Archives par étiquette : Russie

Simon Sebag Montefiore, Les Romanov. 1613-1918 (The Romanovs), Paris, Calmann-Lévy, 2016, 864 pages, 27,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Simon Sebag Montefiore fait partie de ces historiens anglo-saxons ayant la faveur des maisons d’éditions françaises. Contrairement à d’autres, qui doivent attendre jusqu’à quarante ans pour enfin être traduits (Alexander Rabinowitch ou Steve A. Smith), il bénéficie d’un suivi extrêmement réactif, puisque ce dernier ouvrage paraît en français la même année que son édition originale. Il faut dire que Simon Sebag Montefiore a tendance à privilégier l’approche de l’histoire par l’intime, le quotidien, les coulisses du privé. C’était déjà le cas dans Staline. A la cour du tsar rouge, ce l’est encore davantage dans son étude de la Maison impériale Romanov, livre qui vient juste après un autre, consacré déjà à La Grande Catherine et Potemkine (Calmann-Lévy, 2013). L’auteur présente son étude comme étant celle, à travers la dynastie, de l’absolutisme en Russie.

Le récit débute par un rappel de la Russie des origines, celle des IXe et Xe siècles, dominée dans la première moitié du second millénaire par la dynastie Riourikide, jusqu’au fameux tsar Ivan IV le Terrible, marié en premières noces à une Romanov. C’est donc en 1613, après le Temps des Troubles, et dans un contexte marqué par l’occupation étrangère, que le jeune Michel Romanov (il n’a alors que 17 ans) devient le premier tsar de la famille. Et d’emblée, le mythe se mêle à l’histoire, à travers le paysan sauveur du tsar menacé par les Polonais, Ivan Soussanine : ce personnage allait en effet au fil des siècles incarner le lien censément indéfectible unissant le souverain et ses moujiks. Le règne du fils de Michel Ier, Alexis, plus tard une des figures tutélaires de Nicolas II, donne l’occasion à Simon Sebag Montefiore d’aborder les mouvements sociaux, retraçant les émeutes dirigées contre les ministres du souverain et le poids excessif des impôts en 1648, dont le principal résultat fut de pousser Alexis à resserrer les liens entre l’autocratie et la noblesse en rigidifiant le servage. Toutefois, plus que ces mouvements populaires en eux-mêmes, ce qui semble particulièrement retenir l’attention de l’historien, ce sont les détails macabres et cruels, que ce soit ceux des violences perpétrées par les insurgés ou ceux des exécutions décidées par le pouvoir…

De la même manière, il s’appesantit, à propos du règne de Pierre le Grand, sur le caractère festif du tsar, son ébriété fréquente, son sadisme également, les détails quant aux tortures et cruautés en actes étant nombreux (ainsi de ces boyards contraints de décapiter des mousquetaires rebelles). Simon Sebag Montefiore prend toutefois également en compte le changement de statut de la Russie, passée au calendrier occidental à compter de 1700, et qui devient une puissance digne d’intérêt à compter de sa victoire contre la Suède de Charles XII : c’est à cette époque que débute la pratique séculaire d’alliances matrimoniales avec des dynasties allemandes. Le XVIIIe siècle, après la mort de Pierre Ier, est alors dominé par des règnes de femmes : Anne (1730-1740), petite-fille d’Alexis, dont l’arrivée au trône est marquée par une tentative avortée de mise en place d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise ; Elisabeth (1741-1761), fille de Pierre, qui relâche les exigences dues par la noblesse tout en alourdissant le servage des paysans ; Catherine II (1762-1796), enfin, qui, au-delà des détails donnés sur ses amants successifs, préside à la réorientation de la politique étrangère vers le sud et l’empire ottoman, ainsi que vers une Ukraine colonisée.

Le cas de cette impératrice permet de souligner un point fort pertinent relevé par Simon Sebag Montefiore, à savoir la dimension de communication de l’image réformatrice, utilisée principalement vers l’extérieur de la Russie ; ce n’est pas un hasard si Catherine II, la « Grande Catherine », passé un engouement réel pour les Lumières (correspondance avec Voltaire, rencontres avec Diderot), éprouva un profond dégoût des réformes après la Révolution française, jusqu’à en exagérer l’impact dans son propre empire. On retrouve d’ailleurs ce trait chez Alexandre Ier, dont le basculement dans le mysticisme coïncide avec l’invasion de la Russie par Napoléon : la propagation des idées révolutionnaires, dans les années qui suivent le Congrès de Vienne, est qualifiée par le tsar d’« empire du mal » (p. 462), engendrant une forme de paranoïa et de vision complotiste des événements. L’autocratie a donc tendance à se rigidifier, s’arc-bouter sur ses fondamentaux, ce qui s’accompagne, sous le règne de Nicolas Ier, frère et successeur d’Alexandre, d’un véritable décrochage d’avec l’industrialisation alors en cours dans le reste de l’Europe. Ce n’est pas l’abolition du servage par son fils, Alexandre II, en 1861, qui infirme ce constat : non seulement l’objectif du souverain, malgré une politique réformatrice entre 1861 et 1864, reste bien, en dernière instance1, de consolider une autocratie fragilisée par les défaites militaires de la guerre de Crimée, mais en outre, cette décision marque un divorce d’avec la noblesse, « (…) ne laissant d’autre choix au tsar que de faire reposer son pouvoir sur la puissance de feu de son armée et sur la carapace de son impopulaire bureaucratie. Sans cet ancrage séculaire, les Romanov et la société commencèrent de se désolidariser. » (p. 501).

Le règne de Nicolas II est un de ceux qui a droit aux développements les plus conséquents, en raison de la plus large documentation disponible. Des analyses de Simon Sebag Montefiore, on retiendra particulièrement son rêve proprement mystique d’expansion vers l’est, sa haine des Juifs ou des Polonais (sensible lors de la répression suivant la révolution de 1905)2. Quant à son exécution, ainsi que celle de sa famille, en juillet 1918, l’historien insiste sur la responsabilité fondamentale de Lénine, un point qui est pourtant encore discuté aujourd’hui. A cet égard, on sent tout au long de son livre une certaine empathie pour son sujet, ce qui s’accompagne dans les derniers chapitres d’une critique parfois gratuite des bolcheviques et des révolutionnaires marxistes3.

Le principal problème de l’ouvrage, cependant, bien qu’il soit vrai que la bibliographie ainsi que les sources mises à contribution sont d’une ampleur conséquente, c’est qu’il insiste sans retenue sur la vie amoureuse et sexuelle de ces tsars et tsarines4. Autant d’éléments qui donnent tout de même à l’ouvrage une apparence racoleuse, tendant à l’inscrire dans la petite histoire, celle dont on dit qu’elle est la préférée du grand public. Quant à la problématique traversant l’étude, on peut la résumer en parlant d’une continuité autocratique, de Pierre Ier à Vladimir Poutine. Tout ça (300 ans et 864 pages) pour ça, serait-on tenté de dire…

1Alexandre II eut la lucidité de reconnaître que l’abolition du servage devait venir d’en haut, de crainte qu’elle ne vienne d’en bas.

2Nicolas devenu simple Romanov, lecteur des Protocoles des Sages de Sion, voit même, dans la prise du pouvoir par les bolcheviques en octobre 1917, une manifestation du complot juif…

3Au sujet de la révolution de 1905, par exemple, cette phrase dont les derniers passages sont caractéristiques des sentiments de l’auteur : « A Saint-Pétersbourg, un soviet – un Conseil d’ouvriers et de paysans – présidé par Léon Trotski, le showman narcissique de la Révolution, organisait les désordres. » (p. 667). Il fait également sienne cette déclaration de Boris Eltsine, aux funérailles des Romanov assassinés, en 1998 : « Toute tentative pour changer la vie par la violence est vouée à l’échec. » (p. 824).

4Citant largement les diverses correspondances, il détaille les aventures de Pierre Ier, la verdeur de Koutouzov passé soixante ans, l’appétit charnel de Nicolas Ier ou d’Alexandre II… Les scènes d’agonie sont également longuement décrites, comme François Bluche l’avait fait dans sa biographie de Louis XIV.

Alexandre Sumpf, Raspoutine, Paris, Perrin, collection « Biographie », 2016, 352 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce n’est pas une nouvelle biographie de Grigori Efimovitch dit Raspoutine (1869-1916) qu’Alexandre Sumpf propose, dans un paysage éditorial déjà excessivement rempli. Au contraire, prenant davantage de champ, l’historien livre une enquête aux multiples facettes, abordant la vie de Raspoutine au fil des thèmes et des déclinaisons. Car ce qui semble dominer, chez lui, c’est son identité polymorphe, sa nature d’acteur, ce que reflètent à leur manière les témoignages contradictoires à son sujet. L’analyse des diverses photographies connues montre justement la métamorphose d’un simple paysan de Tioumen en une figure importante des cercles du pouvoir, possédant même sa propre cour. Seul regret, dans ces diverses études iconographiques, l’absence totale de cahier d’illustrations, et même de renvoi à des adresses Internet pouvant pallier ce manque.

Né en Sibérie, où il a également passé son enfance et le début de sa vie d’homme, Raspoutine a connu une diversité religieuse autorisant bien des hypothèses sur les influences réelles l’ayant touché (celle de la secte des flagellants, par exemple). Simple moujik, il a toujours conservé des liens avec son village d’origine : l’enrichissement qu’il connut dans la capitale lui servit entre autres à améliorer son isba familiale. Concernant ses relations avec les femmes, et bien que le secret que maintenait le couple impérial sur sa vie privée (en raison de l’hémophilie d’Alexis) ait suscité bien des fantasmes, il semble y avoir peu de doute sur les agressions sexuelles qu’il commit ou les prostituées qu’il fréquentait assidûment. Mais un des thèmes les plus prégnants, lorsque l’on évoque Raspoutine, c’est celui du complot dont il aurait été l’âme damnée. A cet égard, Alexandre Sumpf montre bien qu’il fut d’abord perçu comme un espoir pour l’Église orthodoxe, une chance de reconquête face à un clergé privilégié et peu motivé ; la rupture avec ses parrains, tel le moine Iliodore, a généré l’idée d’une imposture, d’un caractère faux, fourrier de tous les scénarios complotistes. Toutefois, bien que Raspoutine ait parfois joué un rôle dans certaines nominations à des postes ecclésiastiques ou en s’opposant à l’entrée en guerre de la Russie contre l’Allemagne, Alexandre Sumpf relativise considérablement son importance politique, finalement très limitée.

Ce que l’auteur analyse également, c’est l’engouement de la presse russe dans les années 1910 à l’égard du personnage, qui fabrique ainsi une idole. Un succès qui s’amplifie encore aux lendemains de la révolution de février, réaction à la censure antérieure et manifestation de la rancœur à l’égard de la monarchie : c’est une floraison de réalisations qui domine le printemps et l’été, brochures, caricatures (dont certaines anticléricales, p. 196), photo-montages, films, partageant une identique soif de savoir, goût pour le sensationnel et/ou le scabreux, ce qui participe aussi à une économie de la profanation et de la désacralisation, identique à ce que l’ont vit après 1789, concernant l’entourage de Louis XVI et Marie-Antoinette… La question de l’assassinat amène d’ailleurs Alexandre Sumpf à à prendre ses distances vis-à-vis des témoignages des acteurs, à commencer par Youssoupov, qui voit en Raspoutine un précurseur du bolchevisme (sic)1. A ses yeux, le rôle clef fut tenu par Dimitri Pavlovitch, mais il fut masqué afin de ne pas atteindre plus directement la Maison Romanov ; on reste toutefois dubitatif sur la persistance d’une telle manipulation sur la longue durée. La légende noire, qui connut une véritable acmé en 1917, émigra ensuite en Europe et en Amérique, en accentuant ses caractéristiques spectaculaires : l’accent était mis sur le sexe, le sang, le pouvoir et le secret2, Vladimir Binchtok dès 1917 n’étant que le premier auteur d’une longue postérité avec Raspoutine, la fin d’un régime. Parallèlement à la publication, en URSS, de documents d’archives au cours des années 1920, les éditions sur Raspoutine se poursuivirent, parmi lesquelles les livres de William Le Queux, au début de la décennie, s’ingénient à brouiller les frontières entre le réel et la fiction. Dans une veine similaire, Charles Pettit trace, dans Les Amours de Raspoutine. Roman vrai (sic), un parallèle entre Lénine et Raspoutine riche en clichés. Au cinéma, la corruption et l’occultisme constituent un véritable fil rouge des réalisations de la première moitié du siècle, de The Fall of the Romanovs, film étatsunien de 1917 dans lequel Iliodore joue son propre rôle, à Le Démon des femmes, long-métrage allemand de 1931 plus intéressant par sa réalisation recherchée et son interprétation moins sensationnelle, en passant par un épisode des cartoons Merry Melodies ou La Tragédie impériale de Marcel L’Herbier à la fin des années 1930.

En ce qui concerne la seconde moitié du XXe siècle, Alexandre Sumpf évoque Raspoutine comme image de la fête débridée, à travers le tube disco de Boney M, ou comme maître de l’occulte, surtout décliné dans certaines BD3 (la série Raspoutine de Tarek, le roman graphique Petrograd insistant davantage sur l’espionnage et le complot britannique contre Raspoutine). Mais c’est à nouveau le cinéma qui retient principalement l’auteur, lui qui a livré une passionnante étude sur la révolution russe dans le septième art4. C’est la production française qui domine les années 1950 et 1960 : le Raspoutine de Georges Combret (1954) voit Pierre Brasseur endosser le rôle-titre, dans un déterminisme social et géographique appuyé ; Les Nuits de Raspoutine de Pierre Chenal (1960) n’est quant à lui qu’une médiocre série B ; enfin, J’ai tué Raspoutine de Robert Hossein (1967) présente la particularité d’être la mise en images du témoignage de Youssoupov, lui-même interrogé dans le film. Parmi les autres productions, citons un film de la Hammer où Christopher Lee incarne Raspoutine, Harlequin de Simon Wencer (1980), transposition contemporaine des relations entre le couple impérial et le starets, ou les nombreux films d’animation centrés sur Anastasia en 1997, dans lesquels Raspoutine est le mal par excellence. Dans la Russie post-soviétique, toutefois, l’image de Raspoutine a profondément évolué. Déjà, en 1985, le film L’Agonie, dont la diffusion fut longtemps retardée, offrait un regard plus nuancé sur la période finale de la monarchie5. Désormais, c’est une forme de réhabilitation qui semble l’emporter, à travers la figure de Raspoutine victime de complots, ce dont témoigne entre autres le téléfilm de Josée Dayan avec Gérard Depardieu, réalisation entretenant des liens avec les autorités russes. C’est ainsi un étonnant retournement de situation qui l’emporte, tout au moins en Russie, en ce début de XXIe siècle ; gageons toutefois que la légende de Raspoutine est loin d’être achevée.

1« (…) dont il partage les pires caractéristiques : « L’ignorance, la cupidité, le cynisme et la débauche, une concupiscence noire pour le pouvoir et la négation de toute responsabilité devant Dieu et les hommes. » » (p. 172).

2Une pseudo prophétie de Raspoutine, anticipant la mort de toute la famille impériale, fut ainsi révélée… en 1937 seulement : exemple parmi d’autres d’un faux document (p. 217).

3L’exploration du thème de Raspoutine dans la BD n’est malheureusement pas exhaustive, les séries L’Histoire secrète ou Zeppelin’s War n’étant par exemple nullement abordées.

4Alexandre Sumpf, Révolutions russes au cinéma. Naissance d’une nation : URSS, 1917-1985, Paris, Armand Colin, 2015, chroniqué sur le blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6505

5Alexandre Sumpf l’étudiait de façon approfondie dans son ouvrage précédemment cité.

Claudio Sergio Ingerflom, Le Tsar c’est moi. L’imposture permanente d’Ivan le Terrible à Vladimir Poutine, Paris, PUF, 2015, 520 pages, 29 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Claudio Sergio Ingerflom est un chercheur aguerri, spécialiste de l’histoire de la Russie et de l’URSS. Il a en particulier publié en 1988 Le Citoyen impossible. Les racines russes du léninisme, avant de participer une douzaine d’années plus tard à l’ouvrage collectif Le Siècle des communismes1. Dans cette nouvelle étude, marquée par une érudition pointue, une prose exigeante et l’utilisation de sources nombreuses et cosmopolites, il se penche sur l’histoire longue de la Russie, et sur un phénomène selon lui constitutif de la construction nationale, l’auto-nomination, obstacle au succès d’un processus de modernisation politique. Claudio Ingerflom considère en effet que depuis le début, c’est un autocrate et non un véritable État qui dirige le pays, appuyé sur une forme de transcendance, transcendance que les bolcheviques auraient repris à leur compte à travers les lois scientifiques de l’histoire. Pour élaborer son travail, il insiste sur la nécessité de prendre au sérieux la vérité des acteurs et les motivations populaires, loin de toute condescendance et mépris intellectuel face à une naïveté supposée.

Tout commence au début du XVIIe siècle, avec l’apparition de faux Dimitri, fils d’Ivan le Terrible mort en réalité quelques années plus tôt. Le premier de ces prétendants obtient le soutien de certaines familles de seigneurs, et rencontre un réel succès, lié en particulier à sa forte personnalité. Pour expliquer ce phénomène particulièrement tenace dans la Russie tsariste, Claudio Ingerflom braque la réflexion sur le règne d’Ivan le Terrible. Voilà en effet un souverain mettant en œuvre une « version maximaliste de l’autocratie », se voyant comme « fol-en-christ » et pratiquant l’inversion, brouillant de la sorte les frontières du vrai et du faux. Autocrate despotique, Ivan le Terrible agit en véritable maître sur ses esclaves, se réservant l’exercice du libre arbitre face à une population faites d’humains indignes d’une telle liberté depuis le péché originel. Dès lors, dans cette vision profondément religieuse du réel, deux tsars sont possibles : celui nommé par Dieu, et l’autre, nécessairement agent du diable, ce qui affecte toute sacralité impérissable du souverain, bien avant le « dimanche rouge » de 1905… Cette dimension religieuse est encore renforcée par le schisme du milieu du XVIIe siècle, avec la croyance forte et durable en la manifestation d’un antéchrist « démembré » (donc pluriel, pouvant s’incarner en plusieurs dirigeants) et, véritable effet miroir, la conviction que Dieu peut également s’incarner dans les hommes. Le phénomène d’auto-nomination ne cessera alors de se manifester, reflet également de luttes contre l’oppression gouvernementale et d’ambitions personnelles. Une de ces révoltes possède toutefois des caractéristiques singulières. Il s’agit de celle de Stéphane Razine, entre 1669 et 1671, opposé au tsar Alexis Ier. Elle s’effectue en effet au nom d’un tsarévitch demeurant toujours invisible. De fait, cette auto-affirmation, appuyée sur une véritable magie de la parole, évacue la figure concrète du maître, Razine lui-même ne se considérant pas comme choisi par Dieu, mais par le peuple. Claudio Ingerflom voit donc dans ces événements les bases d’une modernité politique enrayée, puisque cette révolte se termina par un échec. A l’inverse, le règne de Pierre le Grand légitime encore davantage le phénomène de l’auto-nomination, l’auteur insistant sur son caractère bien peu moderne sur le plan politique. Voici en effet un souverain insistant sur le lien direct qu’il entretient avec Dieu, contre toute légitimation de l’Église orthodoxe (les parallèles entre Pierre et Jésus, ou entre Pierre et Constantin, sont très parlants), et concentrant en lui toute source du pouvoir ; il institue ainsi le « Tout-comique et Tout-ivrogne Concile », formé par ses fidèles qu’il est seul à nommer, et manifestation de cette inversion déjà pratiquée par Ivan le Terrible. Ajoutons à tout cela le titre d’empereur qu’il se donne, s’ajoutant à celui de « Père de la patrie », et le choix personnel de l’héritier : on comprend bien, dès lors, que le phénomène de l’auto-nomination en sorte renforcé, culminant au XVIIIe siècle dans la célèbre révolte de Pougatchev.

A partir du XIXe siècle, sous l’influence de la Révolution française, cette conception du pouvoir autocratique comme domination à justification religieuse commence sérieusement à être minée par l’idée de représentation politique, jusqu’à aboutir, entre 1905 et 1935, à une véritable libération du politique, avant un retour appuyé de l’autocratie ; néanmoins, la modernité politique survit dans l’esprit du peuple, qui se ressaisit de certains vocables du passé, tels antéchrist ou autonomé. Claudio Ingerflom considère à ce titre le bolchevisme comme porteur d’une religiosité alternative, ce qui nous semble tout de même faire fi des différences entre la situation avant et après la mort de Lénine, avec la création du culte et d’une vulgate officielle. Ce qui n’empêche pas l’imposture, vue comme plus large que l’auto-nomination, pouvant toucher aussi bien l’administration que la religion, de demeurer une constante de l’histoire russe, y compris soviétique2. Au moment de l’abolition du servage, d’ailleurs, l’insatisfaction paysanne, qui attendait davantage de liberté vis-à-vis d’un joug seigneurial maintenu voire renforcé, conduit dans plusieurs endroits à modifier les textes officiels à l’avantage de la paysannerie, les décisions réelles du tsar étant vues comme modifiées par les seigneurs… On l’aura compris, Le Tsar c’est moi est une étude aussi dense que réflexive, qui apporte des éléments importants quant à la lecture de l’histoire russe des cinq derniers siècles.

1Nous en avions rendu compte dans l’ancienne série de Dissidences-BLEMR.

2« Le système soviétique, comme l’autocratie, fut une usine à fabriquer des imposteurs. » (p. 484) ; « Ce que l’imposture quotidienne révèle à la charnière des XIXe et XXe siècles, c’est à la fois la fragilité des critères juridiques de légitimité et (…) le comportement actif du consommateur qui remplace ces critères par n’importe quel objet (…) » (p. 365).

Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvement révolutionnaires, Gollion (Suisse), Infolio, collection « Illico », 2011, 222 pages, 10,15 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

C’est probablement du fait de son édition par une maison suisse que la publication de ce petit, mais remarquable ouvrage a failli passer par pertes et profits. Korine Amacher manifeste pourtant tous les signes d’une compétence scientifique sans conteste puisqu’elle enseigne l’histoire et la civilisation de la Russie et de l’URSS à l’Université de Genève. En un peu plus de deux cents pages, elle livre une brillante synthèse de tous les mouvements sociaux ayant affecté l’espace russe, jusqu’à l’éclatement de la révolution bolchevique en 1917. En huit chapitres, elle inscrit dans la durée le sentiment révolutionnaire, depuis les premières révoltes populaires des 17-18e siècles jusqu’au début du 20e siècle, dans un ordre classiquement chronologique. Si l’on n’est pas obligé de partager l’option idéologique développée dès l’introduction (dictature communiste, nécessité du dialogue pour éviter toute radicalisation des mouvements protestataires), l’évocation qu’elle propose est à la fois érudite et très pédagogiquement exposée. L’histoire commence avec les révoltes cosaques, dont la plus importante est celle de Pougatchev, révolte paysanne typique des 17-18e siècles qui a donné quelques belles pages de littérature sous la plume de Pouchkine (La fille du capitaine) lequel a également écrit une première histoire de ce soulèvement. Comme dans les guerres paysannes en Europe, domine le mythe du « bon » monarque mal entouré par de mauvais conseillers. Avec Raditchev et les décembristes émerge l’idée de la contestation proprement politique, autour d’un programme, réclamant en particulier l’abolition du servage. Avec Raditchev, c’est un nouveau groupe social qui intervient dans la sphère politique, l’intelligentsia, intervention promise à un bel avenir dans les décennies qui suivent. Les théories de Radichtev donnent naissance à une tentative de coup d’État, en décembre 1825, d’où le nom de Décembristes des conjurés. A partir de la fin des années 1820 se développent les différentes conceptions sociales et politiques. La pénétration des idées des Lumières fait émerger un personnage comme Vissarion Belinski, qui marque les débats jusqu’en 1848, mais aussi, plus connu par leur place dans le mouvement socialiste européen, Bakounine ou Alexandre Herzen. Le lecteur découvrira aussi la personnalité de Nikolaï Sprechnev, le premier à envisager la place du peuple dans la perspective d’un soulèvement contre l’autocratie tsariste. Les années qui vont de 1848 à 1863 constituent des années de décantation pour l’apparition du mouvement révolutionnaire moderne. C’est par dépit de l’échec du printemps des peuples de 1848 et plus largement de l’Occident, que les premiers narodnikis (les populistes) apparaissent sur la scène intellectuelle et politique. Le rôle de Herzen ou de Tchernychevski (l’auteur du roman Que faire ? , disponible aux éditions des Syrtes, dont le titre inspirera Lénine) est souligné. C’est autour de 1863 que la première organisation Terre et Liberté se met en place, pour « aller au peuple ». De ce courant naît ensuite le nihilisme, incarné par Netchaïev, ainsi que les tentatives terroristes de la seconde Terre et Liberté contre le tsar, mais aussi les tentatives réformatrices (ainsi les Tchaikovtsy, dont on peut lire Les tchaïkovtsy. Esquisse d’une histoire (par l’un d’entre eux, 1869-1872), Pontcerq, 2013). Ce que démontre de manière tout à fait convaincante l’auteur, c’est que la formation d’organisations centralisées ne doit rien aux bolcheviques, mais bien à leurs prédécesseurs terroristes populistes (lire en particulier le développement p. 146-147) qui formeront une fraction secrète (La Liberté ou la mort) au sein de Terre et liberté. C’est d’une scission au sein des populistes que naît Le Partage noir, dont les membres, depuis Genève seront à l’origine de la première organisation se réclamant du marxisme. C’est en effet dans l’émigration que Plekhanov, Deutsch et Zassoulitch forment La libération du travail, organisation basée sur les analyses de Marx. Mais les terroristes s’organisent pour leur part dans la Volonté du peuple, « premier parti russe centralisé, hiérarchisé, fondé sur la conspiration et composé de révolutionnaires professionnels » (p. 153). A contre temps des évolutions sociales, ils assassinent le tsar Alexandre II, alors que celui-ci s’apprêtait à lancer une politique de réforme, provoquant alors un tournant répressif et réactionnaire parmi les élites russes. Avec la crise du populisme, plusieurs courants tenteront d’organiser le dépassement du tsarisme, dont certains parfaitement libéraux (dont Korine Amacher rappelle à juste titre qu’ils sont le courant dominant de la période) ou démocrates-bourgeois, plus ou moins teintés de réformisme. Au milieu des années 1870, le mouvement ouvrier apparaît comme un acteur émergent. C’est à Odessa, en 1875 que naît la première organisation ouvrière. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir les ultimes années avant le déclenchement de la révolution de 1917. L’auteure conclut son précieux ouvrage par une esquisse de bilan historiographique de ces courants, rappelant que l’historiographie stalinienne avait tout fait pour effacer les liens entre les populistes et les bolcheviques, de peur que l’influence néfaste des premiers n’affecte la qualité supérieure de la théorie communiste, même si le propre frère de Lénine avait été pendu en tant que terroriste populiste. Une très suggestive bibliographie indicative conclut ce livre, indiquant de nombreuses pistes de lecture pour le lecteur curieux de développer ses connaissances. Un livre qui mérite d’être connu et lu par le plus grand nombre.

Mila Cotlenko, Maria Nikiforova. La révolution sans attendre. L’épopée d’une anarchiste à travers l’Ukraine (1902-1919), Paris, Mutines Séditions, 2014, 142 pages, 6 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Si le nom de Nestor Makhno, le révolutionnaire anarchiste ukrainien est relativement connu, il est probable que celui de Maria Nikiforova sera une découvert pour un grand nombre. Pourtant, dans ses Mémoires et écrits (1917-1932) (éditions Ivréa), Makhno cite sa camarade à plusieurs reprises. Il existe également des sources russes (en particulier les mémoires de Viktor Belash, chef d’état major de l’insurrection maknoviste, qui sont largement sollicitées dans le travail de Cotlenko, Dorogi Nestora Makhno, Moscou 1993) qui évoquent la figure de Nikiforova.

Cette dernière est née en Ukraine en 1885. Elle participe aux attentats et est condamnée à mort en 1908. Sa peine est commuée et elle est déportée en Sibérie. C’est là qu’elle commence à être connue sous le nom de Maroussia. Elle parvint à s’évader au bout de quelques années, rejoint d’abord les États-Unis, puis ensuite l’Europe (Londres, Allemagne, Suisse, France, Espagne) où elle prend part aux activités des groupes anarchistes locaux. Lors de la première guerre mondiale, Maroussia s’engage (elle partage les positions de Pierre Kropotkine, favorable à une « guerre démocratique ») et se trouve sur le front de Salonique lorsque la révolution russe éclate. Elle rejoint son Ukraine natale où elle participe aux combats contre le gouvernement nationaliste de la Rada. L’histoire de l’Ukraine durant la période révolutionnaire est particulièrement compliquée car se superposent une guerre de classe (les Rouges contre les Blancs) et une guerre nationale impliquant à la fois les nationalistes ukrainiens, mais aussi les troupes allemandes, ainsi que les troupes blanches, sans compter l’insurrection makhnoviste, le tout en l’espace de quelques mois. Ce ne sont que combats incessants, avec avancées et reculs des différentes forces, avec massacres de civils, pogroms et pillages. Après avoir participé à différents affrontements, elle revient à Gouliaï-Polié, le cœur du soulèvement makhnoviste, pour échapper à une condamnation prononcée par les bolcheviques. Elle rejoint le mouvement de Makhno, alors allié des bolcheviques. Mais rapidement, la rupture se manifeste, une fois les Blancs défaits. De très importants débats traversent le mouvement libertaire sur la conduite à tenir et Maroussia défend une position favorisant la clandestinité et l’action terroriste, qu’elle met en pratique avec un groupe qu’elle a formé. Elle participe à un attentat meurtrier contre une réunion communiste à Moscou. Les plans ne s’arrêtent pas là, car un autre attentat est prévu pour le deuxième anniversaire d’Octobre, visant rien de moins qu’à faire sauter le Kremlin avec l’ensemble du gouvernement. Le projet n’aboutit pas, comme on sait. En effet, Maroussia est reconnue en août 1919 dans les rues de Sébastopol, alors tenue par les Blancs. Elle est immédiatement condamnée par un tribunal militaire et exécutée. Ce court ouvrage, empreint d’une féroce hostilité aux bolcheviques, nourri de sources russes et anglophones mal connues, présente une dimension originale du processus révolutionnaire enclenché par Octobre 17. On le classera dans la catégorie des documents militants.

Alexandre Kouprine, Le Soleil liquide et autres récits fantastiques, Montélimar, Les Moutons électriques, collection « Le Rayon vert », 2013, 192 pages, 17 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque

Le couple Lajoye, Viktoriya et Patrice1, ne cesse, depuis Dimension URSS2 puis Dimension Russie chez Rivière blanche, deux anthologies consacrées à la science-fiction du XXe siècle, de nous offrir des éclairages bienvenus sur la richesse de la littérature russe, en particulier d’anticipation. Ce recueil d’Alexandre Kouprine (1870-1938)3 est en l’occurrence à rapprocher de La Cité sans nom, une anthologie de nouvelles écrites par Vladimir Odoievski (1803-1869), « père de la science-fiction russe », précédemment parue chez Rivière blanche sous l’égide des mêmes4.

On y trouve, contrairement à ce que son titre pourrait laisser croire, des histoires qui n’ont absolument rien de fantastique. « Le foudre » s’amuse à ridiculiser les efforts d’un homme pour séduire une aristocrate, allant jusqu’à s’introduire dans un tonneau sans parvenir à en ressortir dans une tenue décente. « Une mission officieuse » est un autre constat d’échec, ici celui d’un fonctionnaire soucieux d’intégrité, qui finit par baisser les armes devant la rouerie d’un couple prêt à tout pour éviter la disgrâce. « L’épouvante » est plus tangent, dans la mesure où le récit distille une peur réelle, autour d’un corps mort en apparence, mais qui semble comme habité par le démon ; la chute revient toutefois à un parti pris réaliste.

Le texte qui s’inscrit le plus franchement dans la science-fiction est celui qui a justement donné son titre au recueil. « Le soleil liquide » est en effet le récit fait par un de ses participants d’une expérience scientifique menée en Équateur, et visant à exploiter l’énergie des rayons solaires sous forme d’un liquide concentrant leur puissance. Intéressante, la nouvelle présente cependant un contraste entre une première partie longue mais seulement préparatoire, et une seconde qui donne l’impression de ne pas mettre à profit tout le potentiel de l’idée ; on en retiendra néanmoins un discours final misanthrope, accusant la décadence sociale causée par le règne du capital, et très critique sur les potentialités mortifères de la science, d’autant plus fort que le récit date de 1913.

« Le toast » et « Le paradis » sont fort pertinemment placés l’un à la suite de l’autre. Le premier, publié en 1906, est en effet un bref tableau d’une société idéale de l’avenir, qui n’a pu voir le jour que par le sacrifice de multitudes lors des révolutions du XXe siècle, une époque de conflits dont plusieurs des descendants regrettent le caractère épique : un éloge du combat jusqu’à la mort pour la liberté. « Le paradis », daté de 1921, est par contre un acte d’accusation sans ambages contre le pouvoir bolchevique et la société qu’il souhaite bâtir, vue ici sous l’angle de l’uniformisation égalitaire, du contrôle absolu des individus allant jusqu’à une possible anthropophagie industrielle : une vision sans nuance que l’on peut rapprocher du Nous Autres de Zamiatine.

« Le parc royal » est plus touchant, par sa description d’une sorte de réserve pour têtes couronnées, dans une société s’étant débarrassée de toutes traces de l’Ancien Régime, sa chute résonnant comme une possibilité de rédemption pour les nouveaux parias. Quant à « La justice mécanique », on peut à la rigueur le classer en anticipation, mais c’est avant tout l’humour qui vertèbre cette nouvelle, puisque l’inventeur d’une machine à frapper, gage d’un ordre social éternel par la disparition des haines entre frappeur et frappé, se retrouve victime de son appareillage élaboré.

Le merveilleux est également de la partie avec les derniers textes du recueil, surtout. « Le roi des moineaux » est un joli conte un rien naïf, ode à la liberté qui voit un amateur d’oiseaux en cages se retrouver à leur place, afin de lui faire prendre conscience de la cruauté de sa passion. « L’étoile bleue » est, sous des dehors de monde perdu, celui d’une communauté isolée du reste de la France, une parabole sur la relativité de la beauté physique. « Le bonheur » est une histoire classique sur la nature du bonheur, recherchée par un souverain implacable, tandis que « Une légende », de par son manque d’éclaircissements, laisse le lecteur sur sa faim. C’est certainement « Le baiser oublié » qui véhicule l’émotion la plus profonde et la plus touchante : la brève évocation de cet individu, transcendé alors qu’il était encore nourrisson par l’étreinte d’une fée, et qui recherche sa vie durant la puissance de ce souvenir désormais évanescent, a valeur de métaphore de l’ensemble des vies humaines, à la recherche d’un idéal nécessairement inaccessible…

Le Soleil liquide et autres récits fantastiques est donc un recueil inégal, de la lecture duquel subsiste une impression mitigée, les quelques nouvelles mémorables étant accompagnés de textes nettement moins marquants. Il illustre à merveille le statut de la science-fiction dans la Russie tsariste finissante, celui d’un genre que les auteurs explorent parmi d’autres, sans véritable spécialisation, et au propos souvent didactique, ainsi que les romans d’Alexandre Bogdanov l’illustraient déjà.

1Ce sont deux spécialistes des littératures de science-fiction russe, également traducteurs.

2 Ouvrage qui, rappelons-le, fera l’objet d’une note de lecture en conclusion de cette série de billets.

3 Issu d’une petite noblesse désargentée, Alexandre Kouprine a commencé sa carrière d’écrivain en 1889, exerçant divers métiers en parallèle. Critique du régime bolchevique, il quitte son pays en 1919 pour la France, ne revenant en URSS qu’en 1938 pour y mourir.

4 Voir une critique de ce recueil à cette adresse : http://wagoo.free.fr/spip.php?article2089