Archives par étiquette : Stalinisme

Jean-Jacques Marie, Staline. 1878-1953. Mensonges et mirages, Paris, Autrement, collection « Vies parallèles », 2013, 288 pages, 21 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouvel ouvrage de Jean-Jacques Marie est le tout premier d’une nouvelle collection lancée par les éditions Autrement, visant à étudier les représentations d’un personnage historique et leur évolution, tout en proposant une iconographie soignée. On sait l’auteur familier de son sujet, puisque sa première biographie de Staline fut publiée en 1967 au Seuil, et qu’elle fut suivie d’un « Que sais-je ? » en 1995, d’une étude en 1998 sur la jeunesse de Staline, déjà chez Autrement, dans la collection « Naissance d’un destin »[1], et surtout de l’ouvrage de référence qu’est son Staline chez Fayard en 2003[2].

A tous les lecteurs de ces précédents livres, cette nouvelle parution risque de n’apporter que peu de choses nouvelles. Elle n’en est pas moins une excellente synthèse, qui, sans être réellement centrée sur les représentations, s’intéresse plutôt au phénomène Staline. Se situant ainsi dans la continuité de ses biographies de Khrouchtchev et de Lénine (voir nos recensions sur l’ancien site et le blog de Dissidences), Jean-Jacques Marie décrit avec beaucoup de précisions le cancer bureaucratique qui ne cessa de ronger l’URSS. Le renforcement de la bureaucratie par Staline dès 1922 lui permet progressivement de s’extraire d’elle en éradiquant le Parti bolchevique lors des « Grandes Purges » (Jean-Jacques Marie met l’accent sur cet aspect de la Grande Terreur plutôt que sur les cibles prises dans la population) et en formant une nouvelle caste dirigeante privilégiée, soumise[3], qui, sitôt l’ennemi nazi écrasé, entreprit le dépeçage de la propriété d’État.

A la lecture de ces pages parfois sidérantes, d’où suintent la douleur et le sang, on ne peut que constater un bilan globalement négatif ; la position trotskyste traditionnelle de « défense de l’État ouvrier dégénéré » et des acquis de la révolution d’Octobre n’apparaît d’ailleurs que dans les toutes dernières pages, tout comme la critique de l’usage du concept de « totalitarisme » englobant dans une semblable condamnation l’étude du fascisme nazi et de l’URSS stalinienne… Évoquant également diverses légendes, comme celle sur la paternité de Staline ou son statut mythique d’agent de l’Okhrana, Jean-Jacques Marie s’arrête à plusieurs reprises sur le culte de la personnalité, de sa mise en place à l’extrême fin des années vingt, même si certains chapitres ont des intitulés partiellement trompeurs : « Le culte », « Le plus grand génie de tous les temps et de tous les peuples » et « La dernière flambée du culte » reprennent en fait rapidement le fil biographique du personnage, et on aurait aimé bénéficier de davantage d’éclairages sur les funérailles de Staline ou le sort de sa momie.

Parmi les pages les plus intéressantes, celles qui évoquent l’évolution de l’image de Staline en URSS puis en Russie, jusqu’à son partiel retour en grâce sous l’ère Poutine, qui voit « La transformation de Staline en héros national russe opposé au cosmopolitisme révolutionnaire » (p. 257), en parallèle d’un contrôle effrayant de l’histoire nationale. On regrettera enfin de ne pas avoir d’éléments suffisamment probants sur la perception de Staline à l’étranger au fil du temps, et sur l’évolution de l’historiographie sur Staline autrement que par de brèves allusions (si Simon Sebag Montefiore est accusé d’être trop complaisant avec Staline, rien n’est dit par exemple de la récente biographie de Domenico Losurdo).


[1]              Elle fut chroniquée dans le tout premier numéro du BLEMR, décembre 1998, consultable sur l’ancien site de Dissidences : http://www.dissidences.net/documents/blemr1.pdf

[2]              Voir la recension de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles dans Dissidences-BLEMR n°10, février 2002.

[3]              Devant la catastrophe de la collectivisation et l’arrivée d’Hitler au pouvoir, « La bureaucratie affolée serre les rangs autour d’un sauveur suprême, une situation que ses collaborateurs approuveront jusqu’à sa mort » (p.142).

Sygmunt Stein, Ma guerre d’Espagne. Brigades Internationales : la fin d’un mythe, Paris, Seuil, 2012, 266 p., 19 €

Un compte rendu de Christian Beuvain, Edouard Sill, Georges Ubbiali (avec la collaboration de Rémi Skoutelsky)

I – Le récit

En 2012, les éditions du Seuil publient un livre de souvenirs (écrit en 1938) de Sygmunt Stein, un ancien combattant juif des Brigades internationales, Ma guerre d’Espagne, avec un sous-titre volontairement provocateur, Brigades internationales : la fin d’un mythe, et une postface rédigée par un spécialiste de l’histoire du communisme et du trotskysme (mais pas des Brigades), Jean-Jacques Marie. L’ouvrage connaît un certain succès médiatique, de par son contenu – anti-stalinisme et anti-communisme mêlés – qui vient renforcer une des tendances actuelles des travaux sur le communisme, mais suscite aussi une controverse dans le milieu des historiens travaillant (ou ayant travaillé) sur les Brigades. Publié en yiddish au début des années soixante, ce livre est demeuré inédit en français jusqu’à cette publication. Néanmoins, le propos de Sygmunt Stein est connu depuis plus d’un demi-siècle, du moins par les auteurs lisant le yiddish, comme Arno Lustiger[1] et David Diamant[2] pour ne citer qu’eux. Sygmunt Stein, militant communiste juif polonais, réfugié en Tchécoslovaquie, travaille dans les services de propagande du GEZERD (OZET en russe), qui est le nom yiddish de la Société pour l’installation agricole des travailleurs juifs, au Birobidjan[3] : il est rédacteur de la revue en allemand  Birobidjan en construction. Ébranlé par les procès de Moscou, il demande à partir en Espagne, afin de raviver son engagement : « la victoire de la République espagnole serait peut-être le début d’une vague révolutionnaire, qui pourrait déferler sur l’Europe et influencer le déroulement de la révolution en Union soviétique » (p. 20). C’est donc avec un grand espoir qu’il est autorisé à rejoindre les Brigades internationales. Mais il va de déconvenue en déconvenue. Selon lui, les Brigades sont gangrenées par la pègre, car nombreux sont parmi eux les individus attirés par les promesses financières tenues par les communistes. Il y règne la corruption et même la terreur à l’égard de toute forme de dissidence potentielle. Les beuveries succèdent aux beuveries, les orgies rassemblent les dirigeants corrompus, et les amours tarifés (avec des prostituées syndiquées à la CNT,  ou avec des militantes étrangères) font des ravages sanitaires dans les rangs des brigadistes. Les Soviétiques règnent en maître sur ce milieu décadent. Ainsi, les médicaments envoyés par l’aide internationale ou achetés par le gouvernement républicain sont renvoyés en Union soviétique. Il en va de même de l’armement russe qui est fourni aux combattants en fonction de critères politiques, ceux de l’allégeance à Moscou. Les dirigeants communistes, André Marty, le commandant communiste français des Brigades à Albacète ou la Pasionaria apparaissent, sous sa plume, comme des brutes (Marty) ou des icônes fabriquées (Dolorès Ibarruri). La compagnie Botwin[4], qui subit une véritable hécatombe (perte de 85% de combattants au premier assaut), est, toujours selon l’auteur, composée de pauvres juifs immigrés (les milieux  juifs parisiens cherchant à se débarrasser des juifs polonais immigrés en les expédiant en Espagne), déboussolés et sans tradition politique. Bref, « Rome et Berlin fournissaient des avions et des chars, tandis que Moscou continuait à envoyer des commissaires de police, des surveillants de prison et des pelotons d’exécution » (p. 238).

II – Le contexte originel de construction du livre

Ce témoignage, écrit à Paris en 1938, est d’abord donné par Sygmunt Stein à un militant socialiste, Roman Abramovitch. Après la Seconde Guerre mondiale, il sort en feuilleton dans le grand quotidien yiddish de New York, Forverts (The Forward, En Avant) en 1956, avant d’être publié en livre, toujours en yiddish, fin 1961. La parution sous forme d’articles est due à l’initiative du correspondant parisien de Forverts, Avrom Shulman. En 1961, le texte est relu avant publication par un certain Yitskhok Kletshevski, un ex-membre du Bund[5]. C’est du moins ce que nous apprend l’auteur dans l’avant-propos, rédigé à Paris en novembre 1961. Le manuscrit original est donc relu, sans doute corrigé, et (peut-être) retravaillé pour correspondre à la politique éditoriale du Forverts. Ce quotidien, qui est créé en 1897 dans la mouvance socialiste du milieu des émigrés juifs new yorkais, se retrouve assez rapidement, dans les années 1920, en opposition aux communistes. Son orientation devient franchement anti-communiste, surtout à l’époque de la guerre froide, où il est de tous les combats contre les « rouges infiltrés » dans les administrations fédérales ou à Hollywwood, contre les « espions atomiques », soutenant la guerre de Corée puis la guerre du Vietnam, etc. Le mode opératoire (contacts préliminaires avec des socialistes anti-staliniens, réécriture du manuscrit avec l’aide d’un spécialiste, écrivain ou journaliste anti-communiste, publication du texte en articles dans un journal puis ensuite chez un éditeur), une anti-leftist rhetoric issue de la théorie du totalitarisme et le contexte éditorial de l’ouvrage construisent une configuration semblable à celle d’autres écrits célèbres de la guerre froide, parus aux États-Unis une décennie plus tôt. Par exemple, les récits des ex-militants du Komintern Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline[6] et Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières[7] sont passés entre les mains d’un groupe comprenant Eugene Lyons, Max Eastman et Isaac Don Levine[8], Krivitsky ayant été mis en relation avec eux par l’ancien socialiste (menchevik) David Dallin. Krivitsky avait également des contacts avec un socialiste juif, ex-menchevik lui aussi, David Shub, rédacteur de 1924 à sa mort (1973) au … Forverts ![9]

III – Distance critique ?

Sygmunt Stein dresse donc, sans l’ombre d’une nuance, et sous la forme d’un pamphlet typique de la période de guerre froide, un portrait à charge de l’action du communisme/stalinisme (écrivant indifféremment « stalinisme » ou « communisme ») en Espagne, au sein des Brigades internationales. Tel quel, ce livre doit légitimement susciter, comme tout document partisan, et nonobstant la stratégie éditoriale du Seuil et la publicité faite autour de sa traduction en français, un vigoureux examen critique et historiographique. Pourtant, le caractère très problématique de la postface de Jean-Jacques Marie n’aide guère à apporter les grandes nuances que l’ouvrage nécessite absolument. Si Jean-Jacques Marie rappelle tout d’abord, à juste titre, que l’histoire des Brigades internationales fut un domaine longtemps et fermement réglé par la mémoire communiste, un grand nombre d’études récentes sont venues corriger en partie cette exclusivité. La postface pose légitimement la question de savoir à quel point Stein exagère, mais c’est fort curieusement par la négative qu’elle y répond. Pour preuve du cynisme soviétique, et donc des Brigades internationales, dans une confusion quelque peu étonnante, Jean-Jacques Marie s’étend longuement sur la duplicité soviétique envers l’Espagne. Or, sur ce point, des études américaines, comme celles de l’historien Daniel Kowalski (dont Stalin and the Spanish Civil War, 2004) à partir des archives soviétiques, nuancent très fortement cette assertion, ainsi que la thèse de Gerald Howson (Arms for Spain : The Untold Story of the Spanish Civil War, 1998) que cite d’ailleurs Jean-Jacques Marie. Cette question est importante, fondamentale même, car elle met en évidence la confusion générale existant dans les distinctions entre les Brigades internationales elles-mêmes, le rôle du Komintern, la diplomatie soviétique, l’aide militaire soviétique à l’Espagne et les intérêts particuliers des partis communistes nationaux. Ces différents curseurs ne furent pas toujours synchronisés et n’obéissaient pas aux mêmes objectifs, avec parfois d’énormes décalages, donc. In fine, il n’y eut pas, en Espagne, un monolithe communiste conquérant incarné par une seule volonté soviétique, donc stalinienne. Le propos de Stein – en fait surtout exceptionnel pour la complication qu’il apporte au travail des historiens – doit être lu avec circonspection et il faut fortement relativiser l’aspect sensationnel des « révélations ». Stein n’apporte aucune précision à son propos, très peu de dates et il n’a pour l’essentiel pas vu ce dont il parle, tout en colportant ragots et rumeurs circulant dans le milieu fermé des cadres des Brigades internationales et pour l’essentiel bien connus des spécialistes. Quant aux « horreurs » dépeintes par Sygmunt Stein (beuveries, corruption, banditisme, prostituées etc.), elles ne sont après tout qu’une variante de ce qui s’écrivait dans la presse d’extrême droite de la fin des années trente. Bien qu’elles réjouissent aujourd’hui l’essayiste conservateur Jean Sévillia[10] dans Le Figaro Histoire[11], les journalistes des grands magazines[12] ou certains syndicalistes d’extrême gauche[13], elles ont pourtant été balayées il y a 15 ans, définitivement croyait-on (sans doute naïvement !) par le livre de Rémi Skoutelski[14] sur les volontaires français des Brigades, et continueront de l’être par les travaux récents en voie d’achèvement d’Edouard Sill[15]. Rien que sur André Marty, le soi-disant « boucher d’Albacete », que de toutes façons Stein n’a pas pu voir à cette époque comme il le prétend, puisque celui-ci se trouvait alors à Moscou, les recherches de Rémi Skoutelski dans les archives des Brigades à Moscou, dans celles de l’Internationale communiste et du fonds André Marty ont fait justice des « légendes noires » attachées à sa personne, mais également de celles sur la présence de truands et de prévaricateurs installés aux postes clés, ou de la participation de brigadistes à la répression contre les libertaires, poumistes[16] ou trotskystes.

IV – Conclure, enfin

Les différences d’appréciation, sur les Brigades internationales en général, et leurs militants juifs particulièrement, entre ce témoignage de Sygmunt Stein et celui de Ephraïm Wuzek[17] sont patentes. Le travail de l’historien ne consiste pas à admettre l’un ou l’autre, encore moins à en privilégier l’un par rapport à l’autre, mais à soumettre ces témoignages/documents aux feux croisés d’une critique interne et externe. Ainsi, dans le cas de Sygmunt Stein, l’écriture de son récit se déploie sous la tension d’un sentiment de trahison de ses idéaux de jeunesse, auquel succède un violent rejet du communisme. L’ouvrage participe à rendre plus subjectif et caricatural un sujet qui, sur la plupart des aspects, demeure plutôt mal connu que méconnu. L’accumulation de poncifs (y compris ceux qui concernent les femmes étrangères volontaires des Brigades internationales, dont l’histoire invisible n’avait vraiment pas besoin d’une telle série de calomnies), par Sygmunt Stein et ses « agents littéraires » étatsuniens, donne le sentiment d’une volonté de « tuer le père », soit son (leur) propre engagement communiste.

Pour conclure, nous laissons la plume à Rémi Skoutelsky : « Nous avons affaire à un ouvrage intéressant sur les méthodes de propagande utilisées à Moscou dans les années 1930 et sur la guerre froide dans les années 60, donc à un objet d’histoire. Mais – est-il utile de le préciser ? – pas sur l’histoire des Brigades internationales. »[18]


[1]              Arno Lustiger, Shalom Libertad !, Paris, Le Cerf, 1991.

[2]              David Diamant, Combattants juifs dans l’armée républicaine espagnole, 1936-1939, Paris, Éditions Renouveau, 1979.

[3]              En 1928, le pouvoir soviétique décide de créer une région autonome (un oblast) juive dans le Birobidjan. Ce projet se conçoit comme une entité communiste pour le peuple juif, d’URSS ou de la diaspora et donc en opposition au sionisme jugé « nationaliste-bourgeois ». Ce projet est officiel dès 1934.

[4]              Lire la recension du livre de Efraïm Wuzek et Larissa Wozek-Gruszow, Les combattants juifs dans la guerre d’Espagne. La compagnie Botwin, Paris, Syllepse, 2013, dans les comptes rendus de la semaine de ce blog.

[5]              Le Bund est un parti socialiste juif fondé à Wilno (aujourd’hui Vilnius, capitale de la Lituanie), en octobre 1897, par des militants du cercle marxiste de la ville. Il cherche à unifier tous les travailleurs juifs de l’Empire russe. Une partie des militants du Bund rallie le parti bolchevique après la Révolution d’Octobre 1917, mais le Bund subit la répression stalinienne ensuite.

[6]              Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline, Paris, Champ libre, 1979.

[7]              Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières (Out of the Night, 1941), Paris, Éditions Dominique Wapler, 1947, Jean-Claude Lattès, 1975 (postface de Jacques Baynac), Éditions Actes Sud, coll. « Révolutions », 1997 (postface de Jean-François Vilar). Sur ce roman, on lira l’article de Constance Micalef, « Sans patrie, ni frontières. Analyse des réceptions de l’ouvrage de Jan Valtin », Dissidences, n° 14-15, octobre 2003/janvier 2004, p. 15-18.

[8]              Ces trois personnages ont été, à divers moments des années vingt et trente, proches (Don Levine) ou membres du Parti communiste américain  (E. Lyons) ou de l’opposition trotskyste (M. Eastman). Ils deviennent, à des degrés divers, des spécialistes de l’anti-communisme.

[9]              John V. Fleming, The Anticommunist Manifestos : Four Books that Shaped the Cold War, New York, W. W. Norton & Company, Inc., 2009. Cet auteur analyse les écrits de Jan Valtin, Arthur Koestler, Viktor Kravchenko et Whittaker Chambers, un transfuge célèbre du Parti communiste des États-Unis.

[10]             Un ouvrage de cet auteur, Historiquement correct (Perrin, 2003), est chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_historiographie.htm#sevillia

[11]                    Jean Sévillia, « La face cachée de la guerre d’Espagne », Le Figaro Histoire, n° 3, 20 septembre 2012, sur http://www.jeansevillia.com/index.php?page=fiche_article&id=227

[12]             Par exemple, Grégoire Kauffmann, « La guerre d’Espagne vue par un brigadiste désabusé », L’Express, 20 juin 2012, sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-guerre-d-espagne-vue-par-un-brigadiste-desabuse_1128933.html

[13]             Voir par exemple la position du collectif Autre Futur, qui regroupe des militants de différentes organisations syndicales (CGT, SUD, CNT ou CNT Solidarité Ouvrière), sur http://www.autrefutur.net/Revolution-espagnole-un-76eme , qui avalise l’existence d’une « légende dorée » des Brigades, ainsi que les « exécutions arbitraires du boucher d’Albacete », etc.

[14]             Rémi Skoutelski, L’Espoir guidait leurs pas. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998. Lire également, Rémi Skoutelsky, « L’Espagne après l’Espagne : La mémoire des Brigades internationales », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 70, n° 70, 2003, p. 27-33, aussi sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_2003_num_70_1_402449#

[15]             Edouard Sill est un doctorant à l’École pratique des hautes études, qui termine sa thèse sur les soldats politiques et les militants combattants de la guerre d’Espagne, sous la co-direction de Gilles Pécout et Serge Wolikow. Il participe à l’écriture de ce compte rendu.

[16]             Le POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), organisation marxiste anti-stalinienne, qualifiée souvent à tort de trotskyste, est créé en 1935, par la fusion de deux groupes issus de scissions de gauche du Parti communiste espagnol.

[17]             Voir la note 4.

[18]             Entretien par courriel entre Christian Beuvain et Rémi Skoutelsky le 19 mai 2013.

Figuères Léo, De Trotsky aux trotskysmes. Éléments pour un débat, Paris, Le temps des cerises, 2012, 117 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Léo Figuères, figure du Parti communiste français décédé en 2001, est présenté comme un spécialiste des courants dits « gauchistes ». Il a notamment publié sur le sujet Le « gauchisme », hier et aujourd’hui (1968) et surtout Le trotskysme, cet anti-léninisme (1969), livre qui l’a positionné comme le polémiste principal du parti dans les années post-68.  Il faudrait pouvoir citer de longs extraits de ce dernier livre pour se figurer la violence des polémiques lancées par le courant stalinien, après la grand peur du mouvement de mai, contre l’extrême gauche définie comme essentiellement étudiante. C’est la création du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) qui incite Léo Figuères à reprendre le fil de ses réflexions. Entre-temps, le camp socialiste sur lequel s’adossait une bonne partie des références mobilisées s’est écroulé et Henri Malberg, dirigeant communiste également et préfacier, reconnaît d’emblée qu’il s’agit d’accepter l’inconfort des remises en causes (« Le trotskysme, cet anti-léninisme, (…) ne prenait pas suffisamment en compte ce qu’avaient de justifiées les analyses de Trotsky sur le[s] danger[s] que constituai[en]t pour le socialisme la cristallisation d’un cadre bureaucratique (…) » p. 7). En tous les cas, Léo Figuères exprime une tonalité qui ressemble à un dialogue et non plus une diatribe. Comment cette volonté se manifeste-t-elle alors ? La démonstration est conduite en deux temps. Une première partie porte sur la dimension historique, celle de Trotsky. Tout n’est pas franchement neuf, par exemple l’argument de la sous-estimation par Trotsky du rôle de la paysannerie (p. 27-28). D’autres aspects sont carrément pernicieux, p. 31, le titre indique « Été 1917 : Trotsky rallie le bolchevisme ». Il eût tout à fait été possible de titrer « Lénine rejoint les conceptions de Trotsky sur la révolution permanente ». Néanmoins, on peut dire que, de manière globale, même s’il n’est pas possible de demander des miracles en quelques pages succinctes, le rôle de Trotsky durant la révolution est correctement exposé. Le récit de la fin des années vingt laisse néanmoins à désirer. La thèse stalinienne du socialisme dans un seul pays est reconnue comme pertinente (p. 48), en s’appuyant au passage sur l’autorité de Lénine. Et si la thèse de la dégénérescence bureaucratique est bien créditée à Trotsky, c’est, immédiatement, pour avancer que ce qualificatif permet une caractérisation valable après la disparition de Staline (p. 50), mais certainement pas de son vivant. Il faut reconnaître que les propos de Léo Figuères s’appuient largement sur les analyses d’Isaac Deutscher, le biographe de Trotsky qui reconnaissait une possibilité d’évolution positive du régime soviétique après la mort de Staline. Bref, rien n’est noir, rien n’est blanc, tout est gris : « Ni les directions des partis communistes officiels ni celles des groupes trotskystes n’ont été capables, jusqu’à récemment, de dresser un bilan approfondi et équilibré du socialisme soviétique » (p. 51). Dit autrement : «  Il ne faut pas jeter le bébé (l’URSS stalinienne) avec le bain (le socialisme) ». La seconde partie porte, pour sa part, sur le bilan du trotskysme (de 1929 à 2011). Il n’est pas question d’entrer dans les détails de l’histoire ainsi racontée. Le fil rouge est celui du trotskysme comme un courant sectaire du mouvement ouvrier : le progrès est là, il est inclus dans la grande famille. Pour le reste, dans tous les épisodes de la lutte des classes (1936, la guerre, la décolonisation…) le trotskysme se manifeste par sa volonté de refuser toutes les politiques d’alliance (Trotsky refusait jadis l’alliance avec la paysannerie), par exemple toute union avec les couches moyennes. Si à plusieurs reprises Léo Figuères reconnaît le combat des trotskystes pour la démocratie ou dans la Résistance (les fusillés de Chateaubriant), il glisse pour le moins vite sur certains aspects. Il caractérise ainsi la naissance d’une opposition interne dans l’Union des étudiants communistes (UEC) : « L’alliance opportuniste de ces courants différents leur ouvrait la perspective de contrôler la direction » (p. 82). Ce qui est une façon fort cavalière d’envisager les combats politiques internes au PCF, et pour tout dire, résolument bureaucratique. Quand il ajoute, quelques lignes plus bas, que Alain Krivine « quitta l’UEC », c’est omettre bien vite le processus d’exclusion. Au final, si sur de nombreux points les trotskystes se trompèrent (en particulier pour tout ce qui relève des alliances ou en éludant les possibilités de réformes internes au bloc soviétique, p. 100-101), Léo Figuères en appelle à un dépassement des vieilles querelles. Et là, il se tourne vers son parti pour que puissent coexister en son sein diverses tendances, afin que puisse se «réaliser l’action commune de ces forces ». Conclusion œcuménique, sur laquelle les développements précédents ne débouchent pas spontanément. En tous les cas, ce dernier opus de Léo Figuères marque bien la distance parcourue par un dirigeant de premier plan de l’orthodoxie communiste.

 

 

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Sophie Cœuré, Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union soviétique, Paris, CNRS Éditions, collection « Mondes russes et est-européens », 2012, 379 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Ce recueil du CNRS rassemble cent cinquante documents inédits, provenant de la VOKS[1] et de l’Intourist[2] , sur les voyages politiques des intellectuels français en URSS des années 1920 aux années 1950. Conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), ces documents sont présentés par deux historiennes spécialisées dans ces problématiques, Sophie Cœuré et Rachel Mazuy. La première publie en 1999 La Grande lueur à l’Est[3] sur la naissance et la fabrication des représentations positives du monde soviétique, et la seconde, dans son ouvrage Croire plutôt que voir ?[4], raconte l’histoire inédite des voyageurs en URSS et explique les usages et fonctions de ces périples politiques et idéologiques. Issus de thèses de doctorat, ces ouvrages apportent des réponses précises et argumentées, basées sur une documentation sans faille, à toutes les questions posées par ces Russie neuve, Chantiers russes et autres Retours d’URSS dont le plus célèbre, par les polémiques et controverses suscitées chez les communistes et les « compagnons de route », est sans conteste celui d’André Gide[5].

Parmi cette abondante documentation utilisée par les deux historiennes (en particulier Rachel Mazuy[6]) pour leurs thèses, elles ont opéré un choix pour ce recueil de sources. Sélectionnés pour leur pertinence, les documents sont classés en trois grandes parties (structures d’accueil et préparatifs de départ, le voyage proprement dit et les bilans de retours), elles-mêmes scindées en sous-parties abordant les questions des institutions soviétiques (VOKS, Intourist), des réseaux français (Cercle de la Russie neuve et Association des Amis de l’URSS), des programmes et itinéraires, de la gestion des voyageurs puis des publications de retours, attendues et espérées. Du côté soviétique, ce sont des cours pour les guides (p. 52), des rapports confidentiels sur les voyageurs par les guides et les interprètes (p. 243-277), des bilans chiffrés (p. 159-173), et du côté français, des projets de visite, des recommandations, des lettres de remerciements, des actions de propagande.

A travers ces sources, le lecteur parcourt les méandres de voyages politiques extrêmement encadrés, dont les concepteurs espèrent au retour un discours favorable aux mondes soviétiques, de la Baltique à la Sibérie. Ces dizaines de milliers de voyageurs – français mais également britanniques, italiens, américains – sont bien sûr au « cœur de la fabrication de l’utopie communiste » mais leur rôle est double. Dans l’esprit des dirigeants soviétiques, ils servent également à desserrer le « cordon sanitaire » politique, économique et culturel qui entoure le premier État ouvrier de la planète. Or donc, directeurs de journaux comme Lucien Vogel (p. 93, 144, 303-304), dessinateurs et affichistes comme Jules Granjouan (p. 297-299), pacifistes belges comme Jean Marestan (p. 138-139) ou féministes comme Gabrielle Duchêne (p. 130-132 et 226-227), toutes et tous sont au centre d’une culture politique partisane, celle de la défense inconditionnelle de l’Union soviétique. A cette aune là, leur voix vaut autant, sinon plus, que celle des intellectuels prestigieux (Romain Rolland, André Malraux, André Gide) dont on ne sait jamais de quel côté le vent peut les porter …

Par petites touches, beaucoup de ces documents (et les indications des deux auteures) nous renseignent également sur ces « passeurs » communistes, ces médiateurs politico-culturels que sont les guides, interprètes et autres journalistes en contact prolongé avec des occidentaux, sympathisants certes, mais néanmoins citoyens de puissances impérialistes. D’abord recrutés parmi les militants bolcheviques maniant plusieurs langues (la culture cosmopolite et érudite de cette génération formée en exil est bien connue[7]) ainsi que parmi les membres de l’ancienne intelligentsia tsariste, ces missi dominici de la VOKS sont ensuite des cadres prolétariens frais émoulus des écoles spécifiques de formation. La terreur des années trente décime leurs rangs, comme pour tous les fonctionnaires-militants de l’État soviétique, avec plus de rigueur, cependant, du fait de leur proximité avec de possibles ou supposés  « espions ».

Cet ensemble documentaire de grande valeur – qui fait regretter de ne pas en connaître de tels, en français, sur d’autres pays[8] – est réservé cependant à un public savant ou du moins possédant une solide culture politique sur le communisme. Pourtant, il renseigne sur ce que Jacques Derrida, dans son ouvrage Moscou aller-retour[9], définit comme une « séquence finie[10] de l’histoire politique (…) qui marqua un moment décisif de l’histoire de l’humanité »[11]. En ce sens, alors, peut-être est-il souhaitable que cet ouvrage (accompagné des précédents de Sophie Cœuré et Rachel Mazuy) circule au-delà d’un public savant ou averti, après tout …


[1]    Cet acronyme signifie la Société panrusse pour les relations culturelles avec l’étranger, créée le 25 avril 1925.

[2]    C’est-à-dire la Société pansoviétique par actions, fondée en 1929.

[3]    Sophie Cœuré, La Grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, Le Seuil, 1999, 364 p.

[4]    Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir. Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris, Éditions Odile Jacob, 2002, 369 p.

[5]    André Gide, Retour de l’URSS, Paris, Éditions Gallimard, 1936.

[6]    Dans son ouvrage Croire plutôt que voir ?, un simple coup d’œil à l’inventaire des fonds de la VOKS que Rachel Mazuy a consulté, pages 293-301, l’indique amplement.

[7]    Le lecteur peut en trouver maints exemples dans les autobiographies rassemblées par Georges Haupt et Jean-Jacques Marie dans Les bolchéviks par eux-mêmes, Paris, François Maspero, coll. « Bibliothèque socialiste 13 », 1969, 398 p.

[8]    Par exemple, à quand une traduction du travail de Sylvia R. Margulies, The Pilgrimage to Russia. The Soviet Union and the Treatment of Foreigners (1924-1937), Madison, University of Wisconsin Press, 1968 ?

[9]    Jacques Derrida, Moscou aller-retour, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1995.

[10]  Souligné par Jacques Derrida.

[11]  Jacques Derrida, Moscou aller-retour, op. cit., cité dans l’introduction (S. Cœuré) de Cousu de fil rouge, p. 33.

Leonardo Padura, L’homme qui aimait les chiens, Paris, Métailié, 2011 (2009 pour l’édition originale), 672 pages, 24 €.

 

Compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Vincent Chambarlhac)

1 – La surveillance, la traque puis l’assassinat de Léon Trotsky le 28 août 1940 à Coyoacan (Mexique) par les services secrets de l’État soviétique et du Komintern suscitent, dès ce moment, de nombreux ouvrages, de qualité fort inégale, reconnaissons-le. En 1949, déjà, le militant révolutionnaire Alfred Rosmer dénonce dans un article[1] les mensonges de deux livres, celui de Julian Gorkin et de Sanchez Salazar[2], et celui d’un renégat communiste étatsunien bien connu à ce moment là, Louis F. Budenz[3]. Il faut attendre les recherches de Pierre Broué, historien majeur de l’historiographie des communismes et spécialiste de Trotsky, pour avoir, enfin, un premier récit historique détaillé de ces événements[4]. Depuis, si les « révélations » d’un haut dirigeant du NKVD, Pavel Soudoplatov[5], viennent confirmer pour l’essentiel ce que l’on savait déjà, la biographie de Trotsky par Robert Service[6] n’apporte quand à elle rien absolument rien d’inédit, et pour cause : son chapitre sur l’assassinat ne comporte que 9 pages ! Et puis, en ce début d’année 2011, dans les librairies, ce livre du Cubain Leonardo Padura sur les trajectoires croisées de Léon Trotsky et  de son assassin, Ramon Mercader. Pour nous parler, une fois encore, de ce monde là, se peut-il que la fiction littéraire fasse preuve d’un efficace plus redoutable ? L’histoire est-elle devenue cette science si fragile[7] ? Le roman noir peut-il renouveler et enrichir cet espace délimité un peu trop hâtivement « stalinisme » ? Leonardo Padura est-il, comme l’écrivain italien Erri de Luca, un « persécuteur d’absents » [8] ou comme l’auteur mexicain Paco Ignacio Taibo II, mène-t-il un combat « contre le territoire des ombres »[9] ?

2 – Leonardo Padura, auteur jusque-là surtout connu pour ses romans noirs mettant en scène son héros le policier Mario Conde[10], nous livre donc ici un roman historique dont la sortie en langue française au début de l’année 2011 s’est révélée marquante, aussi bien du fait de ses critiques positives et élogieuses que de son apparent succès commercial. Il faut dire que L’homme qui aimait les chiens est à la fois incarnation et révélateur de l’actualité toujours renouvelée de l’histoire avec un grand H. Révélateur également des questionnements actuels sur les rapports,  « orageux » parfois, entre histoire et fiction, entre le politique et la littérature. En effet, beaucoup d’historiens datent cette « offensive majeure de la littérature [venue] camper en plein sanctuaire historien »[11] de la sortie du roman de Jonathan Littell, Les Bienveillantes (2006),  en insistant principalement sur les romans qui empruntent au nazisme et à la Seconde Guerre mondiale : Les Bienveillantes, donc, mais également Jan Karski de Yannick Haenel (2009) et HhhH de Laurent Binet (2010). C’est omettre, pourtant, l’histoire des communismes révolutionnaires des années 1920-1930,  vue sous l’angle de la fiction noire (avec ses codes), tant cette histoire peut se révéler comme lieu de tous les possibles, de tous les excès aussi. Le moment kominternien, en particulier, possède une puissance d’évocation capable de séduire de nombreux auteurs. Leonardo Padura est l’un d’eux.

3 – Son récit se compose en fait de trois trames personnelles, dont deux sont directement parallèles tandis que la dernière est une quasi mise en abyme de l’auteur lui-même. Simultanément, le lecteur suit donc le parcours géographiquement erratique de Trotsky dans la période de sa vie la plus tragique, de la fin de son exil soviétique jusqu’à son assassinat au Mexique en 1940 et celui de son assassin, Ramon Mercader, de son enfance à sa mort. Ce dernier est également le lien avec le Cubain Ivan, écrivain frustré, dont la vie est à jamais marquée par la rencontre, à la fin des années 1970, sur une plage, de l’homme qui aimait les chiens…

La prose de Leonardo Padura est à chaque fois profondément empathique, brossant des personnages à l’humanité éclatante, y compris Ramon Mercader, un homme grandi à l’ombre étouffante de sa mère Caridad, amoureux de son pays, révolté par la réaction et le fascisme, qui finalement se retrouve hypnotisé par sa foi dans le communisme version stalinienne. Sur un plan strictement historique, on ne peut que reconnaître l’important travail de documentation de l’auteur, qui fait rechercher par Ivan (p. 280) la fameuse trilogie d’Isaac Deutscher sur Trotsky[12], car c’est avec ce livre qu’il a le plus travaillé, comme il le confirme dans les  multiples entretiens qu’il accorde en 2011[13].  Lui ont été utiles, aussi, livres et documentaires portant sur la guerre d’Espagne[14]. Toute cette documentation lui permet d’insérer ici et là quelques formules emblématiques comme  la fameuse « planète sans visa »[15]  ou la phrase de Natalia Sedova à propos des « fantômes aux fronts troués » qui entourent Trotsky depuis quelques années[16].

4 – C’est en fait le personnage de Ramon Mercader qui laisse la plus grande part à la fiction. En effet,  puisque celui-ci « reste un grand mystère », la documentation amassée au fil des ans a « fourni le squelette » et « la peau et les muscles sont de ma création » (Padura)[17]. Les détails sur son enfance, sa relation passionnée avec la militante communiste Africa de las Heras, ou son entraînement très « cinématographique » en URSS pour faire de lui un agent d’exception, sont fruits de l’imagination de l’auteur, et se révèlent d’ailleurs plutôt bien intégrés à l’ensemble. Il choisit également d’accentuer son rôle, en le faisant participer à l’enlèvement du leader du POUM Andrès Nin, afin qu’il apparaisse comme l’archétype du bras armé du stalinisme ; un archétype sujet au doute puis aux regrets, ce qui est assurément l’élément le plus fragile de la construction romanesque. Les autres personnages qui apparaissent au fil de cette opération « Canard » (nom de code donné par la hiérarchie des services du NKVD à l’assassinat de Trotsky) ont tous, plus ou moins, une épaisseur romanesque qui (re)construit leur rôle historique dans les enjeux du moment. Leonid Eitingon, le maître d’œuvre soviétique, sur le terrain, de l’opération, est présenté comme un homme capable de lire un ouvrage de cinq cent pages en une nuit, de réciter tout Pouchkine par cœur et de s’exprimer en huit langues (p. 134-135). Ce portrait fait de lui un autre archétype, celui de ces militants communistes, cosmopolites, cultivés, brillants et « athées débarrassés de la compassion » (p. 328), ayant fait leurs preuves pendant la guerre civile comme tchékistes, capables de travailler à la sécurité de la « patrie du socialisme » sur toute la planète, sans (se) poser aucune question. Quand à Africa de las Heras, elle n’a sans doute pas été la seconde femme importante dans la vie de Ramon Mercader, après sa mère. Néanmoins, sa carrière comme agente hors-pair du NKVD à l’étranger[18] (c’est la seule Espagnole à recevoir le grade de colonel du KGB) ou comme combattante clandestine à l’arrière du front allemand en URSS dès 1941-1942 sont bien ce qu’on pouvait attendre d’une militante décrite comme quelqu’un qui « semblait s’être cousu un livre de marxisme sous le bras » (p. 96). Manipulateurs (Louis Budenz, Ruby Weil) ou manipulés (Sylvia Ageloff, qu’un auteur d’une récente BD place au centre de sa propre reconstruction du meurtre de Trotsky[19]) tiennent leurs rôles dans le complot. L’adjonction du personnage cubain, Ivan, certes justifiée par la fin de la vie de Mercader à Cuba, est surtout l’occasion pour Leonardo Padura de porter un regard éminemment critique sur la période castriste, fruit de ce stalinisme dont l’hypocrisie, la peur et le mensonge ont eu raison des espoirs d’une révolution plus humaine incarnée dans le roman, de manière ambiguë et partielle, par Trotsky. Ce troisième récit peut se lire comme le point de vue d’Ivan, ce dernier représentant, selon l’auteur, non pas une personne, mais « la synthèse d’une génération ». Ce personnage « représente tous les problèmes que nous avons vécu à Cuba », « les illusions, les désillusions, les défaites et les peurs de ma génération »[20]. Le point de vue d’Ivan est également celui d’un Cubain sur une histoire européenne.

5 – Roman sombre et en grande partie désenchanté, L’homme qui aimait les chiens peut-il s’inscrire dans le droit fil de ces œuvres dénonciatrices du stalinisme, dont une des premières et des plus marquantes est S’il est minuit dans le siècle, de Victor Serge ? Cette dimension,  dans le meilleur des cas intemporelle et dans le pire datée, tient sans doute au décalage de la découverte du stalinisme réellement existant entre Cuba et l’Occident. Elle est toutefois loin d’être dominante. A contre-courant de la doxa historiographique dominante, Leonardo Padura ne renvoie pas franchement dos à dos Staline et Trotsky, dont il différencie clairement les idéologies et les comportements, en accentuant sans doute leurs rôles personnels respectifs au détriment de l’analyse des forces sociales souterraines. On lui sait d’ailleurs gré, comme nous l’avons déjà remarqué, de s’efforcer de coller au plus près des faits[21] et de l’idéologie de ses personnages[22]. Toutefois, là où il s’en écarte, il se fait davantage le reflet et l’écho de son époque. Son Trotsky est ainsi régulièrement sujet à des assauts de découragement politique, et manifeste surtout une sorte de repentance concernant la militarisation des syndicats à la fin de la guerre civile (proposition qui faisait pourtant suite, rappelons-le, à une sorte de pré-NEP qui, elle, avait été refusée par les instances de direction du Parti bolchevik) et le fameux épisode de la répression de Cronstadt. Les pensées que Leonardo Padura prête sur ce sujet à Trotsky (p. 75) sont en effet à la fois contraires à la réalité (il suffit de lire Leur morale et la nôtre[23] pour s’en convaincre) et dépassées sur le plan des faits[24]. De même, les allusions qui sont faites à la IVe Internationale nouvellement  créée témoignent d’un pessimisme excessif manifesté par son fondateur : un simple « cri dans les ténèbres » ? (p.414) ou une « pauvre fiction » ? (p.517). Les rares manifestations d’optimisme de la part de Trotsky nous semblent pourtant autrement plus justes[25]. Les seules remarques sur les problèmes internes et les graves dissensions des organisations trotskystes sont en outre réduits à une « fièvre séparatiste » ou à des « rivalités de personnes », ce qui, bien que contenant une indéniable part de réalité[26], ne recouvre pas toute la réalité. Probablement peut-on y déceler l’influence de la biographie d’Isaac Deutscher, d’ailleurs nommément citée dans le roman, puisque recherchée et lue avec avidité par Ivan (p. 280). Bien sûr, on peut invoquer le fait qu’il s’agit d’une fiction romanesque, et qu’en tant que telle, la liberté de l’auteur est absolue (ce que fait d’ailleurs Leonardo Padura dans ses remerciements). Néanmoins, en choisissant de mettre en scène des personnages historiques, souvent de premier plan, avec un parti pris d’écriture réaliste, l’auteur ne s’expose-t-il pas à la difficulté d’une reconstitution historique la plus crédible possible et aux critiques qu’elle est susceptible d’engendrer ? Dans une démarche fantastique[27], par exemple, ce n’aurait pas été le cas. Questionnement ultime (sacrilège ?) : peut-on romancer Léon Trotsky ?

6 – Ce pessimisme, que l’on retrouve à plusieurs reprises[28], semble être un des apports les plus personnels de l’auteur, pouvant laisser voir dans L’homme qui aimait les chiens, en plus d’une puissante fresque du passé communiste, un roman de la désillusion, du découragement, de l’impuissance idéologique face au cours implacable des choses… Le primat affirmé, à contrario des grands engagements collectifs, de l’importance des individus, voire d’un humanisme personnel (défendu par Ivan), ne risque-t-il pas de conduire chacun d’entre-nous à se renfermer dans l’entre-soi ? L’image du chien est peut-être à cet égard emblématique : animal apprécié par les trois protagonistes (Trotsky, Mercader, Ivan) victimes, à des degrés très différents, du stalinisme, celui de Ramon Mercader est abattu sous ses yeux par Caridad Mercader, sa  mère, comme signe d’un point de non-retour : « A partir de cet instant, mets-toi dans la tête que le renoncement à tout (…) est une forme de vie. » (p. 48). Aimer les chiens est-il, pour Leonardo Padura, une métaphore de l’humanisme ? Ne sont-ils à nos côtés que dans la défaite et l’exil (Trotsky), dans l’inaction (Mercader) ou dans le désenchantement (Padura lui-même possède deux de ces animaux) ? Si les titres d’œuvres sont rarement innocents, celui-ci l’est d’autant moins que Padura  l’a adopté en hommage à l’inventeur du roman noir américain, Raymond Chandler, auteur d’une nouvelle intitulée justement L’homme qui aimait les chiens[29]… Si l’on en croit certains spécialistes du roman noir[30], celui-ci nait effectivement comme conséquence sociale de l’écrasement des espoirs révolutionnaires qui, un temps, firent « craquer l’écorce du vieux continent »[31]… Pourtant, in fine, il nous semble bien que par sa puissance de restitution des enjeux de l’idée communiste et d’évocation des absents et des ombres, dans ces tumultueuses années trente, le roman de Leonardo Padura s’inscrit pleinement dans ces fictions, à la charnière de l’histoire, qui répondent du XXe siècle, qui expliquent notre temps.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Vincent Chambarlhac)

 


[1]              Alfred Rosmer, « A Fictionized Version of Trotsky’s Murder », Fourth International, vol. 10, n° 3, mars 1949, p. 91-94.

[2]              Julian Gorkin est un ancien leader du POUM espagnol qui par anti-stalinisme dérive dans le camp anticommuniste pendant la guerre froide : il participe alors aux activités du Congrès pour la liberté de la culture. Avec l’aide du général Salazar, qui dirigea l’enquête sur le meurtre de Trotsky, il rédige en 1948 How they Murdered Trotsky, publié en français la même année sous le titre Ainsi fut assassiné Trotsky, aux éditions Self, spécialisées dans les ouvrages d’auteurs anticommunistes et d’extrême-droite. Modifié, cet ouvrage est publié par le seul Gorkin chez Julliard en 1970 sous le titre L’assassinat de Trotsky.

[3]              Louis F. Budenz est un militant communiste étatsunien des années trente, qui participa, bien que de manière indirecte, au projet d’assassinat de Trotsky, et qui devient un témoin privilégié contre le Parti communiste américain pendant la « chasse aux rouges » des années 1950. Il écrit en 1940 The Assassination of Léon Trotsky, puis en 1947 This is my Story, qui est l’ouvrage auquel fait référence A. Rosmer dans son article. Étrangement, la veuve de Trotsky, Natalia Sedova, avait accordé du crédit à ce livre de Budenz, dans la même revue : Fourth International, vol. 8, n° 5, mai 1947, p. 144-146.

[4]              Si le dernier chapitre de sa biographie de Trotsky (Fayard, 1980), intitulé « L’hallali » résume la préparation et l’exécution de celui-ci, un ouvrage est spécifiquement consacré au sujet : 1940 : L’assassinat de Trotsky, Bruxelles, Complexe, 1980.

[5]              Pavel Soudoplatov, Anatoli Soudoplatov, Missions spéciales. Mémoires du maître- espion soviétique Pavel Soudoplatov, Paris, Le Seuil, 1994.

[6]              Robert Service, Trotski, Paris, Perrin, 2011; voir notre note de lecture de cet ouvrage dans le n° 11, mai 2012, de la revue Dissidences, « Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », p. 145-149, et dans le n° 3, printemps 2012, de notre revue numérique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

[7]              Nous empruntons ici cette notion au titre de l’article du médiéviste Patrick Boucheron, « On nomme littérature la fragilité de l’histoire », Le Débat, n° 165, mai-août 2011, « L’histoire saisie par la fiction », p. 41-55

[8]              Erri de Luca, entretien, Le Monde, « Dossiers et documents », n° 386, mai 2009.

[9]              Paco Ignacio Taibo II, Archanges. Douze histoires de révolutionnaires sans révolution possible, Paris, Métailié, 2012, p. 10. Cet ouvrage sera bientôt chroniqué sur ce blog.

[10]             Tous les romans noirs de Leonardo Padura sont publiés chez Métailié, et réédités en collection de poche (Points/Policier), entre autres son cycle « Les quatre saisons ».

[11]             Pierre Nora, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », Le Débat, n° 165, op. cit., p. 11.

[12]             Isaac Deutscher, Trotsky. Le prophète armé, le prophète désarmé, le prophète hors-la-loi, Paris, UGE, coll. « 10-18 », 1962-1980.

[13]             Lire en particulier celui qu’il accorde à la revue Contretemps, n° 11, septembre 2011.

[14]             Entre autres, Ronald Radosh, Mary R. Habeck, Grigori Sevostianov, Espana traicionada, Editorial Planeta, 2005, est une compilation de documents envoyés à Moscou par les militants kominterniens en Espagne, et Asaltar Los Cielos [L’assaut des cieux, devenu en français Ramon Mercader. L’assassin de Trotsky] documentaire de Javier Rioyo et José Luis Lopez Linares, Espagne, 1996, 94 mn., couleur, passé sur Arte le 26/11/2001, traite essentiellement du personnage de R. Mercader.

[15]             Il s’agit du titre donné par Léon Trotsky au dernier chapitre de son autobiographie Ma Vie, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973.

[16]             Cette phrase évoque tous les militants de l’opposition de gauche, trotskystes ou prétendus tels, assassinés en URSS ou en Europe. En 1993, Jean-François Vilar, auteur de romans noirs et ex-militant de la LCR, donne ce titre à un  livre remarquable : Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués, Paris, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie ».

[17]             Leonardo Padura, Contretemps, n° 11, op. cit.

[18]             La romancière argentine Alicia Dujovne-Ortiz,elle-même fille d’un agent du Komintern, construit son roman historique L’étoile rouge et le poète (Métailié, 2009, bientôt chroniqué sur ce blog) autour d’une des missions de Africa de las Heras en 1947, la séduction  d’un poète uruguayen anticommuniste afin de monter un réseau d’agents aux Amériques.

[19]             Gani Jakupi, Les Amants de Sylvia, Paris, Futuropolis, 2010. Une courte recension de cette BD se trouve sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/litterature%20sociale_fictions.htm#jakupi

[20]             Entretien de Leonardo Padura (en anglais) au Danemark, en septembre 2011, sur http://www.marxist.com/interview-with-leonardo-padura.htm

[21]             Les erreurs ne sont que de détail : on peut ainsi citer une erreur d’orthographe dans le nom de « Marie Crapeau » (en réalité Craipeau), l’existence d’un préfet de région lors du séjour de Trotsky à Domène (ils n’apparaissent qu’en 1964), un usage un peu trop systématique du terme de génocide (sur la Révolution culturelle chinoise, par exemple), voire même une tendance à sous-estimer les responsabilités de Trotsky dans le processus ayant conduit au suicide de sa fille Zina (voir à ce sujet Jacquy Chemouni, Trotsky et la psychanalyse, Paris, éditions In Press, 2004, chroniqué dans le n° 2, automne 2011 de notre revue numérique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1309 . Enfin, plus anecdotique, il imagine une tentative de séduction de la sœur de Frida Kahlo, Cristina, par Trotsky, et semble largement amplifier sa propre aventure avec la même Frida.

[22]             Rien à voir avec le traitement de Trotsky dans la récente bande-dessinée Octobre noir, de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau, Florent Calvez, quatrième tome de la série uchronique « Jour J » (Paris, éditions Delcourt, 2012), où il est présenté comme partisan du terrorisme individuel…

[23]             Léon Trotsky, Leur morale et la nôtre, Paris, éditions de la passion, 2003.

[24]             Voir à cet égard Jean-Jacques Marie, Cronstadt, Paris, Fayard, 2005, chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#marie2

[25]             L’exemple le plus patent, et un des seuls, se trouve page 521 : « Lev Davidovitch faisait cependant confiance aux générations futures, libérées du joug des totalitarismes, pour rendre justice à ce rêve et peut-être à l’obstination avec laquelle il l’avait soutenu. Parce que le plus grand combat, écrivit-il, celui de l’histoire, ne s’achèvera pas à ma mort sur la victoire personnelle de Staline : il commencera dans quelques années, quand les statues du Grand Leader seront renversées de leur piédestal. »

[26]             Les rivalités parmi les trotskystes français de 1929 à 1931, par exemple, ressortent à la lecture des lettres échangées entre Léon Trotsky et Alfred Rosmer et Pierre Naville, respectivement. Lire Alfred et Marguerite Rosmer, Lev Davidovitch Trotsky, Correspondance, 1929-1939, Paris, Gallimard, 1982, et Léon Trotsky, Pierre Naville, Denise Naville, Jean Van Heijenoort, Correspondance, 1929-1939, Paris, L’Harmattan, 1989.

[27]             Comme exemple de cette démarche, on peut citer la nouvelle de Jonas Lenn, « Le mausolée de chair », qui fait survivre l’esprit de Trotsky après son assassinat grâce à un prélèvement d’ADN et une méthode scientifique mêlée de mythes aztèques (in André-François Ruaud (dir.), Passés recomposés. Anthologie uchronique, Aix-en-Provence, Nestiveqnen, 2003). Signalons également un ouvrage de Richard Hoyt, Trotski se fait la paire (Gallimard, Série noire, 1983) dans lequel le futur président des États-Unis, une « taupe » du KGB recrutée dans les années 1970 sur les campus, est atteint de schizophrénie et se prend pour Léon Trotsky !

[28]             Ainsi, en évoquant la conclusion de La révolution trahie, il laisse échapper cette phrase extrêmement contemporaine : « L’Union soviétique léguerait aux temps futurs son échec et la peur de plusieurs générations en quête d’un rêve d’égalité qui, dans la vie réelle, était devenu le cauchemar de la majorité » (p.226). De même, page 353, après sa rencontre avec l’espagnol Josep Nadal, « en effet, il ne savait pas ce qui subsisterait du pauvre rêve communiste » (souligné par nous).

[29]             Cette nouvelle de Raymond Chandler se trouve dans le recueil Les ennuis c’est mon problème, Paris, Omnibus, 2009, 1216 p.

[30]             On pense ici à Jean-Patrick Manchette, auteur de romans noirs et analyste critique du genre : lire ses Chroniques, Paris, Rivages, coll. « Ecrits noirs », 1996,ainsi que son Journal (1966-1974), Paris, Gallimard, 2008, prochainement chroniqué sur ce blog.

[31]             L’expression exacte (« Quand Octobre fit craquer l’écorce du vieux continent ») est celle de l’auteur américain John Dos Passos, utilisée dans son texte d’hommage à Isadora Duncan, dans sa trilogie USA, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002.

La présentation de Léonardo Padura