Archives par étiquette : trotskysme

Mika Etchebéhère, Ma Guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne au combat, Paris, Éditions Milena et Libertalia, 2015, 424 pages + en DVD, un documentaire de Fito Pochat et Javier Olivera. Préface de Charles Jacquier, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles (juillet 2015)

Extirpée du tas de boue et de terre sous lequel elle avait été ensevelie à la suite du bombardement de sa tranchée sur le front de Madrid, ayant réussi à s’échapper par miracle de la cathédrale de Sigüenza où s’étaient barricadés les derniers défenseurs de la ville, Mika Etchebéhère est une miraculée, une survivante. Cette femme « comme il en existe peu », pour reprendre les mots de Julio Cortázar1, a eu la bonne idée d’écrire ses Mémoires, publiés une première fois chez Denoël en 1976, réédités chez Actes Sud en 1998, et opportunément remis à notre disposition par les éditions Milena et Libertalia, dans une version enrichie2. C’est tout d’abord un témoignage précieux, car de première main, d’une combattante qui nous rappelle que la guerre d’Espagne ne consista pas seulement en des assauts romantiques de casernes de militaires factieux. Ce fut aussi une guerre longue, de position, présentant bien des points communs avec la guerre de 1914-18. Le froid terrible, la boue, les poux furent le quotidien de Mika et de ses compagnons … l’ennui aussi. C’est d’ailleurs pour tromper cet ennui qu’elle organisera des bibliothèques ambulantes et des cours d’alphabétisation sur le front (p. 319).

Née en 1902 en Argentine, elle est mariée à Hippolyte Etchebéhère, basque né en Argentine, engagée au PC avec lui dès le début des années 1920, mais tous deux sont presqu’aussitôt exclus lors de la période de bolchevisation. Proches des Rosmer dans les années 30, ils sont un moment militants du groupe Que faire ? à Paris. Ayant assisté à Berlin, impuissants, à la montée d’Hitler vers le pouvoir, ces révolutionnaires professionnels viennent d’arriver en Espagne dans un but à la fois médical et touristique, quand débute la guerre civile. Malade de la tuberculose mais bien décidé à ne pas mourir de maladie, Hippolyte est fauché dès le mois d’août 1936 par une balle de mitrailleuse, à la tête de la colonne du POUM qu’il commande. Naturellement c’est sa compagne qui devient « capitana »3, une femme qui, selon le témoignage d’un combattant paysan d’Estrémadure, dirigera « ceux de ma terre que personne ne peut commander ». Situation singulière d’égalité des sexes qui intrigue le chef anarchiste Cipriano Mera, admiratif mais paternaliste aussi envers celle qu’il ne cessera d’appeler « la petite », ce qui lui vaut cette réflexion cinglante : « toi, avec tout ton anarchisme, pourri de préjugés comme n’importe quel mâle » (p. 375)4.

Les pages dans lesquelles Mika Etchebéhère s’interroge sur les liens étranges qui l’unissent aux combattants du POUM, étudiants et instituteurs madrilènes ou paysans estrémègnes semi-analphabètes, ne sont pas les moins intéressantes. Ayant constamment à l’esprit le bien-être de ses soldats, et jouant de la sorte le rôle d’une mère, tout aussi intouchable, elle peut leur demander beaucoup. Eux, en revanche, veillent sur elle quand elle est épuisée, malade : « Ce sont mes enfants et en même temps mon père » (sic, p. 251). Et elle ajoute : « On aura tout vu. C’est une femme qui commande la compagnie et les miliciens qui lavent les chaussettes. Pour une révolution, c’est une révolution. Toutes leurs idées sur la femme sont embrouillées » (p. 247 et 251). Mais de manière générale, bien des notations, au fil de la plume, possèdent une profondeur incitant à la réflexion : la mutation de la perception du temps en révolution, l’importance des odeurs (p. 241-242), l’infiltration des fascistes au sein du camp républicain (p. 166), le choix de l’aviation franquiste de bombarder en priorité les quartiers populaires… Et par-dessus tout, la sensibilité de Mika Etchebéhère, qui supporte mal la vision des blessures, et pleure toutes ces morts imposées par la nécessité de la guerre et de la révolution5.

Armes dérisoires – « fusils surannés, dépareillés » (p. 251) » –, bombes artisanales allumées au feu d’un cigare » (p. 198), renforts promis qui n’arrivent pas, manque d’avions … aucune difficulté ne sera épargnée au camp républicain, vu ici sous son angle madrilène plus que barcelonais, mieux connu. Et pourtant jamais, dit-elle, des combattants aussi désarmés, aussi mal équipés, n’ont été « aussi héroïques, aussi endurants que les nôtres » (p. 271), dès les premières heures du coup d’État, qui voit jusqu’aux prostituées désireuses de s’armer ! Les miliciens du POUM ont d’autant plus de mérite à tenir que très tôt le Parti communiste lance « une campagne criminelle » contre leur parti, dit-elle (p. 266), « nous traitant de fascistes, de traîtres, d’alliés de Franco » : « pour empêcher que la campagne organisée contre le POUM ne nous sape le moral nous demandons qu’on nous apporte seulement La Batalla et La Antorcha, journaux de l’organisation, et CNT, organe de la CNT ». Au fur et à mesure que passent les mois, la campagne s’intensifie : « ces calomnies sont un affront à nos combattants qui ont vu tomber tant de leurs compagnons dès les premiers jours de la guerre » (p. 302)6. C’en est fini de la fraternité des premiers jours, déplore-t-elle. Malgré l’arrestation des dirigeants du POUM, la disparition d’Andreu Nin, le procès fait au parti, les combattants du POUM continuent la lutte sur le front de Madrid, désormais intégrés dans l’armée commandée par le cénétiste Cipriano Mera. La guerre l’emporte peu à peu sur la révolution. Pour autant, cette dimension politique demeure globalement à l’arrière-plan d’un récit qui est avant tout témoignage par en bas, évocation profondément humaine de ces individus comme les autres, ayant fait le choix d’un engagement entier. La fin, abrupte, nous prive de leur sort ultérieur, tant Ma Guerre d’Espagne à moi se lit comme un roman aux personnages attachants.

Et pourtant, on comprend ce que l’écriture de ce témoignage a coûté à son auteure, en même temps qu’elle le jugeait certainement nécessaire, une façon de rendre hommage à ses camarades sacrifiés7. Le chagrin ressenti à la suite de la mort de son mari est récurrent, et avec la mort de ce combattant de quinze ans seulement, qui occupe les dernières lignes du récit, c’est une forme de cénotaphe de l’innocence qu’elle édifie. La conclusion de Mika Etchebéhère est amère : la guerre sera perdue, mais « les travailleurs espagnols auront lavé la honte de la défaite sans combat des travailleurs allemands et inscrit dans les annales des luttes ouvrières les pages les plus fulgurantes de leur histoire » (p. 317)8. Ayant réussi à quitter l’Espagne après s’être réfugiée à l’ambassade de France à Madrid, Mika Etchebéhère repart en Argentine en 1939. Elle finira sa vie dans la région parisienne en 1992, ayant revu ses chers amis, les Rosmer.

Le documentaire latino-américain joint à cette édition en format DVD, et réalisé par Fito Pochat et Javier Olivera, date de 2013. Il suit les traces de Mika et Hippolito Etchebéhère à travers la plupart des endroits évoqués dans le livre. Menés par la figure de leur neveu Arnold, nous découvrons l’Argentine de leurs années étudiantes, la Patagonie, tellement superbe qu’elle faillit devenir leur paradis, Berlin, où ils assistèrent à la défaite sans combat du mouvement ouvrier, là où Mika était persuadée d’une victoire possible de la révolution, Paris, où ils habitèrent quelques temps… Puis l’Espagne, bien sûr. Visuellement, les vues actuelles voisinent avec des photographies ou des films d’époque, sans qu’aucun d’entre eux ne nous soit présenté et explicité. Seule la masse des anonymes, de ces miliciens levant le poing et serrant leurs armes, nous cherchent du regard, sans que l’on sache où et quand ces prises ont pu être faites. Tout au long du documentaire, les commentaires du neveu Etchebéhère alternant avec le témoignage de Mika, filmé en 1973 (en français) et en 1984, ainsi qu’avec la lecture de nombreux extraits de son livre. Quelques anecdotes supplémentaires nous sont ainsi contées : l’interrogatoire d’un aviateur allemand par Mika, son arrestation après qu’un camarade ait lancé en public « Vive Trotsky ! » et sa libération grâce à Cipriano Mera, et la dernière image qu’elle a d’un Madrid sur le point d’être investie par les forces franquistes, lorsque les réfugiés quittent les quartiers riches qu’ils avaient occupés, résumé poignant du retour à l’ordre antérieur. Un DVD certes intéressant, mais qui souffre d’un manque de recherches sur les documents présentés. Contrairement à une idée hélas trop répandue, les images ne parlent pas d’elles-mêmes.

1Dans une lettre manuscrite qu’il écrivit à Mika Etchebéhère près avoir lu son manuscrit, reproduite en annexe.

2Outre le documentaire vidéo, dont il sera question ci-dessous, ont été ajoutées quelques lettres de Mika aux Rosmer, dont elle était une grande amie, datant de la période de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs photographies, ainsi qu’une bibliographie commentée.

3Une fiction historique retrace son parcours sous ce titre : Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, et le compte rendu de cet ouvrage se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/4549

4L’estime réciproque est très forte cependant entre les deux personnages. Dans ses Mémoires Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste (édités en 2012 par les éditions Le Coquelicot, dont un compte rendu se trouve sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3077 ), Cipriano Mera raconte comment il arracha « la camarade Mica » (sic) aux mains des communistes qui venaient de l’arrêter comme militante du POUM, après les journées de mai 1937 à Barcelone (p. 149-150). Mika Etchebéhère, elle, n’évoque pas du tout cet épisode, son récit s’arrêtant en amont.

5« Je dois assumer entièrement cette révolution tant désirée, n’en rien renier, même pas les sinistres paseos (…) Il faut effacer l’image d’Épinal de ma révolution d’adolescente… Il le faut, il le faut… Mais pour aller dans la guérite de l’aiguilleur où sont entreposées les munitions et la dynamite qu’il faut recenser, je ne passe plus devant les curés [sur le point d’être exécutés]. » (p. 56-57).

6Ce fut le cas de Germán Vidal, responsable des JCI, organisation de jeunesse du POUM, à Barcelone, le 18 juillet 1936, celui également de Jesús Blanco, « téméraire capitaine de 21 ans » (M.E.), chef de la 1ère compagnie du POUM, tué sur le front de Madrid. Mika Etchebéhère commandait pour sa part la 2e compagnie.

7« Dans la lutte pour la Révolution la devise peut-être : Combattre c’est nécessaire, vivre n’est pas nécessaire. », p. 152.

8« (…) un excès de discipline empêcha les travailleurs allemands de déclencher le combat quand Hitler fut appelé à prendre le pouvoir. Et c’est l’indiscipline espagnole qui a gagné les premiers grands combats contre les généraux fascistes. », p. 235.

Patrick Deville, Viva, Paris, Seuil, collection « Fiction & Cie », 2014, 224 pages, 17,50 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Depuis plusieurs livres, l’écrivain Patrick Deville s’est fait une spécialité de croiser itinéraires et époques, embrassant une matière à la fois totale et sélective pour brosser l’histoire d’un lieu, d’un pays, construisant de la sorte une sorte de méta-cycle de « romans vrais » arborant des figures récurrentes1. Car d’intrigue au sens traditionnel du terme, il n’est guère question dans Viva, non plus de fiction, en dehors des liens ajoutés par l’auteur. A travers le prisme du Mexique et d’une bonne quinzaine de personnages centraux, figures de l’exil ou révolutionnaires clandestins pour la plupart, l’auteur nous entraîne dans l’esprit exalté d’une époque, celle de l’entre-deux-guerres.

Sélectionnant quelques couples gémellaires (Trotsky/Lowry, Rivera/Kahlo, Modotti/Vidali), à l’instar du Leonardo Padura de L’Homme qui aimait les chiens2, Patrick Deville s’en sert pour dévoiler les diverses faces du drame. Celui qui domine les autres, c’est bien sûr Trotsky/Lowry (bien qu’ils ne se soient jamais rencontrés), véritables « étoiles jumelles », écrivains tous les deux, utopistes également3, le premier ayant fait le choix d’agir dans le réel (« Il a brisé en deux l’Histoire. », p. 12) tandis que le second en restait à l’écart, accouchant de Au-dessous du volcan (« Lowry ne cherche pas à libérer les hommes, il cherche à écrire le Volcan » p. 28), véritable trou noir qui absorbe en lui tout le récit conté par Patrick Deville ; matière et antimatière, en somme. Dès le début il annonce sa méthode : « Nous pourrions le [Sandino] suivre » (p. 10). En fait, il ne les suit, ses personnages, qu’une courte unité de temps. Juste de quoi leur laisser … le temps de croiser, au détour d’un lieu ou d’une phrase, une autre vie. Dans une sorte de « fil rouge » ainsi dévidé, s’avancent, alternativement ou ensemble, Frida Kahlo et Tina Modotti4, Blaise Cendrars et Graham Greene, Arthur Cravan alias Fabian Lloyd et Mina Loy, André Breton et Leonid Eitingon5, Benjamin Péret et Victor Serge, Jean van Heijenoort6 et Larissa Reisner7 sans oublier quelques électrons libres (Antonin Artaud). Une galerie plus vaste, tel le kaléidoscope de « la petite bande des treize » (parmi lesquels, outre Frida Kahlo et Tina Modotti, déjà évoquées, Diego Rivera, Alfredo Siqueiros, Orozco, Xavier Guerrero8, Edward Weston9, Traven [Ret Marut]10, Augusto Sandino11, Antonio Mella12, Vittorio Vidali13, Maïakovski ou Dos Passos), permet d’illustrer la rupture meurtrière entre staliniens et trotskystes… Patrick Deville démultiplie également les carrefours, usant des hasards objectifs14 pour relier entre eux des points chronologiques ou géographiques en apparence disparates, comme pour faire apparaître des figures dans une trame de l’histoire dont on peine désormais à discerner un sens. La concordance des temps est à prendre ici au sens figuré, chaque événement faisant écho à d’autres, une construction savante et ambitieuse, insatiable, véritable démultiplication des images, des noms, des identités, qui suggère une sorte de communication occulte entre les ans15, doublée d’une superposition troublante entre réalité et fiction.

L’érudition est ici constante, la prose riche, certaines images marquantes (le train blindé de Trotsky16), des développements littéralement incontournables (la genèse du « Manifeste pour un art révolutionnaire indépendant »), et le travail de documentation, mis en abyme dans le cours même du livre – plusieurs chapitres racontent la quête, les enquêtes et les voyages (au Mexique, en Russie17) menés par l’auteur en personne, dont une visite émouvante à Maurice Nadeau (p. 57) –, est incontestable, solide, quand bien même on relève parfois quelques omissions vénielles, erreurs isolées ou opinions contestables18. L’empathie avec les divers personnages est sensible, le portrait tracé de Trotsky évite habilement toute caricature, n’ayant pas peur d’écorner le conformisme sous lequel nous vivons (Patrick Deville estime parfaitement justifiée l’exécution du tsar), et évitant d’accorder une place excessive à des aventures sentimentales (Frida Kahlo, Tina Modotti) qui ne sont en réalité que la manifestation de vies libérées de la morale sexuelle dominante. Il n’empêche, le sens du tragique est bien ce qui domine cette fresque19, à laquelle on pourrait appliquer cette formule, sous laquelle trois romans de la même veine ont été regroupés20 : sic transit. A ceci près que de cet ancrage à un esprit du temps, fait de postmodernité et de distance vis-à-vis des volontés de changer le monde, Patrick Deville laisse du jeu : il valorise en effet les figures prométhéennes de Trotsky et Lowry, incarnations de cette volonté d’absolu qui donne un sens à la vie humaine. « Chez ces deux-là, c’est approcher le mystère de la vie des saints, chercher ce qui les pousse vers les éternels combats perdus d’avance, l’absolu de la Révolution ou l’absolu de la Littérature, où jamais ils ne trouveront la paix, l’apaisement du labeur accompli. (…) Ce qu’ils nous crient et que nous feignons souvent de ne pas entendre : c’est qu’à l’impossible chacun de nous est tenu. » (p. 129).

Depuis une dizaine d’années, Patrick Deville fait le pari d’écrire des romans « d’invention sans fiction », une « littérature utile »21. Faire revivre par l’écriture, par les mots, des ruptures historiques et artistiques qui ont fait croire, au XXe siècle, qu’il était possible de suspendre durablement le temps figé22 de la bourgeoisie, pour imposer, à toute vitesse, en force (d’où la reprise de l’image du train, train blindé de Trotsky ou la locomotive comme symbole du progrès), de nouvelles règles, n’est-ce pas une manière d’exorciser la défaite ou de surmonter une fatigue historique ?23 En exergue, Patrick Deville a placé une sentence très messianique de Walter Benjamin sur le rôle des passeurs de mémoire24 : « Il existe un rendez-vous tacite entre les générations passées et la nôtre. Nous avons été attendus sur la terre ». S’il paraît indéniable qu’une chaîne relie entre eux les révolutionnaires internationalistes à travers les siècles, il ne l’est pas moins que la littérature nous fixe de plus en plus de rendez-vous troublants entre ces derniers et leur insertion dans un univers qui pour être romancé n’en renvoie pas moins à une réalité historique faites de ruptures sanglantes et de tragédies, mais porteuses, pourtant, d’espoirs. Si Patrick Deville, à l’instar d’autres auteurs25, « pince des fils, dévide des bobines, tisse des liens, assemble des vies » (p. 20), celles de personnages emblématiques (morts) qui peuvent servir de miroir (aux vivants)26, peut-être est-ce pour révéler, comme un négatif, ces quelques moments particuliers d’où avait surgi, de l’écorce craquelée des continents27, « la lumière du monde ».

1L’itinéraire d’Antonin Artaud, par exemple, permet une résurgence de Peste et choléra, le précédent livre de l’auteur.

2Voir notre critique détaillée du roman sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/616

3« (…) ce qu’il imagine, Lowry, c’est d’à nouveau révolutionner l’art de la prose poétique, un rêve aussi immense, magnifique et inaccessible, que celui de la Révolution permanente chez Trotsky. » (p. 61).

4Tina Modotti fait l’objet du livre Tinisima de Elena Poniatowska, dont la traduction en français vient de paraître (avril 2015) à L’atinoir édition (Marseille). Lire également Pino Cacucci, Tina ou la beauté incendiée, Paris, Belfond, 1993 et la bande dessinée de Angel de la Calle, Tina Modotti, Paris, Vertige Graphic, 2011.

5Leonid Eitingon est l’agent des services de renseignements soviétiques qui recruta Ramon Mercader, l’assassin de Trotsky. Lire de Mary-Kay Wilmers, Nous les Eitingon, Paris, Liana Levi, 2013, dont un compte rendu est à paraître prochainement sur notre blog.

6Jan van Heijenoort, mathématicien et militant trotskyste fut secrétaire de Trotsky : il a écrit Sept ans auprès de Léon Trotsky, Paris, Maurice Nadeau, 2001.

7Larissa Reisner est une bolchevique qui occupa des postes de commandement dans l’Armée rouge, et qui meurt du typhus à l’âge de 31 ans. Lire sa notice dans Georges Haupt, Jean-Jacques Marie, Les bolchéviks par eux-mêmes, Paris, Maspero, 1969, p. 361-366, et Paco Ignacio Taibo II, Archanges. 12 histoires de révolutionnaires sans révolution possible, Paris, Métailié, 2012, p. 27-51. Un compte rendu d’Archanges est à paraître prochainement sur notre blog.

8Ces quatre peintres sont des muralistes, auteurs de fresques réputées et animateurs du Syndicat des peintres mexicains. Lire Monique Plaa, Aspects du muralisme mexicain, Paris, PUF-CNED, 2008, ainsi que Paco Ignacio Taibo II, Archanges, op. cit., p. 53-78.

9Il s’agit du photographe étasunien qui dévoila le talent photographique de Tina Modotti.

10L’occasion, en le mettant en parallèle avec Trotsky, d’opposer l’efficacité communiste à l’idéalisme anarchiste. Sur cet auteur, lire Golo, B. Traven. Portrait d’un anonyme célèbre, Paris, Futuropolis, 2007, et le compte rendu de Georges Ubbiali dans la revue électronique de Dissidences, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2683, ainsi que Jonah Raskin, A la recherche de B. Traven, Arles, Les Fondeurs de briques, 2007, chroniqué sur notre ancien site http://www.dissidences.net/mouvement_social_artistique_intellectuel.htm#raskin

11Augusto Sandino conduit la guérilla au Nicaragua au début des années trente contre le pouvoir totalement inféodé aux États-Unis. Il est assassiné en 1934. En 1961, les révolutionnaires qui créent le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) pour combattre la dictature de Somoza se réclament de Sandino.

12C’est un des fondateurs du Parti communiste cubain, qui, se rapprochant des trotskystes, est exclu. Amant de Tina Modotti (après Weston, Rivera et Guerrero), il est abattu dans la rue, aux bras de celle-ci, en 1929. Cet assassinat n’a jamais vraiment été élucidé.

13Il s’agit du célèbre communiste italien, dernier amant de Tina Modotti et conspirateur kominternien auquel une certaine historiographie prête généralement (et généreusement) de nombreux crimes. Lire par contre l’article de Claudio Albertani, « Vittorio Vidali, Tina Modotti, le stalinisme et la révolution », Agone, n° 46, 2011, p. 197-218, en ligne sur http://revueagone.revues.org/1041

14Dernier d’entre eux, et non des moindres : « C’est l’ancien président Lazaro Cardenas qui obtient leur libération [Che Guevara, Fidel Castro et leurs camarades en 1956]. Par un de ces retournements dont l’Histoire n’est pas avare, c’est à celui qui avait sauvé Trotsky que Castro devra la possibilité de la révolution à Cuba, et ainsi la possibilité, plus tard, d’offrir à Ramon Mercader de venir achever sa vie paisible à La Havane. » (p. 209).

15« Ce déraillement de l’espace et du temps, qui en quelques enjambées vous ramène dans la première moitié de l’autre siècle, est accentué par les images tournées ici, devant les clapiers à lapins [de Trotsky], dans l’éternel présent de la pellicule cinématographique. » (p. 81), ou « Comme si toute la littérature devait être inventée par un seul écrivain exilé sous pseudonyme. » (p. 130-131).

16« Les yeux fermés, comme s’il marchait le long des rails, il remonte un à un les wagons du train blindé dans lequel il a passé plus de deux ans de sa vie, dans le rêve d’une société utopique en marche, un monde d’autarcie, d’ordre et de raison, parfaitement huilé. » (p. 35).

17En Russie, Patrick Deville constate avec horreur la renaissance d’un antijudéobolchevisme chez certains historiens locaux, tandis qu’à Kazan, l’Arabie Saoudite a fait édifier « la plus grande mosquée de l’ancien empire de l’athéisme » (p. 41)…

18Faisant sienne la thèse de l’assassinat de Léon Sedov par les tueurs au service de Staline, Patrick Deville ne cite pas Jeanne Martin des Palières, la compagne du premier, rendant peu explicite le procès intenté par Trotsky pour obtenir la garde de son petit-fils. Il fait également de Trotsky l’auteur d’un Lénine, alors qu’il ne s’agit en réalité que d’un prélude à une véritable biographie, intitulé La Jeunesse de Lénine (p. 86). Enfin, il considère la IVe Internationale déjà fondée au printemps 1938, alors qu’elle ne l’est officiellement que début septembre. Plus gênant, Patrick Deville cède aux idées reçues, en écrivant que « La Quatrième Internationale est une usine à gaz. Dès qu’un groupe trotskiste atteint six membres il se scinde. » (p. 189). De même, écrire que ce sont les conflits internes au camp républicain qui ont permis aux franquistes de s’emparer du pouvoir (p. 190) ou que les maquis de la Résistance en France ont connu la même traque aux trotskystes et aux anarchistes qu’en Espagne – le maquis Wodli (exécution de 4 militants trotskystes en 1943) reste un cas isolé, emblématique certes, mais un cas isolé tout de même – (p. 103) est erroné. Enfin signalons une coquille : « maccartisme » (p. 175).

19A l’image du sort de Raskolnikov, « (…) défenestré de son hôtel par le Guépéou peut-être, ou bien après avoir plongé de lui-même, la tête emplie des souvenirs de Kazan et du sourire de Larissa [Reisner], des espoirs fracassés des révolutions russe et espagnole. » (p. 47), ou plus largement du choix fait de se centrer sur la dernière période de vie de Trotsky, comme Leonardo Padura l’avait également fait.

20Il s’agit de Pura Vida, Equatoria et Kampuchea, compilés en septembre 2014.

21Cité par Philippe-Jean Catinchi dans son portrait de Patrick Deville, « Itinéraire d’un voyageur artificier », Le Monde des livres, 22 septembre 2011.

22Ce temps figé n’est pas contradictoire avec l’incessant mouvement du capital qui le pousse à produire de plus en plus de marchandises.

23« … il est bien possible que l’humanité soit fatiguée » déclare Léon Trotsky lors des audiences de la commission Dewey (p. 125).

24Ce qui doit être distingué fortement du devoir de mémoire, auquel l’institution nous somme, en quelque sorte, d’adhérer.

25Au choix, Léonardo Padura et Paco Ignacio Taibo II, déjà cités, mais aussi, dans le désordre, Jean-François Vilar, Romain Slocombe, Roger Martin, Leif Davidsen, Milena Agus, Lydie Salvayre, Philippe Videlier, Tariq Ali, Yannick Haenel, Elena Poniatowska, Alicia Dujovne Ortiz, etc. Les fictions historiques de certains de ces auteur(e)s ont été ou seront prochainement chroniquées sur notre blog.

26Suivant le critique Philippe Lançon, il s’agit du procédé littéraire utilisé par Leonardo Padura pour L’Homme qui aimait les chiens : Philippe Lançon, « Piolet et lévriers », Libération, 13 janvier 2011.

27Cette expression est empruntée à John Dos Passos , dans sa trilogie USA (Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002, 1344 p.) : « Quand Octobre fit craquer l’écorce du vieux continent ».

Dimitris Livieratos, L’Usine invisible de la révolution algérienne. Mémoires d’un trotskiste grec, Athènes, Asini, 2012, 146 pages, préface de Sylvain Pattieu, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De prime abord, cette publication semble idoine pour interpeller tous ceux que l’histoire du mouvement trotskyste, et particulièrement de ses liens avec la lutte anticolonialiste, intéresse. D’autant que les parutions en grec n’ont que rarement été traduites en français : en dehors des Mémoires d’Agis Stinas, publiées en 1990 par les éditions La Brèche de la LCR, on attend toujours des traductions concernant, par exemple, Michel Raptis (alias Pablo), comme son autobiographie, parue en 1996.

Malheureusement, ce témoignage est décevant à bien des égards. Il y a d’abord la question de sa date de publication : les pages de Dimitris Livieratos ont semble-t-il été rédigées au milieu des années 1960, et on aurait aimé comprendre pourquoi il a fallu attendre presque 50 ans avant de les découvrir ; de même, la préface de Sylvain Pattieu est datée de 2004, et on ne peut que s’interroger sur le hiatus qu’il y a alors avec l’édition définitive du livre… Mais le problème central de l’ouvrage tient à son appareil critique largement déficient. Aucune notice biographique de l’auteur n’est fournie, la bibliographie est lacunaire (l’étude de référence de Sylvain Pattieu1 n’y apparait même pas !), et le corps du texte manque cruellement de notes explicatives. Il faut dire que le témoignage de Dimitris Livieratos se décline sur un mode non linéaire, usant des flash-back, estompant en partie la chronologie, demeurant souvent très allusif, introduisant de temps à autre des développements plus généraux (sur l’habileté d’un Lyautey dans l’exercice de la domination coloniale, par exemple), et citant exclusivement des pseudonymes dans ses nombreux portraits (Pablo y est Gab, et le FLN devient l’Organisation). Autant d’éléments évoquant davantage un roman policier, et qui auraient de ce fait nécessité un traitement particulier.

De ces considérations sur une forme pratique d’« internationalisme industriel », pour reprendre l’expression utilisée par Sylvain Pattieu, la mise en place à la fin des années 1950 par la IVe Internationale officielle d’une usine de fabrication de pistolets mitrailleurs au Maroc destinée à fournir les combattants de l’ALN, plusieurs éléments sont à retenir. Ils tournent tous autour des relations humaines, souvent tumultueuses et conflictuelles au sein du microcosme de l’usine – environ 150 ouvriers et gardes. Les dissensions concernent d’ailleurs aussi bien les militants étrangers entre eux (recoupant les origines de chacun, Latino-américains contre Européens, par exemple, ou des divergences à propos de la révolution coloniale2), les Algériens entre eux (de souche ou issus de l’immigration européenne, engagés de la première heure ou recrues plus récentes, prolétaires ou partisans, ces derniers étant généralement des musulmans pratiquants) que les étrangers vis-à-vis des Algériens, autour de la discipline ouvrière plus intégrée chez les premiers, plus lâche chez les seconds. Les conséquences sur le fonctionnement de l’usine sont réelles, un fonctionnement qui semble osciller entre souci démocratique (les réunions en assemblée générale, souvent fort longues, la pluralité des noyaux de pouvoir révélateur d’un pluralisme interne au FLN, tout au moins à cette échelle) et efficacité autoritaire, plus ou moins bien acceptée, et où la confusion entre politique et technique semble constituer un réel danger. Il y a également les difficultés pratiques de la mise en chantier de la fabrication, des risques de corruption personnelle induits par les sommes d’argent nécessaires à l’achat de fournitures en Europe, et par là de valorisation individuelle au détriment du collectif.

De ce point de vue, celui d’une révolution vécue dans la pratique et non seulement dans la théorie3, le témoignage de Dimitris Livieratos est utile et a probablement valeur générale, davantage que ses considérations plus conjoncturelles, en particulier son admiration vis-à-vis de l’Afrique du nord et des colonisés révoltés qui va de pair avec une étonnante inclinaison vers la simplicité paysanne comparativement à la corruption urbaine… Néanmoins, on peut penser qu’une nouvelle édition de ce document, dûment contextualisé et doté d’un appareil critique et historiographique conséquent, serait plus utile aux chercheurs ainsi qu’à tous ceux passionnés par les connexions internationalistes du combat algérien.

1 Les Camarades des frères : trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie, Paris, Syllepse, 2002.

2Les Anglais présents considérant, à rebours des positions majoritaires de la IVe Internationale, que la libération des colonies britanniques interviendrait par une révolution dans la métropole elle-même, jugée donc prioritaire.

3« Ainsi vont les choses : dès que l’individu est touché par la révolution dans sa vie matérielle et idéologique même, dans son éthique profonde, les doutes apparaissent. » (p. 56). 

Georges Vidal, Histoire des communismes au XXe siècle, Paris, Ellipses Marketing, 2013, 368 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Nous avons déjà eu l’occasion, dans Dissidences, de recenser favorablement les travaux de Georges Vidal1. Cette fois, il s’essaye à la synthèse d’envergure, proposant rien moins qu’un tableau des communismes essentiellement durant le court XXe siècle, débordant légèrement en ses extrémités. Loin d’une histoire monochrome, il en souligne le « caractère foncièrement composite » (p. 9), estimant que « le communisme a été le grand paradoxe du XXe siècle » (p. 5). Déplorant la « balkanisation historiographique » régnant sur le communisme, il fait donc sienne une vision privilégiant la pluralité et la diversité du phénomène, loin des excès de ce que l’on nommera « l’école Courtois » (le pluriel du titre choisi par l’auteur fait déjà sens). La synthèse que nous propose Georges Vidal est de qualité, relativement complète sur le plan politique, et on discerne la patte plus personnelle de son auteur à travers l’insistance mise sur la dimension militaire de l’histoire des communismes. Cette histoire des communismes s’articule en une appréhension périodique faite de deux grandes tendances, trop générales en apparence mais finalement stimulantes : un essor et une volonté « d’intégration internationale » de 1917 à 1953, puis un déclin progressif lié à un polycentrisme croissant et un épuisement aussi bien économique que politique. Dans notre lecture, nous nous arrêterons sur quelques éléments seulement d’une synthèse fort riche, mais dont une bonne partie des développements n’apprendront que peu de choses aux lecteurs accoutumés du sujet.

A propos des bolcheviques, Georges Vidal défend l’idée d’un syncrétisme entre social-démocratie européenne et tradition révolutionnaire autochtone, et rappelle le contexte de désagrégation de la société qui fut celui d’Octobre 1917. A cet égard, ses remarques sur la volonté limitée de démocratisation, aussi bien venant des masses (on reconnaît là les travaux de Marc Ferro) que des bolcheviques eux-mêmes, par souci d’efficacité, méritent d’être soulignées2. Dans ce cadre, la bureaucratisation du Parti en est facilitée, mais Georges Vidal insiste également sur le « (…) phénomène plus large de militarisation du système soviétique, d’une part parce que les méthodes militaires paraissent être la solution pour relever un pays exsangue après des années de guerre, d’autre part parce que la guerre civile et la victoire de l’Armée rouge deviennent dans la mythologie soviétique le véritable creuset de la Russie communiste (…) » (p. 33). Il met également en valeur la rupture entre l’avant et l’après-Staline, la première période étant caractérisée par un « sens de l’adaptation » qui tranche avec la rigidité et le recentrage national de la période suivante. Dès lors, l’auteur estime que s’édifie un totalitarisme, usant d’une « logique génocidaire » (p. 44) dès 1932-1933 – ce que l’on peut trouver discutable –, que la Grande Terreur finalise3. De même, Georges Vidal montre bien que l’Internationale communiste est passée de la révolution mondiale comme finalité à sa « vassalisation » par Staline, servant à l’URSS d’instrument de politique extérieure ; sa dimension de « mécanique à produire des fantasmes » (p. 80) est un autre angle à prendre en considération.

Concernant les Partis communistes étrangers, justement, les développements à leur sujet sont souvent précieux : on relèvera par exemple la « résistance passive » manifestée par le PCF à la « stalinisation », la définition d’une identité durable à compter des années 19304, le rappel de la dissidence de droite alsacienne souvent moins connue que celle d’un Doriot, ou cet autre parti de masse que fut le parti tchèque… Quant à ce que l’auteur nomme les périphéries du communisme, essentiellement les partis communistes chinois et indochinois, il constate une plus grande part d’empirisme, de syncrétisme avec les cultures nationales, laissant déjà émerger de futurs « national-communismes ». Sur la fin de la Seconde Guerre mondiale, Georges Vidal montre bien qu’en opposition aux projets de Staline, la situation était bien favorable à la révolution, et que l’URSS était loin d’être à la hauteur des États-Unis et des fantasmes d’agression qu’elle a nourri pendant la guerre froide5. Pour la seconde grande partie de son approche, on retiendra un exposé clair de l’impossibilité de réformer le système bureaucratique en dépit des efforts d’un Khrouchtchev, en particulier, ou une analyse pertinente de la révolte hongroise de 1956. En Europe de l’est, justement, le développement est national plus qu’inter-national, et les réformes économiques tentées finissent toutes par échouer, même en Hongrie, véritable pointe avancée en la matière. Toutes les difficultés des partis communistes occidentaux, tiraillés entre révisionnisme et conservatisme, sont bien exprimées par la situation du parti communiste italien, à l’ambivalence chronique6 (p. 204). L’URSS de Brejnev connaît dès lors une évolution riche en potentialités d’éclatement, que ce soit la mise en place d’une « féodalité soviétique » ou l’affirmation d’une société civile dans laquelle la dissidence trouve son terreau. En ce qui concerne le déclin des PC occidentaux, Georges Vidal lui attribue une cause sociale déterminante, la recomposition de la classe ouvrière (p. 288). Dans le récit de la crise finale du camp soviétique, il est intéressant de noter la déconnexion que l’auteur fait des événements de 1989 en Chine, selon lui davantage liés aux divisions internes du PCC qu’aux mutations alors en cours en URSS et en Europe de l’est. Enfin, le rôle central du « discours moral » (p. 344) dans les références des PC actuels et qui serait un élément clef de différenciation d’avec les partis socialistes nous paraît être un axe explicatif porteur.

Les points faibles de son étude tiennent d’abord à la nature de son objet7. Lorsque le PCC n’a, selon Georges Vidal, comme seule continuité historique que son rôle dirigeant et son nationalisme, la question de son identité réellement communiste mérite d’être posée, ce qui fragilise toute la structure de l’ouvrage, car Georges Vidal estime dès son introduction que l’idéologie des États communistes remplit un rôle qui n’est pas seulement incantatoire… Paradoxalement, d’ailleurs, il ne traite pas de plusieurs pays ayant pourtant choisi un temps l’affiliation au camp socialiste, Mongolie, Angola, Éthiopie, Afghanistan, Laos, Corée du nord, etc… Surtout, ce que l’auteur nomme les « dissidences » du communisme, auxquelles il consacre tout de même un chapitre entier, ne sont prises en considération que pour la période de l’entre-deux-guerres. Cela s’accompagne également de certaines erreurs8 et de conclusions fragiles. Comment peut-on affirmer que le trotskysme connut après la Seconde Guerre mondiale un « recul inexorable de son influence », en oubliant aussi bien la Bolivie que le Sri Lanka, sans parler des années 68… Quant aux communismes de gauche, ils sont de toute façon jugés, dès l’entre-deux-guerres, issus de « scissions sans avenir » (p. 123). De même, les maoïstes sont trop rapidement traités, particulièrement les organisations les plus amples sinon les plus singulières (en Inde ou au Népal, en particulier).

Néanmoins, la synthèse que nous propose Georges Vidal est de qualité, dans laquelle on discerne la patte plus personnelle de son auteur à travers l’insistance mise sur la dimension militaire, relativement complète sur le plan (géo)politique et socio-économique, bien que l’on puisse regretter que la dimension culturelle du communisme soit totalement délaissée9.

1 Voir dans notre revue électronique la recension de La grande illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l’époque du Front populaire, Lyon, PUL, 2006.

2« Ainsi, dès sa fondation, la république des soviets est soumise à des forces profondes qui l’écartent d’un processus de démocratisation. » (p.26). On notera toutefois que l’exercice de la démocratie au sein du Parti bolchevique, au moins jusqu’au début des années 1920, semble en partie sous-estimé.

3A titre de comparaison, la Chine communiste serait sorti du totalitarisme avec Deng Xiaoping prenant les rênes du pouvoir.

4« Désormais, l’identité communiste en France est faite de la combinaison de quatre dimensions : sociale avec un enracinement ouvrier, territoriale avec une large assise municipale, nationale par la légitimation d’un discours républicain et patriotique, téléologique avec la république des soviets. » (p. 96).

5« Cette position paradoxale des Soviétiques qui sortent à la fois renforcés et affaiblis de la guerre explique l’attitude contradictoire adoptée par Staline qui désormais mène une politique de grande puissance tout en étant conscient de la vulnérabilité de l’URSS. » (p.157).

6Ce dans le même temps où, durant les Trente Glorieuses, « (…) leur culture politique atteint sa pleine maturité au terme d’un long processus de cristallisation de réseaux de sociabilités et de solidarités, qui leur assurent un solide enracinement dans les pays où le PC dispose d’une large base sociale. » (p.264). Ce que l’on peut relier à l’affirmation, selon nous fort juste, selon laquelle le PCF ne nourrissait aucune volonté de prise du pouvoir au moment de la crise de mai 68 (p. 272).

7Quelques erreurs ponctuelles ou analyses contestables peuvent également être relevées, mais elles sont relativement dérisoires au vu de l’ampleur du sujet embrassé : Leningrad existant dès 1921 (p. 36) ; l’oubli de l’opposition cristallisée autour de Rioutine au début des années 1930 (p. 38) ; la mise en parallèle des critiques de Rosa Luxemburg et de Karl Kautsky à l’égard des bolcheviques, alors que la première est fraternelle (p.56) ; un Staline antisémite dès les années 1930 (p.110) ; un massacre des communistes indonésiens en 1965 délaissé, alors qu’il fit au bas mot environ 500 000victimes..

8La définition de la révolution permanente incomplète (p.117), Nin catalogué trotskyste au moment de sa mort (p.119), Voix ouvrière existant dès 1939 (p.120), les scissions au sein du mouvement trotskyste expliquées surtout par une « logique permanente de conflit interne » et « un strict dogmatisme » (p.120) [voir sur ce sujet mon article « La nébuleuse trotskyste, ou le pullulement des micro-organisations », in Dissidences, volume 6 « Trotskysmes en France », avril 2009, p.171 à 188], un tableau erroné du trotskysme français (p.121) et une mention bien trop brève d’un trotskysme indochinois pourtant développé dans la seconde moitié des années 1930…

9Le format limité de l’ouvrage explique dans doute, en partie du moins, ce hiatus.

Louis Weber, Jean-Numa Ducange, Philippe Marlière, La gauche radicale en Europe, Paris, Éditions du Croquant, collection « Enjeux et débats », 2013, 124 pages, 8 €.

Un compte rendu de Romain Mathieu

Le petit livre (124 pages) de Louis Weber, Jean-Numa Ducange et Philippe Marlière n’a pas la prétention de constituer une somme sur la gauche radicale européenne, mais d’être une synthèse très générale (parfois trop) visant à fournir quelques pistes de réflexions et à « mieux faire connaître ce courant de pensée, dans la pluralité de ses expressions et traditions » (p. 10). La courte introduction est essentiellement consacrée à la problématique de l’appellation visant à justifier le choix du terme de « gauche radicale ». Même si Philippe Marlière revient ensuite sur cette question (p. 91 et suivantes), notamment pour réfuter le terme d’extrême gauche, le renvoyant « à une forme de marginalité politique » (p. 91), on aurait souhaité de plus amples développements tant cette problématique est importante. La première partie, « État des lieux » ne surprendra pas les lecteurs de la revue Savoir/Agir et des chroniques, généralement bien informées, que Louis Weber consacre à la gauche de la gauche. Sans être nouvelle, cette première partie constitue une rapide synthèse, dont le principal défaut est d’être trop partielle, notamment par le choix de n’étudier les partis que sous l’angle de leur réussite électorale (ce choix étant d’ailleurs assumé dès l’introduction, p. 13). De même, les coalitions y sont peu étudiées (mais Philippe Marlière revient sur ces questions organisationnelles dans la troisième partie) alors même qu’elles sont assez courantes. Enfin, les dissidences de partis sociaux-démocrates ou socialistes sont trop peu étudiées : dans cette première partie, quatre lignes seulement sont consacrées (p. 45-46) à la création du Parti de gauche (PG), guère plus à la WASG en Allemagne, etc.

La deuxième partie, confiée à Jean-Numa Ducange, aborde la gauche radicale dans une perspective historique. Là encore, elle ne constitue pas une réelle nouveauté, mais apporte une lecture assez stimulante des transformations de cette gauche là. On peut cependant regretter que cette approche historique ne concerne en réalité que l’histoire du mouvement communiste « officiel » (selon le terme usité par l’auteur, p. 50) alors même qu’il évoque très justement la pluralité des origines de la gauche radicale européenne. En effet, au début de cette deuxième partie (p. 50), l’auteur évoque trois « sources » de cette gauche radicale : les partis communistes « officiels », c’est-à-dire liés au communisme international et à l’URSS, les partis d’extrême gauche qu’il définit comme des dissidences du mouvement communiste et des « nouvelles gauches extra-parlementaires », et des dissidences de gauche des partis sociaux-démocrates. Cependant, la deuxième partie est presque exclusivement consacrée aux évolutions des partis communistes, sans traiter de l’extrême gauche trotskiste ou maoïste (alors même que des partis importants se sont constitués autour de ces matrices, tels par exemple, la LCR ou LO en France, ou le SP aux Pays-Bas). La genèse de la contestation trotskiste du modèle soviétique n’est ainsi absolument pas étudiée. Ces partis ne sont abordés qu’en surbrillance : l’auteur évoque leur progression lors des mouvements de mai 68, ou comme ayant repris le mot d’ordre des « États-Unis socialistes d’Europe » au PCF (p. 75), ou encore lorsqu’il mentionne la lutte du PCF contre les oppositions situées à sa gauche. De même, si les dissidences sociales-démocrates sont évoquées au début de cette deuxième partie, elles ne font pas l’objet de développements spécifiques, pas plus que l’émergence de l’écologie qui a pu constituer, dans certains pays, une remise en cause radicale du système industriel. Le PSU n’est pas non plus mentionné alors qu’il a pu constituer, à une certaine époque, une forme de radicalité politique importante. Cette deuxième partie, au demeurant très intéressante, ne traite ainsi que de l’évolution du courant dominant dans la gauche radicale, le communisme « officiel », et en conséquence, se termine sur la fin d’un « cycle ouvert en 1917 » avec l’effondrement de l’URSS.

La troisième et dernière partie aborde les évolutions récentes. Philippe Marlière y réfute d’abord la thèse de la « mort de la gauche radicale ». Au contraire, la gauche radicale aurait engagé une mutation et redéfini son identité. La thèse de la disparition de la gauche radicale ne prendrait pas en compte le processus de « droitisation » (p. 88-89) de la social-démocratie, processus qui ouvrirait « un espace sur la gauche ». La meilleure preuve de l’échec de cette thèse serait alors l’affirmation du mouvement altermondialiste et l’émergence d’une gauche « anti-néolibérale » en Amérique latine (p. 90). Cette redéfinition évoquée par Philippe Marlière tient cependant plus d’un processus en cours que d’un processus terminé. La définition de la gauche radicale qu’il pose ensuite semble exclure l’extrême gauche de cet ensemble sur le fondement du rapport aux institutions et aux élections. Cette lecture repose alors sur le clivage, que Jean-Numa Ducange qualifie de « fondamental » (p. 70), entre réformisme et révolution. La gauche radicale se distinguerait alors de l’extrême gauche par son acceptation du réformisme radical et sa capacité à investir le champ des luttes sociales et des élections, mais aussi de la gauche sociale-démocrate car à la différence de celle-ci, la gauche radicale n’exclut justement pas d’autres modalités de prise de pouvoir et se distingue par les objectifs visés. Ainsi, même dans une pratique réformiste, la gauche radicale poursuit, à la différence de la social-démocratie, selon l’auteur, un objectif de dépassement, à terme, du capitalisme. Même s’il reconnaît que ces distinctions sont parfois théoriques (p. 92-93), il fait du rapport au pouvoir un élément central dans la définition de la gauche radicale. Il s’interroge ensuite sur l’existence d’une idéologie commune à la diversité des partis de la gauche radicale en repartant de l’évolution du communisme européen. Il rappelle, de façon très pertinente, le changement de position qu’implique, pour le communisme, l’affaiblissement électoral : « Ce qui a fondamentalement changé, c’est que les partis communistes ne sont plus un groupe de référence (positif ou négatif) au sein de la gauche. Ils ne sont plus qu’une composante de cette gauche nouvelle (communisme, socialisme, partis rouges-verts, trotskisme, maoïsme, sociaux-démocrates « de gauche » en rupture de ban, etc.). En résumé, les partis communistes ont cessé d’être le « marqueur » de la gauche, même s’ils y occupent toujours une place prépondérante » (p. 95-96). Cela a comme conséquence qu’ils ne définissent plus, à eux seuls, la gauche radicale qui se caractérise par une forte diversité d’organisations. L’auteur avance également l’hypothèse que l’affaiblissement électoral du communisme aurait permis à cette diversité de partis, existant avant cet affaiblissement, de se rassembler. Reprenant les conclusions de Jean-Marie De Waele, Philippe Marlière définit trois composantes de la gauche radicale en Europe : communiste, rouge-verte et sociale-démocrate de gauche (p. 98), caractérisées par un point commun : un « anticapitalisme identitaire ». Il revient ensuite sur les résultats électoraux des partis de la gauche radicale puis s’interroge plus longuement sur les choix organisationnels effectués en se fondant sur quelques exemples nationaux (Allemagne, Danemark, Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal). De ce (trop) bref descriptif, il tire deux conclusions : la nécessité, pour que la gauche radicale progresse, qu’elle se rassemble, et l’explication nationale des choix organisationnels (fondés très largement sur l’équilibre des forces au sein de la gauche radicale). Il finit ensuite sur un long et intéressant développement sur l’appréhension de l’Europe par la gauche radicale, question qui polarise désormais davantage la gauche en coupant plus fortement la social-démocratie de la gauche radicale (p. 112). Évoquant la mobilisation référendaire de 2005 en France, il pose également les différents débats et positions qui s’expriment dans la gauche radicale sur la construction européenne, sur l’investissement dans cet espace de confrontation (et les difficultés, pour les partis de la gauche radicale, de se définir sur cet enjeu), sur la question de l’euro, etc.

Les auteurs concluent alors sur l’existence d’une « gauche nouvelle [qui] repose sur une matrice communiste » (p. 121). Même si cette synthèse est rapide, et donc nécessairement un peu vague et partielle, elle n’en reste pas moins assez stimulante. Elle est fortement centrée sur l’évolution du communisme et laisse peu de place aux partis issus du trotskisme, ou des dissidences sociales-démocrates ou socialistes. Les auteurs mettent en avant, avec pertinence, la fragmentation de cet espace politique, la tension unitaire qui contraint fortement les stratégies partisanes et les difficultés de la gauche radicale à profiter du « déclin » de la social-démocratie et à apparaître comme une force politique crédible électoralement, ainsi qu’à définir son organisation.

David North, Défense de Léon Trotsky (In Defense of Leon Trotsky), Paris, Books on Demand, 2012 (édition originale en 2010), 226 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette publication de David North, militant trotskyste étatsunien, secrétaire national du Parti de l’égalité socialiste1 et animateur du World Socialist Web Site2, s’inscrit dans la contre-offensive – limitée – suscitée par les biographies de Ian Thatcher, Geoffrey Swain et Robert Service, dont seule la dernière a été traduite en français3. Il s’agit en réalité d’un assemblage de divers textes, dont la traduction aurait nécessité une deuxième lecture afin d’éliminer certaines formules rendues trop littéralement (l’usage des majuscules est également quelque peu abusif).

La première partie rassemble deux conférences données par David North devant un public militant. Celle de 2001 intitulée « Vers une reconsidération de la place de Trotsky dans l’histoire du vingtième siècle », est une apologie du révolutionnaire, sur le plan littéraire mais surtout politique, David North n’hésitant pas à le juger supérieur à Lénine de par son appréhension mondiale des processus révolutionnaires dans sa théorie de la révolution permanente. La conférence de 2008, « Léon Trotsky, l’historiographie soviétique et le destin du marxisme classique », aborde l’historiographie étatsunienne et britannique de Trotsky, globalement négligé, et de Staline, privilégié au risque d’une valorisation excessive. Apparaît là la tendance de David North à privilégier la biographie d’Isaac Deutscher comparativement à celle de Pierre Broué, chroniquement survolée. Quant aux causes d’une telle différence de traitement entre les deux hommes, David North y voit surtout, probablement à juste titre, l’influence du contexte conservateur général dans les pays industrialisés depuis les années 1980 et l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher et Ronald Reagan, ainsi que le quasi abandon du marxisme par les intellectuels. On restera plus dubitatif sur son espoir volontariste d’un essor prochain des études sur Trotsky et le trotskysme, fondé sur son appréciation des conséquences de la crise actuelle, un optimisme un peu trop mécaniste.

Mais la composante la plus intéressante de Défense de Léon Trotsky tient à ses deuxième et troisième parties. Ce sont d’abord les historiens Geoffrey Swain et Ian Thatcher qui sont visés, accusés, sous couvert de vouloir briser les mythes qui entourent Trotsky, de dévaluer son importance réelle. En outre, toujours selon David North, le travail de Geoffrey Swain manque d’analyses du substrat social, privilégiant plutôt les conflits de personnes et les jugements moraux, tout comme il est dépourvu d’éclairages sur des épisodes pourtant majeurs (l’arrivée au pouvoir du nazisme, la IVe Internationale…). Quant à Ian Thatcher, il va jusqu’à minimiser l’importance de Trotsky dans la révolution de 1905 (omettant allègrement certains témoignages), et les quelques exemples choisis par David North démontrent bien la méconnaissance de cet historien à propos de plusieurs écrits de Trotsky. Au passage, David North met en exergue un livre plutôt délaissé, Les Questions du mode de vie. Dernière cible de David North, et non des moindres, Robert Service, dont l’entreprise de dénigrement systématique est clairement dénoncée, avec des éclairages localisés mais démonstratifs d’un travail guidé par le soupçon, la mauvaise foi et la superficialité (les écrits de Trotsky sont négligés au profit d’éléments plus triviaux, et David North insiste également sur le délai de deux années qui a suffi à Robert Service pour écrire sa biographie)4. Plusieurs conférences données après ce dernier article complètent l’acte d’accusation contre l’universitaire d’Oxford, dont on retiendra en particulier l’accent mis par celui-ci sur un Staline plus réaliste et « intellectuel » (sic) face à un Trotsky plus dangereux.

Sur les motivations de ces trois auteurs britanniques, l’idée d’une attaque préventive contre un futur retour des idées de Trotsky sur le devant de la scène politique s’impose comme nettement moins pertinente que l’influence d’une pensée postmoderne pour laquelle toutes les thèses se valent, au détriment d’une vérité par trop autoritaire ; la volonté pour bien des historiens de s’imposer dans le champ académique en se distinguant à tout prix de leurs prédécesseurs et de laisser leur marque par le biais de « coups » commerciaux opportunistes mérite également d’être soulignée. Le livre se conclut par deux annexes, l’article critique de Bertrand M. Patenaude sur la biographie de Robert Service (saluant également la réponse de David North) parue dans l’American Historical Review5, et la lettre adressée par plusieurs historiens allemands à l’éditeur de Robert Service, Suhrkamp, par trop centrée sur cette question tangente d’un antisémitisme « soft » de Robert Service.

1 Cette organisation semble être la plus importante du Comité international de la Quatrième Internationale, qui se veut l’héritier du Comité international de 1953, constitué à l’origine contre l’orientation impulsée par Pablo à la IVe Internationale, et qui aurait été successivement trahi par le SWP, l’OCI et le WRP britannique. De ce qui transparaît légèrement à travers l’ouvrage, leurs positions semblent se caractériser par un relatif catastrophisme (« Le système capitaliste mondial se dirige vers un effondrement généralisé à l’échelle de celui de la période 1914-1945 », p. 93) et une vision des partis ouvriers traditionnels comme « partis bourgeois de droite » (p. 94).

3 Voir la critique détaillée de ce livre rédigée par Christian Beuvain et moi-même : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

4 « Pour Robert Service, Trotsky n’est pas un dieu à adorer [accusation que lui-même lançait contre Deutscher et Broué], mais un démon à exorciser » (p. 175).

5The American Historical Review, vol. 116, n° 3, juin 2011, p. 900-902.

Alain Cuenot, Clarté 1919-1928, 2 tomes (tome I. Du pacifisme à l’internationalisme prolétarien ; tome II. Du surréalisme au trotskisme), Paris, L’Harmattan, 2011, tome I, 255 pages, 25 € ; tome II, 259 pages, 25 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Sujet passionnant, naguère étudié par Nicole Racine1, Clarté fut à la fois une mouvance intellectuelle (du moins à ses débuts) et une revue dans laquelle écrivirent Victor Serge, les surréalistes, Paul Vaillant Couturier, Barbusse, … C’est ce dernier d’ailleurs, avec Raymond Lefebvre, qui en est le fondateur. Née au lendemain de la guerre, la revue connaît un parcours à la fois original et accidenté, avant de disparaître en 1928, et céder la place à La lutte de classes, se voulant le représentant de l’Opposition de gauche en France.

En réalité, dès le départ, Clarté est né sur un compromis entre deux générations, deux idées de son rôle et pas plus l’engagement communiste de Barbusse et son éloignement de la revue que la disparition prématurée de Lefebvre ne résoudront entièrement les difficultés. Alain Cuenot, spécialiste de Pierre Naville, suit pas à pas l’itinéraire de la revue. Il souligne son originalité, qui se manifeste par son action antimilitariste et anticolonialiste, les débats autour de la question de la femme et de la pédagogie Freinet, et s’inscrit dans l’objectif général de fonder une culture révolutionnaire. Ce que peut et/ou doit être une telle culture, la mise en avant de ses manifestations font débat et même polémique, recherchant simultanément ou tour à tour les signes prometteurs du côté de la culture prolétarienne, d’un certain classicisme ou des avant-gardes. Il est d’ailleurs dommage que l’auteur n’ait pas analysé de façon plus conséquente les contours de ces débats politico-culturels, en les réinscrivant plus finement dans le contexte d’alors ; notamment par rapport à la conception de la culture prolétarienne de Marcel Martinet, et au surréalisme en 1924-1925. Ainsi, affirmer qu’aux yeux de Breton, « la révolution prolétarienne et la résurrection de l’esprit ne font qu’un, conception pour le moins étrange et équivoque » (tome II, p. 55) témoigne d’une compréhension limitée du sujet : les surréalistes parlent de la révolte de l’esprit et non d’une résurrection. De même, les illustrations, couvertures de la revue, à peine commentées, auraient mérités une analyse plus approfondie.

Outre l’abondance d’informations, l’éclairage sur le tournant que représente l’échec de la révolution allemande en 1923, l’un des intérêts majeurs de cet essai est de mettre en évidence, dans les débats et courants politiques qui se disputent Clarté, le rôle de passeur de plusieurs personnalités comme Victor Serge ou Jean Bernier. Cependant, le livre souffre de défauts importants. Tout d’abord, le souci d’empirisme et d’exhaustivité, qui se traduit par de longues digressions et de multiples répétitions, alourdit considérablement la lecture. Ensuite, les sous-titres trahissent la tentation d’une vision téléologique, aggravée par une analyse quasi positiviste, qui présente l’itinéraire de la revue comme le chemin de croix d’une clarification marxiste orthodoxe de la révolution. Ainsi, dès l’introduction, l’auteur parle du « redressement idéologique » (p. 9) et il égrène à la fin des chapitres de nombreux jugements sur l’insuffisance, l’hétérodoxie, la confusion des conceptions clartéistes. Une telle orthodoxie oriente la lecture en connotant systématiquement et négativement le romantisme ou mysticisme révolutionnaire, l’élan spontané, etc. sans voir que ce mélange chaotique fait l’originalité de Clarté, préserve un espace d’échanges au croisement d’importants et riches débats politiques et culturels. En ce sens, malgré mais aussi grâce à cette confusion, Clarté offre plus d’intérêt que La lutte de classes. Il a manqué à Cuenot les outils forgés par Nicole Racine – « le communisme lyrique » à propos de Clarté – et par Robert Sayre et Michael Löwy – « le romantisme révolutionnaire »2 à propos du surréalisme et de certains courants marxistes – pour développer une analyse plus dynamique et complexe.

1Nicole Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : Clarté (1921-1928) », Revue française de science politique, n° 3, vol. XVII, juin 1967, p. 484-519.

2Lire Michael Löwy, Robert Sayre, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, Paris, Payot, 1992.