Archives par étiquette : Technologie

Hadrien Klent, La Grande Panne, Paris, Éditions Le Tripode, 2016, 340 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Hadrien Klent)

Hadrien Klent est un jeune auteur, qui avait déjà signé un premier roman formellement ambitieux en 2014, Et qu’advienne le chaos. Ce dernier mettait en scène un savant fou et une découverte susceptible d’annihiler l’humanité entière, dans la grande tradition du merveilleux scientifique, cette science-fiction française d’avant 1950. Ce n’est donc pas un hasard si son second livre reprend le titre d’un roman phare de Théo Varlet1, paru en 1930. Toutefois, et même si un de ses personnages évoque, pour le critiquer sévèrement, l’ouvrage de Varlet, peu de choses relient ces œuvres éponymes, en dehors de l’arrêt du réseau électrique. Chez Hadrien Klent, pas de cause extra-terrestre, mais au contraire une explication très terrestre : l’explosion d’une mine désaffectée de graphite, au sud de la péninsule italienne, qui génère un nuage susceptible de provoquer des explosions au contact des lignes à haute tension. L’État italien décide alors de couper l’ensemble du réseau électrique par prévention, et dans la mesure où le dit nuage, comme celui de Tchernobyl, ne s’arrête pas à la frontière, mais remonte vers le nord, le gouvernement français prévoit de faire de même.

L’intrigue s’articule alors entre deux extrémités. D’un côté, les sphères dirigeantes, autour du président de la République, figure fantasque s’il en est : Alexandrine, secrétaire générale de l’Élysée, et Lionel Sauvage, responsable de la sécurité, sont particulièrement privilégiés. De l’autre, un groupe d’anarcho-autonomes, menés par Jean-Charles Lavaud, placé sous la surveillance des services policiers. Ensemble, ils prévoient de profiter de la coupure générale pour proclamer une nouvelle Commune de Paris à Belleville. Entre ces deux collectifs géographiquement séparés, le gouvernement ayant décidé de s’installer, le temps de la crise, sur l’île de Sein, Normand, écrivain en recherche d’inspiration, lui aussi réfugié sur l’île, et qui fut autrefois collaborateur du premier ministre, avant qu’il ne devienne président de la République… Le roman alterne ainsi les chapitres entre ces différents champs d’action, ouvrant sur quelques retours en arrière centrés sur 2001. Il laisse également s’exprimer Jean-René Hunebelle, patron de presse ayant profité de la grande panne pour publier le seul journal encore en activité : ses articles réguliers sont autant de fenêtres ouvertes vers la situation du reste de la France, et offrent certaines réflexions à valeur générale.

La Grande Panne est une charge critique contre notre société actuelle, écrite avec fluidité et naturel, faisant le choix d’un miroir grossissant sur deux microcosmes. Le monde politique est ainsi portraituré sans fard, mécanique tournant en partie à vide, fonctionnant par la communication et la manipulation des masses. Quant à l’opposition « révolutionnaire », elle est ici tournée en dérision2. Ultra minoritaire, elle est menée par un enfant gâté, caricature de Guy Debord, tellement déconnecté du réel qu’il envisage une nouvelle Commune littéralement plaquée de façon artificielle, utilisant des plans de Paris afin de monter des barricades… plans datant d’avant la vraie Commune ! Peu d’espoir en apparence, donc, mais un constat critique sur notre mode de vie (« On ne sait plus vivre, on ne sait plus que parler de ce qu’on vit. », p. 324). Cette coupure de courant fait en effet office de révélateur, à l’image de ce qui arrive à Normand et Alexandrine : c’est grâce à ce retour vers l’authentique, mis en valeur dans les articles de Hunebelle, que les deux anciens amants se retrouvent pour une relation que l’on devine durable. La Grande Panne, finalement, n’est-ce pas la morale de la société actuelle et de sa normalité factice ?

« Cinq questions à… Hadrien Klent » (entretien électronique réalisé entre le 23 et le 28 décembre 2016)

Dissidences : Qu’est-ce qui vous a initialement donné l’idée d’écrire ce roman ? Sa réalisation semble s’être étalée sur une longue période, à lire les indications qui clôturent le livre. Pouvez-vous nous apporter des précisions concernant le processus de réalisation ? Comment le situez-vous par rapport à Et qu’advienne le chaos ?

Hadrien Klent : J’ai écrit deux versions de ce livre : la première date de 2010-2011, juste après la sortie du Chaos (lequel a été publié en 2010 ; en 2014 il est ressorti au Tripode dans la collection « Météores »). Cette version n’a pas été publiée ; j’ai entièrement réécrit le livre, beaucoup plus tard, au printemps 2015. Je n’ai donc pas mis, comme on pourrait le croire, cinq ans pour écrire le livre, mais deux fois quelques mois (je vous renvoie à mon blog, où je raconte en détail ce processus d’écriture : blog.hadrien-klent.com).

L’idée du livre m’est venue lors d’un voyage sur l’île de Sein, qui génère sa propre électricité et n’est pas raccordée au réseau de la métropole. J’ai trouvé intéressant d’y imaginer la venue du gouvernement, cependant qu’une panne bloquerait totalement le pays. Un peu comme l’hypothèse « de science-fiction » du Chaos (le fait que l’humanité se compose de calques qui se superposent les uns aux autres) était en réalité un prétexte à une réflexion sur la misanthropie, la panne sert ici de révélateur d’un certain nombre de comportements contemporains.

Dissidences : La Grande Panne dresse des tableaux très réalistes des coulisses du pouvoir au sein des plus hautes autorités de l’État, ainsi que d’une certaine mentalité existant à l’extrême gauche. Est-ce là le fruit d’expériences personnelles, autobiographiques, ou le résultat d’une très bonne documentation ?

Hadrien Klent : Il y a trois personnages principaux dans le roman, trois anciens camarades de classe qui se sont connus vingt ans plus tôt. Normand, ancienne « plume » de celui qui est maintenant président de la République. Jean-Charles, le « révolutionnaire ». Et Nathanaël, un brocanteur impliqué dans un réseau de surveillance orchestré par le gouvernement américain. Je n’ai jamais directement été membre ni d’un cabinet ministériel, ni d’un groupuscule d’ultra-gauche, ni d’un service secret — sans être pourtant totalement étranger à ces trois milieux.

Mais la question de l’effet de réalité est quelque chose qui me semble essentiel : peu importe finalement d’où vous venez, si vous êtes capable de rendre concret un univers donné. Et c’était un des but de La Grande panne que de raconter de l’intérieur les pratiques de ces milieux particuliers, même si, comme vous le dites très bien, il y a un aspect ironique, voire carrément farcesque.

Dissidences : J’ai l’impression que La Grande Panne est un immense éclat de rire lancé à la face du monde actuel. Vous traitez en effet avec beaucoup d’ironie du monde politique à son sommet ou des tentatives dérisoires de nouvelle Commune imaginée par Jean-Charles et ses camarades. Mais dans le même temps, vous offrez une réflexion critique sur ce qui fait notre société contemporaine, hyper-connectée et en grande partie déconnectée de l’authentique. Que pensez-vous de ce constat ? Avez-vous cherché à transmettre un message politique, au sens le plus large du terme ?

Hadrien Klent : Il y a évidemment un parti-pris politique, et même plusieurs. D’abord la critique des nouvelles technologies, traitée parfois par l’absurde (la scène avec la vieille dame ultra-connectée qui se plaint de ne plus avoir son portable) : il s’agit d’une technophobie que je qualifierais « de gauche » puisqu’elle souligne la perte des interrelations et solidarités humaines liées à la sur-connectivité du monde contemporain.

Ensuite, une vision du monde politique, et plus précisément du pouvoir, désenchantée (sans être pour autant cynique) : le personnage du président est fantasque, parfois inquiétant, souvent exaspérant, mais au fond c’est le seul qui accepte ses émotions, là où son entourage ne raisonne qu’en termes purement stratégiques, voire uniquement médiatiques.

Et enfin, il y a ce binôme de deux anciens amis révolutionnaires, dont l’un (italien) est devenu journaliste, trahissant les idéaux de sa jeunesse, tandis que l’autre (français) poursuit son projet d’établissement d’un autre monde. Si je suis d’accord avec vous pour dire que le traitement du second (Jean-Charles) comporte une part de caricature (jouant sur des figures d’enfants gâtés qui pouvaient néanmoins dire des choses intéressantes, tel Guy Debord), il y a en sous-texte des interrogations moins ironiques : que serait l’instauration d’une Commune aujourd’hui ? Un « leader charismatique » est-il celui qui permettra la venue d’un mouvement révolutionnaire ? Trahit-on plus une amitié ou un idéal ?

Dissidences : Votre roman s’insère dans une série d’ouvrages ayant des problématiques communes avec le vôtre : Black Out, sur la peur d’une coupure de courant générale, ou Avril de Jérémie Lefebvre sur une possible insurrection révolutionnaire. Comment vous situez-vous par rapport à eux ? Pensez-vous vraiment que notre temps soit celui d’un terrorisme anti-technologique et d’un retour des espoirs révolutionnaires militants ?

Hadrien Klent : J’ai entendu parler de Black Out à la sortie de mon roman, et je ne connaissais pas Avril (que je vais lire) ; je ne saurais donc pas vous en parler. Mais j’ai vraiment le sentiment que j’utilise, moi, ces deux extrêmes (terrorisme technologique, insurrection révolutionnaire) surtout comme des révélateurs de ce qu’est notre société, dans sa banalité et sa routine qu’on ne discute plus vraiment. Vous citez avec beaucoup de raison le passage où le président évoque avec mélancolie « l’évitement par la parole » : c’est en réalité le cœur du livre. Normand, ancienne plume dont le cynisme a laissé place à une impossibilité d’écrire ; Alexandrine, qui le retrouvant, assume qu’elle n’est pas que cette machine technocrate ayant toujours réponse à tout ; Nathanaël, qui n’arrive à dire à ses amis que les choses qui ne lui importent pas ; et Jean-Charles, qui, deux cent pages avant le président, dit très exactement la même chose que lui, mais à propos de son projet révolutionnaire : « renoncer, à tout jamais, à cette prévalence du discours sur l’action […] Nous renoncerons jusqu’aux tracts, jusqu’aux discours sur notre action. […] Ne dire plus rien ; ne rien faire qu’être. »

Dissidences : Le titre choisi pour votre roman est le même que celui du roman de Théo Varlet paru en 1930, et dans lequel on trouvait également une histoire de panne d’électricité et d’insurrection préparée : pourquoi avoir cherché un tel parallèle ? Quelle est votre perception de ce livre, de cet auteur, et plus généralement de ce que l’on appelle le « merveilleux scientifique », cette science-fiction d’avant la science-fiction ?

Hadrien Klent : Assez étrangement, je ne suis pas un grand lecteur de science-fiction, ni a fortiori un grand connaisseur de l’histoire de ce genre. En ce qui concerne Varlet, c’est l’un des éditeurs du Chaos qui m’en a parlé quand j’ai évoqué mon projet. J’ai lu La Grande Panne de 1930, et j’ai trouvé que son titre, dans sa simplicité, convenait parfaitement à mon propre roman. Dès lors, je voulais « payer ma dette » à Théo Varlet, et c’est pour ça qu’un de mes personnages lit son livre et le commente avec amusement — mais le fantastique propre à Varlet est très loin de mon univers. Même si je peux être un lecteur de ce « merveilleux scientifique », je serais incapable d’écrire vraiment de la science-fiction.

1Sur Théo Varlet, je me permets de renvoyer à mon article « Théo Varlet, ou les inquiétudes apocalyptiques d’un indéfectible progressiste », in Dimension Merveilleux scientifique 2, Black Coat Press, collection Rivière blanche, série Fusée, 2016.

2Non sans que l’auteur ne se serve de connaissances réelles et solides (peut-être en partie autobiographiques ?) sur le milieu autonome : il cite en particulier la revue Os Cangaceiros (p. 131), connue seulement des spécialistes. Cette revue n’a vécu que le temps de trois livraisons, accessibles en ligne (PDF) sur http://archivesautonomies.org/spip.php?article313

Pièces et main d’œuvre, Sous le soleil de l’innovation rien que du nouveau ! Suivi de Innovation scientifreak : la biologie de synthèse, Montreuil, L’Echappée, collection « Négatif », 2013, 208 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le collectif Pièces et main d’œuvre poursuit sa critique radicale et sans concession de ce qu’il perçoit comme l’« idole technologique » de notre présent, que l’on peut découvrir via les autres titres de leur catalogue (voir en particulier Aujourd’hui le nanomonde ou A la recherche du nouvel ennemi, chroniqués sur notre ancien site) et sur leur site Internet (www.piecesetmaindoeuvre.com). Ici, c’est l’innovation, cet autre nom du progrès, qui semble être leur cible privilégiée. En réalité, c’est la situation emblématique de Grenoble, terre d’origine du collectif, qui est interrogée, passée au crible d’une analyse historique qui vise à dévoiler la progressive construction du fameux complexe militaro-industriel et de la technocratie qui lui est pour ainsi dire consubstantielle.

Trois figures sont ici emblématiques : Aristide Bergès, entrepreneur qui s’investit particulièrement dans l’industrie de guerre avec la Première Guerre mondiale ; René Gosse, universitaire totalement immergé dans les structures scientifiques et éducatives nationales, éléments du complexe naissant ; Louis Néel, enfin et surtout, qui permit l’installation d’un centre du CEA à Grenoble et incarne cette « science militaro-industrielle », ou « Big science », ici dénoncée : « Ces obscures affaires de gros sous, de transactions bureaucratiques, de sourds rapports de force entre mandarins de la physique, de la science, et leurs homologues politiques et administratifs, ne sont pas des détails. Dans ces menées complexes et rebutantes se cache le secret de succès attribués d’ordinaire au seul mérite scientifique » (p. 113). La figure de proue de cet ensemble est actuellement Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dont Frédéric Gaillard (auteur de L’Industrie de la contrainte dans la même collection), dans le texte complémentaire de l’ouvrage, dissèque le rapport qu’elle rédigea en 2010 sur la biologie de synthèse, pierre supplémentaire apportée à ce constat qui résume bien un des axes de la réflexion des éditons L’Echappée : « Chaque avancée technologique prétend résoudre les problèmes créés par la vague précédente, et ce faisant répand à son tour une nouvelle génération de calamités » (p. 178).

Avec ce nouveau pamphlet, Pièces et main d’œuvre confirme la solidité de son argumentation contre la technoscience, mais donne également l’impression d’accentuer sa posture de « splendide isolement ». Les jugements définitifs, négligeant sans doute par trop les potentialités d’évolution, ciblent en effet aussi bien ce qui serait le réel « danger fasciste » d’aujourd’hui – le capitalisme vert – que pratiquement toutes les forces de gauche et d’extrême gauche, syndicales et politiques, accusées en bloc de faire le jeu de la technophilie. Même les révolutions française et russe sont implicitement considérées comme inutiles face au rouleau compresseur des révolutions industrielles. Ce qui pose, encore et toujours, la question de l’alternative à construire, et surtout avec qui : les caractéristiques que Pièces et main d’œuvre partage avec une partie de la mouvance dite ultra gauche mériteraient à ce titre d’être interrogées plus en profondeur.

Tomjo, L’Enfer vert. Un projet pavé de bonnes intentions, suivi de Critique de la planification écologique, Montreuil, L’Echappée, collection « Négatif », 2013, 128 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tomjo est le pseudonyme adopté par un militant lillois se situant dans la mouvance de la critique technologique défendue par le collectif Pièces et main d’œuvre et plus largement par les éditions L’Echappée (voir les nombreuses chroniques de leurs ouvrages sur notre blog ou notre ancien site) ; l’auteur revendique pour sa part distinctement les influences de Jacques Ellul, André Gorz et Bernard Charbonneau (adepte d’une écologie politique personnaliste). Avec ce petit opuscule, édité semble-t-il de manière plus confidentielle une première fois en 2012, Tomjo prend pour cible privilégié les Verts, et l’acte d’accusation se révèle particulièrement étoffé, s’appuyant surtout sur l’exemple local. De par son ancrage géographique, en effet, Tomjo a le mérite de nous offrir des éclairages qui changent de ceux de Pièces et main d’œuvre, généralement centrés sur Grenoble. Ici, on découvre les efforts de la municipalité lilloise ou du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, au sein desquels les Verts sont bien implantés, pour généraliser l’usage des RFID1 dans les transports en commun (« L’argument gestionnaire recoupe le projet policier », p. 13), ou déployant beaucoup d’efforts afin de valoriser une métropole lilloise en concurrence avec les autres.

Le cœur de l’argumentation n’est autre que l’évolution des Verts, passés d’une critique politique à une pratique gestionnaire, ayant donc trahi leurs idéaux en adoptant l’idéologie économique dominante et le productivisme. L’acceptation de grands projets comme le TGV ou le canal Seine-Nord-Europe, la multiplication des modes de transport sans aboutir à une baisse réelle des émissions de CO2, l’idée d’une responsabilité collective indifférenciée du réchauffement climatique ou l’acceptation de la logique comptable sont, selon Tomjo, autant d’arguments confirmant cette intégration politicienne et ce choix d’une gestion technocratique de la société. Un des exemples les plus troublants réside dans l’objectif, pour la métropole lilloise, d’une aire urbaine irriguée par les nouvelles technologies, « ville ubiquitaire » prenant comme modèle la bien peu démocratique Singapour… Mais Tomjo explique l’avènement de ce techno-fascisme (un concept intéressant mais qu’il conviendrait d’affiner, voire de raffiner) par des responsabilités plus larges, ainsi du Club de Rome par exemple.

Pour cette seconde édition, le texte originel est complété par une Critique de la planification écologique, qui vise l’écosocialisme du Front de gauche, accusé d’être industrialiste et favorable au marché via une idéalisation de l’État. Derrière cette critique, on perçoit bien que l’ennemi n’est autre que la centralisation et toute idée de planification2 (même démocratique, la population étant susceptible d’être manipulée). Tomjo fait d’ailleurs remonter cette filiation de la planification étatique aux néo-socialistes et à Vichy, un choix dont on peut induire le caractère volontairement péjoratif, en lien avec l’extrême droite3. Le propos de Tomjo, qui contient sans nul doute des données intéressantes et des réflexions pertinentes, n’en souffre pas moins d’un certain manque de nuances (une vision critique des Verts ne peut se passer, à notre sens, d’une vision plus large, prenant en compte, outre les différentes tendances du mouvement4, son histoire, ses présupposés idéologiques ainsi que ses choix institutionnels d’alliances aux niveaux des villes, régions et de l’État), se laissant aller à des condamnations un peu trop raides5, et témoignant de manière plus générale d’une vision quelque peu monochrome. L’absence de propositions alternatives est par ailleurs un manque toujours problématique.

1Voir Pièces et main d’œuvre, RFID : la police totale. Puces intelligentes et mouchardage électronique, Montreuil, L’Echappée, 2008, chroniqué sur notre ancien site.

2« Si la planification est l’ennemie du hasard, la planification est l’ennemie de la vie » (p. 111).

3François Lehideux, ministre de l’Équipement national sous Vichy, est même qualifié (p. 107) d’« Altermondialiste avant l’heure (…) » (sic).

4Que dire également de cette exagération sur la concomitance entre besoins du système et utilisation des Verts : « Ils sont les meilleurs gestionnaires dont le techno-capitalisme a besoin pour survivre à ses propres méfaits, pour renouveler ses marchandises et son discours. Ils sont peut-être sa dernière chance, l’avant-garde du système qui commence d’ailleurs à le comprendre » (p. 90) (souligné par nous).

5Ainsi de l’utilisation de Rosie The Riveter, icône de la production de guerre étatsunienne, par les féministes, négligeant le principe du détournement… 

Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2012 (édition originale 2010), 280 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette étude de l’universitaire britannique Stephen Graham s’inscrit dans la lignée de celles de David Harvey, Naomi Klein ou Mike Davis, en démontrant la volonté d’omniscience du contrôle technologique manifestée par la Triade à l’égard du terrorisme, réel ou fantasmé ; cette volonté se déclinant dans les villes occidentales via l’accroissement de la surveillance sécuritaire, et dans les champs de bataille urbains du Sud via le contrôle des ressources, manifestation d’un « capitalisme par dépossession »[1]. Autant de marques d’une militarisation globale des sociétés, voire d’une « métaguerre », dans la lignée du concept de guerre totale, surtout sensible depuis le 11 septembre 2001, militarisation qui ouvre des marchés particulièrement lucratifs pour certaines entreprises, testant leurs techniques en guerre avant de les transférer dans des villes en paix.

Se dévoile alors, selon l’auteur, un véritable complexe, plus large que le traditionnel militaro-industriel, regroupant « armée-industrie-médias-divertissement » ; l’industrie bénéficiant du soutien des États dans un secteur porteur mais concurrentiel, tandis que les médias se chargent de faire de la guerre un spectacle. Le propos de Stephen Graham porte essentiellement sur les États-Unis, au risque de manquer de données comparatives (ainsi du recrutement de plus en plus rural de l’armée étatsunienne, qui irait dans le sens d’un rejet de la grande ville vue comme cosmopolite). Les changements de doctrine militaire sont particulièrement analysés, le rêve de suprématie militaire totale sans pertes s’incarnant, suite à l’impasse irakienne, dans des projets de robotisation des interventions létales, allant jusqu’à des insectes robots dotés d’armes biologiques et/ou génétiques. Stephen Graham précise toutefois qu’il n’existe pas d’unanimité au sein de l’armée étatsunienne sur ce fétichisme de la machine, d’autant qu’en plus du risque d’erreurs de cibles, se dessinerait une dilution des responsabilités en cas de crimes de guerre.

S’y ajoutent certains développements sur Israël, dont la gestion des territoires palestiniens, et en particulier de la bande de Gaza, fait office d’expérience modèle, que ce soit pour les assassinats ciblés ou pour la destruction des infrastructures urbaines. Ces dernières, cibles privilégiées, seraient selon l’auteur davantage détruites par les États-nations que par les groupes terroristes, au mépris du droit humanitaire international qui interdit théoriquement de s’en prendre aux populations civiles[2]. Assurément, les exemples convoqués par Stephen Graham ont de quoi faire réfléchir, voire carrément saisir le lecteur : on découvre en effet que certains jeux vidéo de guerre ont été directement commandés par l’armée, offrant une vision de la mort aseptisée, avec en retour l’inspiration des commandes de console PlayStation pour les tableaux de commande de drones étatsuniens. De même, les fausses villes du Sud conçues par l’armée étatsunienne, réelles (Paris est un leurre est dépassé !) ou virtuelles, et qui transposent les « clichés orientalistes », ont un caractère proprement sidérant. Ce « réenchantement » de la guerre contraste avec la réalité sur le terrain.

Toutefois, cette version française du livre laisse un profond goût d’inachevé : n’ont en effet été traduits que la moitié des chapitres de l’édition originale, sans qu’aucune justification n’apparaisse, faisant du même coup disparaître la conclusion ! On est ainsi privé de probables développements sur les systèmes de sécurité utilisés dans les villes occidentales, capables de repérer des déviances par rapport à une normalité préétablie[3]… Les autres limites de l’étude, un prisme colonial un peu trop systématique (l’idée de colonisation interne des pays développés, ou l’exploitation des villes du Sud par celles du Nord, trop indifférenciée), une tendance ponctuelle à la simplification (la stigmatisation des Arabes après le 11 septembre  visible dans la production hollywoodienne, sans exemples…) ou le concept d’urbicide, qui peine à convaincre totalement, sont peu de choses face à cette amputation incompréhensible.



[1]              David Harvey, Le nouvel impérialisme, chroniqué dans notre revue électronique.

[2]              Stephen Graham prend l’exemple de la première guerre d’Irak, pour laquelle ce genre de cibles serait responsable de plus de 100 000 morts.

[3]              Voir à cet égard Frédéric Gaillard / Pièces et main d’œuvre, L’industrie de la contrainte, chroniqué dans notre revue électronique.

 

Mike Davis, Petite histoire de la voiture piégée (Buda’s Wagon. A Brief History of the Car Bomb), Paris, La Découverte, collection « Poche », 2012 (édition originale 2007), 248 pages, 11 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Mike Davis, historien étatsunien auteur de livres surtout consacrés aux villes contemporaines (citons entre autre l’ouvrage collectif qu’il a coordonné, Paradis infernaux : les villes hallucinées du néo-capitalisme, chroniqué dans notre revue numérique), s’est également intéressé à des sujets plus originaux. Avec Génocides tropicaux, la Petite histoire de la voiture piégée figure parmi ceux-là.

En une vingtaine de chapitres qui sont autant d’éclairages sur des lieux et des époques différentes, nous sommes plongés dans le parcours de ce que Mike Davis qualifie assez justement de « bombardier du pauvre ». Tout commence aux États-Unis, en septembre 1920, dans un contexte de répression anticommuniste (la célèbre Red Scare] lorsque l’anarchiste Mario Buda fait sauter un chariot chargé d’explosifs à New York, près de Wall Street, causant la mort de quarante personnes. Mais c’est surtout en 1947 que le véhicule piégé devient une arme d’utilisation massive, en Palestine, d’abord avec les actions du groupe sioniste Stern, suivies, en réaction, par celles de leurs adversaires.

Par la suite, il est utilisé dans des conflits coloniaux (l’OAS en Algérie ou le Vietcong au mitan des années 1960 à Saïgon, véritables modèles du genre), par la Mafia en Sicile, les nationalistes en Corse, au Liban au début de la décennie 1980 (le Hezbollah y ajoutant le chauffeur suicide), en passant par la Colombie ou l’Afghanistan, en un véritable aperçu de géopolitique mondiale. Mike Davis souligne en effet les nombreux avantages de cette technique de combat : sa vaste contenance d’explosifs, le peu de traces identifiables qu’elle est susceptible de laisser, son caractère bon marché qui la rend utilisable par les forts comme les faibles. La voiture piégée devient d’ailleurs encore plus destructrice à partir des années 1970, grâce à un mélange de nitrate et de fioul. Dans les années 1990, la voiture piégée suit l’extension de la mondialisation, le pic de son utilisation récente étant l’Irak sous occupation étatsunienne.

Petite histoire de la voiture piégée n’est pas sans se rapprocher du livre de Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement, par son sujet mais également par l’engagement de son auteur, dont on sent bien la charge critique à l’égard du terrorisme d’État d’Israël ou des États-Unis, coupables entre autres d’avoir transmis les techniques de la voiture piégée aux combattants islamiques en Afghanistan et au Pakistan dans les années 1980. De même, qualifiant la voiture piégée d’« (…) arme fondamentalement fasciste (…) » (p. 20), il différencie bien de simples criminels comme Pablo Escobar et des organisations comme le Hezbollah ou ETA, plus légitimes, sans pour autant verser dans le simplisme (les FARC ou le Sentier lumineux n’ont ainsi droit à aucune circonstance atténuante).

Toutefois, en dépit de son caractère solidement documenté, et malgré une vision légèrement trop extensive (les avions du 11 septembre 2001 donnant l’impression d’être vus comme une variante de la voiture piégée), le livre de Mike Davis donne parfois l’impression de manquer d’une réflexion plus approfondie sur la signification symbolique de ce détournement d’un des artefacts les plus emblématiques et les plus idéologiques de la modernité industrielle, analysé il y a maintenant 50 ans par Roland Barthes dans Mythologies.

Frédéric Gaillard, Le soleil en face. Rapport sur les calamités de l’industrie solaire et des prétendues énergies alternatives, Montreuil, éditions L’échappée, 2012, 160 pages, 11 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après avoir cosigné avec le collectif Pièces et main d’œuvre l’ouvrage L’industrie de la contrainte[1], Frédéric Gaillard se penche sur tout un pan de l’économie du développement durable, en s’efforçant de mettre en lumière ses aspects négatifs négligés ou méconnus.

Passés d’utiles éléments vulgarisateurs sur l’énergie solaire, sa centralité dans le fonctionnement de la Terre et l’historique du photovoltaïque (où l’on apprend que son rendement ne dépasse pas à l’heure actuelle les 15%), Frédéric Gaillard insiste sur le revers de cette industrie censément verte : l’amélioration du rendement des cellules photovoltaïques s’accompagne ainsi du développement de l’industrie chimique, et accroît les besoins en terres et métaux rares (voir, de Pièces et main d’œuvre, Le téléphone portable gadget de destruction massive[2]), tout comme les autres nouvelles technologies. Sans parler de la contribution de cette source d’énergie à l’écologie du système capitaliste réellement existant.

L’exemple le plus saisissant est assurément celui de l’entreprise Wysips, qui élabore des projets de téléphones portables auto-rechargeables par le biais de films photovoltaïques transparents, favorisant leur multiplication accrue, et de panneaux publicitaires conçus sur le même modèle ! Au-delà de l’industrie solaire, Frédéric Gaillard critique la religion de la croissance, les biocarburants et même l’électricité d’origine hydraulique (destructrice de la nature, déplaçant des populations et créant un risque nouveau lié aux barrages), avec comme cible ultime la techno-caste qui cherche par tous les moyens à contrôler l’énergie (voir A la recherche du nouvel ennemi, toujours de Pièces et main d’œuvre[3]).

Les limites de ce type de pamphlet, on les trouve dans des piques parfois gratuites (sur Hubert Reeves ou les Suédois) et surtout dans l’absence d’alternative précisément exposée. Au lieu de réfléchir aux formes que pourrait prendre l’utilisation de l’énergie solaire dans une société émancipée, Frédéric Gaillard assume l’absence de tout projet au profit de ses seuls « rejets ». Dommage.

 

 



[1]    Chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1846

[2]    Chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/divers.htm#piece