Archives par étiquette : Urbanisme

Nicole Malinconi, De fer et de verre. La Maison du Peuple de Victor Horta, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2017, 165 pages, 16 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

De fer et de verre se lit comme un roman. L’auteure revient sur l’histoire et le destin de la Maison du Peuple, à Bruxelles. Commandée, à la toute fin du XIXe siècle, par le Parti ouvrier belge (POB), alors en pleine expansion, à Victor Horta (1861-1947), elle fut détruite moins de 70 ans plus tard. Nicole Malinconi restitue le contexte politico-culturel de ces années, ainsi que le caractère moderniste des organisations du mouvement ouvrier belge, en évoquant au passage la spécificité du quartier populaire des Marolles, qui bordait cet édifice.

La Maison du Peuple est inaugurée, en grande pompe, le dimanche de Pâques 1899. Victor Horta a tiré parti des accidents de terrain et s’est servi de l’asymétrie (p. 22-26). Il a opté pour des briques rouges, afin de mieux représenter encore la Maison des Rouges, cette sorte de palais ouvrier. Contraint de s’adapter aux diverses modifications et révisions, qui ont entraîné du retard – au point d’être surnommé, en patois, bruxellois « Stillekes aan » (Monsieur-tout-à-son aise) –, il construit, au final, un chef d’œuvre, dont, des années plus tard, le journal du Parti communiste belge (PCB), Le Drapeau rouge, dira qu’il constitue une « marque d’absolue confiance du maître dans la compréhension artistique et la valeur de jugement des travailleurs » (cité par l’auteure, p. 117). La Maison du Peuple, qui abritait un café, une boulangerie, des coopératives et une salle de banquet, sera comme le lieu et le miroir du socialisme belge.

« On venait aux réunions, aux magasins, au café, au dispensaire, à la mutuelle et même aux cours de gymnastique : à Noël, les enfants étaient invités aussi, ils pouvaient monter jusqu’à la grande salle pour la fête ; à la rentrée des classes, ils recevaient un nouveau cartable, le même pour tous les enfants des Rouges. On allait aux conférences, aux soirées artistiques et aux concerts de la section d’art ; dans la salle Blanche, on écoutait Jules Destrée, Maurice Maeterlinck, Fernand Khnopff, Émile Verhaeren et bien d’autres ; on venait y regarder des projections de films d’actualités et des documentaires. On avait l’envie de connaître » (p. 50).

Paradoxalement, la même raison qui avait poussé les dirigeants socialistes à se tourner vers Victor Horta, dans les années 1890, à savoir le parti-pris de la modernité, entraînera la désaffection d’abord, la destruction, ensuite, de la Maison du Peuple. En effet, le POB, devenu entre-temps, le Parti socialiste belge (PSB), cherche, dans les années 1960, quelque chose de plus commode, de plus grand et de plus moderne. La Maison du Peuple semble alors aux yeux des dirigeants aussi incongrue qu’incommode. Le PSB vend donc le terrain et l’édifice pour déménager dans un bâtiment fonctionnel, alors que la Maison du Peuple sera détruite pour faire la place à un immeuble-bloc et une tour de vingt-six étages, le tout en béton (photographie, p. 167)…

À lire les prises de position des édiles socialistes d’alors – Camille Huysmans, par exemple, parle à propos de l’œuvre de Victor Horta, d’une « construction lamentable » –, on mesure la distance qui nous sépare des jugements esthétiques de ces années. Ils annoncent, partiellement au moins, ce qui, une décennie plus tard, sera dénoncé comme « la bruxellisation » : une politique urbanistique soumise aux promoteurs immobiliers, entraînant la déstructuration du tissu social et urbain. La mobilisation des architectes et urbanistes, belges et internationaux, n’y changera rien. On démontera une partie de la ferronnerie de la Maison du Peuple, en vue d’un hypothétique remontage futur. Longtemps laissée à l’abandon, de larges quantités seront volées, enterrant définitivement l’espoir d’en sauver quelque chose…

Nicole Malinconi esquisse un parallèle intéressant entre la destruction de la Maison du Peuple et la « disparition » de Déjà s’envole la fleur maigre, film de commande du ministère de l’Éducation Nationale de Belgique à Paul Meyer sur « l’adaptation des enfants des travailleurs immigrés » dans le Borinage. Sorti en 1960, il déplaît aux autorités. Malgré l’intérêt du public et de réalisateurs – nombre d’entre eux mettent en avant les affinités avec le néoréalisme italien –, le film sort des circuits et disparaît pendant une trentaine d’années [1]. En cause, dans l’un et l’autre cas, le conformisme culturel et la médiocrité intellectuelle. Mais, aujourd’hui, Déjà s’envole la fleur maigre est quelque peu sorti de l’oubli et du silence, contrairement à la Maison du Peuple, qui demeure comme une référence blanche.

Sans s’apparenter à un travail universitaire, structuré sur une analyse fouillée, De fer et de verre ne s’appuie pas moins sur une bibliographie et un travail documentaire conséquent. Agréable à lire, il invite à revenir sur l’histoire de la Belgique, du mouvement ouvrier et de Bruxelles, au prisme de la Maison du Peuple.

[1]    Voir https://www.cinergie.be/actualites/paul-meyer-novembre-1993.

Clément Dessy, Valérie Stiénon (dir.), (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, collection « Littératures », 2015, 306 pages, 30 €, postface de Francesco Muzzioli.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone (1950-2010)1, et en attendant sa suite, C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (1890-1950), voici donc les actes d’un autre colloque, centré pour sa part sur la dystopie, et plus particulièrement sur sa dimension visuelle, qu’elle soit iconographique ou littéraire. L’appréhension est donc large, allant du livre d’Émile Souvestre, Le Monde tel qu’il sera, un des jalons de cette première science-fiction française, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, et privilégiant une certaine transdisciplinarité.

C’est d’ailleurs sur Souvestre que s’ouvre l’ouvrage, avec deux contributions qui lui sont consacrées. Olivier Ghuzel livre ainsi une excellente analyse des illustrations intégrées dans le livre de Souvestre, œuvre de Charles-Albert Bertall, alors jeune dessinateur de presse. Il démontre bien que son travail s’inscrit pleinement dans son temps, « (…) véritable satire d’actualité » (p. 42), et montre les proximités qu’il entretient avec la vogue des almanachs (qui intégraient souvent quelques éléments de prospective) et surtout des revues théâtrales (les costumes, la structure privilégiée, la prospective à nouveau). Le lien avec la démarche de Souvestre est donc plus explicite encore, car celui-ci, profondément marqué par le saint-simonisme, imagine un véritable contre-modèle de ce qui caractérise la société industrielle et égoïste de la monarchie de juillet, opposée à son idéal d’une harmonie volontiers moralisatrice. Le propos de Chapman Wing est plus large, puisqu’il s’intéresse à Souvestre, mais également Hyppolite Mettais ou Albert Robida, les images servant selon lui à illustrer les limites du travail historique, à travers les difficultés d’interprétation d’un passé devenu, dans un futur anticipatif, encore plus lointain ; Robida va jusqu’à utiliser ses propres dessins pour matérialiser une histoire mythifiée comme palimpseste d’interprétations (dans Le Vingtième Siècle). Une approche pointue et convaincante, dont se rapproche en partie l’étude de Xavier Fontaine sur « Les futures ruines de Paris chez Méry, Dumas et Franklin. Modalités de l’archéologie rétro-anticipative ». Bien que son texte ait tendance à succomber à une certaine tendance jargonneuse, on y retrouve une même critique des savants du futur, un décalque des méthodes textuelles de l’archéologie du XIXe siècle (jusque dans la mise en page utilisée) et un jeu entre les temps passés, présents et à venir, les fragments de textes imaginés faisant écho aux ruines de notre civilisation.

Albert Robida est, à juste titre, privilégié dans deux contributions distinctes, lui que l’on peut considérer comme un des maîtres du « merveilleux scientifique ». Sandrine Doré se saisit d’un de ses ouvrages les plus célèbres, Le Vingtième Siècle, afin d’y étudier l’évolution promise aux arts : le patrimoine architectural utilisé par la modernité, la littérature résumé en un digest « condensé », la commercialisation et reproduction de l’art pictural permise par la photographie, sont autant d’éléments férocement critiqués. « Dix ans avant les premières projections du cinématographe des frères Lumière, Robida dénonce une société médiatique qui multiplie les nouvelles à sensation au détriment de la sensibilité artistique et qui place la surenchère technologique au service de la spectacularisation des images d’actualité. » (p. 119). Quant à Philippe Kaenel, dont la contribution portait sur les liens entre critique de l’électricité et critique de l’émancipation des femmes, il se révèle finalement trop court sur son sujet propre, et trop long sur des développements annexes. Autre dessinateur-auteur, Henriot et son Paris en l’an 3000 sont au cœur du texte de Julie Fäcker, là aussi un peu court. On en retient surtout la manifestation d’un humour débonnaire, assez distinct de l’ironie de Robida, une critique des usages de la science finalement modérée, qui va de pair avec une confiance affirmée dans ses potentialités, et un sentiment de supériorité parisien clairement tourné en dérision. Pour le Québec, Jean-François Chassay sort de l’oubli un roman de 1926, La Cité dans les fers, d’Ubald Paquin, manifestation d’un sentiment anti-anglophone que l’analyste interprète en tant qu’incarnation d’un véritable fascisme identitaire.

L’approche de Natacha Vas-Deyres, une des spécialistes reconnues de l’étude universitaire de la science-fiction2, est plus transversale, puisqu’elle suit l’évolution du thème des insectes, particulièrement celui des formidés, dans la littérature et même le cinéma, de la fin du XIXe à la seconde moitié du XXe siècle. D’un modèle utopique, sensible dans L’Homme-fourmi d’Han Ryner3, nous serions ainsi passés, en une cohabitation plus qu’une succession franche, à un rejet (dès Spiridon le muet d’André Laurie), qui culmine avec les films étatsuniens, de Them ! à Phase IV ; une rétrospective riche et stimulante, à partir de laquelle le lien avec le repoussoir politique du socialisme et du communisme, incarnés dans le fonctionnement social de la fourmilière, mériterait d’être développé. Laurent Bazin se penche quant à lui sur un échantillon de la littérature jeunesse de l’entre-deux-guerres, imprégné d’anticipation, dans lequel il repère le passage d’un éloge du progrès et de l’utopie à une extension du doute et de l’inquiétude. Mais certaines de ses hypothèses nous semblent pouvoir être déjà appliquées à la période antérieure à la Première Guerre mondiale4, et il conviendrait d’élargir la préhension chronologique pour y voir plus clair. Plus éloigné des littératures d’anticipation, la démarche de Clément Dessy vise les illustrations réalisées par Frank Brangwyn pour le recueil de poésie Les Villes tentaculaires, signé Emile Verhaeren, ou comment un dessinateur peut accentuer le caractère dystopique des villes modernes, telles qu’elles furent mises en mots par un poète belge majeur. Françoise Sylvos, pour sa part, mène une investigation plus politique, puisqu’elle se penche sur certaines critiques des « rouges » durant les années 1840. Un des exemples les plus intéressants parmi ceux qu’elle a sélectionnés, le Voyage d’un moineau de Paris à la recherche du meilleur gouvernement, illustré par Grandville, utilise la métaphore des loups pour stigmatiser les « rouges », comme un retour à la préhistoire, à une vie en tribus faite de rapines et de guerre. De manière générale, dans les dessins satiriques (de Cham en particulier) ou les pièces de théâtre, François Sylvos repère l’utilisation de poncifs, de préjugés types, visant un public avant tout bourgeois, et qui pourraient, selon elle, être considérés comme des facteurs aggravants d’une guerre civile de classes alors latente.

Plus original, Thibault Gardereau saisit la vision de l’espace américain, de ce nouveau-monde tel que plusieurs voyageurs et écrivains européens le découvrirent et l’interprétèrent dans la première moitié du XXe siècle. Il met ainsi en valeur l’utilisation de métaphores antiques et bibliques dans la description de la réalité urbaine d’outre-atlantique, avec comme débouché logique le topos de la chute inévitable, tel que l’illustre outrancièrement Jacques Spitz dans L’Agonie du globe. Dick Tomasovic a également choisi un sujet singulier, en portant son attention sur un film d’animation réalisé au début des années 1930 par Bertold Bartosch, L’Idée, à partir d’un livre de Frans Masereel. Visiblement d’une grande force visuelle et poétique, ce métrage d’une demi-heure est une véritable métaphore du socialisme et de son échec à renverser l’ordre en place (l’ombre de l’insurrection spartakiste de 1919), réalisée par un « cinéaste maudit », un « (…) cinéma d’artistes plasticiens » (p. 206) qui ose diverses expérimentations, travaillant les images en multiples strates : « C’est précisément à travers la conception de cette image-matière (bien plus que de l’ensemble narratif du film) que le cinéaste insuffle une tonalité affligée et crépusculaire à son récit, confère une inclinaison désillusionnée au discours du film et exprime en quelque sorte l’idéalité de son sujet dystopique. » (p. 208). Parmi les autres dystopies littéraires méconnues, Jérôme Dutel retient La Grande beuverie de René Daumal, livre de 1938 où la langue devient illustration de la folie, tandis que Dominique Warfa et Björn-Olav Dozo se penchent sur Retour au silence, du belge Stéphane Hautem, en réalité Etienne De Greeff, une dystopie de 1945 influencée par le vécu professionnel de l’auteur (celui d’une institution psychiatrique religieuse), ces deux ouvrages anticipant sur certains des éléments du 1984 d’Orwell5. Enfin, dans une contribution très riche, Katarzyna Cytlak s’arrête sur le célèbre Nous Autres de Zamiatine, et plus spécifiquement sur ses visions architecturales. Dans les bâtiments en verre de la ville de l’État unique, elle voit à la fois l’influence du constructivisme et du projet de la Russie bolchevique, mais également des tendances plus anciennes et plus larges, relevant de la société industrielle (le roman Ignis de Didier de Chousy, ou les travaux de l’architecte allemand Paul Scheerbart), confirmant la pluralité des critiques portées par le roman6.

Un ensemble de très bonne tenue, donc, diversifié dans ses sujets et ses analyses, qui participe d’une meilleure lisibilité de l’histoire de la dystopie, sujet qui mériterait incontestablement une étude synthétique à part entière. Les seuls défauts sont une tendance à ne pas systématiquement traduire les citations en anglais, et l’absence d’une bibliographie récapitulative qui proposerait les éditions françaises les plus récentes de tous les ouvrages cités…

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6354

2Voir l’édition de sa thèse Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/2799

3Nous nous permettons de renvoyer à notre recension de la dernière réédition en date de ce livre, « L’Homme-fourmi d’Han Ryner », in Quinzinzinzili, n° 25, hiver 2014, p. 22-23.

4La dystopie présentée dans Les Aventuriers du ciel (1935-1937) se rapprochant par exemple de celle de Le Prisonnier de la planète Mars / La Guerre des vampires (1908-1909).

5Mais plutôt que de voir ce dernier roman comme un trou noir absorbant tous les éléments antérieurs dans son statut de chef d’œuvre, sans doute faudrait-il reconsidérer sa place dans la longue durée de la dystopie, qui cristallise suivant les époques préoccupations collectives et perceptions individuelles…

6Sur cette thématique, nous renvoyons à notre propre analyse, disponible sur le blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/4721

Désurbanisme, Fanzine de critique urbaine (2001-2006), Détruire les villes avec poésie et subversion, Grenoble, Le monde à l’envers, 2014, 549 pages, 16 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Le monde à l’envers à réuni les 21 numéros d’un fanzine parisien, Désurbanisme, qui s’étale sur une période de cinq ans, de 2001 à 2006. Si le titre évoque la poésie, c’est dans la lignée du situationnisme : une poésie sans poème, qui prend plutôt la forme d’un « dazibao géant » (p. 12). Rares sont en effet les poèmes qui traversent ces pages, même s’il y en a quelques-uns (entre autres pages 201, 349, 492), prenant le plus souvent un ton humoristique doux amer. Comme la note éditoriale l’indique, il s’agit ici de « la ville comme cas d’école pour étudier le capitalisme » (p. 12).

Au fil des numéros, le lecteur remarquera une certaine évolution graphique : un soin plus particulier à la couverture dès le numéro 4, les photos qui parsèment le numéro 12, les dessins et analyses de la publicité dans le numéro 14… Au niveau théorique, le numéro 19 d’avril/mai 2005, sur la prévention situationnelle, se distingue, entre autre grâce à un important texte de Jean-Pierre Garnier – « Urbaniser » pour dépolitiser (p. 440 et suivantes). De façon générale, les pages mêlent débats, récits d’expériences (en France et ailleurs), extraits de textes et conseils pratiques non dépourvus d’humour (comme « Refaire la ville » dans le numéro 10). Par rapport à d’autres fanzines, l’une des principales originalités de Désurbanisme est d’offrir au fil des pages un large éventail d’extraits tant de romans – de René Crevel à Italo Calvino, en passant par Maurice Blanchot – que d’essais – de l’Internationale situationniste (surtout au début) jusqu’à l’architecte autrichien Friedensreich Hundertwasser (1928-2000), en passant par Gilles Deleuze et des écrits de l’URSS et de la Chine communiste (mais, malheureusement, présentés sans analyse ni appareil critique).

Certes, la note éditoriale a raison de souligner l’actualité de cette critique du territoire, mais les numéros de fanzine se prêtent assez mal à être rassemblés dans un livre et risquent de lasser la lecture.

Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2012 (édition originale 2010), 280 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette étude de l’universitaire britannique Stephen Graham s’inscrit dans la lignée de celles de David Harvey, Naomi Klein ou Mike Davis, en démontrant la volonté d’omniscience du contrôle technologique manifestée par la Triade à l’égard du terrorisme, réel ou fantasmé ; cette volonté se déclinant dans les villes occidentales via l’accroissement de la surveillance sécuritaire, et dans les champs de bataille urbains du Sud via le contrôle des ressources, manifestation d’un « capitalisme par dépossession »[1]. Autant de marques d’une militarisation globale des sociétés, voire d’une « métaguerre », dans la lignée du concept de guerre totale, surtout sensible depuis le 11 septembre 2001, militarisation qui ouvre des marchés particulièrement lucratifs pour certaines entreprises, testant leurs techniques en guerre avant de les transférer dans des villes en paix.

Se dévoile alors, selon l’auteur, un véritable complexe, plus large que le traditionnel militaro-industriel, regroupant « armée-industrie-médias-divertissement » ; l’industrie bénéficiant du soutien des États dans un secteur porteur mais concurrentiel, tandis que les médias se chargent de faire de la guerre un spectacle. Le propos de Stephen Graham porte essentiellement sur les États-Unis, au risque de manquer de données comparatives (ainsi du recrutement de plus en plus rural de l’armée étatsunienne, qui irait dans le sens d’un rejet de la grande ville vue comme cosmopolite). Les changements de doctrine militaire sont particulièrement analysés, le rêve de suprématie militaire totale sans pertes s’incarnant, suite à l’impasse irakienne, dans des projets de robotisation des interventions létales, allant jusqu’à des insectes robots dotés d’armes biologiques et/ou génétiques. Stephen Graham précise toutefois qu’il n’existe pas d’unanimité au sein de l’armée étatsunienne sur ce fétichisme de la machine, d’autant qu’en plus du risque d’erreurs de cibles, se dessinerait une dilution des responsabilités en cas de crimes de guerre.

S’y ajoutent certains développements sur Israël, dont la gestion des territoires palestiniens, et en particulier de la bande de Gaza, fait office d’expérience modèle, que ce soit pour les assassinats ciblés ou pour la destruction des infrastructures urbaines. Ces dernières, cibles privilégiées, seraient selon l’auteur davantage détruites par les États-nations que par les groupes terroristes, au mépris du droit humanitaire international qui interdit théoriquement de s’en prendre aux populations civiles[2]. Assurément, les exemples convoqués par Stephen Graham ont de quoi faire réfléchir, voire carrément saisir le lecteur : on découvre en effet que certains jeux vidéo de guerre ont été directement commandés par l’armée, offrant une vision de la mort aseptisée, avec en retour l’inspiration des commandes de console PlayStation pour les tableaux de commande de drones étatsuniens. De même, les fausses villes du Sud conçues par l’armée étatsunienne, réelles (Paris est un leurre est dépassé !) ou virtuelles, et qui transposent les « clichés orientalistes », ont un caractère proprement sidérant. Ce « réenchantement » de la guerre contraste avec la réalité sur le terrain.

Toutefois, cette version française du livre laisse un profond goût d’inachevé : n’ont en effet été traduits que la moitié des chapitres de l’édition originale, sans qu’aucune justification n’apparaisse, faisant du même coup disparaître la conclusion ! On est ainsi privé de probables développements sur les systèmes de sécurité utilisés dans les villes occidentales, capables de repérer des déviances par rapport à une normalité préétablie[3]… Les autres limites de l’étude, un prisme colonial un peu trop systématique (l’idée de colonisation interne des pays développés, ou l’exploitation des villes du Sud par celles du Nord, trop indifférenciée), une tendance ponctuelle à la simplification (la stigmatisation des Arabes après le 11 septembre  visible dans la production hollywoodienne, sans exemples…) ou le concept d’urbicide, qui peine à convaincre totalement, sont peu de choses face à cette amputation incompréhensible.



[1]              David Harvey, Le nouvel impérialisme, chroniqué dans notre revue électronique.

[2]              Stephen Graham prend l’exemple de la première guerre d’Irak, pour laquelle ce genre de cibles serait responsable de plus de 100 000 morts.

[3]              Voir à cet égard Frédéric Gaillard / Pièces et main d’œuvre, L’industrie de la contrainte, chroniqué dans notre revue électronique.

 

Jean-Luc Debry, Le cauchemar pavillonnaire, Montreuil, éditions L’échappée, 2012, 168 pages, 12 €.

 Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque.

Jean-Luc Debry avait déjà livré il y a quelques années un essai, Tous propriétaires ! Du triomphe des classes moyennes (chroniqué sur notre ancien site). Il creuse le même sillon dans ce nouvel opuscule, reprenant d’ailleurs des développements de son précédent livre, ainsi dans sa troisième partie sur certains lieux emblématiques (l’aire d’autoroute, la chaîne hôtelière, etc…).

En fait, derrière la symbolique du lotissement (« (…) le pavillon est la métonymie d’une époque », p.10), Jean-Luc Debry se penche plus largement sur la « moyennisation » de la société contemporaine, le conformisme du quotidien et l’uniformité du cadre de vie, autant d’éléments qui coïncident avec la disparition d’une véritable conscience de classe prolétaire. Sont ainsi dénoncés, en vrac, l’abandon d’une architecture digne de ce nom, la standardisation de l’habitat, la généralisation de la précarité liée à l’obligation d’emprunter pour l’achat de son pavillon, la trop grande rapidité de la construction dans un souci de rentabilité, multipliant les malfaçons, la dépendance accrue vis-à-vis de la voiture, ou la recherche d’un refuge face à un monde du travail dominé par la compétition et l’aliénation.

Conçu dans un style pamphlétaire, cruel voire jargonneux, Le cauchemar pavillonnaire frappe tous azimuts, critiquant également le gouvernement du fait divers, le sport dans la lignée de la théorie critique de Jean-Marie Brohm, la société du spectacle ou l’appauvrissement supposé du langage… Parmi les réflexions les plus intéressantes, on retiendra en particulier l’historique de la volonté de contrôle social via la possession d’une maison avec jardin, qui remonte au XIXe siècle avec Le Play.

Le hic, c’est que Jean-Luc Debry finit par être caricatural et simplificateur1, en ayant tendance à mettre tous les individus petit-bourgeois dans le « même sac », évacuant la complexité du positionnement de chacun et témoignant d’un pessimisme crépusculaire.

1 Il considère ainsi qu’un des seuls moyens encore possible pour sortir de l’aliénation réside dans… la dépression, vue comme une occasion de réactiver le doute…