Archives par étiquette : Solidarité

Delphine Le Lay, Marion Boé, Alexis Horellou, 100 maisons. La cité des abeilles, Paris, Éditions Delcourt, 2015, 144 pages, 15,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Un autocollant apposé sur la couverture indique le contenu de cette BD, dont les auteurs étaient déjà réunis pour Plogoff 1, publié quelques temps auparavant : « Une mobilisation populaire face à la crise du logement ». L’action se déroule à Quimper, au début des années cinquante. Comme partout en France, la question du logement est une question particulièrement cruciale : le parc immobilier est insuffisant et date souvent du début du siècle, voire de la fin du XIXe siècle. Pour les travailleurs et leur famille, les taudis et l’insalubrité sont bien trop souvent la règle générale. C’est bien entendu le cas à Quimper. S’inspirant du mouvement castor, mouvement d’autoconstruction issu des courants du catholicisme social populaire, de jeunes ménages décident de prendre leurs affaires en main. Ils fondent une association pour mettre en œuvre un ambitieux plan de construction de maisons individuelles, auto-construites. Le projet, nommé la cité des Abeilles, met trois ans à se réaliser, au prix d’efforts et d’ importantes difficultés. Se croisent ainsi dans une tentative prométhéenne des couples d’ouvriers et de petits employés, communistes pour certains, catholiques pour d’autres, qui mettent à profit leur loisirs et temps libre pour bâtir pierre à pierre cette cité.

Ce livre de bandes dessinées constitue un hommage à leur courage, leur ténacité et à leur combativité pour mener à bien ce projet. Le scénario est écrit par Delphine Le Lay et Marion Boé, tandis que les dessins sont d’Alexis Horellou. Le choix du noir et blanc, étant donnée la période, s’imposait naturellement. Basé sur des faits réels, ce scénario permet de bien saisir à la fois l’ambiance de l’époque, le sens de la mobilisation, ainsi que la mise en valeur de la forte solidarité qui prévalait malgré les obstacles. Chacun est libre d’apprécier le style et le tracé du dessin, mais sans doute n’est-ce pas tant pour cet aspect là que cet ouvrage mérite d’être lu, mais plutôt pour l’évocation réaliste d’une prise en charge collective des problèmes dans la construction d’un projet. Il est cependant dommage que les concepteurs de l’ouvrage n’aient pas profité de l’occasion pour prolonger un peu leur travail par une partie documentaire de présentation du mouvement castor, qui reste aujourd’hui largement méconnu, malgré quelques études de-ci de-là2.

1Lire notre compte rendu sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/4475

2Citons, outre quelques mémoires de maîtrise ou DEA, un court ouvrage de Maurice Vilandrau, L’étonnante aventure des Castors. L’autoconstruction dans les années 50, Paris, L’Harmattan, 2002 et une BD reportage de Didier Teste, Nicolas Rouhaud et Laurent Lefeuvre (dessinateur) sur le quartier des Castors à Rennes, en ligne sur http://metropole.rennes.fr/actualites/education-vie-sociale-sante/vie-sociale/l-epopee-des-castors-rennais-en-bd/

Jean-Claude Duhourcq, Antoine Madrigal, Mouvement ibérique de libération. Mémoires de rebelles, Toulouse, Éditions CRAS, 2007, 384 pages, 18 €, Tiburcio Ariza, François Coudray, Les GARI. Groupes d’action révolutionnaires internationalistes. 1974. La solidarité en actes-Enlèvement du banquier Suarez …, Toulouse, Éditions CRAS, 2013, 296 pages, 18 €.

Sur un moment particulier d’une histoire oubliée. Gauche communiste, conseillisme, autonomie libertaire, Espagne/France, Années 70′.

 

Le 2 mars 1974, Salvador Puig Antich, un membre de l’organisation révolutionnaire dite MIL [Movimiento Iberico de Liberacion] ou 1000, est exécuté par le pouvoir franquiste. Le 3 mai 1974, soit quasiment deux mois après, Angel Baltasar Suazez, directeur de la Banque de Bilbao à Paris, est enlevé à Neuilly-sur-Seine, action revendiquée par les GARI [Groupes d’action révolutionnaires internationalistes], un groupe qui exige la libération des prisonniers de l’ex-MIL. Ces deux événements, la mort d’un révolutionnaire et l’enlèvement d’un banquier, sont très médiatisés, en eux-mêmes et par les répercussions (manifestations, campagnes de solidarités, création de comités, débats dans tout ce que l’extrême et l’ultra gauche comptent de groupes structurés ou informels, etc.) qu’ils entraînent en France et en Espagne. Mais cette exposition médiatique véhicule, comme l’on s’en doute, plus de fantasmes, de peurs savamment agitées, de contre-vérités, d’omissions préméditées que d’objectivité. Les représentations mentales des uns et des autres occultent non pas la vérité mais la stricte historicité de l’événement.

Ces deux ouvrages parus sous les auspices du CRAS et rédigés par des militants ont donc pour objectif, non pas de livrer une analyse historique distanciée et problématisée, mais bien de proposer, aussi bien en ce qui concerne le MIL que les GARI, une compilation de faits, à travers de nombreux entretiens et de témoignages d’acteurs de cette époque (pour le MIL) ainsi que de nombreux documents, avec une chronologie détaillée des événements (pour les GARI)1. Cette franchise et cette modestie2 sont à remarquer, d’autant plus que d’autres auteurs de livres récents sur l’extrême gauche en sont, hélas, dépourvus3.

Dans une Espagne corsetée par le régime franquiste, l’économie se modernise dans les années soixante grâce aux capitaux étrangers, le « boom » touristique étant une illustration et une vitrine de ce phénomène. Aussi bien dans de petits milieux plus ou moins estudiantins – où les groupes radicaux, tels les Acratas de Madrid4, se créent, se défont, scissionnent – que dans le monde ouvrier – où des courants hostiles au communisme orthodoxe tentent d’acquérir une action autonome dans des usines –, l’effervescence révolutionnaire gagne du terrain en Espagne, et particulièrement à Barcelone et dans sa région. Elle est à l’unisson du formidable mouvement de contestation/rupture qui touche de larges secteurs des principales sociétés industrielles mondiales. Dans ce contexte, il est difficile de dater avec précision la fondation du MIL, organisation non structurée et plutôt inclassable. On peut néanmoins avancer qu’entre 1968 et 1970, insatisfaits des voies traditionnelles anarchistes ou communistes, qu’ils ont fréquenté, mais vite laissé de côté, dans leur prime jeunesse (dans ces années-là, la conscience politique radicale pouvait s’emparer d’adolescents dès leurs 15 ans ), un certain nombre de militants (re)découvrent les textes de l’ultra gauche (Pannekoek, Gorter entre autres) anti-léniniste, ainsi que les analyses plus récentes, actuelles, de l’Internationale situationniste (IS). Des rencontres et des échanges de textes, à Paris, avec Raoul Vaneigem, pour l’IS, ou avec Jean Barrot [Gilles Dauvé] pour le pôle de regroupement de l’ultra gauche qu’était alors la librairie/collectif La Vieille taupe ancrent certains militants (Amigo Santi Soler « El Petit » ou Ignacio Solé Sugranyes « Montes ») dans un milieu qui produit peu après la coalescence d’un premier collectif, l’Equipe théorique (ET) (p. 17, 25, 31). C’est dans ce groupe que germe l’idée de fonder les Éditions Mayo 37, dont la référence [Mai 1937] « rappelle le dernier assaut du prolétariat espagnol et (…) la continuité avec la critique du stalinisme et de l’attitude des leaders anarchistes » (p. 59-60). Le second groupe, l’Equipe ouvrière (EO), est constitué de travailleurs révolutionnaires possédant des affinités avec ET, mais guère avec les expropriations armées (hold-up) qui ont lieu quelques années plus tard. Quand au dernier collectif, l’Equipe extérieure (EE), sa cheville ouvrière est Oriol Solé Sugranyes « Victor », qui après un passage par le Parti communiste espagnol (PCE), puis par une organisation issue de ce dernier, le PCE-(i)5 et une année de prison, se rapproche de syndicalistes révolutionnaires éditant la revue Qué hacer ? (Que Faire ?). C’est donc « Victor » qui, en janvier 1971, à Toulouse, « préconise la nécessité de créer une structure de lutte armée. L’EE devient le 1 000 » (p. 38). Un certain « Sebas » y participe : il s’agit de Jean-Marc Rouillan6, un des futurs membres d’Action directe. Son témoignage semble corroborer les faits7. En effet, selon lui, le « vrai » MIL, qui signe ensuite MIL-GAC [pour Groupes autonomes de combat] nait bien en janvier 1971, par regroupement affinitaire de militants ayant appartenu à l’EE, et à deux groupes extérieurs, Notre classe et Vive la Commune. ET et EO ne sont pas concernés. Pourtant, les textes du MIL-GAC reconnaissent que les actions antérieures de ces deux équipes sont aussi le MIL … (p. 111-116).

Le MIL est donc bien plus un sigle commodément appliqué à un ensemble de collectifs, qui parfois s’interpénètrent, mais qui à d’autres moments poursuivent leur chemin particulier, qu’une structure, même lâche. Diverses tendances (lutte armée, syndicalisme révolutionnaire, conseillisme), qu’on aurait tort de croire uniquement représentées dans une équipe particulière, s’expriment et parfois divergent ou s’affrontent dans un court laps de temps. Pourtant, une grève radicale, celle des usines Harry Walker (filiale de Solex) à Barcelone entre décembre 1970 et février 1971, où « les travailleurs démontrent leur capacité à agir et à s’auto-organiser » (p. 33) en dehors des syndicats et des groupes « gauchistes » est l’occasion de la « réunion des collectifs ouvriers, de l’infrastructure technique de l’EE (..) et des contacts internationaux de l’ET (Vieille Taupe, Lotta Continua8) qui [se retrouvent] efficacement dans une même tâche. » (témoignage de « El Petit », p. 37). Cette rencontre réelle entre une insubordination ouvrière et des militants révolutionnaires communistes9 peut sans doute être considérée comme une sorte de fantôme d’Hamlet qui d’une certaine façon hante la praxis des membres du MIL. « El Petit » ne reconnaît-il pas qu’il leur « importait de réussir à faire surgir de nouveaux Harry Walker (chose que nous n’avons pas réussie) » (p. 37) ? En août 1973, à Toulouse, une série de réunions, auxquelles sera plus tard accolé le nom inadéquat de « Congrès », aboutit à la dissolution du MIL, avec un texte qui officialise cette décision. La revendication récente et publique de hold-up (pour financer les publications et assurer la vie quotidienne des militants) a précipité les événements, et aggravé les divergences. On notera que toutes les équipes ne sont pas présentes (les ouvriers d’EO par exemple, d’ailleurs jamais au MIL), mais que Jean-Marc Rouillan y assiste. Un mois plus tard, en septembre 1973, des arrestations massives (Oriol Solé Sugranyes, José Luis Pons Llobet, Amigo Santi Soler, Salvador Puig Antich, etc.) décapitent l’ex-MIL. Le 9 janvier 1974, Puig Antich est condamné à mort (exécuté le 2 mars, malgré une campagne de protestation et des manifestations européennes, parfois très violentes) et Pons Llobet à 30 ans de prison. Les GARI naissent de la solidarité avec les prisonniers du MIL.

En publiant leur ouvrage très bien documenté, Tiburcio Ariza et François Coudray (pseudonymes) souhaitent transmettre une mémoire, celle de « quelques pages d’histoire du mouvement révolutionnaire et des groupes autonomes » (p. 6). Les documents proposés, qui proviennent essentiellement du CRAS10 et des CIRA11 de Marseille et Lausanne, indiquent que la coordination des groupes affinitaires, formée lors de multiples réunions, échanges, débats entre janvier et mai 1974, qui décide de se constituer en GARI pour tenter de faire libérer les prisonniers de l’ex-MIL, est le produit naturel d’une époque fiévreusement révolutionnaire. Ces archives indiquent également que loin d’être des libertaires classiques, les militants qui forment, à ce moment particulier de leur combat, les GARI, sont en contact étroit avec, par exemple le collectif de la revue Mouvement communiste (autour de Jean Barrot/Gilles Dauvé) ou l’ORA (Organisation révolutionnaire anarchiste), « travaillée » par des courants marxistes-léninistes ou ultra-gauche. Enfin, les GARI décident leur auto-dissolution très rapidement (août 1974), bien que les arrestations et les procès permettent la survie médiatique de cette signature.

Conclure

L’accent mis sur le côté « rage de vivre » de cette jeunesse radicale et sur leur vécu insuffle de l’humanité à une histoire qui n’est donc pas que politique, même si les années soixante-dix ont su revendiquer haut et fort l’appartenance de tous les actes sociaux à un « tout est politique ». Dans ces deux ouvrages, nul doute que des révoltés puissent trouver matière à réfléchir à des « formes d’organisation et aux luttes futures » (Les GARI, p. 271), en dehors de l’extrême gauche traditionnelle. Pour les historiens des mouvements révolutionnaires et des avant-gardes, dont l’objectif n’est pas de même nature, il est important que ces deux ouvrages – sur un moment particulier, dans un triangle Barcelone-Perpignan-Toulouse, de la remise en cause totale et violente des rapports sociaux capitalistes – existent. Comme premières pistes de travail, ils ouvrent effectivement, non pas seulement le « champ de l’investigation » (Les GARI, p. 271) mais aussi celui d’une étude poussée (souhaitée par ces auteurs) des différents courants extra-parlementaires, sensibles aux analyses issues de l’ultra gauche communiste non-léniniste des années vingt, mais aussi à celles des situationnistes, des partisans des Conseils ouvriers ou de l’anarchisme d’action directe, dans ces années soixante-dix.

1Indiquons néanmoins un petit livre signé collectivement par des libertaires liés au MIL, sous le pseudonyme de André Cortade, Histoire désordonnée du MIL, (Éditions L’échappée, 2005), dont nous avions rendu compte sur notre ancien site (http://www.dissidences.net/terrorisme_lutte%20armee.htm#cortade ), ainsi qu’un article de Sergi Rosés Cordovilla dans le premier volume de notre revue Dissidences, « Révolution, lutte armée et terrorisme », p. 85-97 (L’Harmattan, 2007). Étonnamment, cet article d’un auteur pourtant cité fréquemment dans l’ouvrage n’apparaît pas dans la bibliographie.

2En introduction, les auteurs du livre sur les GARI affirment d’emblée : « prétendre que dans ce document nous avons relaté l’histoire des GARI serait de notre part présomptueux (…) » (p. 5). Ceci nous semble valoir également pour l’ouvrage sur le MIL, quoique de manière moins appuyée. Néanmoins, l’option revendiquée de « faire un choix »( p. 8-9) parmi les trois « équipes » composant le MIL, privilégiant selon les moments et les protagonistes, l’une ou l’autre, interdit d’y lire une histoire globale.

3Il suffit de se reporter aux comptes rendus de ce blog …

4Ce groupe, qui agit à Madrid entre octobre 1967 et juin 1968, se fait connaître en défenestrant un crucifix pour le lancer sur les policiers, lors de l’occupation de l’université en janvier 1968. Selon la revue Internationale situationniste (n° 12, septembre 1969, p. 86), ce groupe leur semble « aussi proche de Marx que de Durruti et aussi loin de Lénine que de Proudhon ». Cet exemple indique un certain ton d’une époque.

5Parti communiste d’Espagne-international, scission de 1967 du Parti communiste catalan (PSUC). Improprement étiqueté parfois comme « stalinien », ce petit groupe était en fait marxiste-léniniste et appelait à une insurrection armée. Il se transforme en Parti du travail d’Espagne en février 1975.

6Depuis 2002, Jann-Marc Rouillan.

7Lire les comptes rendus (par Jean-Guillaume Lanuque) des ouvrages sur la démarche mémorielle de ses années de militantisme, dans notre revue électronique;, : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/personne.php?id=1531&type=auteur

8Lotta Continua est un groupe important de l’extrême gauche italienne, fondé en 1969 et qui décide de s’auto-dissoudre en 1976 après de nombreuses scissions de militants qui fondent des groupes de lutte armée.

9Communistes au sens de l’ultra gauche : Lire par exemple Jean Barrot, Communisme et question russe, Paris, Éditions de la Tête de feuilles, collection « Futur antérieur », 1972.

10Centre de recherches sur l’alternative sociale. C’est un centre de documentation fondé en 1979, à Toulouse, affilié à la Fédération internationale des centres et de documentations libertaires (FICEDL). C’est aussi une maison d’édition. Je remercie les animateurs de ce centre de m’avoir signalé deux erreurs dans ce compte rendu (corrigées aussitôt).

11Centre international de recherches sur l’anarchie.

Florent Calvez, American Tragedy. L’histoire de Sacco & Vanzetti, Paris, Delcourt, collection « Mirages », 2012, 112 pages, 14,95 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Au premier abord, l’idée d’adapter en bande dessinée (est-ce la première fois ?), l’histoire de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti est tout à fait bienvenue. Rappelons que ces deux personnages sont des militants anarchistes étatsuniens, d’origine italienne, condamnés à être exécutés pour attaque à main armée et assassinat, malgré leur innocence (déjà patente au moment des faits). Ils ont été réhabilités et innocentés en 1976, un demi-siècle après leur exécution sur la chaise électrique. Le scénario est celui d’une série de flash-back où un grand-père raconte à son petit-fils l’affaire telle qu’il l’a connue dans son jeune temps. Il connaissait personnellement Vanzetti, ayant lui-même été actif dans les milieux anarchistes de l’entre-deux-guerres. Le récit navigue donc entre le rappel des faits et le jeu de dames auxquels les deux narrateurs se livrent dans un parc new yorkais. Si la structure du récit n’a rien de bien particulier (aller-retour entre le passé et la période contemporaine), le dessin n’est pas non plus particulièrement remarquable. Certes les scènes de foules sont particulièrement bien rendues, de même que les vues éloignées (ainsi celle qui figure en couverture), mais se révèle grossier dès qu’il s’agit de saisir les personnages. Les têtes apparaissent mal dégrossies et approximatives. Si encore le découpage des cases offrait un travail de qualité, le lecteur pourrait y trouver un certain plaisir esthétique. Mais ce n’est pas le cas, produisant au final une expression dessinée de type standard et même tout à fait moyenne. A ces limites liées à l’objet lui-même s’ajoutent au moins deux autres aspects qui sont pour le moins fortement contestables. D’abord le parti pris (sur lequel l’auteur revient en postface), d’opposer le « bon » Vanzetti au « méchant » Sacco, sans doute coupable, non pas de l’assassinat pour lequel ils ont été condamnés, mais d’un braquage précédent. Aucun élément substantiel durant le procès n’a pourtant permis de démontrer cette réalité. Malgré les doutes subsistants sur le côté « brigand » de Sacco, Florent Calvez fait donc le choix de le charger, contre Vanzetti, totalement innocent, sans doute pour accroître l’intensité dramatique du scénario, mais au détriment des éléments historiques, ce qui entache naturellement la crédibilité de l’œuvre. A ce contestable parti pris à l’égard de la réalité historique, l’auteur ajoute un discours des plus contestables sur la nature de la solidarité et des engagements en faveur d’une cause. Constatant que certains se sont servis de la cause « Sacco et Vanzetti » pour des buts qui leur étaient propres, il fait dire au vieil homme, en fin de volume : « Ils sont devenus des symboles. Les gens qui ne les connaissaient pas avaient de la pitié, de la compassion pour eux, je suppose. Mais les types engagés, les militants, eux, s’en sont servis. Des deux côtés d’ailleurs. C’est le problème des symboles. Ça devient vite des drapeaux, et là, il y a toujours du dégât ». (p. 108). Cela l’amène à distiller une conception de l’anarchisme, dont ce courant ne ressort pas franchement grandi. A la question de son petit-fils qui lui demande s’il est toujours anarchiste, il répond : « Oui, mais après ça, autant te dire que je me suis toujours tenu éloigné des fédérations, partis et syndicats et tout le tremblement. Au mieux, ça fait des héros, des martyrs quand ça foire ». Ce à quoi le jeune répond, avec son bon sens: « C’est un truc que j’ai jamais compris : les gens prêts au sacrifice pour un idéal… Faut vivre d’abord pour soi et ses proches. On n’a qu’une vie ! Et faut surtout pas crever pour une cause ». Et son grand père d’enchaîner « Si tu dois te défendre, fais-le ! Mais pas pour les autres, pour toi! Faut jamais se laisser embrigader, jamais ! Anarchiste ou pas ! » (p. 109). Cette représentation de l’anarchisme (ou de l’action collective d’un point de vue plus large) n’honore guère, on en conviendra, un auteur qui la réduit ainsi à une philosophe spontanée de l’individualisme à tout crin. Autant de raisons pour ne pas s’attarder sur cette American Tradegy. Pour mieux saisir l’importance de cette affaire célèbre de solidarité internationale pour le mouvement ouvrier des années vingt, on lira par exemple l’ouvrage de Ronald Creagh, L’affaire Sacco et Vanzetti (Les Éditions de Paris, 2004) ou celui de John Dos Passos, Devant la chaise électrique. Sacco et Vanzetti : histoire de l’américanisation de deux travailleurs étrangers (Gallimard/NRF, 2009)1.

1Lire le compte rendu de ce livre sur notre revue électronique, n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2556

Jean-Claude Amara, Droits devant !! 20 ans de lutte contre les exclusions, Paris, Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 2011, 285 pages, 18,9 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Préfacé par Albert Jacquard, ce témoignage de la figure la plus médiatique du mouvement des sans logis, fondateur du DAL (Droit au logement), commence par l’évocation de l’installation d’un campement d’urgence pour les sans domicile par l’Abbé Pierre. Ce n’est pas un hommage convenu, mais le fruit d’une coïncidence. J.-C. Amara a alors 8 huit ans et avec sa famille, il habite à proximité de l’endroit que choisi l’abbé pour installer un campement. Autre moment important qu’évoque l’auteur, la guerre d’Algérie, puisque son frère tombe au combat, sous l’uniforme des fellaghas. Il part à l’armée et en sort au début 68. C’est à ce moment que le jeune ouvrier se confronte au monde étudiant et à ses révoltes. On dispose là, en acte, d’une illustration en chair et en os du désenclavement des mondes sociaux, ainsi qu’il l’indique : « C’est dans cet Epidaure permanent, créatif et subversif, que j’appris à libérer progressivement ma parole, à faire fi des différences sociales, à fortifier ma réflexion, à briser les paroles de la méconnaissance sociale, à continuer à « grandir » (p. 37). Le destin s’ouvre alors pour le tout jeune garçon, un horizon nouveau, impossible à imaginer jusqu’alors. Il devient saltimbanque, chanteur de rue. Avec un de ses frères, durant de nombreuses années, il parcourt la France, puis, la reconnaissance arrivant, le monde, envoyé de centre culturel en centre culturel. En 1990, son chemin croise de nouveau celui de l’abbé Pierre, à l’occasion d’une occupation de locaux. Son destin bascule de nouveau et il participe rapidement à l’aventure de la création d’une nouvelle association, DAL. Ce combat durera vingt ans. Rapidement, sans l’avoir vraiment envisagé et a fortiori choisi, l’activisme prend le pas sur toute activité professionnelle. Ou plus exactement, Amara devient un « entrepreneur de cause », il milite à plein temps au DAL et multiplie les actions illégales, tout en faisant bien attention à la fois à ne pas verser dans la violence, tout en cherchant à mélanger les populations lors des actions. En effet, afin de désarmer les arguments racistes et xénophobes, le DAL est toujours attentif à mêler les populations immigrées à des populations européennes, quand il met en place des actions. Le DAL se fait aussi rapidement une spécialité de recourir à l’arme juridique. Amara développe d’ailleurs des remerciements appuyés aux avocats qui ont mis à la disposition des luttes collectives les armes de législation. Durant l’hiver 1993, une succursale du DAL est crée, le Comité des sans logis, afin d’intégrer également les SDF dans le combat commun avec les familles mal logées. Comme il le confesse, la découverte de l’univers des SDF représente une véritable choc culturel pour lui. Bien qu’elles soient dénuées de nombreuses ressources, les membres des familles immigrées peuvent au moins s’appuyer sur les solidarités du clan. Avec les SDF, c’est la violence à l’état brut, celle d’une solitude sans nom, provoquée par l’exclusion. Devenu un personnage public, il est approché pour figurer sur une liste aux élections européennes. Mais dans une veine toute libertaire/syndicaliste révolutionnaire, il décline, refusant de mêler les genres associatif/politique. De longs passages, très intéressants sont consacrés à la création de Droits devant !!, véritable Commune installée rue du Dragon. Le lecteur découvre la rigueur militante qui anime les dirigeants du mouvement, capables de conserver le secret sur les actions envisagées, tout en cultivant une approche assez systématique des médias. De même, de nombreux passages sur l’éducation populaire ou sur le rapport aux artistes dans le cadre d’une lutte collective sont à retenir. A partir de 1996, Amara et ses camarades s’investissent également dans la lutte des sans-papiers, dont il devient une des chevilles ouvrières. Droits devant !!, à laquelle il consacre l’essentiel de son activité, se montre une association particulièrement inventive dans le répertoire de l’action collective. C’est en effet avec sa participation que DD développe, dans un registre républicain révolutionnaire les parrainages républicains. A leur grand étonnement, le certificat ainsi produit est à de nombreuses occasions reconnu comme un document officiel par les préfectures dans les procédures de régularisation. Certains aspects de cette lutte sont parfois franchement émouvants voire cocasses. Ainsi cette évocation (p. 189), d’une cérémonie de parrainage dans un petit village du midi où pas moins de 300 personnes parrainent collectivement le seul sans-papier du lieu. Son engagement s’accroît avec la participation au mouvement altermondialiste, ainsi qu’au mouvement de solidarité avec la Palestine. Le récit se conclut sur la première vague de grèves des sans-papiers, dans laquelle il s’investit en 2008. L’ouvrage se termine par ce que l’auteur considère comme apport de son engagement. Son message, ne pas déléguer à d’autres ce qui est à la portée de tout le monde, est un appel à l’action pour que chacun prenne en main ses affaires : « il n’est point besoin d’avoir un bagage universitaire, une adhésion à un parti politique, à une chapelle ou à une institution quelconques pour apporter sa pierre, si menue soit-elle, à l’édifice de l’égalité des droits » (p. 280-81). Très plaisant à lire, nourri par de nombreuses anecdotes, ce livre représente une utile contribution à l’appréhension des formes contemporaines d’un secteur de la conflictualité sociale, à travers le regard d’un de ses initiateurs.