Archives par étiquette : Vie quotidienne

Jean-Luc Despax, 9.3 blondes light, Montreuil, Le Temps des cerises, collection « Vivre en poésie », 2015, 147 pages, préface de Serge Pey, 12 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce recueil de Jean-Luc Despax (l’auteur également Des raisons de chanter chroniqué ici-même sur ce blog) veut dessiner le tableau de ce temps, avec ces escapades, ces nuits, ces rencontres et ces insomnies, butant ici ou là sur l’écho du politique (6 février, Stand-up…). Légèreté des évasions, qui résonnent un peu comme une chanson (Amsterslam), font le compte des baisers et des nuits, qui « auraient dû / Mais se perdent dans les pages et s’enfuient » (À quoi sert un homme), et s’ouvrent aux rares rencontres, au hasard du métro parisien (L’indignada) ou de la doublure d’un tableau (Chambre d’hôtel).

« Écriture presque de slam » comme l’écrit Serge Pey dans sa préface. Mais la légèreté l’emportant sur l’ironie, plusieurs de ces textes s’épuisent malheureusement dans une complaisance d’anecdotes socialement situées et dans une accumulation de logos et de marques, qui, même retournés, dénotent une trop grande confiance au pouvoir des mots pour allumer des « contre-feux ».

Xavier Vigna, Les Ouvriers. Dans la France des usines et des ateliers, Paris, Éditions Les Arènes, collection « L’histoire entre nos mains », 2014, 110 pages, 34,80 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un très bon livre de référence sur les ouvriers, en 20121, l’historien Xavier Vigna verse plus dans le récréatif avec cet ouvrage, sans que le sérieux du propos en pâtisse. En effet, cet ouvrage s’inscrit comme un nouvel opus dans une collection, « L’histoire entre nos mains »2, qui se propose de présenter des « livres-objets ». Le principe est simple : sur une double page est présenté un thème (exemple : Patrons tout puissants). Ce thème est accompagné d’un court texte de présentation. A ce texte s’ajoutent des extraits de documents variés, le confiteor récité par les ouvriers lors de la grève du 1er juin 1899 au Creusot, une notice sur le paternalisme, un extrait de discours de Jean-Baptiste Dumay, tourneur au Creusot, puis syndicaliste, ou encore la reproduction du discours lors de l’inauguration de l’Hôtel-Dieu. Ces courts documents sont agrémenté de nombreuses illustrations (ici, toujours pour les deux pages, 10-11, consacrées aux patrons, le lecteur découvre des photographies, par exemple d’Édouard Michelin au milieu de son personnel), des dessins (Eugène Schneider), la reproduction d’une carte postale, d’une publicité pour les articles de cuisine de Japy frères ou encore la reproduction d’un timbre sur le Creusot. Certains documents sont en noir et blanc, d’autres en couleur. A cela s’ajoute un document-objet supplémentaire, encarté entre les deux pages, sous la forme, ici, d’un plan des usines Schneider du Creusot, avec des photographies extraites de l’Économie sociale, valorisant les œuvres sociales de la famille Schneider. Les deux pages suivantes, consacrées au pays des corons, sont construites sur le même principe. Ici, le document supplémentaire, est une reproduction d’un manuscrit « Salut au mineur de 1909 » et un autre « Vieux corons », publiés en revue à l’époque.

Le livre, excellemment illustré donc, pourvu de textes de bonne qualité, permet d’éclairer les différentes facettes de la vie ouvrière du XIXe siècle à nos jours. Défilent ainsi l’évocation de Mai 68, du conflit Lip, des ouvriers de l’aviation, la vie de banlieue, le taylorisme, la maison du peuple, les ouvriers chrétiens, l’été 36 etc. A cette partie dominée par l’iconographie s’ajoute une partie « Textes et documents », composée d’extraits de documents d’une large palette. Sont ainsi évoqués les usines et ateliers, la place de la lecture et de l’écriture dans la lutte émancipatrice, les cultures d’ateliers, la représentation des ouvriers par les employeurs, le monde singulier des docks, la place des femmes au travail, l’heure du déjeuner, les conflits. Une très instructive bibliographie mêlant témoignages, œuvres littéraires, récits militants, travaux scientifiques, mais aussi films et documentaires (un regret :quid du théâtre ?) conclut ce volume méritant de figurer dans toutes les bibliothèques pour sa qualité et son érudition.

1Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, 2012, compte rendu sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/248

2On trouvera un compte rendu de La France rouge. Un siècle d’histoire dans les archives du PCF (1871-1989), publié dans cette collection, dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1924

Chris Ealham, Barcelone contre ses habitants. 1835-1937, quartiers ouvriers de la révolution, Toulouse, Collectif des métiers de l’édition, collection « Les réveilleurs de la nuit », traduction de Elsa Quéré, 2014, 97 pages, 11 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre se compose de la traduction de deux articles de Chris Ealham, historien, auteur de Anarchism and the City : Révolution and Counter-Revolution in Barcelona, 1989-1937 (AK Press), non traduit à ce jour. Il propose une vision plutôt novatrice du processus révolutionnaire espagnol, inspiré par la perspective de la sociologie urbaine du marxiste hétérodoxe Henri Lefevbre (auteur du classique Le droit à la ville, chez Anthropos, 1968). Le premier texte, « Géographie imaginaire. Idéologie, espace urbain et contestation dans la création du Barrio Chino de Barcelone, 1835-1936 » porte sur la naissance de ce quartier populaire et ouvrier, le Barrio Chino ou Raval, quartier des bas-fonds barcelonais, concentrant à la fois la population la plus pauvre et la plus rebelle à l’ordre urbain bourgeois. Ce quartier, lié au développement capitaliste de la ville, devient rapidement synonyme d’immoralité et de criminalité. C’est aussi dans ce quartier que se concentrèrent les plus fortes résistances au développement urbain pensé par les modernisateurs de la ville, inspirés par la politique haussmanienne menée à Paris. Mais, derrière la volonté de rationaliser la ville se cachait en fait un projet politique, celui d’éradiquer les formes d’un ordre ouvrier, révolutionnaire. Selon l’auteur, s’est développé au fil des années, et singulièrement au début du XXe siècle, une sphère publique prolétarienne1 reposant sur une intense sociabilité (contrainte, certes, par les conditions déplorables de la structure de l’habitat), une profonde identité locale et une place décisive pour les organisations syndicales. C’est ainsi au sein du Barrio Chino (quartier chinois) qu’au moment du développement du « pistolerismo » (bandes gangstérisées financées par le patronat) se sont développés les formes d’auto-défense promues par la CNT, les Groupes d’action. Ce quartier du Barrio Chino s’inscrivait ainsi comme une volonté de lutte populaire pour contrôler l’espace et y exercer une forme d’hégémonie populaire. D’où la volonté d’assainissement de ce quartier, qui s’est en particulier concrétisé par le projet Macia, du nom de son instigateur, visant à détruire le Raval. Marcia s’inspirait notamment de la conception architecturale de Le Corbusier, qualifié par l’auteur d’architecte de l’ordre. Ce plan ne se concrétisa jamais, mais il montrait de manière claire comment les élites barcelonaises étaient obsédées par la volonté de purifier cet espace de ses éléments de résistance. Si ce premier article dresse en quelque sorte le portrait du Barrio Chino, il en constitue l’arrière plan du second article, en lien direct avec la perspective révolutionnaire ouverte par la lutte contre le soulèvement factieux de 1936. Intitulée « Le mythe de la foule enragée. Classe, culture et espace dans le projet urbanistique révolutionnaire à Barcelone, 1936-1937 », cette partie analyse « les aspects socio-temporels, symboliques, pratiques et spatiaux de l’urbanisme révolutionnaire à Barcelone » (p. 51). S’est mis en place, de juillet 1936 jusqu’en mai 1937 (date du soulèvement de Barcelone, qui sera un échec) le projet d’une ville anticapitaliste du point de vue de son ordre urbain. Chris Ealham passe en revue les multiples aspects de cet ordre nouveau. Ainsi, par exemple, la multiplication des barricades dans la ville. Pour bon nombre d’entre elles, leur rôle était essentiellement symbolique, affirmation du pouvoir ouvrier sur l’espace barcelonais : « les barricades étaient l’outil spatial d’un pouvoir naissant constitué de myriades de comités révolutionnaires armés locaux ou de quartier qui contrôlaient les déplacements vers, depuis, et à l’intérieur de la ville, et qui formaient la cellule de base par excellence de ce pouvoir révolutionnaire » (p. 56). L’auteur se montre par ailleurs fort critique à l’égard de la CNT, dont la pratique visait à s’intégrer dans la politique de défense républicaine, de manière très rapide. Ainsi, la multitude de comités ont vécu leur vie, indépendamment de l’organisation anarchiste, laquelle était engagé dans la reconstruction de l’État qui visait à leur éradication, ce que ce dernier parvint à obtenir en mai 1937. De nombreux autres aspects de ce pouvoir urbain révolutionnaire sont abordé, la nouvelle dénomination des rues, le port du mono, la salopette instituant un nouveau code vestimentaire, la destruction des biens de l’Église, la diffusion de la presse murale, ou, aspect sans doute le plus troublant, le refus de l’automobile. Selon Chris Ealham : « La destruction des voitures reflétait aussi l’idée esthétique de la révolution espagnole : un iconoclasme prolétarien anticonsumériste dirigé contre un élément important du système capitaliste naissant » (p. 72). L’auteur évoque également les éléments de conservatisme qui ont continué à rythmer la vie de l’espace révolutionnaire barcelonais, ainsi le rôle dévolu aux femmes, les militants et miliciens s’accommodant forts bien du maintien de la prostitution, par exemple.

Si ce livre, et plus particulièrement la seconde partie, pétille d’intuitions, certaines déjà connues néanmoins (le développement sur le mono repose sur la lecture de l’Hommage à la Catalogne d’Orwell), d’autres plutôt novatrices (la place de la voiture), il n’en reste pas moins que la taille du volume ne peut que constituer une première esquisse d’un travail plus systématique, que le lecteur est en droit d’attendre pour juger véritablement en quoi cette approche renouvelle la connaissance du processus révolutionnaire espagnol. En tous les cas, ces quelques pages en constituent indubitablement une excellente introduction..

1C’est ce que le sociologue allemand Oskar Negt, non mobilisé ici, a appelé un espace public oppositionnel : Oskar Negt, L’espace public oppositionnel, Payot, 2007.