Archives par étiquette : URSS

Victor Serge, L’école du cynisme. De la Seconde Guerre Mondiale et ses raisons, Riom, Nada, 2019, 126 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce court essai reprend les dix-huit articles de Victor Serge dans L’Intransigeant du 4 octobre 1939 au 11 février 1940, et qui n’avaient jusqu’à présent pas été publiés1. « Comment Victor Serge est-il amené à écrire dans le quotidien L’Intransigeant, s’interroge Charles Jacquier dans l’introduction ? Rien ne l’indique » (p. 22). Textes de circonstance donc, dont le premier article délivre la clé de lecture ; celle du « totalitarisme ». Ainsi, à propos de l’évolution de l’Allemagne dans les années 1930, Victor Serge écrit : « une masse flottante de plus d’un million et demi d’électeurs passait de l’un à l’autre parti [nazi et communiste]. Un facteur psychologique dominant les luttes politiques du moment rapprochait ces hommes : leur mentalité totalitaire » (p. 32). Cette notion de « totalitarisme » fait l’originalité et la limite de son analyse. D’ailleurs, bien qu’il rende bien compte de la faiblesse de l’URSS par rapport à l’Allemagne nazie, il mesure mal la puissance de cette dernière, s’imaginant qu’« Hitler ne peut faire en Occident qu’une guerre d’usure et dans laquelle tout indique qu’il s’usera lui-même » (p. 89). Cela ne l’empêche pas d’être clairvoyant, grâce en grande partie à sa connaissance de « la situation intérieure de l’URSS » (p. 43) et à sa lecture géopolitique.

Ainsi, le 6 octobre 1939, il écrit que les dirigeants russes « ont obéi dans leur politique étrangère au désir d’éviter la guerre, qu’ils ne sauraient faire sans accepter des risques immenses. Ils ont suivi la pente du moindre effort, qui était de s’entendre avec le voisin le plus redoutable contre le plus faible, avec l’Allemagne contre la Pologne ; sans doute vont-ils continuer en soumettant à leur influence les pays baltes et en récupérant ainsi les frontières de l’empire russe » (p. 43). Il évoque en outre la menace du sentiment national des républiques composant l’URSS, notamment l’Ukraine, dressée contre « le despotisme central » (p. 48-19, 67), et la situation particulière à l’origine du « drame finlandais » (p. 75). Drame auquel il consacre plusieurs articles, célébrant la résistance finlandaise, expliquant la déroute de l’armée soviétique dans un premier temps par la faiblesse de son infrastructure ferroviaire (d’où les difficultés logistiques et de ravitaillement), la décapitation d’une grande partie du commandement militaire suite aux procès de Moscou, et la « psychose du commandement » actuel, « avec des généraux amoindris par la peur et la servilité » (p. 104).

Le titre de cet essai est extrait de la fin d’un article du 25 novembre 1939 : « Ce n’est pas la girouette, chacun le sait, qui tourne, et parfois vite, c’est le vent. N’importe. Les poignées de mains échangées par le chef génial et « solaire » – textuel – avec M. Von Ribbentrop provoquent dans les bibliothèques, l’enseignement, les consciences serviles, les ouvrages les plus sûrs, des remaniements qui ne sont pas près de finir. Et 170 millions de citoyens, réduits à cette seule pâture intellectuelle, chaque année remaniée à la suite des exécutions et des tournants imprévus de la tyrannie, sont mis ainsi de force à l’école du cynisme le plus outrageant » (p. 82).

Si les textes rassemblés ici, vu leur destination et leur caractère de circonstance, n’ont pas la même puissance que d’autres essais de l’auteur, ils situent néanmoins sa réflexion à un moment crucial. On découvrira avec plaisir, par ailleurs, les dessins de Vlady (celui de la couverture notamment), le fils de Victor Serge, dont plusieurs portraits de son père, qui rythment les divers articles.

1Les éditions Nada ont par ailleurs récemment édité un autre inédit de Victor Serge : Essai critique sur Nietzsche. Voir https://www.nada-editions.fr/?product=essai-critique-sur-nietzsche#tab-description.

Sofia Tchouikina, Les Gens d’autrefois. La noblesse russe dans la société soviétique, Paris, Belin, collection « Contemporaines », préface de Nicolas Werth, 2017 (2006 pour l’édition originale), 336 pages, 23,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le travail mené par Sofia Tchouikina, historienne russe désormais maître de conférences à Paris VIII, présente un intérêt certain, tant, dans le cadre des événements révolutionnaires russes d’il y a un siècle, la noblesse paraissait soit être unilatéralement passée dans le camp des Blancs, soit avoir disparu corps et biens. Le terme soviétique de byvchie, justement, peut signifier « gens d’autrefois » ou « ci-devant », pour reprendre la tradition de la Révolution française. Précisons toutefois que l’étude de Sofia Tchouikina ne porte que sur une fraction de cette noblesse, celle qui habita Saint-Pétersbourg / Petrograd / Leningrad. Mettant à profit une bibliographie internationale et certaines archives écrites, la chercheuse a surtout axé son approche sur une série d’entretiens qu’elle mena à la fin du XXe siècle avec des survivants ou des descendants de cette aristocratie, symbole d’un monde définitivement perdu.

L’ouvrage débute par un utile rappel du statut de cette noblesse dans la Russie tsariste, insistant sur sa profonde stratification, entre les familles les plus anciennes, représentant environ un quart de l’ensemble, et les nobles d’acquisition plus récente, depuis Pierre le Grand et la création d’une noblesse de service. Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la noblesse fut contrainte de se reconvertir suite à la suppression du servage par Alexandre II. C’est ainsi que certains représentants de cette catégorie sociale, intégrant des professions plus modernes, développèrent une sensibilité plus à gauche, tandis que des femmes de la petite et moyenne noblesse, contraintes de travailler, connurent une émancipation relative. Mais l’élément décisif, pour comprendre la haine ouverte que l’aristocratie suscita à partir de 1917, fut le maintien de sa domination sur les élites politiques et administratives.

La révolution de février ne s’attaqua d’ailleurs pas à la plupart de ses postes et statuts, la laissant s’organiser pour la défense de ses biens et le rétablissement de l’ordre. C’est donc à compter de la révolution d’octobre que les expropriations se multiplièrent, tout comme la discrimination et la stigmatisation à l’égard de cette couche sociale. Les choix des nobles furent pourtant diversifiés. L’exil, le plus connu, concerna surtout la haute noblesse, la plus fortunée (et la plus touchée par les morts et les disparitions durant la guerre civile et ensuite). Beaucoup d’autres familles préférèrent rester en Russie, par attachement à leur pays ou espoir de poursuivre une carrière. Un des exemples les plus intéressants est celui d’Ipatiev, membre de l’Académie des sciences, qui justifia son ralliement aux bolcheviques par leur action contre le chaos, et assimila la situation des scientifiques sous leur autorité à celle des mêmes scientifiques sous le tsarisme, obligés de manière identique à garder pour eux leurs critiques. (il fuit l’URSS seulement à partir du Grand Tournant stalinien, voyant les ingénieurs et autres spécialistes commencer à être atteint directement dans leur vie).

L’auteure parle d’ailleurs d’« apathie » pour désigner ce qui correspond nettement plus à une forme d’adaptation résignée. L’intégration de ces nobles passa alors par l’Armée rouge, un statut de spécialiste, ou la réutilisation de certaines de leurs compétences antérieures, en langues étrangères ou dans les connaissances administratives, avec la nécessité parfois de changer à plusieurs reprises de poste. Un des cas les plus singuliers est celui de Zvorykine, devenu chasseur de loups professionnel (il pratiquait la chasse comme loisir). Enfin, certains aristocrates choisirent plutôt le « travail au noir », donnant des cours et bénéficiant du soutien de leurs colocataires en appartements communautaires, eux aussi bénéficiaires de ces puits de connaissances. Les difficultés étaient en effet nombreuses pour ces anciens nobles, interdits d’université, et contraints de contourner cette voie d’assimilation professionnelle en suivant des cours d’État, en s’inscrivant à d’autres écoles ou tout simplement en devenant ouvrier. A cet égard, ce sont surtout les générations nées dans les années 1910 qui connurent la réussite, en particulier dans les domaines de l’enseignement et de la recherche (sciences humaines et naturelles, surtout) ou les arts du spectacle.

Sofia Tchouikina consacre également un chapitre entier à l’attitude de la presse vis-à-vis de la noblesse, passée de la critique et de la satire à une forme d’acceptation pragmatique, avant l’expression d’une véritable volonté d’épuration à compter de 19291. Le terme d’intelligentsia connut progressivement un dédoublement, entre la vieille intelligentsia, dont faisaient justement partie les nobles, et la nouvelle intelligentsia, celle engendrée par le système soviétique. L’auteure frise d’ailleurs le hors-sujet en consacrant de larges développements à cette dernière, parfois accusée de souffrir d’un déficit culturel, sans aucun lien avec la noblesse (on aurait davantage imaginé de telles explications dans un article séparé). Plus intéressant, cette « vieille intelligentsia » finit par se percevoir, après la Seconde Guerre mondiale, comme la « vraie intelligentsia », manifestant par là un sentiment de cohésion durable, mais qui n’évolua généralement pas vers la dissidence politique, par goût intégré de la discrétion. Sofia Tchouikina montre bien, en effet, que ces familles, dans leurs générations les plus anciennes, firent tout pour maintenir une éducation spécifique pour leur progéniture (cours à domicile, soirées de divertissement organisées entre elles), engendrant par là une réelle difficulté à « (…) concilier le noble et le Soviétique (…) » (p. 214).

L’acculturation fut en effet une réussite pour certains descendants de familles nobles. Ainsi de Boris Mikhaïlov, exemple type d’une ascension sociale réussie par le travail, qui intégra le Parti dans les années 1950, en dépit de ses origines : il demeura attaché à la fois aux sociabilités nobles transmises par sa famille, et à l’idéal communiste, au-delà même de la chute de l’URSS. D’autres aristocrates saluent, dans leurs témoignages, les progrès de l’égalité permis par l’action des bolcheviques, la fin des discriminations touchant les Juifs, ou s’opposèrent à la mise sous tutelle par le biais d’un mariage respectant les anciens codes de l’aristocratie. La mémoire familiale, justement, transmise surtout par les femmes (les hommes furent davantage touchés par la mortalité), parfois rejetée en bloc, fut le plus souvent acceptée mais sélectionnée, la transmission se révélant plus réussie lorsque les familles eurent réussi leur intégration à la société soviétique (évitant d’opposer les générations entre elles). Plus étonnant, certains nobles utilisèrent leur passé familial pour contourner la répression, ainsi de familles comprenant des décembristes dans leurs ancêtres, valorisés par les bolcheviques…

On l’aura compris, Les Gens d’autrefois est un livre qui comprend nombre de réflexions et de données utiles, malgré la maîtrise imparfaite de l’histoire politique par l’auteure2, et bien qu’appuyées sur un corpus restreint, qu’il s’agirait d’étendre à l’ensemble de l’ancien empire russe.

1On retrouve cette césure pour l’école, l’égalité entre enfants d’origines différentes étant semble-t-il une réalité jusqu’à 1929.

2La terreur rouge est présentée à un moment comme suivant la dissolution de la Constituante, tandis que les enjeux du développement économique dans la Russie soviétique des années 1920 sont exposés avec une simplification outrancière (p. 104).

Paul Roussenq, Le Beau voyage, Saint-Dié-des-Vosges, Les éditions de la Pigne, préface de Jean-Marc Delpech, 2018, 125 pages, 8 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Paul Roussenq est une figure de l’anarchisme surtout connue pour son expérience du bagne (voir par exemple L’Enfer du bagne chez Libertalia). Né en 1885, il a très tôt goûté à la prison. Durant son service militaire, sa révolte à l’égard de ses supérieurs et de la discipline le conduit dans les bataillons disciplinaires, avant d’être condamné à vingt ans de bagne en Guyane. Loin de rentrer dans le rang, il conteste encore et encore l’autorité, subissant plus de 4 000 jours de cachot ! L’insoumission faite homme. Finalement libéré, il est contraint de demeurer sur place, vivant de son activité d’écrivain public. Ce n’est qu’au début des années 1930 qu’à l’occasion d’une procédure d’amnistie générale, il rentre en métropole. L’action en sa faveur du Secours rouge international (SRI) l’amene à participer à toute une série de meetings organisés par le PCF, et à voyager en URSS au cours de l’année 1933, d’août à novembre.

L’Humanité, 31 décembre 1932, en Une.

A son issue, il rédige un récit, édité en 1935 par le Parti, dans lequel il avait été invité à valider un certain nombre de suppressions. La présente édition, richement présentée par Jean-Marc Delpech, propose donc le texte intégral de cette brochure, complété par les notes publiées peu de temps après dans Terre libre, publication anarchiste, qui livraient ses considérations les plus critiques, celles-là même qui avaient été censurées. La lecture de A l’ombre du drapeau rouge donne à plusieurs reprises l’impression de lire un texte réécrit aux couleurs de la propagande la plus éhontée. Outre la préface de Marcel Cachin et une conclusion lourdement apologétique, on note des considérations dithyrambiques sur Lénine (« (…) puissant génie (…) réalisateur sublime (…) apôtre de génie (…) », p. 34), Dzerjinski (« (…) grand apôtre de la régénération de l’enfance abandonnée (…) l’un des plus grands bienfaiteurs de l’humanité. », p. 75), et des remarques attendues sur les ouvriers, vrais privilégiés du régime.

Des notations sur diverses étapes d’un voyage axé sur les réalisations du « socialisme » (usines, kolkhoze prospère, le tout nourri d’un grand nombre de chiffres) et menant le groupe de Moscou à Léningrad, en passant par la Volga, Stalingrad et l’Ukraine, témoignent de davantage d’authenticité : la visite d’une prison de Moscou ou d’une usine à Gorki se concluent à la fois par des constations positives et des propositions d’amélioration concernant la qualité de la nourriture ou celle des logements ouvriers, par exemple. Cette dimension est bien sûr plus largement évoquée dans Terre libre. Sont alors soulignés la privation de liberté, la forte présence de la police politique, le niveau de vie médiocre, la bureaucratie parasitaire et privilégiée, ou encore la fouille des ouvriers au sortir des usines pour éviter les vols. Aux yeux de Paul Roussenq, l’URSS qu’il visite « s’embourgeoise » (p. 118), ce qui ne l’empêche pas de s’enthousiasmer pour une jeunesse pleine de dynamisme, ou pour ces conquêtes que sont la place essentielle accordée aux enfants, la fin de l’analphabétisme ou celle de la religion. Ce témoignage de Paul Roussenq prouve donc que l’on pouvait être anarchiste et porter un regard nuancé sur la réalité de l’URSS de Staline. L’homme subira encore l’emprisonnement dans des camps au cours de la Seconde Guerre mondiale, avant de mettre fin à ses jours à Bayonne, en 1949, comme un ultime pied-de-nez adressé à la société bourgeoise…

Viktoriya et Patrice Lajoye, Etoiles rouges. La littérature de science-fiction soviétique, Paris, Piranha, collection « Incertain futur », 2017, 320 pages, 26,50 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Depuis de nombreuses années, Viktoriya et Patrice Lajoye [1] déploient de vastes efforts visant à (mieux) faire connaître au public français la richesse de la science-fiction russe et soviétique : publication d’analyses critiques, réalisation d’anthologies (Dimension URSS, Dimension Russie), édition de nouvelles ou de romans, en particulier à travers leur petite structure éditoriale, Lingva. Il était donc logique qu’ils proposent un jour un panorama de ce patrimoine méconnu, en même temps qu’un guide de lecture, d’autant que depuis la fin des années 1970, avec les travaux de Leonid Heller et Jacqueline Lahana, aucune publication universitaire ne s’était penchée sur ce continent englouti.

Après une première apparition chez plusieurs auteurs dans la première moitié du XIXe siècle, la proto science-fiction se développe surtout dans l’empire russe à la fin de ce même siècle, stimulée par la traduction des romans de Jules Verne et la modernité technologique s’engouffrant dans le pays. Le terme utilisé alors pour la désigner, « fantastique scientifique », se rapproche de ce merveilleux scientifique théorisé au début du XXe siècle par Maurice Renard [2]. Les thématiques privilégiées sont l’utopie et la dystopie, le voyage spatial et même l’émancipation féminine. Passées les années incandescentes que furent celles de la Première guerre, des révolutions de 1917 et de la guerre civile, le genre connut une forme de renouveau sous la NEP, combinant vulgarisation scientifique (La Plutonie de Vladimir Obroutchev sur la préhistoire), utopie (Le Monde à venir de Iakov Okounev) ou satire. Parmi les classiques qui se sont imposés, Aelita d’Alexis Tolstoï [3] et Le Pain éternel d’Alexandre Beliaev, autour d’un aliment miracle généré par la science. Mais la phase stalinienne de l’histoire soviétique fait passer la science-fiction sous les fourches caudines d’un utilitarisme fortement didactique, une science-fiction d’ingénieurs, appauvrissement littéraire qui voit tout de même l’éclosion d’un chef d’œuvre (Les Aventures extraordinaires de Karik et Valia, de Ian Larri en 1937, plongée captivante dans le microcosme) et les débuts d’un auteur majeur, Ivan Efremov.

C’est en effet avec son roman La Nébuleuse d’Andromède [4] en 1957 que la science-fiction soviétique débute son véritable âge d’or, certains tirages atteignant 100 000 exemplaires, et un réel engouement se développant dans la société. L’exploration spatiale s’épanouit alors à travers les textes, mais également les rencontres avec des extra-terrestres, la confrontation avec l’intelligence artificielle ; cette science-fiction nationale se caractérise souvent par une poésie volontiers mélancolique, mais également un manque d’épaisseur psychologique de ses personnages. La Ballade des étoiles, de Guenrikh Altov et Valentina Jouravleva, autour d’un sculpteur trouvant son inspiration dans le contact avec une autre civilisation planétaire ; la trilogie Des Gens comme des dieux, de Sergueï Snegov, space opera d’envergure reflétant l’idée de coexistence pacifique ; Découverte de soi-même, Vladimir Svatchenko, réflexion poussée sur tout ce que peut entraîner la création d’intelligences artificielles ; L’Âme du monde, de Mikhail Emtsev et Eremeï Parnov, et ses visions d’expériences scientifiques parfois surréalistes, sont quelques-uns des nombreux titres marquants de cette période, courant de 1957 à la fin des années 1960. Un chapitre est spécifiquement consacré à ceux qui apparaissent comme les sommets de la science-fiction soviétique, les frères Strougatski. Après des débuts littéraires respectueux d’une science-fiction orthodoxe politiquement, portant l’essentiel de sa critique sur la petite bourgeoisie, se succédèrent des chefs d’œuvres comme Il est difficile d’être un dieu [5], L’Escargot sur la pente ou L’Île habitée. Ils se heurtèrent néanmoins à certaines difficultés de publication, et ils ne furent pas les seuls : Andreï Siniavski, auteur de Lioubomov, eut à faire face à des difficultés judiciaires, tout comme son ami Youli Daniel.

Les procès qu’ils subissent au milieu des années 1960 marquent les limites de l’âge d’or. Des débats internes au milieu opposèrent d’ailleurs les « physiciens » menés par Alexandre Kazantsev, partisans d’une science-fiction traditionnelle et utilitaire, et les « lyriques », avec Efremov ou les Strougatski, partisans d’un genre plus audacieux, plus littéraire finalement. Les premiers dominèrent les canaux de publication à compter des années 1970, témoignant d’une dévitalisation du genre, une autre stagnation que celle du système socio-économique. Cela n’empêche pas certaines publications de se distinguer. Outre les romans des frères Strougatski, le célèbre Stalker [6], mais également Le Scarabé dans la fourmilière, synthèse et climax de leur cycle de « L’univers du midi », ou La Ville maudite, inédit en français, on peut citer Une Journée plus longue qu’un siècle de l’auteur kirghize Tchinguiz Aïtmatov, ode à l’ouverture aux autres cultures, ou Le Sommeil paradoxal de Zinovi Iourev. Kir Boulytchev pour les années 1970, et Vladislav Krapivine pour les années 1980, sont les auteurs ayant réussi malgré tout à s’imposer par la qualité de leur production. Il faut dire que certains ateliers d’écriture eurent une portée considérable, ainsi de celui de 1982 à Maleevka, véritable pépinière pour la génération d’auteurs russes actuels. Les publications des années 80 eurent d’ailleurs souvent tendance à être marquées par une certaine noirceur (La Brèche de Vladimir Makanine, transposition d’une URSS en déclin), le fantastique connaissant également un net regain.

Certes, cette étude affiche un certain nombre de limites : trop rares données sur les tirages, absence des dates de naissance et de mort de tous les auteurs cités, de mise en perspective avec les autres science-fiction (de l’ex-bloc de l’Est en particulier) ou avec le cinéma, et une conclusion insistant sur le déclin de la science-fiction en Russie depuis 1991 malgré de très belles réussites (toutes non traduites) que l’on ne peut trouver que trop brève… Mais ce panorama s’impose indéniablement comme une référence incontournable, le seul regret étant que bon nombre des œuvres citées ne soient toujours pas traduites.

[1]    Notre blog de Dissidences avait publié en 2014 un entretien avec eux, à l’occasion de la publication d’une série de billets consacrés justement à la science-fiction soviétique, sous le titre « La science-fiction soviétique, une archéologie éclatée ». Voir : http://dissidences.hypotheses.org/4908

[2]    Sur ce sujet, je me permets de renvoyer à l’ouvrage que j’ai dirigé, Dimension Merveilleux scientifique, Encino, Black Coat Press, collection « Rivière blanche », série Fusée, 2015.

[3]    Voir notre analyse sur ce même blog : http://dissidences.hypotheses.org/4798

[4]    Voir notre analyse sur ce même blog : http://dissidences.hypotheses.org/4826 Viktoriya et Patrice Lajoye sont par contre bien trop allusifs sur L’Heure du taureau, autre roman phare de l’auteur (http://dissidences.hypotheses.org/4877).

[5]    Une des clefs de lecture proposées sur ce roman, à savoir la mise en cause de Trotsky, nous semble par contre très fragile, ce dernier n’étant pas, parmi les bolcheviques, celui qui s’est particulièrement distingué dans la répression des autres courants révolutionnaires, politique globale du Parti au pouvoir.

[6]    Voir notre analyse sur ce même blog : http://dissidences.hypotheses.org/4897

Michael Jabara Carley, Une Guerre sourde. L’émergence de l’Union soviétique et les puissances occidentales (Silent Conflict), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, collection « PUM », traduit de l’anglais (Canada) par Michel Buttiens avec la collaboration de Marie-José Raymond, 2016, 594 pages, 40 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un vaste sujet que l’historien canadien Michael Jabara Carley [1] a choisi de prendre à bras le corps, celui de la politique étrangère du jeune État soviétique, de ses années de gestation au tournant impulsé par Staline à l’aube des années 1930. Ce travail de longue haleine, débuté en collaboration avec un collègue (depuis touché par la maladie de Huntington), présente l’immense mérite de s’appuyer sur des sources extrêmement riches, archives diplomatiques de l’ex-URSS, mais aussi d’Allemagne, de France ou du Royaume-Uni. Michael Carley insiste également sur les erreurs commises par certains de ses prédécesseurs, n’ayant pu avoir accès à ces ressources importantes (E.H. Carr, Louis Fisher ou Adam Ulam), et rejette tout parti pris pro-occidental et anticommuniste. Le plan adopté est classiquement chronologique, à ceci près que plusieurs chapitres sont plus spécifiquement consacrés aux relations avec un pays ou à la situation dans un autre ; des portraits des principales personnalités étudiées sont également intégrés.

Le début de l’exposé pêche cependant par un certain nombre d’erreurs, que l’on hésite à attribuer à la traduction. Il en est ainsi de l’histoire du mouvement socialiste russe (une social-démocratie déjà présente dans les années 1880 ? [2]), de la révolution allemande (qui débute avant le 11 novembre 1918, et pas après), ou de certains termes utilisés (premier ministre au lieu de président du conseil pour la France, assemblée au lieu de Congrès pour la Comintern) ; on peut également regretter l’absence de certains ouvrages dans la bibliographie (ceux de Georges Vidal sur l’armée française et la Russie soviétique, par exemple). Mais ces faiblesses apparaissent bien vénielles à l’échelle de l’étude dans son ensemble. D’emblée, ce que souligne l’auteur, c’est l’hostilité des puissances occidentales vis-à-vis des bolcheviques, conduisant à l’instauration quasi immédiate d’un blocus. Aux États-Unis, le secrétaire d’État Lansing va jusqu’à déclarer que « L’esprit des bolcheviks rôde partout (…) C’est la chose la plus hideuse et la plus monstrueuse qui ait été conçue par l’être humain (…) un monstre cherchant à dévorer la société civilisée et à réduire le monde à l’état de bête sauvage » (p. 56). Ces développements sont d’ailleurs l’occasion de rappeler que le président Wilson ne se distingue pas de ce jugement caricatural, lui qui défend le ségrégationnisme aux États-Unis. Si la période de la guerre civile, pourtant fondamentale pour comprendre le devenir de la société soviétique, est traitée un peu trop rapidement, c’est sur la décennie 1920 que Michael Carley s’appesantit davantage. Avec Tchitcherine comme Commissaire du peuple aux affaires étrangères, la Russie soviétique cherche avant tout une reprise des relations commerciales, se heurtant à une méfiance généralisée à son égard. Même lors de la conférence de Gênes, en 1922, alors qu’un certain rapprochement se fait jour avec le Royaume-Uni (grâce au pragmatisme du premier ministre Lloyd George) et l’Allemagne (avec qui le traité de Rapallo est signé), une tension insoluble demeure sur deux points clefs : la question de la reconnaissance des dettes antérieures à octobre 1917, et celle de la restitution des biens nationalisés. L’intransigeance, selon l’auteur, est surtout occidentale [3], les bolcheviques étant prêts à négocier sur le premier point.

Les années 1922-1923 sont celles d’un espoir de rapprochement avec la France, d’autant que l’URSS paye grassement des journaux français, tel Le Temps, afin de préparer le terrain public à cette évolution. Parallèlement, la question allemande fait apparaître une ligne de faille durable, fondatrice même, au sein du nouveau régime : tandis que la direction du Parti, et Trotsky en particulier, souhaitent aider par tous les moyens les communistes allemands dans l’optique d’une offensive révolutionnaire [4], Tchitcherine et Litvinov, son bras droit, s’y opposent ; c’est l’internationalisme, celui de la Comintern, qui se heurte ici à l’intérêt prioritaire de la Russie des soviets. C’est justement sur cette question de la propagande révolutionnaire que s’appuient les gouvernements britanniques comme étatsuniens pour justifier de leur intransigeance, rêvant en secret d’un retour du capitalisme en Russie. Début 1924, la reconnaissance diplomatique par le Royaume-Uni devient enfin réalité, mais le projet de traité caressé dans sa continuité avorte en raison de la campagne électorale marquant la victoire des conservateurs, non sans s’appuyer sur la (fausse) lettre de Zinoviev. Le cas britannique est régulièrement illustré par des reproductions du caricaturiste David Low, attaché à dégonfler le pseudo péril rouge ; tout juste peut-on regretter qu’il soit le seul dessinateur étudié dans l’ouvrage. La situation française est assez proche, les efforts d’Édouard Herriot, président du conseil durant le Cartel des gauches, visant à une normalisation des relations avec l’URSS n’étant partagés ni par le Quai d’Orsay (qui mise plutôt sur l’alliance avec le Royaume-Uni et la Pologne), ni par la droite (Poincaré finissant par faire s’enliser les quelques avancées obtenues).

Le tableau recomposé par Michael Carley, non sans détails parfois fastidieux des tractations et diverses discussions restituées par les déclarations internes des uns et des autres, dévoile la duplicité et les atermoiements des Occidentaux, face à Tchitcherine et Litvinov, prudents et souvent conciliants. Même le projet de remboursement des dettes russes, proposé par Krassine (premier ambassadeur soviétique à Paris dès 1924) à Briand, sur une base de 10 centimes pour 1 franc, ne se concrétise pas. Quant à la relation avec l’Allemagne, a priori garantie par les accords de Rapallo, elle est loin d’être sans histoire. Ainsi, en 1925, par exemple, « l’aveugle et le boiteux » (lire l’URSS et l’Allemagne) nourrissent des inquiétudes réciproques, l’URSS craignant un rapprochement avec le Royaume-Uni dans le prolongement de l’entrée allemande à la Société des Nations, et l’Allemagne une relation plus étroite de l’URSS et de la France, la question polonaise se posant en embuscade ; un pacte de neutralité sera néanmoins signé en 1926 entre les deux pays. Le tiraillement entre internationalisme et nationalisme est réactivé comme jamais avec les événements chinois, à compter de 1925. L’ébullition révolutionnaire est attribuée par le Foreign Office à l’action des Soviétiques, dans une vision éminemment policière des événements, aboutissant finalement à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Sans surprise, Tchitcherine et Litvinov appelaient dans ce contexte à un surcroît de prudence quant à l’intervention en Chine, afin de ne pas provoquer le Royaume-Uni.

Cette décennie, au cours de laquelle États-Unis, France et Royaume-Uni poursuivent une « guerre sourde » contre la Russie soviétique, verrou politique que ne purent faire sauter les quelques efforts de lobbying émanant de certains milieux d’affaire, fut un élément important, selon l’auteur, poussant Staline vers le « Grand Tournant » de 1929 (collectivisation forcée et plans quinquennaux d’industrialisation), du fait de l’absence de crédits et d’emprunts occidentaux qui auraient aidé à développer l’économie. Toutefois, cette lecture strictement diplomatique de l’histoire occulte la vision du monde très anti-rurale (archaïsme, arriération) de la majorité des bolcheviques, opposants à Staline y compris. Ces années-là furent également marquées par une politique étrangère cohérente, visant à l’amélioration des relations inter-étatiques pouvant déboucher sur des conséquences économiques positives.

La fin de la période étudiée, qui se clôt par le passage de relais entre Tchitcherine (malade) et Litvinov, est l’occasion pour le premier de rédiger un texte « testament », dans lequel il souligne la mentalité trop souvent impérialiste des Russes dans leurs relations en Mandchourie ou en Perse, critique la Comintern ainsi que le GPU, trop enclin selon lui à arrêter des ressortissants étrangers, obstacles à ses yeux de toute stabilisation diplomatique avantageuse pour l’URSS. Une vision de real politik que semble clairement partager Michael Carley, ce qui est sans doute une des rares limites d’une étude aussi fouillée qu’agréable à lire.

[1]    Michael Jabara Carley est professeur-titulaire au Département d’histoire de l’Université de Montréal.

[2]    Rappelons que les premières organisations social-démocrates ne naissent en Russie que dans les années 1893-95.

[3]    Il rappelle d’ailleurs que l’or de Brest-Litovsk, confisqué par l’Allemagne, se vit ensuite partagé entre la France et le Royaume-Uni, sans qu’il ne soit question de le rendre à la Russie, propriétaire originel…

[4]    Voir l’ouvrage de Chris Harman, La Révolution allemande, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6870

Stephen F. Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik (Bukharin and the Bolchevik Revolution. A Political Biography, 1888-1938), Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste », 1979 (édition originale 1973), 504 pages, 25 €.

Un compte-rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

C’est un document d’importance que François Maspero et Georges Haupt, responsable de la collection « Bibliothèque socialiste », décidèrent de publier à la toute fin des années 1970. La thèse de l’universitaire étatsunien Stephen F. Cohen consacrée à Nicolas Boukharine est en effet encore à ce jour, trente-huit ans après sa publication, le seul ouvrage en français spécifiquement dédié à l’une des figures centrales les plus marquantes de la révolution bolchevique [1]. Solidement adossée aux textes disponibles à l’époque, la biographie de Stephen Cohen est avant tout consacrée à l’étude des écrits théoriques de Nicolas Boukharine, ainsi qu’à une interprétation de la révolution russe et de son devenir, au détriment (partiel) de sa vaste production journalistique et de sa vie affective et amicale, moins strictement politique, dirons-nous.

Les débuts de la vie de Nicolas Boukharine permettent à son biographe de souligner son caractère d’intellectuel indépendant, « touche à tout » et adepte de la diversité théorique, ce qui ferait de lui le plus ouvert des bolcheviques. C’est dans le feu de la révolution de 1905 qu’il adhère au Parti, développant ce qui sera longtemps sa base militante, le secteur moscovite, avant de se retrouver en exil. L’approche de Stephen Cohen insiste par ailleurs sur l’existence d’un « boukharinisme », comme il existe un trotskysme, une idéologie à part entière édifiée à partir de la matrice de la Première Guerre mondiale. Cette période est en effet marquée par des désaccords profonds avec Lénine (sur la question nationale et la revendication d’autodétermination), et par l’écriture d’une première œuvre d’importance, L’Économie mondiale et l’Impérialisme, ouvrage qui influencera en partie le même Lénine pour L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme. Nicolas Boukharine y analyse l’évolution du système capitaliste, générant un capitalisme d’État de plus en puissant et omnipotent, « nouveau Leviathan », où  Stephen Cohen y voit à la fois l’influence du Talon de fer de Jack London et une prescience du totalitarisme. D’où l’existence d’un pessimisme privé, tant Boukharine aurait craint que l’État post-capitaliste, sans avoir été détruit de fond en comble (Boukharine appréciera énormément L’État et la révolution) ne suive une évolution similaire. Dans cette vision, la révolution ne peut résulter que de la confrontation des États entre eux, de l’impérialisme, donc.

En 1917, Boukharine retrouve son implantation moscovite, et c’est là que l’opposition des communistes de gauche, massive et plus marquée dans la jeunesse du Parti, trouve un de ses bastions majeurs au début 1918. Stephen Cohen s’efforce à ce sujet de comprendre les positions de Boukharine lors des débats intenses à propos du traité de Brest-Litovsk. Loin d’une vision téméraire voire suicidaire de la guerre révolutionnaire, il insiste sur sa croyance en l’imminence mais surtout en la nécessité d’une révolution européenne [2] – « le prolétariat russe ne peut pas triompher (…) sans le soutien du prolétariat européen » (p. 77), son seul véritable allié – et sur sa proposition de lancer une véritable guérilla paysanne, sous direction du prolétariat. En effet, « quand ils verront qu’on veut leur prendre leurs bottes, leurs terres ou leurs grains » (p. 93), les paysans se soulèveront, motivés par la défense de « leurs nouveaux acquis » (idem). De même, refusant de jouer d’un impérialisme contre un autre, les communistes de gauche – et Boukharine en particulier – perçoivent l’impérialisme comme un tout. Enfin, dernier élément important de l’opposition du Boukharine d’alors à Lénine, il refuse la mise en place d’un capitalisme d’État au cours du deuxième trimestre de 1918. Dans le contexte de la guerre civile, Boukharine revient aux responsabilités, occupant pendant une décennie le poste de directeur de la Pravda, en même temps qu’il endosse des fonctions de premier plan dans la propagande et la IIIe Internationale. Là encore, à la charnière des années 1910 et 1920, son œuvre théorique est considérable. Il rédige ainsi, outre L’ABC du communisme, plus vulgarisateur, avec Preobrajensky, L’Économique de la période de transition et La Théorie du matérialisme historique. Dans le premier, il s’efforce de théoriser le communisme de guerre, associant révolution et recul des forces productives, là où sur le plan pratique, il joue le rôle d’un médiateur (dans la discussion houleuse sur les syndicats) voire de modérateur vis-à-vis de la violence ; la lutte des classes est d’ailleurs négligée dans ce premier livre, Boukharine ne croyant pas à son intensification au fur et à mesure de l’avancée vers le socialisme. Quant à La Théorie du matérialisme historique, il s’y efforce de mettre à profit les acquis de la sociologie de son temps, insistant en particulier sur l’idée d’équilibre, que chaque système social s’efforce d’atteindre pour un temps plus ou moins long.

On a là le soubassement des positions qui seront celles de Boukharine au cours des années 1920, favorables à la paix civile et à une relative entente entre les classes, ce qui constitue un revirement par rapport à ses positions affichées en 1918. Stephen Cohen analyse en effet les divergences croissantes au sein du Parti bolchevique à l’aune de deux courants bien distincts, celui de l’héroïsme ou du romantisme révolutionnaire – dont Trotsky et l’Oppsition de gauche représentent la figure prédominante, mais pas seulement – qui « s’enracine dans l’audace de 1917 et dans les combats de la guerre civile. » (p. 163), mais qui se réclame aussi, économiquement, de la planification, et celui d’un réformisme, d’un pragmatisme plus prudent, incarné dans le traité de Brest-Litovsk, la NEP et dans la politique de Lénine. En quelques années, le radicalisme « gauchiste » de Boukharine s’est véritablement estompé, au point de voir s’éloigner de lui des militants comme Osinsky ou Smirnov [3]. Stephen Cohen considère, lui, que Boukharine, dans les positions qu’il a défendues après la mort de Lénine, s’est révélé fidèle à son héritage, à l’esprit de sa politique : celui d’un « socialisme coopératif », possible à édifier en un seul pays, et basé sur l’alliance entre le prolétariat et la paysannerie, la smytchka. Paysannerie à laquelle il fait également une place déterminante à l’échelle internationale, dans son analyse de la révolution mondiale. Ce fameux « socialisme à pas de tortue », « programme évolutif, modéré et à long terme » (p. 302), est basé sur la paysannerie, principalement moyenne, et un travail plus pédagogique qu’autoritaire envers cette dernière, capable d’évoluer, mais sans qu’elle soit brusquée. Boukharine met également l’accent sur une économie mixte faisant une place croissante, mais là aussi prudemment, à l’idée de planification, tout en gardant un secteur privé, marchand. Même si Stephen Cohen a tendance à valoriser son personnage (il en fait un précurseur – partiel – d’un Milovan Djilas, un autre analyste de l’émergence d’une nouvelle classe exploiteuse extra-capitaliste), il ne dissimule pas les faiblesses ou les angles morts des analyses boukhariniennes, dont une sous-estimation du système bureaucratique, qui explique pour une bonne part la défaite de l’opposition de droite à la fin des années 20, ainsi que le fait de négliger la résurgence d’un héroïsme révolutionnaire sous la forme de l’assaut mené en 1929 contre la paysannerie, afin de collectiviser le monde rural et réaliser, enfin, « le programme d’octobre dans les campagnes. » (p. 164). Sur ce point, d’ailleurs, Stephen Cohen oppose explicitement les années 20 de la NEP, celles d’une vitalité et d’un libéralisme modéré, et la rupture stalinienne, « révolution par en haut » courant de 1929 à 1939, d’abord économique, puis politique avec les grandes purges. Le cours prôné par Boukharine aurait ainsi pu, selon lui, éviter le cauchemar du stalinisme, et on ne sera pas surpris de savoir que Stephen Cohen fut un soutien de Gorbatchev et de sa politique de réforme [4].

Sur les années 1930, celles de la marginalisation, le biographe montre que Boukharine, en plus d’exercer toujours des fonctions d’importance (rôle dans la direction politique de la recherche scientifique, responsable des Izvestia…), fut proche du groupe des « modérés » au sein des instances dirigeantes du Parti, avant la fin de la pause au milieu des années 1930 et l’assassinat de Kirov (que Cohen attribue explicitement à Staline). Le plus intéressant, à cet égard, outre des critiques masquées de Staline dans divers écrits ou interventions publiques, réside dans l’analyse du fascisme, que Boukharine voit comme un danger majeur avec lequel il n’est pas question de transiger ou de négocier ; à ses yeux, « La résistance au fascisme passe par une politique de « réformes » centrées autour de l’« élévation du niveau de vie » et de la « démocratisation ». (p. 438), afin de réunifier les masses, essentiellement paysannes, et le pouvoir.

Dans cet ouvrage majeur, l’ambition de son auteur, était de « repenser, à travers Boukharine la révolution bolchevique et la période où se forme la Russie soviétique. » (p. 10, introduction). Effectivement, restant au plus près des sources, l’auteur documente de manière précise et claire les grandes évolutions et les débats intenses qui ont traversé les organes du pouvoir. Nicolas Boukharine, en 1917-18, ne cesse de marteler que la Russie, profondément arriérée dans les immensités rurales, ne peut espérer s’en sortir que si, et seulement si le prolétariat mondial (européen en fait), en forçant lui aussi le cours de l’histoire, met l’énorme potentiel industriel de l’Europe au service de l’État soviétique. Pourtant, quelques années plus tard, il s’oppose violemment à l’offensive industrielle de Trotsky et Préobrajensky, entre autres, partisans d’un « transfert massif de plus-value de la paysannerie vers le secteur industriel d’État. » (p. 200), préférant « encourager l’accumulation paysanne privée », allant même jusqu’à proclamer en 1925, en direction des paysans, « enrichissez-vous, accumulez, développez votre économie. » (p. 212). Stephen F. Cohen nous met directement en contact avec le dilemme fondamental de la révolution bolchevique : à partir du moment où le prolétariat européen échoue à renverser ses gouvernants et où le régime soviétique se retrouve seul, emprisonné dans la cage de fer d’une « arriération semi-asiatique », « semi-barbare » (Lénine), en butte à l’hostilité féroce du monde paysan envers toute idée de modification de son mode de vie traditionnel (la Russie des « icônes et des cancrelats », selon l’expression de Trotsky) quelle était la solution ? Abandonner le pouvoir et se retirer sur une sorte de Mont Aventin ? Privilégier le pragmatisme, durer coûte que coûte au risque d’un renoncement à l’héroïsme révolutionnaire ? Nicolas Boukharine, comme tant d’autres, s’est retrouvé en quelque sorte pris dans les rets de ce dilemme.

[1]    Notons au passage que seuls six dirigeants bolcheviques ont fait l’objet de biographies scientifiques et documentées (nous ne comptabilisons pas ici les ouvrages partisans/militants ou les récits haineux), en français (langue originelle ou traduction), dont de très nombreuses pour Lénine, Trotsky et Staline. Sinon,, excepté cet ouvrage sur Boukharine, seuls Radek et Rakovsky ont eu droit à une étude historique chacun : Jean-François Fayet pour Karl Radek (1885-1939) : biographie politique (Berne, Peter Lang, 2004) et Pierre Broué pour son Rakovsky ou la Révolution dans tous les pays (Paris, Fayard, 1996). L’ouvrage d’Arkadi Vaksberg sur Alexandra Kollontaï (Paris, Fayard, 1996) manque, quant à lui, de sérieux.

[2]    Ce en quoi d’ailleurs il ne diffère guère de ses camarades, qui partagent tous le même espoir, quoique certains insistent sur l’imminence de l’explosion révolutionnaire, tandis que d’autres en diagnostiquent seulement les potentialités.

[3]    Nikolaï Osinsky (Obolensky), un des militants des communistes de gauche les plus radicaux, demandait dès 1917 la socialisation totale de la production (p. 96). Avec Vladimir Smirnov, Nikolaï Osinsky dirige en 1921 le groupe des Centralistes démocratiques ou « Décistes ».

[4]    « Boukharine, comme tous les bolcheviks, croyait que la transition vers le socialisme se ferait dans des modalités proches de celles de la N.E.P. La « révolution par en haut » (…) et tout ce que cela implique appartiennent au stalinisme, et non au bolchevisme ou au léninisme. » (p. 456).

Francis Spufford, Capital rouge. Un conte soviétique (Red Plenty), Paris, L’Aube, collection « Regards croisés », 2016 (2010 pour l’édition originale), 502 pages, 26 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un ouvrage relativement inclassable que le Britannique Francis Spufford a mis au point avec Capital rouge. Il s’agit en effet d’une œuvre de fiction sur l’URSS, mais une fiction profondément réaliste, se rapprochant en partie de la démarche de Philippe Videlier. Chacun des dix-huit chapitres s’intègre dans une des six parties, toutes introduites par un texte évoquant le contexte historique [1]. Mais les fondements scientifiques de la démarche sont beaucoup plus profonds, puisque tous ces textes, ainsi que les chapitres, bénéficient à la fin du livre d’explications approfondies sur telle ou telle formule, tel ou tel personnage, nombreuses références bibliographiques à l’appui [2]. L’auteur précise de la sorte ce qui relève de solides analyses historiennes, et ce qui tient de l’imagination, de la liberté de l’auteur.

Si la période chronologique ainsi couverte va de 1938 à 1970, l’essentiel de l’intrigue se concentre sur la décennie des années 1960, marquée en ses premières années par un taux de croissance conséquent. Et si Francis Spufford en fait la « préhistoire de la perestroïka », on peut surtout y voir l’épanouissement d’une époque propice à tous les espoirs, un de ces embranchements historiques où tout était encore possible, et où l’Union soviétique n’était pas engagée sans retour vers sa chute finale. Les personnages mis en scène expriment ainsi des envies d’ascension sociale, profitent d’une liberté artistique accrue (même si encore corsetée, ainsi que l’exprime un auteur à succès [3]), permettent de découvrir l’accouchement en URSS [4], ou s’inscrivent dans une véritable émulation scientifique à Akademgorodok, ville nouvelle de Sibérie et pépinière de chercheurs. Une des figures authentiques décrites par Francis Spufford est d’ailleurs Leonid Kantorovitch, mathématicien émérite, défenseur de la cybernétique et de la transdisciplinarité.

Car s’il y a bien un thème qui traverse Capital rouge, c’est le fonctionnement de l’économie planifiée. Khrouchtchev, dont la visite aux États-Unis fait l’objet d’un des premiers chapitres, rêve de voir l’URSS dépasser la superpuissance rivale, promettant l’abondance enfin réalisée pour 1980. Dans cette optique, les discussions sur les moyens d’améliorer l’efficience de la planification sont nombreuses, tournant principalement autour de la question des prix. Le processus pratique d’élaboration du plan est d’ailleurs abordé dans plusieurs chapitres, insistant sur ses dysfonctionnements, ses lourdeurs bureaucratiques, nécessitant une fluidification par des personnages prenant des libertés avec la légalité (le tolkatch, dont un exemple est mis en scène). Mais les réformes adoptées au mitan des années 60 par Kossyguine, lui aussi personnage du livre, restent au milieu du gué, refusant d’adopter une détermination plus rationnelle des prix pour en rester à un arbitrage de nature politique.

Cette défaite d’un « New Deal » économique s’accompagne également, à la fin de la décennie, du choix fait d’adopter, sur le plan informatique, le modèle IBM, abandonnant le système soviétique jusqu’alors en vigueur : c’est là, selon Francis Spufford, une autre erreur ayant conduit à un décalage aboutissant à creuser l’écart avec les États-Unis. Cette succession de rendez-vous manqués connaît une forme d’acmé symbolique dans les chapitres décrivant les lendemains de l’éviction de Khrouchtchev, rendant plus difficile l’acceptation des épisodes sanglants du passé, dont la répression du mouvement de manifestations de Novotcherkassk, en 1962, objet d’un des chapitres. Dès lors, le système demeure bloqué, d’autant que l’augmentation des prix du pétrole dans les années 1970 procure au pays une manne financière peu propice à encourager les réformes de fond [5].

S’il y a un élément dont on peut regretter qu’il ne soit pas exploré, c’est la dimension internationale, tout le livre se déroulant exclusivement (à l’exception du chapitre sur le voyage de Khrouchtchev) en URSS même. Capital rouge est ainsi un excellent ouvrage, un moyen original d’aborder l’histoire soviétique des années 1960, période charnière s’il en est, et d’aller au-delà d’une vision totalitaire simpliste.

[1]   Si la plupart d’entre eux révèlent un grand sérieux dans les analyses, la description faite du parti bolchevique avant et juste après la prise du pouvoir pêche par l’utilisation d’idées pour le moins préconçues et erronées (voir pages 90 et 91 en particulier).

[2]  Il est juste regrettable que la version française n’ait pas systématiquement indiqué les éditions françaises de certains de ces ouvrages.

[3]  Sur le plan littéraire, on notera à plusieurs reprises un hommage appuyé aux frères Strougatski, Arkadi et Boris, dont le roman Stalker est d’ailleurs explicitement décrit (voir ma recension de ce classique de la science-fiction soviétique sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/4897).

[4]   Basé sur la psychoprophylaxie, mais sans tous les moyens qu’elle nécessiterait, ce qui fait dire à Francis Spufford qu’elle est « (…) une autre manifestation de l’idéalisme soviétique mutilé, une autre idée véritablement prometteuse ruinée par la combinaison magique de la contrainte et de la négligence. » (p. 455). L’URSS défendait également l’allaitement des nourrissons.

[5]  Francis Spufford estime d’ailleurs qu’au moment des réformes de Gorbatchev, les dirigeants de l’URSS étaient encore sincèrement socialistes, et souhaitaient améliorer l’économie planifiée en assouplissant le régime politique, là où la Chine conserva la dictature politique tout en se convertissant cyniquement au capitalisme.

Roy Medvedev, La Révolution d’Octobre était-elle inéluctable ? Suivi d’une lettre à Lénine par Philippe Mironov, Paris, Albin Michel, 1976, 192 pages.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Ce livre, écrit par Roy Medvedev en pleine ère Brejnev, s’inscrit dans la vague de la dissidence, dont cet intellectuel était une figure de proue. Son propos pourra paraître daté à certains, mais il est le témoin d’une époque, celle où une partie de l’intelligentsia soviétique espérait l’évolution du système, vers un « socialisme à visage humain ». Roy Medvedev affirme en effet son marxisme – « (…) je persiste à croire en la force du marxisme (…) » (p. 9) – comme pour mieux s’insérer dans une discussion espérée avec les tenants de l’idéologie officielle de l’URSS ; il ne remet d’ailleurs jamais directement en cause l’existence de son pays, et à cet égard, le titre choisi est en grande partie trompeur.

Car si la première partie de cet essai s’efforce de répondre à cette question, la conclusion est sans grande surprise : oui, la Révolution d’Octobre, sinon inévitable, était l’issue privilégiée du contexte historique. Il s’agit surtout d’une authentique révolution populaire, mais organisée et non spontanée, ce dont Roy Medvedev crédite Lénine face à Rosa Luxemburg, tout en rappelant avec justesse la question essentielle que tous les partis révolutionnaires russes se posaient : « savoir quelle était la part de spontanéité et quelle était la part d’organisation dans les mouvements populaires. » (p. 53). Sa distinction entre causes structurelles, inébranlables, et données plus conjoncturelles, à savoir le rôle des forces politiques et des individus, ne brille pas par son originalité, même si dans l’Union soviétique soumise à une doxa marxiste-léniniste, elle possède une incontestable charge critique. Il n’empêche, insister sur le rôle crucial de « Trotski, Sverdlov, Raskolnikov, Lénine surtout » (p. 27), et ouvrir sur d’autres possibles historiques, liés par exemple au positionnement des socialistes- révolutionnaires (SR) et des mencheviques par rapport à la politique suivie par les gouvernements provisoires successifs, est profondément subversif, même si la réflexion est en partie inachevée.

En fait, Roy Medvedev est nettement plus intéressant, et même audacieux, dans la seconde partie de son étude. Intitulée « La Révolution d’Octobre était-elle prématurée ? », elle débute par un rappel didactique des positions des mencheviques et des SR quant au caractère bien trop précoce d’une révolution socialiste en Russie ; sont également citées des écrits d’Engels, souvent extraits de sa correspondance, dans lesquels il met en garde contre l’arrivée avant l’heure objective d’un gouvernement révolutionnaire, de manière très pessimiste dans les années 1850, plus pondérée quelques années avant sa mort, envisageant une réplique de 1793… (p. 85-91). Mais là où Roy Medvedev se singularise véritablement, c’est en opposant les premiers mois du pouvoir bolchevique, marqués par toute une série de mesures progressistes (mariage civil, séparation de l’Église et de l’État, de l’Église et de l’école, annulation des emprunts d’État, etc.) et une certaine prudence quant aux mesures plus proprement socialistes (contrôle ouvrier de la production, nationalisation de tous les secteurs clés de l’industrie, des transports, des banques), et la période qui s’ouvre à partir du printemps de 1918. En fait, c’est le passage au communisme de guerre qui suscite le rejet de l’auteur, et par conséquent la suppression du capitalisme, fruit de ce qu’il diagnostique comme une forme d’emballement politique, de ferveur révolutionnaire sans frein, dans un « climat psychologique de « Sturm und Drang1 » qui donnait l’impression que tout était possible » (p. 118) là où une NEP aurait à ses yeux été préférable2. Le choix d’une telle option aurait même pu conduire, selon lui, à une coalition socialiste avec les SR et les mencheviques ; à l’inverse, il attribue à ce volontarisme bolchevique (l’ « introduction prématurée du socialisme », p. 134) une des responsabilités historiques du déclenchement de la guerre civile3, ce qui semble pour le moins excessif, et ne se trouve d’ailleurs pas suffisamment étayé (p. 134).

On peut de la sorte rapprocher ces réflexions de Roy Medvedev de l’œuvre d’un historien étatsunien contemporain, Stephen Cohen, qui, dans sa biographie de Boukharine4, défend lui aussi la NEP, mais en aval. Pour illustrer ce qu’il considère comme un tournant erroné des bolcheviques et la rupture avec la paysannerie, Roy Medvedev publie en complément de son essai un document inédit, une longue lettre écrite à Lénine en juillet 1919 par Philipe Kuzmich Mironov (1872-1921), cosaque rallié aux bolcheviques après Octobre, combattant sur le front du Don durant la guerre civile, et qui est fusillé en 19215. Ce courrier est un acte d’accusation en bonne et due forme quant à la politique menée par les communistes (qu’il pense être dominés par un « courant anarcho-communiste », p. 174) vis-à-vis de la paysannerie et des cosaques, excessivement et aveuglément violente à ses yeux. Empreinte d’un très fort particularisme cosaque, où la défense de leur mode de vie, de leurs « us et coutumes séculaires » et de « leurs coutumes religieuses » revient à plusieurs reprises (p. 157, 159, 174, 178), cette lettre n’évite pas, dans la logique du traditionnalisme russe de l’époque, une pointe d’antisémitisme (p. 151). Il est toutefois dommage que ce document ne soit ni analysé ni replacé dans son contexte, et l’on ignore également si Lénine y a répondu, et si oui de quelle manière…

Cet ouvrage d’un historien russe, auteur par ailleurs d’une monumentale étude sur le stalinisme6, possède le mérite, pour le lecteur de 2017, d’offrir des témoignages issus de sources russes, ainsi que le point de vue d’un marxiste dissident, célébré en France dans certains milieux d’extrême gauche au cours des années 1970, mais bien oublié de nos jours.

1Mouvement romantique allemand de la seconde moitié du XVIIIe siècle, en révolte profonde contre les conventions et les traditions. Insiste sur le côté passionnel des sentiments.

2« Il est évident que si la NEP fut un succès en 1921, elle l’aurait été encore davantage en 1918. » (p. 122).

3Et donc la réputation de « terroristes » attribuée aux bolcheviques, ce qui pénalisa selon lui l’attraction que pouvaient exercer les idées du socialisme dans le monde.

4Stephen Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik, Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste », 1979 (édition originale en 1973), 503 pages, qui sera prochainement chroniqué sur ce blog de Dissidences.

5Dans La Révolution russe (Denoël, 2007), Orlando Figes évoque très brièvement ce cosaque « rouge » (p. 693, 929), figure assez typique de ces chefs paysans qui acceptaient de combattre avec les « bolcheviques » contre les Blancs tsaristes mais refusaient farouchement toute intrusion dans leurs villages et sur leurs terres des « communistes » venus des villes.

6Roy Medvedev, Le Stalinisme : origines, histoire, conséquences, Paris, Éditions du Seuil, collection « Combats », 1972, 640 pages.

Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine. 2. L’épreuve du pouvoir, Paris, Seuil, collection « Esprit », 1973, 400 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Second tome [1] de cette étude majeure de Marcel Liebman consacrée à Lénine, ses idées et plus généralement sa praxis, qui aborde cette période importante où les bolcheviques ont dû faire face aux responsabilités du pouvoir [2]. Choisissant un plan scalaire, l’auteur aborde successivement l’État, le Parti et enfin la société. L’occasion de se plonger également dans l’évolution de la révolution russe, à laquelle Lénine est intrinsèquement associé. Les premiers mois suivant Octobre, en effet, les masses sont en effervescence, les nouveaux dirigeants n’ayant pas les moyens de gérer la totalité du territoire plurinational : la réforme agraire, le contrôle ouvrier ou la multiplication des soviets sont autant de symptômes d’une vitalité populaire, que Lénine approuve et en laquelle il place toute sa confiance, voyant dans cette autogestion administrative et cette liberté démocratique des masses l’application de ce qu’il écrivait dans L’État et la révolution.

Le tournant, c’est la signature de l’accord de Brest-Litovsk, perçu par Lénine comme le début d’un repli (temporaire) de la révolution. Dès lors, il place sa confiance avant tout dans l’avant-garde prolétarienne, appelant dans le même temps à la mise en place d’un capitalisme d’État (avec obligation de rendement et méthodes de management scientifiques), afin de rétablir une situation économique qui ne cesse de se dégrader. A la fin de l’été et à l’automne 1918, l’autonomie considérable que possédaient les soviets des diverses régions (au point qu’en Sibérie, les bolcheviques aient refusé d’approuver l’accord de Brest-Litovsk) disparaît au profit d’une centralisation croissante et même d’une militarisation, liée au développement de la guerre civile. Les soviets connaîtront encore un renouveau, à l’occasion de l’hiver 1919-1920, avec entre autre des élections plus démocratiques, mais ce fut un phénomène éphémère, effacé par la guerre russo-polonaise et la crise économique de 1920-1921. « La démocratie soviétique, née de la poussée des masses et de la victoire bolchevique, avait, par suite de leurs défaites et de leur isolement, définitivement vécu. » (p. 35). Quant à la dissolution de la Constituante, elle est, sans ambiguïté, justifiée par Marcel Liebman, en raison de la confiance des masses les plus politisés vis-à-vis des soviets, et de la caractérisation de cette Assemblée comme réactionnaire et bourgeoise dans sa composition et son positionnement.

Autre point délicat, et sujet de nombreuses polémiques, la possibilité d’une coalition gouvernementale au lendemain de la prise de pouvoir d’octobre. Là encore, Marcel Liebman donne quitus aux bolcheviques, les socialistes-révolutionnaires (SR) suivis par les mencheviques ayant choisi de se retirer du IIe congrès des soviets (à la surprise et au grand regret de Soukhanov, d’ailleurs), avant d’adopter une attitude intransigeante lors des négociations avec les bolcheviques, conduisant à leur abandon. Une analyse différenciée est cependant apportée quant à ces deux courants politiques : là où l’auteur ne voit que contre-révolution dans le positionnement des SR, favorables à la Constituante dissoute et à la guerre aux côtés des alliés de l’Entente, il porte un regard autrement plus compréhensif sur les mencheviques. Ces derniers, bien qu’essayant souvent de concilier des contraires, se révélèrent d’une grande diversité politique concrète, la tendance de Martov opérant dans une certaine proximité – critique – d’avec les bolcheviques. Le parti, d’abord interdit en juin 1918, fut d’ailleurs de nouveau autorisé en novembre de la même année, ce jusqu’au début de 1921, leur nouvelle et ultime interdiction étant, aux yeux de Marcel Liebman, une « faute irréparable » (p. 92) de Lénine, d’autant que les mencheviques se faisaient le relais de revendications ouvrières (en plus d’avoir proposé des mesures anticipant sur la NEP dès 1919). Une chose est sûre, selon l’auteur : aucune programmation totalitaire n’est à l’œuvre dans  l’analyse léninienne. Concernant enfin la question des nationalités, au croisement de diverses problématiques (dont l’inévitable guerre civile), en dépit de ses applications contrastées, elle affiche de réelles avancées, en particulier des efforts de modernisation dans les Républiques non russes et une autonomie au moins partielle.

Dans les développements sur le Parti bolchevique, dont le chevauchement avec les structures étatiques est bien connu, Marcel Liebman insiste beaucoup sur la vitalité démocratiques des premiers temps, avec l’opposition des communistes de gauche à la paix de Brest-Litovsk, au nom de la priorité à donner envers et contre tout à la révolution mondiale. Une opposition particulièrement forte dans les rangs de l’organisation, à la base surtout, qui suscita les critiques de Lénine (qualifiant leur position de romantisme révolutionnaire), tout autant que son respect, en raison de leur terrain commun, celui du marxisme. Là encore, aux yeux de l’auteur, on est loin du traitement des oppositions par Staline, Lénine considérant les communistes de gauche ou même l’Opposition ouvrière comme étant fondamentalement de la « famille » (p. 131). Cette démocratie interne subsista donc jusqu’au Xe congrès du Parti en 1921, l’hiver précédent ayant été encore marqué par un intense débat sur la question syndicale. La peur de la scission du Parti dans une phase de repli, nourrie alors par Lénine, expliquerait cette mesure exceptionnelle (Marcel Liebman y insiste) d’interdiction des fractions et des tendances. Autre particularité du Parti bolchevique au pouvoir, son souci de conserver sa nature d’avant-garde, de formation d’élite, justifiant les purges d’alors, visant à épurer le Parti de ses éléments parasites, ce qui ne suffit pas à enrayer la formation d’une bureaucratie, à laquelle le recrutement de spécialistes contribua visiblement beaucoup ; ces derniers exercèrent en effet une forme d’hégémonie sur les cadres prolétariens, de la même manière que les barbares vainqueurs de l’empire romain adoptèrent tout ou partie de la culture des vaincus…

Quant à la question de la violence, Marcel Liebman ne cache pas l’usage de la terreur par Lénine, mais souligne tout à la fois sa mesure au moins relative (son écoute à l’égard de Gorki ou Kropotkine, ses velléités de limitation des pouvoirs de la Tchéka en décembre 1921 ou d’abolition de la peine de mort en février 1920), et le poids considérable du contexte. L’auteur souligne dans le même temps les avancées progressistes de l’exercice du pouvoir bolchevique : légalisation du divorce, reconnaissance des enfants légitimes ou non, mise en place d’une justice populaire (plus efficace – et moins dure – dans les villes que dans les campagnes, en raison du retard culturel), liberté artistique et ouverture de la culture au plus grand nombre, développement d’un système éducatif refondu (mixité, liberté accrue pour les élèves, enseignement scolaire et manuel combiné, autogestion, suppression des examens)… Le contrôle ouvrier fut également initialement validé, organisé dans une pyramide de comités d’usines destinée à assurer un minimum de centralisation étatique, loin d’une autonomie autiste ; et si l’efficacité de ce contrôle ouvrier, dans les conditions d’alors, fut bien peu efficace économiquement parlant, le gain en fierté et liberté ouvrière est, aux yeux de Marcel Liebman, incomparable. Le choix fait par Lénine de mettre en place une forme de capitalisme d’État, en particulier avec la NEP, pose la question de la légitimité et de la grève, et des syndicats. Et pour le dernier Lénine, l’action des syndicats apparaît nécessaire face à la bureaucratie déformant l’État ouvrier.

La partie sur la société soviétique est centrée sur la classe ouvrière, négligeant malheureusement d’aborder la paysannerie et les autres classes sociales. Marcel Liebman constate en effet, sous les coups de la misère, du froid, de la faim, des maladies, du blocus occidental (de février 1918 à février 1920), de la guerre civile et de la perte de territoires d’une grande richesse, la désintégration pratique de la classe ouvrière. Il n’empêche, bien qu’une véritable dictature du prolétariat n’ait existé que jusqu’à l’été 1918, et qu’elle ait été remplacée par une dictature de l’avant-garde du prolétariat, la classe ouvrière fut selon lui valorisée par le nouveau système électoral (sur-représentant les villes), par son entrée massive dans les rangs de l’armée rouge ou à l’université, ainsi que par l’expropriation de la bourgeoisie (l’échelle des revenus à la veille de la NEP n’étant que de 1 à 5). Toute la partie consacrée à la politique extérieure se penche à la fois sur la diplomatie léniniste et sur la mise en place d’une nouvelle Internationale. La première répond à certains principes, favoriser les divisions entre impérialismes afin de protéger la Russie soviétique, et encourager la révolution mondiale, centrale, dont sa composante anti-coloniale. Non sans contradictions, le soutien à la Turquie ou à la Perse, décrétés pays anti-impérialistes, s’accompagnant de la répression des communistes locaux… Pour ce qui est de la Comintern, bien que diagnostiquant une tendance de Lénine à faire du schéma d’arrivée au pouvoir des bolcheviques un modèle à suivre, Marcel Liebman insiste surtout sur l’internationalisme de Lénine comme de l’Internationale, qui empêchèrent de son vivant toute russification poussée.

Marcel Liebman conclut son étude par l’évocation des derniers temps de Lénine, ceux du Dernier combat… évoqué par Moshe Lewin, largement utilisé ici. Un moyen pour lui d’insister à la fois sur « (…) un projet éminemment démocratique (…) » (p. 323, souligné par l’auteur) et sur la rupture entre Lénine et Staline, thuriféraire d’un « léninisme appauvri » sans « levain » (p. 356). Ce qui n’empêche pas les critiques, en particulier les insuffisances sur l’instrument nécessaire à la victoire dans les pays avancés (ainsi que sur l’analyse approfondie du réformisme) comme sur l’édification d’une véritable démocratie socialiste. Quant à l’actualité du léninisme, Marcel Liebman la voit en particulier dans la nécessité d’un parti d’avant-garde, seul moyen selon lui de faire face à une bourgeoisie solide. Écrit en 1972-73, soit dans ces années 68 si empreintes d’espérance révolutionnaire, cet ouvrage en porte indéniablement la marque, pour y apporter une vision proche du léninisme [3].

[1]    Merci à Christian Beuvain pour le prêt de ce livre.

[2]    La recension du premier tome se trouve sur notre blog de Dissidences, dans le second dossier de notre ensemble consacré au centenaire des révolutions russes, https://dissidences.hypotheses.org/8300

[3]    Une réédition, revue et augmentée, des deux tomes réunis en un seul, est prévue pour la fin octobre 2017, aux éditions Samsa.

Daniel Bensaïd, Octobre 17, la révolution trahie. Un retour critique sur la révolution russe, Paris, Lignes, préface de Sophie Wahnich, 2017, 188 pages, 17 €.

 

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans les parutions intervenant à l’occasion du centenaire des révolutions russes, les ouvrages d’auteurs trotskystes sont finalement assez rares, se limitant à ceux de Jean-Jacques Marie (intervenant néanmoins en tant qu’historien), Olivier Besancenot et des militants chevronnés comme Antoine Artous, Charles Michaloux ou François Sabado dans le volume spécial (« Retours sur Octobre 17 », juillet 2017) de la revue Contretemps [1]. Il faut y ajouter ce recueil de feu Daniel Bensaïd, coordonné par Michel Surya et préfacé par Sophie Wahnich, qui dresse un parallèle entre 2017 et le bicentenaire de la Révolution française, marquées par la mise en accusation des passions révolutionnaires. Cinq textes composent cette anthologie posthume.

Le premier, « Questions d’octobre », est une communication inédite sous forme écrite, préparée pour un colloque tenu à Lausanne en 1997 autour du 80e anniversaire de la révolution russe. Dans un contexte marqué par les succès éditoriaux de François Furet (Le Passé d’une illusion) et Stéphane Courtois (Le Livre noir du communisme), Daniel Bensaïd démonte l’idée d’une conspiration présidant aux événements de 1917, ou l’idée d’une révolution prématurée (l’espoir de révolution mondiale, ou à tout le moins européenne est à juste titre souligné), et insiste sur le parallèle avec la Révolution française (sa vision nuancée de la séquence stalinienne le pousse à un rapprochement avec la séquence napoléonienne). Pour autant, il demeure fidèle à l’analyse trotskyste orthodoxe, opposant la période léninienne, celle de la révolution, à la période stalinienne, celle de la contre-révolution ; Daniel Bensaïd use d’ailleurs largement, dans son analyse du processus de bureaucratisation, des travaux de Marc Ferro. On notera toutefois quelques erreurs, la guerre civile démarrant en août et septembre 1918 (alors qu’elle commence au début de cette année), l’écrivain Zamiatine nommé Boris (il s’appelle en réalité Ievgueni) et une définition erronée des koulaks en note (un koulak n’est pas seulement un possesseur de sa terre, mais un paysan riche et employant des salariés). Il est, de manière plus générale, dommage que certaines affirmations de Daniel Bensaïd ne soient pas toujours remises en perspective, et que la relecture n’ait pas été plus approfondie.

Le second texte, « Lénine ou la politique du temps brisé », parut initialement dans un numéro de Critique communiste, revue de la LCR, en 1997, toujours pour le 80e anniversaire de la révolution russe. Lénine et sa pensée y sont vigoureusement défendus, en particulier sur la distinction que le révolutionnaire russe faisait entre parti et classe (« Le parti est donc l’élément de continuité dans les fluctuations de la conscience collective. », p. 48), sur son souci de démocratie et de pluralisme (limité mais réel, selon Daniel Bensaïd) et surtout sur son analyse de la crise révolutionnaire, combinaison d’une pluralité des temps, loin de l’évolution linéaire privilégiée par la IIe Internationale (La Discordance des temps était sorti en 1995). Le troisième texte, intitulé « L’État, la démocratie, et la révolution : retour sur Lénine et 1917 », daté de 2007, fait office de préface à une réédition de L’État et la révolution de Lénine. On peut le considérer comme une suite du précédent, et les dix ans écoulés ont alimenté une vision plus critique du leader révolutionnaire : Daniel Bensaïd y relit en effet Lénine au prisme de Rosa Luxemburg, insistant sur la nécessité d’une vie démocratique pour aboutir à un authentique socialisme ; en arrière-plan, se dessine l’idée de combiner assemblée et conseils, vie parlementaire et institutions d’une démocratie plus directe…

Les deux derniers textes, qui représentent plus de la moitié du livre, sont en réalité des extraits d’un livre de 1976, La Révolution et le pouvoir. Le premier part d’une critique d’André Glucksman (celui de La Cuisinière et le mangeur d’hommes) pour déboucher sur des débats avec Louis Althusser, Nicos Poulantzas ou Charles Bettelheim concernant la nature de l’URSS et du stalinisme, tandis que le second se penche sur l’apport des premiers congrès de la IIIe Internationale, soulignant le « gauchisme » des deux premiers et le caractère plus judicieux des résolutions adoptées aux troisième et quatrième. Outre le découpage aléatoire, qui ne favorise pas une approche chronologique de la pensée de Daniel Bensaïd, permettant de mieux comprendre ses évolutions, de 1976 à 1997, soit quand même deux décennies plutôt critiques et douloureuses pour les extrêmes gauches, ce choix de larges extraits d’un seul livre pose question : non seulement la révolution russe n’y est pas toujours le sujet principal, mais au moins un des deux aurait mérité d’être remplacé par un autre texte, tel la brochure Communisme contre stalinisme, parue sous forme de supplément à Rouge en 1997 (et accessible sur Internet). Une frustration subsiste donc, d’autant que l’on ne dispose d’aucune information concernant les conditions de cette sélection éditoriale.

[1]    Lire sa recension dans ce dossier.

Olivier Besancenot, Que faire de 1917 ? Une contre-histoire de la révolution russe, Paris, Autrement, collection « Essais-document », 2017, 192 pages, 17 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans la sphère trotskyste dont le noyau est l’ancienne LCR – l’actuel NPA, la célébration du centenaire de 1917 a été marquée par trois parutions officielles et une officieuse : un dossier de la revue Contretemps cet été, un recueil de textes de Daniel Bensaïd, et ce nouveau livre d’Olivier Besancenot. Au rang officieux, c’est Michel Lequenne, trotskyste historique, qui livre sa vision de la révolution russe dans Contre-révolution dans la révolution, proposé en téléchargement gratuit sur son site.

Face à la conception somme toute traditionnelle de ce dernier, Olivier Besancenot prolonge certaines des analyses de Daniel Bensaïd, remettant en cause plusieurs éléments de la lecture trotskyste, tout en s’efforçant d’en conserver l’essentiel, ce qui relève parfois du numéro d’équilibriste. Son récit est très synthétique, offrant une version vulgarisée et simplifiée de l’année 1917, surtout (le rappel antérieur est bien trop partiel), et plus succinctement de la guerre civile qui suivit, prolongeant son propos jusqu’à l’ère stalinienne. Au milieu de l’exposé historique proprement dit s’intercalent des nouvelles de fiction, proposant une approche des événements à travers les yeux d’un acteur : un militant bolchevique de Petrograd au début de 1917, Trotsky au moment de la prise du pouvoir par les bolcheviques, et Victor Serge en 1933.

Sans surprise, pour qui est tant soit peu familier des précédents écrits d’Olivier Besancenot et de l’évolution de sa famille politique, l’accent est mis sur la floraison démocratique à la base, et sur le caractère authentiquement révolutionnaire du moment Octobre. Si l’insistance sur la dégénérescence bureaucratique de la révolution et le passage à « Thermidor » à compter de 1929 signe la fidélité aux analyses trotskystes du vivant même de Trotsky, Olivier Besancenot s’en éloigne en condamnant la répression de Cronstadt (ce qu’il avait déjà fait dans l’opuscule écrit avec Michael Löwy, Affinités révolutionnaires. Nos étoiles rouges et noires [1]) ou en remettant en cause la conception de l’armée révolutionnaire développée par Trotsky (Olivier Besancenot préfère des milices exerçant la démocratie, invoquant Durruti parmi ses modèles alternatifs [2]). Il esquisse à un moment une réflexion sur la terreur rouge, refusant de l’attribuer à une idéologie intrinsèquement totalitaire ou aux seules circonstances, mais ne la poursuit pas jusqu’au bout. La leçon qu’il tire de la révolution russe réside dans la confiance à accorder à la vitalité démocratique des masses, aux soviets (quel que soit le nom qu’ils portent), seuls susceptibles, par leur contrôle et le respect des droits imprescriptibles de la personne, d’enrayer toute autonomisation des corps de répression et d’armée en tant que source bureaucratique (mais sans renier le rôle dirigeant joué par le parti bolchevique en octobre, ce qui semble quelque peu ambigu voire contradictoire). Il reste par contre dans le flou sur cette liberté invoquée pour les partis politiques : s’applique-t-elle aussi aux forces de droite et d’extrême droite, à ceux qui se déclarent adversaires résolus de la révolution ?

Historiquement, toutefois, les sources mises à profit par Olivier Besancenot posent question. L’historien le plus cité est Marc Ferro, particulièrement son Des Soviets au communisme bureaucratique, ainsi que, dans une moindre mesure, Moshe Lewin. L’impression est donc forte d’une approche historiographique déjà ancienne, en décalage avec le réel des recherches historiennes récentes (la somme d’Orlando Figes, par exemple, n’est pas citée, non plus que les travaux d’Alexandre Sumpf, de Thomas Chopard, de Sophie Coeuré, etc., rien que pour demeurer dans le domaine français). Certaines confusions sont d’ailleurs présentes, sur le communisme de guerre (dont ne relève ni la dissolution de la Constituante, ni la fondation de l’armée rouge ou de la tchéka) ou sur la collectivisation (débutant en 1927 dans le livre, alors qu’elle ne fut effective que deux années plus tard). Prolongeant certaines réflexions de Rosa Luxemburg (sur la réélection d’une autre Constituante), de Victor Serge ou de Daniel Bensaïd, Olivier Besancenot relit donc 1917 à l’aune du moment présent et de l’optique qui est celle du NPA, mais ne propose absolument pas, contrairement à ce que le sous-titre choisi tend à faire croire, une autre histoire, radicalement neuve, de la révolution russe…

[1]    Voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5110

[2]    Sur ce sujet là, Olivier Besancenot semble ne pas avoir connaissance des recherches concernant les milices libertaires espagnoles, démocratiques dans leur fonctionnement mais impliquées dans des actions de violence politique et d’imposition par les armes de procédures de collectivisation dans les campagnes, parfois peu différentes des pratiques bolcheviques du « communisme de guerre ».

Norman Spinrad, Le Printemps russe, Paris, Denoël, collection « Présences », 1992 (édition originale en 1991), 722 pages

Résultat de recherche d'images pour "le printemps russe"Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Norman Spinrad est un auteur de science-fiction étatsunien, connu principalement pour deux romans, Jack Barron et l’éternité, sur le thème de la place croissante des médias télévisuels dans le processus électoral, et Rêve de fer, autour d’un Hitler uchronique [1]. Écrit à la fin des années 1980 et au tout début de la décennie suivante, Le Printemps russe est un peu à la littérature de genre ce que le Où va l’URSS de Gorbatchev ? d’Ernest Mandel est à la réflexion marxiste : un témoignage précieux des espoirs engendrés par le changement de cap mené par Gorbatchev, avant l’effondrement de l’URSS et d’un « socialisme réellement existant » réformé. Ce copieux roman est d’ailleurs explicitement dédié à Mikhaïl Gorbatchev, « qui l’a rendu nécessaire »…

La première partie, « L’automne américain », se déroule dans la première moitié des années 1990, alors que Jerry Reed, ingénieur étatsunien impliqué dans le programme spatial, est approché par l’ESA, l’agence spatiale européenne, afin d’intégrer ses rangs. Pour ce faire, tous les moyens sont bons : hôtel de luxe, restaurants huppés, escort girls grand standing, dépenses illimitées… Dans ce tourbillon d’hédonisme débridé, Jerry fait la connaissance de Sonia, une jeune Soviétique, employée de L’Étoile rouge, entreprise phare des investissements de l’URSS en Europe. Tous deux décident finalement d’unir leurs vies, et de faire de Paris leur nouvelle résidence.

La seconde partie, « Le printemps russe », se déroule une quinzaine d’années plus tard. Jerry et Sonia sont désormais les parents de deux adolescents, Franja et Robert. Mais leur romance est en train de virer au cauchemar. Dans le même temps où l’URSS intègre l’Union européenne, Jerry voit son projet phare de croiseur spatial validé, tout en se retrouvant dans une position secondaire quant à l’équipe chargée de le réaliser. En cause, sa nationalité américaine. De quoi accentuer les tensions avec Sonia, qui parvient quant à elle à se faire remarquer de ses supérieurs. En outre, leur progéniture rejoue, en plus incisif, l’opposition des deux superpuissances : Franja, souhaitant intégrer l’académie spatiale soviétique ; Robert, alias Bob, voulant à toute force poursuivre ses études aux États-Unis. Il faut dire que ces derniers, en rétorsion à l’entrée de l’URSS dans l’UE, ont décidé de radier la dette monumentale qu’ils avaient à son égard, tout en confisquant les entreprises européennes installées sur leur territoire. L’essentiel de ce que l’on peut considérer comme le cœur du roman consiste dans les trajectoires parallèles du frère et de la sœur. Robert intègre Berkeley, rencontre l’amour et finit par acquérir la nationalité américaine afin de pouvoir devenir journaliste. Franja, souffrant comme Bob de discrimination en raison de ses origines, ne peut devenir que prolétaire de l’espace, jusqu’au moment où sa rencontre avec un des premiers cosmonautes à s’être rendu sur Mars lui permet de réorienter sa carrière et de pouvoir enfin réaliser le rêve de son père.

Enfin, la troisième partie, « Le printemps américain », voit le couple de Jerry et Sonia finalement brisé par les manœuvres bureaucratiques des uns et des autres. Mais un terrible accident écourte l’espérance de vie de Jerry, poussant Sonia à revenir vers lui, tout comme Franja, afin de donner vie à son rêve d’enfance. Dans le même temps, la situation géopolitique se tend avec la sécession de l’Ukraine, visiblement orchestrée en sous-main par les États-Unis. C’est au point que la Troisième Guerre mondiale est sur le point d’éclater, et ce n’est qu’un deus ex machina assez improbable (le vice-président, ancien ami de Bobby, devenant président grâce à la mort inopinée du président qu’il déteste) qui permet de sauver la situation. Mais ce qui marque au moins autant le lecteur, sinon davantage, dans ce dénouement du roman, c’est la concrétisation du rêve de Jerry : voilà en effet des pages terriblement émouvantes, ce qui est loin d’être évident en littérature, et que Norman Spinrad réussit avec brio.

Dans le monde imaginé par Norman Spinrad, qui n’est absolument pas uchronique (il ne pourrait l’être qu’à rebours, contrairement à ce qu’affirme l’article de Wikipédia consacré au roman), la politique de Gorbatchev a porté ses fruits, en combinant ouverture culturelle et politique (le multipartisme est désormais acquis) et relance économique (la société de consommation s’y développe tous azimuts), une sorte de scénario « à la chinoise » sans dictature. Ce « socialisme à visage humain » (dont on se demande tout de même ce qu’il conserve de socialiste, en dehors des structures étatiques, peut-être, et d’un poids visiblement déterminant du Parti communiste), soumis à des pressions nationalistes centrifuges, a même relancé le programme spatial, avec la création d’une base lunaire et l’envoi d’une expédition sur Mars. La découverte de formes de vie extra-terrestre résonne enfin comme une validation de ce stade presque idéal atteint par un ensemble commun allant de l’Atlantique à Vladivostok, maturité de l’humanité enfin trouvée ; la conclusion du roman étend encore davantage cette unification, même si le Sud en reste exclu, rassuré toutefois par la promesse d’un développement réel et enfin indépendant.

Le néo-libéralisme semble, dans cette hypothèse, cantonné aux États-Unis. Norman Spinrad y exprime en effet toute sa détestation de l’ère Reagan, symbolisée ici par l’Étoile de l’Amérique, sorte de super IDS, effectivement réalisé, et par un contrôle accru du pays sur l’Amérique latine, extension imaginée du soutien accordé aux contras. A ses yeux, la racine du mal vient des années 1960, lorsque l’espoir incarné par les frères Kennedy fut par deux fois éteint dans le sang. Le pays est désormais gangrené par le complexe militaro-industriel, un patriotisme s’accommodant à merveille des mensonges et d’un proto-fascisme, avec un niveau de vie en décroissance. Ce faisant, l’auteur semble placer une confiance démesurée dans le poids et le rôle des individualités dirigeantes, aussi bien aux États-Unis qu’en URSS. Par ailleurs, les silences maintenus sur les éléments contextuels ayant pu conduire la perestroïka au succès (une période d’instabilité est évoquée, sans jamais être explicitée) rend le scénario plaisant sur le plan des personnages, mais frustrant du point de vue de l’ensemble. L’hypothèse d’un coup d’État militaire en Union soviétique ou d’un embrasement des nationalismes sont malgré tout deux éléments bien perçus, même si, tout compte fait, il n’y a là rien d’extrêmement novateur, même à la charnière des années 80 et 90.

[1]    Voir également la recension que nous avons faite de sa nouvelle Continent perdu, parue dans la collection Dyschroniques, dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2790

Marianne Stern, 1993. Echappée rouge, Verberie, éditions Voy’[el], 2014, 270 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marianne Stern est une auteure d’imaginaire demeurée pour le moment dans la catégorie des écrivains peu connus, à qui il manque un réel chef d’œuvre pour s’imposer. Son dernier roman, Smog of Germania, est un livre steampunk1 qui avait été précédé par ce 1993. Echappée rouge, curieusement non indexé sur le site de référence Noosfere. Il s’agit d’une uchronie dont le sujet, plutôt original, ne peut que retenir l’attention de Dissidences.

Dans cet univers, en effet, Mikhaïl Gorbatchev a été écarté du pouvoir suprême en 1989, suite à un empoisonnement progressif, et remplacé par Miroslav, tenant de la ligne dure. Dès lors, les manifestations de la société civile en RDA sont écrasés par la force, et le mur de Berlin reste debout, tout comme l’URSS. Quatre ans plus tard, le monde est, comme à plusieurs reprises dans le passé, au bord de l’explosion. La guerre en Afghanistan s’est en effet poursuivie, les Etats-Unis continuant d’armer les rebelles, mais c’est en Europe que le Kremlin souhaite porter l’offensive. En une réédition du blocus de Staline sur Berlin-Ouest, l’objectif est en effet de pousser les Occidentaux à la faute, afin d’obtenir un prétexte pour fermer les accès aériens de l’enclave et l’intégrer ainsi au bloc de l’Est. L’intrigue s’organise autour de quelques personnages, citoyens de RDA, dont les parcours se croisent : Anya, femme forte ayant réussi à se hisser au sein de l’élite des pilotes de chasse ; son frère Stefan, scientifique de génie qui s’efforce de ralentir les progrès d’un armement biologique censément interdit, lui dont le doute est croissant ; Julian, dont le propre comportement limite est aggravé par le statut de déserteur et dissident attribué à son frère Mathias. Le récit lui-même, riche en considérations techniques sur les avions de combat, est entrecoupé de rapports d’agents soviétiques ou occidentaux.

Le problème, c’est que l’intrigue est construite avant tout sur le passage progressif en résistance de tous ces protagonistes, et sur les moyens qu’ils vont pouvoir mettre en œuvre afin d’échapper à la sagacité des agents de la Stasi et du KGB. Tout cela donne l’impression d’être très superficiel, le cadre choisi étant avant tout prétexte à la dénonciation d’une dictature policière, ce que renforce la citation choisie en exergue du livre, que l’on retrouve également dans le corps du texte : il s’agit d’une déclaration de von Stauffenberg, l’officier allemand responsable du célèbre attentat contre Hitler du 20 juillet 1944, un parallèle qui autorise donc le rapprochement entre cette URSS uchronique et l’Allemagne nazie. Les méthodes des services secrets du bloc de l’Est sont d’ailleurs tellement étouffantes qu’elles ne peuvent que mécaniquement provoquer la résistance et la rébellion… Les dimensions sociale et économique sont totalement passées sous silence, tout comme la situation dans les autres démocraties populaires, du reste. Plus grave, le contexte ayant permis ce regain de guerre froide n’est jamais explicité, et on a peine à croire que l’URSS, déjà affaiblie par les années de transformation de la seconde moitié des années 19802, puisse revenir si facilement en arrière. Le renforcement drastique de la répression et de la surveillance, tel qu’il est présenté dans le roman, n’aurait certainement pas pu être effectif sans une embellie sensible de la situation économique. Enfin, les personnages soviétiques sont réduits à leur composante russe, uniquement mus par leur patriotisme, sentiment littéralement irréductible. On pourrait également critiquer la crédibilité de l’opération constituant le climax du roman, mais ce livre est déjà suffisamment fragile sans en rajouter : dans ce type de création, on attend sérieusement un vrai travail de recherche et de réflexion historiques, totalement négligé ici.

1Il s’agit, rappelons-le, d’un genre littéraire dont l’action se déroule dans l’atmosphère d’une société dominée par la révolution industrielle du XIXe siècle. 

2Voir par exemple Roger Keeran / Thomas Kenny, Le Socialisme trahi. Les causes de la chute de l’Union soviétique, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/6534

Adrien Le Bihan, Isaac Babel. L’écrivain condamné par Staline, Paris, Perrin, 2015, 345 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Cette biographie d’Isaac Babel est due à la plume d’Adrien Le Bihan, qui, ayant déjà écrit sur James Joyce ou de Gaulle, a décidé de dresser le portrait de cet auteur juif soviétique – mondialement connu pour Cavalerie rouge1 – qui vécut tous les renversements de perspective de la Russie communiste, d’Octobre 17 aux dernières purges de 1939, dont il fut victime. Ce n’est pas la première biographie consacrée à cet écrivain, puisque l’universitaire Judith Stora-Sandor en 19682 ou Jérome Charyn en 20073 s’y étaient déjà attelés.

Né en 1894 à Odessa (ville incluse à l’époque dans la zone de résidence de l’Empire russe réservée aux populations juives, maintenant en Ukraine), dans le quartier juif de la Moldavanka, Isaac Babel passe son enfance à Nikolaïev, port industriel proche d’Odessa, à l’atmosphère « plus provinciale » selon Léon Trotsky – qui y étudia une année en 1896 avant l’année suivante de fonder l’Union ouvrière de la Russie méridionale, de tendance marxiste– mais qui n’en comptait néanmoins pas moins de « huit mille ouvriers d’usine et à peu près deux mille artisans. »4 Son père étant un courtier en machines agricoles relativement aisé, Isaac Babel, par ses études, d’abord dans une école religieuse (« Ah, les Talmuds moisis de mon enfance ! lira-t-on dans Cavalerie rouge) puis dans une école financière et commerciale, est plongé très tôt dans l’apprentissage des langues étrangères, la culture classique et les livres, écrivant ainsi ses premiers textes, en français, dès l’âge de 15 ans, avant d’en publier dans les Annales, la revue de Gorki, en 1916. Mobilisé en 1917, il se trouve sur le front roumain lorsque les bolcheviks déclenchent la révolution en octobre. Revenu d’abord à Odessa puis à Petrograd, accueillant cette révolution « avec enthousiasme » (p. 36), il se tourne de nouveau vers Gorki pour publier de nouveaux textes, en même temps qu’il devient une sorte de « compagnon de route » de la Tchéka5, en tant que traducteur.

Recruté à Odessa par l’antenne méridionale de l’Agence télégraphique russe (acronyme Rosta), l’organisme de propagande révolutionnaire, dirigée dans cette ville par Mikhaïl Koltsov, jeune (21 ans) agitateur bolchevique6, il est envoyé comme propagandiste aux côtés de la première armée de cavalerie rouge, la Konarmia de Semion Boudionny7 lors de l’offensive soviétique contre la Pologne (mai/septembre 1920). Il écrit alors pour le journal de la 6e division, Le Cavalier rouge, envoyant ses dépêches à Rosta du train affecté à la section politique, un « train peinturluré de slogans, qui transporte une section de radio et le matériel d’imprimerie d’où sortent Le Cavalier rouge et les tracts distribués en chemin. » (p. 63). Il vit et travaille, au début, dans ce train, avant d’être logé, ensuite, aux étapes, chez l’habitant des shtetls8 traversés. Ses articles évoquent, entre autres, les pogroms perpétrés sur les Juifs par les troupes polonaises et les cosaques de l’Ukrainien Petlioura, mais pas celui commis en septembre à Polonoe par des cosaques de la 6e division, accompagné de l’assassinat de son commissaire politique, aux cris de « Mort aux Juifs, aux communistes et aux commissaires ! » (p. 82). Cette division est dissoute de force et 700 soldats sont exécutés pour activités contre-révolutionnaires.

Ses premiers écrits issus de son expérience dans les troupes rouges datent de 1923, ainsi que des textes anti-religieux. Dans ces années-là, les revues littéraires abondent, qu’elles soient de tendance Proletkult (prolétarienne) comme En Sentinelle, d’avant-garde comme LEF (Front de gauche des arts) de Maïakovski et Ossip Brik, ou La Friche rouge de Voronski. Babel publie dans les deux dernières. Isaac Babel se rend-il compte qu’être appuyé par Voronski, soutien d’écrivains comme Boris Pilniak et Zazoubrine très mal vus par les « prolétariens », mais aussi (et surtout ?) éditeur de Léon Trotski (Littérature et révolution), ne peut que lui valoir de se retrouver au centre de conflits qui dépassent le seul domaine littéraire, alors que les attaques des partisans de Staline (Vorochilov entre autres) visent d’abord ses écrits de cavalerie ? Il est accusé de n’être ni dialecticien ni marxiste, d’être donc « idéologiquement étranger » à la cause du communisme et sa « haine des moujiks » l’apparenterait à Dénikine ! (p. 107). Pourtant, cette première attaque fait long feu. Son recueil de trente-quatre nouvelle, L’Armée de cavalerie (Cavalerie rouge) publié en 1926 sous les auspices de Fourmanov, l’auteur réputé de Tchapaïev, est épuisé en six semaines. Il y aura jusqu’à sept rééditions.

Isaac Babel, devenu un auteur reconnu, s’essaie à l’écriture de scénarios pour le jeune cinéma soviétique, parmi lesquels celui d’après son récit de voleurs, Bénia Krik, dont le contenu, considéré comme anti-soviétique, le fit retirer rapidement des salles (1927). Le scénario tiré du roman d’Upton Sinclair, Jimmie Higgins, a plus de chance : le film sort en 1928. Plus tard, l’adaptation de Boule de suif de Maupassant est abandonnée. Une pièce de théâtre, Le Crépuscule, est montée au Théâtre des ouvriers de Bakou en 1927, puis à Odessa et enfin à Moscou. Un séjour en France de juillet 1927 à octobre 1928 (Paris principalement, avec une courte escapade à Marseille) lui permet de flâner sur les quais, de rencontrer Boris Souvarine, Paul Vaillant-Couturier, Nino Frank, etc., d’entamer des recherches sur la Révolution française, à la Bibliothèque nationale, pour un récit (qui ne vit jamais le jour), de lire les auteurs ou livres français du moment. En juillet 1928 il assiste à la sortie de son recueil, traduit par Maurice Parijanine9 et rebaptisé Cavalerie rouge, chez Rieder10, dans la collection « Lettres étrangères » (p. 142). Il se dit déçu des réactions.

En URSS, Isaac Babel enquête dans les kolkhozes de la région de Kiev sur la collectivisation forcée, appuyée par les unités de l’Armée rouge de ses amis du temps de la guerre civile, les généraux Iakir et Primakov, et sur l’industrialisation autour du barrage hydroélectrique de Dnieprostoi. Bien qu’ayant fini par obtenir un appartement à Moscou (deux pièces au premier étage d’une maisonnette en bois11), il décide néanmoins de repartir pour Paris à la fin de 1932 et obtient, après plusieurs refus, son passeport, grâce à la persuasion de son ami Gorki auprès de Staline. Il participe à de nombreux meetings, pour le XVe anniversaire d’Octobre 17 ou en faveur de la jeune Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), où il rencontre André Malraux, André Gide ou d’autres « compagnons de route » célèbres. Isaac Babel, qui selon Adrien Le Bihan « n’est pas loin de considérer le stalinisme de ces années-là [période de la primauté donnée à l’industrialisation lourde] comme une civilisation » (p. 187) rencontre sans doute une oreille attentive auprès de ces intellectuels, mais ses échanges avec Boris Souvarine doivent être plus circonspects. Après une longue visite à Gorki dans sa résidence de Sorrente (dans le golfe de Naples) au printemps 1933, où il termine une pièce de théâtre (Maria), que Gorki, la trouvant mauvaise, ne défendit pas, il rentre à Moscou en août 1933. Il revient une troisième fois à Paris, en juin 1935, pour le célèbre Congrès international des écrivains pour la défense de la culture12, comme membre de la délégation soviétique, avec Boris Pasternak, qui n’est pas de ses proches, mais sans Maxime Gorki. Il sympathise avec l’écrivain communiste étatsunien Michael Gold [de son vrai nom Itzok Isaac Granich], rédacteur en chef de la revue New Masses, auteur d’un roman « prolétarien » autobiographique, Juifs sans argent (Jews Without Money), que le quotidien du Parti communiste français, L’Humanité, passa en feuilleton (de septembre à novembre 1922), après que les ESI (Éditions sociales internationales) l’aient publié au début de la même année.

Dans l’URSS de la fin des années trente, la stalinisation des cadres dirigeants va de pair avec l’élimination, progressive puis brutale, de la génération militante des années héroïques, dans les Grands procès publics, mais également dans les déportations et les exécutions à l’écart de toute mise en scène. Nikolaï Iéjov devient, en septembre 1936, commissaire du peuple à l’Intérieur, donc le dirigeant de la police politique, le NKVD, à la place de Guenrikh Iagoda. Isaac Babel, qui depuis la guerre civile a toujours côtoyé des tchékistes, est un ami d’Evguénia Feigenberg, devenue la femme de Iéjov. Il devient, selon l’expression d’Adrien Le Bihan, une « proie protégée » (p. 250), puisqu’il semble que Iéjov soit pour Isaac Babel une seconde protection (contre Staline), efficace, maintenant que Gorki est décédé. Mais deux ans plus tard Staline décide de remplacer Nikolaï Iéjov par Lavrenti Béria, et Isaac Babel est arrêté chez lui le 15 mai 1939, enfermé à la prison de la Loubianka. Tous ses écrits (manuscrits, correspondances …) sont saisis et jusqu’à aujourd’hui n’ont été retrouvés dans aucun dépôt d’archives ouverts aux chercheurs. Ses aveux (du moins ce que l’on en connaît13) ressemblent aux aveux extorqués à cette époque : dirigés et instrumentalisés pour correspondre à ce qui doit apparaître, même si tout n’est pas forcément utilisé pour confondre d’autres personnalités qui pourraient être incarcérées. Ainsi, il semble qu’il impliquât/qu’on lui fit impliquer Ilya Ehrenbourg et Sergueï Eisenstein mais pas Boris Pasternak… Ensuite, dans des lettres au Parquet (et de nouveau lors de son procès) Isaac Babel désavoue ses aveux mensongers, en particulier à propos de Sergueï Eisenstein et de la femme de Nikolaï Iéjov. Le 26 janvier 1940, il est jugé dans sa prison, par trois juges militaires, en vertu du fameux article 58 qui englobe le sabotage de l’économie socialiste, le terrorisme contre le Parti, l’espionnage, etc. Il est condamné à mort – alors que Staline et le Bureau politique ont déjà paraphé, dix jours avant, une liste de personnes à exécuter … dont Isaac Babel et Mikhaïl Koltsov – et exécuté le lendemain. Sa réhabilitation intervient en décembre 1954.

Adrien Le Bihan livre à ses lecteurs une honnête biographie d’Isaac Babel, confrontant autant qu’on puisse le faire sa vie d’écrivain soviétique inséré dans les différents cercles des privilégiés de l’intelligentsia (Mikhaïl Koltsov pour les journalistes/agitateurs, Sergueï Eisenstein pour les cinéastes, Maxime Gorki, Ilya Ehrenbourg pour les écrivains, pour ne citer que ceux-là), sa vie privée agitée (une femme à Moscou et une autre à Paris) et ses œuvres. En l’absence d’une plongée dans les archives, son récit s’arrime aux œuvres complètes d’Isaac Babel, et emprunte à une bibliographie (restreinte) sur le communisme soviétique, sur des témoignages de contemporains ainsi que des essais dont la pertinence de certains paraît douteuse, alors qu’il manque des travaux littéraires universitaires14. Par exemple, si Adrien Le Bihan caractérise correctement, on vient de la voir, les écrits d’auteurs comme Vitali Chentalinski, on s’étonne qu’en ce qui concerne la révolution ou la guerre civile, des évocations aussi partiales que celle du romancier Ivan Bounine (p. 45), qui trouva refuge chez les Blancs, avant de s’exiler en France, ou de Sergueï Melgounov15 (p. 35), émigré blanc lui aussi, soient données sans distance critique. Au sujet de la relation entre littérature et politique en URSS, il nous semble que l’Union des écrivains, qui dès 1934 réunit ceux que Staline invitait, dès 1932, à être les « ingénieurs de l’âme humaine » est largement négligée alors que c’est l’intermédiaire officiel entre le pouvoir et les écrivains. Adrien Le Bihan n’évite pas l’écueil de nous présenter un écrivain russe fameux, privilégié, confronté néanmoins à la censure de l’État/Parti, en butte, à cause d’un livre – Cavalerie rouge – à la haine farouche de Staline, lequel aurait attendu (pourquoi ?) la fin de la terreur de masse (la Iejovtchina) pour se débarrasser de lui. L’argument, central puisqu’il donne son sous-titre au livre (« L’écrivain condamné par Staline »), paraît court, à moins de croire que Gorki et Iejov ont pu, par-delà la haine de Staline, protéger Isaac Babel ? Guère convaincant non plus. Il reste néanmoins un livre agréable à lire, cohérent dans la maîtrise de son sujet et de sa problématique, aux nombreux éléments d’information sur quelques personnages fascinants, comme le passeur littéraire Alexandre Voronski16, le journaliste d’influence Mikhaïl Koltsov ou le chef de cosaques rouges Vitali Primakov17.

1Isaac Babel, Cavalerie rouge suivi de Journal de 1920, Arles, Actes sud, collection « Babel », 1997, 398 pages, 9,70 €.

2Judith Stora-Sandor, Isaac Babel : 1894-1941, l’homme et l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1968. Cette auteur travailla sur Alexandra Kollontaï dans les années 1970 : Judith Stora-Sandor, Alexandra Kollontaï : Marxisme et révolution sexuelle, Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste, n° 25 », 1973, 286 pages.

3Jérome Charyn, Sténo sauvage. La vie et la mort d’Isaac Babel, Paris, Le Mercure de France, 2007.

4Léon Trotsky, Ma Vie, Paris, Gallimard/Le Livre de poche, 1966 (1ere édition chez Rieder, 1930), p. 125, 134.

5Acronyme de la Commission extraordinaire pan-russe pour la répression de la contre-révolution et du sabotage, créée en décembre 1917 par le Conseil des commissaires du peuple.

6Mikhaïl Koltsov devient dans les années trente un journaliste et un propagandiste reconnu. Il est envoyé en Espagne pendant la guerre. Il est arrêté pendant les purges et meurt en 1940 ou 1942. Ernest Hemingway dépeint Koltsov sous les traits de Karkov dans son roman sur la guerre d’Espagne, Pour qui sonne le glas (octobre 1940, chez Gallimard/folio, 1973).

7Orthographié aussi Boudienny.

8Un shtetl est une petite ville ou un quartier juif.

9Ce même Parijanine dont Léon Trotsky blâma la traduction de Ma Vie chez ce même Rieder.

10Les éditions Rieder, du nom de leur fondateur en 1913, Frédéric Rieder, publient des auteurs marqués à gauche, communistes comme Paul Nizan, Jean Richard-Bloch, pacifistes comme Romain Rolland ainsi que des romanciers populistes.

11Dans son roman policier qui se passe dans l’URSS des années trente, Le Royaume des voleurs (Éditions des Deux Terres, 2012, 10-18, 2013), le romancier William Ryan domicilie son héros moscovite, l’inspecteur Korolev, à la même adresse (4, Bolchoï Nikolo Vorobinski), mais la maisonnette est devenue un immeuble, et Isaac Babel est bien un de ses voisins (en réalité, l’auteur n’avait qu’un seul voisin, un représentant commercial autrichien).

12Sur cet événement primordial pour la culture anti-fasciste des années trente, lire Sandra Teroni, Wolfgang Klein, Pour la défense de la culture : les textes du Congrès international des écrivains, Paris, juin 1935, Éditions universitaires de Dijon, 2005.

13Les sources indiquées par Adrien Le Bihan en ce qui concerne les aveux (p. 304, 308) proviennent de Vitali Chentalinski, La Parole ressuscitée. Dans les archives du KGB, Paris, Robert Laffont, 1993 et d’un ouvrage russe (non traduit) de Sergueï Povartsov, Cause du décès : fusillé. Chronique des derniers jours d’Isaac Babel, Moscou, Terra, 1996. Sur leur fiabilité, on s’en tiendra à cette remarque de l’auteur : « Chentalinski, suivi par ceux qui promènent dans l’Histoire le lumignon des secrets d’alcôve (…) » (p. 308).

14Comme par exemple ceux de Simon Markis, spécialiste de la littérature russe juive ou de Deborah Levy-Bertherat, « Cavalerie rouge d’Isaac Babel, version dissidente de la légende populaire ? », Silène, n° spécial, « Une dissidence intérieure ? La littérature soviétique en résistance », janvier 2012, sur http://www.revue-silene.com/f/index.php?sp=comm&comm_id=90 , consulté le 18 octobre 2016.

15Son livre, La Terreur rouge en Russie, 1918-1924, édité en France en 1927, est actuellement au catalogue des éditions des Syrtes, qui publient des auteurs anti-communistes, chrétiens ainsi qu’Ernest Nolte ou Alexandre del Valle, néoconservateur au passé d’extrême droite.

16Sur ce bolchevique, lire Claude Kastler, Alexandre Voronski, 1884-1943. Un bolchevik fou de littérature, Grenoble, Ellug, 2000, ainsi que le compte rendu dans la revue électronique de Dissidences, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1035

17Cet officier de l’Armée rouge, qui périt lors des purges des années 1936-37, épousa Lili Brik (sœur d’Elsa Triolet) après le suicide de Maïakovski, le compagnon de cette dernière.

 

Claudio Sergio Ingerflom, Le Tsar c’est moi. L’imposture permanente d’Ivan le Terrible à Vladimir Poutine, Paris, PUF, 2015, 520 pages, 29 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Claudio Sergio Ingerflom est un chercheur aguerri, spécialiste de l’histoire de la Russie et de l’URSS. Il a en particulier publié en 1988 Le Citoyen impossible. Les racines russes du léninisme, avant de participer une douzaine d’années plus tard à l’ouvrage collectif Le Siècle des communismes1. Dans cette nouvelle étude, marquée par une érudition pointue, une prose exigeante et l’utilisation de sources nombreuses et cosmopolites, il se penche sur l’histoire longue de la Russie, et sur un phénomène selon lui constitutif de la construction nationale, l’auto-nomination, obstacle au succès d’un processus de modernisation politique. Claudio Ingerflom considère en effet que depuis le début, c’est un autocrate et non un véritable État qui dirige le pays, appuyé sur une forme de transcendance, transcendance que les bolcheviques auraient repris à leur compte à travers les lois scientifiques de l’histoire. Pour élaborer son travail, il insiste sur la nécessité de prendre au sérieux la vérité des acteurs et les motivations populaires, loin de toute condescendance et mépris intellectuel face à une naïveté supposée.

Tout commence au début du XVIIe siècle, avec l’apparition de faux Dimitri, fils d’Ivan le Terrible mort en réalité quelques années plus tôt. Le premier de ces prétendants obtient le soutien de certaines familles de seigneurs, et rencontre un réel succès, lié en particulier à sa forte personnalité. Pour expliquer ce phénomène particulièrement tenace dans la Russie tsariste, Claudio Ingerflom braque la réflexion sur le règne d’Ivan le Terrible. Voilà en effet un souverain mettant en œuvre une « version maximaliste de l’autocratie », se voyant comme « fol-en-christ » et pratiquant l’inversion, brouillant de la sorte les frontières du vrai et du faux. Autocrate despotique, Ivan le Terrible agit en véritable maître sur ses esclaves, se réservant l’exercice du libre arbitre face à une population faites d’humains indignes d’une telle liberté depuis le péché originel. Dès lors, dans cette vision profondément religieuse du réel, deux tsars sont possibles : celui nommé par Dieu, et l’autre, nécessairement agent du diable, ce qui affecte toute sacralité impérissable du souverain, bien avant le « dimanche rouge » de 1905… Cette dimension religieuse est encore renforcée par le schisme du milieu du XVIIe siècle, avec la croyance forte et durable en la manifestation d’un antéchrist « démembré » (donc pluriel, pouvant s’incarner en plusieurs dirigeants) et, véritable effet miroir, la conviction que Dieu peut également s’incarner dans les hommes. Le phénomène d’auto-nomination ne cessera alors de se manifester, reflet également de luttes contre l’oppression gouvernementale et d’ambitions personnelles. Une de ces révoltes possède toutefois des caractéristiques singulières. Il s’agit de celle de Stéphane Razine, entre 1669 et 1671, opposé au tsar Alexis Ier. Elle s’effectue en effet au nom d’un tsarévitch demeurant toujours invisible. De fait, cette auto-affirmation, appuyée sur une véritable magie de la parole, évacue la figure concrète du maître, Razine lui-même ne se considérant pas comme choisi par Dieu, mais par le peuple. Claudio Ingerflom voit donc dans ces événements les bases d’une modernité politique enrayée, puisque cette révolte se termina par un échec. A l’inverse, le règne de Pierre le Grand légitime encore davantage le phénomène de l’auto-nomination, l’auteur insistant sur son caractère bien peu moderne sur le plan politique. Voici en effet un souverain insistant sur le lien direct qu’il entretient avec Dieu, contre toute légitimation de l’Église orthodoxe (les parallèles entre Pierre et Jésus, ou entre Pierre et Constantin, sont très parlants), et concentrant en lui toute source du pouvoir ; il institue ainsi le « Tout-comique et Tout-ivrogne Concile », formé par ses fidèles qu’il est seul à nommer, et manifestation de cette inversion déjà pratiquée par Ivan le Terrible. Ajoutons à tout cela le titre d’empereur qu’il se donne, s’ajoutant à celui de « Père de la patrie », et le choix personnel de l’héritier : on comprend bien, dès lors, que le phénomène de l’auto-nomination en sorte renforcé, culminant au XVIIIe siècle dans la célèbre révolte de Pougatchev.

A partir du XIXe siècle, sous l’influence de la Révolution française, cette conception du pouvoir autocratique comme domination à justification religieuse commence sérieusement à être minée par l’idée de représentation politique, jusqu’à aboutir, entre 1905 et 1935, à une véritable libération du politique, avant un retour appuyé de l’autocratie ; néanmoins, la modernité politique survit dans l’esprit du peuple, qui se ressaisit de certains vocables du passé, tels antéchrist ou autonomé. Claudio Ingerflom considère à ce titre le bolchevisme comme porteur d’une religiosité alternative, ce qui nous semble tout de même faire fi des différences entre la situation avant et après la mort de Lénine, avec la création du culte et d’une vulgate officielle. Ce qui n’empêche pas l’imposture, vue comme plus large que l’auto-nomination, pouvant toucher aussi bien l’administration que la religion, de demeurer une constante de l’histoire russe, y compris soviétique2. Au moment de l’abolition du servage, d’ailleurs, l’insatisfaction paysanne, qui attendait davantage de liberté vis-à-vis d’un joug seigneurial maintenu voire renforcé, conduit dans plusieurs endroits à modifier les textes officiels à l’avantage de la paysannerie, les décisions réelles du tsar étant vues comme modifiées par les seigneurs… On l’aura compris, Le Tsar c’est moi est une étude aussi dense que réflexive, qui apporte des éléments importants quant à la lecture de l’histoire russe des cinq derniers siècles.

1Nous en avions rendu compte dans l’ancienne série de Dissidences-BLEMR.

2« Le système soviétique, comme l’autocratie, fut une usine à fabriquer des imposteurs. » (p. 484) ; « Ce que l’imposture quotidienne révèle à la charnière des XIXe et XXe siècles, c’est à la fois la fragilité des critères juridiques de légitimité et (…) le comportement actif du consommateur qui remplace ces critères par n’importe quel objet (…) » (p. 365).