Archives par étiquette : trotskysme

Rose Alpert Jersawitz, Une communiste de part et d’autre de l’Atlantique, Paris, Les Bons Caractères, collection « Témoignages », 137 pages, 11 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Traduit de l’anglais, ce court ouvrage constitue le témoignage d’une militante trotskyste d’origine étatsunienne, vivant en France depuis 1986 et militante de Lutte ouvrière (LO).

Née dans une famille immigrée juive en 1935, Rose Alpert Jersawitz fait ses premiers pas à New-York. Durant la Seconde Guerre mondiale, sa famille se déplace à Toledo, avant de retourner à New York en 1950. Mariée à un certain Jack Jersawitz, largement pour échapper au contrôle pesant de sa famille, c’est pourtant grâce à lui qu’elle commence à se familiariser avec les idées socialistes. Elle a alors dix-sept ans. C’est en pleine période maccarthyste qu’elle rejoint le Socialist Workers Party (SWP), principale organisation trotskyste des États-Unis alors qu’elle vit maintenant à Los Angeles. Activiste sur tous les fronts, elle y réside durant trois ans, avant de repartir pour New York où elle est chargée par la direction du parti de fonder un groupe de jeunes du SWP. Auparavant, elle a avorté et s’est séparée de son mari. Elle demeure à New York de 1956 à 1961 où se met en place un groupe de l’organisation de jeunesse, la YSA (Young Socialist Alliance). La YSA est alors dirigée par les partisans de Max Schachtman, une fraction trotskyste qui caractérisait l’Union soviétique comme un régime de capitalisme d’État. Elle rejoint brièvement Chicago en 1961, pour y former un nouveau groupe de jeunes, avant de revenir un an plus tard à Los Angeles, où elle travaille dans une imprimerie durant quelques années.

En 1964, en désaccord avec le SWP, elle rejoint la Ligue Spartaciste, un groupe scissionniste. En même temps, elle se fait licencier de son imprimerie et grâce à la prime touchée, elle se rend en Europe durant deux ans. Cela lui permet de participer, au titre de la Ligue Spartaciste à une conférence internationale, à Londres. Cette conférence était organisée par le courant nommé usuellement « lambertiste », afin d’essayer de regrouper les différentes organisations se réclamant peu ou prou du trotskysme à travers le monde, en dehors de la IVe Internationale « officielle ». Parmi les organisations représentées se trouvait, pour la France, Voix ouvrière, l’ancêtre de LO. Rose Alpert Jersawitz est conquise par la pratique politique que développe VO, à savoir des bulletins d’entreprises, s’adressant largement à la masse des travailleurs et pas simplement au milieu des responsables syndicaux. Après la conférence, elle se rend à Paris, où elle poursuit des discussions avec des militants de VO, ce qui l’amène à s’éloigner politiquement du courant spartaciste. En 1968, elle est de retour aux Etats-Unis après avoir fait son grand tour d’Europe. C’est à New York dans un premier temps qu’elle essaie, avec quelques personnes gagnées à cette démarche militante, de lancer ses premiers bulletins d’entreprises, conseillée par des militants de VO qui font le voyage. En 1969, elle se rend à Détroit, alors capitale de l’automobile, afin de se rapprocher des grandes concentrations ouvrières. C’est dans cette ville qu’est lancée l’organisation The Spark (L’étincelle), organisation sœur de LO aux États-Unis. LO envoie régulièrement des militants pour épauler les quelques membres de Spark. Elle-même s’embauche chez Chrysler, puis dans d’autres usines automobiles. Suite à de graves problèmes de santé, elle déménage à Baltimore où elle résidera durant douze ans, poursuivant son activité militante. Puis, en 1986, LO décide de publier sa revue théorique Lutte de classe en trois langues. Elle traverse l’Atlantique pour s’occuper de la partie anglaise de la revue. Elle ne quittera plus la France, même après que l’expérience de la publication trilingue eut cessé en 1993.

L’essentiel de la vie et de l’engagement de cette militante a été réalisée à travers des allers et retours incessants, dans son pays d’origine tout d’abord – ce qui est tout à fait caractéristique du militantisme ouvrier des États-Unis, depuis les premières organisations au XIXe siècle, jusqu’à aujourd’hui – puis à travers les continents, ainsi que par des affiliations nombreuses, quoique toutes au sein de la famille trotskyste. Ce document/témoignage, dont l’écriture n’est pas particulièrement remarquable, mais qui rend néanmoins assez bien compte du parcours chaotique de son auteur, ordonné par sa constance dans le refus de l’oppression et du capitalisme, donne également un aperçu de l’évolution d’un pan très minoritaire du mouvement révolutionnaire des États-Unis.

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage est issu d’une thèse de science politique, De la LCR au NPA (1966-2009), sociologie des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, soutenue en 2011. Elle fait suite aux thèses de Jean Paul Salles (publiée sous le titre La Ligue Communiste révolutionnaire, 1968-1981. Instrument du Grand soir ou lieu d’apprentissage, PUR, 2005) et Stéphanie Rizet (demeurée inédite à ce jour), La distinction militante. Transformations et invariances du militantisme à la Ligue Communiste1. Si, globalement, les courants « situés à l’extrême-gauche du champ politique n’avaient été que peu étudiées » (p. 25), ainsi que le pointe l’auteure, le constat se doit d’être relativisé car la LCR est de loin l’organisation qui a suscité le plus d’intérêt de la part du champ académique2.

Revendiquant un point de vue interactionniste, à l’intersection de la sociologie de l’engagement et de celle des partis politiques, l’auteure a bénéficié d’un matériau d’analyse d’une richesse incomparable. En effet, dans la tradition du courant révolutionnaire, le militantisme ne se traduit généralement pas par la délivrance d’une carte de membre, comme il est d’usage dans la majorité des socialisations politiques. Or, après la présentation d’Olivier Besancenot aux élections présidentielles de 2002, les cartes d’adhérents furent introduites au sein de la LCR, mais inusitées. En effet, le NPA souhaitait fonctionner comme un parti classique, mais sans en avoir les moyens, ne serait-ce que l’utilisation des cartes qu’il diffusait et qui étaient entassées dans un carton au fur et à mesure de leur remontée. Ces milliers de cartes furent le matériau originel de la recherche, matériau auquel furent ajoutés des questionnaires distribués lors de plusieurs occasions (congrès notamment) ainsi que des entretiens (quarante-cinq au total, dont la liste figure en fin d’ouvrage). S’appuyant sur ce travail documentaire, Florence Johsua a également effectué des observations ethnographiques à l’occasion d’activités militantes, en particulier des réunions. On peut d’ailleurs regretter le caractère « parisiano-centré » de cette démarche, tant les réalités d’implantation en province auraient pu permettre de dresser un portrait plus diversifié de ce peuple militant.

L’analyse se déploie en trois temps Pour commencer, l’auteure s’intéresse aux transformations de la composition sociale de la LCR, à l’aune des modifications du champ socio-économique, de la fin des années 1960 à l’aube des années 2000. Issu principalement du champ de la jeunesse scolarisée, le corps militant de l’organisation subit un processus de vieillissement de son noyau demeuré actif politiquement, tout en continuant à attirer des jeunes, en particulier à partir de 2002. Avant le passage au NPA, plusieurs générations se côtoient donc au sein de la même organisation. Pour illustrer ces transformations, l’auteure utilise la technique, très riche, du portrait de militant (e) afin d’illustrer le processus qui conduit de l’engagement total au moment de Mai 68 à l’insertion sociale dans les années qui suivent (lire les parcours de militants développés par l’auteure). Mais c’est avec la candidature d’Olivier Besancenot en 2002 qu’une véritable rupture se manifeste. Le succès de ce dernier attire en effet des catégories nettement plus populaires, représentatives des difficultés qui se manifestent sur le marché du travail : précaires, déqualifiés, femmes… qui caractérisent une plus grande fragilité sociale de ces nouveaux adhérents. Ces couches nouvelles, fruits d’une forme de déclassement social (liée au décalage entre leur niveau de formation scolaire/universitaire et leur insertion professionnelle effective) montre assez clairement qu’il n’y a pas de fatalité pour que l’engagement se renouvelle, contrairement aux pronostics pessimistes (ainsi, celui de Jacques Ion qui envisageait une « fin des militants »3) sur l’épuisement des formes de mobilisations.

De ce point de vue, Florence Johsua manifeste une originalité importante dans le milieu de la recherche, dominé par la conception selon laquelle l’inadéquation entre la dotation scolaire et le rendement en termes d’insertion sur le marché du travail est producteur de déception4. Elle démontre, à partir de son cas d’étude, qu’au contraire, le passage par l’enseignement supérieur peut être un facteur de politisation et de dotation de ressources nouvelles pour les luttes, l’engagement. C’est un premier acquis fort de son analyse. La seconde partie du développement est plus particulièrement consacrée à la dimension idéologique de l’engagement. Pour cela, elle observe ce qui s’échange dans les cellules, sur le terrain parisien. Ce qu’elle enregistre, c’est une remise en cause du schéma stratégique originel, la croyance en la rupture révolutionnaire s’estompant largement dans le discours des nouvelles générations militantes. Cependant, ces évolutions ne sont pas exprimées en termes de « révisionnisme », mais plutôt comme l’expression d’un « droit à l’expérimentation » politique, tirant ces expressions du côté de la novation politique. Certains auteurs, attentifs aux discours portés par la gauche radicale, ont pu évoquer le caractère pragmatique du programme défendu par la LCR. L’identité marxiste révolutionnaire défendue par les plus aguerris des militants fait ainsi place à un questionnement sur la filiation politique chez les plus jeunes. Cette modification sensible est largement redevable à un certain effondrement des certitudes les mieux ancrées liées à la fin du système soviétique en 1989 et ses effets de ressac. Cependant, ces évolutions profondes des référents idéologiques n’empêchent pas le retour d’un certain refoulé orthodoxe, se manifestant en particulier dans le cadre du NPA. Ce dernier a été en effet depuis sa création en 2009 le terrain d’exercice et d’influence de luttes pour la définition d’une « véritable » identité révolutionnaire, aboutissant à une cartellisation de l’organisation.

Enfin, dans une dernière partie, l’accent est mis sur les évolutions de la vie militante. Le modèle léniniste du révolutionnaire professionnel, issu d’une lecture (sans doute) restrictive du Lénine de Que faire ?, est remis en cause. Florence Johsua se saisit des multiples dimensions de cette transformation, ainsi le fonctionnement du modèle du service d’ordre5. L’intégration (progressive) d’une perspective de genre, fruit du militantisme féministe des années 70 et suivantes, constitue un des facteurs mis en exergue par l’auteure pour saisir les transformations perçues. De même, la sensibilité de la LCR aux mobilisations des homosexuel-les (hélas trop vite abordée) participe de cette remise en cause d’un militantisme héroïque et masculin. Pourtant, note Florence Johsua, « si la LCR a peu à peu intégré les questions antisexistes à son agenda politique, rendant plus coûteuses qu’auparavant les remarques et attitudes ouvertement machistes, les pratiques et les représentations du militantisme ne se sont pas radicalement transformées, en tout cas, pas au point de bouleverser l’ordre de genre et les fondements de la division sexuelle du travail militant » (p. 205). Ce constat est d’autant plus vrai qu’il est difficile de promouvoir des attitudes empreintes des valeurs du féminisme quand l’absence de fortes mobilisations des femmes empêche d’exercer des pressions sur la vie sociale et sur le milieu militant. Ces remises en cause s’accélèrent après 2002, provoquant plus une coexistence qu’une réelle substitution des modèles de militantisme. A côté d’individus complètement immergés dans la vie partidaire vont s’ajouter des nouveaux nettement moins impliqués, illustrés une nouvelle fois par des portraits de militants, hommes et femmes.

De la lecture de cette analyse des permanences et des transformations du militantisme, le lecteur sort assez convaincu. Demeure une limite forte de ce travail, pour une appréhension plus générale des transformations de l’engagement révolutionnaire, le fait qu’il soit centré sur une seule tradition trotskyste, celle de la LCR, au détriment d’une approche intégrant, ne serait-ce que sous forme de questionnements, les autres composantes de la mosaïque de la gauche radicale. Le propos en eût été singulièrement enrichi. Reste l’approche systématique et riche d’un parcours d’utopie, qui se prolonge aujourd’hui principalement dans le NPA, mais aussi dans Ensemble6.

1Cette thèse de sociologie, soutenue à l’Université Paris VII en 2006, est curieusement absente de l’ouvrage de Florence Johsua.

2Cf. la recension des travaux conduits sur le trotskysme, Georges Ubbiali, « Les forces de la révolution. Bilan de presque quarante ans de recherche universitaire sur le trotskyme », Dissidences, n° 6, 2009.

3Ion Jacques, La fin des militants ?, Paris, éditions de l’Atelier, 1997.

4L’ouvrage le plus emblématique de ce type d’analyse est celui de Stépahne Beaud, 80% au bac… et après ?, Paris, la Découverte, 2003.

5On pleut ainsi citer, p. 166, le refrain du SO qui avait attaqué, au sens propre, le meeting d’Ordre Nouveau en1973, provoquant la dissolution de la Ligue Communiste :

« Dans la nuit noire brillent les mousquetons…

Les gardes mobiles nous barrent le chemin

Mais dans nos rangs il n’y a pas d’hésitation

Les gardes mobiles ça s’enfonce très bien

Au premier commandement

Nous chargeons gaiement

Nous frappons durement l’ennemi

Nous somme le bataillon

Du premier régiment

De la future armée ouvrière

Nous sommes le bataillon du premier régiment

Digne héritier du SO JCR »

6Ensemble, lancé fin 2013, est une des composantes du Front de gauche. Une grande partie de ses militants proviennent de l’ex-LCR et du NPA.

Reconnaître le retour du religieux, une parole impossible à gauche ? A propos de Jean Birnbaum, Un Silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Seuil, 2016, 240 pages, 17 €

 

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

De Jean Birnbaum, nous avions chroniqué en leur temps Leur Jeunesse et la nôtre. L’espérance révolutionnaire au fil des générations1, et Les Maoccidents. Un néoconservatisme à la française2. Dans ce nouvel essai, divisé en six chapitres, avec introduction et conclusion, il saisit à bras le corps un phénomène assourdissant, c’est-à-dire le silence (le déni, le refoulement, le mutisme), produit par la gauche et l’extrême gauche quant à la nature religieuse des offensives djihadistes de 2015 en France, révélateur selon lui d’une absence de prise en compte spécifique du « fait spirituel » (p. 37) ainsi que du pouvoir de mobilisation de la religion. En l’espèce, ici, l’islam.

I– Rien à voir avec l’islam ?

* a – L’introduction et son premier chapitre posent les termes du débat. Tout à leur souci de ne pas instrumentaliser l’événement, de ne pas « faire le jeu » des extrêmes droites, les gauches (des sommets de l’État jusqu’à la majorité des organisations ou des intellectuels), ont répété à l’envie, quoique sur des gammes différentes, l’antienne lancée par le ministre Laurent Fabius : « ça n’a rien à voir avec l’islam » (p. 13)3. Ainsi, peu importait que les frères Kouachi soient venus « venger le prophète » ou que Amedy Coulibaly ait prévenu : « Il faut qu’ils arrêtent (…) de dévoiler nos femmes. » (p. 14). Ce phénomène occulté, cette impasse faite sur la vision du monde religieuse des tueurs de « Janvier 2015 »4 – vision qu’eux-mêmes, d’ailleurs, ne taisent nullement et pour cause, ayant décidé de consacrer dorénavant leur temps sur terre à l’obédience – Jean Birnbaum cherche à la fois à en retracer les origines (du côté du marxisme et du mouvement socialiste au sens large) et à « dégager des constantes », à « exhumer la permanence avec laquelle les hommes et les femmes (…) de la gauche (…) se sont obstinés à refouler l’efficace propre à la religion. » (p. 39). Il procède par coups de sonde, en « privilégiant des moments emblématiques » (engagement pro-FLN, révolution iranienne) ou des analyses fondatrices (Le Prophète et le Prolétariat de Chris Harman) qui, selon lui, ont préparé ce « silence religieux », qui donne son titre au livre.

* b – Puisque à l’évidence islam il y a, l’étude de Jean Birnbaum débute par un chapitre consacré à « la guerre [intestine] qui déchire l’islam » (p. 43), phénomène diagnostiqué par des auteurs comme Fethi Banslama (La Guerre des subjectivités en islam, Lignes, 2014)5 ou éprouvé dans leur chair par des réformateurs musulmans, comme Mahmoud Mohamed Taha, pendu au Soudan pour apostasie en janvier 1985 (p. 48). Au déplacement de l’opposition djihadisme / islam, il préfère la tension séculaire entre islam légalitaire, doctrinaire et rigoriste, dominant dans les pays à majorité arabe6, et islam spirituel, possédant une lecture symbolique. C’est ce dernier islam et cette lecture là qu’il faudrait à ses yeux encourager, car propice à une pluralité de lectures du Coran. Pourtant, ce qu’il envisage comme un humanisme musulman, et qu’il dit tenir des leçons du philosophe Christian Jambet, dont ce livre porte d’une certaine façon la marque (p. 44-45), n’en conserverait pas moins des règles précises, un credo contraignant, à moins d’imaginer à terme une foi musulman aussi souple que celle de bien des chrétiens laïcisés… Une sécularisation aboutie, en somme.

II – Des anti-colonialistes aveugles ?

La plongée dans l’histoire qui s’ensuit heurte de front un des héritages, une des facettes plutôt, du mouvement ouvrier et révolutionnaire. Jean Birnbaum évoque en effet la guerre d’Algérie et l’activisme anti-colonialiste des années cinquante et soixante. S’appuyant sur les ouvrages de Monique Gadant (Islam et nationalisme en Algérie), Fanny Colonna (Les Versets de l’invincibilité) ou Catherine Simon (Algérie, les Années pieds-rouges7) il met en cause la sous-estimation, de la part des militants d’alors (chrétiens de gauche, communistes dissidents, trotskystes, futurs « pieds rouges ») d’une des dimensions du FLN, la religieuse. Ce raisonnement, placé ultérieurement en position de symétrie avec la révolution iranienne, fait pourtant fi de toute contextualisation approfondie : on ne peut clairement comparer la solidarité manifestée avec le FLN – même si des critiques sévères pouvaient être avancées à l’encontre de ce soutien – dans une période d’essor des luttes coloniales et des idées progressistes, avec la fin des années 1970, marquée elle par un recul du souffle révolutionnaire et le début d’une restauration de l’ancien. Le constat, exact au demeurant, d’une empreinte du religieux sur les combattants du FLN aurait également gagné à prendre en compte les divisions au sein du mouvement indépendantiste (MNA8/FLN d’un côté et ALN des wilayas9/Fédération de France du FLN10 de l’autre) sans sous-estimer la dimension, au moins en partie, socialiste et autogestionnaire de l’Algérie indépendante des premières années, ni surinterpréter certaines données. Le Ben Bella de 1980, défenseur de l’islam, n’est pas totalement le même que celui du début des années 1960 ; quant à Messali Hadj, le fait qu’il endosse l’image du pratiquant musulman s’accompagne d’un ancrage de son organisation dans certains fondamentaux du mouvement ouvrier11. Jean Birnbaum, cependant, fait l’impasse sur d’autres secteurs révolutionnaires anti-colonialistes, comme les libertaires ou l’Internationale situationniste (IS), qui, passant outre le fameux syndrome « il ne faut pas désespérer … », dénoncèrent cette présence inquiétante de l’islam, soit pendant la guerre d’Algérie soit dans les débuts de l’Indépendance. Dans son texte diffusé clandestinement à Alger, « Adresse aux révolutionnaires d’Algérie et de tous les pays », à la suite du putsch du colonel Boumédiènne en juin 1965, l’IS écrit que le mouvement qui entraîne les peuples arabes vers le socialisme, s’il veut réussir, « doit en finir avec l’Islam, force contre-révolutionnaire manifeste, comme toutes les idéologie religieuses ». A la fin du texte se trouve un salut aux « camarades qui, en 1959, dans les rues de Bagdad, ont brûlé le Coran ! »12, allusion aux manifestations violentes organisées par les communistes irakiens pendant le régime républicain du général Kassem. Le « point aveugle de l’engagement anti-colonialiste » repéré par Jean Birnbaum (p. 70) n’a donc pas touché uniment, à cette époque, tous les courants des gauches révolutionnaires.

Sur l’Iran et l’arrivée au pouvoir des ayatollahs, Jean Birnbaum utilise principalement les analyses de Michel Foucault, qui s’était rendu sur place à la fin de 1978, et les réhabilite, y percevant une vision pertinente et critique du retour du religieux, d’une « spiritualité politique », selon lui13. Sa mise en cause de la tendance à plaquer sur les événements persans une grille de lecture trop occidentale, tributaire des révolutions antérieures, aurait par contre été plus efficiente si appuyée sur des exemples précis d’analystes contemporains. Surtout, ce qui manque à ce chapitre, de nouveau, c’est une mise en perspective suffisamment ample, permettant d’apporter des explications sur l’essor de l’islamisme, puisque Jean Birnbaum réfute l’idée selon laquelle les masses populaires se tournent vers l’islam « faute de mieux » (p. 109).

III – Du marxisme et de ses héritiers

Jean Birnbaum effectue ensuite un retour sur Marx et la construction progressive de sa critique religieuse, et bien que certaines références récentes soient absentes14, son exposé est relativement complet et pertinent. Néanmoins, avancer l’idée de la centralité de la religion dans l’œuvre de Marx (« la religion comme hantise marxiste », p. 133), analyse pour laquelle l’auteur suit en grande partie Jacques Derrida, demeure un point très discutable. Par contre, indéniablement, tout bon connaisseur de la praxis marxiste sait très bien que pour Marx, Engels d’abord, Lénine, Trotsky, Rosa Luxembourg, etc. ensuite, la seule lutte anticléricale pour « chasser l’infâme » est perçue comme une diversion pour éluder la question sociale et donc détourner le prolétariat de ses véritables objectifs, la destruction des rapports de production capitalistes. Mais ce n’est là que la première partie de la proposition concernant leur attitude face à la religion. Car il ne s’agit pas d’un refus de tout anticléricalisme mais seulement d’un anticléricalisme déconnecté de la lutte de classes15. Néanmoins, Jean Birnbaum a raison de rappeler également que, pour ces mêmes marxistes, l’influence des « illusions » religieuses cessera uniquement quand une humanité communiste aura définitivement balayé la société capitaliste (p. 138-139). Pendant toute la période de la préhistoire16 de nos sociétés précédant ce dénouement, peuvent alterner moments de recul ou de réveil de ces « illusions ». Prend alors un sens actuel, selon l’auteur, la formule du jeune Marx : « la critique de la religion est la condition première de toute critique »17 (p. 139), formule souvent reprise par des courants révolutionnaires passés et actuels, mais totalement occultée, depuis bientôt vingt ans, par des organisations de la gauche dite « radicale », dont certains héritiers trotskystes (quoique s’en réclamant de moins en moins18, du moins en France) de Marx.

IV – Le Prophète et le prolétariat

Sur ces positions, la brochure du britannique Chris Harman, Le Prophète et le prolétariat (1994), qui a beaucoup circulé, et qui est emblématique d’une position visant à construire des alliances anti-impérialistes entre révolutionnaires et islamistes, a droit à une analyse aussi détaillée que nuancée, utilement replacée dans son contexte, le Royaume-Uni du début des années 1990. Pourtant, bien que les islamistes représentent pour ce dirigeant du SWP [Socialist Workers Party] des « révoltés petits-bourgeois utopistes » avec qui il est possible et même souhaitable de faire une sorte de « front commun » contre le capitalisme et les puissances impérialistes (p. 151-153), il n’oublie pas de préciser que, de toutes façons, c’est la gauche ouvrière et révolutionnaire qui finira par triompher, puisqu’en gardant intacte son indépendance idéologique et « en imposant une direction ouvrière dans les luttes », elle ramènera logiquement à elles les masses « provisoirement séduites par le radicalisme musulman. » (p. 154). Las ! Il peut sembler étonnant qu’un militant marxiste ne se soit pas rendu compte que l’époque où il prophétisait un tel dénouement soit celle de la prépondérance et de l’expansion idéologique, sociale et politique de l’islam et de l’intégrisme islamique (décryptée pourtant par d’autres intellectuels marxistes comme Samir Amin ou Gilbert Achcar, dont la position est estimée nettement plus prudente et lucide19par Jean Birnbaum), et qu’elle était donc vouée à l’échec. D’autre part, comment ne pas évoquer, comme un très lointain écho, l’explication par Albert Treint, un des responsables du jeune Parti communiste français, de la tactique du « front unique » avec les socialistes, en 1922 : une habile manœuvre « permettant de dépouiller » la SFIO de ses adhérents comme « on plume une volaille »20 ? Si à l’époque, la « volaille socialiste » refusa de se laisser plumer, les communistes continuèrent, bon an mal an, à représenter un espoir d’émancipation pour les exploités. Le même scénario s’est reproduit, à un détail près – qui depuis conditionne les associations ou les alliances des progressistes avec les islamistes – que là c’est l’islamisme qui en a profité pour assurer son essor, durable, en faisant vaciller les organisations trotskystes, par exemple le NPA en France. Ce dernier, espérant s’implanter parmi des populations immigrées ou issues des émigrations, influencé par des courants du parti se positionnant sur les bases posées par Chris Harman (mais quinze ans plus tard, et avec les conséquences que l’on connaît), en vient à considérer « le voile islamique comme un outil de résistance » (p. 163). Jean Birnbaum évoque à cet effet quelques épisodes insolites, à l’appui de sa démonstration, comme de voir « des militants trotskystes se quereller (…) sur la signification de tel ou tel verset du Coran … » (p. 161), ou de voir d’autres militants, anciens membres du NPA proches de la candidate voilée Ilham Moussaïd (2010), « désormais vêtus de djellaba et investis dans la lutte contre la « théorie du genre » et le « mariage homosexuel » … » (p. 167), malheureusement sans donner ses sources. L’auteur sait également reconnaître les oppositions internes qui se manifestent assez vite (malgré les soutiens affichés à la candidate par les leaders comme Olivier Besancenot ou Samuel Johsua), de la part de militants comme Jacques Fortin (qui a communiqué ses éclaircissements sur cette crise à l’auteur) ou un des leaders historiques de la LCR, Pierre Rousset. Celui-ci écrit : « Ilham et Abdel [Zahiri, un de ses proches] ont donné raison à nos contradicteurs en déclarant que la burqa ne posait aucun problème pour peu qu’elle soit librement portée. » (p. 167)

L’ insistance de Jean Birnbaum sur le raisonnement trotskyste autour de l’ennemi principal (l’impérialisme et la domination bourgeoise plutôt que l’islamisme) est selon nous pertinente, tant les repositionnements actuellement en cours en sont tributaires (l’islamisme est-il devenu l’ennemi principal ? Comment assumer une position de lutte contre lui et contre les puissances impérialistes ? etc…), et il en est de même pour sa critique d’une appréhension, par les gauches françaises – disons plutôt certaines d’entre elles –, du phénomène religieux cantonné à l’échelle nationale, comme symbole d’une oppression raciste (la fameuse « islamophobie »), sans suffisamment tenir compte de sa nature internationale, mondiale.

Toutefois, sur ces questions des liens entre organisations islamistes radicales et extrême gauche, les faits évoqués le sont trop brièvement, isolés, incapables de suppléer à une étude plus large de cette problématique, qui doit embrasser aussi bien la politique concrète des bolcheviques entre 1917 et la fin des années vingt en Asie centrale21, que les positionnements d’autres courants, cercles et revues des extrêmes gauches actuelles : quid de Lutte ouvrière, des différentes familles libertaires, des ultra gauches, etc. ?

V – Un djihadisme universel ?

La dernière partie de Un Silence religieux est consacrée à l’analyse du phénomène djihadiste autour de l’État islamique, à travers une comparaison pouvant sembler de prime abord provocante voire provocatrice, entre les combattants djihadistes quittant l’Europe et les combattants internationalistes partis au secours des républicains espagnols, dans les Brigades internationales22. Car au-delà de similitudes superficielles, Jean Birnbaum indique bien que les djihadistes, contrairement aux brigadistes d’antan, sont totalement dépourvus d’une véritable culture militante collective. C’est également oublier que la solidarité avec l’Espagne était intrinsèquement associée avec l’espoir d’une vie meilleure, était liée à un anti-fascisme prononcé et que la guerre n’était ni un épanouissement en soi ni l’ultime étape vers le statut de martyr, mais un pis-aller imposé par les circonstances (se défendre face à un coup d’État militaire). De plus, la vision du monde des djihadistes est aux antipodes de celle des révolutionnaires (libertaires, communistes staliniens, communistes trotskystes, anarcho-syndicalistes, socialistes de gauche) qui franchirent les Pyrénées dès juillet 1936. Ceux-là « montaient à l’assaut du ciel », espérant forcer la main de l’Histoire pour construire une société plus juste et plus humaine, sans l’ « esclavage salarié ». Alors que ceux-ci, traditionalistes, rigoristes, intégristes religieux, ne veulent absolument pas introduire du désordre dans le monde mais restaurer un ordre ancien, le Califat des premiers temps de l’islam. Révolution d’un côté, Restauration de l’autre. En ce sens – même si Jean Birnbaum ou d’autres essayistes ne l’ont guère remarqué – les djihadistes s’apparenteraient plutôt aux extrémistes de droite (Russes blancs, Irlandais, Français, etc.) partis combattre aux côtés des franquistes, comme les centaines de Français de la Bandera Jeanne d’Arc, par exemple. D’autant plus qu’il existe, même si ce phénomène est pour l’heure ultra-minoritaire, des étrangers (quelques Français se disant communistes23, des Kurdes de Turquie, des Turcs d’une organisation anarchiste, etc.) partis combattre l’État islamique. Dès lors, plutôt que de faire pièce à une forme d’espérance messianique, évoquée par l’auteur, il nous semble plus approprié d’évoquer une désespérance, qui va parfaitement dans le sens de l’éloge de la mort sur lequel insiste très bien Jean Birnbaum24, ainsi qu’une restauration, thème d’ailleurs récurrent de la propagande djihadiste : « (…) votre histoire n’est pas la nôtre, d’ailleurs nous n’avons pas d’histoire (…), il n’y a rien à inventer, il suffit de se retourner, de restaurer. » (p. 210).

VI – En guise de conclusion

Si l’on veut synthétiser la problématique de Jean Birnbaum, véritable « fil rouge » qui traverse les différentes études de cas qu’il nous propose dans son essai, elle s’exprime par cette formule : « Mettre les religions entre parenthèses, voilà une pratique coutumière dans l’histoire de la gauche » qui n’a transmis qu’ « un épais silence », fruit d’un « interminable refoulement » (p. 168, 218). Ce constat est erroné, qui fait fi des luttes et des propagandes anticléricales (écrites mais surtout iconographiques) conduites par les organisations socialistes, libre penseurs25, libertaires puis ensuite communistes, de la fin du XIXe aux premières décennies du XXe siècles26, qui n’ont jamais considéré que l’influence de la religion et de l’Église devait être mise entre parenthèses. Des deux acceptations existantes du vocable « refoulement », Jean Birnbaum en retient seulement une (qui conforte sa thèse), la mise à l’écart d’un problème, sa récusation, soit parce qu’il gêne soit parce qu’il disparaîtra, un jour, de lui-même. La seconde, pourtant, qui signifie repousser l’assaut de l’ennemi, le faire reculer, le mettre et le tenir à distance et affaiblir son efficace – qui fut celle des forces politiques citées ci-avant – est elle-même victime d’un silence, mais de l’auteur, cette fois-ci, ce qui est contradictoire avec d’autres passages de son livre.

Néanmoins, bien qu’il souffre de ce manque d’approfondissement sur des analyses primordiales pour toutes les gauches, Un Silence religieux vaut malgré tout, d’abord par ses questions dérangeantes, pour ces dernières, « fracturée[s] par le retour du religieux »27), et ensuite par quelques rappels et pistes de réflexion fort utiles en ce moment. Pour Jean Birnbaum, « si la révolution s’absente, la religion reprend toute sa place ; si l’émancipation manque à ses promesses, l’absolu se cherche un autre nom. » (p. 221). L’historien ne peut que constater ces fractures, lignes de failles profondes, qui s’élargissent insensiblement au fil des mois, ces absences et ces éloignements de filiations historiques qui caractérisent actuellement les gauches dans leur rapport au religieux islamique, même si, concomitamment, émergent des résistances, ainsi que des rappels aux fondamentaux.

1Chroniqué sur notre ancien site.

2Dans le volume 8 de Dissidences, « Prochinois et maoïsmes en France (et dans les espaces francophones) », mai 2010, p.185-186 (Jean-Guillaume Lanuque et Vincent Chambarlhac).

3Après le carnage du 13 novembre 2015 à Paris, Jean-Luc Mélenchon répète mot pour mot cette assertion : « l’islam n’a rien à voir avec cela » (p. 42).

4Ainsi Pascal Ory décide-t-il de nommer les tueries des 7-8-9 janvier 2015, dans son livre Ce que dit Charlie, Gallimard/le débat, 2016, chroniqué prochainement dans ce dossier du blog.

5Sur cet auteur, lire le compte rendu du livre qu’il coordonne, L’Idéal et la cruauté, Lignes, 2015, dans le dossier de ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/7459

6Curieusement, si Jean Birnbaum évoque longuement l’université Al-Azhar du Caire, la plus haute instance de référence de l’islam sunnite, connue pour ses prises de position ultra-réactionnaires, il ne traite absolument pas du cas de l’Arabie saoudite, où s’est pourtant développé le wahhabisme, doctrine rigoriste d’un retour aux sources de l’islam, qui refuse donc logiquement toute innovation. Du wahhabisme sont proches les théories et les pratiques des salafismes (de prédication et de djihad) et la doctrine des Frères musulmans.

7Chroniqué dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1584

8Le MNA était le Mouvement national algérien de Messali Hadj. Une lutte féroce, y compris en France, eut lieu entre les deux organisations, au profit du FLN. Cette histoire tragique et sanglante est racontée dans un film déjà ancien, de Okacha Touita, Les Sacrifiés, 1983.

9Les wilayas, six au total, étaient des régions militaires de l’Armée de libération nationale (ALN).

10La Fédération de France du FLN était la septième wilaya, et conduisait la lutte en France.

11Sur ce sujet, voir les travaux de Jacques Simon, à croiser avec d’autres.

12 « Adresse aux révolutionnaires d’Algérie et de tous les pays », Internationale situationniste, n° 10, mars 1966, p. 47-48, et sur https://www.infokiosques.net/lire.php?id_article=107

13Même si un des axes du raisonnement foucaldien, l’espérance d’une conversion individuelle chez les révoltés iraniens, s’inscrit finalement dans la nature profonde des révolutions. Que l’on lise cette phrase de Jean Birnbaum, commentant Foucault, applicable en l’état à la Révolution française ou à la Révolution russe : « Mais en définitive, ce qui galvanise chaque émeutier, ce qui lui donne sa force et son prodigieux courage, c’est la perspective d’une métamorphose intime et d’un profond changement dans le rapport que chacun entretient avec lui-même, avec le monde, avec la vie. » (p. 112).

14Citons en particulier le livre d’Yvon Quiniou, Critique de la religion, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/6394

15Lire de Christian Beuvain « Dessiner la « prêtraille » ? De la caricature communiste anticléricale dans L’Humanité des années vingt », dans les Actes du colloque Coups de crayons sous la Troisième République (Beaune, 15-16 avril 2015), Le murmure éditeur (à paraître).

16Karl Marx utilise cette expression pour qualifier les rapports de production qui se sont succédés, dans sa préface à la Critique de l’économie politique (1859), consultable sur https://www.marxists.org/francais/marx/works/1859/01/km18590100b.htm

17Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, 1843, consultable sur https://www.marxists.org/francais/marx/works/1843/00/km18430000.htm

18Lire par exemple l’ouvrage de Johsua Florence, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, ou celui d’ Olivier Besancenot, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique, Paris, Cherche midi, 2016, tous deux chroniqués prochainement sur ce blog.

19Sur Gilbert Achcar, voir son récent recueil d’articles Marxisme, orientalisme, cosmopolitisme, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6483

20Cette tactique est évoquée par Albert Treint à une conférence extraordinaire des secrétaires fédéraux, à Paris, le 22 janvier 1922. Elle est expliquée de nouveau dans un article du Bulletin communiste du 22 avril 1922.

21Il n’existe, en français, aucune étude historique sur la longue durée de la lutte contre l’islam par les bolcheviques dans les territoires musulmans d’Asie centrale, pas plus d’ailleurs que sur les propagandes et les actions anticléricales et antireligieuses du pouvoir soviétique.

22Notons au passage que les premiers combattants étrangers internationalistes sont plutôt des libertaires, qui se retrouvent dans la colonne Durruti.

24On ne peut par ailleurs qu’être en total désaccord avec son affirmation qualifiant l’État islamique d’anticapitaliste (p. 199-200). Daech ne s’est jamais présenté comme tel, d’autant plus que ce type de vocabulaire n’est pas le sien.

25Jacqueline Lalouette, « Iconoclastie et caricature dans le combat libre-penseur et anticlérical (1879-1914) », in Stéphane Michaud, Jean-Yves Mollier, Nicole Savy (dir.), Usages de l’image au XIXe siècle, Pris, Créaphis, 1992, p. 51-62.

26Jacqueline Lalouette, « Communisme et Libre Pensée durant l’entre-deux-guerres : L’Union des libres penseurs prolétariens de France et l’Association des Travailleurs sans Dieu », in Jacques Girault (dir.), Des communistes en France (années 1920-années 1960), Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 423-440, et Christian Beuvain « Dessiner la « prêtraille » ? De la caricature communiste anticléricale dans L’Humanité des années vingt », op. cit.(à paraître).

27Nicolas Truong, « La gauche fracturée par le retour du religieux », Le Monde, « Débats », 8 mai 2015, p. 12.

Daniel Audoux, L’Actualité du Trotskysme. La Quatrième Internationale pour l’émancipation des travailleurs, Saint-Denis, Edilivre, 2015, 342 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ces dernières années, après l’embellie des années 2000, le trotskysme est redevenu un sujet de l’ombre pour les médias et les maisons d’édition. On ne peut donc qu’être intéressé par la parution d’un ouvrage somme, qui plus est d’un auteur jusqu’à présent inconnu des chercheurs du domaine concerné. Las ! Ce livre, publié de manière quelque peu confidentielle, et probablement en partie à compte d’auteur, n’est une nouveauté que dans son titre et dans le nouveau pseudonyme utilisé par son auteur. Il s’agit en effet de la reprise d’un ouvrage paru initialement en 1997, De Trotsky à Laguiller. Contribution à l’histoire de la IVe Internationale, signé Daniel Coquema, qui avait fait l’objet de rééditions légèrement rajeunies : Qui sont les Trotskystes ? (d’hier à aujourd’hui), de Daniel Erouville (visiblement le véritable nom de l’auteur) en 2004 chez L’Harmattan1, et Besancenot, Gluckstein, Laguiller… et quelques autres de Daniel Coquema à nouveau, en 2007 chez Lulu2.

Nous n’allons bien évidemment pas nous lancer dans l’exégèse de cette nouvelle incarnation du Verbe de Daniel Coquema/Erouville/Audoux, mais tenter d’en proposer une évaluation aussi objective que possible. D’emblée, il manque un vrai travail d’éditeur, ce qui explique sans doute les erreurs de mise en page, les redites, le non-respect de la concordance des temps pour les passages rajoutés au fil des éditions, ou un ton parfois excessivement familier. Plus gênant, certaines informations sont carrément erronées : Engels qui meurt en 1898 (au lieu de 1895), Rudi Dutschke assassiné en 1968 (il meurt onze ans plus tard), ou Trotsky pas encore bolchevique en septembre 1917 (il l’est depuis le début de l’été). Mais le principal défaut de cette étude, c’est son caractère nettement partisan. On peut parler à son sujet d’histoire idéologique, qui s’inscrit essentiellement dans la veine du trotskysme « lambertiste » (l’insistance sur les forces destructrices l’emportant dans le capitalisme depuis 1914), plus exactement dans une version légèrement dissidente. Daniel Audoux critique ainsi la tendance de l’organisation, depuis le Groupe Lambert jusqu’au POI, à manifester une déviation syndicaliste, tout comme les exclusions trop nombreuses à son goût (elles ne devraient être qu’exceptionnelles). Mais la continuité l’emporte clairement, depuis Marx et Engels jusqu’à Trotsky, la IVe Internationale, après avoir subi le révisionnisme du « pablisme » à partir des années 19503, et les difficultés de recomposition du Comité international, ayant finalement pu être reproclamé au début des années 1990.

Les références bibliographiques sont toujours les mêmes (tout comme les annexes, d’ailleurs), principalement des citations de Lénine et Trotsky, des extraits du Programme de transition, des revues ou brochures « lambertistes », des ouvrages de Pierre Broué et Jean-Jacques Marie. Le plus sidérant, sur ce point, c’est l’absence complète de travaux universitaires anciens ou récents (je pense entre autres au mémoire de maîtrise d’Emmanuel Brandely sur l’OCI ou aux travaux de Jean Hentzgen sur le PCI majoritaire dans les années 1950 et première moitié des années 1960). L’historique qui est fait demeure d’ailleurs pour l’essentiel lacunaire. Les années 1930 sont centrées sur la France, ignorant les développements en Espagne ou aux États-Unis avec la naissance du Socialist Workers Party (SWP) ; il en est de même pour la Seconde Guerre mondiale. Il est également souvent peu lisible : le listage des différentes organisations actuelles se réclamant du trotskysme en France perd le lecteur du fait de ses innombrables signes et groupements se revendiquant de la IVe Internationale (quelques schémas et organigrammes auraient été appréciables). Même l’idée selon laquelle il y aurait une famille trotskyste, qui semble inviter à une différenciation des courants trotskystes, aux identités parfois franchement antagonistes, ne sert qu’à repousser Lutte ouvrière et le NPA, trop conciliants vis-à-vis de l’Union européenne et de la gauche plurielle. Daniel Audoux verse même dans une vision complotiste, estimant que dans les années 1980, l’Internationale socialiste cherchait sciemment à débaucher des militants trotskystes afin de contrer la possible émergence d’une alternative trotskyste.

A bien des égards, on a affaire à un exposé hors-sol, totalement intemporel, un commentaire de textes qui ignore superbement la recherche sur les trotskysmes, et se contente d’un discours en grande partie incantatoire et exclusiviste (« Le Trotskysme est la forme actuelle, et la seule forme possible, du Marxisme », p. 323). Ce qui semble avoir surtout été réactualisée, dans cette nouvelle version, c’est l’introduction, dans laquelle l’auteur insiste sur les révolutions « prolétariennes » ayant touché le monde arabe, sur le rôle crucial et incontournable des syndicats (en Tunisie comme en Espagne), et sur ces ennemis majeurs que sont selon lui l’impérialisme étatsunien et l’Union européenne, sa marionnette. L’État islamique, dans cette vision du monde, n’est qu’une « création de toutes pièces » des premiers cités (sic, p. 5). Rien de bien nouveau, donc, et je me permets à mon tour de réutiliser le titre de l’article que j’avais écrit il y a près de vingt ans en réaction au premier essai de Daniel Coquema : « De Trotsky à Laguiller, ou le contre-exemple d’une histoire du trotskysme »4.

1Une chronique en avait été rédigée sur notre ancien site.

2Nous en avions rendu compte dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=427

3La position de la IVe Internationale sur la Yougoslavie de Tito après sa rupture avec Moscou étant, selon Daniel Audoux, un « pablisme anticipé ».

4In Critique Communiste, n° 148, printemps 1997, (p. 91-92).

Les trotskystes français et la Seconde Guerre mondiale

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Introduction

L’enjeu de cette question est important, en particulier pour la génération qui vient à l’action politique dans les années 1960. Elle est très proche de cette période qui est celle de ses pères et mères, et pour beaucoup de militants de Mai 68, les formes d’action des résistants, leur audace, leur sens du sacrifice aussi, constituent une référence. Ils ont tendance à oublier ou à relativiser les buts patriotiques de ce combat pour insister sur son antifascisme. Les exemples sont nombreux de cette fascination exercée par les résistants armés sur les militants de 68. Gérard de Verbizier par exemple, un des dirigeants de la Ligue communiste, né en 1942, participe comme scénariste au film de Mosco retraçant l’histoire de la 35e brigade FTP-MOI (la Sept/Arte, 1993) et en tire un livre publié chez Calmann-Lévy1. Quant à Pierre Goldman, camarade de combat à l’UEC d’Alain Krivine et de ceux qui allaient créer la JCR à la Sorbonne, on dit de ses parents résistants qu’ils cachaient armes et tracts dans son landau. En 1977, il fait le procès de l’attitude des trotskystes pendant la Seconde Guerre mondiale en ces termes : « L’âpreté du combat mené contre les staliniens (et par les staliniens) vous a conduit à commettre de gravissimes erreurs : la principale est l’attitude, je veux dire la ligne que vous avez défendue, que la Quatrième Internationale a défendu entre 1940 et 1944, ligne qui n’était d’ailleurs pas conforme à la pensée de Trotsky avant sa disparition »2.

L’accusation, d’ailleurs floue, est sans appel, « gravissimes erreurs », et Pierre Goldman évoque « la ligne », alors que le moins que l’on puisse dire est qu’il y eut chez les trotskystes plusieurs attitudes face à la guerre et à la Résistance, au moins au début. Mais pour cette jeunesse de l’après-guerre il ne peut y avoir que deux camps, celui des résistants et celui des collaborateurs. Le Ministère de l’Éducation Nationale, les enseignants et les associations d’anciens résistants qui organisent les fameux concours de la Résistance ont beaucoup contribué à cette simplification, de même que le PCF.

Or ce dernier, au début de la guerre, avait tendance à renvoyer dos-à-dos les deux principaux pays en conflit, Angleterre et Allemagne nazie, et à faire de De Gaulle un agent de la finance anglaise3. Cette attitude initiale, peu conforme avec l’image du « parti des fusillés » que le PC veut donner après la guerre a été longtemps passée sous silence par lui. Ainsi sans doute pour ne pas laisser au seul de Gaulle le bénéfice d’un appel précoce à la Résistance, L’Humanité cite abondamment en 1944-45, l’appel à l’action que le PC aurait lancé dès le 10 juillet 1940. Or certains historiens émettent des doutes, sinon sur son authenticité, du moins sur sa date réelle. Pour Jean-François Muracciole, il est antidaté4. Quant à Claudy Delattre, dans son article du Mouvement Social5, il s’étonne que seul de tous les numéros de L’Humanité clandestine il porte mention « Directeur Marcel Cachin » ; de plus observe-t-il, le numéro 60 est daté du 7 juillet 40, le numéro 61 du 13 juillet 40. Par contre le PC a eu tendance à annexer des militants ouvriers victimes de la terreur nazie qui n’étaient pas – ou plus – membres du Parti, ainsi Marc Bourhis et Pierre Guéguin (ou Guéguen). Tous deux enseignants, le premier militant trotskyste dès 1933 dans le Finistère, le second maire communiste de Concarneau en rupture de parti après la signature du pacte germano-soviétique, font partie des 27 otages fusillés par les nazis dans la carrière de Châteaubriant le 22 octobre 1941. Pendant les années 1970, la LCR n’a cessé de mener campagne pour que le PC et en particulier Fernand Grenier, président de l’Amicale de Châteaubriant, reconnaissent que parmi les 27 se trouvaient un trotskyste et un opposant au stalinisme6. Aujourd’hui les stèles de Marc Bourhis et de Pierre Guéguin ne font état que de leur appartenance syndicale ou de leur fonction élective7.

Il n’était pas facile donc pour un parti se réclamant prioritairement de la classe ouvrière, du combat des colonisés, de se positionner au début de la Seconde Guerre mondiale. Pas plus que les autres, les trotskystes n’ont été à l’abri d’errements ou même de « déraillements »8. La disparition brutale de Léon Trotsky, assassiné le 20 août 1940, la rupture des relations entre trotskystes européens et américains, tous ces facteurs contribuent à désorienter les militants. En particulier, la mort de Trotsky n’allait pas permettre au mouvement d’achever l’élaboration stratégique amorcée en 1940 et de passer du « défaitisme révolutionnaire » à la « politique militaire du prolétariat ».

Cela n’empêche pas les militants trotskystes de mener un combat courageux dans les usines et auprès des soldats allemands notamment. Ceci leur vaut de connaître la répression, plusieurs dizaines d’entre eux, dont le secrétaire général du POI [Parti ouvrier internationaliste], Marcel Hic, connaissent les camps et y périssent. Dans ces camps ils continuent à militer et à résister, fidèles à l’internationalisme9. Mais ils ont aussi à faire face à la vindicte des staliniens dont on connaît aujourd’hui la responsabilité dans la mort de Pietro Tresso et de ses camarades10.

  1. Du « défaitisme révolutionnaire » à la « politique militaire prolétarienne »

Dès 1934 les trotskystes développent, dans un texte important, leur position sur une guerre que l’arrivée d’Hitler au pouvoir rend probable à brève échéance. Il s’agit de ne pas répéter la trahison de la social-démocratie en 1914 en soutenant « son » impérialisme contre l’impérialisme étranger. Comme celle de 1914, la guerre à venir mettra aux prises deux impérialismes pour le partage du monde. D’ailleurs dans un camp comme dans l’autre, on trouvera des États fascistes ou semi-fascistes, bonapartistes, et des États « démocratiques ». Le parti ouvrier ne doit pas verser dans le chauvinisme sous prétexte de soutenir son impérialisme national « pour sa fragile coque démocratique »11. On ne peut déroger à cette règle du « défaitisme révolutionnaire » qu’en cas d’agression commise contre un peuple opprimé. Ainsi Trotsky, après l’invasion de la Chine par le Japon, appuie la guerre du peuple chinois : « Les organisations ouvrières du Japon n’ont pas le droit d’être patriotes, mais celles de Chine l’ont »12.

Le prolétariat doit donc conserver son indépendance et son « irréductible hostilité au gouvernement impérialiste de son propre pays »13. Ainsi les trotskystes refusent de différer les revendications sociales tant que dure le conflit sous prétexte de combat contre le nazisme. Gerd-Rainer Horn rappelle que plusieurs d’entre eux furent condamnés et emprisonnés pour cela en Grande-Bretagne, en Irlande et en Suisse pendant la guerre14.

La guerre une fois déclarée, le Manifeste adopté par la IVe Internationale à sa Conférence dite d’Alarme, tenue à New York le 26 mai 1940, réaffirme ces positions : La classe ouvrière n’a pas « à aider les démocraties contre le fascisme allemand »15. La tâche « n’est pas de soutenir une partie du système capitaliste contre l’autre mais d’en finir avec le système dans son ensemble ». Car en effet, le pendant de ce refus de collaborer avec la bourgeoisie (il est rappelé « l’imposture du Front populaire qui paralyse les masses laborieuses », les met à la remorque de la « bourgeoisie progressive »), c’est la réaffirmation que la « tâche stratégique » de l’heure, c’est « la transformation de la guerre impérialiste en guerre civile »16. Seul le prolétariat d’un pays allié à l’URSS pourrait être amené à atténuer, sans pour autant y mettre fin, sa lutte contre son gouvernement. Ainsi il serait absurde que le prolétariat américain sabote l’envoi de munitions à l’URSS, en cas d’alliance des deux pays. Car une autre des caractéristiques constantes des textes adoptés majoritairement par la Quatrième Internationale est la réaffirmation de la nécessaire défense de l’URSS, première expérience d’économie planifiée.

Mais dès 1934, dans le texte « La Guerre et la Quatrième Internationale », Trotsky, son principal rédacteur, appelle l’avant-garde prolétarienne à participer à la guerre si la classe ouvrière a été incapable de l’empêcher17. Il faut se distinguer des pacifistes, des objecteurs de conscience et s’assumer comme « révolutionnaires militaristes »18. Dialoguant avec les militants du SWP en visite à Mexico peu avant son assassinat, Trotsky leur demande d’exiger des syndicats américains qu’ils luttent pour que l’État forme militairement les ouvriers : « Nous voulons des officiers ouvriers »19.

C’est le seul moyen de préparer la prise du pouvoir lors des situations révolutionnaires qui ne manqueront pas de se produire. Les derniers mots de Trotsky prononcés le jour de son assassinat et trouvés dans son dictaphone précisent que la nouvelle orientation stratégique du mouvement baptisée « politique militaire prolétarienne, est une continuation de la politique élaborée pendant la dernière guerre impérialiste, avant tout sous la direction de Lénine. Mais une continuation ne signifie pas une répétition »20. Il s’agit d’être prêt à transformer la guerre impérialiste en guerre civile, et les militants de l’avant-garde doivent donc se préparer à encadrer les masses qui se mettront en mouvement selon un scénario que Trotsky voit proche de celui de la fin de la Première Guerre mondiale.

  1. Positions et attitudes contrastées des trotskystes français jusqu’en 1944

Certes, la situation de guerre perturbe la vie des militants trotskystes, mais les deux principaux groupes (Parti ouvrier internationaliste et Comité communiste internationaliste issu de l’ex-Parti communiste internationaliste) se révèlent capables de renouer les liens et de reconstruire leurs micro-organisations21 assez tôt. Le premier numéro de La Vérité clandestine, organe du POI, date ainsi du 31 août 1940. Les militants du CCI envoient leurs dirigeants, notamment Pierre Frank, à l’étranger dès la déclaration de guerre. Ils publieront 20 numéros de Correspondance Internationaliste jusqu’en avril 1940. Ce groupe a été « durement éprouvé par l’arrestation en février 1940 d’une douzaine de membres-sympathisants dont le postier Charles Margne »22.

Quant aux constructions théoriques dues à Testu (Henri Molinier) qui dans un texte du 28 août 1940 au titre emprunté à Lénine, « Que Faire ? », tente de caractériser la situation nouvelle de l’Europe au lendemain des victoires d’Hitler, elles apparaissent comme surprenantes. Pour lui les victoires nazies ouvrent une longue période de recul pour le mouvement ouvrier, il faut s’y adapter. « Que Faire ? » propose donc l’entrisme dans les organisations fascistes et d’ailleurs aussi dans le PCF et ses comités populaires, sans qu’il ne s’agisse là d’une adhésion aux idées collaborationnistes, bien sûr. Quelques militants entrent alors au RNP (Rassemblement national populaire) de Marcel Déat, Henri Molinier donc (avec l’accord de la direction du CCI), Roger Foirier pour très peu de temps, Maurice Déglise plus longtemps. Ce dernier « s’y enlisa »23. Arrêté et détenu à la Libération pendant deux mois pour collaboration, il fut libéré pour avoir sauvé la vie de militants du PCF en les prévenant de leur arrestation24.Un autre militant gagné lors de l’entrisme à la SFIO par l’ex-PCI en 1936, Paul Cognet, dirigeant de la Fédération CGT de l’habillement, se rallia à Pétain, siégeant dans les organismes corporatifs mis en place par la Charte du Travail25. Quant à René Binet (1913-1957), contre qui le CCI publia une mise en garde en avril 1943, il semble bien que nous soyons en présence du seul cas de trotskyste devenu nazi26. Cet employé, syndicaliste CGT et ancien militant des JC (il en fut exclu en 1934) se rapprocha de l’ex-PCI dont il devint membre du CC en 1936. Ayant regroupé une quinzaine de militants autour de lui dans sa ville du Havre, il y publie un journal Le Prolétaire en 1938-39. Dans un article du 1er septembre 1938 intitulé « La chasse aux trotskystes est ouverte », il propose de « désigner des otages parmi les chefs staliniens » pour que cessent les agressions contre l’avant-garde révolutionnaire27. Prisonnier en Allemagne il évolue vers le nazisme auquel il reste fidèle jusqu’à sa mort28.

Il est à noter que d’autres figures du trotskysme d’avant-guerre furent en partie désorientées, parmi elles Jean Rous. A l’automne 1940 il prétendit créer avec Fred Zeller et Maurice Jaquier notamment, un MNR (Mouvement national révolutionnaire) hostile à la fois à Vichy et à de Gaulle, à Londres et à Moscou, une position intermédiaire extrêmement difficile à tenir. Après la disparition du mouvement en 1941 du fait de la répression, il rejoignit la Résistance et la SFIO en 194429. Mais à l’intérieur du CCI, à l’initiative de Rodolphe Prager et de Jacques Grinblat (Privas)30, un coup d’arrêt est donné dès janvier 1941 à la dérive jugée dangereuse initiée par le texte d’Henri Molinier. Ce dernier est exclu de la direction à cette date. Le travail des militants est orienté vers l’implantation dans les usines, « dans la perspective de transformer la guerre inter-impérialiste en révolution prolétarienne »31. C’est dans les usines de la banlieue de Puteaux-Suresnes que des progrès réels furent accomplis, les militants qui en ont été les acteurs ou les témoins parlent volontiers du « bastion prolétarien » du parti32. Un des militants les plus actifs de ce groupe est Raoul (Claude Bernard, 1921-1994), inscrit en philosophie à la Sorbonne en novembre 1940. C’est là qu’il adhère au CCI. Affecté à une cellule ouvrière, il se fait embaucher en usine comme tous les étudiants de l’organisation. Mais parallèlement à son travail ouvrier, Raoul fut l’un des bâtisseurs du groupe communiste internationaliste indochinois de France à partir de juillet 1942.

Un autre regroupement trotskyste, plus modeste encore par la taille, puisqu’au début il ne regroupe que deux couples – Barta (David Korner)33 et Louise, Jacques Ramboz et Lucienne – porte aussi son effort sur les usines. Un des tous jeunes militants de ce groupe, Mathieu Bucholz (19 ans en 1941) gagne ses anciens camarades d’école, Jean et Pierre Bois, ex-JC34. Ce dernier, ouvrier très jeune dans le bâtiment puis la SNCF, se fait embaucher dans la métallurgie sur demande de l’organisation. Entré à Renault-Billancourt en mai 1946, il fut l’animateur de la grève qui, en mai 1947, amena les ministres communistes à quitter le gouvernement tripartite35. Le militantisme opiniâtre d’une organisation – on a presque envie de dire d’un homme, Barta – semble validé par cette issue. Cette organisation, par ses tracts et ses publications (La Lutte de Classes paraît régulièrement à partir de 1942), s’emploie aussi à dénoncer très vigoureusement le social-patriotisme auquel aurait succombé le POI, la principale organisation trotskyste : « Dans ce travail (introduire le poison nationaliste-chauvin dans les rangs ouvriers) le POI a occupé une des premières places parmi les partis ouvriers… Ne fut-il pas dès l’été 1940 un des initiateurs du concert nationalo-démocratico-allié ? »36.

Se félicitant de la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 sur la tombe du soldat inconnu à l’Arc de Triomphe, La Vérité, publiée par les militants du POI, appelle en effet à la création de Comités de vigilance nationale pour mieux organiser les futures manifestations37. Dans un texte de septembre 1940 adopté à l’unanimité par le CC, le POI lance un appel à la « fraction française » de la bourgeoisie, qu’il oppose aux fractions allemande et anglaise. De Gaulle est caractérisé comme « un pantin au service de l’État-major anglais », mais « le gaullisme des larges masses est un phénomène largement progressiste »38. Le parti se demande donc comment faire pour se tourner vers cette fraction de la bourgeoisie. Si l’on en croit Frédéric Charpier, qui rapporte le témoignage de Gérard de Sède, jeune militant en 1940, le POI aurait soutenu matériellement le groupe d’Yvon Morandat, le Mouvement ouvrier français, une personnalité étiquetée gaulliste de gauche après la guerre39. En tout état de cause le POI s’est reconstitué lui aussi rapidement au début de la guerre à la suite d’un rapprochement, d’après Yvan Craipeau, entre son groupe, « La Voie de Lénine », issu du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), et celui de Marcel Hic et David Rousset… La conférence d’unification a eu lieu en août 40 dans une grotte près de Mantes, ville dans laquelle Yvan Craipeau enseignait. Cette réunification permet la sortie du journal La Vérité, d’abord ronéotypé puis imprimé à partir du numéro 20, du 15 septembre 1941. Une minorité, l’opposition internationaliste, dirigée par Marcel Gibelin, se constitue également par opposition à toute déviation nationaliste. Le groupe est actif dans les Auberges de jeunesse. Une de ses militantes, Lucienne Abraham (Michèle Mestre), en est responsable nationale jusqu’à son arrestation en 1941. Les Auberges de jeunesse constituent un lieu de recrutement. Mais très tôt aussi le groupe se pose le problème de la fraternisation avec les soldats allemands : « Il faut gagner l’Armée allemande à la lutte contre l’hitlérisme »40.

A posteriori Yvan Craipeau confirme : « Nous étions tous d’accord pour condamner l’assassinat indifférencié des soldats allemands comme le pratiquaient les communistes »41. Le premier numéro du journal en allemand destiné à ce travail sort en juillet 1943. Presque entièrement rédigé par Widelin (Martin Monat), un militant trotskyste allemand abattu par la Gestapo en juillet 1944 après 4 ans de traque, Arbeiter und Soldat est publié jusqu’à cette date. Il permet de regrouper à Brest une quinzaine de soldats allemands, à l’origine eux-mêmes d’une feuille ronéotypée Zeitung für Soldat und Arbeiter im Westen. Cette « entreprise héroïque »42 se termine dans le drame, les nazis ayant réussi à identifier les militants allemands et français. Le 17 octobre 1943 le groupe de Brest est arrêté, le principal protagoniste de ce travail, Robert Cruau, jeune postier originaire de Nantes, meurt sous la torture. Les nazis remontent jusqu’à la direction nationale de l’organisation. Sont arrêtés Marcel Hic, qui meurt en déportation, David Rousset43, Marcel Beaufrère, sa femme Odette, Roland et Yvonne Filiâtre. De l’ancienne direction, seuls Yvan Craipeau et Gibelin ont échappé aux arrestations44. Le parti a aussi été lourdement frappé en province dès le 2 juillet 1942. La police réussit à identifier le dirigeant du groupe de Marseille, Albert Demazière, grâce à un document « microphototypé » glissé dans un savon par Jan Van Heijenoort à New York et tombé entre les mains de la police45. Vingt militants sont arrêtés à Marseille et cinq à Lyon, dont le mathématicien Gérard Bloch. Laurent Schwartz qui était en contact avec ce dernier évite miraculeusement l’arrestation. André Essel échappe aussi de justesse aux gendarmes venus l’arrêter, et gagne alors Paris où il aide à reconstituer l’organisation. D’après Jean-Michel Brabant, 120 militants furent arrêtés, déportés. Rodolphe Prager comptabilise à peu près quarante décès de trotskystes français ou ayant milité en France, du fait de la répression46. Malgré tout les effectifs continuèrent à croître, après l’unification de février 1944 ils montèrent jusqu’à 50047.

  1. Réunification du mouvement trotskyste et répétition générale…

En effet, poussés par la direction de la IVe Internationale qui s’était reconstituée à l’échelle européenne et avait tenu une conférence en février 1944, et particulièrement par Michel Raptis dit Pablo, trois des quatre groupes trotskystes se réunifient en février-mars 1944 dans le Parti communiste internationaliste (PCI) : le POI, le CCI et le groupe Octobre, petite formation née en 1943 autour de certains militants venus du mouvement abondanciste48 et dont le principal dirigeant était devenu Henri Molinier. Le rapport de force transparaît à travers la répartition des sièges au comité central : 3 pour le POI, 2 pour le CCI et 1 pour le groupe Octobre (un représentant du secrétariat provisoire européen ayant une voix en cas d’égalité)49. Le premier congrès de cette formation unifiée ne se tient qu’en novembre, en raison des difficultés existantes, dont la moindre n’était pas la vague d’arrestations importante que subit le POI en mars 194450. Seule l’organisation de Barta reste à l’écart de cette fusion, considérant le PCI comme « petit-bourgeois ». Ce regroupement apparaît d’autant plus nécessaire, aux yeux des trotskystes, que la fin de la guerre approche peu à peu. Fidèles à une grille de lecture marquée par l’expérience de la Première Guerre mondiale, ils postulent en effet l’émergence d’une vague révolutionnaire massive, qui doit, menée par les sections de la IVe Internationale, renverser la bourgeoisie et permettre de construire le socialisme.

Le point de départ envisagé pour ce nouvel essor révolutionnaire n’est autre que l’Allemagne, « épine dorsale de la révolution européenne »51, une transposition de l’analyse des bolcheviks dans les années 1919-1923, pour qui l’Allemagne, puissance industrielle majeure et patrie du plus puissant mouvement ouvrier d’Europe, était la clef du succès de la révolution sur le continent… C’est ce qui explique que certains trotskystes voient le STO comme la possibilité d’aller travailler au contact des ouvriers allemands, bien que leur position à son égard (puis vis-à-vis de la relève) soit devenue très critique52, puisque son but est le renforcement d’un des impérialismes en guerre ; leur consigne initiale est de refuser le départ, et ce n’est qu’en cas d’échec qu’il faut saisir la chance d’aller vers les prolétaires allemands et étrangers également réquisitionnés53. Bien des militants devinrent ainsi réfractaires, à l’instar de Pierre Bois ou Michel Lequenne. Ceux qui se retrouvèrent en territoire allemand continuèrent quand ils le pouvaient à militer, une cellule trotskyste à Berlin étant même créée par des membres du CCI, comme Georges Chéron.

Les mots d’ordre avancés, « paix immédiate et fraternisation », s’inscrivent aussi dans cette optique, tout comme l’appréciation portée sur le débarquement allié54. Pour les trotskystes, en effet, ce dernier a surtout pour but d’enrayer toute révolution prolétarienne sur le continent, et d’éviter que les armées soviétiques ne soient les seules à libérer les pays sous domination nazie. Pourtant, il doit indirectement favoriser l’éclosion de soulèvements populaires sur le continent, encouragés par cet apport militaire. Ils recommandent donc la fraternisation avec les soldats anglais et américains, en plus des soldats allemands, la constitution de conseils de soldats s’inscrivant comme une étape vers la grève générale et la victoire révolutionnaire. C’est ce qui permet de comprendre la condamnation du terrorisme pratiqué par de nombreux groupes de résistants et qui prend pour cible des soldats de la Wehrmacht, une attitude qui se situe à contre-courant d’une politique de fraternisation. Les seules cibles que les trotskystes acceptent sont les membres de la Gestapo ou les SS, autrement dit des individus ayant a priori fait leurs les idées nazies, et non pas des ouvriers sous l’uniforme, mobilisés par la force des choses. Mais hostiles au terrorisme individuel, qui favorise la répression contre la population, ils recommandent plutôt « (…) la violence exercée par la masse des travailleurs »55, une violence qui doit dans un premier temps prendre la forme du sabotage industriel, en attendant d’être organisée56.

L’attitude à l’égard de la Résistance s’avère par contre plus problématique. La résolution du secrétariat provisoire européen de décembre 1943 sur « Le mouvement des partisans » recommandait de travailler au contact des mouvements de maquisards, sans toutefois apporter de soutien aux Alliés. Mais c’est là une consigne délicate et plutôt tardive, d’autant qu’auparavant, seule la majorité du POI se situait dans cette optique. En outre, divers facteurs rendirent difficile une telle orientation. Des facteurs objectifs, tout d’abord, les moyens limités des trotskystes, aussi bien financiers qu’humains, le danger qu’ils encourraient à rallier des maquis dirigés par des communistes. Et des facteurs subjectifs, une réticence de certains militants, liée au refus affirmé de privilégier un des camps impérialistes en lutte, comme en témoignaient les critiques du CCI à l’égard du POI. Pourtant, dès la première moitié de 1943, il semble que des contacts eurent lieu entre Marcel Hic et Jean Moulin, le POI souhaitant « (…) établir une collaboration technique et un échange d’informations, notamment contre la Gestapo »57, mais en conservant son indépendance vis-à-vis du CNR (Conseil national de la résistance). Le POI publie également, à compter de mai 1943, Ohé partisans !, rédigé par des FTP. Parmi les militants qui ont fait partie des maquis, on peut citer Henri Kunstlinger (« arrêté et fusillé à Lyon »58), André Calvès ou Gérard de Sède, qui participa à un maquis dans l’Oise contrôlé par les trotskystes, avec Albert Demazière et Paul Parisot. Ce maquis, qui compta jusqu’à vingt partisans « (…) déserteurs allemands, des républicains espagnols et des prisonniers de guerre soviétiques (…)»59), fut critiqué par certains membres du PCI60, mais abrita la conférence européenne de février 1944 de l’Internationale et réalisa un certain nombre d’actions de résistance (« récupération d’armes et de véhicules sur l’ennemi, pillage d’un train de munitions, (…) impression de tracts, brochures et faux papiers »61). Cet investissement dans des maquis avait pour but d’être au contact d’ouvriers en armes, de façon à les amener sur les positions du PCI et leur permettre d’aider leurs camarades restés en usines.

Avec le départ des troupes allemandes du territoire français, et en particulier de Paris à l’été, les trotskystes pensent que les conditions d’un soulèvement révolutionnaire sont réunies. Le 11 août, ils publient des affiches appelant à la grève générale (ainsi qu’à l’ouverture des prisons et des camps, à la constitution et à l’armement de milices ouvrières, et l’élection de délégués « comme en Juin 36 »), participent pour certains aux combats insurrectionnels, tentent d’utiliser un émetteur clandestin installé en banlieue qui ne fonctionne pas, s’efforcent de récupérer des armes, et auraient même essayé de s’emparer d’un pseudo trésor de la Werhmacht au palais du Luxembourg62. C’est dans ce contexte qu’Henri Molinier, devenu le responsable militaire du PCI, se fait tuer par un obus allemand alors qu’il transportait de l’argent pour la publication du journal. Les trotskystes récoltent en tout cas les fruits de leur travail ouvrier en impulsant, dans la semaine du 17 août, moment où débute l’insurrection parisienne, l’occupation d’une dizaine d’usines (vues comme le cœur de la révolution) et la création de comités ouvriers à Boulogne-Billancourt, Suresnes ou Argenteuil-Colombes63. Mais cette influence reste limitée, et ne débouche pas sur une généralisation du mouvement, de par les réticences de la base, l’arrivée des armées alliées à compter du 24 août, et l’opposition du PCF et de la CGT. De même, leur volonté de constituer des milices ouvrières par une transformation éventuelle des milices patriotiques du PCF, en insistant sur la nécessaire indépendance de celles-ci à l’égard du parti, se heurte à la dissolution de ces mêmes milices par l’État fin octobre 1944.

Il convient pour terminer de revenir quelque peu sur la question de l’antisémitisme, de la déportation et du génocide, surtout après ce qu’un auteur récent a écrit sur le sujet64. Dès le 26 mai 1940, dans son Manifeste, la IVe Internationale dénonce l’« (…) intensification monstrueuse du chauvinisme et particulièrement de l’antisémitisme », et de préciser : « (…) la société capitaliste en déclin essaie de presser le peuple juif par tous ses pores : dix-sept millions d’individus (…) ne peuvent plus trouver de place sur notre planète ! »65. Les trotskystes étaient en effet parfaitement conscients de la gravité de cette question, ce qui transparaît à travers des tracts ou des articles de La Vérité qui stigmatisent en particulier la répression contre les Juifs66. L’enfermement des Juifs dans le camp de Drancy est dénoncé par La Vérité en ces termes : « Camarades ! Il faut partout organiser la solidarité avec les juifs enfermés. Comme les militants ouvriers, ils sont, eux aussi, les victimes désignées du fascisme. Camarades, il ne faut pas les laisser mourir ! A bas l’antisémitisme ! Solidarité avec les victimes du fascisme ! » (la partie soulignée est en gras dans le texte). Et quand la propagande vichyste insiste sur l’origine juive de nombreux résistants auteurs d’attentats individuels, La Vérité, sous le sous-titre emprunté à Bebel « l’antisémitisme est le socialisme des imbéciles », écrit ceci : « En réalité la campagne antisémite montre son vrai sens : cacher à tout prix la vérité, diviser en « aryens » et « juifs » la grande famille des opprimés »67. Mais cette lecture de l’actualité à travers une grille lutte de classes les amène à mésestimer gravement les conséquences de la législation antisémite de Vichy. Commentant le premier Statut des Juifs adopté par Vichy le 3 octobre 1940, sous le titre « Un statut des Juifs ? Non ! Un statut des capitalistes », La Vérité fait un pronostic erroné, minimisant par anticapitalisme la portée de ces lois quand elle écrit : « Les boutiquiers juifs auront une pancarte… Quant aux spéculateurs, banquiers et capitalistes juifs, on ne pourra pas toucher à leur fortune, parce que leurs affaires sont étroitement liées à celles des spéculateurs, des banquiers et des capitalistes français » 68. Il ne s’agit pas là d’antisémitisme (une idéologie fermement condamnée par Trotsky69 et ses partisans, donc), mais plutôt d’une incapacité à concevoir l’inconcevable70. Les trotskystes comme les autres souffrent également du manque d’informations, ce qui explique qu’ils n’abordent pratiquement pas le cas du génocide. Il faut cependant mentionner l’article « Déportations en Haute-Silésie » (La Vérité, n° 44-45, 20 mai 1943), écrit à partir du récit d’un évadé anonyme71. Il décrit en effet avec de nombreux détails les conditions de vie et de travail dans le camp d’Auschwitz, sans mentionner l’existence de chambres à gaz (il parle de punitions comme « (…) envois dans les mines de sel et même passage par les armes devant les internés rassemblés », et signale la présence d’un crématorium). Mais comment des militants formés dans l’esprit des Lumières pouvaient-ils envisager une politique d’extermination systématique de tout un peuple ? Leur reprocher serait faire preuve d’une attitude pour le moins anachronique…

Conclusion

Si les trotskystes ne peuvent donc être assimilés à la Résistance « traditionnelle », ils n’en ont pas moins été, dans la limite de leurs forces, de farouches adversaires du nazisme et de la guerre, payant cet engagement par de nombreuses arrestations, exécutions et déportations. Le travail de fraternisation en direction de l’armée allemande, en particulier, se situe dans la lignée de l’internationalisme cher à Lénine et à Trotsky. Il était inimaginable pour les militants trotskystes de percevoir les occupants comme des « boches » à abattre sans discrimination. Ils ont persisté à penser – était-ce utopique ? – qu’il était possible de dissocier les prolétaires enrégimentés de leurs maîtres nazis72. On saisit mieux ainsi le caractère grossier de la campagne menée par le PCF après la guerre contre les « hitléro-trotskystes ».

Finalement, bien que la seconde guerre se termine pour l’Europe en mai 1945, les trotskystes ne sortiront véritablement de l’état d’esprit lié à cette période que de manière progressive : La Vérité n’est légalisée qu’en février 1946, la répression de l’État et du PCF se poursuit73, et certaines de leurs analyses postulent une stabilisation démocratique courte, ce qui permet de comprendre l’attachement à la clandestinité manifesté par une partie des militants. Sur l’Allemagne, ils expliquent en juin 1945 l’absence de révolution principalement par les destructions et les bombardements alliés sur le pays, et par l’occupation militaire, qui atomisent la population, sans oublier les ravages du nazisme74. Mais les événements d’Algérie en mai 1945, l’indépendance proclamée de l’Indochine en septembre, ne peuvent qu’inciter les trotskystes à porter leur regard vers ce monde colonial alors en pleine ébullition, un facteur supplémentaire pour favoriser le déclenchement de la révolution en métropole …

1Gérard de Verbizier, Ni travail, ni famille, ni patrie, Paris, Calmann-Lévy, 1994, 262 p.

2In Rouge quotidien, n° 483, 24 octobre 1977, p. 11.

3L’Humanité clandestine, 1er juillet 1940.

4Jean-François Muracciole, Histoire de la Résistance en France, Paris, PUF, Que Sais-Je ?, 1993.

5Claudy Delattre, « L’attitude communiste à travers L’Humanité clandestine pendant l’Occupation allemande, juin 1940-juin 1941 », Le Mouvement Social, n° 74, janvier-mars 1971, p. 109.

6Cette véritable campagne commence dès 1971 (article dans Rouge n° 129, 23 octobre 1971). Voir aussi l’article de Rodolphe Prager, « Les fusillés de Châteaubriant », Critique Communiste n° 2, novembre 1981. Ce numéro publie la photo d’une délégation de la LCR conduite par Alain Krivine rendant hommage aux fusillés dans la carrière de Châteaubriant. Les militants locaux de la LCR relaient cette campagne, cf. l’article « La Mémoire pour ne pas bégayer » dans L’Étincelle, bulletin de la LCR de Quimper, n° 8, octobre 1992.

7Marc Morlec, professeur d’histoire-géographie, a soutenu une maîtrise sur Pierre Guéguin à l’Université de Brest. Nous n’avons pu en avoir connaissance. Il doit la transformer en livre à paraître à l’automne 2002 chez Skol-Vreizh [Marc Morlec donne plus de détails sur ces deux militants dans son ouvrage, paru en fait en 2003, à Morlaix, aux éditions Skol Vreizh, sous le titre Filets bleus et grèves rouges. Le parcours de Pierre Guéguin est inclus dans une histoire sociale et politique de Concarneau, de 1914 au Front populaire. Note ajoutée en juin 2016].

8C’est le terme utilisé par Pierre Frank dans son histoire de la Quatrième Internationale, Paris, François Maspero, 1969.

9Voir la Déclaration des communistes internationalistes de Buchenwald, 20 avril 1945, publiée par Rodolphe Prager in Les Congrès de la Quatrième Internationale, volume 2, Paris, Édition La Brèche, 1981, p. 5 à 8.

10Pierre Broué, Raymond Vacheron Meurtres au maquis, Paris, Grasset, 1997. Les quatre militants assassinés par les staliniens au maquis Wodli après une évasion collective de la prison du Puy sont Jean Reboul, Abraham Sadek, Maurice Segal et Pietro Tresso, dit Blasco, ancien membre du Bureau politique du Parti communiste italien ayant rejoint l’opposition de gauche après son exclusion.

11Léon.Trotsky, Oeuvres, tome 4, « La Guerre et la Quatrième Internationale », 10 juin 1934, p. 48-85.

12Ibidem, Oeuvres, tome 14, intervention du 30 juillet 1937, p. 271, reprise par Jean-Paul Joubert, « Le défaitisme révolutionnaire », Cahiers Léon Trotsky, n° 23, septembre 1985.

13Ibidem, Œuvres , tome 4, op. cit.

14Horn G.Rainer, « Le trotskysme et l’Europe pendant la deuxième guerre mondiale », Cahiers Léon Trotsky, n° 39, septembre 1989, p. 57.

15Léon Trotsky, Sur la Deuxième guerre mondiale, Bruxelles, Édition La Taupe, 1970, p. 241.

16Œuvres, tome 4, op. cit.

17Œuvres, tome 4, op. cit.

18Œuvres, tome 24, « Discussion avec les visiteurs américains du SWP », 12-15 juin 1940 .

19Œuvres, tome 24, Ibidem.

20Œuvres, tome 24, « Bonapartisme, fascisme et Guerre », 20 août 1940, p. 366-376.

21 D’après Jean-Michel Brabant, Les partisans de la Quatrième Internationale en France sous l’Occupation, Maîtrise Paris VIII, 1974. Le POI avait 250 militants au moment de la déclaration de guerre, le CCI de Pierre Frank quelques dizaines.

22Rodolphe Prager, « Les années d’exil », in Pour un portrait de Pierre Frank, Paris, Édition La Brèche, 1985, p. 24 à 45.

23Michel Lequenne, Inprecor n° 470/471, mai-juin 2002, biographie de Rodolphe Prager (1918-2002), p. 44.

24Voir la biographie de Maurice Déglise (1903-1972) dans le Maitron. Ouvrier tourneur, membre du CC des JC puis candidat du PCI aux Législatives en 1936, il démissionne du CC en novembre, et garde des liens distendus avec le PCI jusqu’à la guerre.

25Rémy Handourtzel, Cyril Buffet, La collaboration…à gauche aussi, Paris, Perrin, 1989, p. 110.

26A ce propos, il convient de régler une fois pour toute le cas du terme d’« hitléro-trotskyste » : injure polémique inventée par les communistes, elle n’a aucune valeur scientifique puisqu’elle postule la coexistence dans le même individu d’idées trotskystes et nazies, un cas de figure jamais rencontré.

27Le Prolétaire, Le Havre, 1er septembre 1938, p. 4, BDIC Nanterre.

28Voir sa biographie dans le Maitron.

29Une thèse, déposée à l’OURS, a été consacrée à Jean Rous (1908-1985) par Pierre Chevalier. Sur le MNR, lire l’article du même Pierre Chevalier dans Dissidences (1ere série), n° 12-13, 2002.

30Curieusement pour Jean-Jacques Marie, in La Vérité, n° 583, septembre 1978, p. 176, Testu s’appellerait Xavier Privas. Difficulté de s’y retrouver dans les pseudonymes destinés à dérouter les policiers mais qui perturbent aussi les historiens.

31Michel Lequenne, in biographie de R. Prager, op. cit.

32Aussi bien Michel Lequenne que Raoul, in Cahiers Léon Trotsky n° 56, juillet 1995. Plus sobrement Michel Dreyfus évoque les tracts diffusés sur une quinzaine d’usines, dans son article « Les trotskystes français et la question nationale pendant la Seconde Guerre mondiale », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n° 103, juillet 1976, p. 24.

33Y.Craipeau écrit dans ses mémoires que Barta, alors membre de sa fraction du PSOP, « La Voie de Lénine », a été exclu de ce regroupement au début de la guerre pour n’avoir pas organisé l’impression d’un tract sur la déclaration de guerre.

34Voir le numéro spécial des CLT consacré à Barta (militant d’origine roumaine) et à l’Union communiste pendant la guerre, n° 49, janvier 1993. Mathieu Bucholz sera assassiné à la Libération par les staliniens, comme l’a rappelé Claire Faget (Louise) sur France Culture le 9 août 2002.

35Voir notamment la double page que Lutte Ouvrière a consacré à Pierre Bois à l’occasion de son décès, un peu avant ses 80 ans, L.O, n° 1752, 22 février 2002.

36CLT n° spécial Barta, op. cit., p. 70, extrait des Cahiers du Militant n° 1, 12 décembre 1942.

37La Vérité, n° 6, 15 novembre 1940. [Les citations de La Vérité sont extraites des numéros en fac similé, dans Jean-Michel Brabant, Michel Dreyfus, Jacqueline Pluet-Desplatin, « La Vérité » clandestine et son supplément « Arbeiter und Soldat », Paris, Études et Documentation internationales (EDI), 1978. Note ajoutée en juin 2016].

38 In Les Congrès de la Quatrième Internationale, Paris, Édition La Brèche, 1981, volume 2, rapport adopté par le CC du POI, in Bulletin du Comité pour la Quatrième Internationale, n° 2, 20 septembre 1940, p. 92-102.

39Frédéric Charpier, Histoire de l’extrême-gauche trotskiste, Paris, Éditions 1, 2002.

40La Vérité, n° 6, 15 novembre 1940.

41Yvan Craipeau, Mémoires d’un dinosaure trotskyste, Paris, L’Harmattan, 1999.

42Selon les termes de Laurent Schwartz, Un mathématicien aux prises avec le siècle, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

43Souvent le POI a été accusé de laxisme, de manque de rigueur dans le travail clandestin. Les circonstances de l’arrestation de David Rousset semblent le confirmer. Après l’arrestation de Marcel Hic avec qui il était en contact, il rentre malgré tout chez lui et est arrêté le lendemain (in Émile Copfermann, David Rousset. Une vie dans le siècle, Paris, Plon, 1991).

44Ces événements forment la trame du roman de Marek Corbel, Les Gravats de la rade, Gudensberg-Gleichen (Allemagne), Editions Wartberg, 2015. Lire le compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/6307 (Note ajoutée en juin 2016).

45Pour plus de détails, voir Frédéric Charpier, op. cit.

46In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol.2, op. cit., p.470-3.

47Moins de 200, d’après Michel Lequenne, in « Notes sur notre histoire-III », in Critique communiste, n° 151, p. 96.

48Ce mouvement, fondé en 1929 par l’économiste Jacques Duboin, prônait une répartition égalitaire de la production économique grâce à l’abondance de richesses permise par la mécanisation.

49In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 188.

50Étaient ainsi arrêtés Maurice et Renée Laval, Marguerite Métayer, Pauline Kargeman, etc… qui furent tous déportés. Voir Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 470.

51Voir les « Thèses sur la liquidation de la deuxième guerre impérialiste et la montée révolutionnaire », in Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 193 à 231.

52In Jacqueline Pluet-Despatin, Les trotskistes et la guerre 1940-1944, Paris, Anthropos, 1980, p. 186 à 190.

53Contrairement à ce qu’écrit Christophe Nick dans Les trotskistes, Paris, Fayard, 2002, p. 304-305.

54Voir Jacqueline Pluet-Despatin, op. cit., p. 156 à 159.

55In La Vérité, n° 20, 15 septembre 1941, article « Terrorisme ou organisation des masses ? ».

56On peut néanmoins relever qu’un des membres du groupe dit « l’Affiche rouge », Armenak Manoukian, était initialement trotskyste. Voir sa notice biographique dans le Maitron.

57In Yvan Craipeau, Contre vents et marées, Paris, Savelli, 1977, p. 181-182. « Un local fut équipé en commun, rue Daguerre, avec le réseau Vélite-Termophyles où étaient tapées les correspondances et les notes du CNR. Y travaillaient deux permanents (René Bleibtreu et Weismaner dit Delmotte) et plusieurs dactylos « prétées » par le POI. L’organisation d’une des réunions du CNR fut par exemple assurée, ainsi que sa protection, par Kilian et des militants du POI ».

58In Jean Rabaut, Tout est possible ! Les « gauchistes français » 1929-1944, Paris, Denoël, 1974, p. 373.

59Témoignage écrit de Gérard de Sède du 4 janvier 1999 pour le Dictionnaire Maitron.

60« (…) les mêmes qui préconisaient de tuer “ les bourreaux SS et de la Gestapo ” (La Vérité, 1er août 1944) (…) s’indignaient que nous ayons transmis à Londres les sites des rampes de lancement des V1 et V2, situés dans l’Oise, ce qui était à leurs yeux choisir un camp impérialiste contre l’autre, en oubliant que Hitler venait précisément de confier à la SS le direction de tout ce qui concernait les fusées !», lettre de Gérard de Sède à Jean-Guillaume Lanuque du 8 août 2000.

61Témoignage écrit de Gérard de Sède, cité à la note 59.

62In Jean Rabaut, op. cit., p. 374, et Yvan Craipeau, Mémoires d’un dinosaure trotskyste, op. cit., p. 174 à 179.

63Lire les pages 125 à 128 du travail de Céline Malaisé, Trotskysme et engagements militants en France de 1938 à 1944, qui avait été chroniqué dans le n° 9 de Dissidences-BLEMR.

64« Les Juifs sous Vichy : un détail pour les trotskistes », p. 305 de Christophe Nick, op. cit.

65Oeuvres, tome 24, « Manifeste de la IVe Internationale sur la guerre impérialiste et la révolution prolétarienne mondiale », 23 mai 1940, p. 29.

66Article « Au camp de Drancy », paru dans La Vérité n° 26 du 5 décembre 1941. Lire également les pages 99 à 103 de la maîtrise de Céline Malaisé, op. cit.

67In La Vérité, n° 27, 1er janvier 1942.

68La Vérité n° 5, 1er novembre 1940

69Cf Enzo Traverso, Les marxistes et la question juive, Paris, Kimé, 1997.

70Comme le dit Pierre Laborie, L’Opinion française sous Vichy, Paris, Seuil, Points-Histoire, 2001, p. 276 : « L’énormité et l’horreur des faits entraient difficilement dans ce que les esprits étaient intellectuellement capables et pouvaient moralement accepter de concevoir ».

71Christian Eyschen, dans son ouvrage La Libre Pensée contre l’Église (1999), le qualifie de « (…) premier témoignage sur l’horreur d’Auschwitz (…) », et signale qu’il fut «(…) repris le 12 octobre dans Libé Sud et en février 1944 dans Franc-Tireur », p. 207.

72Ils ne pouvaient connaître le degré important d’implication des soldats de la Wehrmacht dans les massacres et crimes de guerre commis en URSS, contre les populations soviétiques et juives, implication mise en lumière par des historiens comme Omer Bartov, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette, 1999. (Note ajoutée en juin 2016).

73 A titre d’illustration, lire René Dazy, Fusillez ces chiens enragés !… Le génocide des trotskistes, Paris, Olivier Orban, 1981, p. 305 à 321.

74In Les Congrès de la Quatrième Internationale, vol. 2, op. cit., p. 291.

Matthieu Renault, C.L.R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », Paris, La Découverte, 2016, 232 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Matthieu Renault, qui avait déjà livré par le passé une étude sur Frantz Fanon, s’est intéressé à une figure bien moins connue en terre française, celle de Cyril Lionel Robert James (1901-1989), que l’on retient principalement pour son ouvrage Les Jacobins noirs, consacré à la révolution haïtienne, voire, en ce qui concerne les plus « trotskologues », pour ses discussions avec le « Vieux » [Léon Trotsky] sur la question noire. Pourtant, l’approche de Matthieu Renault permet de souligner toute l’actualité de sa pensée et de sa réflexion, marquées, selon l’auteur, par une ambiguïté, une double tendance, ce que cherche justement à refléter le sous-titre choisi : « Platon noir », cette expression journalistique du début des années 1980, souligne la filiation occidentale de James, son admiration pour la Grèce antique et sa stature d’intellectuel total, tandis que l’adjectif permet de mettre l’accent sur son identité d’opprimé, de colonisé.

C.L.R. James est né à l’aube du XXe siècle, à Trinidad, alors colonie anglaise, et son éducation toute britannique sera totalement assimilée, faisant de lui un pur produit de la culture du Royaume-Uni. Passionné de littérature dès son plus jeune âge, il le fut également par le cricket, qu’il analysa en profondeur et sur lequel il écrivit tout au long de son existence. C.L.R. James s’essaya d’abord à une carrière d’écrivain, ses nouvelles et roman déclinant une forme de réalisme social, axé sur la vie des noirs pauvres de son île. L’empathie qu’il manifeste à leur égard s’accompagne, sur le plan politique, d’un réformisme libéral, visant à l’autonomie de Trinidad, et insistant sur l’égalité entre blancs et noirs. Il se rend, au début des années 1930, en Angleterre, et c’est dans la ville ouvrière de Nelson (dans le Lancashire) qu’il découvre le marxisme et devient révolutionnaire. Il est alors profondément marqué par sa lecture de l’Histoire de la révolution russe de Trotsky et Le Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler, deux livres qui témoignent à ses yeux d’une idée-force de sa pensée, celle de l’histoire-mouvement. En 1934, il intègre la fraction trotskyste au sein de l’Independent Labour Party (ILP), et participe même à la fondation de la IVe Internationale en septembre 1938. L’ouvrage qu’il publie à l’époque, World Revolution, est une démonstration de cette « orthodoxie » trotskyste qui est alors la sienne (dont un « eurocentrisme » que Matthieu Renault nous semble avoir légèrement tendance à surévaluer dans le trotskysme de l’époque). A la même période, C.L.R. James milite également dans le mouvement panafricain, au sein de la League of Coloured People et de l’International African Friends of Ethiopia, aux côtés de George Padmore1. Enfin, il se penche sur la révolution de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle, écrivant une pièce de théâtre sur Toussaint Louverture et son étude fameuse, Les Jacobins noirs2. La tension évoquée par le sous-titre, celle entre une forme d’eurocentrisme et une tendance au décentrement, Matthieu Renault en voit justement l’émergence à cette époque foisonnante pour C.L.R. James.

Déménageant aux États-Unis à la fin des années 1930, il se penche sur la question noire dans ce cadre national, revendiquant la constitution d’une organisation autonome noire (pour nouer une alliance de classe avec les prolétaires « blancs »), en qui il perçoit une possible avant-garde révolutionnaire (il trace ainsi un parallèle avec les minorités nationales dans la praxis de Lénine). D’abord membres du Socialist Workers Party (SWP), il rejoint en 1940 le Workers Party (WP), issu d’une scission minoritaire du précédent : il y constitue une tendance avec Raya Dunayevskaya, la Johnson-Forest Tendency (leurs pseudonymes respectifs), caractérisée en particulier par l’analyse de l’URSS comme capitalisme d’État. Rompant avec le WP au milieu des années 1940, cette tendance rejoignit brièvement le SWP, avant de le quitter au début des années 1950. C’est durant cette décennie riche en réflexions politiques que C.L.R. James mit au premier plan de ses préoccupations l’idée d’auto-émancipation des masses ; il travailla également beaucoup sur la dialectique hégélienne, revue par Lénine dans ses Cahiers philosophiques, et en garda le principe d’une histoire fonctionnant par bonds (telles les révolutions haïtienne ou russe). Sur le plan culturel, C.L.R. James défend les arts populaires, une position qui sera la sienne toute sa vie, car selon lui, ils « (…) expriment « les émotions et sentiments les plus profonds du peuple américain ». » (p. 129). Il livre également des analyses de certains auteurs, dont la plus connue est sans doute celle du Moby Dick d’Herman Melville. Pour lui, on est là en présence d’une véritable métaphore du capitalisme industriel alors en plein essor, où Achab incarne la figure du bourgeois, Ismaël le prototype d’un petit bourgeois, face à un équipage cosmopolite mais encore insuffisamment mûr pour la révolte. C.L.R. James est finalement expulsé des États-Unis en 1953, en pleine période « anti-rouge », malgré la mise en avant de ses efforts pour valoriser son étude de la littérature nationale.

Revenu en Grande-Bretagne, il participe avec Raya Dunayevskaya à Correspondence, proche de Socialisme ou Barbarie, avant de rompre avec cette dernière. Il se retrouve finalement, dans les années 1960, au sein d’un groupe fort réduit, Facing Reality, du nom d’un texte cosigné avec Cornélius Castoriadis en défense de la révolution hongroise de 1956. Au fil des ans, C.L.R. James affine sa vision de la révolution (« folie raisonnable », p. 163) et du socialisme. Il fait ainsi un éloge appuyé de la démocratie athénienne, en laquelle il voit le prototype du socialisme à venir, et salue également avec emphase l’action de Nkrumah au Ghana, exemple à ses yeux de ces bonds en avant qui font avancer l’histoire ; il tend d’ailleurs, à cette occasion, à valider l’utilité, pour les pays décolonisés, d’un parti d’avant-garde, à la différence des pays déjà développés. A la fin des années 1950, il retourne à Trinidad et participe aux premiers pas du nouveau pays, avant de connaître une désillusion, due en particulier à l’acceptation du maintien d’une base étatsunienne sur place et à l’abandon du projet de fédération des Antilles britanniques. Il passe les dernières décennies de sa vie principalement au Royaume-Uni, non sans quelques séjours en Afrique, le leader de la Tanzanie, Julius Nyerere remplaçant Kwamé Nkrumah comme leader progressiste panafricain.

Le livre de Matthieu Renault3 est d’un grand intérêt, offrant une vue panoramique relativement complète du parcours intellectuel et politique de C.L.R. James, basée sur ses écrits, y compris sa correspondance avec Constance Webb, devenue un temps son épouse (il lui explique d’ailleurs que la lutte de classe traverse chaque individu, elle ou lui compris). Les seuls reproches que l’on pourrait éventuellement lui adresser concernent un certain manque de chair, l’aspect plus classiquement biographique, presque prosaïque, demeurant généralement en arrière-plan de l’exposé4. En l’espèce, néanmoins, cette invitation à la découverte d’une œuvre est d’une brûlante actualité, C.L.R. James ayant été un analyste marxiste majeur de la culture, s’étant toujours efforcé de combiner revendications spécifiques des minorités avec une problématique universaliste, critiquant dès la fin des années 1960 la focalisation sur le facteur racial.

1Sur cette thématique, voir notre recension sur ce même blog du livre de Amzat Boukari-Yabara, Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme, Paris, La Découverte, 2014 : http://dissidences.hypotheses.org/5710

2« Les rapports de production à Saint-Domingue préfiguraient, en miniature, le devenir des luttes de classe à l’échelle mondiale et annonçaient les révolutions à venir, Les Jacobins noirs pouvant dès lors être lu comme une préface à l’Histoire de la révolution russe. » (p. 72), car James insiste sur le mélange, dans la colonie française d’alors, entre arriération et modernité, tout comme dans la Russie de 1917.

3Il a également postfacé un recueil d’articles de C.L.R. James, paru en début d’année (2016), intitulé Marins, renégats et autres parias chez Ypsilon éditeur.

4Quelques erreurs minimes de dates sont également présentes, ainsi du second congrès de la IVe Internationale en 1947 (ce fut 1948), p. 147, ou de 1950 substitué à 1960 p. 166 pour la rédaction de « Perspectives of our Party » à Trinidad.

Sam Johnson, Toute ma vie j’ai lutté, Paris, Les Bons caractères, collection « Témoignages », 2015, 290 pages, 16,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Traduit de l’américain (A Fighter All my Life), ce témoignage est celui d’un militant du groupe Spark (L’étincelle), organisation sœur, aux États-Unis, de Lutte Ouvrière. Comme le précise l’éditrice dans une note préliminaire, il ne s’agit pas d’un livre écrit à la première personne, mais de la retranscription d’entretiens oraux entre l’auteur nominal et des jeunes militants, puis la retranscription a donné lieu à un travail d’écriture. D’ailleurs, sur sa couverture, l’édition originale précise : The life and words of Sam Johnson.

Les trois lieux de vie de Sam Johnson à travers les États-Unis fournissent les trois parties du livre : Alabama (1939-1959), Californie (1960-1967) et enfin Detroit. La première partie porte sur la jeunesse et la famille de Sam Johnson à Gainesville (Alabama). Le récit se compose d’une série de flash-back avec de courts récits, articulés à chaque fois à une anecdote. Il en ressort que face au racisme ambiant, le jeune garçon apprend à se battre pour se faire respecter. La famille et ses divers membres (dont les photos de certains sont reproduites) se situent au cœur de l’exposé. Le sud ségrégationniste est le lieu du racisme, de la violence et des affrontements avec le Ku Klux Klan. Le jeune Sam fait rapidement l’expérience de la prison (il a 17 ans la première fois). Une de ses sœurs ayant déménagé en Californie, il décide de s’y rendre pour vivre une autre expérience. C’est à ce moment là qu’il rencontre la Nation de l’Islam, une des importantes organisations politico-religieuse, inspirée par l’islam, de la communauté noire. Attiré par la fête, l’alcool et la drogue, il ne parvient pas à se stabiliser dans un travail. Il passe ainsi plusieurs années avant de finalement décider de partir pour Detroit. C’est dans cette ville qu’il assiste aux émeutes de 1967, qui constituent un moment clé de sa prise de conscience, même s’il continue à prendre de l’héroïne. Embauché chez Chrysler, il rencontre des militants trotskystes qui diffusent un bulletin d’entreprise. La description (p. 163) de son processus de politisation est caractéristique de la manière dont procède le courant trotskyste avec lequel il entre en contact : « Avant ça [la fréquentation de Spark] je ne savais même pas qui était Karl Marx, Lénine ou Trotsky. Je ne savais pas qui était Malcom X ou Robert F. Williams1. Je ne savais rien de la révolution russe ». Avec cette rencontre, son destin bascule puisqu’il arrête les jeux d’argent et surtout stoppe sa consommation d’héroïne. L’entrée en militantisme correspond aussi à une attitude morale et à une nouvelle définition de son identité. Ayant franchit ce premier pas, il s’investit dans le mouvement syndical. Sans que cela soit explicité clairement, Spark envoie un de ses militants pour renforcer son activité et créer un groupe de sympathisants. Lui-même suit une formation syndicale, à l’université, durant plusieurs mois au début des années 70. Mais la pratique syndicale qu’il impulse repose sur l’action directe des travailleurs de son atelier. Si bien qu’il entre en opposition avec la structure syndicale qui le démet de son mandat. Avec l’aide de Spark, il poursuit une activité syndicale, mais sans mandat, organisant par exemple un pique-nique, rassemblant plusieurs centaines de travailleurs, le ludique renforçant le politique. Dans les bulletins ouvriers qu’il anime, il s’en prend aux petits chefs, à travers un style irrévérencieux qui a l’heur de déplaire (voir p. 195 ou 198, une reproduction d’une caricature). Finalement, en 1977, ont lieu de nouvelles élections syndicales et Sam Johnson candidate comme président, contre la direction du syndicat. Le trucage des élections amène finalement son licenciement, ce qui suscite une campagne pour sa réintégration. Durant trois longues années, il déploye un activisme à plein temps pour son organisation dans de multiples usines. Il profite également de ce temps pour reprendre ses études inachevées. Obtenant finalement sa réintégration, un bulletin Spark reparaît quelques mois plus tard. La description du fonctionnement du bulletin (dont des reproductions figurent dans l’ouvrage) constitue le mode opératoire du militantisme du courant LO. De nouveau licencié, il lui faudra une nouvelle bataille auprès des tribunaux durant deux ans avant de réintégrer son usine où il mène une nouvelle campagne pour être élu comme représentant syndical. En 1998, il obtient sa retraite, tout en continuant à militer. En 2003, son entreprise ferme.

Dans une quatrième et ultime partie, les leçons de son parcours sont tirées en expliquant le sens de son combat contre les patrons (terme qui revient comme un leitmotiv dans ce récit, alors que celui d’État n’est pas mobilisé une seule fois), qui peut se résumer par : « Nous sommes la force qui produit les richesses. En aucun cas on ne devrait vivre comme on vit aujourd’hui, des gens au chômage, des gens qui n’ont pas de toit, des gens qui crèvent de faim. On devrait avoir les mêmes choses que la bourgeoisie » (p. 288).

Au moins autant que pour ce récit, le livre vaut pour ce qu’il apporte de connaissances sur le type de fonctionnement déployé par les groupes Lutte ouvrière, aussi bien à l’échelle nationale qu’au niveau international. Il apporte également quelques lumières sur la question ouvrière et syndicale aux États-Unis, ce qui est loin d’être négligeable, du fait de la rareté des témoignages, militants ou non.

1Robert F. Williams (1925-1996) est un dirigeant noir du mouvement des droits civiques qui fut le premier à préconiser la résistance armée, dans les années 60. Recherché par le FBI, il s’exile à Cuba. Devenu plus ou moins proche du maoïsme, il s’installe en Chine. Revenu aux États-Unis, incarcéré, il est libéré à la suite de son procès.

Tariq Ali, Berlin-Moscou. La peur des miroirs (The Fear of Mirrors), Paris, Sabine Wespieser éditeur, collection « Fiction & Cie », 2014 (édition originale en 1998, première édition française chez Syllepse en 2001), 442 pages, 25 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Tariq Ali, intellectuel britannique d’origine pakistanaise formé à Oxford, ancien dirigeant du mouvement étudiant au Royaume-Uni dans les « sixties », a longtemps été investi dans les rangs de la IVe Internationale « officielle ». Depuis les années 90, il a publié à la fois des essais politiques (Bush à Babylone) et des romans, dont son cycle du Quintet de l’islam. Avec La Peur des miroirs, un titre plus fidèle et plus imagé que celui de cette nouvelle édition française (c’était le titre logiquement retenu par les éditions Syllepse en 2001), il jette un regard rétrospectif sur le court XXe siècle, vu sous l’angle d’une fiction sur l’engagement communiste, et ce quelques années après la vision plus classiquement historienne – et plus orthodoxe – d’Eric Hobsbawm dans L’Âge des extrêmes.

La trame narrative s’articule en deux ensembles complémentaires. Le premier, le plus contemporain, est centré Vladimir Meyer, alias Vlady, un universitaire de la RDA, oppositionnel à la bureaucratie de son pays, qui s’est beaucoup investi dans la lutte politique, mais se retrouve exclu et déçu par le cours capitaliste libéral qui suit la chute du mur de Berlin et la réunification1. Abandonné par sa femme, il affronte en outre l’incompréhension de son fils Karl, rallié au SPD. Grâce à son ami Sao, un vietnamien dont il a sauvé la vie au début des années 1980 et qui lui en est éternellement reconnaissant, tout en étant hanté lui aussi par les morts, il s’efforce de faire toute la lumière sur son passé, celui de sa mère, Gertrude, et surtout celui de son père, Ludwig, mort en 1937 avant sa propre naissance. C’est là que le lien se fait avec l’autre ensemble de l’intrigue, celui de la première moitié du XXe siècle, et plus précisément de ce moment où il était « minuit dans le siècle ». Les protagonistes en sont Ludwig, donc, haut responsable des services secrets soviétiques en Europe (le Quatrième bureau de l’Armée rouge, précisément, Lisa, son épouse, Félix, son fils, né l’année de la mort de Lénine, Gertrude [Schildbach], une des agents de Ludwig recrutée en 1923, et qui le trahira, ainsi que les amis de Ludwig ou ses collègues / bourreaux. Car sous les traits de Ludwig, Tariq Ali met en scène un personnage bien réel, Ignace Reiss (1899-1937), sur lequel son épouse, Elizabeth Poretski, a laissé un important témoignage2. Cet agent important de l’URSS décide de se rallier à Trotsky en 19373, sa défection entraînant son exécution, commanditée par Sergueï Spiegelglass4, un autre personnage du roman. Curieusement, pourtant, en dehors de quelques indices (Ignace, le vrai prénom de Ludwig mentionné une fois, ou l’expression « les nôtres » répétée dans un rêve), il n’est nulle part dans le livre fait mention de cet arrière-plan historique individuel, y compris dans les notices explicatives jointes en annexe5, qui ne mentionnent pas plus Spiegelglass que Sloutsky6 ou Krivitsky, un des cinq recrutés en 1913.

La Peur des miroirs, titre qui peut se lire comme la peur de se regarder dans une glace de la part des anciens révolutionnaires devenus malgré eux « fossoyeurs de la révolution » (selon les termes de Léon Trotsky), ou comme le vertige de Vlady devant un passé d’oppositionnel n’ayant en apparence servi à rien, est assurément un roman marqué d’une forte empreinte trotskyste. Tariq Ali recompose très bien, en s’inspirant fortement du récit d’Elizabeth Poretsky, l’espoir qui animait Ludwig et ses quatre amis d’enfance d’une ville frontière galicienne, « marche délaissée de l’empire austro-hongrois », Pidvocholesk (ou Pidvolotchysk)7 à 80% juive (donc presque un shtetl8), lorsqu’ils s’engagent dans le mouvement socialiste au tout début du XXe siècle. Ludwig, Livitsky [Krivitsky], Freddy, Misha [Oumanski] et Larin, juifs ou polonais, mais tous parfaitement polyglottes, basculent assez vite dans le marxisme et sont ensuite tout aussi rapidement recrutés par une jeune femme, Christina [Krusia], membre du Parti socialiste polonais, devenue leur mentor9. Il sait aussi retracer la dégénérescence de la révolution russe, qu’il fait débuter tantôt avec les événements de Cronstadt10, tantôt avec la mort de Lénine, ainsi que l’irrésistible ascension de Staline. Les pages évoquant l’atmosphère pesante des années 1930, à Moscou ou les doutes et interrogations qui taraudent l’esprit des agents soviétiques, sont parmi les plus fortes du roman11.

Parallèlement, avec le personnage de Vlady, Tariq Ali remet en lumière tout un courant oppositionnel, qui fut longtemps dominant, celui des partisans d’un socialisme démocratique, opposé tout autant à l’ouest capitaliste qu’à l’est bureaucratique, incarné entre autres par les personnages de Rudolf Bahro (L’Alternative, 1979), cité dans le roman, ou Petr Uhl (Le Socialisme emprisonné, 1980). En guise de pendant négatif, il souligne les dégâts sociaux qu’infligèrent à l’Allemagne de l’Est ou à la Russie le passage à un capitalisme sauvage, le personnage de Sao, ancien combattant vietnamien devenu richissime homme d’affaire, illustrant la reconversion de bien des bureaucrates, même si la responsabilité, selon Tariq Ali, est avant tout systémique.

Le roman se conclut néanmoins sur une touche positive, puisque non seulement Vlady, après sa découverte d’un passé tragique, semble faire la paix avec son histoire, mais il est prêt à agiter les braises de l’espoir en prenant la tête d’une maison d’éditions promise par son ami Sao. De ce beau tableau, il est seulement dommage de n’entendre parler de certains épisodes que marginalement, que ce soit la révolution allemande vécue par Gertrude et son compagnon d’alors, David (alors que l’on connaît très bien la place de celle-ci dans les espoirs de révolution mondiale), la guerre civile espagnole ou surtout la guerre civile russe (épisodes également tout autant emblématiques), à laquelle Ludwig et ses amis prirent pourtant pleinement part. A l’inverse, les événements d’Autriche en 1934, avec l’écrasement des socialistes par le chancelier Dollfuss, sont bien évoqués. L’empathie avec ces personnages est explicite. Ce que déclare Vlady à son fils est sans conteste l’opinion de l’auteur : « On nous répète sans cesse que ce système était comme ça dès le début, mais je refuse cette idée (…) L’objectif était noble. Il se peut qu’il ait été utopique, mais, en tout cas, la majorité des fantassins de la Révolution n’avaient jamais eu l’intention de faire le mal. Comment comprendre sinon les motivations de ces hommes et de ces femmes qui ont sacrifié leurs vies dans les premières années du régime soviétique ? » (p. 50).

Hommes de l’ombre, bâtisseurs, à leur manière, de cette utopie collectiviste, ceux que l’on nomme les « agents de Moscou »12 exercent une fascination sur nombre de romanciers13, compréhensible au regard de leurs missions, de leur mode de vie et de leur vision du monde. Il existe pourtant peu de témoignages dignes de foi. Le récit documenté d’ Elizabeth Poretski en est un14, bien qu’il faille néanmoins le croiser avec d’autres sources. Tariq Ali sait puiser dans ce livre matière à construire une représentation des espoirs, des aléas et des désillusions d’une cohorte militante engagée dans un combat aux allures de « guerre civile planétaire », du moins se l’imaginaient-ils ainsi (p. 229).

1Sur la RDA, voir entre autres le livre de Maxim Leo, Histoire d’un Allemand de l’est, Arles, Actes Sud, collection Babel, 2013.

2Elizabeth Poretsky, Les nôtres. Vie et mort d’un agent soviétique, Paris, Denoël, « Dossiers des Lettres Nouvelles », 1969 (avec une préface de Léon Trotsky). Une réédition de cet ouvrage, avec un appareil critique conséquent, serait le bienvenu.

3Il rêve même d’un scénario uchronique (p. 231-232), au cas où la guerre civile espagnole serait perdue par Franco…

4Spiegelglass était un des cadres dirigeants du « département étranger » (INO) du NKVD.

5Seule la quatrième de couverture évoque ce rapprochement plus qu’évident. Quelques erreurs sont également surprenantes de la part d’un aussi fin connaisseur de l’histoire du mouvement communiste que Tariq Ali, mais elles ne gênent pas le bon déroulement de l’intrigue. Citons en particulier la question du sexe aussi naturel que boire un verre d’eau, formule attribuée à Lénine dans le roman (p. 135), alors qu’il s’en dissociait avec force dans la réalité…

6Abram Sloutsky (ou Slutsky) dirigeait le « département étranger » (INO) du NKVD.

7Étonnamment, Elizabeth Poretsky ne cite pas le nom en entier, mais seulement la première lettre « P. » (p. 19)

8Un shtetl est une bourgade ou une petite ville juive traditionnelle d’Europe centrale et de Russie. Ce mode de vie a été exterminé par la politique nazie à l’Est.

9On peut rapprocher ce personnage de Christina de la première femme de Trotsky, Alexandra, qui remplit le même rôle auprès de lui. Un épisode évoqué par Tariq Ali dans son manuel d’initiation illustré et humoristique Trotsky pour débutants, Paris, La Découverte / François Maspero, 1982.

10Avec ces réflexions d’une grande pertinence : « Ludwig avait pensé à la tragédie qui vouait que chaque nouvelle révolution soit hantée par celles qui avaient précédé. Lénine était obsédé par Thermidor. Le pouvoir devait être conservé à n’importe quel prix. Les mencheviks et les socialistes-révolutionnaires de gauche avaient été interdits, tout comme leurs journaux. Les fractions au sein du parti bolchevik avaient été dissoutes. Tout cela au nom de ce maudit Thermidor ! » (p. 132-133).

11« Alors que le train de Prague s’éloignait de Moscou, elle se sentit comme Orphée remontant des Enfers. Elle avait l’impression d’être observée. Le moindre regard en arrière serait fatal. » (p. 267).

12Alain Brossat, Agents de Moscou : Le stalinisme et son ombre, Paris, Gallimard, coll. « Au vif du sujet », 1988.

13Récemment, Romain Slocombe, Avis à mon exécuteur (Robert Laffont, 2014), qui s’inspire, entre autres, des livres d’Elizabeth Poretski et Walter G. Krivitsky (mais dans une perspective bien différente) ou Leif Davidsen, Le gardien de mon frère (Gaïa Éditions, 2014). Ces deux romans doivent prochainement faire l’objet d’une recension sur ce blog.

14Mais pas les mémoires de Walter G. Krivitsky. Celles-ci, rééditées par Nouveau Monde Éditions en 2015 sous ce titre, J’étais l’agent de Staline, doivent prochainement faire l’objet d’une recension sur ce blog.

Marek Corbel, Les Gravats de la rade. Zone d’ombre sur Brest, Gudensberg-Gleichen (Allemagne), éditions Wartberg, collection « Zones noires », 2015, 208 pages, 10,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain) et un entretien de Jean-Guillaume Lanuque avec Marek Corbel

La collection Zones noires des éditions Wartberg a décidé de proposer des polars dont l’intrigue se déroule dans une région particulière, permettant de découvrir cette dernière sous un angle original. Marek Corbel, auteur qui n’en est pas à son coup d’essai (voir l’entretien qu’il nous a consacré), a choisi pour sa part sa région d’origine, la Bretagne, et plus spécialement la ville de Brest. Passionné par l’histoire, il a élaboré une intrigue complexe qui redonne de la lumière à un épisode singulier du militantisme révolutionnaire d’extrême gauche…

Trois trames parallèles contemporaines sont ainsi juxtaposées. Les deux premières ont ceci en commun qu’elles mettent en scène des officiers de gendarmerie, le capitaine Gourmelon et le lieutenant Oudjani. Le premier est chargé d’enquêter sur l’assassinat de la veuve d’un grand industriel breton de l’agro-alimentaire, Le Moign, tandis que la seconde doit s’efforcer de comprendre le suicide d’un activiste allemand, Hans Schwitzer, ancien membre de la Fraction Armée rouge, dont le corps est retrouvé dans la rade de Brest. Les investigations que ces deux enquêteurs mènent chacun de leur côté finissent bien sûr par se rejoindre, permettant la résolution de l’affaire et, accessoirement, la concrétisation d’une idylle entre les deux gendarmes, isolés de la vie. Un troisième personnage, Maryse Dantec, se retrouve également mêlé à cette histoire. Fille d’un responsable communiste (imaginaire), ancien maire de Saint-Denis, Jean Dantec, elle revient à Brest à la fois pour voir son père à l’hôpital et pour reprendre son Master d’histoire sur la résistance à Brest, une envie de jeunesse qu’elle ne parvient à réaliser qu’une fois en retraite de son emploi d’institutrice. A ces trois lignes narratives, s’ajoutent des retours réguliers vers le passé, celui de la Seconde Guerre mondiale, puisque la veuve Le Moign, Jean Dantec et Hans Schwitzer partagent une tragédie commune.

C’est essentiellement par le séjour d’Yves Bodenez, militant trotskyste emprisonné, que Marek Corbel reconstitue pour ses lecteurs ce militantisme aussi rare à l’époque que dangereux, le travail de fraternisation mené en direction des soldats de la Wehrmacht. Si l’auteur innove en la matière (aucun autre texte de fiction, à ma connaissance, n’est centré sur ce thème, Dernier convoi pour Buchenwald de Roger Martin ne l’abordant que partiellement1), et si les propos qu’il prête à Bodenez et à ses camarades témoignent d’une bonne compréhension de l’idéologie « bolchevik-léniniste », il est cependant dommage qu’une annexe explicative n’ait pas été ajoutée, afin de présenter d’une manière plus synthétique les événements, tels que les évoquent Jean-Pierre Cassard2 ou Jacqueline Pluet3. D’autant que Marek Corbel utilise les faits tels qu’ils ont pu être reconstitués en y ajoutant des éléments de son invention, bases de son scénario : Konrad Leplow, le soldat ayant dénoncé les militants à la Gestapo, devient le père adoptif d’un des personnages, et il est accompagné, dans sa tâche, par une jeune fille et ses deux frères collaborationnistes…

Dans ce récit dense4, bien informé5 et prenant6, Marek Corbel semble avoir voulu éclairer un pan méconnu7 de la Seconde Guerre, certes, mais aussi mettre en valeur la difficile lutte marginale, dissidente8, et montrer ces « cadavres dans le placard » que la famille communiste a longtemps refusé de voir en face. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le livre de Pierre Broué et Raymond Vacheron, Meurtres au maquis, est évoqué de manière implicite, participant finalement de la même démarche. Pour conclure, nous avons là un exemple de fiction qui renseigne sur la perception/représentation de l’extrême gauche (même si Marek Corbel n’aime guère cette catégorisation heuristique9) que peut avoir en 2015 un jeune auteur de polar historique, à travers le prisme de son imaginaire artistique, de son efficace romanesque. D’autres romancier(cière)s ont des représentations et des procédés narratifs similaires, tangents ou différents. Mais tous pensent saisir l’histoire des marges et/ou des luttes par le fictionnel. Nous en reparlerons.

Entretien : Cinq questions à… Marek Corbel (entretien réalisé le 15 octobre 2015)

Pouvez-vous vous présenter, nous expliquer quel a été votre parcours menant à l’écriture, et la ou les raisons pour lesquelles vous avez opté pour le polar ?

Marek Corbel : Je travaille comme fonctionnaire, plus spécifiquement en tant que juriste, dans l’Éducation Nationale, à Paris. Je suis marié et père de deux enfants. Marek Corbel est un nom d’auteur, au titre de différentes commodités. En outre, j’ai, depuis l’âge de mes dix-neuf ans (presque 40 aujourd’hui), toujours eu une activité syndicale. Avant d’arriver à l’écriture, je demeure, au départ, un lecteur invétéré, et ce depuis mon plus jeune âge.

Le cheminement vers l’écriture a tardé. Outre la littérature ou les recherches relatives à l’histoire du mouvement ouvrier qui m’ont intéressé, dès que j’ai été en mesure de comprendre un certain nombre de choses, la passion pour le roman policier, puis noir ne m’a jamais lâché. En 2009, un de mes meilleurs amis m’a offert Un pays à l’aube (The Given Day) de Dennis Lehane qui venait de sortir. J’ai ressenti, à sa lecture, un véritable coup de foudre pour cette fresque historique noire traitant des convulsions de l’Amérique contemporaine, en 1919. Il y est question, notamment, de la montée révolutionnaire dans la ville de Boston au travers de la naissance d’un syndicat de policiers, dans un pays en crise, de son affiliation à l’AFL-CIO, de la misère ouvrière, du milieu anarchiste, de son infiltration.

J’avais, enfin, trouvé la fonction ultime que j’assignais au roman noir, en tant que lecteur. En discutant avec mon épouse et des amis, j’en suis venu à la conclusion qu’en Europe et en France, il y avait matière à… J’avais, bien entendu, lu plusieurs auteurs engagés dits du « néo-polar », sur un plan hexagonal. J’ai toujours trouvé, d’ailleurs, qu’il y avait autant de néo-polars que d’auteurs de cette génération. L’approche globalisante qu’a essayé d’en faire Ernest Mandel (Germain), à la fin de son Meurtres exquis. Histoire sociale du roman policier (Paris, La Brèche-Pec, 1986), est de ce point de vue erronée, selon moi. Donc, j’ai commencé l’écriture. J’ai publié trois opus, à compte d’éditeur en numérique, et deux en papier dont Les Gravats de la rade, en septembre dernier.

La structure de Les Gravats de la rade est particulièrement élaborée, avec une multiplicité de personnages et de lignes narratives et temporelles qui se croisent : avez-vous des modèles en la matière ?

Marek Corbel : Je vous remercie pour la question car elle témoigne, dans votre cas, du fait que je suis arrivé au dessein que je m’étais fixé, en la matière. Je dirais, en l’espèce, que si j’ai des modèles, ils sont davantage d’ordre cinématographique que littéraire. Je reste un inconditionnel, aussi surprenant que cela puisse paraître, de Leone et Coppola. Je trouve que leur principale qualité a consisté, au travers de films noirs, à intégrer des éléments historiques, sociologiques conférant une dimension de fresque à leurs réalisations.

Dans Les Gravats de la rade, vous mettez à profit des pages peu connues de l’histoire, en premier lieu le travail de fraternisation mené par les trotskystes durant la Seconde Guerre mondiale. Sur quelles sources et références bibliographiques vous êtes-vous basées ? Avez-vous mis à contribution le CERMTRI ? Comment avez-vous choisi d’ajouter des éléments issus de votre imagination ?

Marek Corbel : A plusieurs reprises, au gré de mes lectures afférentes à l’histoire du mouvement ouvrier, en France, je suis tombé sur cet épisode historique brestois, ville que je connaissais familialement, par ailleurs. Quand je me suis décidé à écrire des romans policiers, noirs historiques ou politiques, cette période est revenue progressivement, à ma mémoire.

Je me suis basé sur l’excellent site de Michel Calvès, le fils de Ned Calvès l’un des protagonistes de ce groupe de militants, sur le site RADAR qui recensait les publications du POI à cette période, sur ce que j’avais pu lire évoquant cet événement. Je pense notamment au livre de Jean-Jacques Marie sur Les Trotskysmes, parfaitement concis. Je me suis servi de l’ouvrage de Ned Calvès Sans bottes, ni médailles, où il relate dans le détail le combat de ces trotskystes brestois, durant l’Occupation. Sans doute, les Cahiers du mouvement ouvrier du CERMTRI, que je lis occasionnellement, ont-ils imprégné, également, ma manière de traiter le sujet.

Concernant la construction de l’intrigue, je me suis donc documenté, j’ai absorbé les différents écrits, avant de laisser place à l’imagination. Je fonctionne un peu comme un acteur. J’essaye d’en arriver au point où je pense, j’agis comme mes personnages. Je cherchais, en outre, à ne pas circonscrire le roman à cet épisode de 1943. Je voulais qu’il soit un moyen d’éclairer le PCF, son encadrement de l’après-guerre, sa faculté permanente à réécrire l’histoire. Le personnage de l’institutrice retraitée, fille d’un dignitaire communiste, m’est apparue, alors, utile. Concernant cet aspect des choses, le Tome 2 de Histoire intérieure du PCF de Philippe Robrieux m’a sensiblement aidé. Pour ce qui relève de la figure d’Hans Schwitzer, je me suis librement inspiré du parcours de Hans Joachim Klein, notamment lors de son procès.

Plus précisément, quel regard personnel portez-vous sur ce travail de fraternisation, et plus largement sur l’histoire du mouvement trotskyste ? Avez-vous des sympathies particulières pour l’extrême gauche politique ?

Marek Corbel : Le terme de fraternisation, pour certains historiens, si j’ai bien compris, est impropre. Je pense qu’il s’agissait davantage d’un travail de fraction dans des unités allemandes réputées politiquement perméables à un travail de propagande. La plupart des sous-mariniers allemands, basés à Brest, venaient de Hambourg, port où la classe ouvrière se caractérisait par sa densité et son organisation avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

Le POI, au moment où se déroule l’intrigue, a intégré politiquement le fait que la classe ouvrière allemande a été, avant tout, défaite, en 1933, par la politique suicidaire de ses dirigeants, à commencer par Thalman au KPD. Hic et les siens ont en tête, quand ils déploient une telle orientation, les poussées révolutionnaires de 1919 en Allemagne, la république des conseils en Bavière, un peu plus tard. La montée révolutionnaire de la Libération, après 36, dans toute l’Europe, que vont confisquer Staline et les dirigeants des PC occidentaux confirme, par-delà les graves erreurs commises par ces militants sur la forme, l’existence de la possibilité d’un travail révolutionnaire dans certains secteurs de l’armée d’occupation.

Je considère que le trotskysme constitue un des courants du mouvement ouvrier, à titre personnel. Je récuse, pour ma part, le terme d’extrême-gauche. Je considère qu’utilisant cette terminologie, on considère que la gauche serait le PS et accessoirement le Front de Gauche et ses composantes. Je suis syndicaliste. J’appartiens au mouvement ouvrier et je demeure internationaliste. Je ne pense pas qu’on puisse réconcilier les exploiteurs et les exploités, dans des diagnostics partagés, des conférences sociales. Pour le reste….

Quels sont vos projets d’écriture, avez-vous déjà des idées précises sur le sujet de votre prochain roman ? Plus généralement, avez-vous des auteurs et/ou des titres particulièrement marquants à conseiller ?

Marek Corbel : J’ai terminé, il y a quelques semaines, le deuxième tome d’une trilogie uchronique et politique intitulée En proie au labyrinthe. J’ai débuté une novella noire, depuis peu, suite à la sollicitation d’un directeur de collection. L’action débute le lendemain de la manif « Charlie », le 12 janvier 2015.

Comme précédemment indiqué, je ne saurais trop vous recommander Un pays à l’aube de Dennis Lehane, publié chez Rivages. La suite, pour information, est nettement moins bonne. En matière de roman noir politique et/ou historique français, Les années Noires et Rouges de Gérard Delteil, sorti il y a un ou deux ans, est vraiment réussi. Il y est question du traitement politique et social des Trente Glorieuses.

Merci encore pour toute l’attention que vous avez porté à mon polar.

[Entretien réalisé par courriel le 15 octobre 2015]

1Ce roman est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4514

2Jean-Pierre Cassard, Les trotskystes en France pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1944), Université de Paris I Sorbonne, mémoire de maîtrise, Paris, Selio, 1981, 160 p.

3Jacqueline Pluet-Despatin, Les trotskistes et la guerre 1940-1944, Paris, Anthropos, 1980, 256 p.

4On remarque cependant quelques maladresses de langage, de lourdeurs de style (« épaisse matière sombre « pour fumée, « son faciès qu’il savait mutique », « entame comminatoire » etc.) ainsi qu’un emploi daté ou incorrect de termes d’argot, par exemple, « décanillant sa canette » alors que décaniller signifie déguerpir.

5Seules de légères erreurs peuvent être décelées : ainsi, Yves Bodenez ne pouvait, dans sa cellule, citer un extrait du Journal d’exil de Trotsky, celui-ci n’ayant été édité que dans les années 1950 ; ce n’est pas le Secrétariat international provisoire de la IVe Internationale qui adopta une résolution sur le mouvement des partisans, mais le Secrétariat provisoire européen (le Secrétariat international, pour sa part, réduit à la figure de Jean van Heijenoort, était réfugié aux États-Unis). On notera par ailleurs que l’évocation du travail de l’historien, avec consultations dans les archives, permet également de citer les notices biographiques du Dictionnaire Maitron !

6Une inconnue demeure toutefois : la pression mise par Paris sur un des juges en charge de l’enquête afin de classer l’affaire n’est pas réellement explicitée quant à ses motivations profondes.

7Quand il n’est pas carrément dévalorisé, voire déformé. Voir par exemple le livre de Simon Epstein, Un Paradoxe français, Paris, Albin Michel, 2008.

8Outre les trotskystes du POI (Parti ouvrier internationaliste), il y a le passé du père du lieutenant Oudjani, un Algérien ancien membre du MNA et du maquis Bellounis.

9Lire son entretien.

Vie et mort de Victor Serge. A propos de Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un travail d’importance que les éditions Syllepse ont choisi de proposer au public français, une étude historique d’envergure consacrée à Victor Serge, révolutionnaire écrivain et écrivain révolutionnaire, dont les œuvres ont fait l’objet de nombreuses rééditions en ce début de XXIe siècle. On peut aller jusqu’à parler de travail d’une vie pour Susan Weissman1, qui a mis à profit, outre l’œuvre de Serge, des documents inédits issus d’investigations dans de nombreux dépôts d’archives et des entretiens, issus de voyages dans divers pays, dont l’URSS. Il ne s’agit pas, cependant, d’une biographie exhaustive, dans la mesure où Susan Weissman a choisi d’axer son propos sur ce centre de gravité que fut pour Serge (ainsi que pour bien d’autres militants de sa génération) la révolution d’octobre, foyer d’incandescence qui lui procura une indéniable énergie vitale mais auquel il se consuma… Ce faisant, son ambition était de mettre en valeur l’héritage politique de Victor Serge, précieux selon elle pour marier harmonieusement socialisme et liberté, socialisme et démocratie2.

Destin d’un révolutionnaire

L’enfance de Serge ou son militantisme de jeune socialiste en Belgique, puis dans les milieux français de l’anarchisme individualiste, sont donc rapidement évoqués, le récit se déployant véritablement à partir de l’arrivée de Victor Serge en Russie, au début de l’année 1919. Auparavant, il avait fait un séjour dans l’Espagne pré-révolutionnaire de 1917 puis dans un camp de prisonniers en France, qui lui servit d’école du marxisme et du bolchevisme, attiré qu’il était par sa praxis ; c’est d’ailleurs à travers un échange de prisonniers qu’il put rallier la Russie révolutionnaire. « S’il considère [toujours] l’anarchisme comme une façon de mener sa vie, les bolcheviks sont pour lui désormais l’incarnation d’une technique de la révolution qui rend concrète la théorie de l’émancipation. » (p. 61). Installé à Petrograd, il est soumis à une certaine polyvalence activiste, travaillant aussi bien dans les services de la Comintern que dans la gestion des archives de l’Okhrana tsariste. En tant que témoin engagé, il se révèle un analyste de tout premier ordre de l’évolution de la révolution, « (…) expression authentique des sentiments de l’immense majorité des ouvriers et paysans. » (p. 71), qu’il ne considère pas comme inéluctable et programmée d’avance3. Les développements sur l’écrasement de la révolution en Finlande lié aux contraintes du traité de Brest-Litovsk, et cruciale selon Serge pour comprendre l’évolution autoritaire de la Russie bolchevique face à une impitoyable terreur blanche, sont tout particulièrement précieux. De même, le printemps 1920, selon Serge, aurait pu inaugurer un nouveau cours, allant vers une normalisation et un retour au moins partiel à la démocratie, espoirs d’une bifurcation brisés par la guerre avec la Pologne, entre autres. Susan Weissman souligne toutefois ce qu’elle perçoit comme une contradiction, qui oppose la défense de la politique bolchevique dans les premières années de la révolution et le déficit de liberté, sur lequel Serge mit l’accent dans la dernière période de sa vie. Les événements de Cronstadt voient ainsi Victor Serge écartelé entre la justification des efforts bolcheviques pour conserver le pouvoir (sauvant le pays d’un chaos généralisé) et le caractère démesuré de la répression. Il critique également la NEP, lui préférant son projet économique de « communisme des associations », basé sur une certaine autonomie des coopératives ouvrières sous protection de l’État ; quinze ans plus tard, il considérera que la mise en place d’un gouvernement de coalition et une certaine détente politique auraient également pu éviter le cours tragique ultérieur. Parmi les critiques de Serge à l’égard de la politique bolchevique, il y a justement la mise en place de la Tchéka, et l’absence de procès publics (sans doute sur le modèle de ce qui avait existé à l’époque de la Révolution française).

Naissance d’un écrivain

A la fin de l’année 1921, il part pour Berlin au service de la Comintern, et se révèle là aussi un témoin acéré de ce qu’il perçoit comme la décadence de l’Allemagne en crise4. L’échec de l’octobre allemand de 1923 sert à ses yeux de révélateur de la « maladie bureaucratique » (p. 111) touchant le Parti russe. Serge analyse également le danger fasciste, mais ce thème est malheureusement trop peu développé par Susan Weissman. Muté ensuite à Vienne jusqu’au milieu des années 1920, il réfléchit au statut des artistes5, et se rallie à l’Opposition de gauche menée par Trotsky. De retour en URSS en 1926, il fait le constat d’une crise morale de la jeunesse6, et surtout d’un changement générationnel au sein du Parti. Serge nous fait alors pénétrer de façon très concrète au sein de la lutte de l’Opposition de gauche, dont il est pour Susan Weissman un véritable « historien » (p. 42). Comparativement à Trotsky, d’ailleurs, Serge estime le processus de dégénérescence de la révolution plus avancé, l’année 1927, celle de la défaite de la révolution chinoise et de l’exclusion des dirigeants de l’Opposition du Parti, étant pour lui décisive. Lui-même est exclu l’année suivante, refusant toute capitulation, et il débute alors sa carrière d’écrivain, ne pouvant plus agir directement par l’action politique7. Il est dans ce cadre un fin analyste de la politique de Staline et du tournant de 1929 : dans Soviets 1929 en particulier (signé de Panaït Istrati mais écrit par Victor Serge), il dénonce le chaos de la planification, le gaspillage qu’elle engendre, et plus largement la gestion bureaucratique du système. De cette époque datent également Les Hommes dans la prison8 et Ville conquise9. La répression, dont il décrit le caractère de plus en plus oppressant et impitoyable10, finit par se resserrer sur lui, avec l’aboutissement logique de son arrestation dans les premiers mois de 1933. Quelques semaines auparavant, il avait envoyé une lettre à ses amis de La Révolution prolétarienne, qu’il considérait comme son possible testament politique : il y défendait la nécessité du respect des droits de l’homme sous le socialisme11 et qualifiait l’État soviétique de « totalitaire » et réactionnaire. Résistant aux interrogatoires, il est finalement déporté à Orenbourg, avec l’impossibilité d’y travailler. Souffrant de la faim avec son fils Vlady, il ne parvient à survivre que grâce à l’aide de ses amis français et à l’argent de ses livres vendus à l’étranger. Il n’en continue pas moins de nourrir de l’espoir, en fréquentant d’autres oppositionnels déportés, au point d’entrevoir en 1934 un possible dégel du régime, voire un retour à la NEP, avant que l’assassinat de Kirov n’annonce la Grande Terreur à venir.

Minuit dans le siècle

Grâce à la campagne menée en France en sa faveur, et au rôle actif d’André Gide et Romain Rolland, Victor Serge est finalement libéré et quitte l’URSS en avril 1936, trois ans après son arrestation. Les quatre livres qu’il écrivit durant son séjour à Orenbourg, bien qu’ayant fait l’objet de nombreuses copies manuscrites, sont restés en URSS et n’ont jamais été retrouvés. Il s’agit de L’An 2 de la Révolution russe, des romans Les Hommes perdus (sur les anarchistes français avant la Première Guerre mondiale) et La Tourmente (suite de Ville conquise située en 1920), ainsi que d’un recueil de poèmes intitulé Résistance. De cette dernière période de sa vie, de 193612 à sa mort d’une crise cardiaque en 1947 au Mexique13, c’est l’isolement croissant qui domine, même s’il se rapproche en particulier de Natalia Sedova, représentant les « seuls survivants de la Révolution russe ici et peut-être dans le monde » (p. 268), pour reprendre ses propres mots14. Il faut dire qu’une fois parvenu en Europe occidentale, Serge subit la pression indirecte du NKVD, gênant ses efforts pour publier et survivre financièrement15. Il participe d’ailleurs pleinement, avec Léon Sedov, à la lutte pour la vérité sur les procès de Moscou, qu’il analyse comme une véritable contre-révolution à l’œuvre en URSS16. D’abord sur la même ligne globale que Trotsky, dont il fut le traducteur (sa version de La Révolution trahie reçut d’ailleurs des éloges de Trotsky), il s’en sépare peu à peu, la divergence centrale tenant à la construction d’une IVe Internationale élitiste, que Trotsky juge essentielle à la victoire future de la révolution, là où Serge préconise un rassemblement plus large, « alliance de tous les courants de gauche du mouvement ouvrier (sa plate-forme : la lutte des classes et l’internationalisme) » (p. 331), au risque d’un certain émoussement17… Un des points culminants de leurs divergences réside dans la présentation du pamphlet Leur Morale et la nôtre, traduit par Serge. Dans cette affaire, Susan Weissman dédouane totalement Serge, qui a d’ailleurs toujours nié être l’auteur de la dite présentation, et incrimine Étienne, alias Zborowski, proche collaborateur de Sedov et agent soviétique. Elle montre bien l’ambiance délétère générée à l’époque par le poids de la suspicion et de la paranoïa dans les milieux oppositionnels (Krivitsky pensait d’ailleurs que Serge était l’agent soviétique infiltré dans l’Opposition de gauche). En juin 1940, alors à Paris, il fuit avec sa famille vers le sud, échouant finalement à Marseille, où il finit, difficilement, par obtenir le précieux « sésame » permettant de quitter l’Europe. Plus que Varian Fry, dont les efforts étaient contrés aux États-Unis même18, ce sont surtout les Macdonald, Nancy et Dwight, qui lui apportèrent dans ces moments d’adversité un soutien sans faille. Finalement, après un voyage de six mois aux multiples rebondissements, Serge parvient en Amérique. Dans son exil mexicain, Serge poursuit ses réflexions, insistant en particulier sur l’hégémonie croissante d’un collectivisme anti-socialiste, à l’œuvre en URSS, le stalinisme étant pour lui un danger nodal. C’est à cette époque que sont rédigées ses Mémoires d’un révolutionnaire, « l’un des livres majeurs du mouvement ouvrier révolutionnaire de la première moitié du 20ème siècle », pour reprendre la formule de Frédéric Thomas19.

Un livre de référence, marqué par l’empathie, ce qui constitue certainement à la fois sa force et sa faiblesse. Susan Weissman a en particulier voulu montrer que Serge était toujours demeuré un combattant de la cause socialiste, un marxiste et un défenseur de la révolution russe et des bolcheviques20, attaché jusqu’au bout à un sens de l’histoire possiblement progressiste, ce qui l’amène à dévaloriser de manière assurément trop abrupte l’anarchisme21 ou le trotskysme. Esprit indépendant et engagé, Victor Serge fut en effet attaqué de tous côtés, apparaissant insatisfaisant pour la plupart des militants révolutionnaires. D’autre part, la centralité de la Russie revendiquée pour ce travail délaisse, non sans surprise, les événements d’Espagne, la politique du stalinisme et les débats autour du POUM et de ses positions, tous sujets qui ne sont ici que survolés.

1« C’est la passion politique qui m’a amenée à Serge et il est clair à mes yeux qu’il y a un sens politique à sauver de l’histoire une voix importante pour le 21e siècle. » (p. 14).

2« Il s’agit plutôt d’une étude biographique qui tente d’exprimer, au travers des yeux et de l’œuvre de Serge, le cœur et l’âme de l’optimisme révolutionnaire libérée en 1917 et muselé après que l’abjecte tyrannie contre-révolutionnaire de Staline ait étouffé la société soviétique, tout en reconstituant les efforts courageux – mais voués à l’échec – de ceux qui, l’ayant vu survenir, ont tenté de la combattre et d’en analyser le sens et le rôle historique. » (p. 26).

3« Serge a toujours considéré que les germes autoritaires existaient dans la pensée bolchevik et qu’ils s’étaient répandus comme de la mauvaise herbe sous Staline. Il souligne cependant que d’autres germes auraient pu fleurir et s’épanouir au sein d’une démocratie généralisée, si d’autres circonstances l’avaient permis. » (p. 62).

4En leur temps, les éditions La Brèche de la LCR avaient publié une série d’écrits de cette période baptisée Notes d’Allemagne (Montreuil, La Brèche, 1990).

5« Les écrivains et les artistes appartenant à une catégorie particulière, Serge considère que leur droit d’expression artistique est au-dessus de toute lutte politique. (…) la révolution doit se mesurer en termes humains, spirituels et culturels et non seulement économiques. » (p. 118).

6Susan Weissman commet à cette occasion une erreur, reprenant le mythe de la théorie du verre d’eau attribuée à Alexandra Kollontaï (p. 126). Voir mon article à paraître bientôt sur ce blog, « La résurrection d’Alexandra Kollontaï ».

7« Serge utilise le roman comme un moyen pour pénétrer la vérité intérieure des luttes politiques tumultueuses auxquelles lui et ses camarades ont participé. Ses œuvres de fiction atteignent une authenticité que les écrits historiques ne peuvent pas restituer. » (p. 217).

8Il a été rendu compte de sa réédition de 2011 sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3225

9Le roman a été analysé par Frédéric Thomas sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/3227

10Son épouse, Liouba, subissant cette folie politique, finit par fusionner avec elle ; elle termine d’ailleurs sa vie en clinique psychiatrique, ne décédant qu’en 1985.

11« Il écrit que le socialisme ne pourra s’imposer que « s’il se montre supérieur au capitalisme […] non dans la fabrication des tanks, mais dans l’organisation de la vie sociale ; s’il offre à l’homme une condition meilleure que le capitalisme : plus de bien-être matériel, plus de justice, plus de liberté, une dignité plus haute. » » (p. 206).

12C’est le début de l’écriture de ses Carnets, tenus jusqu’à sa mort et édités en 2012 par Agone : http://dissidences.hypotheses.org/3220

13Susan Weissman met en discussion l’hypothèse de son assassinat par les services secrets soviétiques, mais à cette époque, Staline se sent-il vraiment menacé par un individu aussi isolé que Serge ?

14 C’est en recueillant son témoignage qu’il écrivit Vie et mort de Léon Trotsky, dont ce billet détourne le titre, recensé dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=461

15Les articles qu’il écrivit pour le journal syndical belge, La Wallonie, de 1936 à 1940, ont été publiés dans Retour à l’ouest, analysé par Frédéric Thomas dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=336

16C’est également lui qui écrit le livre d’Alexandre Barmine, transfuge soviétique, Vingt ans au service de l’URSS. Souvenirs d’un diplomate soviétique.

17Il qualifie d’ailleurs le mouvement trotskyste de « débile et sectaire » (p. 329), gardant constamment respect et admiration pour Trotsky.

18Serge fut d’ailleurs jusqu’à sa mort sous surveillance du FBI, Susan Weissman ayant utilisé certains documents déclassifiés pour son livre.

19Extrait de notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=849 Citons également l’analyse de son ultime roman, Les Années sans pardon, dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1835

20Y compris pendant la discussion sur Cronstadt, à la fin des années 1930. « Est-ce qu’il est sage de juger un organisme vivant à partir des bactéries que l’autopsie révèle et dont il peut, par ailleurs, avoir été porteur depuis sa naissance ? » (p. 333-334).

21« (…) forme de romantisme révolutionnaire (…) lequel appartient vraiment à l’époque préindustrielle. » (p. 35).

Côme Michel, La SFQI à Toulouse de 1968 à 1976, Université de Toulouse II Le Mirail, juin 2015, Master, sous la direction d’Alain Boscus, 471 pages (dont 8 entretiens).

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Qu’une étude universitaire soit consacrée à la section toulousaine de la JCR/LCR, une des deux sections de province les plus importantes de ce courant, avec celle de Rouen, est une bonne nouvelle. Certes l’auteur n’utilise pas les témoignages de Daniel Bensaïd (Une lente impatience, Stock, 2004), ni ceux de Jan-Marc Rouillan (De mémoire I, Agone, 2007), pourtant sous-titrés « Les jours du début : un automne 1970 à Toulouse ». Il n’a pas lu non plus les rapports des préfets de Haute-Garonne, cependant il a eu accès aux papiers de Gilles Da-Ré (militant LCR des PTT) déposés aux Archives départementales 31 et à ceux d’Antoine Artous. Il a eu le mérite aussi d’interroger huit acteurs de cette histoire, dont une femme, militants ou anciens militants de la LCR/NPA, mais aussi un militant CGT/PCF de l’aéronautique.

Et malgré tout, ce travail manque de rigueur, comporte des maladresses, il est bavard et trop long et paradoxalement ne satisfait pas notre curiosité. Premier défaut : un plan inadéquat en deux parties qui se chevauchent, ne permettant pas d’éviter les répétitions. La première maladresse commence avec le titre, « La SFQI, Section française de la Quatrième Internationale » , alors que, lorsque ce courant se détache de l’Union des étudiants communistes (UEC), à Toulouse en tout cas, l’adhésion de la JCR à la Quatrième Internationale n’est rien moins qu’évidente. Les deux principaux dirigeants de l’organisation, Daniel Bensaïd et Antoine Artous, ne sont ni l’un ni l’autre militants du PCI minoritaire, section française de la Quatrième Internationale-Secrétariat Unifié. Il aurait fallu être plus explicite sur les débats ayant précédé l’adhésion à l’Internationale trotskyste.

L’étudiant lui-même est conscient de certaines de ses maladresses. Il s’excuse par exemple de consacrer trop de pages à « l’actualité politique et aux grands événements de l’époque » – titre du début de sa seconde partie (en page 144). Mais excuse ne vaut point absolution ! D’autant que ce défaut se retrouve ailleurs, par exemple dans une introduction dans laquelle l’auteur croit utile de rappeler l’existence de Marc Bloch et Lucien Febvre. Par ailleurs son trop long passage introductif sur le trotskysme s’appuie uniquement sur l’ouvrage de Daniel Érouville, Qui sont les Trotskystes ? (L’Harmattan, 2004), dont Côme Michel nous dit lui-même qu’il raconte l’histoire du trotskysme « à travers les turpitudes (sic) de la Quatrième Internationale ».Et pourtant, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, les livres ne manquent pas pour écrire l’histoire du trotskysme. L’auteur ignore la longue bibliographie de Dissidences, parue dans le n° 6 de notre revue (2009) et dans le n° 2 de notre revue électronique (automne 2011)1. Plus grave, l’auteur se trompe quand il s’appuie sur Jean-Paul Salles (2005) pour interroger Bernard Chamayou, ancien militant toulousain et tarbais, il parle de Carcassonne alors qu’il est persuadé d’évoquer la situation de Tarbes (p. 326).

Alors que reste-t-il de ce travail ? L’émergence d’une section LCR de province forte numériquement en effet, un véritable « petit parti » selon les termes d’Antoine Artous – mais là encore, plutôt que de suivre l’auteur confus sur cette question, il vaut mieux voir les chiffres d’Artous : 150 à 180 militants, avec autant de sympathisants, la LCR étant capable d’organiser des manifestations de 6 à 700 personnes. Des manifestations soigneusement tenues à l’écart des cortèges de gauche par le service d’ordre de la CGT et du PCF, selon la tactique du cordon sanitaire pratiquée dans bien d’autres villes. Le témoignage d’Alain Rumeau, militant CGT et PCF qui ne renie rien de son passé, est en effet saisissant. Cette force de la Ligue en secteur jeune en particulier – avec ses publications locales, La Jeune Garde, L’Apprenti enchaîné, et même La FPA enchaînée (Formation professionnelle pour Adultes) – l’amène à être à l’aise avec le cours « sectaire », d’auto-affirmation, qui prévaut après 68, les Comités rouges devant remplacer les Comités d’Action. Certes la Ligue à Toulouse éclipsait les autres groupes révolutionnaires, mais pas au point d’entraîner « la déliquescence progressive du PSU après le mouvement de mai-juin 58 » (p. 90). Encore une maladresse !

Le succès de la Ligue fut évidemment moins éclatant en milieu ouvrier, malgré les efforts déployés par les militants, la rédaction et la diffusion de la Taupe rouge à la SNCF, aux PTT ou sur les usines de l’aéronautique. Les positions du PCF et de la CGT furent fort peu ébranlées dans l’après-mai, même si ce dirigeant de la CGT rencontré par le militant LCR Bernard Cholet à l’ONIA (l’Office national des industries azotées qui deviendra AZF) n’est pas dupe sur le socialisme réellement existant dans les pays de l’Est où il est allé monter des usines d’engrais. On saura peu de choses sur « le Travail Femme ». L’auteur nous confie sa déception devant le peu de sources écrites, alors qu’il titille notre curiosité quand il nous dit que les militantes de la LCR ont créé un Centre de Femmes, rue Borios, près de la gare Matabiau (p. 227). De même on n’en saura pas plus sur les avortements illégaux pratiqués par le Docteur Giron, médecin et militant LCR, alors que dans bien des villes les militants LCR sont réticents sur ces pratiques (voir Salles, 2005, p. 200-201). L’intervention sur Motorola, usine récente à majorité féminine, plus ouverte à l’intervention des militants de la Ligue, est un peu mieux éclairée.

Notre déception est d’autant plus grande que, pour des raisons très variées, nous attendions beaucoup de ce travail. Il nous semble que l’enseignant dirigeant cette recherche aurait dû être plus présent, plus attentif. Par exemple, lorsqu’on fait référence à la contribution d’un auteur publié dans un ouvrage collectif, le titre de celle-ci ainsi que la pagination doivent être cités et non pas seulement se contenter du nom des coordinateurs. Si Côme Michel décide de continuer dans la voie de la recherche, la rigueur lui sera nécessaire.

Louis Gérin, Repenser la révolution avec la démocratie ? La LCR face à l’inventaire de son héritage historique et théorique (1989-2009), Master Histoire de la pensée politique, sous la direction de Jean-Christophe Angaut, ENS, Lyon, 2014, 148 pages.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Alors que « la dernière génération d’Octobre » (B. Stora) s’apprête à tirer sa révérence, voilà une étude universitaire, rigoureuse, qui nous montre comment ceux qui n’ont pas renoncé à monter « à l’assaut du ciel » comptent s’y prendre en ce XXIe siècle. Fermement appuyé sur les études qui éclairent le souci ancien de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) de distinguer le léninisme du stalinisme, l’auteur montre une organisation capable de mener un combat anticapitaliste radical tout en luttant pour la démocratie la plus intransigeante. A l’appui de sa démonstration l’auteur cite à juste titre le texte adopté au XIe Congrès mondial de la IVe Internationale-Secrétariat Unifié, en 1979 : « Démocratie socialiste et dictature du prolétariat ». Il y a une volonté de refonder l’héritage théorique en intégrant la critique libertaire du communisme révolutionnaire. Ceci amène par exemple certains militants à abandonner la doxa trotskyste sur Cronstadt – l’auteur aurait pu évoquer Jean-Michel Mension (Alexis Violet) qui affirmait rester membre de la IVe Internationale tout en n’étant plus trotskyste1. Par contre l’auteur cite Daniel Bensaïd regrettant qu’en 1921 le parti bolchevique se soit déclaré parti unique.

D’où la volonté de créer un parti, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), destiné à accueillir des courants et des militants de traditions différentes. Certes la LCR disposait de statuts – l’auteur examine ceux de 2003, adoptés au XVe Congrès – permettant de véritables discussions entre militants, grâce notamment à l’attachement au droit de tendances, une tradition ancienne à la Ligue. Avec la création du NPA, cette tradition s’accroît, les Comités locaux du parti pouvant désormais décider de manière autonome des candidatures aux élections. Mais les statuts du NPA prévoient aussi la rotation des permanents, la limitation des mandats dans le temps, la lutte contre la professionnalisation de la politique. Le refus d’Olivier Besancenot d’être candidat de son parti aux Présidentielles pour la troisième fois, en 2012, fait écho à cette déclaration d’intention – voir sa lettre à ses camarades, du 4 mai 20112. De même l’auteur aurait pu citer utilement l’enquête de Florence Johsua menée auprès des délégués du congrès de 2003. Elle nous révèle que 54,5% des délégués seulement se considèrent « trotskystes », beaucoup se déclarant tout simplement « révolutionnaires »3.

Cette hétérogénéité est vue par les promoteurs de cette évolution comme une richesse, une façon d’ouvrir l’organisation sur la société, d’accueillir la multitude des combats sectoriels. Cette évolution idéologique va de pair avec la fin de l’élitisme révolutionnaire : on ne demande plus au militant un « bac + 10 en trotskysme »4.  De même, on laisse aux acteurs une part de subjectivité dans le cadre de l’action collective. L’auteur explique en détail la posture de Philippe Corcuff pour qui les subjectivités individuelles doivent pouvoir s’exprimer au sein du parti jusque dans l’action politique des militants. Quant à Cédric Durand, un autre militant dont les écrits sont scrutés, il partage avec John Holloway l’idée d’une révolution se réalisant par une somme de micro-révolutions et non par une destruction brutale et soudaine des modes de domination capitalistes. On est loin de la théorie du Grand Soir et d’un Mai 68 apparaissant comme « une répétition générale », à laquelle les fondateurs de la Ligue étaient attachés. L’un d’eux, Daniel Bensaïd, un peu désemparé par les critiques du centralisme démocratique faites par un nouvel adhérent du NPA (l’altermondialiste Raoul-Marc Jennar), lui rétorquait : si les discussions n’engagent à rien, pas besoin de parti, une amicale ou un comptoir de bureau suffisent. Raoul-Marc Jennar n’est pas resté longtemps au NPA et la présentation par le Comité NPA d’Avignon d’une candidate voilée aux élections de 2009 a montré tous les inconvénients qu’il y avait à donner tout pouvoir aux organisations de base dans un pays où la vie politique est fortement centralisée.

Entre le rejet de l’élitisme révolutionnaire et le refus « d’un parti d’adhérents à 20 euros » qui adhèrent non pour militer mais pour voter en se contentant d’un clic sur internet, il y a sans doute une voie moyenne à trouver.

Cette intéressante synthèse nous aide à y voir un peu plus clair, l’auteur ayant su maîtriser un matériel assez abondant. Il nous restitue son travail en une langue claire. Jusqu’ici les travaux sur ce courant politique émanaient surtout d’historiens et de sociologues. Cet apport d’un « politiste » est le bienvenu.

1Notice biographique de Jean-Michel Mension (Alexis Violet), par Jean-Paul Salles, Maitron, tome 9, p. 48-50.

2Cette lettre est largement citée par Jean-Paul Salles, « De la LCR au NPA : l’impossible mutation ? », in Pascal Delwit (dir.), Les Partis politiques en France, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2014.

3Florence Johsua, De la LCR au NPA (1966-2009). Sociologie politique des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, Thèse, 2011.

4A propos des exigences de ce courant en matière de formation, voir Yannick Beaulieu et Jean-Paul Salles, « Les jeunes Français et Italiens de la IVe Internationale : étude comparée de leur formation au sein de la LCR et des GCR », in Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot (dir.), Hériter en politique, Paris, PUF, 2011.

Mika Etchebéhère, Ma Guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne au combat, Paris, Éditions Milena et Libertalia, 2015, 424 pages + en DVD, un documentaire de Fito Pochat et Javier Olivera. Préface de Charles Jacquier, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles (juillet 2015)

Extirpée du tas de boue et de terre sous lequel elle avait été ensevelie à la suite du bombardement de sa tranchée sur le front de Madrid, ayant réussi à s’échapper par miracle de la cathédrale de Sigüenza où s’étaient barricadés les derniers défenseurs de la ville, Mika Etchebéhère est une miraculée, une survivante. Cette femme « comme il en existe peu », pour reprendre les mots de Julio Cortázar1, a eu la bonne idée d’écrire ses Mémoires, publiés une première fois chez Denoël en 1976, réédités chez Actes Sud en 1998, et opportunément remis à notre disposition par les éditions Milena et Libertalia, dans une version enrichie2. C’est tout d’abord un témoignage précieux, car de première main, d’une combattante qui nous rappelle que la guerre d’Espagne ne consista pas seulement en des assauts romantiques de casernes de militaires factieux. Ce fut aussi une guerre longue, de position, présentant bien des points communs avec la guerre de 1914-18. Le froid terrible, la boue, les poux furent le quotidien de Mika et de ses compagnons … l’ennui aussi. C’est d’ailleurs pour tromper cet ennui qu’elle organisera des bibliothèques ambulantes et des cours d’alphabétisation sur le front (p. 319).

Née en 1902 en Argentine, elle est mariée à Hippolyte Etchebéhère, basque né en Argentine, engagée au PC avec lui dès le début des années 1920, mais tous deux sont presqu’aussitôt exclus lors de la période de bolchevisation. Proches des Rosmer dans les années 30, ils sont un moment militants du groupe Que faire ? à Paris. Ayant assisté à Berlin, impuissants, à la montée d’Hitler vers le pouvoir, ces révolutionnaires professionnels viennent d’arriver en Espagne dans un but à la fois médical et touristique, quand débute la guerre civile. Malade de la tuberculose mais bien décidé à ne pas mourir de maladie, Hippolyte est fauché dès le mois d’août 1936 par une balle de mitrailleuse, à la tête de la colonne du POUM qu’il commande. Naturellement c’est sa compagne qui devient « capitana »3, une femme qui, selon le témoignage d’un combattant paysan d’Estrémadure, dirigera « ceux de ma terre que personne ne peut commander ». Situation singulière d’égalité des sexes qui intrigue le chef anarchiste Cipriano Mera, admiratif mais paternaliste aussi envers celle qu’il ne cessera d’appeler « la petite », ce qui lui vaut cette réflexion cinglante : « toi, avec tout ton anarchisme, pourri de préjugés comme n’importe quel mâle » (p. 375)4.

Les pages dans lesquelles Mika Etchebéhère s’interroge sur les liens étranges qui l’unissent aux combattants du POUM, étudiants et instituteurs madrilènes ou paysans estrémègnes semi-analphabètes, ne sont pas les moins intéressantes. Ayant constamment à l’esprit le bien-être de ses soldats, et jouant de la sorte le rôle d’une mère, tout aussi intouchable, elle peut leur demander beaucoup. Eux, en revanche, veillent sur elle quand elle est épuisée, malade : « Ce sont mes enfants et en même temps mon père » (sic, p. 251). Et elle ajoute : « On aura tout vu. C’est une femme qui commande la compagnie et les miliciens qui lavent les chaussettes. Pour une révolution, c’est une révolution. Toutes leurs idées sur la femme sont embrouillées » (p. 247 et 251). Mais de manière générale, bien des notations, au fil de la plume, possèdent une profondeur incitant à la réflexion : la mutation de la perception du temps en révolution, l’importance des odeurs (p. 241-242), l’infiltration des fascistes au sein du camp républicain (p. 166), le choix de l’aviation franquiste de bombarder en priorité les quartiers populaires… Et par-dessus tout, la sensibilité de Mika Etchebéhère, qui supporte mal la vision des blessures, et pleure toutes ces morts imposées par la nécessité de la guerre et de la révolution5.

Armes dérisoires – « fusils surannés, dépareillés » (p. 251) » –, bombes artisanales allumées au feu d’un cigare » (p. 198), renforts promis qui n’arrivent pas, manque d’avions … aucune difficulté ne sera épargnée au camp républicain, vu ici sous son angle madrilène plus que barcelonais, mieux connu. Et pourtant jamais, dit-elle, des combattants aussi désarmés, aussi mal équipés, n’ont été « aussi héroïques, aussi endurants que les nôtres » (p. 271), dès les premières heures du coup d’État, qui voit jusqu’aux prostituées désireuses de s’armer ! Les miliciens du POUM ont d’autant plus de mérite à tenir que très tôt le Parti communiste lance « une campagne criminelle » contre leur parti, dit-elle (p. 266), « nous traitant de fascistes, de traîtres, d’alliés de Franco » : « pour empêcher que la campagne organisée contre le POUM ne nous sape le moral nous demandons qu’on nous apporte seulement La Batalla et La Antorcha, journaux de l’organisation, et CNT, organe de la CNT ». Au fur et à mesure que passent les mois, la campagne s’intensifie : « ces calomnies sont un affront à nos combattants qui ont vu tomber tant de leurs compagnons dès les premiers jours de la guerre » (p. 302)6. C’en est fini de la fraternité des premiers jours, déplore-t-elle. Malgré l’arrestation des dirigeants du POUM, la disparition d’Andreu Nin, le procès fait au parti, les combattants du POUM continuent la lutte sur le front de Madrid, désormais intégrés dans l’armée commandée par le cénétiste Cipriano Mera. La guerre l’emporte peu à peu sur la révolution. Pour autant, cette dimension politique demeure globalement à l’arrière-plan d’un récit qui est avant tout témoignage par en bas, évocation profondément humaine de ces individus comme les autres, ayant fait le choix d’un engagement entier. La fin, abrupte, nous prive de leur sort ultérieur, tant Ma Guerre d’Espagne à moi se lit comme un roman aux personnages attachants.

Et pourtant, on comprend ce que l’écriture de ce témoignage a coûté à son auteure, en même temps qu’elle le jugeait certainement nécessaire, une façon de rendre hommage à ses camarades sacrifiés7. Le chagrin ressenti à la suite de la mort de son mari est récurrent, et avec la mort de ce combattant de quinze ans seulement, qui occupe les dernières lignes du récit, c’est une forme de cénotaphe de l’innocence qu’elle édifie. La conclusion de Mika Etchebéhère est amère : la guerre sera perdue, mais « les travailleurs espagnols auront lavé la honte de la défaite sans combat des travailleurs allemands et inscrit dans les annales des luttes ouvrières les pages les plus fulgurantes de leur histoire » (p. 317)8. Ayant réussi à quitter l’Espagne après s’être réfugiée à l’ambassade de France à Madrid, Mika Etchebéhère repart en Argentine en 1939. Elle finira sa vie dans la région parisienne en 1992, ayant revu ses chers amis, les Rosmer.

Le documentaire latino-américain joint à cette édition en format DVD, et réalisé par Fito Pochat et Javier Olivera, date de 2013. Il suit les traces de Mika et Hippolito Etchebéhère à travers la plupart des endroits évoqués dans le livre. Menés par la figure de leur neveu Arnold, nous découvrons l’Argentine de leurs années étudiantes, la Patagonie, tellement superbe qu’elle faillit devenir leur paradis, Berlin, où ils assistèrent à la défaite sans combat du mouvement ouvrier, là où Mika était persuadée d’une victoire possible de la révolution, Paris, où ils habitèrent quelques temps… Puis l’Espagne, bien sûr. Visuellement, les vues actuelles voisinent avec des photographies ou des films d’époque, sans qu’aucun d’entre eux ne nous soit présenté et explicité. Seule la masse des anonymes, de ces miliciens levant le poing et serrant leurs armes, nous cherchent du regard, sans que l’on sache où et quand ces prises ont pu être faites. Tout au long du documentaire, les commentaires du neveu Etchebéhère alternant avec le témoignage de Mika, filmé en 1973 (en français) et en 1984, ainsi qu’avec la lecture de nombreux extraits de son livre. Quelques anecdotes supplémentaires nous sont ainsi contées : l’interrogatoire d’un aviateur allemand par Mika, son arrestation après qu’un camarade ait lancé en public « Vive Trotsky ! » et sa libération grâce à Cipriano Mera, et la dernière image qu’elle a d’un Madrid sur le point d’être investie par les forces franquistes, lorsque les réfugiés quittent les quartiers riches qu’ils avaient occupés, résumé poignant du retour à l’ordre antérieur. Un DVD certes intéressant, mais qui souffre d’un manque de recherches sur les documents présentés. Contrairement à une idée hélas trop répandue, les images ne parlent pas d’elles-mêmes.

1Dans une lettre manuscrite qu’il écrivit à Mika Etchebéhère près avoir lu son manuscrit, reproduite en annexe.

2Outre le documentaire vidéo, dont il sera question ci-dessous, ont été ajoutées quelques lettres de Mika aux Rosmer, dont elle était une grande amie, datant de la période de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs photographies, ainsi qu’une bibliographie commentée.

3Une fiction historique retrace son parcours sous ce titre : Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, et le compte rendu de cet ouvrage se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/4549

4L’estime réciproque est très forte cependant entre les deux personnages. Dans ses Mémoires Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste (édités en 2012 par les éditions Le Coquelicot, dont un compte rendu se trouve sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3077 ), Cipriano Mera raconte comment il arracha « la camarade Mica » (sic) aux mains des communistes qui venaient de l’arrêter comme militante du POUM, après les journées de mai 1937 à Barcelone (p. 149-150). Mika Etchebéhère, elle, n’évoque pas du tout cet épisode, son récit s’arrêtant en amont.

5« Je dois assumer entièrement cette révolution tant désirée, n’en rien renier, même pas les sinistres paseos (…) Il faut effacer l’image d’Épinal de ma révolution d’adolescente… Il le faut, il le faut… Mais pour aller dans la guérite de l’aiguilleur où sont entreposées les munitions et la dynamite qu’il faut recenser, je ne passe plus devant les curés [sur le point d’être exécutés]. » (p. 56-57).

6Ce fut le cas de Germán Vidal, responsable des JCI, organisation de jeunesse du POUM, à Barcelone, le 18 juillet 1936, celui également de Jesús Blanco, « téméraire capitaine de 21 ans » (M.E.), chef de la 1ère compagnie du POUM, tué sur le front de Madrid. Mika Etchebéhère commandait pour sa part la 2e compagnie.

7« Dans la lutte pour la Révolution la devise peut-être : Combattre c’est nécessaire, vivre n’est pas nécessaire. », p. 152.

8« (…) un excès de discipline empêcha les travailleurs allemands de déclencher le combat quand Hitler fut appelé à prendre le pouvoir. Et c’est l’indiscipline espagnole qui a gagné les premiers grands combats contre les généraux fascistes. », p. 235.

Patrick Deville, Viva, Paris, Seuil, collection « Fiction & Cie », 2014, 224 pages, 17,50 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Depuis plusieurs livres, l’écrivain Patrick Deville s’est fait une spécialité de croiser itinéraires et époques, embrassant une matière à la fois totale et sélective pour brosser l’histoire d’un lieu, d’un pays, construisant de la sorte une sorte de méta-cycle de « romans vrais » arborant des figures récurrentes1. Car d’intrigue au sens traditionnel du terme, il n’est guère question dans Viva, non plus de fiction, en dehors des liens ajoutés par l’auteur. A travers le prisme du Mexique et d’une bonne quinzaine de personnages centraux, figures de l’exil ou révolutionnaires clandestins pour la plupart, l’auteur nous entraîne dans l’esprit exalté d’une époque, celle de l’entre-deux-guerres.

Sélectionnant quelques couples gémellaires (Trotsky/Lowry, Rivera/Kahlo, Modotti/Vidali), à l’instar du Leonardo Padura de L’Homme qui aimait les chiens2, Patrick Deville s’en sert pour dévoiler les diverses faces du drame. Celui qui domine les autres, c’est bien sûr Trotsky/Lowry (bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés), véritables « étoiles jumelles », écrivains tous les deux, utopistes également3, le premier ayant fait le choix d’agir dans le réel (« Il a brisé en deux l’Histoire. », p. 12) tandis que le second en restait à l’écart, accouchant de Au-dessous du volcan (« Lowry ne cherche pas à libérer les hommes, il cherche à écrire le Volcan » p. 28), véritable trou noir qui absorbe en lui tout le récit conté par Patrick Deville ; matière et antimatière, en somme. Dès le début il annonce sa méthode : « Nous pourrions le [Sandino] suivre » (p. 10). En fait, il ne les suit, ses personnages, qu’une courte unité de temps. Juste de quoi leur laisser … le temps de croiser, au détour d’un lieu ou d’une phrase, une autre vie. Dans une sorte de « fil rouge » ainsi dévidé, s’avancent, alternativement ou ensemble, Frida Kahlo et Tina Modotti4, Blaise Cendrars et Graham Greene, Arthur Cravan alias Fabian Lloyd et Mina Loy, André Breton et Leonid Eitingon5, Benjamin Péret et Victor Serge, Jean van Heijenoort6 et Larissa Reisner7 sans oublier quelques électrons libres (Antonin Artaud). Une galerie plus vaste, tel le kaléidoscope de « la petite bande des treize » (parmi lesquels, outre Frida Kahlo et Tina Modotti, déjà évoquées, Diego Rivera, Alfredo Siqueiros, Orozco, Xavier Guerrero8, Edward Weston9, Traven [Ret Marut]10, Augusto Sandino11, Antonio Mella12, Vittorio Vidali13, Maïakovski ou Dos Passos), permet d’illustrer la rupture meurtrière entre staliniens et trotskystes… Patrick Deville démultiplie également les carrefours, usant des hasards objectifs14 pour relier entre eux des points chronologiques ou géographiques en apparence disparates, comme pour faire apparaître des figures dans une trame de l’histoire dont on peine désormais à discerner un sens. La concordance des temps est à prendre ici au sens figuré, chaque événement faisant écho à d’autres, une construction savante et ambitieuse, insatiable, véritable démultiplication des images, des noms, des identités, qui suggère une sorte de communication occulte entre les ans15, doublée d’une superposition troublante entre réalité et fiction.

L’érudition est ici constante, la prose riche, certaines images marquantes (le train blindé de Trotsky16), des développements littéralement incontournables (la genèse du « Manifeste pour un art révolutionnaire indépendant »), et le travail de documentation, mis en abyme dans le cours même du livre – plusieurs chapitres racontent la quête, les enquêtes et les voyages (au Mexique, en Russie17) menés par l’auteur en personne, dont une visite émouvante à Maurice Nadeau (p. 57) –, est incontestable, solide, quand bien même on relève parfois quelques omissions vénielles, erreurs isolées ou opinions contestables18. L’empathie avec les divers personnages est sensible, le portrait tracé de Trotsky évite habilement toute caricature, n’ayant pas peur d’écorner le conformisme sous lequel nous vivons (Patrick Deville estime parfaitement justifiée l’exécution du tsar), et évitant d’accorder une place excessive à des aventures sentimentales (Frida Kahlo, Tina Modotti) qui ne sont en réalité que la manifestation de vies libérées de la morale sexuelle dominante. Il n’empêche, le sens du tragique est bien ce qui domine cette fresque19, à laquelle on pourrait appliquer cette formule, sous laquelle trois romans de la même veine ont été regroupés20 : sic transit. A ceci près que de cet ancrage à un esprit du temps, fait de postmodernité et de distance vis-à-vis des volontés de changer le monde, Patrick Deville laisse du jeu : il valorise en effet les figures prométhéennes de Trotsky et Lowry, incarnations de cette volonté d’absolu qui donne un sens à la vie humaine. « Chez ces deux-là, c’est approcher le mystère de la vie des saints, chercher ce qui les pousse vers les éternels combats perdus d’avance, l’absolu de la Révolution ou l’absolu de la Littérature, où jamais ils ne trouveront la paix, l’apaisement du labeur accompli. (…) Ce qu’ils nous crient et que nous feignons souvent de ne pas entendre : c’est qu’à l’impossible chacun de nous est tenu. » (p. 129).

Depuis une dizaine d’années, Patrick Deville fait le pari d’écrire des romans « d’invention sans fiction », une « littérature utile »21. Faire revivre par l’écriture, par les mots, des ruptures historiques et artistiques qui ont fait croire, au XXe siècle, qu’il était possible de suspendre durablement le temps figé22 de la bourgeoisie, pour imposer, à toute vitesse, en force (d’où la reprise de l’image du train, train blindé de Trotsky ou la locomotive comme symbole du progrès), de nouvelles règles, n’est-ce pas une manière d’exorciser la défaite ou de surmonter une fatigue historique ?23 En exergue, Patrick Deville a placé une sentence très messianique de Walter Benjamin sur le rôle des passeurs de mémoire24 : « Il existe un rendez-vous tacite entre les générations passées et la nôtre. Nous avons été attendus sur la terre ». S’il paraît indéniable qu’une chaîne relie entre eux les révolutionnaires internationalistes à travers les siècles, il ne l’est pas moins que la littérature nous fixe de plus en plus de rendez-vous troublants entre ces derniers et leur insertion dans un univers qui pour être romancé n’en renvoie pas moins à une réalité historique faites de ruptures sanglantes et de tragédies, mais porteuses, pourtant, d’espoirs. Si Patrick Deville, à l’instar d’autres auteurs25, « pince des fils, dévide des bobines, tisse des liens, assemble des vies » (p. 20), celles de personnages emblématiques (morts) qui peuvent servir de miroir (aux vivants)26, peut-être est-ce pour révéler, comme un négatif, ces quelques moments particuliers d’où avait surgi, de l’écorce craquelée des continents27, « la lumière du monde ».

1L’itinéraire d’Antonin Artaud, par exemple, permet une résurgence de Peste et choléra, le précédent livre de l’auteur.

2Voir notre critique détaillée du roman sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/616

3« (…) ce qu’il imagine, Lowry, c’est d’à nouveau révolutionner l’art de la prose poétique, un rêve aussi immense, magnifique et inaccessible, que celui de la Révolution permanente chez Trotsky. » (p. 61).

4Tina Modotti fait l’objet du livre Tinisima de Elena Poniatowska, dont la traduction en français vient de paraître (avril 2015) à L’atinoir édition (Marseille). Lire également Pino Cacucci, Tina ou la beauté incendiée, Paris, Belfond, 1993 et la bande dessinée de Angel de la Calle, Tina Modotti, Paris, Vertige Graphic, 2011.

5Leonid Eitingon est l’agent des services de renseignements soviétiques qui recruta Ramon Mercader, l’assassin de Trotsky. Lire de Mary-Kay Wilmers, Nous les Eitingon, Paris, Liana Levi, 2013, dont un compte rendu est à paraître prochainement sur notre blog.

6Jan van Heijenoort, mathématicien et militant trotskyste fut secrétaire de Trotsky : il a écrit Sept ans auprès de Léon Trotsky, Paris, Maurice Nadeau, 2001.

7Larissa Reisner est une bolchevique qui occupa des postes de commandement dans l’Armée rouge, et qui meurt du typhus à l’âge de 31 ans. Lire sa notice dans Georges Haupt, Jean-Jacques Marie, Les bolchéviks par eux-mêmes, Paris, Maspero, 1969, p. 361-366, et Paco Ignacio Taibo II, Archanges. 12 histoires de révolutionnaires sans révolution possible, Paris, Métailié, 2012, p. 27-51. Un compte rendu d’Archanges est à paraître prochainement sur notre blog.

8Ces quatre peintres sont des muralistes, auteurs de fresques réputées et animateurs du Syndicat des peintres mexicains. Lire Monique Plaa, Aspects du muralisme mexicain, Paris, PUF-CNED, 2008, ainsi que Paco Ignacio Taibo II, Archanges, op. cit., p. 53-78.

9Il s’agit du photographe étasunien qui dévoila le talent photographique de Tina Modotti.

10L’occasion, en le mettant en parallèle avec Trotsky, d’opposer l’efficacité communiste à l’idéalisme anarchiste. Sur cet auteur, lire Golo, B. Traven. Portrait d’un anonyme célèbre, Paris, Futuropolis, 2007, et le compte rendu de Georges Ubbiali dans la revue électronique de Dissidences, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2683, ainsi que Jonah Raskin, A la recherche de B. Traven, Arles, Les Fondeurs de briques, 2007, chroniqué sur notre ancien site http://www.dissidences.net/mouvement_social_artistique_intellectuel.htm#raskin

11Augusto Sandino conduit la guérilla au Nicaragua au début des années trente contre le pouvoir totalement inféodé aux États-Unis. Il est assassiné en 1934. En 1961, les révolutionnaires qui créent le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) pour combattre la dictature de Somoza se réclament de Sandino.

12C’est un des fondateurs du Parti communiste cubain, qui, se rapprochant des trotskystes, est exclu. Amant de Tina Modotti (après Weston, Rivera et Guerrero), il est abattu dans la rue, aux bras de celle-ci, en 1929. Cet assassinat n’a jamais vraiment été élucidé.

13Il s’agit du célèbre communiste italien, dernier amant de Tina Modotti et conspirateur kominternien auquel une certaine historiographie prête généralement (et généreusement) de nombreux crimes. Lire par contre l’article de Claudio Albertani, « Vittorio Vidali, Tina Modotti, le stalinisme et la révolution », Agone, n° 46, 2011, p. 197-218, en ligne sur http://revueagone.revues.org/1041

14Dernier d’entre eux, et non des moindres : « C’est l’ancien président Lazaro Cardenas qui obtient leur libération [Che Guevara, Fidel Castro et leurs camarades en 1956]. Par un de ces retournements dont l’Histoire n’est pas avare, c’est à celui qui avait sauvé Trotsky que Castro devra la possibilité de la révolution à Cuba, et ainsi la possibilité, plus tard, d’offrir à Ramon Mercader de venir achever sa vie paisible à La Havane. » (p. 209).

15« Ce déraillement de l’espace et du temps, qui en quelques enjambées vous ramène dans la première moitié de l’autre siècle, est accentué par les images tournées ici, devant les clapiers à lapins [de Trotsky], dans l’éternel présent de la pellicule cinématographique. » (p. 81), ou « Comme si toute la littérature devait être inventée par un seul écrivain exilé sous pseudonyme. » (p. 130-131).

16« Les yeux fermés, comme s’il marchait le long des rails, il remonte un à un les wagons du train blindé dans lequel il a passé plus de deux ans de sa vie, dans le rêve d’une société utopique en marche, un monde d’autarcie, d’ordre et de raison, parfaitement huilé. » (p. 35).

17En Russie, Patrick Deville constate avec horreur la renaissance d’un antijudéobolchevisme chez certains historiens locaux, tandis qu’à Kazan, l’Arabie Saoudite a fait édifier « la plus grande mosquée de l’ancien empire de l’athéisme » (p. 41)…

18Faisant sienne la thèse de l’assassinat de Léon Sedov par les tueurs au service de Staline, Patrick Deville ne cite pas Jeanne Martin des Palières, la compagne du premier, rendant peu explicite le procès intenté par Trotsky pour obtenir la garde de son petit-fils. Il fait également de Trotsky l’auteur d’un Lénine, alors qu’il ne s’agit en réalité que d’un prélude à une véritable biographie, intitulé La Jeunesse de Lénine (p. 86). Enfin, il considère la IVe Internationale déjà fondée au printemps 1938, alors qu’elle ne l’est officiellement que début septembre. Plus gênant, Patrick Deville cède aux idées reçues, en écrivant que « La Quatrième Internationale est une usine à gaz. Dès qu’un groupe trotskiste atteint six membres il se scinde. » (p. 189). De même, écrire que ce sont les conflits internes au camp républicain qui ont permis aux franquistes de s’emparer du pouvoir (p. 190) ou que les maquis de la Résistance en France ont connu la même traque aux trotskystes et aux anarchistes qu’en Espagne – le maquis Wodli (exécution de 4 militants trotskystes en 1943) reste un cas isolé, emblématique certes, mais un cas isolé tout de même – (p. 103) est erroné. Enfin signalons une coquille : « maccartisme » (p. 175).

19A l’image du sort de Raskolnikov, « (…) défenestré de son hôtel par le Guépéou peut-être, ou bien après avoir plongé de lui-même, la tête emplie des souvenirs de Kazan et du sourire de Larissa [Reisner], des espoirs fracassés des révolutions russe et espagnole. » (p. 47), ou plus largement du choix fait de se centrer sur la dernière période de vie de Trotsky, comme Leonardo Padura l’avait également fait.

20Il s’agit de Pura Vida, Equatoria et Kampuchea, compilés en septembre 2014.

21Cité par Philippe-Jean Catinchi dans son portrait de Patrick Deville, « Itinéraire d’un voyageur artificier », Le Monde des livres, 22 septembre 2011.

22Ce temps figé n’est pas contradictoire avec l’incessant mouvement du capital qui le pousse à produire de plus en plus de marchandises.

23« … il est bien possible que l’humanité soit fatiguée » déclare Léon Trotsky lors des audiences de la commission Dewey (p. 125).

24Ce qui doit être distingué fortement du devoir de mémoire, auquel l’institution nous somme, en quelque sorte, d’adhérer.

25Au choix, Léonardo Padura et Paco Ignacio Taibo II, déjà cités, mais aussi, dans le désordre, Jean-François Vilar, Romain Slocombe, Roger Martin, Leif Davidsen, Milena Agus, Lydie Salvayre, Philippe Videlier, Tariq Ali, Yannick Haenel, Elena Poniatowska, Alicia Dujovne Ortiz, etc. Les fictions historiques de certains de ces auteur(e)s ont été ou seront prochainement chroniquées sur notre blog.

26Suivant le critique Philippe Lançon, il s’agit du procédé littéraire utilisé par Leonardo Padura pour L’Homme qui aimait les chiens : Philippe Lançon, « Piolet et lévriers », Libération, 13 janvier 2011.

27Cette expression est empruntée à John Dos Passos , dans sa trilogie USA (Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002, 1344 p.) : « Quand Octobre fit craquer l’écorce du vieux continent ».

Dimitris Livieratos, L’Usine invisible de la révolution algérienne. Mémoires d’un trotskiste grec, Athènes, Asini, 2012, 146 pages, préface de Sylvain Pattieu, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De prime abord, cette publication semble idoine pour interpeller tous ceux que l’histoire du mouvement trotskyste, et particulièrement de ses liens avec la lutte anticolonialiste, intéresse. D’autant que les parutions en grec n’ont que rarement été traduites en français : en dehors des Mémoires d’Agis Stinas, publiées en 1990 par les éditions La Brèche de la LCR, on attend toujours des traductions concernant, par exemple, Michel Raptis (alias Pablo), comme son autobiographie, parue en 1996.

Malheureusement, ce témoignage est décevant à bien des égards. Il y a d’abord la question de sa date de publication : les pages de Dimitris Livieratos ont semble-t-il été rédigées au milieu des années 1960, et on aurait aimé comprendre pourquoi il a fallu attendre presque 50 ans avant de les découvrir ; de même, la préface de Sylvain Pattieu est datée de 2004, et on ne peut que s’interroger sur le hiatus qu’il y a alors avec l’édition définitive du livre… Mais le problème central de l’ouvrage tient à son appareil critique largement déficient. Aucune notice biographique de l’auteur n’est fournie, la bibliographie est lacunaire (l’étude de référence de Sylvain Pattieu1 n’y apparait même pas !), et le corps du texte manque cruellement de notes explicatives. Il faut dire que le témoignage de Dimitris Livieratos se décline sur un mode non linéaire, usant des flash-back, estompant en partie la chronologie, demeurant souvent très allusif, introduisant de temps à autre des développements plus généraux (sur l’habileté d’un Lyautey dans l’exercice de la domination coloniale, par exemple), et citant exclusivement des pseudonymes dans ses nombreux portraits (Pablo y est Gab, et le FLN devient l’Organisation). Autant d’éléments évoquant davantage un roman policier, et qui auraient de ce fait nécessité un traitement particulier.

De ces considérations sur une forme pratique d’« internationalisme industriel », pour reprendre l’expression utilisée par Sylvain Pattieu, la mise en place à la fin des années 1950 par la IVe Internationale officielle d’une usine de fabrication de pistolets mitrailleurs au Maroc destinée à fournir les combattants de l’ALN, plusieurs éléments sont à retenir. Ils tournent tous autour des relations humaines, souvent tumultueuses et conflictuelles au sein du microcosme de l’usine – environ 150 ouvriers et gardes. Les dissensions concernent d’ailleurs aussi bien les militants étrangers entre eux (recoupant les origines de chacun, Latino-américains contre Européens, par exemple, ou des divergences à propos de la révolution coloniale2), les Algériens entre eux (de souche ou issus de l’immigration européenne, engagés de la première heure ou recrues plus récentes, prolétaires ou partisans, ces derniers étant généralement des musulmans pratiquants) que les étrangers vis-à-vis des Algériens, autour de la discipline ouvrière plus intégrée chez les premiers, plus lâche chez les seconds. Les conséquences sur le fonctionnement de l’usine sont réelles, un fonctionnement qui semble osciller entre souci démocratique (les réunions en assemblée générale, souvent fort longues, la pluralité des noyaux de pouvoir révélateur d’un pluralisme interne au FLN, tout au moins à cette échelle) et efficacité autoritaire, plus ou moins bien acceptée, et où la confusion entre politique et technique semble constituer un réel danger. Il y a également les difficultés pratiques de la mise en chantier de la fabrication, des risques de corruption personnelle induits par les sommes d’argent nécessaires à l’achat de fournitures en Europe, et par là de valorisation individuelle au détriment du collectif.

De ce point de vue, celui d’une révolution vécue dans la pratique et non seulement dans la théorie3, le témoignage de Dimitris Livieratos est utile et a probablement valeur générale, davantage que ses considérations plus conjoncturelles, en particulier son admiration vis-à-vis de l’Afrique du nord et des colonisés révoltés qui va de pair avec une étonnante inclinaison vers la simplicité paysanne comparativement à la corruption urbaine… Néanmoins, on peut penser qu’une nouvelle édition de ce document, dûment contextualisé et doté d’un appareil critique et historiographique conséquent, serait plus utile aux chercheurs ainsi qu’à tous ceux passionnés par les connexions internationalistes du combat algérien.

1 Les Camarades des frères : trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie, Paris, Syllepse, 2002.

2Les Anglais présents considérant, à rebours des positions majoritaires de la IVe Internationale, que la libération des colonies britanniques interviendrait par une révolution dans la métropole elle-même, jugée donc prioritaire.

3« Ainsi vont les choses : dès que l’individu est touché par la révolution dans sa vie matérielle et idéologique même, dans son éthique profonde, les doutes apparaissent. » (p. 56).