets/produits de l’époque, à la fois familiers et surannés pour l’homme/la femme du de notre XXe siècle ; tout tend à rendre cette histoire romancée encore plus vraie, plus palpable et instructive qu’une étude historique au sens classique du terme.

A travers ces quatre regards différents – voire opposés – s’échafaudent également deux visions : celles qui veulent échapper à un monde en crise(s) en se retirant du monde justement comme Lucie ou en évitant de s’y confronter à l’instar d’Adélaïde qui préfère vivre les événements par procuration à travers sa Gazette des tribunaux et qui, à la compagnie des humains, opte pour celle des animaux vivants au Jardin des Plantes ou même morts (empaillés) parmi les collections du Muséum d’histoire naturelle. De l’autre, on trouve celles qui à l’inverse vivent pleinement, dangereusement, leurs engagements telles Émilie et Louise, au risque de grandes désillusions.

Enfin, quelques mots sur le livre en lui-même ; un très bel ouvrage présenté façon carton à dessin et contenant de nombreuses esquisses, lettres, plans d’époque de Paris, ainsi qu’une chronologie détaillée de l’année 1832, qui permettent de mieux resituer dans l’espace et dans le temps le parcours de ces quatre « drôles » de dames à la fois si proches et éloignées de nous. En somme, un pari audacieux – autant sur le fond que sur la forme – tenu avec brio et relevé d’une touche de classe et  d’élégance.

[1]     Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert et François Jarrige (dir.), Quand les socialistes inventaient l’avenir : presse, théories et expériences (1825-1860), Paris, Éditions La Découverte, 2015, lire le compte rendu ici, https://dissidences.hypotheses.org/6065

[2]     Thomas Bouchet, Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours, Paris, Stock, collection « Les essais », 2014, lire le compte rendu ici https://dissidences.hypotheses.org/6887

Sylvain Pattieu, Et que celui qui a soif, vienne. Un roman de pirates, Rodez, Editions du Rouergue, collection « la brune », 2016, 480 pages, 21,80 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Sylvain Pattieu)

L’historien Sylvain Pattieu, maître de conférences à Paris VIII, s’impose aussi désormais comme un écrivain talentueux avec Des Impatientes, Avant de disparaître ou Beauté parade1. Délaissant en apparence ces « romans vrais », il a choisi cette fois de créer un récit de piraterie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il le fait avec brio et style. En une période jamais délimitée avec précision, mais que l’on devine être inscrite à la fin du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe, nous découvrons dans la première partie du livre l’histoire de trois navires bien distincts.

Le premier est un négrier, à bord duquel certains esclaves, César, leader-né, Marquise la rebelle et la vieille, visiblement dotée de pouvoirs, fomentent une révolte et parviennent à prendre le contrôle du bateau. Le second, nommé Le Florissant, transporte pour sa part des passagers vers le Nouveau Monde. A son bord, quelques hommes d’équipage malgré eux (Ferracciolo le défroqué illuminé et Jacques-Louis, vitrier), une belle – Manon – et son soupirant, le naïf chevalier Barral. Tout ce beau monde voit son périple interrompu par l’attaque de pirates, dirigés par le capitaine Calico, qui prennent possession du Florissant. Le dernier des trois navires principaux est le bateau amiral d’une flotte de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Son responsable, Arjen, est un ambitieux confit en dévotion, persuadé que Jésus s’exprime en lui. Pour défendre le capital qu’il représente, toute une compagnie de guerriers a été engagée : dirigée par le capitaine Karl, en réalité Katharina, la propre sœur d’Arjen, elle va devenir le catalyseur d’un drame conduisant à la dépossession d’Arjen. La seconde partie du roman voit ces trois navires se rejoindre2, jusqu’à fusionner en un équipage cosmopolite et solidaire, échappant à l’ire des personnages dépossédés dans la première partie, auxquels se joint le gouverneur d’une île quelque peu interlope. Le dénouement intervient dans la dernière partie, au cours de laquelle les pirates doivent faire le choix de l’insularité, dans une réplique de la mythique Libertalia, jusqu’à édifier un monument précédant la statue de la liberté3.

La force de Et que celui qui a soif, vienne, tient à trois qualités d’importance. La première, c’est le soin apporté à l’incarnation des personnages. Tous se révèlent extrêmement authentiques, parfois directement inspirés de figures réelles (Baruch, compagnon de Karl/Katharina, est comme l’alter-égo uchronique de Spinoza, tandis que Jacques-Louis est inspiré par Jacques-Louis Ménétra, vitrier parisien ayant laissé un journal mis en valeur par Daniel Roche ou David Garrioch). Le second atout, renforçant d’ailleurs la profondeur des individus imaginés, c’est la rigueur des recherches documentaires, que l’on repère dans le vocabulaire parfois utilisé4, une rigueur qui se couple avec la nette empreinte d’une histoire engagée, marxiste en particulier. Gamin, mousse du navire négrier, est orphelin d’un père s’étant opposé au mouvement des communaux en Angleterre, et il est en partie protégé à bord du négrier par un ancien niveleur5 ; Ferracciolo privilégie un discours chrétien et contestataire, dans la lignée d’un Thomas Muntzer ; les pirates unifiés adoptent un règlement égalitaire directement tributaire de ceux évoqués par Marcus Rediker ; enfin, les propos d’un des dirigeants de la Compagnie annoncent l’avenir, un éloge de l’efficacité bourgeoise qui anticipe sur le Manifeste du Parti communiste. Troisième élément qui porte Et que celui qui a soif, vienne, la vigueur de l’intrigue : verve des personnages, efficience des descriptions, efficacité des scènes d’action plutôt traitées à l’économie, sans oublier une verdeur rappelant celle du Fortune de France de Robert Merle. Non sans éléments très contemporains, que ce soit le couple homosexuel de pirates, Sullivan l’Irlandais et James l’Amérindien, ou le trio amoureux impliquant Manon, Calico et Karl/Katharina, ces deux dernières étant quelques-unes des figures de femmes fortes, émancipées.

Cette présence du contemporain va même beaucoup plus loin, puisque Sylvain Pattieu a choisi, dans une démarche surplombante qui vaut symptôme d’époque, d’intervenir directement dans la narration, en évoquant des souvenirs personnels, parfois douloureux (la disparition de sa mère), qu’il relie à des situations fictives6. Il y a là une démarche profondément empathique, sensible également dans les allusions à d’autres situations ou personnalités historiques : César comparé à Lénine, les morts ignominieuses de dictateurs au début du XXIe siècle illustrant la justice sommaire pratiquée par les mutins, le couple noir de pirates de l’air Jean et Melvin McNear dans les années 1970, sont autant de passages incongrus seulement de prime abord. Autant d’éléments qui visent en réalité à renforcer l’universalité du récit, et nous le rendent toujours présent.

Cinq questions à… Sylvain Pattieu (entretien numérique réalisé le 4 avril 2016)

1) Comparativement à vos précédents livres, Et que celui qui a soif, vienne se révèle totalement différent dans son sujet : comment l’idée vous en est-elle venue ?

Sylvain Pattieu : L’idée m’en est venue lors d’une formation-débat au cours de l’université d’été de la défunte LCR : j’avais lu les livres de Marcus Rediker sur la piraterie et imaginé que cela pouvait intéresser des militants. L’heure était à de nouvelles formes de piraterie notamment informatique avec les hackers. Un ami qui y avait assisté m’a suggéré l’idée, quelques années après, d’en faire un roman. Au début l’idée m’a semblé saugrenue. Puis j’ai lu Faillir être flingué, de Céline Minard, qui s’empare du genre du western non pour s’en gausser ou le pasticher, mais pour le transformer par une écriture résolument contemporaine. Je me suis dit qu’on pouvait appliquer cette ligne de conduite aux pirates, et conjuguer souffle épique du roman d’aventure et éléments de réflexion sur la première mondialisation de l’époque moderne. Il ne s’agit pas d’un roman historique, mais d’un roman qui essaye, sur arrière-fond de piraterie, de parler d’utopie, d’amour, de deuil et de révolte.

2) Vous détaillez en fin d’ouvrage la bibliographie que vous avez utilisée, et on devine que les travaux de Marcus Rediker y occupent une place majeure : que pensez-vous des débats historiographiques autour des pirates des XVIIe et XVIIIe siècles, justement, et des remises en cause des analyses de Rediker ?

Sylvain Pattieu : Il y a des débats historiques, bien sûr, sur le sens donné à la piraterie. Pour simplifier un peu les choses, Rediker voit les pirates comme des grains de sable dans cette première mondialisation, portés pas des aspirations égalitaires : chefs et capitaines élus et révocables ; « sécurité sociale » avec indemnisations pour les pirates blessés ; cosmopolitisme avec des pirates de toutes les nationalités et même des pirates noirs, anciens esclaves ; remise en cause des normes de genre avec les quelques exemples de femmes pirates. Il s’inscrit, il me semble, dans la lignée des analyses d’Hobsbawm sur les brigands, et il présente les pirates comme des sortes de « Robin des Bois ».

Cette analyse constitue la toile de fond de mon roman. C’est un parti pris romanesque, pas historique, et je comprends bien que d’un point de vue historique ce puisse être remis en cause, qu’on y voit une certaine fascination pour la piraterie, une façon de tordre le bâton dans un sens qui arrange Rediker. Toutefois, son travail est très sérieux, et même si certains contestent ses conclusions, la richesse de ses recherches n’est pas remise en cause. L’écrivain italien Valerio Evangelisti, qui a écrit lui aussi un roman de pirates, prend le contre-pied total de cette vision de la piraterie, dans laquelle il voit une économie de prédation et une sorte de préfiguration d’un capitalisme sans foi ni loi. J’ai choisi de privilégier, dans mon roman, une autre vision des choses.

3) L’irruption de votre histoire personnelle, ou d’épisodes postérieurs à la date du récit, dans le corps du roman, répond-elle à une finalité particulière ? S’agit-il de montrer l’actualité et l’universalité de cette histoire ? De manière plus générale, peut-on dire que Et que celui qui a soif, vienne est un roman politique ?

Sylvain Pattieu : Je pense que tout roman est une prise de parole publique, a donc une vocation politique. Je revendique pour le mien une dimension engagée, ce qui ne veut pas dire didactique ou pesante. En effet, je n’hésite pas à entrechoquer mon histoire de pirates avec des éléments historiques parfois anachroniques ou des éléments très personnels et familiaux. C’est que l’écriture permet de telles irruptions, de tels chocs qui sont à mon sens producteurs de sens, d’émotions, et que j’essaye en effet à chaque fois de tirer vers l’universel, car je crois m’éloigner du modèle parfois décrié de la littérature nombriliste. Si je me mets en scène, moi ou ma famille, c’est pour dire d’où je parle, et aussi pour jouer avec la figure du narrateur.

Écrire des textes littéraires est pour moi un plaisir, un besoin, une jubilation, je peux jouer avec le langage, avec les mots. Les anachronismes, les irruptions intempestives d’éléments extérieurs à l’histoire participent de cette jubilation, de ce sens, et on peut se le permettre en littérature, pas en histoire.

4) Votre roman possède un souffle remarquable et une puissance émotionnelle affirmée, et m’a fait la même excellente impression que Le Déchronologue, de Stéphane Beauverger, dans le genre de pirates : comment avez-vous travaillé, quels sont vos secrets de fabrication ?

Sylvain Pattieu : Je me suis beaucoup documenté et j’ai laissé infuser. J’ai lu des livres parfois sans lien direct avec mon sujet mais dont le souffle m’a porté : d’autres récits d’aventure, mais aussi les livres de Maylis de Kerangal, Olivia Rosenthal ou Alice Zeniter par exemple. J’ai mis deux ans à écrire ce livre, et au cours de ces deux ans j’ai écrit Beauté Parade aux éditions Plein Jour, un documentaire littéraire sur la grève de travailleuses sans-papier dans un salon de beauté de Paris. La manière dont j’ai composé ce récit, en mettant en scène le narrateur, m’a permis de reconsidérer et de modifier mon histoire de pirates. Je suis encore un écrivain débutant donc j’aime expérimenter, tenter, essayer. Par ailleurs, je livre à la fin du livre un « making-off » de plusieurs pages.

5) Quels sont vos projets d’écriture, sur quoi travaillez-vous en ce moment, que ce soit dans le domaine de la fiction ou dans celui de l’histoire plus universitaire ?

Sylvain Pattieu : J’ai publié un texte dans la revue La Moitié du Fourbi, le numéro 3, dont le thème est « Visage ». Je travaille sur plusieurs enquêtes littéraires : une judokate française qui a voulu devenir sénégalaise, un patron de bar rue de Lappe, deux anciens pirates de l’air américains. Je travaille aussi, dans le cadre de ma résidence à la bibliothèque de Bondy, autour de la thématique de la forêt. J’ai fait dans ce cadre des projets avec des centres sociaux, des collégiens et des écrivains, des usagers de la bibliothèque. Je ne me suis pas encore relancé dans l’écriture d’un roman mais je fourmille d’idées.

Concernant mes recherches historiques, j’ai été cette année commissaire d’une exposition organisée par le comité d’histoire de la ville de Paris sur « Bons baisers de Paris, 300 ans de tourisme dans la capitale ». Je travaille aussi sur le BUMIDOM (Bureau des migrations d’outre-mer, qui a organisé la venue en métropole de milliers d’Antillais, Réunionnais, Guyanais des années 1960 à 1980), je co-anime un séminaire sur l’histoire des populations noires en France, et je fais des recherches aussi sur le port à Marseille (notamment sur les dockers).

Tout ceci fait pas mal d’occupations, j’ai une vie bien remplie !

1Pour ce dernier roman, sa chronique est disponible sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6056

2Une réalité déjà annoncée par la dernière phrase de la première partie, très longue et sans point-virgule ni point, comme pour mieux mêler les destins.

3On peut éventuellement voir cette érection comme un parallèle avec le monument bâti sur le Vésuve par les partisans de Spartacus dans le roman d’Howard Fast. Voir mon article « Les 1001 vies de Spartacus », publié dans la revue électronique de Dissidences : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2797

4Le gouverneur s’exprime pour sa part dans un sabir mélangeant le français et l’anglais, entre autres, que l’on croirait inspiré du personnage de Salvatore dans Le Nom de la rose.

5L’évocation de sa mort, pages 80-81, fait partie des plus beaux moments du livre.

6Cette démarche, déjà mise en œuvre par Sylvain Pattieu dans Beauté parade, fait penser à celle adoptée par Emmanuel Carrère dans Le Royaume, mais sans les outrances exhibitionnistes de celui-ci.