Archives par étiquette : Trotskystes

Fabrice Humbert, Eden Utopie, Paris, Gallimard, collection « NRF », 2015, 288 pages, 18,90 €.

.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Fabrice Humbert s’était fait remarquer du grand public avec son premier livre, L’Origine de la violence, qui plongeait dans le passé de sa famille paternelle, en lien direct avec les épreuves de la Seconde Guerre mondiale. Il renoue ici avec le roman familial, se mettant cette fois lui-même en scène, dans une démarche autocentrée qui semble être véritablement le fruit de notre époque (que l’on songe à l’ouvrage d’Emmanuel Carrère, Le Royaume, où l’auteur évoque aussi bien les débuts du christianisme que son addiction à la pornographie numérique…). Mais de par les connexions entretenues entre trajectoires intimes et mouvements révolutionnaires, Eden Utopie est également à rapprocher du livre Les Rouges de Pascale Fautrier1, bien que plus marginal sur le sujet, et surtout autrement plus distant.

Tout commence dans l’après-Seconde Guerre mondiale, lorsque trois hommes décident de fonder, à Clamart, un lieu de vie inspiré du protestantisme censé permettre l’éclosion d’un monde meilleur : la Fraternité. Ces trois hommes étaient Emmanuel Rochefort, Daniel Jospin (oncle de Lionel Jospin) et André Coutris, quasi grand-père par alliance de Fabrice Humbert. Ce dernier est le mari de Sarah Courcelles, cousine de Madeleine Arlicot, véritable grand-mère de l’auteur. Les deux cousines ont en effet été élevées ensemble suite au décès précoce des parents de Madeleine, et incarnent deux destinées bien différentes : là où Sarah eut un itinéraire chanceux et privilégié, celui de Madeleine fut plus difficile et chaotique. De son second mariage, elle eut une fille, Danièle, future génitrice de Fabrice Humbert, qui, à travers l’expérience de la « Frater », recherchait à toute force une « mue sociale » (p. 46) ; un projet personnel facilité par le contexte d’alors, l’auteur parlant même de « génération gâtée » (p. 49) pour désigner ces jeunes des « Trente Glorieuses ». Mais avec les années 60, on assiste à une politisation accrue effectuée en dehors de la Fraternité. C’est ainsi que Michèle, fille d’André et Sarah, et son mari Christian Béral, s’impliquent dans les événements de Mai 68, décrits avec souffle et tension à la page 74. Maurice Humbert, lui, père de Fabrice, s’inscrit au Parti socialiste et milite également à la CFDT. Mais ce sont surtout les représentants de la génération suivante des Béral (ascendant Coutris), qui vont embrasser jusqu’à l’embrasement la geste révolutionnaire. L’aîné, Thierry, devient en effet trotskyste, bientôt rejoint par son frère Yves, un temps établi en usine, et leur sœur Élise milite au sein du groupe Révolution, issu d’une scission de la Ligue communiste2. Elise, justement, connaît un parcours ultérieur qui nous confronte à l’Autonomie, au milieu des squats de la fin des années 70, où ivresse du verbe et désir de lutte se conjuguent. Elle côtoie même les milieux de la lutte armée, à travers le journal L’Internationale qu’elle anime, les réfugiés des Brigades rouges, mais également les membres d’Action directe, pour qui elle fournit de faux papiers. Cette proximité explique son arrestation au milieu des années 80, jusqu’à son procès et sa libération ; l’occasion d’évoquer la répression anti-terroriste, dont Fabrice Humbert souligne la dureté, voire l’injustice (lorsque Karine, la sœur d’Élise, mêlée ni de près ni de loin à l’affaire, est également arrêtée).

Fabrice Humbert parvient, sur un sujet propre à l’empathie, à accoucher de passages souvent touchants et bien troussés3, mais sa position initiale d’observateur plutôt bienveillant4 évolue vers une prise de position nettement plus critique et engagée, hostile aux révolutions réellement existantes5. Dans une vision au moins en partie téléologique, il perçoit la Fraternité comme la matrice des évolutions ultérieures de ceux qui l’ont fréquenté6. Surtout, il établit un distinguo très net entre réel et imaginaire. Si la Fraternité ou le rôle de l’écrivain parviennent à conjuguer les deux de manière harmonieuse, les révolutionnaires décrits sont tout entier englués dans le rêve, tant éclate « (…) la proximité du rêve et du totalitarisme, qui n’est jamais à l’origine qu’un « rêve de paradis » (…) » (p. 175). Dans ce théâtre, les membres d’AD, à la fois « (…) branleurs et (…) assassins (…) » (p. 182), « jouaient la révolution » (sic, p. 183).

Intégré à ce qu’il faut bien appeler la bourgeoisie7, Fabrice Humbert n’a semble-t-il appréhendé les Années 68 qu’à partir des entretiens qu’il a menés (dont un des plus intéressants est celui de Michel, ancien autonome devenu entraîneur de boxe) et de la lecture de ce que nous avons appelé un « récit codifié par Hervé Hamon et Patrick Rotman8 où le maoïsme s’énonce sous les auspices de la génération »9. Au final, une lecture uniquement générationnelle et estudiantine de ce formidable mouvement social (d’où la classe ouvrière est non pas étrangement, mais logiquement, absente si ce n’est comme décor pour tenter d’établir des rapports idéologiques) qui voisine fort bien avec une certaine désillusion sur la période10, des analyses partielles ou discutables11 et une vision finalement trop binaire des choses. Si Fabrice Humbert souhaitait décrire (ce qui est différent d’écrire) une certaine « génération perdue » ne sachant qu’imiter (après ce qui ne fut certes pas une utopie ratée mais bien plutôt une défaite de grande ampleur), et qui sût retrouver assez vite les chemins tout tracés des anciennes (ou nouvelles) dynasties bourgeoises, il semble que ce souhait, s’il existât, soit exaucé par ce livre… 12 Néanmoins, d’autres récits des années soixante-dix, mi-fiction mi-histoire, paraissent plus à même d’en restituer l’effervescence et l’authenticité : nous pensons à Qu’as-tu fait de tes frères ? de Claude Arnaud (2010) et à Éléments incontrôlés de Stéphane Osmont (2013) tous deux chez Grasset13.

1Voir la chronique du livre sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5093

2Et non de la LCR, comme l’écrit Fabrice Humbert.

3« Oui, ma grand-mère devient peu à peu un paysage familier. Je l’entends arriver, avec son souffle malaisé, elle qui avait perdu un poumon lors de sa tuberculose, l’obligeant à s’arrêter souvent, lorsqu’elle marchait ou faisait le jardin. Encore quelques coups, encore quelque temps et elle sera pleinement devant moi. » (p. 33).

4 « Je trouve beaucoup moins con de vouloir changer le monde à seize ans que de jouer aux jeux vidéo et de chercher des images porno toute la nuit sur Internet. » (p. 96).

5A l’occasion du portrait de Robert Linhart : « Bien entendu, il est typique de ces meurtriers innocents, prêts à faire le bonheur des hommes en les exécutant et il va de soi qu’on rencontre ici ces hommes qui font les révolutions, les Saint-Just du meurtre (…) » (p. 128). D’ailleurs, « Les idéologies sont d’abord des détournements du langage (…) » (p. 209).

6« Toujours demeure en eux ce petit rêve de leur enfance qu’ils vivent sous la forme de communautés plus radicales, moins bourgeoises et plus délibérément utopistes. Ils ont été élevés ainsi et on ne se relève jamais d’une telle éducation au rêve. » (p. 62).

7Le beau-père de l’auteur n’est autre que Pierre Eelsen, grand patron des années 1980-90.

8Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération (tomes I et II), Paris, Seuil, 1987, 1988.

9Christian Beuvain, Vincent Chambarlhac, Franck Gaudichaud, Jean-Guillaume Lanuque, « Présentation générale », Dissidences n° 8, « Prochinois et maoïsmes en France », Mai 2010, p. 12.

10Thierry : « Il m’explique qu’il y a eu une très courte génération, qui avait entre douze et quinze ans pendant mai 68 et qui fut selon lui une génération perdue parce qu’elle avait découvert le monde à travers les manifestations et les rêves des parents ou des grands frères (…) Oui, ils imitaient, ils n’étaient pas eux-mêmes. » (p. 93). Dans les années 80, après une phase de déprime, Thierry Béral s’est reconverti en intégrant Libération, où il a fini par occuper des postes importants.

11Peut-on encore affirmer que les détenus de la RAF autour d’Andreas Baader se sont suicidés en prison ?

12Dernière remarque : Si un arbre généalogique ouvre le livre, et s’avère fort utile pour se repérer tout au long de la narration, il manque un petit cahier photographique des personnes citées, d’autant que Fabrice Humbert commente à plusieurs reprises des clichés particuliers.

13Ces deux romans doivent faire l’objet d’un compte rendu sur notre blog.

Agustin Guillamon, Espagne 1937. Josep Rebull, la voie révolutionnaire, Paris, Spartacus, 2014, 170 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

C’est une pièce importante pour la compréhension des débats suscités par la révolution espagnole qui nous est livré avec ce livre. Josep Rebull était un militant du BOC (Bloc ouvrier et paysan, courant marxiste dirigée par Joaquim Maurin1, qui en fusionnant en 1935 avec la Gauche Communiste (dirigée par Andres Nin), donna naissance au POUM. Un premier chapitre est d’ailleurs consacré à exposer les éléments essentiels de la biographie de Rebull, où il assume des tâches de direction au POUM, durant la révolution espagnole puis dans l’exil. Le POUM choisit de soutenir le Front populaire, ce qui lui valu une série de critiques de Léon Trotsky, causant la rupture d’avec celui-ci. Un article, apparemment inédit, de Julian Gorkin2, militant du POUM, daté de 1939-1940, précise d’ailleurs les critiques essentielles de Léon Trotsky à l’égard de la politique du POUM. Critiques qui peuvent se résumer au choix de la signature du pacte de Front populaire, puis la participation au gouvernement à Madrid et à la Generalitat à Barcelone. Josep Rebull était un des rares militants s’opposant à la perspective d’intégration au Front populaire. A l’occasion du deuxième congrès du POUM, qui devait se tenir en mai 1937, mais qui ne put se réunir du fait du soulèvement de début mai à Barcelone et de l’interdiction du POUM qui s’en suivit, un bulletin intérieur de discussion fut publié. A cette occasion, la cellule 72, celle dont Rebull était militant, pu faire part de son opposition au ralliement au Front populaire. Rebull défend la perspective d’un Front ouvrier révolutionnaire, alternatif à la stratégie du Front populaire. Ses conceptions politiques, disséminées dans plusieurs contributions, qui constituent l’essentiel du chapitre III du livre peuvent se résumer ainsi : une perspective révolutionnaire doit s’appuyer sur les comités populaires surgis après le coup d’État de juillet 36 pour les transformer en organes conseillistes/soviétiques. Josep Rebull, pour défendre ses perspectives, fait montre d’une importante culture révolutionnaire internationale, s’appuyant notamment sur l’exemple de la révolution allemande de 1918-1921 et du processus en cours en Espagne (en revanche, l’exemple russe ne semble guère l’inspirer). En fait, selon lui, la direction du POUM (composée essentiellement d’anciens dirigeants de la Gauche communiste, du fait de la disparition de Maurin) n’a pas été en mesure d’affirmer une politique révolutionnaire indépendante, s’alignant sur les positions pour le moins contradictoires et hésitantes de la CNT. Il exprime sans détour une critique très forte du positionnement cénétiste, en particulier lors du soulèvement de Barcelone en mai 37. De fait, l’essentiel du recul des forces révolutionnaires est attribué à l’impéritie des libertaires. Pour lui, les dirigeants anarchistes, « comme tous les réformistes de toutes les époques, […] ont été – consciemment ou inconsciemment – les instruments de la classe ennemie dans les rangs ouvriers » (p. 77). Cependant, sous la plume de Josep Rebull, en particulier après les journées de Barcelone de mai 1937, semble percer un certain optimisme peu réaliste (oui à la guerre révolutionnaire). En effet, ce dernier défend l’idée d’une reprise de l’offensive révolutionnaire, au moment même où l’occasion que constituait le soulèvement de Barcelone vient d’échouer. Pourtant, il semble quand même bien conscient du rapport de force, puisque son texte se conclut sur l’impérieuse nécessité de se préparer à la clandestinité immédiate. Si la position exprimée par Josep Rebull est bien celle d’une reprise en avant de la marche vers la révolution, tout indique que ses positions étaient assez isolées dans le POUM, comme l’indiquent les informations publiées dans le chapitre V sur l’évaluation des réflexions de Rebull dans les débats de la période 3. Un long entretien avec Josep Rebull réalisé en 1985 complète le livre, avec en annexes un article de Andrés Nin et un autre de G. Munis, le représentant officiel de la IVe Internationale en Espagne, datant de 1938.

Grâce à Agustin Guillamon4, nous disposons d’un document de premier intérêt pour approfondir la connaissance des débats et controverses au sein du courant communiste anti-stalinien durant la révolution espagnole.

1Sur Joaquim Maurin, on dispose d’une biographie, Riottot Yveline, Joaquim Maurin. De l’anarcho-syndicalisme au communisme. 1919-1936, L’Harmattan, 2000. On peut d’ailleurs regretter que ce livre, assez banal au demeurant, se termine sur l’arrestation de Maurin par les nationalistes.

2Julian Gorkin était lui-même favorable à l’entrée du POUM dans le Front populaire. On lira avec intérêt la féroce critique des positions de Trotsky par Ignacio Iglesias, Trotsky et la révolution espagnole, Éditions du Monde, 1976. Les textes de Trotsky ont été rassemblés par l’historien Pierre Broué, dans La révolution espagnole, Minuit, 1975-76.

3Le lecteur trouvera également une importante bibliographie anglo-saxonne de la période d’avant-guerre sur la réception des conceptions de Rebull (voir note 137, p. 122). En effet, les trotskystes, divisés en deux groupes (La Voz Leninista et Nuevo Corso),poursuivant leur militantisme fractionnel dans le POUM, après leur officielle exclusion, étaient très attentifs aux positions de Rebull, qu’ils considéraient comme l’expression d’un courant de gauche au sein du POUM.

4L’auteur laisse percer, ici ou là, quelques affirmations anti-léninistes, comme celle-ci : « Rebull n’en arriva jamais à questionner le caractère léniniste du parti, ni ses pires plaies : bureaucratisme et tyrannie du CC et du CE, substitutisme envers la classe ouvrières, etc. » (p. 98, note 109).

Fabien Engelmann, Du gauchisme au patriotisme. Itinéraire d’un ouvrier élu maire d’Hayange, Paris, Éditions Riposte laïque, 2014, 169 pages, 18 €, préface de Pierre Cassen, postface de Caroline Alamachère.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles

Les récents déboires du nouveau maire d’Hayange (Moselle), Fabien Engelmann, ancien employé communal, écornent en partie l’image d’homme nouveau qu’il avait tenu à se donner, à l’instar de ses camarades du Front national. Cette image, il l’avait exposée dans un livre, paru juste après sa victoire aux municipales, et qui se veut témoignage sur sa vie et son parcours politique. Sa prose, relativement plate, voire laborieuse, donne toutefois souvent l’impression de délaisser le terrain de l’autobiographie au profit d’une simple chambre d’échos pour le discours du Front national. Fabien Engelmann appartient à cette frange de militants positionnés initialement à l’extrême gauche ou à la gauche de la gauche, et qui ont finalement migré à l’opposé de l’échiquier politique. Ce transfert du « rouge au brun » lui a été facilité par Pierre Cassen, qui préface son livre, passé lui aussi par l’extrême gauche dans sa variante LCR, fondateur de Riposte laïque et chantre du combat contre la religion musulmane. Les deux hommes partagent en effet une peur panique de l’islam et de l’islamisation de la France1, un thème véritablement obsessionnel tout au long du livre. Du point de vue idéologique, on retrouve également des marqueurs du discours frontiste ou d’une certaine droite, la centralité du patriotisme, le « racisme anti-français », les enseignants manipulateurs poussant leurs élèves à manifester (p. 41), les permanents syndicaux de la CGT profiteurs et ayant tous leur carte au PCF (p. 782)… Fabien Engelmann n’a d’ailleurs pas peur de l’outrance, ainsi de son évocation de l’« épuration médiatique » dont aurait été victime Eric Zemmour (p. 96), de la nécessité du bagne pour les pédophiles condamnés ou de passages proprement hallucinants sur l’Algérie, à qui la France aurait tout donné pendant la période coloniale (« (…) pays riche qui n’était avant leur venue qu’un désert sans peuple défini. », p. 122), devenu par la suite le « pays de la corruption », peuplé d’incompétents3. Il pratique également une vision complotiste de la gauche, qui aurait manigancée une transformation de la France par l’immigration (la rendant « cosmopolite et orientalisée », p. 60) et encouragé l’homophobie comme diversion face aux vrais problèmes (p. 129-130). La confusion permise par le mélange des cultures de gauche et d’extrême droite aboutit d’ailleurs à l’utilisation de Marx contre la religion musulmane (mais pas contre la religion catholique, « (…) parfaitement inoffensive »[sic], p. 53), au rapprochement des résistants de la Seconde Guerre mondiale avec le Front national (et des collaborateurs avec la gauche) ou à la qualification de Marine Le Pen comme « Jean Jaurès des temps modernes » (p. 113). De même, à propos du Bloc identitaire, qui dégage encore pour lui un parfum de souffre, Fabien Engelmann écrit : « Je pense que face à certains dangers, il est nécessaire de cesser de tergiverser pour se rassembler entre patriotes ». L’idée du front unique semble de la sorte réactivée non par l’extrême gauche, mais par l’extrême droite…

Au-delà de ces considérations idéologiques quelque peu stéréotypées, qu’en est-il du parcours personnel de Fabien Engelmann ? D’abord, un constat sensible, l’importance de plusieurs figures féminines dans son éveil politique et citoyen. Si Dieu créa la femme, ce sont bien les femmes qui créèrent Fabien Engelmann (né en 1979), trois d’entre elles tout au moins : Brigitte Bardot lui donna l’amour des animaux et le végétarisme, Arlette Laguiller celui des ouvriers, Marine Le Pen celui des patriotes/nationalistes. Son militantisme débute ainsi par la cause animale, avant qu’il ne rejoigne Lutte ouvrière, entre 2001 et 2008, puis le bureau départemental des collectivités publiques de Moselle CGT. Sa rupture avec LO, il l’attribue à son rejet d’une utopie rétrograde, tout en conservant l’esprit d’une exigence militante élevée. De son passage dans l’organisation trotskyste, il ne nous dit rien que nous ne sachions déjà : obligation de lire et d’acquérir une certaine culture… mais le refus par la direction du programme local qu’il avait concocté pour la liste LO qu’il conduisait à Thionville pour les municipales de 2008 l’a vexé4. Il n’opère ensuite qu’un bref passage au Nouveau parti anticapitaliste (NPA), dans les premiers temps de la nouvelle organisation, qu’il quitte en réaction à la candidature d’Illham Moussaïd aux régionales de 2010, se refusant à côtoyer « des gens favorables au communautarisme, aux femmes voilées, au halal, à l’abattage rituel » (p. 51). C’est par Riposte laïque, jouant visiblement le rôle de sas entre l’extrême gauche et l’extrême droite, qu’il trouve finalement sa vraie voie. Après quelques hésitations, il adhère alors au Front national, et devient par cooptation membre du Bureau politique, instance composée des 47 principaux dirigeants. Comme il l’écrit : « J’ai eu le plaisir et l’honneur d’être nommé conseiller politique au dialogue social ». Là, il écrit notes et analyses pour la présidente, « rédige des communiqués sur telle ou telle entreprise en passe de fermer ». Il semble très vite s’y être intégré, nouant des liens amicaux avec Louis Aliot ou Thierry Gourlot, syndicaliste CFTC, « intègre et honnête ». Même Jean-Marie Le Pen, « l’homme à la dialectique formidable » (sic, p. 115) lui a réservé un excellent accueil. On apprend au passage que ce dernier « a beaucoup de respect pour Arlette Laguiller. Il estime qu’elle a été, à cette occasion [à propos du second tour des présidentielles de 2002] intègre et honnête, alors que tous les autres s’étaient rabaissés à voter pour le voleur menteur Jacques Chirac qu’ils détestaient et qui avait fait de la politique par pur intérêt personnel, plutôt que pour l’intérêt général » (p. 116). Voilà donc un « gauchiste » devenu « patriote », ce qui lui vaudra d’ailleurs l’exclusion de la CGT. On l’aura compris, Du gauchisme au patriotisme constitue un témoignage de circonstance, offrant toutefois un certain nombre d’éléments intéressants pour le chercheur, sur une tendance de translation politique et de brouillage des frontières dont il convient d’observer dès maintenant les développements présents et à venir…

1 C’est la thèse du « Grand Remplacement » des Français « de souche » par les immigrés musulmans à laquelle ils adhèrent.

2 Il évoque également page 86 ces « (…) charognards bien planqués ».

3 L’outrance, on la trouve également dans l’évocation des tortionnaires d’Ilan Halimi, « (…) bande d’islamo-racailles comme on en croise chaque jour dans les rues. » (p. 155).

4 Un constat qui confirme l’analyse que nous faisions dans l’article « Peu nombreux(ses) mais vaillant(e)s ? Participation des militant(e)s des groupes d’extrême gauche aux élections municipales et élu(e)s municipaux trotskystes, de 1971 à 2014 », Revue électronique Dissidences n° 7, été 2014.

Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald, Paris, Le Cherche-Midi, 2013, 427 pages, 19 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Avec ce roman du prolifique Roger Martin, le lecteur dispose non seulement d’un polar absolument prenant, mais aussi d’une fiction politique. Sur la déportation politique, il existe bien sûr déjà de nombreux romans de bonne qualité (que l’on songe au KZ. Retour vers l’enfer de Gérard Delteil ou Les orpailleurs de Thierry Jonquet, sur l’extermination des juifs), mais l’épais ouvrage de Roger Martin s’approche plus de Les jours de notre mort, de David Rousset, livre présenté comme un roman par son auteur, mais dont la dimension documentaire éclate à chaque page. Dans Dernier convoi pour Buchenwald, hormis le narrateur, Danglars et quelques autres individus, tous les personnages ont réellement existé. Le livre se présente comme les mémoires d’un certain Robert Danglars1, à la fin de sa vie, se souvenant de son existence pendant la période de l’Occupation. Celui-ci fut un militant, d’abord du PSOP (Parti socialiste ouvrier et paysan, fondé en 1938, scission de la SFIO), le parti de Marceau Pivert, avant la guerre, puis du POI (Parti ouvrier internationaliste, trotskyste) durant la guerre. Il participe aux actions menées à Brest par les trotskystes rassemblé autour de la figure d’André Calvès (Ned dans le livre), qui organisent les contacts avec les soldats allemands et publient un journal antinazi destiné aux troupes d’occupation. Après avoir perdu ses camarades de vue lors du déclenchement de la guerre, Danglars renoue les contacts et s’engage dans ce travail très périlleux. Si périlleux, d’ailleurs, qu’il est rapidement arrêté, tandis que la militante dont il est tombé amoureux connaît un sort plus funeste encore. On laisse découvrir au lecteur les conditions de son arrestation, conditions dans lesquelles le rôle des nationalistes bretons du Bagadoù Stourm, auxiliaires zélés des nazis, est nettement mis en lumière. Torturé par la police française, il est expédié à Buchenwald. Le récit du voyage en train constitue d’ailleurs un des moments les plus cruciaux du récit. Mais, et c’est là que la dimension policière s’en mêle vraiment, il est chargé d’exécuter un dirigeant de la résistance communiste, sous peine de voir sa famille mise en danger. Arrivé à Buchenwald, le narrateur découvre une réalité qui dépasse toutes les horreurs pensables. Mais il se lie aussi avec les noyaux résistants, en particulier animée par les communistes, allemands et français, au sein d’un univers d’une violence inouïe. Par les hasards du destin, il rencontre l’homme qui constitue la cible à abattre que les résistants anticommunistes lui ont désignés. Danglars va-t-il remplir la mission qui lui a été confiée ou va-t-il sacrifier la vie de sa sœur et sa mère ? En fait, le sort en décide autrement et son appartenance au mouvement trotskyste, qu’il avait réussi à cacher jusque là, est découvert par une singulière rencontre au sein de cet enfer concentrationnaire.

Comme indiqué sur la quatrième de couverture, il s’agit bien d’un roman au cœur de l’Histoire. Bien sûr, ce roman ne remplace pas la lecture des grands textes de David Rousset et de Jorge Semprun2, mais il rafraîchit la mémoire de celles et ceux qui les ont déjà lu. Et surtout, Roger Martin nous livre un récit qui s’inscrit dans une tendance très actuelle, celle des rapports entre extrême gauche réelle et fictionnelle3, ici les militants trotskystes pendant l’Occupation. Son mérite est de faire connaître au grand public deux épisodes largement occultés, d’abord celui des actions anti-nazies des trotskystes à l’arsenal de Brest4, connu seulement des militants de cette famille politique, et ensuite celui de la mise en place d’une organisation clandestine de résistance, dirigée par les communistes, à Buchenwald, à la suite d’une lutte sanglante contre les droits communs qui régissaient l’ordinaire de la vie du camp, sous l’autorité des SS. Par la forme générale d’une fiction, l’auteur, dans cet épisode particulier, fait litière des calomnies complaisamment répandues dès 1948, principalement parPaul Rassinier5, sur la collusion communistes-nazis au détriment de la masse des déportés6. Manifestement, pour ce récit, Roger Martin choisit la représentation d’archétypes, ce qui semble logique avec une situation de clandestinité, tant à Brest que dans le camp de Buchenwald. Dans ce cas extrême, représenter, d’une manière ou d’une autre, des foules militantes n’aurait eu que peu de rapport avec la réalité historique. On note une documentation sans failles, ce qui est à saluer, tant les approximations et les erreurs sont légion dans beaucoup trop d’œuvres, y compris parmi celles se targuant d’un sérieux parfois mal avisé7 qui se traduit par quelques notes de bas de pages, sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup. Ce n’est sans doute pas le lieu, dans ce compte rendu, de s’appesantir sur la manière dont l’auteur, justement, rend compte, par son écriture, de ces militants trotskystes, de leur vie, leurs espoirs, leurs doutes, leurs peurs. Tout au plus peut-on quand même remarquer une langue plutôt plate, alternant dialogues, retours en arrière et descriptions plus ou moins détaillées. Nulle trace ici d’un style qui rappellerait, par « la morsure des mots », la brûlure d’engagements messianiques ou d’un « effort pour inventer une écriture en révolution permanente », évoquée par l’essayiste Jean Birnbaum à propos d’autres auteurs8. C’est le principal regret.

1On remarquera que Roger Martin a choisi comme nom de son héros positif celui d’un des dénonciateurs d’Edmond Dantés, ce Danglars devenu banquier et baron, dans le roman d’Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, dont le destin diffère pourtant de celui de son personnage. En effet, ce dernier refuse finalement l’alternative honteuse qu’on lui propose.

2Une brève bibliographie qui a servi de support documentaire à l’auteur est proposée en fin d’ouvrage.

3Dissidences prépare d’ailleurs un volume sur cette thématique.

4Malgré la publication des mémoires d’André Calvès, Sans bottes ni médailles. Un trotskyste breton dans la guerre, Paris, Éditions La Brèche, 1984, dont une réédition en ligne se trouve ici : http://andre-calves.org/resistance/J_ai_essaye_de_comprendre_%28livre%29.htm

5Dans son livre Le Passage de la ligne ou l’Expérience vécue (1949). Ce livre est salué au début de la guerre froide par des socialistes enclins à l’anti-communisme, avant que la SFIO décide d’exclure cet adhérent quand même trop compromettant.

6On lira avec profit La zone grise ? La Résistance française à Buchenwald, d’Olivier Lalieu (Éditions Tallandier, 2005), d’ailleurs cité par Roger Martin.

7Ce sérieux se traduit par quelques notes de bas de pages sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup.

8Jean Birnbaum, « Écritures insurgées », Le Monde des livres, 26 novembre 2010.