Archives par étiquette : Trente Glorieuses

Jean Vigreux, Croissance et contestations. 1958-1981, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2014, 475 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Comment écrire une synthèse participant, peu ou prou, de l’histoire du temps présent ? Pour cette nouvelle histoire de la France contemporaine, Jean Vigreux s’attaque à l’entre-trois mai, celui de la Ve République gaullienne, pompidolienne, giscardienne1. Toute synthèse suppose un point de vue sur la période, un parti pris d’écriture, afin que d’en retrouver le sel, convaincre le lecteur.

Un parti pris d’écriture

Ce parti pris est celui de l’histoire politique, première jusqu’à l’abord des questions culturelles, toujours liées, sinon intriquées, pour l’auteur au politique. L’histoire politique est première ici par le corset de la chronologie. La formule de l’entre-trois mai le circonscrit. Dans le jeu implicite de l’emprunt à Pascal Ory et son entre-deux mai aux fortes fragrances d’histoire culturelle, le choix assumé du politique place le gaullisme au cœur de l’écriture. Il est celui d’un mai 58 ouvrant sur « une république modernisatrice », il est ensuite celui d’un « lourd héritage », celui que Georges Pompidou doit gérer aux lendemains de mai 68, il est enfin en amont de mai 81, celui du giscardisme et de la « fin du modèle gaulliste ». Trois moments, trois parties, découpent donc ce questionnement du gaullisme et de son rapport à la société française. La structure de l’ouvrage invite donc à « revisiter » les travaux de Serge Berstein, René Rémond, à parfois soupeser leur pertinence face à d’autres chronologie plus décalées, provenant de l’histoire sociale, à la suite des travaux de Michelle Zancarini-Fournel et ses épigones, dont Xavier Vigna, sur les années 68. Ce qui résiste alors dans l’écriture de Jean Vigreux participe contre ce découpage des années 68 de l’effet gaulliste de l’entre-trois mai. La synthèse n’en est que plus vive alors, pour peu que dans les incises et les rappels des travaux d’histoire sociale et culturelle (cf. l’abondante bibliographie), le lecteur questionne systématiquement ce lien du social, du culturel, au politique.

Le politique comme focale.

Au cœur de la démonstration le politique donc. Le court chapitre introductif, consacré à la crise du 13 mai et la naissance d’un « modèle » républicain place l’événement au cœur de l’écriture, complexifiant les lectures rétrospectives sur « l’opération gaulliste » que fut le 13 mai. Mais on retiendra surtout de cette première partie de l’ouvrage, le rôle omniprésent de l’État prescripteur, modernisateur et pesant paradoxalement de tout son poids conservateur sur la société qu’il étreint. Celle-ci mute sous l’effet de la démographie, de la modernisation des campagnes, de l’urbanisation. Si cette décennie (58/68) constitue le cœur des trente glorieuses, l’auteur corrige ces images sépias. Aux côtés de la politique atomique gaullienne, et du vertige de l’équipement des ménages, l’Algérie comme la modernisation de la société pousse à 68.

Le fonds de l’air est rouge signifierait le drapeau de la couverture, comme un rappel de Chris Marker ailleurs cité. Pourtant, toute proportion gardée, Mai 68 disparaît vite de l’ouvrage. Sa genèse politique s’entend dans le temps long par le rappel des clubs, des nouvelles structures, mais aussi de l’effet des reclassements au sein de la mouvance communiste, son récit – vif – prend 4 pages, titrées « onze ans ça suffit ». Car l’essentiel là est bien l’échec du modèle politique et social préconisé, plus qu’un Mai 68 culturel et gauchiste, sociétal, plus que social, naguère codifié dans une version confinant à l’hagiographie par Hervé Hamon et Patrick Rotman. La thématique des temps pompidoliens participe de ce rejet. A gauche, « changer la vie2 » pour le PS s’alliant dans le cadre du programme commun, à droite la nouvelle société, et sur ses marges, de vieux gaullistes qui résistent, s’arc-boutent et torpillent, à l’image du travail de sape de Raymond Marcellin, la tentative de Chaban-Delmas. Plus à droite encore, Ordre nouveau bientôt subsumé par le SAC et ses dérives. L’écriture se resserre là dans l’échec pompidolien du legs gaulliste, si l’auteur rappelle ce qui se joue dans la société, comme au sein de la mouvance gauchiste, ce rappel s’entend dans l’horizon implicite du travail des forces de gauche. Il s’agit là de questionner l’amont du troisième de ces mai. Certains le regretteront, notons que la perspective même du parti pris d’écriture imposait ce point de vue. Pompidou disparu, la modernité giscardienne est sur la sellette, « la France à l’orée de la crise ». La fin du modèle gaulliste est parfaitement saisie dans des chapitres où la citation de témoignage directs se fait plus insistante, jusqu’à Mai 81. L’auteur, comme historien, cède la place au témoin, décrivant l’effet de l’arrivée d’une gauche au pouvoir au lycée Bonaparte, à Autun. Le temps présent rattrape l’écriture de l’histoire, donnant au « je » tout le sel d’une remémoration jusqu’alors objectivée par la bibliographie de fin de volume, les références dans le cœur du texte.

Violence du politique

Au terme de cette recension, un questionnement. Le parti-pris d’écriture offre l’avantage d’une cohérence quasi-parfaite à ces premières décennies de la Ve République. Dans la logique du modèle républicain chère à Serge Berstein, c’est le modèle gaulliste qu’il s’agit de discuter, et dans cet horizon le rôle central de l’État et de la politique étrangère, comme la décomposition d’une famille politique dès lors que son fondateur se retire à Colombey. Ce choix d’écriture par le modèle tend, malgré la récurrence des rappels, à finalement lisser la violence de la période. Omniprésente dans les rapports sociaux, omniprésente dans le registre politique où contrairement à une vulgate médiatique, les affrontements entre extrême-gauche, forces de l’ordre et extrême droite, n’étaient pas feints. Une violence que l’on retrouve jusqu’au sommet de l’État puisque « sous Giscard on assassine même les ministres » écrit Francis Zamponi, faisant référence aux affaires Fontanet, De Broglie, Boulin. Cette violence est-elle intrinsèque au modèle gaulliste d’alors de gestion de la société ? Il y a là une autre manière sinon d’entendre l’histoire politique, tout du moins de l’écrire. Cette écriture commence à colorer, par la question des conflits du premier vingtième siècle, l’examen de l’entre-deux-guerres, elle peut aussi questionner cet entre-trois mai ouvert par la fin de la décolonisation et les assassinats de l’OAS, clôt par l’agonie du giscardisme et surtout, le retour d’un homme de la IVe République à la tête de l’État français.

1 Ludivine Bantigny consacre un volume sur la période 1981-2014, chroniqué sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4179

2 L’auteur citant au passage le travail de Frédéric Thomas sur ce slogan. Frédéric Thomas, « « Changer la vie ». Éléments pour cerner les contours d’un mot d’ordre », Dissidences, L’historiographie de la décennie 1970 en France, volume 13, janvier 2014, p. 15-26.

Céline Pessis, Sezin Topçu, Christophe Bonneuil (dir.), Une Autre histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2013, 312 pages, 24 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage collectif s’inscrit dans cette veine d’études n’ayant cessé de prospérer depuis la parution du Livre noir du communisme en 1997, celle des contre-histoires, histoires alternatives et autres « livres noirs » visant à dévoiler ce qui était jusqu’alors peu, mal ou pas connu. Il y a bien sûr un indéniable effet de mode éditoriale dans cette tendance, qui, au-delà de sa volonté affirmée de déboulonner des mythes historiques réels ou prétendus, a généré aussi bien des œuvres stimulantes (la Contre-histoire du libéralisme de Domenico Losurdo) que franchement réactionnaires (Le Livre noir de la Révolution française). L’entreprise dont il est ici question s’inscrit plus précisément dans la remise en cause du progrès capitaliste et surtout de la modernité, pratiquée aussi bien par les postcolonial studies que par les éditions L’Echappée, entre autres. Elle souhaite également en finir avec une vision presque idyllique des Trente Glorieuses, période (prétendument) de croissance continue et de partage de ses fruits à laquelle un certain nombre de responsables politiques souhaiteraient revenir… Enfin, c’est la vision de Jean Fourastié lui-même, inventeur de l’expression à la fin des années 70, qui est prise pour cible : thuriféraire d’un horizon modernisateur et d’un discours auto-justificateur, il est accusé d’avoir élaboré un véritable « roman national de la « modernisation » » (p. 14). S’appuyant en particulier sur une historiographie anglo-saxonne plus fournie, les coordinateurs n’ont pas de mal à montrer que la rupture intervient en amont de 1946, déjà sous Vichy, et que la date de 1968 n’est pas non plus le point de départ d’une véritable critique écologique, un profond souci critique qui les honore1. Deux parties se succèdent, la première consacré à la déconstruction de la « geste modernisatrice », la seconde aux résistances diverses et divisées. L’hétérogénéité des communications y est grande, les synthèses de qualité cohabitant avec des sujets parfois trop ciblés et trop techniciens dans leur propos, sans oublier certains manques2.

Au rang des textes les plus intéressants, Christophe Bonneuil et Stéphane Frioux se penchent sur les pollutions (eau, air), les souffrances au travail, la multiplication des déchets et plus largement sur une croissance profondément énergivore, dont les choix unilatéraux (dont celui de la voiture individuelle) ont conduit à une réduction des aires d’action du train en particulier ; ils s’interrogent pour cela sur la décisive question des indicateurs, insistant sur l’espérance de vie en bonne santé plutôt que sur l’espérance de vie brute… On peut y annexer le travail du même Stéphane Frioux spécifiquement dédié à la pollution atmosphérique. Si la prise de conscience en émergea surtout dans les années 1950, conduisant à des conséquences législatives dans la décennie suivante, la pollution industrielle en ressortit minorée, les milieux dirigeants et/ou technocratiques manifestant une nette défiance vis-à-vis d’une population aux réactions jugées irrationnelles. De même, en ce qui concerne la politique d’aménagement urbain pratiquée en région parisienne, étudiée par Loïc Vadelorge, un éloignement théorique et conceptuel est clairement perceptible de la part des décideurs et des « experts », en rupture avec une ambition initiale plus respectueuse de l’écologie, et négligeant les oppositions des riverains et des élus locaux. Sur le nucléaire, Sezin Topçu retrace utilement l’évolution des positions critiques, d’abord quasi-monopole communiste, puis s’élargissant dans les années 50 et davantage encore dans les années 60 ; étaient alors concernés de nombreuses personnalités, mues souvent par un souci environnemental (le nucléaire civil et non plus seulement militaire étant visé), avec une forte présence de la non-violence : une richesse des acteurs et de leurs formes d’action qui eut tendance après 68 à être effacée. « Sur les rapports entre syndicalisme et productivisme », Renaud Bécot montre, en se penchant sur les cas de la CGT et de la CFTC/CFDT, que leur critique de la productivité à tous crins les conduisit à lutter contre la dégradation des conditions de travail, englobant une dimension écologique, mais limitée car axée surtout sur le principe de compensations à obtenir ; la CFDT apparaît d’ailleurs, à cette époque, plus ouverte à la critique du mode de vie et des sciences et techniques3. Plus classique en apparence, étant donné leur plus grande visibilité actuelle, l’approche des situationnistes telle que la pratique Patrick Marcolini met l’accent sur la dérive et la ville-évolutive opposées à l’urbanisme de masse à la Le Corbusier, ou la critique de la société de consommation et d’une richesse qui n’est pas fondamentalement matérielle. L’originalité de son approche tient en ce qu’il insiste sur la coexistence de limites (l’Internationale situationniste restant sur les rails de la modernité, en ne critiquant pas « (…) la science et la technique modernes en elles-mêmes. » p. 263) et d’un romantisme sous-jacent allant à l’encontre de celles-ci, potentialité s’exprimant plus largement à la fin de l’existence de l’IS et dans les trajectoires de plusieurs de ses ex-membres. La contribution de Christian Roy est en quelque sorte l’opposé tête-bêche de celle de Patrick Marcolini, puisqu’il s’intéresse aux deux représentants majeurs de ce qu’il nomme le « personnalisme gascon », Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, chantres d’une pensée imprégnée de religiosité4 et de romantisme.

François Jarrige5 et Jean-Baptiste Fressoz,dans leur étude historiographique, cherchent à montrer que les récits de la révolution industrielle élaborés pendant les Trente Glorieuses s’inscrivent pleinement dans la téléologie modernisatrice (« A leur manière, les historiens ont ainsi participé à l’impératif de « modernisation » massive, porté par l’État industrialiste et les élites techniciennes. », p. 62), mais leur démonstration, un peu trop abstraite, manque d’exemples précis tirés des écrits d’historiens français6. On en retiendra néanmoins l’emprise, suite à l’invention du PIB, de l’histoire quantitative et d’une « naturalisation de la croissance » (p. 68), la place du financement de certaines recherches par les entreprises tournant à l’éloge des innovations7, et surtout le passage apparent d’une vision négative de la révolution industrielle à une perception optimiste, ayant valeur d’exemple pour les changements de l’après-guerre à compter du milieu des années 1950. La dimension trop technique ou unilatérale que nous relevions ci-dessus, nous la décelons surtout dans quelques contributions : celle de Régis Boulat sur Jean Fourastié, trop axée sur le prisme de la productivité ; celle de Céline Pessis sur les tentatives de modernisation agricole en Afrique française à la charnière des années 40 et 50, volontarisme pratiqué sans analyse préalable et sans prise en compte du terrain, et dont l’échec est également imputable, selon l’auteure, à la centralisation parisienne (elle parle de « technocratisme colonial », p. 153) ; celle de Gabrielle Hecht sur « L’empire nucléaire », certes précieuse quant à son éclairage sur les victimes méconnues de la nucléarisation française, ici les mineurs africains, touchés par le silence exercé sur leurs données médicales, mais que l’on aurait souhaité plus large8 ; celle de Gabrielle Bouleau sur les pêcheurs de loisirs, dont l’action revendicative permit la mise en lumière de la pollution fluviale ; celle de Kristin Ross, enfin, un peu dispersée, dans son approche d’Henri Lefebvre et de sa critique du quotidien (« (…) la reproduction des relations sociales de production serait le processus central et caché de la société capitaliste (…) », p. 279-280).

Le bilan de l’ouvrage nous semble donc mitigé. En effet, la question reste posée des alternatives possibles à cette évolution historique, aucune hypothèse d’histoire contrefactuelle n’étant sérieusement abordée.

1« Si une histoire émancipée des décennies d’après-guerre implique d’abandonner les lorgnettes d’une histoire des vainqueurs d’hier naturalisant une voie unique de « progrès », elle requiert également une distance par rapport aux discours dominants contemporains, qui proclament volontiers l’avènement d’une « société civile » – supposée plus vigilante et critique qu’il y a soixante ans – et de sciences de l’environnement éclairant enfin aujourd’hui ce dont on n’aurait pas eu conscience auparavant. » (p. 20).

2 Ainsi, alors que l’introduction à la seconde partie de l’ouvrage prend René Barjavel comme fil directeur, relativisant au passage le caractère supposément réactionnaire de son roman Ravage, aucune contribution n’aborde plus largement cette dimension critique portée par la science-fiction, au-delà du seul cas de Barjavel.

3Le rappel des idées de Maurice Belorgey (p. 242), qui avec sa « dédensité » défendait la fin de la séparation villes-campagnes par le dégonflement des grandes métropoles au profit de « petites cités-villages », est à cet égard roboratif.

4« C’était là l’arête tranchante de la distinction entre la Création première de l’acte divin et la création seconde de l’artéfact humain, qui faisait de l’iconoclasme biblique la matrice théologique d’une critique (post-) chrétienne de la Technique. » (p. 292).

5Voir les chroniques de ses ouvrages sur notre ancien site, Les Luddites. Bris de machines, économie politique et histoire (collectif, Paris, Ere, 2006) et Face au monstre mécanique. Une histoire des résistances à la technique (Paris, Imho, 2009).

6Une des exceptions les plus notables est le numéro des Annales. ESC qui prend le contre-pied du célèbre rapport du Club de Rome, Halte à la croissance, p. 75.

7Sur cette thématique, voir Annie Lacroix-Riz, L’Histoire contemporaine sous influence, Paris, Le Temps des cerises, 2004, chroniqué sur notre ancien site.

8Dans la démarche qu’elle invoque, celle d’une collecte de témoignages des sans grades, Gabrielle Hecht n’est pas sans rappeler les préconisations d’un Jean Chesneaux dans son pamphlet Du Passé faisons table rase ?, chroniqué sur notre ancien site.