Archives par étiquette : Trotsky

Patrick Rotman (scénario), Benoît Blary (dessin), Octobre 17, Paris, Seuil / Delcourt, 2017, 114 pages, 17, 95 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Outre la bande dessinée portant plus spécifiquement sur Lénine [1], cette année de centenaire des révolutions russes a également vu la parution d’un autre album tout aussi didactique, œuvre de Patrick Rotman, journaliste et réalisateur de documentaires que l’on ne présente plus, et de Benoît Blary, auteur de nombreuses séries historiques en BD (sur les Vikings ou la guerre de sécession). La trame narrative adoptée est classique, débutant par un bref exposé sur la situation de la Russie au début du XXe siècle, avant de développer davantage la révolution de 1905. Cela nous vaut une double page à la construction de haut en bas, puis une mise en scène d’un double pouvoir (un peu précoce tout de même) entre la Douma (qui n’est pas encore réunie) et le soviet de Petrograd, chacun s’opposant sur deux pages contiguës (8 et 9).

L’essentiel de l’album est toutefois consacré à l’année 1917, en suivant deux personnages principaux, Lénine et Trotsky. A leurs côtés, outre Kamenev et Zinoviev, on remarque surtout la présence et le rôle de Staline (dont l’opposition à la ligne de Lénine, celle des « Thèses d’avril », est largement soulignée, mais avec une apparence physique plus tardive que celle de 1917) et d’Alexandra Kollontaï. Celle-ci sert de prétexte pour souligner le machisme relatif des bolcheviques, et son rôle est à ce point mis en valeur qu’elle apparaît sur la pleine page finale, vêtue d’écarlate et portant le drapeau rouge, annonçant le programme du nouveau pouvoir au IIe Congrès des soviets ! Sans doute peut-on voir là une volonté très contemporaine de féminiser davantage l’année 1917 en surévaluant la place d’une femme dirigeante bolchevique… Vladimir Maïakovski et John Reed font également quelques apparitions au plus près des événements. Quelques anonymes, personnages de fiction, permettent de représenter la base populaire : deux matelots de Cronstadt, ainsi que deux militants bolcheviques, dont l’un devient le garde du corps personnel de Trotsky. Ces deux derniers, reçus par Lénine afin de se voir expliquée la révolution de février, lui inspirent même les mots d’ordre de pain et de terre.

Outre de nombreuses discussions entre dirigeants bolcheviques, la BD met largement l’accent sur les journées de juillet (mais sans évoquer l’offensive militaire de juin). Non seulement le scénario insiste sur l’opposition entre la prudence des bolcheviques et l’exaspération des masses (évoquant la menace de mort pesant sur Tchernov, ce dernier sauvé grâce à l’intervention de Trotsky), mais les dessins sont parmi les plus beaux de tous, centrés sur les masses en mouvement. Sur la représentation de Kerenski, notons d’ailleurs une certaine influence de l’Octobre d’Eisenstein, lorsque Benoît Blary privilégie un gros plan sur son visage en légère plongée (p. 52) ; il incorpore également des influences constructivistes, comme sur la page 78. La révolution est ensuite présentée à l’échelle du pays tout entier (seules les revendications nationales sont négligées). La préparation concrète de l’insurrection du 25 octobre permet d’insister sur le rôle central de Trotsky (et également sur son orgueil), avec cette planche où il est au cœur de l’action, donnant ses instructions dans toutes les cases adjacentes. De même, les pages 92-93 sont très impressionnantes, dévoilant un véritable encerclement en masse du Palais d’Hiver, et cédant de fait à une certaine mythologie de l’assaut. On sombre d’ailleurs dans l’erreur pure et simple lorsque les assaillants victorieux se livrent au pillage et à des beuveries : le premier a été étouffé dans l’œuf, tandis que les secondes sont plus tardives…

Les dernières cases voient Trotsky et Lénine dormant dans la même pièce juste après la victoire, mais le vertige évoqué par Lénine à cette occasion n’est pas restitué en version originale (c’est-à-dire en allemand). Un cahier permet ensuite de revenir sur quelques points historiques, mais malheureusement, aucune bibliographie n’est proposée, afin de voir les sources mises à profit par Patrick Rotman. La conclusion de ce dernier semble en tout cas assez claire : il y a une réelle dichotomie entre la révolution, pleine d’espoir, et le nouveau régime, tragédie sur toute la ligne. Le destin des quatre personnages de fiction est à cet égard emblématique : deux sont fusillés lors de la révolte de Cronstadt, et le garde du corps de Trotsky disparaît lors des grandes purges, après avoir été arrêté par son ancien camarade, devenu tchékiste…

[1]  Ozanam (scénario), Denis Rodier (dessin), Walter (couleur), Marie-Pierre Rey (historienne), Lénine, Paris, Glénat / Fayard, collection « Ils ont fait l’histoire », 2017.

Émission Duels : « Staline / Trotski, le tsar et le prophète », documentaire de 52 minutes d’Alain Frerejean et Marie-Laurence Rincé, produit par Label Image, 2014 (diffusé sur France 5 le jeudi 26 mars 2015 à 21h40).

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Par le passé, Dissidences a eu l’occasion de chroniquer certains documentaires télévisuels, souvent liés à l’histoire des trotskysmes : citons entre autres « C’est parti ! » sur la naissance du NPA (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1917), ou Les Trotskystes, sorti ensuite en DVD (http://www.dissidences.net/documents/docu_trotskystes.pdf). Ce type de programme a tendance, ces dernières années, à se faire nettement plus rare, parallèlement au déclin de l’intérêt médiatique pour l’extrême gauche trotskyste française, que l’on peut en gros dater de la seconde moitié des années 2000. Ce volet de l’émission Duels met pour sa part en vedette les figures gémellaires de Trotsky et Staline, faisant de la sorte office de signe avant-coureur d’une probable inflation d’émissions sur le communisme et l’URSS autour du centenaire de la révolution d’Octobre 17… Articulé en six parties (alors que le commentaire évoque un drame en cinq actes), et réalisé par le biographe de Georges Pompidou, Alain Frerejean, et la journaliste Marie-Laurence Rincé, ce documentaire privilégie une vision théâtralisé des événements, le parti pris initial ayant d’emblée tendance à déformer la réalité au profit d’une opposition binaire et personnelle. Outre le commentaire, dont nous aurons à reparler, plusieurs intervenants universitaires sont sollicités : Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Alexandre Sumpf, Jean-Jacques Marie, Serge Wolikow et Hélène Carrère d’Encausse, auxquels il faut ajouter le journaliste Alexandre Adler et Esteban Volkov, petit-fils de Trotsky. A priori, on a là une indéniable diversité de figures historiographiquement divergentes, bien que sur un plan strictement quantitatif, c’est de loin Stéphane Courtois qui est privilégié, indiquant de cette manière la préférence des réalisateurs.

Après une présentation préalable de l’émission qui assimile Trotsky et Staline dans le rejet criminel1, la narration proprement dite s’appuie d’emblée sur une certaine téléologie. Les caractères des deux personnages, « le cynique contre l’idéaliste », sont présentés comme figés et antagonistes dès 1907, Trotsky comparativement à Staline ayant « toujours été son rival », d’où l’existence quasi permanente d’un « duel pour le pouvoir » ; dès cette année, « un poison lent commence à se distiller » (sic). On est ici en plein roman, d’autant que les divergences politiques proprement dites ne sont pas abordées (le fait que Trotsky ne soit pas membre du parti bolchevique durant l’essentiel de l’avant-guerre n’est absolument pas cité). Le choix de centrer le propos sur Staline et Trotsky conduit en outre à la marginalisation des autres leaders bolcheviques comparativement aux deux « lieutenants de Lénine », et à des déformations éhontées, révélant un travail de préparation déficient : comment en effet comprendre autrement l’affirmation selon laquelle Trotsky serait seul, avant 1914, à nourrir l’objectif d’une révolution mondiale, face à un Staline déjà intéressé par la priorité à la révolution en Russie, quand cet objectif était en fait partagé par la majorité des révolutionnaires socialistes ? La période de la guerre civile permet de présenter assez justement le rôle capital de Trotsky (en se limitant toutefois à l’opposition rouges / blancs, sans mentionner une seule fois l’aide des pays occidentaux aux seconds), mais débouche sur un contresens doublé d’un inexplicable silence. L’offensive menée en 1920 par l’armée rouge en Pologne est en effet présentée « comme une déclaration de guerre » entre Staline, n’ayant pas respecté les ordres donnés, et Trotsky, soi-disant favorable à une extension révolutionnaire en Pologne par la voie des armes (alors que sa position en était à l’exact opposé !) ; par contre, l’opposition antérieure plus sérieuse survenue entre Trotsky et Staline, alors en poste à Tsaritsyne, concernant la nature de la guerre à mener face à la contre-révolution, est totalement passée sous silence, alors qu’elle marque le véritable début des relations tendues entre les deux hommes. La lutte pour la succession de Lénine occupe évidemment une grande place dans l’exposé, et si un Alexandre Sumpf insiste sur l’opposition psychologique des deux dirigeants, Jean-Jacques Marie privilégie la problématique de la bureaucratie dont Staline est le représentant. Ce sont sans doute là les passages les plus réussis du documentaire, mais aussi les plus classiques, de l’édification d’une mythologie autour de Lénine à la progressive consolidation du pouvoir de Staline dans le pays. La suite est plus rapide, laconique et allusive, avec un Trotsky dont l’impression dominante est qu’il est pratiquement seul – même si la fondation de la IVe Internationale est citée –, et des divergences d’analyse sur le fascisme et ses progrès qui se limitent ici au pacte germano-soviétique, présenté comme la cause immédiate de l’assassinat de Trotsky, alors que la guerre et la déstabilisation possible de l’URSS sont autrement plus importantes…

S’agissant des images proposées, elles sont loin de toujours correspondre aux événements évoqués : des extraits du film Octobre d’Eisenstein servent à illustrer la révolution de février (sic), le couple Trotsky en route pour le Mexique est censé représenter les mêmes mais dix ans plus tôt, à leur arrivée en Turquie… sans parler de cette vidéo fort connue de Staline à la tribune, diffusée au ralenti, et dans laquelle il se tourne à la manière d’un rapace, à laquelle on a droit plusieurs fois durant tout le documentaire ! Tout aussi discutables, les premières images du documentaire – que l’on retrouve également vers la fin – consistent en une reconstitution de l’assassinat de Trotsky à la façon d’un film d’horreur, avec projection de sang sur le mur et jeu sur les ombres… Autant de choix de mise en scène qui renforcent jusqu’au ridicule la dramatisation du récit. Simplification, sélection discutable, silences inexplicables, autant de défauts qui plombent le propos et gâchent les considérations plus pertinentes, pourtant plurielles. Le contraste est frappant avec le documentaire diffusé en 1991 par France 3, dans l’émission Océaniques, et en ce sens, « Staline / Trotsky, le tsar et le prophète » se rapproche davantage, hélas, du documentaire de Jürgen et Daniel Ast, diffusé sur Arte en octobre 20072.

1Tous deux ont la « même ambition », usent du « même recours à la terreur » avec pour résultat des « millions de morts »…

2Voir la recension que Christian Beuvain et moi-même en fîmes dans un article plus large intitulé « Le spectre de Smolny ? Retour sur le 90e anniversaire d’octobre 1917 à travers textes et images animées », publié dans la revue électronique n° 3 de Dissidences au printemps 2012 : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1330

Patrick Deville, Viva, Paris, Seuil, collection « Fiction & Cie », 2014, 224 pages, 17,50 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Depuis plusieurs livres, l’écrivain Patrick Deville s’est fait une spécialité de croiser itinéraires et époques, embrassant une matière à la fois totale et sélective pour brosser l’histoire d’un lieu, d’un pays, construisant de la sorte une sorte de méta-cycle de « romans vrais » arborant des figures récurrentes1. Car d’intrigue au sens traditionnel du terme, il n’est guère question dans Viva, non plus de fiction, en dehors des liens ajoutés par l’auteur. A travers le prisme du Mexique et d’une bonne quinzaine de personnages centraux, figures de l’exil ou révolutionnaires clandestins pour la plupart, l’auteur nous entraîne dans l’esprit exalté d’une époque, celle de l’entre-deux-guerres.

Sélectionnant quelques couples gémellaires (Trotsky/Lowry, Rivera/Kahlo, Modotti/Vidali), à l’instar du Leonardo Padura de L’Homme qui aimait les chiens2, Patrick Deville s’en sert pour dévoiler les diverses faces du drame. Celui qui domine les autres, c’est bien sûr Trotsky/Lowry (bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés), véritables « étoiles jumelles », écrivains tous les deux, utopistes également3, le premier ayant fait le choix d’agir dans le réel (« Il a brisé en deux l’Histoire. », p. 12) tandis que le second en restait à l’écart, accouchant de Au-dessous du volcan (« Lowry ne cherche pas à libérer les hommes, il cherche à écrire le Volcan » p. 28), véritable trou noir qui absorbe en lui tout le récit conté par Patrick Deville ; matière et antimatière, en somme. Dès le début il annonce sa méthode : « Nous pourrions le [Sandino] suivre » (p. 10). En fait, il ne les suit, ses personnages, qu’une courte unité de temps. Juste de quoi leur laisser … le temps de croiser, au détour d’un lieu ou d’une phrase, une autre vie. Dans une sorte de « fil rouge » ainsi dévidé, s’avancent, alternativement ou ensemble, Frida Kahlo et Tina Modotti4, Blaise Cendrars et Graham Greene, Arthur Cravan alias Fabian Lloyd et Mina Loy, André Breton et Leonid Eitingon5, Benjamin Péret et Victor Serge, Jean van Heijenoort6 et Larissa Reisner7 sans oublier quelques électrons libres (Antonin Artaud). Une galerie plus vaste, tel le kaléidoscope de « la petite bande des treize » (parmi lesquels, outre Frida Kahlo et Tina Modotti, déjà évoquées, Diego Rivera, Alfredo Siqueiros, Orozco, Xavier Guerrero8, Edward Weston9, Traven [Ret Marut]10, Augusto Sandino11, Antonio Mella12, Vittorio Vidali13, Maïakovski ou Dos Passos), permet d’illustrer la rupture meurtrière entre staliniens et trotskystes… Patrick Deville démultiplie également les carrefours, usant des hasards objectifs14 pour relier entre eux des points chronologiques ou géographiques en apparence disparates, comme pour faire apparaître des figures dans une trame de l’histoire dont on peine désormais à discerner un sens. La concordance des temps est à prendre ici au sens figuré, chaque événement faisant écho à d’autres, une construction savante et ambitieuse, insatiable, véritable démultiplication des images, des noms, des identités, qui suggère une sorte de communication occulte entre les ans15, doublée d’une superposition troublante entre réalité et fiction.

L’érudition est ici constante, la prose riche, certaines images marquantes (le train blindé de Trotsky16), des développements littéralement incontournables (la genèse du « Manifeste pour un art révolutionnaire indépendant »), et le travail de documentation, mis en abyme dans le cours même du livre – plusieurs chapitres racontent la quête, les enquêtes et les voyages (au Mexique, en Russie17) menés par l’auteur en personne, dont une visite émouvante à Maurice Nadeau (p. 57) –, est incontestable, solide, quand bien même on relève parfois quelques omissions vénielles, erreurs isolées ou opinions contestables18. L’empathie avec les divers personnages est sensible, le portrait tracé de Trotsky évite habilement toute caricature, n’ayant pas peur d’écorner le conformisme sous lequel nous vivons (Patrick Deville estime parfaitement justifiée l’exécution du tsar), et évitant d’accorder une place excessive à des aventures sentimentales (Frida Kahlo, Tina Modotti) qui ne sont en réalité que la manifestation de vies libérées de la morale sexuelle dominante. Il n’empêche, le sens du tragique est bien ce qui domine cette fresque19, à laquelle on pourrait appliquer cette formule, sous laquelle trois romans de la même veine ont été regroupés20 : sic transit. A ceci près que de cet ancrage à un esprit du temps, fait de postmodernité et de distance vis-à-vis des volontés de changer le monde, Patrick Deville laisse du jeu : il valorise en effet les figures prométhéennes de Trotsky et Lowry, incarnations de cette volonté d’absolu qui donne un sens à la vie humaine. « Chez ces deux-là, c’est approcher le mystère de la vie des saints, chercher ce qui les pousse vers les éternels combats perdus d’avance, l’absolu de la Révolution ou l’absolu de la Littérature, où jamais ils ne trouveront la paix, l’apaisement du labeur accompli. (…) Ce qu’ils nous crient et que nous feignons souvent de ne pas entendre : c’est qu’à l’impossible chacun de nous est tenu. » (p. 129).

Depuis une dizaine d’années, Patrick Deville fait le pari d’écrire des romans « d’invention sans fiction », une « littérature utile »21. Faire revivre par l’écriture, par les mots, des ruptures historiques et artistiques qui ont fait croire, au XXe siècle, qu’il était possible de suspendre durablement le temps figé22 de la bourgeoisie, pour imposer, à toute vitesse, en force (d’où la reprise de l’image du train, train blindé de Trotsky ou la locomotive comme symbole du progrès), de nouvelles règles, n’est-ce pas une manière d’exorciser la défaite ou de surmonter une fatigue historique ?23 En exergue, Patrick Deville a placé une sentence très messianique de Walter Benjamin sur le rôle des passeurs de mémoire24 : « Il existe un rendez-vous tacite entre les générations passées et la nôtre. Nous avons été attendus sur la terre ». S’il paraît indéniable qu’une chaîne relie entre eux les révolutionnaires internationalistes à travers les siècles, il ne l’est pas moins que la littérature nous fixe de plus en plus de rendez-vous troublants entre ces derniers et leur insertion dans un univers qui pour être romancé n’en renvoie pas moins à une réalité historique faites de ruptures sanglantes et de tragédies, mais porteuses, pourtant, d’espoirs. Si Patrick Deville, à l’instar d’autres auteurs25, « pince des fils, dévide des bobines, tisse des liens, assemble des vies » (p. 20), celles de personnages emblématiques (morts) qui peuvent servir de miroir (aux vivants)26, peut-être est-ce pour révéler, comme un négatif, ces quelques moments particuliers d’où avait surgi, de l’écorce craquelée des continents27, « la lumière du monde ».

1L’itinéraire d’Antonin Artaud, par exemple, permet une résurgence de Peste et choléra, le précédent livre de l’auteur.

2Voir notre critique détaillée du roman sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/616

3« (…) ce qu’il imagine, Lowry, c’est d’à nouveau révolutionner l’art de la prose poétique, un rêve aussi immense, magnifique et inaccessible, que celui de la Révolution permanente chez Trotsky. » (p. 61).

4Tina Modotti fait l’objet du livre Tinisima de Elena Poniatowska, dont la traduction en français vient de paraître (avril 2015) à L’atinoir édition (Marseille). Lire également Pino Cacucci, Tina ou la beauté incendiée, Paris, Belfond, 1993 et la bande dessinée de Angel de la Calle, Tina Modotti, Paris, Vertige Graphic, 2011.

5Leonid Eitingon est l’agent des services de renseignements soviétiques qui recruta Ramon Mercader, l’assassin de Trotsky. Lire de Mary-Kay Wilmers, Nous les Eitingon, Paris, Liana Levi, 2013, dont un compte rendu est à paraître prochainement sur notre blog.

6Jan van Heijenoort, mathématicien et militant trotskyste fut secrétaire de Trotsky : il a écrit Sept ans auprès de Léon Trotsky, Paris, Maurice Nadeau, 2001.

7Larissa Reisner est une bolchevique qui occupa des postes de commandement dans l’Armée rouge, et qui meurt du typhus à l’âge de 31 ans. Lire sa notice dans Georges Haupt, Jean-Jacques Marie, Les bolchéviks par eux-mêmes, Paris, Maspero, 1969, p. 361-366, et Paco Ignacio Taibo II, Archanges. 12 histoires de révolutionnaires sans révolution possible, Paris, Métailié, 2012, p. 27-51. Un compte rendu d’Archanges est à paraître prochainement sur notre blog.

8Ces quatre peintres sont des muralistes, auteurs de fresques réputées et animateurs du Syndicat des peintres mexicains. Lire Monique Plaa, Aspects du muralisme mexicain, Paris, PUF-CNED, 2008, ainsi que Paco Ignacio Taibo II, Archanges, op. cit., p. 53-78.

9Il s’agit du photographe étasunien qui dévoila le talent photographique de Tina Modotti.

10L’occasion, en le mettant en parallèle avec Trotsky, d’opposer l’efficacité communiste à l’idéalisme anarchiste. Sur cet auteur, lire Golo, B. Traven. Portrait d’un anonyme célèbre, Paris, Futuropolis, 2007, et le compte rendu de Georges Ubbiali dans la revue électronique de Dissidences, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2683, ainsi que Jonah Raskin, A la recherche de B. Traven, Arles, Les Fondeurs de briques, 2007, chroniqué sur notre ancien site http://www.dissidences.net/mouvement_social_artistique_intellectuel.htm#raskin

11Augusto Sandino conduit la guérilla au Nicaragua au début des années trente contre le pouvoir totalement inféodé aux États-Unis. Il est assassiné en 1934. En 1961, les révolutionnaires qui créent le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) pour combattre la dictature de Somoza se réclament de Sandino.

12C’est un des fondateurs du Parti communiste cubain, qui, se rapprochant des trotskystes, est exclu. Amant de Tina Modotti (après Weston, Rivera et Guerrero), il est abattu dans la rue, aux bras de celle-ci, en 1929. Cet assassinat n’a jamais vraiment été élucidé.

13Il s’agit du célèbre communiste italien, dernier amant de Tina Modotti et conspirateur kominternien auquel une certaine historiographie prête généralement (et généreusement) de nombreux crimes. Lire par contre l’article de Claudio Albertani, « Vittorio Vidali, Tina Modotti, le stalinisme et la révolution », Agone, n° 46, 2011, p. 197-218, en ligne sur http://revueagone.revues.org/1041

14Dernier d’entre eux, et non des moindres : « C’est l’ancien président Lazaro Cardenas qui obtient leur libération [Che Guevara, Fidel Castro et leurs camarades en 1956]. Par un de ces retournements dont l’Histoire n’est pas avare, c’est à celui qui avait sauvé Trotsky que Castro devra la possibilité de la révolution à Cuba, et ainsi la possibilité, plus tard, d’offrir à Ramon Mercader de venir achever sa vie paisible à La Havane. » (p. 209).

15« Ce déraillement de l’espace et du temps, qui en quelques enjambées vous ramène dans la première moitié de l’autre siècle, est accentué par les images tournées ici, devant les clapiers à lapins [de Trotsky], dans l’éternel présent de la pellicule cinématographique. » (p. 81), ou « Comme si toute la littérature devait être inventée par un seul écrivain exilé sous pseudonyme. » (p. 130-131).

16« Les yeux fermés, comme s’il marchait le long des rails, il remonte un à un les wagons du train blindé dans lequel il a passé plus de deux ans de sa vie, dans le rêve d’une société utopique en marche, un monde d’autarcie, d’ordre et de raison, parfaitement huilé. » (p. 35).

17En Russie, Patrick Deville constate avec horreur la renaissance d’un antijudéobolchevisme chez certains historiens locaux, tandis qu’à Kazan, l’Arabie Saoudite a fait édifier « la plus grande mosquée de l’ancien empire de l’athéisme » (p. 41)…

18Faisant sienne la thèse de l’assassinat de Léon Sedov par les tueurs au service de Staline, Patrick Deville ne cite pas Jeanne Martin des Palières, la compagne du premier, rendant peu explicite le procès intenté par Trotsky pour obtenir la garde de son petit-fils. Il fait également de Trotsky l’auteur d’un Lénine, alors qu’il ne s’agit en réalité que d’un prélude à une véritable biographie, intitulé La Jeunesse de Lénine (p. 86). Enfin, il considère la IVe Internationale déjà fondée au printemps 1938, alors qu’elle ne l’est officiellement que début septembre. Plus gênant, Patrick Deville cède aux idées reçues, en écrivant que « La Quatrième Internationale est une usine à gaz. Dès qu’un groupe trotskiste atteint six membres il se scinde. » (p. 189). De même, écrire que ce sont les conflits internes au camp républicain qui ont permis aux franquistes de s’emparer du pouvoir (p. 190) ou que les maquis de la Résistance en France ont connu la même traque aux trotskystes et aux anarchistes qu’en Espagne – le maquis Wodli (exécution de 4 militants trotskystes en 1943) reste un cas isolé, emblématique certes, mais un cas isolé tout de même – (p. 103) est erroné. Enfin signalons une coquille : « maccartisme » (p. 175).

19A l’image du sort de Raskolnikov, « (…) défenestré de son hôtel par le Guépéou peut-être, ou bien après avoir plongé de lui-même, la tête emplie des souvenirs de Kazan et du sourire de Larissa [Reisner], des espoirs fracassés des révolutions russe et espagnole. » (p. 47), ou plus largement du choix fait de se centrer sur la dernière période de vie de Trotsky, comme Leonardo Padura l’avait également fait.

20Il s’agit de Pura Vida, Equatoria et Kampuchea, compilés en septembre 2014.

21Cité par Philippe-Jean Catinchi dans son portrait de Patrick Deville, « Itinéraire d’un voyageur artificier », Le Monde des livres, 22 septembre 2011.

22Ce temps figé n’est pas contradictoire avec l’incessant mouvement du capital qui le pousse à produire de plus en plus de marchandises.

23« … il est bien possible que l’humanité soit fatiguée » déclare Léon Trotsky lors des audiences de la commission Dewey (p. 125).

24Ce qui doit être distingué fortement du devoir de mémoire, auquel l’institution nous somme, en quelque sorte, d’adhérer.

25Au choix, Léonardo Padura et Paco Ignacio Taibo II, déjà cités, mais aussi, dans le désordre, Jean-François Vilar, Romain Slocombe, Roger Martin, Leif Davidsen, Milena Agus, Lydie Salvayre, Philippe Videlier, Tariq Ali, Yannick Haenel, Elena Poniatowska, Alicia Dujovne Ortiz, etc. Les fictions historiques de certains de ces auteur(e)s ont été ou seront prochainement chroniquées sur notre blog.

26Suivant le critique Philippe Lançon, il s’agit du procédé littéraire utilisé par Leonardo Padura pour L’Homme qui aimait les chiens : Philippe Lançon, « Piolet et lévriers », Libération, 13 janvier 2011.

27Cette expression est empruntée à John Dos Passos , dans sa trilogie USA (Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002, 1344 p.) : « Quand Octobre fit craquer l’écorce du vieux continent ».

Simone Weil, Conversation avec Trotski, Paris, L’Herne, collection « Carnets », 2014, 112 pages, 7,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Débutons d’emblée par une mise au point : le titre choisi pour ce petit opuscule est trompeur, et en large partie erroné. Car si le couple Trotsky a bien eu l’occasion de rencontrer Simone Weil chez elle, en décembre 1933, la vive discussion qu’ils ont eu n’a été transcrite que partiellement, les notes en question n’occupant que trois pages, d’un format qui plus est réduit et avec une mise en page aérée… Certes, la suite du recueil entretient un lien avec le révolutionnaire russe alors en exil, mais il s’agit dès lors davantage de débats écrits, seulement exposés ici par les textes de Simone Weil (1909-1943)1.

En dehors d’un avant-propos de François L’Yvonnet, spécialiste de Simone Weil2, quatre articles sont reproduits, datant tous des années 1930. Le premier, « Conditions d’une révolution allemande » (juillet 1932), rend hommage à Trotsky, à son analyse de la situation allemande3, mais émet de sérieux doutes quant à son espoir d’un redressement du KPD [Parti communiste d’Allemagne], estimant que les moyens concrets de réalisation d’un front unique des organisations ouvrières font défaut. Il est complété par le très court « Sur la situation en Allemagne » (avril 1933), qui reproche surtout à Trotsky et aux trotskystes leur analyse encore différenciée de la Comintern, seul le KPD étant considéré comme failli ; le tournant vers la nécessaire création d’une nouvelle Internationale, la IVe, allait en réalité intervenir à l’été suivant.

Mais l’article majeur de Conversation avec Trotski est sans nul doute « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? », daté également de 1933. Il s’agit en effet d’une analyse de fond, dans laquelle Simone Weil expose ses conceptions politiques fondamentales. Critiquant la conception trotskyste d’un État ouvrier bureaucratiquement dégénéré en URSS, elle estime que le problème fondamental révélé par les dernières décennies, l’émergence du fascisme et la régression en URSS, est celui de la bureaucratie, plus exactement de la domination croissante d’une couche administrative, technicienne, qu’une révolution comme celle d’Octobre n’a pas suffi à mettre à bas. Il y a pour elle tendance générale au capitalisme d’État, le miroir tendu par l’URSS stalinienne offrant la vision cauchemardesque de cette évolution possible, contribuant à la domination totalitaire de l’État et à la suppression de tout espace de liberté.

Nous reconnaissons là des analyses qui s’inscrivent dans le sillage de celles d’un Bruno Rizzi4 ou d’autres secteurs de la gauche révolutionnaire dite ultra. Simone Weil insiste également sur la subordination de l’ouvrier à la machine, y voyant là aussi une tendance de fond5. « Il y aura socialisme quand la fonction dominante sera le travail productif lui-même ; mais c’est ce qui ne peut avoir lieu tant que durera un système de production où le travail proprement dit se trouve subordonné, par l’intermédiaire de la machine, à la fonction consistant à coordonner les travaux. » (p. 65) Ce pessimisme éclairé débouche sur des perspectives somme toutes limitées, contribuer à faire toute la lumière sur les phénomènes en cours, et, pour les prolétaires les plus conscients – et ils sont rares, selon Simone Weil, à ne pas être sous l’emprise d’une bureaucratie, quelle qu’elle soit, – s’investir dans le militantisme à la base, les syndicats étant encore finalement les organisations de classe les plus authentiques6. « Examen critique des idées de révolution et de progrès » (1937), enfin, se penche sur le « mysticisme » de la révolution, perçue individuellement comme solution miracle à tous les problèmes, et insiste sur l’incapacité des masses à spontanément la mener à bien, trop soumises qu’elles sont à l’emprise de la société. Surtout, et c’est là le lien avec l’article précédent, Simone Weil porte un regard désabusé, voire résigné, sur les révolutions passées et à venir, seulement bonnes à consacrer des évolutions antérieures et à consolider de nouvelles dominations sur les plus exploités. On peut voir dans ce dernier texte la marque d’un pessimisme croissant, proche du fatalisme, qui est aussi et surtout manifestation du poids de cette époque où il était, pour reprendre les mots célèbres de Victor Serge, « Minuit dans le siècle ».

1Il est d’ailleurs curieux qu’aucune table des matières n’ait été incluse, du fait sans doute de la faible épaisseur de l’ouvrage.

2Il a en particulier dirigé plusieurs ouvrages collectifs qui lui sont consacrés.

3Voir Léon Trotsky, Comment vaincre le fascisme ? (Écrits sur l’Allemagne 1930-1933), Paris, Les Éditions de la Passion, 1993.

4Bruno Rizzi, L’URSS : collectivisme bureaucratique, Paris, Champ libre, 1976.

5Sur cette thématique, voir François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2014, chroniqué sur ce blog.

6Rappelons d’ailleurs qu’elle-même, agrégée de philosophie et enseignante, se fit ouvrière en 1934 et 1935.