Archives par étiquette : Violence politique

Éric Fournier, La Critique des armes. Une histoire d’objets révolutionnaires sous la IIIe République, Paris, Libertalia, collection « Ceux d’en bas », 2019, 498 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque, suivi d’un entretien avec l’auteur

Avec ce riche ouvrage, transposition de son travail de HDR1, Éric Fournier semble poursuivre son travail d’investigation des mémoires, qu’il avait mené dans La Commune n’est pas morte2, à ceci près qu’il a centré son approche sur les cultures matérielles. Avec, en filigrane, ce questionnement d’une trop évidente certitude historiographique : l’abandon des armes, de la part des mouvements révolutionnaires de gauche, aux lendemains du traumatisme de la Semaine sanglante (mai 1871). Pour ce faire, Éric Fournier s’est efforcé de saisir tous les éléments renseignant sur « les usages révolutionnaires des armes » (p. 15), de 1871 jusqu’aux immédiates années de l’après Seconde Guerre mondiale. Fort joliment, il qualifie lui-même son travail d’« histoire effilochée », le plaçant sous le patronage de Daniel Arasse et Marcel Mauss ; son idée est de scruter les interstices, les détails d’événements plus ou moins connus, à la recherche de faits révélateurs, de possibles interrompus.

Ainsi, dans son évocation de la grève de Denain en 1872 et de sa répression, où certains manifestants étaient armés de revolvers, il fait un pas de côté pour relever plutôt le désarmement de certains soldats effectués par des grévistes, acte autrement plus subversif. La Bande noire – sujet sur lequel Dissidences avait publié un article d’Emmanuel Germain dans une des livraisons de sa revue électronique3 – lui sert à montrer que l’emploi des armes témoigne d’une révolution censément en cours : « (…) l’arme apparaît précisément ici réduite à sa fonction légitimante et mobilisatrice plus qu’effectivement combattante. » (p. 55-56). Très intéressante, également, la synthèse qu’il propose sur l’effacement de la prise d’armes, plus complexe et inégal que ce que l’on pourrait penser. La distance manifestée par les socialistes fut ainsi effective principalement à compter des années 1890, face à la modernité écrasante du fusil Lebel, tandis que les anarchistes de la propagande par le fait, par leur mise en exergue de la dynamite, s’inscrivaient dans une forme d’exaltation d’armes de destruction massive que la Commune rêvait de mettre au point ! Autre exemple de cette dichotomie, la popularisation de la grève générale s’accompagnait d’un recul des armes, devenues inutiles, recul toutefois partiel et localisé dans le temps, puisque La Guerre sociale ou Comment nous ferons la révolution d’Émile Pouget et Émile Pataud les réintroduisaient ou les exaltaient par le verbe. Le 1er mai 1891 à Fourmies vit un autre phénomène : le détournement de l’ordre de tirer sur les manifestants par certains conscrits. On découvre également que le Lebel, personnifié, en vint à représenter un danger par lui-même, en lui-même, s’imposant tel une arme-vampire au soldat. C’est l’occasion pour Éric Fournier de suivre la généalogie de la fameuse crosse en l’air, de la Révolution (les gardes nationaux accueillant le roi de retour de Varennes, une position normalement réservée à la mort du roi – puissant symbole) aux Canuts et à la révolution de 1848 (la crosse en l’air valant fraternisation en actes), la Commune représentant un basculement par sa violence ciblée contre les officiers.

La revendication de milices citoyennes, avancées entre autres par Édouard Vaillant dans une proposition de loi, insiste justement sur un réel ancrage populaire, que l’auteur distingue bien d’une revendication similaire émanant de la droite révolutionnaire d’alors, dans la mesure où cette dernière préconise le ralliement de l’armée et des officiers, définitivement passés pour la gauche dans le camp de la réaction. La révolte des « mutins du 17e », en 1907, ouvre justement ce qu’Éric Fournier nomme une « brèche révolutionnaire » (p. 151), s’écartant d’une vision avancée par plusieurs historiens, celle d’une simple rébellion républicaine. Cet épisode reste néanmoins le dernier à exercer la fameuse crosse en l’air. La même période, la seconde moitié des années 1900 donc, est d’ailleurs marquée par un retour en force des armes (de poing) dans les manifestations. Mais leur impact sur les forces de l’ordre est utilement relativisé par l’auteur – nombre de tirs s’effectuent en l’air –, dissipant les mirages d’une propagande gouvernementale n’hésitant pas à invoquer des centaines de tirs, bien qu’aucun blessé grave ne soit à relever dans les rangs policiers ! Autre élément appelant à voir d’un autre œil cet armement, le fait que la matraque policière soit utilisée d’une manière autrement plus violente qu’aujourd’hui, ce qui peut justifier la légitime défense manifestante. Il n’est pas jusqu’à certaines féministes, telle Madeleine Pelletier en 1911 (« porter un revolver (…) rend plus hardi »), qui réclament le port d’armes, voire le service militaire, pour les femmes. Le tournant est sensible autour de 1910, un régime de masculinité cédant la place à un autre, avec l’apparition des services d’ordre propres aux cortèges, ou la distance prise par plusieurs courants révolutionnaires à l’égard des affaires Liabeuf et Bonnot4 ; un Gustave Hervé étant sur ce point très isolé. C’est lui, justement, qui popularisera un temps avec La Guerre sociale le « citoyen Browning », symbole d’une modernité technique accessible et reflet d’une littérature populaire (les aventures de Nick Carter en particulier, traduites dès 1907). Le sujet amène Éric Fournir vers la fusion de l’homme et de l’arme, de la machine, dont il retrace la généalogie avec les « piques » de la Révolution ou les « baïonnettes intelligentes » du milieu du XIXe siècle. Il ne met, malheureusement, nullement à profit le patrimoine, alors en vogue, du « merveilleux scientifique » (avec des romans comme Ignis ou Le Docteur Lerne, sous-dieu, entre autres).

Enjambant ensuite la Première Guerre mondiale, l’étude pointe une faible présence des armes lors des conflits sociaux de 1919, en une évidente continuité avec l’avant-guerre, quand bien même certains militants plus radicaux invoquent la mitrailleuse. Une mutation a également lieu au sein de la matrice communiste. Le mouvement appelle en effet à une prise d’arme, mais contrôlée par le parti, au moment de la révolution, ce qui déconsidère le revolver – trop individuel et associé en outre aux officier de 14-18 – comparativement aux fusils. Le modèle de l’insurrection (généralisé dans l’ouvrage de Neuberg5) réactive toutefois un antimilitarisme offensif (la mitrailleuse issue de l’espace colonial est ainsi à retourner contre les chefs), dans le même temps ou chez les anarchistes, l’antimilitarisme défensif et l’objection de conscience se développent comme jamais. Éric Fournier cite même un exemple extrême, celui d’une souscription organisée par les Jeunesses communistes à la charnière des années vingt et trente, visant à fournir des mitrailleuses à l’Armée rouge ! Une initiative sans doute commandée de Moscou, et qui ne fut pas menée jusqu’à bout par manque d’adhésion. De manière plus générale, la propagande communiste subjugue le présent militant à la révolution russe, sans réelle profondeur historique, exploitant l’héritage de l’histoire française. Études de cas révélatrices, les fusillades qui opposèrent au mitan des années 1920 des militants du PCF et des syndicalistes révolutionnaires au cours d’un meeting, ou celles qui virent s’affronter communistes et Jeunesses patriotes, avec des morts à chaque fois. Intervenues dans un contexte tendu – celui de la marche sur Rome, de la bolchevisation et de la formation de centuries de défense – et résultant d’initiatives individuelles, elles firent l’objet de vives critiques, amenant le PCF à déconsidérer les armes à feu dans le cadre de l’autodéfense.

Il faut attendre les événements du 6 et du 9 février 1934 pour voir le retour des armes à feu et des tirs (côté manifestant et côté policier, d’ailleurs), un retour éphémère, toutefois, les directions communiste et socialiste jouant un rôle pacificateur en la matière, avant que les décrets Daladier n’aboutissent, en 1939, à un durcissement législatif sur le port d’arme toujours d’actualité. Les rumeurs d’arsenaux secrets fascistes ou communistes n’en eurent pas moins un grand succès dans les années du Front populaire. Mais « Définitivement, pour les groupes révolutionnaires, l’objet arme a perdu toute charge valorisante. Elle est le propre du gangster, de l’assassin ou du fasciste. » (p. 373). On retrouve sur ce point une distinction claire entre extrême gauche et extrême droite, tant « L’arme fasciste est donnée par un chef, relève d’un lien personnel et non d’une gestion collective ou d’une prise d’armes ; elle est légitimée par le temps de la guerre et la force du sang. » (p. 383). L’ouvrage se clôt avec l’évocation et l’analyse des événements de 1947-1948, situation sociale incandescente, voire insurrectionnelle dans certains foyers géographiques6, allant jusqu’à l’appel de l’État à l’armée. C’est toutefois un antimilitarisme défensif, qui domine, fait de fraternisations joyeuses et pacifiques, une étape supplémentaire dans le processus de délégitimation des armes.

« Cinq questions à… Éric Fournier » 

(entretien réalisé par voie numérique en juillet 2019)

Dissidences : Comment le choix d’un sujet aussi original pour votre Habilitation à diriger des recherches vous est-il venu ? N’aviez-vous pas peur, au départ, de ne pas disposer de suffisamment d’éléments intéressants ?

Éric Fournier : La part des armes en politique, en France au XIXe siècle, ne m’était pas totalement inconnue. Dès la maîtrise, je m’étais intéressé aux armes des bouchers de La Villette, nervis antisémites pendant l’affaire Dreyfus, tant dans leur dimension matérielle que symbolique : leurs cannes plombées pouvant rappeler le merlin de l’abattoir ; leur armement global – matraque, poings américains, pas d’armes à feu – restant celui de délinquants et non d’insurgés ou de putschistes. Lors de la thèse, consacrée aux destructions de Paris d’Haussmann à la Commune, une attention particulière était apportée aux modalités d’incendie et aux armes démiurgiques imaginées par des communards ayant foi dans la science.

En septembre 2013, j’ai l’intuition que la vulgate historiographique de l’adieu immédiat et total aux armes après la Commune peut être interrogée pour une raison évidente : des armes à feu sont présentes, tels des détails saisissants, dans les luttes sociales sous la IIIe république, et dans les imaginaires sociaux de la constellation révolutionnaire. De plus, ces armes ne peuvent être réduites à leur fonction destructrice. Elles restent des artéfacts politiques, porteurs d’une souveraineté spécifique, celle du citoyen-combattant insurgé, celui de 1789, 1792, 1830, 1848, qui n’a donc pas totalement disparu après 1871.

Ainsi, en variant les échelles, en articulant une histoire au ras du sol et celle des représentations ; en accordant une égale dignité à toutes les présences des armes en politique, matérielle ou discursives, de L’Armée nouvelle de Jaurès au revolver brandi par un obscur anarchiste en meeting, s’assemble au contraire une dense série d’éléments, formant une nébuleuse, certes éparse et inégale tant certains événements ne se prêtent guère à de longs développements, alors que d’autres, la crosse en l’air par exemple, sont d’une vive intensité.

J’étais donc confronté à une histoire faites de détails des luttes sociales qui troublent le supposé « adieu aux armes », comme autant de fils qui dépassent sur une trame moins lisse que prévue. Mais j’ai vite compris qu’il ne fallait pas tirer ces fils au risque d’une surinterprétation, au risque de se laisser fasciner par les armes et de céder aux sirènes des « contre-histoires », un peu trop à la mode aujourd’hui. Car, de fait, il n’y a plus d’insurrections armées en métropole après 1871.

Pour éviter ces écueils, j’ai forgé et expérimenté un outil méthodologique : l’histoire « effilochée ». A la suite de la micro-Histoire, les détails sont habituellement considérés comme éminemment révélateurs. On tire sur un fil et la trame, la structure se dévoile. Mais que faire si on tire sur un fil et que presque rien ne vient ? J’ai alors mobilisé l’étude du détail menée par Daniel Arasse, un historien de l’art, qui souligne que le détail n’est pas nécessairement révélateur mais peut être singulier, irréductible, souligner un écart ou une résistance ; comme il peut parfois reconfigurer le sens global d’un tableau.

Bref, de 1872 à 1948, les armes apparaissent comme des détails foisonnants mais incertains des luttes révolutionnaires, détails, parfois au sens d’Arno Ginzburg mais aussi au sens où l’entend Arasse ; quelques fils qui dépassent et qui, si on tire dessus, mettent au jour une trame englobante ou effilochent le récit des événements. Dans La Critique des armes, il y a quelques fils rouges, mais, autant, sinon plus, de fils interrompus, qui, situés dans un temps bref mais intense, ont leur sens propre, autonome. Cette façon de procéder me permet d’étudier et d’assembler des événements d’une inégale densité et de ne pas reléguer ce qui semble a priori insignifiant. L’histoire « effilochée », autre vertu, est aussi un antidote contre toute forme de finalisme ou de téléologie.

Dissidences : Avez-vous constitué votre corpus, qui se révèle particulièrement large, de manière empirique, ou bien avez-vous méthodiquement visité les dépôts d’archives pouvant alimenter votre sujet ? Pourquoi n’avez-vous pas pu utiliser plus largement les ressources de Vincennes ?

Éric Fournier : J’ai constitué mon corpus de manière totalement empirique, partant des événements où des armes sont présentes. Dans un espace politique républicain présenté comme pacifié, le surgissement des armes attire l’attention, mais pas autant que ce que l’on pourrait supposer de prime abord, car de 1885 à la fin des années 1920, la législation sur la possession et le port d’armes est particulièrement libérale, comparable peu ou prou à la législation américaine actuelle. Les armes à feu sont alors des biens de consommation légaux, suscitant assez peu l’intérêt étatique en soi. J’ai pourtant sondé systématiquement les inventaires des séries F/7 des Archives nationales, ceux de la préfecture de Police de Paris et de quelques archives départementales, souvent en vain : il n’y a pas de fonds « armes ». Il fallait définitivement partir des événements et explorer ensuite les archives. Les seuls fonds d’archives avant les années vingt concernent essentiellement les sociétés de tir. Tout change lors de la crise des années trente. La législation ne cesse de se durcir, la surveillance étatique également, et la perspective d’une guerre civile, d’un coup d’État fasciste, ou d’une subversion communiste placent, après le 6 février 1934, les armes au cœur des tensions politiques. Il y a alors des cartons entiers d’enquêtes policières dévolus à cette question, de 1934 à 1938.

Le SHD de Vincennes s’est révélé assez décevant, et ce pour plusieurs raisons. La part des armes en politique, y compris celles des forces militaires de maintien de l’ordre, relève des autorités civiles. Par exemple, le SHD est bien moins disert sur la mutinerie des hommes du 17e en 1907 que les Archives nationales, où sont regroupés les divers rapports et enquêtes. Les archives militaires relatives à l’emploi de l’armée dans les grèves traitent essentiellement de l’intendance, logement et nourriture des troupes par exemple, en tout cas celles que j’ai pu consulter, car le SHD a procédé à un reclassement de certains fonds sans établir d’index de correspondances entre anciennes et nouvelles côtes, ce qui complique singulièrement le travail. J’ai dû ainsi renoncer à lire certains rapports relatifs au drame de Fourmies, devenus introuvables. Mais, heureusement, grâce aux archives policières et judiciaires, conservées aux AD du Nord, on peut être au plus près de la troupe, au cœur de l’action, consignée dans les rapports de la police et de la gendarmerie.

Dissidences : En travaillant sur la mémoire de la Commune, les ruines de Paris ou la perception des armes dans la culture révolutionnaire, vous vous apparentez à un historien spéléologue. Avez-vous le sentiment d’être un chercheur à part ? Quels travaux issus de démarches similaires mais d’autres chercheurs pourriez-vous conseiller ?

Éric Fournier : En toute sincérité, j’ai plus le sentiment d’être un honnête travailleur universitaire plutôt banal, dont l’apparente originalité s’atténue dès qu’on l’inscrit dans des écoles ou des tendances historiographiques. Je suis venu à la recherche grâce à Alain Corbin, ce qui invite certes à élaborer des objets un peu inattendus, et globalement je relève d’une histoire socio-culturelle, articulant inlassablement pratiques et imaginaires sociaux, ce qui n’est pas très original.

Ainsi, mon travail reprend ceux sur « la culture des armes » du citoyen-combattant de 1848, mise en évidence par Louis Hincker, un autre élève de Corbin ; tandis que l’articulation entre pratiques, dispositifs, sensibilités et imaginaires, sur un objet politiquement signifiant, se retrouve, avec brio, dans le Biribi de Dominique Kalifa, par exemple.

En ce qui concerne l’histoire « spéléologue » des mémoires révolutionnaires, avec une attention au détail, je ne peux que conseiller, entre autres, les ouvrages de Guillaume Mazeau, notamment celui sur Marat et Corday (Le Bain de l’Histoire) qui va beaucoup plus loin que moi dans cette histoire « spéléologue ».

Dissidences : Pensez-vous que cette évolution heurtée menant à une forme de délégitimation des armes au sein des mouvements révolutionnaires est similaire dans d’autres pays que la France ? S’agit-il d’une norme internationale ? Peut-on imaginer qu’elle s’estompe et autorise à l’avenir un retour des armes ?

Éric Fournier : Cette délégitimation progressive procède de tendances globales valables pour l’ensemble de l’Europe occidentale, au moins : un nouveau régime de masculinité, plus maitrisé et moins violent ; et, fondamentalement, le resserrement des liens entre État et société, l’emprise croissante du premier qui affermit un monopole de la violence physique légitime, de moins en moins contesté. De plus, avec les armées de conscription, la prise d’armes cesse d’être l’exercice d’une souveraineté, au sein d’une garde nationale par exemple, pour être l’apanage du service militaire, quintessence du devoir civique sous le signe de l’obéissance. Enfin, du point de vue des groupes révolutionnaires, l’entrée dans « l’ère des organisations » politiques contribue, au début du XXe siècle, à marginaliser les armes, objets indisciplinants, alors que s’affirme, au sein des milieux révolutionnaires, une exigence croissante de discipline. Tout ceci n’est pas propre à la France.

Pourtant, parallèlement au moment même où l’on croit l’adieu aux armes acté, vers 1905 en France, l’insurrection est spectaculairement relégitimée par la révolution russe de cette année-là, et ce à l’échelle européenne. En histoire, rien n’est jouée d’avance. Pourrait-on assister à un retour des armes en politique ? Peut-être, sous l’effet de plusieurs facteurs, bien présents aujourd’hui : l’illégitimité croissante du monopole de la violence exercée de plus en plus arbitrairement par un État de plus en plus répressif, mutilant et meurtrier ; mais aussi le constat du retour d’une certaine forme du virilisme en politique, ce qui n’est pas très rassurant.

Dissidences : Le nouveau projet que vous évoquez en conclusion, la culture des armes en milieu colonial, pourrait s’effectuer dans quel cadre, avec quelles sources ? Avez-vous déjà des intuitions inspirantes quant à ce projet ?

Éric Fournier : Il apparaît flagrant que, à hauteur d’armes, les situations coloniales et métropolitaines sont incomparables : dans les territoires colonisés, la guerre n’est jamais loin ; la République valorise le citoyen-soldat en métropole, les races guerrières aux colonies ; le droit à l’arme est garanti en France, et interdit par le code de l’indigénat, etc.

N’étant aucunement spécialiste des questions coloniales, je ne peux qu’inviter à explorer ces pistes sans prétendre pouvoir signaler des sources précises. Mais cela ne devrait pas être trop difficile, car à la différence de la métropole, les armes sont surveillées. Un point de départ intéressant pourrait être la piste des trafiquants d’armes, très nombreux, et dont on repère la trace aux Archives nationales, dans plusieurs cartons.

Pour ma part, mon nouvel objet de recherche lié aux armes, actuellement en cours de défrichement, est une histoire mondiale du fusil au XIXe siècle, en réutilisant certaines approches mises en œuvre dans La Critique des armes. Mais, vu l’ampleur de l’objet, ce sera plus une synthèse qu’un défrichement d’archives.

1Habilitation à diriger des recherches, la plus haute qualification universitaire qui permet à un enseignant de diriger des thèses de doctorat.

2Éric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2011, compte rendu sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/3235

3Voir https://preo.u-bourgogne.fr/dissidences/index.php?id=215. Lire également le compte rendu de l’ouvrage de Yves Meunier, La Bande noire. Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885), Paris, L’échappée, 2017, sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/8471

4Sur ces points, voir Anne Steiner, Le Goût de l’émeute, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/4447

5A. Neuberg, L’Insurrection armée, Paris, François Maspero, 1970 (fac-similé de l’édition originale de 1931), réédité en 2019 par Radar/La Brèche (Paris).

6En 1947, en décembre, à Béziers les communistes occupent les bâtiments officiels et chassent le sous-préfet le 2 ; lors d’émeutes à Valence, trois grévistes sont tués par les forces de l’ordre le 4 ; à Saint-Etienne, la préfecture est attaquée et des gendarmes sont faits prisonniers par les manifestants, également le 4. En 1948, le 15 juin, à Clermont-Ferrand, la population affronte les policiers et l’armée appelée en renfort : 200 blessés ; en octobre, les mines en grève sont occupées par les CRS puis par l’armée, avec des émeutes à Saint-Etienne, Montceau-les-Mines et Carmaux, et deux mineurs sont tués à Firminy le 22 et un à Alès le 26. (note de Christian Beuvain).

Michaël Mention, Power, Paris, Stéphane Marsan éditeur, 2018, 464 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

(suivi d’un entretien avec l’auteur)

A l’instar d’un Patrick Pecherot, Michaël Mention est un auteur de polars qui parvient ici à réanimer les fantômes d’une époque où la politique avait le goût de l’urgence, la radicalité celui de l’impatience. Power retrace en effet une partie de l’histoire du Black Panther Party (BPP), entre 1965 et 1971 essentiellement. Le lecteur assiste d’abord à l’assassinat de Malcolm X, puis à la radicalisation de Bobby Stills et Huey Norton (en réalité Bobby Seale et Huey Newton), personnages de l’intrigue à part entière. Leurs lectures, celle de Frantz Fanon en particulier, mais aussi de Mao ZeDong ou des comics (le personnage du Black Panther de Marvel ayant inspiré le nom de leur organisation), sont évoquées, tout comme le contexte de violences policières à l’égard des afro-américains.

La violence est, de manière générale, au cœur de Power. Celle des forces de police, celle de certaines organisations révolutionnaires (le Weather Underground est régulièrement évoqué), mais aussi celle des assassinats politiques, de la mort de certaines stars de la rock-musique, celle enfin des meurtres atroces de l’actrice Sharon Tate [1] ou du serial-killer Le Zodiaque [2]. Une contextualisation cruciale, que Michaël Mention restitue en privilégiant une prose coup-de-poing, scandée d’extraits de chansons soul, funk ou simplement rock. Les débuts du Black Panther Party For Self-Defense – c’est son nom d’origine – témoignent de l’importance de l’image et de la communication médiatique, avec l’uniforme adopté par les militants (vêtements de cuir noir, béret noir, lunettes de soleil), ceux qui patrouillaient avec armes dans les ghettos noirs afin de surveiller les agissements de la police, ou l’occupation pacifique du Capitole de Californie, finement retracée dans le livre.

L’essentiel du récit se concentre sur des personnages imaginaires, incarnant des positionnements bien distincts. Charlene s’engage au sein du BPP, guidée par une soif d’action immédiate ne se satisfaisant pas des actions sociales de son organisation, et bascule peu à peu dans la toxicomanie ; elle finit par être exclue du parti, et participe à la Black Liberation Army (BLA – Armée noire de libération [3]), avant de tuer un policier et de finir en fauteuil roulant. Tyrone est un détenu promis à la peine de mort, que le FBI contacte dans le cadre de son programme COINTELPRO (Counter Intelligence Program), destiné à briser les mouvements révolutionnaires et contestataires via l’infiltration, la manipulation et l’assassinat. Tyrone réussit à devenir le bras droit d’un des responsables du BPP, au point d’organiser son assassinat (une représentation de l’infiltré William O’Neil, devenu le garde du corps de Fred Hampton, assassiné en décembre 1969). 

Dessin d’Emory Douglas, 17 avril 1976, dans le journal The Black Panther illustrant les meurtres de militants du BPP (on reconnaît F. Hampton en haut, coin droit, et dessous Sam Napier, abattu à New York en avril 1971) par les agents du FBI/COINTELPRO (image communiquée par Christian Beuvain, source : https://www.theguardian.com/artanddesign/gallery/2008/oct/28/emory-douglas-black-panther )

Ce sont les affres de la conscience de Tyrone auxquels le lecteur est confronté, et sur ce point de la répression étatique le troisième et dernier personnage offre un éclairage complémentaire. Il s’agit de Neil, policier blanc, dont le coéquipier est tué par un dirigeant du BPP lors d’une patrouille. De plus en plus perturbé psychologiquement, il critique les demandes du FBI, aboutissant à laisser se développer les trafics de drogue et les gangs dans les ghettos en tant que moyens de saper l’influence du BPP, mais bascule ensuite dans une haine raciste qui le transforme en assassin (un élément essentiel étant donné l’habitude prise par les militants du BPP de traiter les policiers de « porcs »).

A notre sens, c’est sans doute l’évolution qui s’avère la moins convaincante du roman. Mais cette action des sphères du pouvoir étatique est essentielle pour comprendre la dégénérescence du BPP, miné par la rivalité avec les gangs, les dissensions internes et les soupçons d’espionnage et d’infiltration. Ces trois personnages finissent même par converger lors d’un événement, la fusillade autour du quartier général du parti à Los Angeles.

Power aurait sans doute gagné à approfondir les questions et les débats purement politiques, mais en l’état, il propose une plongée efficace et authentique dans une époque où tout semblait pouvoir basculer en faveur de la révolution.

 

« Cinq questions à… Michaël Mention »

 

Dissidences : Qu’est-ce qui a servi d’élément déclencheur à la genèse de Power ?

Michaël Mention : J’ai redécouvert un album de Miles Davis, On the corner (1972), un disque funk, jazz et tribal. Un album frénétique qui, à mon sens, traduit à la fois l’aspect urbain du black power et l’atmosphère de « retour aux racines africaines » en vogue à l’époque. Du coup, j’y ai vu les images associées aux Black Panthers, du moins celles auxquelles ce mouvement a longtemps été réduit : cuirs, bérets et flingues. Je connaissais peu le sujet, alors je me suis documenté et j’ai vite découvert que le Black Panther Party était bien plus audacieux que le cliché fabriqué par la légende et Hollywood. Les Panthers cultivaient l’ambiguïté, ils savaient être aussi violents que leurs agresseurs (police et gangs), mais ils ont surtout été les pionniers d’un vaste programme social dans les ghettos, incluant des écoles et des cliniques gratuites, des distributions de repas, des collectes de vêtements pour les plus démunis et des dépistages de maladies chez les prostituées et les toxicos. Tout cet aspect social a été injustement caché durant des décennies, en raison de la pensée marxiste des Panthers. A travers mon roman, j’ai voulu réhabiliter leur cause sans en faire l’apologie. Je suis romancier, je ne suis là que pour embarquer le lecteur dans une histoire et – quand elle se base sur des faits réels – je veille à les respecter. 

Dissidences : Comment avez-vous travaillé pour la réalisation de votre roman ? Pourquoi ce choix de trois personnages imaginaires, Tyrone, Charlene et Neil, après avoir débuté votre intrigue par les fondateurs – à peine déguisés – du BPP ?

Michaël Mention : Le sujet était si complexe, les ramifications si multiples et l’époque des sixties si dense que, dès le début, je me suis dit que le roman devait être fluide. Je l’ai donc conçu en deux parties : la première, assez elliptique, pour relater la gestation du parti et la seconde – aussi fictive que documentée – pour explorer cette aventure du Black Panther Party à travers trois points de vue : celui d’une militante à Philadelphie, d’un flic blanc à Los Angeles et d’un traître infiltré par le FBI à Chicago. Vu le nombre d’idioties que j’ai lu sur les Panthers (et le nombre d’idioties qu’on entend au quotidien sur n’importe quel sujet !), je tenais à ce que la question du point de vue soit au cœur du récit. Dans Power, il n’y a pas une vérité mais plusieurs, et c’est au lecteur de se faire sa propre opinion. Notre époque souffre trop du clivage Bien/Mal dans lequel certains médias et « penseurs » veulent nous enfermer, c’est pourquoi il me semble important de traiter l’Histoire avec autant de proximité que de recul : cette nuance, cet équilibre, sont un vrai challenge en écriture et j’aime ça. C’est mon adrénaline.

Dissidences : Les luttes du BPP vous paraissent-elles toujours d’actualité, un mouvement noir de cette nature est-il selon vous amené à réapparaître ?

Michaël Mention : La société américaine a considérablement évolué vis à vis des Afro-américains (et dans un sens, bien plus que la société française envers les immigrés), mais la discrimination reste encore présente. Surtout sur le plan économique. Alors oui, je pense que la lutte du BPP est toujours d’actualité. Après, est-ce qu’un tel mouvement – aussi organisé, aussi ambitieux – pourrait à nouveau émerger… J’en doute, malheureusement. Charlene, l’un des personnages du roman, a son point de vue sur la question.

Dissidences : D’autres auteurs français récents ont également exploré les zones sombres du XXe siècle révolutionnaire : je pense à Mathieu Riboulet (Entre les deux il n’y a rien), Fabrice Humbert (Eden Utopie), Dominique Pagnier (Le Cénotaphe de Newton)… Avez-vous l’impression que les générations actuelles d’écrivains effectuent un retour vers un radicalisme passé, face à un présent qui semble forclos ?

Michaël Mention : Je ne sais pas. On est tous le reflet de notre époque et par conséquent, de la digestion des époques précédentes, ce qui dessine forcément une certaine sensibilité, une certaine manière de penser l’Histoire. J’ai grandi dans une famille très à gauche, j’ai longtemps baigné dans l’amertume post-Mitterrand et ça a sans doute orienté mon style d’écriture. Pour être clair, plus le sujet est sombre et amer, plus je vais y chercher l’humanité et l’espoir. C’est sans doute un réflexe de protection puisque, aussi fataliste que je puisse être, je refuse de baisser les bras. J’écris pour partager avec les autres, j’en ai besoin. Le monde actuel avec Macron, Poutine, Trump and Co. me déprime chaque jour un peu plus alors, par la force des choses, mon écriture s’est adaptée : plus sèche, plus ironique, plus assumée. Marin Ledun, Nicolas Mathieu, Sandrine Colette… Nous sommes en effet quelques-uns à nous positionner de cette manière face aux sujets que nous abordons, mais je ne pense pas que ce soit un « truc » générationnel. C’est une question d’individu, on écrit en réaction à notre histoire personnelle.

Dissidences : Vos futurs projets d’écriture vous amèneront-ils à côtoyer d’aussi près la politique révolutionnaire ?

Michaël Mention : Non, car j’ai tout mis dans Power : ma passion pour les années 60-70, mon intérêt pour les luttes révolutionnaires, mon regard sur leurs héritages (et aussi la musique que j’écoute au quotidien, depuis le lycée). Mon prochain roman sera centré autour de Miles Davis, en 77, à New York : un trip paranoïaque et fantaisiste, où j’effleure la déliquescence des mouvements tels que le Flower Power et le Black Power, mais le roman sera essentiellement axé sur Miles. J’adore ce mec, sa musique, son point de vue sur la vie et ses contradictions : Miles Davis en 77, c’est l’Amérique du chaos, celle qui préfigure le monde virtuel et ultralibéral d’aujourd’hui. Le roman paraîtra en mars 2019 chez 10-18 dans la collection « Grands Détectives ». Actuellement, j’écris sur les années 2000 : un sujet qui nous concerne tous et qui mérite lui aussi qu’on lève le poing bien haut. 

Entretien réalisé par voie numérique le 29 août 2018

 

[1]    Sharon Tate, actrice mariée au réalisateur Roman Polanski est assassinée le 9 août 1969, chez elle, à Los Angeles, par les membres d’une secte dirigée par Charles Manson.

[2]    Il s’agit d’un tueur en série qui entre 1966 et 1978 a probablement commis une trentaine de meurtres, en Californie. Il n’a jamais été identifié.

[3]    L’Armée noire de libération est une organisation de lutte armée, donc clandestine, issue d’une scission du Black Panther Party en 1971. Il semble qu’elle était organisée en réseau de différents collectifs. Quasiment tous les militants ont été soit abattus par la police soit incarcérés pour de longues peines de prison. Quelques-uns/unes se sont enfuis à Cuba, comme Assata Shakur, après une évasion, organisée par ses camarades en 1979. La notice de Wikipedia qui concerne la BLA est assez fournie, mais sans doute ses renseignements méritent-ils d’être vérifiés (note de Christian Beuvain).

Claire Richard, Young Lords. Histoire des Black Panthers latinos (1969-1976), Montreuil, L’Échappée, collection « Dans le feu de l’action », 2017, 256 pages, 19 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque 

La journaliste Claire Richard propose, avec cet ouvrage, une approche d’un groupe politique étatsunien pour le moins méconnu en France, celui des Young Lords, contemporains et proches des Black Panthers (dont ils ont d’ailleurs repris l’appellation de « ministres » et l’apparence vestimentaire). Afin de l’écrire, elle s’est principalement basée sur des témoignages de ses principaux responsables, soit publiés dans divers supports, soit issus d’entretiens menés par ses soins. Quelques articles parus dans la presse complètent ce panel documentaire.

Les Young Lords, originellement, sont un gang portoricain de Chicago qui, sous l’influence des Black Panthers et de la Rainbow Coalition [1], se politise ; ils mènent en particulier des actions de terrain contre les projets de rénovation urbaine imposée. La branche new-yorkaise fut créée dans un second temps, et c’est celle-ci qui a retenu l’attention de Claire Richard. C’est au sein d’El Barrio, le ghetto latino-américain de Manhattan, qu’émergent les Young Lords de New York, qui finissent par s’émanciper et devenir le Young Lords Party. Leur identité portoricaine joue dans ce cadre un rôle essentiel : Porto Rico est sous autorité étasunienne, mais ses habitants sont des citoyens inférieurs du pays, ne pouvant voter aux élections du Congrès et aux élections présidentielles. La plupart des familles dont sont issus les Young Lords vinrent s’installer à New York au cours de la vague d’immigration massive qui eut lieu dans les années 1940 et 1950, concernant pas moins d’un tiers de la population de l’île. Ces immigrés se retrouvèrent très vite dans une situation de pauvreté, subissant en outre le racisme et la violence.

La première grande action des Young Lords peut paraître surprenante, mais se trouve en lien direct avec l’état de El Barrio. En juillet 1969, en effet, les militants commencèrent à ramasser les poubelles du quartier, la mairie délaissant cette partie de la ville ; le refus de la municipalité de traiter les déchets rassemblés conduisit à leur incendie et à une émeute populaire, popularisant d’emblée les Young Lords. Car à l’instar des Black Panthers, l’organisation construisit sa singularité par ses nombreuses actions sociales : petits-déjeuners pour les enfants, distribution de vêtements, cours sur l’histoire de Porto Rico, avec une insistance toute particulière sur l’idée que le lumpenprolétariat [2] peut devenir l’acteur principal de la révolution. La santé fut un domaine où les Young Lords déployèrent le plus d’efforts. Dans l’optique de faire pression sur la mairie, et afin de faire progresser l’idée d’une santé gratuite et autogérée dans un contexte où le saturnisme et la tuberculose touchaient nombre d’habitants d’El Barrio, les militants menèrent plusieurs actions d’importance. Ils détournèrent un camion de radiologie mobile – avec le soutien des techniciens – pour en faire profiter les habitants, occupèrent également un hôpital vétuste et allèrent jusqu’à mener des opérations de désintoxication (de l’héroïne, surtout, y compris en développant la méthode alternative de l’acupuncture).

Les Young Lords assumèrent en outre un féminisme difficile à imposer au sein de minorités « ethniques » où le machisme et la virilité font figure de fierté conservée. Des crèches internes furent ainsi mises en place pour faciliter l’investissement politique des militantes, de même qu’une commission non mixte (et ultérieurement une commission gay et une commission hommes). Ce féminisme présente toutefois certaines particularités, comme l’interdiction des relations amoureuses hors de l’organisation (afin de faciliter l’autocritique mutuelle et d’enrayer tout risque d’infiltration) ou l’opposition à la stérilisation voire à l’avortement des femmes portoricaines (décisions prises par les autorités et perçues comme marques d’un « génocide » – sic). Sur le plan proprement organisationnel, le Young Lords Party partage nombre de caractéristiques avec les autres composantes de l’extrême gauche, période de probation pour les candidats, activisme débridé, discipline stricte (les militants en retard devaient effectuer des séries de pompes !), souci de l’autodéfense, avec certaines limites démocratiques néanmoins (le Comité central était par exemple coopté). Un effort tout particulier était déployé en direction de la communication et de l’image publique de l’organisation, grâce à l’aide de certains journalistes d’origine portoricaine. Enfin, la question du nationalisme portoricain, associée à un besoin d’ancrage identitaire face à des États-Unis qui les rejetaient, face à ce qui était qualifiée de « mentalité colonisée », conduisit à de violentes dissensions internes.

Toute la difficulté consistait à associer ce nationalisme volontiers indépendantiste avec l’internationalisme ; les membres du Young Lords Party n’étaient d’ailleurs pas tous issus de la communauté portoricaine, un bon nombre étant afro-américains. Le Comité central finit par se diviser en profondeur face au projet finalement approuvé de concentration des forces de l’organisation à Porto-Rico même. Une décision qui eut des résultats décevants, en raison du fossé entre Portoricains et immigrants, les premiers (à travers la majorité du mouvement nationaliste) faisant preuve d’un racisme anti-noir appuyé. L’éclatement du parti se poursuivit ensuite, finissant par le transformer en 1972 en Puerto Rican Revolutionary Workers, d’obédience maoïste. Nombre de responsables prirent leur distance avec le nouveau cours, qui se coupait de la communauté d’El Barrio et abandonnait toute action sociale, au profit d’un isolement politique croissant et de déchirements internes liés aux manipulations du programme Cointelpro du FBI [3].

Le récit de Claire Richard est très vivant, relativement complet sur cette branche new-yorkaise bien délimitée des Young Lords, et contribue pleinement à mieux appréhender le paysage politique radical des États-Unis au cours des années 1960 et 70.

[1]     La Rainbow Coalition était une alliance créée en 1969 et comprenant les Black Panthers, la Young Patriots Organization et les Young Lords, principalement dans une optique d’opposition au maire de Chicago, le démocrate Richard Daley.

[2]     Le lumpenproletariat fut défini par Marx comme la frange la plus misérable du prolétariat, matériellement aussi bien qu’intellectuellement, et susceptible d’être utilisé contre les intérêts de la lutte révolutionnaire. Bakounine, à l’inverse, avait tendance à exalter sa pureté révolutionnaire.

[3]     Le programme Cointelpro, initié par Edgar Hoover, patron du FBI, visait à combattre de l’intérieur les organisations politiques étatsuniennes jugées dangereuses, tels les Black Panthers ou le Weather Underground. Il fut actif entre 1956 et 1971.

François Cusset, Le Déchaînement du monde. Logique nouvelle de la violence, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2018, 240 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec une aide amicale de Christian Beuvain)

François Cusset est particulièrement connu pour son brillant essai sur les années 1980, La Décennie [1]. Avec ce nouveau livre, il propose une analyse de la violence contemporaine, sous toutes ses formes, rejetant son supposé déclin au fil de l’histoire au profit de mutations, marquées à la fois par une invisibilisation et une banalisation de ses nouvelles formes. Le tableau qu’il brosse de notre monde actuel est vaste, des réfugiés, subissant et reflétant sa violence, à la militarisation de l’économie, en passant par l’écocide (jusqu’à cet exemple surprenant de la pollution sonore des océans) ; à cet égard, il insiste sur la délinquance des entreprises transnationales, et sur un capitalisme intrinsèquement pirate et prédateur (voir La Stratégie du choc de Naomi Klein).

Le terrorisme est également une entrée privilégiée, mais l’opposition qu’il bâtit entre « (…) deux apocalypses en miroir, deux crépuscules de l’Histoire (…) » (p. 32) : d’un côté le djihadisme et de l’autre la violence portée par la société de consommation nous semble bien trop binaire et simpliste, voire caricatural. François Cusset, qui insiste pourtant sur l’importance de la profondeur historique, la néglige dans la genèse du terrorisme islamiste [2], que l’on ne peut comprendre sans appréhender le travail de sape de toute alternative de gauche – gauche nationaliste type Nasser, gauche socialisante type Kassem en Irak en 1958, gauche communiste massacrée au Soudan (1969-71) et en Afghanistan, éliminée en Irak et en Égypte, etc. – mené depuis des décennies, au Moyen Orient en particulier. Dans ce déchaînement de violence tous azimuts, les « minorités » constituent des cibles privilégiées : noirs, musulmans [3], peuples premiers ou femmes, dont 70% déclarent avoir subi au moins une fois des violences dans leur vie. Il y aurait donc une intensification et une fragmentation de la violence, dont le principal responsable est, aux yeux de l’auteur, le capitalisme, principalement dans sa déclinaison néo-libérale (avec une tendance à survaloriser le rôle décisif et autonome de la finance). C’est elle, en effet, qui serait marquée par l’accélération de l’exploitation, exerçant une violence sur le temps lui-même [4], et cherchant par tous les moyens à optimiser l’extraction du profit par une extension sans limites de la logique comptable. François Cusset parle à ce propos d’« économisme radicalisé » (p. 86). Ce qui serait donc déterminant, c’est l’exigence de rentabilité et de compétitivité qui le guide, à la source de l’essentiel de notre violence actuelle, jusqu’à des situations inattendues, ainsi de la violence obstétricale (sans estimation de chiffres, toutefois) comme exemple emblématique de la violence médicale, développement que l’on ne peut s’empêcher de trouver trop ouvert, de nouveau, à l’amalgame (se retrouvent mêlés l’interdiction de fumer dans les espaces publics, la dictature du corps sain et la facilité à prescrire des antidépresseurs [5]).

Dans une démarche plus théorique, François Cusset effectue un retour sur la thèse de Norbert Élias, celle du processus de civilisation [6], qui alla de pair avec le monopole de la violence par l’État et l’existence de canaux d’expression de la violence ainsi maîtrisée, la famille et l’armée. Il en souligne ainsi les limites – vision occidentalo-centrée, sous-estimation de l’usage de cette violence et de ce processus de civilité afin d’asseoir, de consolider une domination sociale – et constate la régression de ce processus depuis le dernier demi-siècle. La domination croissante du marché, surpassant l’État en voie de dépolitisation devant la logique néo-libérale, initierait un processus connexe de décivilisation des individus. La politique serait de la sorte réappropriée, revitalisée dans des directions plus intolérantes, plus radicales (analyse qui présente comme faiblesse de ne pas s’approprier le cas des révolutions du passé, qui étaient pourtant déjà des surgissements de violence anti-étatique). Car dans un contexte de consommation illimitée et de guerre économique, les « nouveaux sauvages » ne peuvent que se multiplier. Ils sont en effet décivilisés par l’abondance, réelle ou promise, abolissant tous les freins individuels ; par l’accroissement du stress ; par l’effacement des médiations traditionnelles (État, famille…) [7] ; par l’échec de la catharsis, enfin. Celle-ci, opérante dès l’Antiquité dans la comédie ou la tragédie, serait court-circuitée par une violence omniprésente et puissamment réaliste, colonisant les images et les écrans, la banalisant au lieu de l’évacuer.

Le Déchaînement du monde se termine avec l’analyse du mouvement social du nouveau siècle, où la violence serait constructive [8], après avoir été largement délégitimée depuis la fin des années 1970 (servant de la sorte l’ordre en place), sans pour autant le résumer : les actions sont multiples, diverses, les luttes marquées par un ancrage territorial fort et l’édification d’un nouveau mode de vie (les ZAD). François Cusset, ce faisant, nous semble survaloriser le potentiel des luttes actuelles ; se réjouir de la fin du mythe du Grand Soir n’évacue pas pour autant des questions clefs, celle des rapports de force dans ces luttes, d’abord – l’actuelle grève perlée des cheminots, dans une indifférence quasi générale et sans que le pouvoir s’émeuve un seul instant, est à méditer sérieusement – sans oublier celle de la prise de pouvoir, de la révolution, en somme, pour le futur. Écrit avec style voire panache [9], cet essai est ambitieux, totalisant, mais souffre d’un certain nombre de prises de position partisanes très discutables [10], ce qui ne l’empêche nullement de constituer une base fertile pour la discussion.

[1]    François Cusset, La décennie. Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, 2006.

[2]    Pour une approche historique, lire de Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’Histoire, Paris, La Découverte, 2015 ainsi que le billet de Christian Beuvain, sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=7322&action=edit

[3]    François Cusset opère à ce propos des amalgames pour le moins discutables. Affirmant qu’« (…) il ne fait pas bon être musulman en ce début du XXIe siècle » (p. 53), il cite sans hiérarchiser les décisions françaises contre le port du voile à l’école, la persécution de minorités musulmanes en Inde ou les tortures pratiquées sur les Frères musulmans en Égypte. Rappelons lui néanmoins que dans ce pays, majoritairement musulman, où siègent d’ailleurs les plus hautes autorités de l’islam sunnite, à l’Université al-Azhar, la répression frappe également les progressistes et que le pouvoir étant en passe d’interdire l’athéisme, il ne fait pas bon être athée ou libre-penseur … 

[4]    Voir Jonathan Crary, 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/8438

[5]    La biopolitique de Michel Foucault est bien sûr invoquée, mais on aurait également apprécié de voir proposé un certain nombre d’alternatives à ces divers constats.

[6]    Sur ce sujet, voir également notre recension du livre de Jack Goody, Le Vol de l’histoire : https://dissidences.hypotheses.org/2656

[7]    A contrario, pour la critique situationniste du monde, l’effacement voire le mépris affectant les anciennes médiations (État, Églises, École, famille, syndicats etc.), loin d’ensauvager, représentaient un moment de désaliénation propice au surgissement de « prolétaires dialecticiens ».

[8]    Là encore, amalgamer les émeutes de 2005 en France ou le mouvement dit des « printemps arabes » nous semble par trop facile.

[9]    « La main n’est pas nécessairement moins violente, ou plus affairée, que jadis ; elle l’est d’une autre façon, par d’autres instruments, d’autres actions des phalanges, d’autres flexions des tendons, d’autres mondes au bout des doigts. » (p. 126).

[10]  Ses prises de positions, sur l’islam politique en France, sont sans aucun doute le reflet d’un compagnonnage récent (environ 5-6 ans) avec une minorité d’universitaires et d’éditeurs proches des thèses racialistes et essentialistes des Indigènes de la République, bien qu’il n’ait pas signé leur texte le plus controversé, la tribune de soutien à Houria Bouteldja, dans Le Monde du 17 juin 2027.

Nicolas Lebourg, Isabelle Sommier (dir.), La Violence des marges politiques des années 1980 à nos jours, Paris, Riveneuve éditions, collection « Violences et radicalités militantes », 2017, 212 pages, 24 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage rassemble les actes d’une journée d’études tenue à Metz en décembre 2016, et qui s’inscrit dans le cadre d’un programme transdisciplinaire d’étude des violences et radicalités militantes (baptisé Viomaril) ; un précédent ouvrage de la même collection portait d’ailleurs sur les Territoires de la violence politique en France (1962-2012). En introduction, Isabelle Sommier s’efforce de justifier l’utilisation du terme radical, au détriment d’extrême ou d’ultra, insistant sur le processus de radicalisation, mais ne répondant pas à cette question déterminante : pourquoi, au lieu de suivre ce qui ressemble fort à une assignation des médias publics et du processus policier et judiciaire [1], ne pas avoir élaboré de nouveaux qualificatifs, à finalité scientifique ? Le constat qu’elle fait d’une pacification relative à compter des années 1980 sonne par contre plus juste, appuyé sur des données quantitatives certes discutables (un graphique de synthèse est ainsi élaboré à partir des chiffres concernant le « terrorisme » issus d’une agence nommée Pinkerton, sic !), mais qui prend acte d’un rejet croissant de la violence militante. Cette violence ne concerne d’ailleurs que marginalement l’extrême gauche, essentiellement dans des groupes cloisonnés, avec un déplacement du courant marxiste à l’anarchisme. La violence est désormais plus informelle, plus réactive.

Huit communications sont ensuite proposées, dont trois concernent l’extrême droite. Jean-Yves Camus aborde le cas des skinheads néo-nazis français, dont les racines sont à chercher au Royaume-Uni et aux États-Unis (les hammerskins et leur légitimation de la lutte contre l’État « juif »). Il utilise le concept d’homme de violence, élaboré au départ pour cerner un des profils des adhérents du FN, ces militants s’étant rendus plusieurs fois coupables d’homicides (ce sont eux également qui ont profané le cimetière de Carpentras). C’est ce qui explique d’ailleurs leur intégration problématique à des organisations hiérarchisées. Nicolas Lebourg, justement, dresse l’historique des groupuscules de l’extrême droite radicale, dont une partie converge, au mitan des années 1980, dans le mouvement Troisième Voie (TV). Estimant l’activisme nécessaire auprès des jeunes afin de concurrencer le FN, TV intégra une partie des skinheads (autour de Serge Ayoub), ruinant le travail d’implantation locale en laissant libre cours aux violences contre des étudiants, dans la pure tradition du GUD. Ces éléments issus des skinheads scissionnèrent d’avec TV pour rejoindre brièvement le FN, avant de s’intégrer à Unité radicale, à la fin des années 1990, la violence contre les antifascistes jouant un rôle fondateur. Dès lors, à partir des années 2000, les responsables s’efforcent de transformer cette violence physique en violence verbale et écrite. La traditionnelle violence militante, concrète, serait dès lors un élément d’une sub-culture du passé, ce que tend également à montrer Stéphane François en abordant le Bloc identitaire. Né dans le contexte post-2001 de repositionnement idéologique, autour de la notion d’ethnopolitique (popularisée en particulier par Guillaume Faye), ce courant opéra une mutation de la violence en actions coup de poing, sur le modèle de Greenpeace, afin d’agir sur le champ culturel, tout en canalisant les pulsions de ses membres dans la pratique de sports de combat.

Ce qui intéresse prioritairement Dissidences, ce sont bien sûr les communications touchant aux mouvements révolutionnaires de gauche. Deux communications abordent ainsi la question de la lutte armée. Aurélien Dubuisson, qui prépare une thèse sur le « terrorisme d’extrême gauche », a mené une étude comparative des communiqués émis par Action directe (AD) [2] en France et les Cellules communistes combattantes (CCC) en Belgique. Il constate un passage de textes brefs à des développements nettement plus fournis, apportant plusieurs facteurs explicatifs : la clarification idéologique chez AD suivant la scission de l’été 1982, qui amène à justifier plus en détails la stratégie choisie ; le refus de la presse de publier les communiqués, désormais adressés à un public militant maîtrisant les fondamentaux théoriques. Il est à noter que les CCC se distinguèrent dès l’origine par une filiation idéologique plus claire et homogène (le marxisme-léninisme). Pour AD, a joué, selon Aurélien Dubuisson, la tension fondamentale entre le désir d’action de l’autonomie et la volonté de mieux canaliser celle-ci par une stratégie idéologique plus exigeante. Moins connus, les Francs-Tireurs Partisans de Marseille sont présentés par Guillaume Origoni, doctorant spécialiste de l’Italie. Il s’agit d’un groupe apparu dans les années 1990, dont la cheville ouvrière fut Yves Peirat, et qui mena toute une série d’actions matérielles contre le FN. L’auteur retrace les origines de cette initiative (une culture familiale anti-franquiste, une proximité avec l’autonomie et AD), et son déclencheur, le meurtre d’Ibrahim Ali en 1995. Les FTP se distinguèrent des organisations de lutte armée des années 70 en choisissant de ne pas faire couler le sang, afin de conserver la sympathie la plus large, et sans se fixer la révolution comme objectif final, tout en conservant l’idée d’une tradition historique, d’une lignée porteuse.

L’autonomie, il en est justement question dans les communications de Paolo Stuppia et Hugo Patinaux. Le premier, qui a soutenu une thèse sur les tracts et autres documents écrits diffusés durant le mouvement anti-CPE de 2006, se penche sur les autonomes à cette occasion, à travers une cinquantaine de tracts et de brochures (dont plusieurs sont d’ailleurs reproduits). Il montre bien qu’il s’agit là d’une mouvance multiforme, entre post-situ, autonomes historiques ou anti-industriels (soi-disant sous influence des Amish et de Jacques Camatte/Invariance [3], ce qui nous semble pour le moins trop large), et souligne en particulier leur positionnement différent des syndicats, consistant en un refus conjoint du CPE et du CDI. Leur investissement prit entre autre la forme d’occupation de grandes écoles ou d’universités, et l’affrontement contre les forces de l’ordre, tant il s’agit là pour eux d’une manifestation de l’énergie de la révolte. Manquant d’approfondissements, cette communication ne s’intéresse pas non plus aux parcours ultérieurs des acteurs de ce mouvement, trop rapidement évoqués (certains sont par exemple devenus des néo-ruraux). Hugo Patinaux, justement, qui prépare une thèse sur l’histoire de l’autonomie, revient de manière plus rigoureuse sur ses origines plurielles – le communisme de gauche aussi bien que l’anarchisme individualiste – et sur son nouvel essor à compter de la fin des années 1990, avec les manifestations altermondialistes de Seattle et de Gênes. En France, deux foyers se distinguèrent, la revue Tiqqun (puis le Comité invisible) et le collectif Mauvaise troupe [4]. Mais ce que Hugo Patinaux met surtout en valeur, c’est la centralité de la violence dans la culture autonome. Elle peut en effet influer sur le rapport de force avec l’État. Dans ce cadre, elle est pensée comme réplique à la violence censément croissante de celui-ci ; pensée également comme réaction épidermique aux échecs répétés des mouvements de contestation. Enfin, Charlotte Thomas Hébert offre un éclairage extra-français, celui de la gauche radicale aux États-Unis et de son repositionnement dans le contexte ultra-sécuritaire de l’après 2001. Le choix majoritaire est en effet celui d’un abandon de la violence, trop susceptible de répression, au profit d’actions plus locales et axées sur la désobéissance civile. On notera également que cette extrême gauche composite, faite d’écologistes radicaux, de socialistes marxistes (se fédérant autour du magazine Jacobin) et d’associations diverses, conserve la volonté d’agir dans le jeu électoral, à travers la courroie du Parti démocrate, mais dans le cadre municipal principalement (sans négliger le soutien à Bernie Sanders, qui a apparemment contribué à relégitimer les idées social-démocrates).

Nicolas Lebourg, dans sa conclusion, avance un certain nombre de thèses discutables, ainsi de l’horizontalité comme perspective indépassable de notre temps face à un léninisme « liquidé » dans les sociétés industrielles. Ne peut-on pas envisager, néanmoins, l’hypothèse que le léninisme irrigue de nouveau, sous différentes formes partielles, les mouvements révolutionnaires ? Il insiste toutefois sur un fait indéniable, le rejet de toute violence, annexée au terrorisme dans l’opinion publique, jusqu’à présent, estimant que « Dans un système de représentations où le chaos terroriste a remplacé la révolution comme horizon, les marges radicales n’ont pas encore trouvé une façon de faire comprendre leur activisme. » (p. 203), sans pour autant exclure un possible renouveau de ces mouvements sous des formes inédites. Voilà donc un ouvrage en forme de bilan d’étape, qui contient plusieurs textes aux réflexions stimulantes.

[1]    Sur cette question, lire l’indispensable essai de la philosophe Marie-José Mondzain, Confiscation des mots, des images et du temps, (Paris, Les Liens qui libèrent, 2017), dans lequel elle explique que « tout est fait aujourd’hui pour identifier la radicalité aux gestes les plus meurtriers et aux opinions les plus asservies ».

[2]    On notera l’absence, dans la bibliographie, de l’article que j’avais proposé, en complément du volume 1 de Dissidences, sur Action directe : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2005

[3]    En 1966, Jacques Camatte, militant du Parti communiste international (bordiguiste), le quitte, car il en critique les régressions théoriques. Il fonde alors, en 1968, la revue Invariance. La revue passe d’une volonté de restaurer ce qu’elle nomme le « programme prolétarien » (textes des diverses gauches communistes, dites communément et souvent improprement « ultra gauches ») à la remise en cause de la conception marxiste du monde. Une analyse intéressante, quoique partielle, de l’évolution de cette revue, sur http://tempscritiques.free.fr/spip.php?article301#_ftn1   (note de Christian Beuvain)

[4]    Ce collectif a publié deux ouvrages qui ont été chroniqués sur notre blog : Constellations. Trajectoires révolutionnaires du jeune 21e siècle (https://dissidences.hypotheses.org/5034) et Saisons. Nouvelles de la Zad (https://dissidences.hypotheses.org/8795).

Philippe Huet, Les Émeutiers, Paris, Payot et Rivages, collection « Rivages/noir », 2016 (2015 pour l’édition originale), 352 pages, 8,50 €

Résultat de recherche d'images pour "huet les émeutiers"Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Philippe Huet, né en 1942, fut un journaliste dans la presse régionale normande avant de devenir écrivain, d’abord en collaboration avec son épouse afin de populariser les idées de Jacques Gaillot, puis en signant des romans noirs se situant généralement dans un cadre local. Les Émeutiers, comme d’autres de ses livres, prend place dans la ville du Havre. Philippe Huet choisit d’y retracer un épisode historique important, celui de la grève mené en 1922 par les métallurgistes (les « métallos ») [1]. Pour ce faire, il suit le sort de plusieurs personnages. Le plus important, Louis-Albert Fournier, est à bien des égards un alter-égo de l’auteur : ancien combattant de la Première Guerre mondiale, dont il garde une patte un peu folle, il est un journaliste en plein essor, numéro 2 du Havre-Eclair, dont les sympathies penchent toutefois du côté des opprimés (rappelons que Philippe Huet a écrit des ouvrages dénonçant clairement Robert Hersant) ; à l’occasion des événements tendus du Havre, il renoue également avec un amour de jeunesse, la belle Hortense, véritable incarnation de l’émancipation féminine alors en marche, insatisfaite de son union avec un financier américain.

Les autres personnages principaux sont, entre autres, Victor Bailleul, sauveur de Fournier durant la Grande Guerre, et métallo en grève ; son épouse Antoinette, victime d’une dépression à la suite du départ de ses enfants dans une famille d’accueil ; Léon Meyer, maire centriste du Havre ; le commissaire Ciotta, qui s’est fait une spécialité de la chasse aux leaders syndicalistes et autres agitateurs révolutionnaires à ses yeux. On trouve même une figure historique en la personne du futur écrivain Céline, alors qu’il n’est encore qu’un médecin anonyme, mais portant déjà sur le monde et ses semblables un regard désabusé et misanthrope. L’intrigue, linéaire, alterne entre les points de vue des divers acteurs, suit le déroulement de la grève, la stratégie de la tension privilégiée par le patronat, le soutien populaire dont bénéficient les grévistes et l’extension du mouvement, jusqu’à la décision gouvernementale entraînant l’usage de la force. C’est alors l’armée qui est mobilisée, suscitant des affrontements de rue et l’arrestation des meneurs de la grève, sous prétexte de conspirations insurrectionnelles. Et derrière ces événements, l’ombre de l’affaire Jules Durand [2], syndicaliste révolutionnaire animateur d’une grève des charbonniers en 1910 et victime d’une cabale judiciaire (il fut accusé d’un meurtre dont il n’était pas coupable, et en ressortit brisé à vie).

La prose de Philippe Huet est limpide et d’une lecture aisée, nous plongeant efficacement dans le quotidien d’une époque : la vie simple et difficile des métallurgistes (le drame touchant Victor en est une forme exacerbée), la géographie sociologique du Havre d’alors, les divisions de la classe politique et bourgeoise, entre anciennes générations plutôt soucieuses de conciliation et de patronage social, et nouvelles générations n’hésitant pas à affronter de plein fouet ce radicalisme ouvrier derrière lequel elles voient la main de Moscou, sans oublier les états d’âme de Fournier, découvrant le positionnement conservateur de son patron et son soutien à la manipulation intéressée de l’information, ce qui le pousse à la démission par souci des principes et de véracité. Si cette ambiance de « peur du rouge » est bien restituée, tout comme le traumatisme profond laissé dans les cœurs et les corps par la Première Guerre mondiale, on pourra simplement regretter un manque de détails et d’approfondissement quant aux affiliations des ouvriers qui à l’anarchie (ou au syndicalisme révolutionnaire), qui au Parti communiste.

[1]    Voir Patrice Rannou, Le Havre 1922. La grande grève de la métallurgie, Paris, CNT, 2011.

[2]    Lire le compte rendu de Christian Beuvain sur l’ouvrage de John Barzman et Jean-Pierre Castelain (sdd), Jules Durand. Un crime social et judiciaire, Paris, L’Harmattan, collection « Inter-National », 2015, http://dissidences.hypotheses.org/8083. Philippe Huet a lui-même écrit un précédent roman sur cette affaire, Les Quais de la colère (Albin Michel, 2005).

Yves Meunier, La Bande noire. Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885), Paris, L’échappée, 2017, 189 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Au début des années 1880 – plus précisément de 1882 à 1885 –, dans le bassin minier de Saône-et-Loire, un groupe d’anarchistes, connu sous le nom de La Bande noire, défraya la chronique par ses « dynamitages de croix, d’édifices religieux et de domiciles de petits chefs à la solde du patronat » (p. 8) ; préfiguration, selon l’auteur, de la « propagande par le fait » des années 1890 à Paris1. C’est cette histoire, en empathie avec ses protagonistes, qu’Yves Meunier, en « s’appuyant sur un important travail de documentation et d’analyse » (p. 19), étudie dans ce livre. Et il le fait en fonction d’un parti-pris politique sur lequel nous reviendrons.

L’intérêt de cet essai tient en partie au regard impressionniste qu’il porte sur une micro-société – et sur la contre-société (avec ses chansons notamment) des mineurs : Montceau-les-Mines et ses alentours. Y domine l’exploitation croisée du patron de la Compagnie des mines de Blanzy, Léonce Chagot, et celle du curé Gaulthier, bientôt renforcée encore par la gendarmerie et le commissaire Charles Thévenin. Par le biais de la délation, l’éducation (?), le contrôle social, la menace du chômage, et même l’urbanisme – rues rectilignes et à angles droits – l’ordre (moral et politique) règne. C’est « le système Chagot »2. D’où l’importance des cabarets, bistrots et autres estaminets où l’on peut se rencontrer, parler et échapper à cette surveillance. D’où, également, les réunions clandestines qui se tiennent de nuit et dans les bois.

Jean-Baptiste Dumay (1841-1926), ancien communard, auréolé de son action militante, revient d’exil fin 1879, et crée les premières chambres syndicales dans le bassin. Elles sont organisées en groupes de vingt personnes maximum pour contourner l’interdiction à l’époque de toute association de plus de vingt personnes (de même, était interdite l’affiliation à l’Internationale). Ce renouvellement organisationnel participe d’une réorganisation plus générale du mouvement ouvrier français, à travers entre autre l’institutionnalisation du Parti ouvrier. Et Meunier de souligner le paradoxe, au cœur du Bourgogne ouvrier, de ces chambres syndicales de mineurs, à la tête desquelles, il n’y a aucun mineur !

Au cours de l’été 1882, des croix et édifices religieux sont dynamités. La nuit du 15 août (jour de fête catholique), une émeute se produit. Plusieurs centaines d’ouvriers saccagent la chapelle de Montceau-les-Mines. La haine et la violence que génère l’institution religieuse dans ce bassin minier – et que l’on retrouvera plus tard, toutes proportions gardées, lors de la Guerre civile espagnole – est en rapport avec le pouvoir qu’elle sert et qu’elle exerce, en ayant constitué avec le patronat local un alliage particulièrement oppressif. Le procès qui s’en suit – et qu’Yves Meunier analyse en détails – a un impact national. Mais cela n’empêche pas pour autant les dynamitages de se poursuivre, même s’ils représentent plutôt, au vu des faibles dégâts, autant d’actes symboliques (p. 67)3. Une partie des ouvriers, confrontés à la misère et à l’oppression, à la tactique électoraliste qu’ils voient comme une impasse, sont en voie de radicalisation.

C’est dans une lettre de menace (reproduite ici) au « curé Gaulthier, vieux buveur d’eau bénite, vieux sale » qu’ apparaît pour la première fois la signature de « La Bande noire ». Mais, en réalité, « La Bande noire », selon Meunier, recouvre divers groupes, adoptant, au fil du temps, des formes organisationnelles variées (société secrète – baptisée La Marianne –, chambre syndicale, regroupement anarchiste). Il s’agirait donc plutôt d’un « label » : « connu dans un premier temps des forces de police, puis popularisé par la presse. Des individus le reprendront à leur compte et l’utiliseront au moment de mener des actions illégales. En somme, une marque de fabrique qui n’appartiendra à personne, mais qui fera beaucoup parler d’elle » (p. 21).

En novembre 1884, noyauté par un mouchard, qui pousse à l’action terroriste, le groupe est démantelé et arrêté. La répression s’abat et marque la fin de La Bande noire ; l’explosion au domicile de l’épouse du mouchard, le 20 octobre 1885, « sonne la fin de la partie » et constitue la dernière action du groupe (p. 157). Yves Meunier s’attarde alors à suivre le cheminement des divers protagonistes, de la prison en Nouvelle-Calédonie jusqu’en France, au-delà de cette année 1885.

Le double enjeu de ce livre est de mettre en avant le caractère politique de l’action de La Bande noire, en démontant de manière convaincante les interprétations qui la réduisent à un complot ou à un mouvement « pré-politique ». Yves Meunier, par ailleurs, cherche à revaloriser cette forme d’activisme, au miroir d’une stratégie réformiste qu’il critique sévèrement. Cela l’entraîne cependant à parfois tordre le bâton dans l’autre sens. Ainsi, on peut tout à la fois reconnaître la sincérité de ces ouvriers et le caractère politique de leurs dynamitages, tout en ne faisant pas l’économie d’une analyse critique des « failles » organisationnelles – qui rendaient le mouchardage et l’infiltration particulièrement faciles, et ne permettaient guère de s’inscrire dans la durée –, ainsi que de la surenchère insurrectionnelle et, enfin, de l’opposition fétichisée entre l’action et la théorie.

Pour expliquer la radicalisation d’une partie des jeunes ouvriers – qui voulaient « renverser la table » – et leur éloignement en conséquence de l’option réformiste, Meunier avance des différences de classes et/ou de positionnements au sein de la classe ouvrière, ainsi qu’une « lutte générationnelle » (p. 16). Mais peut-être la « rupture politique » (p. 20) qu’il met en avant, autour de 1882, entre La Bande noire, anarchiste, d’une part, et les socialistes, de l’autre, doit-elle être appréhendée de manière plus nuancée. À trop insister sur l’opportunisme et l’ambiguïté des cadres socialistes, ne risque-t-on pas de « plaquer » sur l’action politique d’alors, des classements qui n’étaient pas aussi marqués qu’aujourd’hui ? Les frontières et antagonismes entre les divers courants du socialisme – anarchisme, blanquisme, collectivisme, etc. – pour théorisés qu’ils étaient, ne semblent-elles pas, dans la pratique, plus poreuses et ambivalentes qu’elles ne le laisseraient supposer ? Au moins dans un premier temps, avant que ne se dessinent avec plus de force les divergences et oppositions4. En témoigneraient les « trêves électorales » des attentats en 1883 et 1884 (p. 100), ainsi que l’article que Paul Brousse (1844-1912), le dirigeant socialiste « possibiliste », consacre au procès de La Bande noire en 1882, distinguant deux formes d’insurrection révolutionnaire : « la propagande par le fait insurrectionnel » et « la propagande par le fait légal » (p. 59).

Se terminant par une série d’annexes, bien documenté, La Bande noire. Propagande par le fait dans le bassin minier (1878-1885) se lit à certains moments comme une chronique sociale, voire un polar. Il offre de la sorte une synthèse intelligente de cette histoire mouvementée. Dommage cependant qu’Yves Meunier n’explore pas plus la réception et l’impact « culturel » de La Bande noire puisque c’est à cette occasion que l’expression du « Grand soir » va émerger et se diffuser.

1Entre 1892 et 1894, la capitale française est frappée par une série d’attentats anarchistes (les Affaires Ravachol, Émile Henry, Vaillant et l’assassinat du président de la République, Sadi Carnot, par Caserio.

2« Je tiens à dire que je ne tolérerai jamais à Montceau de démonstration publique contre la religion et la société. Les ouvriers sont libres chez eux. Au dehors, j’entends qu’ils n’insultent pas à mes convictions et je le proclame ici hautement » affirme ainsi Léonce Chagot lors du premier procès de La Bande noire en 1882. Lire Emmanuel Germain, « La Bande Noire : société secrète, mouvement ouvrier et anarchisme en Saône-et-Loire (1878-1887) », Revue électronique Dissidences [en ligne], n° 3, printemps 2012 (2 mars 2012), sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1838

3Selon Emmanuel Germain, « Ceci laisse penser que le but de la bande était d’abord de décourager de nouvelles vocations de mouchards par la « terreur » mais non par le meurtre », ibidem.

4« … en ce début des années 1880, les « frontières identitaires » entre socialisme, anarchisme ou syndicalisme sont très lâches. De nombreux « chevauchements et glissements » s’opèrent entre ces groupes » écrit ainsi Emmanuel Germain, ibidem.

Alessandro Stella, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », 2016, 168 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alessandro Stella, chercheur au CNRS, est surtout connu pour son travail de thèse consacré à la révolte des Ciompi, dans la Florence du XIVe siècle1. Dans ce petit ouvrage, il revient sur son passé, celui d’un acteur des « Années 1968 » en Italie. Plus que d’une véritable étude historique, il s’agit d’un témoignage autobiographique, qui bénéficie de l’expérience de l’historien, sans pour autant chercher à livrer une analyse incontestable sur cette question (on n’y trouve quasiment aucune référence de documents d’époque, essentiellement des notes bibliographiques).

Son récit débute en 1979 par une tragédie, la mort de camarades dans l’explosion d’une bombe qu’ils préparaient, suivie par des arrestations et le suicide d’un autre compagnon. Alessandro Stella est alors contraint de passer dans la clandestinité, même si son groupe, distinct des Brigades rouges ou de Prima Linea, en cela que ses membres pratiquaient militantisme public et lutte armée en parallèle, n’était responsable d’aucun mort, sinon dans leurs propres rangs. Leur pratique, faite de vols de voitures, d’auto-financement, ne peut selon lui être comprise et donc jugée qu’en lien avec le contexte dans lequel elles ont eu lieu, analyse pour laquelle on reconnaît bien l’approche de l’historien.

C’est ce qui amène Alessandro Stella à effectuer un retour en arrière, vers la fin des années 1960, marquées par un état d’esprit puissamment contestataire et l’espoir d’un autre communisme (l’exemple d’Il Manifesto, dissidence du Parti communiste italien [PCI], est cité). Il prend surtout comme événement emblématique le 19 avril 1968, lorsque dans la province de Vicence, celle de sa famille, à Valdagno plus précisément, les ouvriers de l’usine textile Marzotto déboulonnent la statue du fondateur de l’entreprise et revendiquent la mise en place de conseils d’usines. C’est cette organisation par en bas, ces mobilisations diverses et générales, poussant vers des réformes de plus en plus radicales, qui constituent pour Alessandro Stella autant de germes de ce qui allait devenir l’Autonomie ouvrière. De parents enseignants, incarnant l’ascension sociale de la famille, et votant plutôt pour la démocratie-chrétienne, Alessandro Stella, né en 1956, a pu être influencé par leur sensibilité à la misère ; tous deux ont d’ailleurs témoigné à son égard d’une solidarité sans faille, malgré leurs désaccords. Il commence à militer à l’âge de quinze ans, d’abord contre l’autoritarisme du système éducatif. Sa culture se forge alors aussi bien par ses lectures que par la musique, dont l’importance cruciale est soulignée avec une grande justesse. Participant à des manifestations, des grèves, des distributions de tracts de toutes sortes, il adhère finalement au groupe Potere Operaio en 1971, après un bref passage dans les jeunesses du PCI. Mais en 1975, le groupe local se divise en deux : « Classe et parti » regroupe les militants les plus âgés, dans une optique plus théorique, plus intellectuelle, classiquement léniniste, tandis que l’autre branche à laquelle appartenait Alessandro Stella, baptisée « Collectif politique », s’avère plus jeune et plus motivée par des actions pratiques, plus unitaire également.

C’est dans ce contexte de radicalisation générale que la lutte armée devient une option naturelle. Pour expliquer ce « (…) son de tam-tam, de plus en plus fort et diffus, d’appel aux armes. » (p. 81), l’auteur effectue un très utile retour sur l’histoire récente de l’Italie, les occasions manquées de la Libération, génératrices de frustrations (ainsi de l’insurrection avortée de 1948), l’importance de la mémoire révolutionnaire et de certaines figures héroïques de lutte contre le fascisme, ainsi que le massacre de la piazza Fontana et la peur générée par le coup d’État chilien. Ce que l’on retient en particulier de ces analyses, c’est que la lutte armée n’est en aucune manière un phénomène extérieur et étranger aux mouvements de ces longues années 1968, mais au contraire sa prolongation, sa continuation sous d’autres formes. C’est là ce qui fait la singularité de la situation italienne, par rapport à la France, par exemple, où les luttes connaissent un reflux dès la seconde moitié des années 1970. En Italie, l’apogée du mouvement ouvrier et des conquêtes qu’il avait réussi à obtenir – l’échelle mobile des salaires, en particulier – se situe au mitan de la décennie, et dans la continuité de ce mouvement ascendant, l’Autonomie ouvrière, myriade de groupes décentralisés, avança des revendications plus poussées, telles les 35h de travail payées 40, le salaire garanti, ou le salaire domestique. Il y a là, également, un phénomène générationnel, selon les dires d’Alessandro Stella, un désir de révolution totale, qui passait, dans le cas de son groupe, par la consommation de stupéfiants, la pratique de l’amour libre, la mise en place d’une radio clandestine, les auto-réductions, les « rondes ouvrières » afin de lutter contre les heures supplémentaires du samedi, ou l’isolement d’un quartier afin d’y mener des actions symboliques. Ce mouvement multiforme connut une forme de climax en 1977, de par son activité tous azimuts et le soutien populaire dont il bénéficiait.

Dans l’exaspération des événements, leur dénouement en une course folle vers l’abîme, Alessandro Stella incrimine au premier chef la politique étatique de répression forcenée, s’exonérant des lois, pratiquant la torture et ce qu’il compare aux purges staliniennes dans le processus judiciaire, visant à extraire « (…) la « maladie » révolutionnaire » du corps social (p. 42). Mais il souligne également les responsabilités des médias et du Parti communiste italien, ligués également contre eux, ainsi que la trahison de bien des intellectuels « révolutionnaires », n’ayant pas osé aller jusqu’au bout de leurs analyses radicales. Sans oublier la dynamique propre que génère l’usage des armes et de la violence. Dans son cas personnel, après une période de clandestinité, il choisit l’exil2, d’abord en Amérique latine, puis, après la promesse d’un asile faite par François Mitterrand, en France, parmi les premiers Italiens à en bénéficier. Comme d’autres auteurs3, Alessandro Stella contribue par son témoignage à une meilleure appréhension et compréhension de ces « années de plomb », expression éminemment réductrice et intéressée ; loin d’une lecture au filtre « terroriste » ou complotiste, il démontre avec conviction la nature profondément politique de cette période (il évoque un « conflit social politico-militaire », p. 138). Cet amour de la vie, c’est toujours ce en quoi Alessandro Stella croit, même si cela s’incarne aujourd’hui, paradoxalement, avant tout dans des myriades d’autonomies individuelles, bien loin des élans collectifs autour d’un « pouvoir ouvrier ».

1Alessandro Stella, La Révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993.

2Il défend cette position contre ceux qui estiment que la solidarité exigeait de demeurer en Italie, en faisant, sans doute de manière légèrement exagérée, une manifestation de lutte collective, par les réseaux que cet exil impliquait et sollicitait.

3Voir l’article « Romans, lutte armée et terrorisme contemporain », à paraître dans le volume 16 de Dissidences.

Jacques Leclercq, (Nos) Néo-nazis et ultras-droite, Paris, L’Harmattan, 2015, 528 pages, 49 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Jacques Leclercq, nous avons eu l’occasion par le passé de rendre compte de ses nombreux travaux documentaires, plus convaincants sur l’extrême droite1 que sur l’extrême gauche2. Ce nouveau fort volume complète les trois précédents consacrés aux franges les plus extrêmes de la droite, à ceci près qu’il présente un caractère plus hybride. Il offre en effet, dans sa plus grande partie, un portrait des nationaux-socialistes à la française. Après quelques définitions préalables (dont celle du fascisme, succincte et réduite à sa spécificité italienne), sont présentées les différentes organisations collaborationnistes durant la Seconde Guerre mondiale, dont Jacques Leclercq souligne l’importance quantitative à l’échelle de la population. Un listage plutôt exhaustif, qui comprend un certain nombre de transfuges de la gauche, comme René Mesnard (SFIO) et Jacques Teulade (PCF) du Comité ouvrier de secours immédiat, mais aussi des personnes ayant opéré l’évolution inverse, à l’image de Serge Vincent-Vidal, fondateur des Formations éclair révolutionnaires, puis Waffen SS, qui passe dans les années 1968 au mouvement maoïste.

La suite se révèle nettement plus indigeste. Les différentes organisations nationales-socialistes plus contemporaines sont en effet abordées sans ordre chronologique ou alphabétique, en un texte d’une pièce duquel on peine souvent à extraire l’essentiel. On y retrouve, pour nous en tenir à ce qui fait le cœur de notre travail à Dissidences, des figures venues du trotskysme (René Binet, pionnier du renouveau national-socialiste après la guerre) et surtout des constructions idéologiques mêlant références a priori opposées : les nationaux-bolcheviques ou Nazbols du MNBF3, qui considèrent la RDA de Honecker comme un modèle, ou de l’OSRE4 ; les nationalistes-autonomes, inspirés des Black Bloc et favorables à une « politique coopérative ouvrière et anticapitaliste » (p. 199) et à une allocation de vie universelle ; les nationalistes révolutionnaires, dont Nouvelle résistance de Christian Bouchet, ayant succédé à Troisième voie, qui pratiqua un entrisme chez les jeunes Verts ou Socialisme international, trotskyste, ou encore la Troisième voie de Serge Ayoub, qui rendit hommage en 2011 à Roger Salengro. Citons également une curiosité qui frise le ridicule, la Sororité aryenne, alliant national-socialisme et sexe, jusqu’à la pornographie, tout en se revendiquant d’une réconciliation de « (…) Marx avec Maurras, Heinrich Himmler avec Herbert Marcuse (…) » (p. 85).

Mais la prose est ici bien trop dense, marquée par plusieurs redites, des transitions parfois peu claires entre réalités numériques et activistes, et il manque clairement des frises chronologiques et des organigrammes permettant de se repérer dans une nébuleuse en constante ébullition, ainsi qu’une bibliographie détaillée. De plus, les sites Internet ou les publications, dont quelques extraits sont proposés (mais souvent en corrigeant les fautes d’orthographe), ne sont pas réellement analysés en profondeur ni en totalité (pourquoi tel numéro plutôt que tel autre ?), et insuffisamment contextualisés. En fait, ce qui manque à ce recueil de données d’une incontestable richesse, c’est une véritable problématisation, un effort d’organisation visant à proposer une typologie de ces divers groupes, et du même coup un certain nombre de définitions : qu’est-ce exactement que l’ultra-droite du titre ? Comment différencier les différents surgeons du national-socialisme en France, que ce soit par leurs références ou leurs positions sur l’évolution du monde5 ? Une organisation comme le GUD, par exemple, dont les actions sont toujours très violentes, peut-elle être considérée comme authentiquement néo-nazie ? Certes, c’est là chose particulièrement difficile à mener, vu la profusion de références, le manque d’informations toujours fiables et précises, et la porosité des frontières entre les catégories proposées par Jacques Leclercq (suprémacistes des groupes Blood and Honour, négationnistes ou skins, qui ont d’ailleurs droit à une bonne synthèse), mais c’est également le seul moyen de dépasser la simple recension documentaire, nécessaire mais qui n’est qu’une première étape.

Autre défaut de ce volume, les nombreuses illustrations reproduites en noir et blanc, souvent de sites Internet, ne sont pas explicitées avec précision. L’ouvrage se termine par une mise à jour des compilations précédentes, où l’on retrouve plusieurs développements intéressants : sur l’œuvre française, dissoute en 2013 à la suite de la mort de Clément Méric mais toujours active et existante, en particulier sur Internet ; sur le Bloc identitaire, cadre de certaines recompositions en validant la résistance gaulliste et en délaissant l’antisémitisme traditionnel (la notion gramscienne d’hégémonie est également explicitement revendiquée) ; d’Égalité et Réconciliation d’Alain Soral, qui se place dans la lignée des SA et s’est engagé fin 2014 dans la création de Réconciliation nationale avec Dieudonné ; du groupe La Dissidence, partisan d’un coup d’État militaire en France ; ou du Lys noir, qui a réussi une intoxication de grande ampleur à l’été 2013, dans le sillage de la Manif pour tous, en réussissant à faire croire à un possible coup d’État préparé par les officiers catholiques contre le gouvernement Hollande…

Jean-Guillaume Lanuque

1Son Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, de Droites conservatrices, nationales et ultra. Dictionnaire 2005-2010 a été chroniqué sur notre ancien site, et De la droite décomplexée à la droite subversive. Dictionnaire 2010-2012 l’est sur notre blog.

2Voir la critique détaillée de Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013 sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3794

3Mouvement national-bolchevique français.

4Organisation socialiste révolutionnaire européenne.

5Est ainsi sensible une ligne de faille entre militants privilégiant l’antisémitisme, en s’alliant au besoin avec des forces musulmanes comme celles de l’Iran chiite (le Parti solidaire français, par exemple), et militants préférant réserver leurs coups aux musulmans. Une autre voit des divergences sur la situation en Ukraine, entre pro-Ukrainiens et pro-Russes (et donc séparatistes).

Fanny Bugnon, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot-Rivages, collection « Bibliothèque historique Payot », 2015, 240 pages, 21 €.

Un compte rendu et un entretien de Jean-Guillaume Lanuque

Sur les groupes ayant appliqué une forme de lutte armée souvent qualifiée de terroriste en Europe dans la seconde moitié du XXe siècle, mis à part des témoignages (surtout sur le cas italien1), les études existent, mais sont souvent rares en français : outre le premier volume de notre collection Dissidences (et ses compléments en ligne) et les travaux pionniers d’Isabelle Sommier, on peut citer l’ouvrage d’Anne Steiner et Loïc Debray2, et celui dirigé par Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonnucci3. Fanny Bugnon4, pour sa part, a choisi de mener une thèse consacrée à un angle bien spécifique, celui des femmes membres de deux de ces organisations, la Fraction armée rouge allemande et Action directe. L’objectif étant à la fois de « penser la violence politique des femmes » (p. 14) et de comprendre « la fabrique des femmes terroristes » (p. 19), en mettant largement à profit les sources journalistiques.

Le grand intérêt de ce travail, c’est en effet de décrypter la perception médiatique des femmes combattantes de ces deux groupes, qui déclinent plusieurs thématiques particulières. Il y a d’abord, avec les actions initiales de la RAF, l’idée d’un phénomène d’origine étrangère, et plus particulièrement allemand, irréductible à la situation française, avec la réutilisation de stéréotypes (la réactivation de la violence nazie, ou la froideur germanique). Mais la dominante majeure de l’analyse des journaux retenus, c’est une forme de malaise à l’égard de ce qui est perçu comme une transgression des rôles sexués. Dans un contexte qui voit concomitamment les femmes accéder à des fonctions dans l’armée et la police, les militantes armées politiques sont jugées plus dures que les hommes, plus coupables également5. Sont alors réactivées des images ancrées dans la culture dominante, celle d’un déséquilibre psychologique (qui peut être lié au refus d’être mère), mais également celle de séductrices, de produits d’une libération – jugée débridée – des mœurs dans ces années 1968 (même si cette image de séductrice relève clairement de la longue durée des mentalités collectives). Ce qui ressort de ce tableau, c’est une forme appuyée de dépolitisation, un refus apparent de prendre en compte les écrits et les déclarations politiques et argumentées de ces femmes, qui sont de la sorte totalement minorées. Fanny Bugnon s’intéresse également aux figures mythiques qui sont reprises à cette occasion, celle des amazones qui ont donné leur titre au livre, mais également celle des furies, par exemple ; on reste toutefois en partie insatisfaits, cette déclinaison de l’étude manquant en grande partie d’analyses approfondies6.

Le choix de mener une étude parallèle de la RAF et d’AD manque par ailleurs de justifications, car même si les deux organisations connaissent un rapprochement marqué au milieu des années 1980, il aurait sans doute été fertile de prendre également en compte les Brigades rouges italiennes, voire l’ETA ou l’Armée rouge japonaise… A condition, bien sûr, de disposer de davantage de temps de recherche. Autre limite, et non des moindres, une tendance à parfois laisser croire à une sur-interprétation des faits7. C’est ce qui rend certaines parties plus fragiles, comme celles évoquant le modèle de l’amoureuse déçue chez les militantes8 (d’autant qu’il y a derrière réalité ou tactique judiciaire). Une citation isolée ne suffit pas toujours à convaincre d’un état d’esprit général, et il aurait été pertinent de prendre davantage d’exemples dans un corpus de 3 000 articles de presse, tout comme il aurait été utile de disposer d’une comparaison détaillée avec le traitement dévolu aux hommes des deux organisations. Il est à ce titre dommage qu’une thèse que l’on imagine copieuse ne fasse l’objet que d’une transposition visiblement très abrégée, au risque de perdre de sa force de conviction9.

Entretien : Cinq questions à… Fanny Bugnon10

  1. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont conduite au choix de votre sujet de thèse ?

Dès mes premiers travaux de recherche, je me suis intéressée à l’histoire des femmes et des marges politiques, ainsi qu’aux formes de régulation sociale afférentes : les Repopulateurs comme forme d’antiféminisme au sortir de la Première Guerre mondiale qui débouche sur la législation de 1920 et 1923 réprimant l’avortement et la “propagande anticonceptionnelle” (mémoire de maîtrise) ; l’affaire Germaine Berton, du nom de cette militante anarchiste qui assassine en 1923 Marius Plateau, responsable de l’Action française et des Camelots du Roi et dont le procès s’achève sur un acquittement (mémoire de DEA). Au cours de mes lectures, il est ressorti que la criminalité politique des femmes au XXe siècle constituait un sujet mal connu. C’est à la faveur de ce constat que j’ai décidé de poursuivre mon travail de thèse sur ce sujet, en me concentrant sur la période de l’après-68, marquée par la réactivation de la violence révolutionnaire dans les démocraties occidentales, et la participation remarquable et remarquée de femmes dans les rangs de ces groupes. En raison de l’inaccessibilité des archives de police et de justice, j’ai choisi d’analyser la médiatisation française de la violence politique à travers la fabrique du “terrorisme” comme catégorie médiatique.

  1. Pourquoi vous être uniquement concentrée sur la RAF et Action directe, sans prendre également en compte d’autres groupes armés contemporains, comme les Brigades rouges, l’Armée rouge japonaise ou ETA ?

Mon idée de départ était de travailler sur les militantes des organisations révolutionnaires violentes de l’après-68 dans les démocraties occidentales qui ont en commun de compter un nombre significatif de femmes dans leurs rangs. Le constat de la rareté de la bibliographie sur le sujet, et surtout sur l’histoire de la violence politique en France – notamment dans le cas d’Action directe (1979-1987) –, m’a conduit à redéfinir mon sujet pour retracer l’histoire de la violence révolutionnaire dans le dernier tiers du XXe siècle, en prenant en compte non seulement la période d’activité des organisations, mais également leur démantèlement et leurs procès. Il a donc fallu recentrer la focale. J’ai choisi de me concentrer sur la France et l’Allemagne (RFA) pour deux principales raisons : la violence révolutionnaire outre-Rhin joue un rôle de miroir déformant dans la perception de la violence révolutionnaire en France en mobilisant les stéréotypes nationaux et le passé commun entre les deux pays (l’Allemagne fait également l’objet d’une plus grande attention de la part de la presse française, indépendamment de l’intensité du phénomène en Italie, au Japon ou en Espagne) ; les principales organisations allemande (la Fraction armée rouge – RAF) et française (Action directe) ont en outre annoncé leur fusion en janvier 1985 au nom de l’unité des révolutionnaires en Europe de l’Ouest et ont mené ensemble des attentats anti-impérialistes contre des cibles militaires de l’OTAN.

  1. La version publiée de votre thèse semble très réduite par rapport à la thèse elle-même : comment ce choix a-t-il émergé avec l’éditeur ?

On m’a souvent fait remarquer que ma thèse en comportait en réalité deux : l’une sur l’histoire de la violence révolutionnaire en France et en Allemagne, l’autre sur la fabrique de la catégorie “femmes terroristes”. Après discussion avec mon éditeur, il a été décidé que la version (très) remaniée de ma thèse se concentrerait sur la deuxième, qui était mon sujet de départ et qui constitue un angle mort de l’historiographie.

  1. Songez-vous d’ailleurs à un élargissement géographique ou même historique de votre angle de recherche ?

Pour l’heure, je ne souhaite plus travailler sur la violence politique. Bien des questions restent cependant à étudier, et il serait notamment intéressant de mener une analyse comparée des militantes des organisations révolutionnaires et des organisations nationalistes, dans les processus de décolonisation, mais également du côté des mouvements séparatistes, à la fois sur le plan de leur trajectoire biographique et militante, de leur visibilité dans les organisations armées et de la médiatisation dont elles sont l’objet.

  1. Quels sont actuellement les travaux auxquels vous vous consacrez ? Des publications sont-elles d’ores et déjà prévues ?

A la faveur d’un postdoctorat, j’ai poursuivi mes recherches sur une autre forme de marginalité politique féminine illégale : les femmes élues en France avant d’en avoir le droit (en 1944), c’est-à-dire les femmes élues sur des listes municipales communistes à partir de 1925, sur consigne du Secrétariat féminin de l’Internationale communiste. Cette question met en rivalité communistes et féministes autour de l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Je me suis tout particulièrement intéressée au cas de Douarnenez, première municipalité française à porter à sa tête un maire communiste en 1921, et à élire une femme, Joséphine Pencalet, ouvrière des conserveries de poisson de 38 ans, en 1925, et aux débats internes au PCF sur l’opportunité ou non de présenter des candidatures féminines qui seront in fine invalidées par la justice administrative. J’en ai notamment tiré un article pour Vingtième siècle11 et ai participé à un documentaire consacré à cette pionnière (la présentation est en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=f2VQbiiUW38 ).

1Par exemple le livre d’un des créateurs des Brigades rouges, Mario Moretti, Brigate Rosse, Paris, Amsterdam, 2010.

2Anne Steiner, Loïc Debray, RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, L’échappée, 2006, chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1542

3Marc Lazar, Marie-Anne Matard-Bonnucci (dir.), L’Italie des années de plomb, Paris, Autrement, 2010.

4Fanny Bugnon avait publié un article dans le volume 13 de Dissidences, « Venger Pierre Overney ? Controverse autour d’un mot d’ordre. ».

5Sur ce point, des comparaisons avec des femmes criminelles, de l’époque ou plus anciennes, se seraient sans doute révélées intéressantes.

6Pourquoi les furies antiques plutôt que Médée, par exemple, personnage pourtant oh combien riche et incarnant une forme repoussante de la femme pour bien des hommes ?

7Ainsi, l’assassinat de Georges Besse ne fut pas seulement un choc du fait que les responsables étaient deux femmes (p. 72), mais également de par le statut de la victime celui d’un patron, d’un non combattant, contrairement au général Audran. De même, dans les figures mythiques invoquées, celle des sorcières ou des pétroleuses ne sont appuyées que sur une occurrence des sources chacune, tout comme le thème de la masculinisation / desexualisation de ces femmes militantes (p. 157-158). Enfin, le lien explicitement fait entre le mouvement féministe et l’engagement radical de ces femmes, avec l’exemple de la mort de Georges Besse, ne se trouve ici que sous la plume de Ménie Grégoire.

8Deux exemples seulement sont convoqués, ceux de Frédérique Germain et de Paula Jacques, toutes deux de la nébuleuse d’Action directe.

9Un détail iconographique est également légèrement gênant : le fait que les photographies de femmes retenues pour figurer en couverture et sur la quatrième ne soient à aucun endroit explicitées.

10Entretien réalisé par courriel le 2 septembre 2015.

11Fanny Bugnon, « De l’usine au Conseil d’État. L’élection de Joséphine Pencalet à Douarnenez (1925) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 125, 2015/1, p. 32-44.

Eric Hazan, La Dynamique de la révolte. Sur des insurrections passées et d’autres à venir, Paris, La Fabrique, 2015, 160 pages, 10 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouveau petit essai de l’éditeur Eric Hazan s’inscrit dans le prolongement de son précédent livre, Premières mesures révolutionnaires (écrit avec Kamo)1, qui restait justement silencieux sur le moment révolutionnaire proprement dit, ce passage permettant de basculer de l’ordre ancien vers l’ébullition d’un autre temps social. Pour tenter de cerner les grandes lignes de ce que pourrait être la matrice des insurrections – victorieuses – à venir, à défendre, à préparer, l’auteur convoque un certain nombre d’expériences révolutionnaires passées, qu’il estime nécessaires de se réapproprier.

Un souci pour l’histoire qui ne peut que nous réjouir, d’autant qu’il s’efforce de retracer de manière didactique, mais de manière plus brève que dans Une Histoire de la Révolution française2, le déroulement des événements, faisant de La Dynamique de la révolte une sorte d’abrégé révolutionnaire à destination de générations novices en la matière. Les choix opérés n’en demeurent pas moins en partie frustrants, car Eric Hazan évoque surtout la Grande Révolution, la révolution russe (1905 et 1917), la période révolutionnaire allemande de 1918 à 19233 et la révolution espagnole de 1936. S’en dégage une analyse que l’on peut qualifier de nuancée, voire de médiane, très éloignée d’une condamnation sans appel du marxisme ou du léninisme. En fait, l’idéal, selon Eric Hazan, réside dans une synthèse entre les apports respectifs de Lénine et de Rosa Luxembourg. Du premier, il retient le refus de « (…) toute collaboration avec les modérés, les conciliateurs, les opportunistes. » (p. 117), et de la seconde, la nécessité du spontanéisme des masses, contre toute militarisation de la révolution (il salue ainsi dans la victoire d’Octobre le rôle capital des masses, mais aussi, plus surprenant, de la chance !)4.

Ce sont même pratiquement des lois de l’histoire qu’il souhaite dégager, dont on retiendra en particulier l’absence de chaos au cœur même du cyclone révolutionnaire5, et la dangerosité de tout gouvernement provisoire, ayant pour seul objectif le retour à l’ordre traditionnel. C’est d’ailleurs dans le prolongement de cette leçon qu’Eric Hazan rejette le parlementarisme, saluant à la fois l’éviction des Girondins de la Convention en juin 1793 ou la dissolution par les bolcheviques de la Constituante, début 1918 ; une position radicale qui surprend et étonne, au sein d’une extrême gauche ayant eu tendance dans beaucoup de ses franges à incorporer du parlementarisme dans ses projections futures6. La charge est donc ici portée contre le postmodernisme, pour une inscription de la révolution future dans l’épaisseur de l’histoire, et contre ce qu’Eric Hazan traite comme des fétiches, des épouvantails destinés à dissiper les fumées de la lutte de classes, la République et la démocratie7.

Certains pourraient toutefois trouver à redire à ce tableau parfois en partie idéaliste (la force et l’implantation profonde du Front national sont clairement relativisées), qui fait également silence sur les scénarii précis d’une insurrection en France, par exemple8, ou sur les potentialités d’une guerre civile, consécutive au moment insurrectionnel proprement dit… Le sujet d’un prochain essai, peut-être ?

1Nous l’avions chroniqué en son temps sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4160

2Ouvrage également chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/2772

3Une traduction de l’ouvrage écrit par Chris Harman sur ce sujet est justement parue chez La Fabrique au mois de mai dernier, et sera prochainement chroniquée sur ce blog.

4A propos des analyses de Lénine sur le parti révolutionnaire, ou sur le récit de la révolution d’Octobre, on trouve quelques simplifications ou silences (pas de réel combat au palais d’hiver ?), mais très limités.

5« (…) ce qui s’installe lors de ces journées exceptionnelles, c’est une joie collective, le sentiment d’une fraternité retrouvée, et l’invention de nouvelles formes de vie. » (p. 14, souligné par l’auteur).

6On pense par exemple à l’évolution de la LCR. En lieu et place d’une assemblée de ce type, Eric Hazan ne propose malheureusement rien, ni un système alternatif de soviets, de conseils populaires (ceux de 1936 en Espagne sont largement salués), ni un délai minimum avant de procéder à d’éventuelles élections nationales, ainsi que le souhaitait Blanqui dans Le Communisme, avenir de la société, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4198

7« (…) elle tient le rôle essentiel de consoler d’une absence, celle d’une société qui aurait pour but le bonheur commun. Ce mot caoutchouc fait écran à la guerre civile à laquelle « nous sommes contraints depuis si longtemps », comme dit Blanqui de sa voix d’airain. C’est par ce rôle mystificateur que Démocratie est devenu le grand mot contre-révolutionnaire de notre temps » (p. 140).

8A l’exception d’un départ en périphérie plutôt qu’au centre parisien, et d’un nécessaire travail au sein des forces de l’ordre afin d’espérer en rallier une partie, tout cela demeurant très général, de la même manière que les moyens concrets, revendicatifs, permettant de mettre les masses en mouvement.

Albert Parsons, August Spies, Haymarket, pour l’exemple, Paris, Les Amis de Spartacus, collection “Cahiers Spartacus 1936-2006 “, 2006, 94 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Jean-Paul Salles *

Ce petit livre contient essentiellement les autobiographies de deux des animateurs du mouvement socialiste révolutionnaire de Chicago, pendus à la suite de l’attentat à la bombe survenu à la fin du meeting ouvrier de Haymarket Square (Chicago), le 4 mai 1886, au cours duquel ils avaient pris la parole. Une bombe explosa tuant un policier. S’ensuivit une fusillade qui fit six victimes parmi les policiers et de nombreux morts et blessés parmi les travailleurs. 7 policiers étaient morts, 7 anarchistes devaient mourir. Inculpés le 9 octobre 1886, ces militants écrivirent leur biographie à la demande des Chevaliers du Travail, pour populariser leur cause. Outre les deux biographies, on trouve dans ce livre la déclaration qu’August Spies fit à son procès. Ayant refusé de demander leur grâce, Parsons et Spies seront pendus le 11 novembre 1887, avec Fischer et Engel. Les trois autres inculpés seront graciés et libérés peu après. La répression ne mit pas fin à la mobilisation ouvrière, dès 1889 l’Internationale socialiste décide de faire du 1er Mai une journée internationale de lutte, en mémoire des « martyrs » de Chicago.

Dans sa déclaration August Spies nie avoir lancé la bombe ou connaître celui qui l’a fait. Il affirme que les témoins à charge ont été payés et que les juges sont au service des « princes du chemin de fer » et des capitalistes en général. Prenant le contre pied de l’accusation qui lui reproche de n’avoir parlé dans ses discours que de destruction et de dynamite, il affirme sa croyance à des formes de relations sociales plus humaines que le salariat, à savoir la coopération. Il se dit favorable à « une société d’êtres souverains, sans rois ni classes ». Il oppose son idéal d’anarchiste à celui des grandes entreprises américaines : gérées sous la surveillance de la police, de l’armée, des détectives privés, ayant recours à des agents provocateurs, elles refusent toute concession, toute réforme. Et il reproche à ses juges de ne voir dans les luttes ouvrières que complots, d’assimiler les militants à des criminels et à des voleurs. Il réaffirme donc les grands principes qui fondent son action et celle de ses camarades : l’indispensable propriété commune des moyens de travail, la production et la distribution coopératives. Et il ne nie pas que l’expropriation des classes dominantes nécessitera la violence, celle-ci étant nécessaire pour mettre fin à l’accaparement des richesses par une classe privilégiée. Il s’agit de faire en sorte que les réalisations et les bienfaits de l’humanité profitent à tous.

Publié en avril 2006 pour commémorer les 70 ans des Cahiers Spartacus, cet ouvrage nous donne aussi une biographie de René Lefeuvre (1902-1988), l’infatigable artisan de cette entreprise de publication de textes intéressant le mouvement ouvrier. Le premier volume publié par lui, en octobre 1936, fut le texte de Victor Serge, tout juste libéré d’Union soviétique, sur le premier procès de Moscou, qui vit la condamnation à mort et l’exécution des 16 accusés, parmi lesquels Kamenev et Zinoviev. Jusqu’à sa mort Lefeuvre n’a cessé de se battre, en publiant des dizaines de brochures, contre le stalinisme et contre la social-démocratie, pendant la Guerre d’Algérie notamment. C’est à ce moment qu’il quitta la SFIO, à laquelle il avait appartenu quelques années.

* Ce compte rendu, repris ici comme archive, date de mai 2007 et est d’abord paru sur notre ancien site Dissidences.net.

Sidération de la bombe ou le roman comme euphémisme. (Haymarket, 1886) : A propos de Franck Harris, La bombe, Clermont-Ferrand, La dernière goutte, 2015, 301 pages, 20 €.

Un billet de Vincent Chambarlhac

Un fait.

Les éditions La dernière goutte publient La bombe de Franck Harris, initialement paru en 1908. Il s’agit de la première traduction d’un roman consacré à l’attentat de Haymarket Square, à Chicago, le 4 mai 1886. Ce jour-là, après un rassemblement pacifiste pour la journée de 8h, la police chargeait brutalement la manifestation se dispersant, tirant pour tuer. Une bombe, lancée depuis les rangs des manifestants, frappait les forces de l’ordre, tandis que la répression allait crescendo. Le retentissement de ce premier attentat anarchiste sur le sol des États-Unis est énorme, à l’origine du 1er mai, et le procès qui suit largement commenté. Huit hommes sont accusés du meurtre des policiers – August Spies, George Engel, Adolph Fischer, Louis Lingg, Michael Schwab, Oscar Neebe, Samuel Fielden et Albert Parsons – ; le neuvième homme suspecté d’avoir lancé la bombe, Rudolph Schnaubelt, échappe aux arrestations. Sept des accusés sont condamnés à mort puisque Oscar Neebe y échappe. Finalement, trois peines sont commuées en détention à perpétuité après une longue et mondiale campagne de mobilisation ; quatre hommes sont pendus (Spies, Engel, Fischer, Parsons) le 11 novembre 1887, tous étaient innocents, seulement orateurs à Haymarket Square. Louis Lingg, qui fabriqua la bombe, se suicide en prison. Fondateur, l’épisode est connu et bien repéré par la littérature historique1, paradigmatique sur le sol américain des liens de l’anarchisme à la violence terroriste –ce que la vieille Europe connaît dans la décennie 1890 comme propagande par le fait. Haymarket Square, par son retentissement constitue l’une des racines du premier mai, fête des travailleurs. La bombe, donc, comme scansion métonymique d’une des voies de l’anarchisme d’alors.

D’un fait, un roman.

Journaliste, publiciste, directeur de publication, Franck Harris (1856-1931) donne avec La bombe un premier roman de facture somme toute classique au premier abord. Le lecteur pressé prendra plaisir à une écriture fluide. Pourtant cette fiction d’un auteur typique de la communauté américano-irlandaise de la Belle époque est plus complexe qu’il n’y parait. Le récit se construit dans l’après-coup des souvenirs de Rudolph Schnaubelt, de retour en Bavière. L’homme se sait « à bout de course », se remémore un parcours qui le fit lancer la bombe. Le roman se conçoit comme un roman d’apprentissage dont la clé de voûte est Louis Lingg. Schnaubelt, jeune allemand, cultivé, débarque à New York dans l’espoir d’y être journaliste. Espoir vite déçu, il devient prolétaire, enchaînant des métiers harassants – dont la construction du métro sous l’Hudson. L’intellectuel prolétarisé parvient ensuite à vivre de sa plume par des piges dans les journaux socialistes de la communauté allemande, tirant de son expérience le sel de ses articles. C’est en allemand qu’il écrit, c’est en émigré allemand qu’il perçoit l’envers de la liberté américaine et de son système capitaliste. Il parvient à se faire envoyer comme journaliste à Chicago, la grande cité industrielle du Midwest. Par George Engel, un temps militant socialiste allemand mais que l’on devine anarchiste, il entre en contact avec les émigrés allemands anarchistes de Chicago. Le roman cesse là d’être d’apprentissage pour se faire sidération devant l’énigmatique Louis Lingg, croqué comme un ardent anarchiste aux analyses tranchantes et à la voix posée, qui tire une grande part de ses réflexions contre l’ordre capitaliste américain, de la constitution même des États-Unis. Face à la tyrannie (capitaliste), incarnée quotidiennement par la répression policière des manifestations à Chicago comme dans l’invisibilité de la cause prolétarienne dans les articles des journaux anglo-saxons, toujours à charge, la violence lui paraît la seule réponse légitime, dans le droit fil de la déclaration d’indépendance américaine. A la brutalité policière répond la bombe qu’il construit, et teste, en autodidacte. Louis Lingg s’avère là dans la droite ligne du congrès anarchiste de Vevey (septembre 1880) et de sa « Charte de la propagande par le fait », qui invitait les militants à recourir aux « sciences techniques et chimiques ». C’est en lisant des manuels de chimie qu’il confectionne l’explosif dans la solitude de son atelier, en artisan. Franck Harris cisèle peu le personnage, tout en arrêtes, dont le pouvoir de séduction intellectuelle confine, dans son rapport à Rudolph Schnaubelt, à la sidération ; toujours au fil du récit, l’après-coup seul permet à Schnaubelt de se ressaisir tant la domination intellectuelle de Lingg semble le pétrifier. Dans ce qui semble un lapsus, au moment où il accepte d’être le lanceur de la bombe, il le décrit ainsi : « mon camarade, mon amant ». Il sera lanceur donc, mais sa sidération devant le geste est telle qu’il s’acquitte de sa tâche quasiment en spectateur. Sa fuite, l’organisation planifiée de son départ pour l’Angleterre, sont l’effet de Louis Lingg, qui, choisissant de rester sera arrêté, se suicidera en prison, avalant une bombe.

Sidération ?

L’intrigue romanesque replie l’attentat sur la seule relation Lingg/ Schnaubelt, quand la question qui soutient l’écriture se résume ainsi : comment rendre compte de la bombe, de la sidération même qu’elle suscite ? Cette sidération constitue l’avers de la propagande par le fait, dont la dynamique tente de rompre l’invisibilisation de l’intolérable d’une situation sociale. Haymarket s’appréhende en caméra subjective par Schnaubelt. Franck Harris le croque journaliste, aux écrits uniquement publiés dans les feuilles militantes de langue allemande ; quand ses articles sont traduits pour les quotidiens anglo-saxons, c’est systématiquement au prix de l’euphémisation de la nature politique des faits sociaux appréhendés. Le politique de ces articles tient aux revendications des ouvriers immigrés, allemands notamment, à leur rapport à la brutalité policière. Dans la traduction jamais ce politique ne se donne à voir. Aux yeux des Américains, les revendications sont invisibles ; les articles et les impressions de Schnaubelt l’éprouvent au fil des pages. La rationalité de la bombe s’inscrit doublement dans ce hiatus ; elle est le geste qui répond à la brutalité policière selon Lingg, qui légitime ce geste à venir de l’histoire même des États-Unis. Mais la bombe est aussi, dans l’incrédulité fascinée de Schnaubelt qui la lance, la sidération même des médias américains.

A ce point du roman, le lecteur saisit que deux lignes de fuite encadrent l’intrigue. Au plus près de l’écriture journalistique de Franck Harris, il s’agit dans l’après-coup d’écrire sur Haymarket. Vingt-deux ans se sont écoulés, et dans la logique même du roman d’apprentissage qui structure la forme de l’écriture, la rationalité du récit passe par l’examen des conditions sociales à Chicago qui déterminent en partie l’usage de la bombe. Chroniqueur des aléas du prolétariat de langue allemande à Chicago, Schnaubelt montre dans ses souvenirs comment une suite de luttes, dont la logique même est cachée aux yeux des médias américains, débouche sur la proposition de Lingg. Parce que celle-ci sidère jusqu’à celui qui lancera la bombe, le récit mute. Le Faire outrepasse le Dire, et seule l’explication de la fascination de Schnaubelt pour Lingg peut valoir explication. La violence de l’acte, voulue par Lingg, subsume la rationalité antérieure de ses discours. Ce faisant, Franck Harris offre une lecture conservatrice des fictions de l’anarchisme telles qu’Uri Eizensweig les analyse. Franck Harris n’est pas Joseph Conrad, qui publie l’Agent secret en 1907 sur des thématiques identiques2.

Pour autant, en renonçant à la modernité d’une écriture de la violence terroriste pour une facture plus classique, Harris pointe ce qui dans Haymarket participe d’un contexte spécifiquement américain, la question de la langue. C’est là la seconde ligne de fuite du roman, la plus structurante. L’expérience du prolétariat allemand dans une nation d’immigrés qui se construit alors par le nationalisme est indicible, au sens premier du terme. La bombe constitue alors une réponse de fait, quand les discours sont inaudibles, ou travestis dès lors qu’ils sont traduits. La question linguistique domine donc. Elle unit ce milieu des migrants germaniques ; son importance se traduit dans l’attention portée dans le roman aux journaux, aux articles. Si la langue intègre Schnaubelt dans les réseaux du mouvement ouvrier de langue allemande à New York, puis à Chicago, le prix de cette intégration est la mesure de l’ethnicité des revendications, et de leur ignorance dans une société organisée par la race3. La bombe de Haymarket dans le roman signifie alors l’impasse d’un mouvement ouvrier organisé mais d’une certaine manière invisible dans la structuration de la société américaine d’alors. Si sous la plume de Franck Harris, Louis Lingg conjugue nombre de traits propres à la sociologie des anarchistes européens circa 1880 (autodidaxie, artisanat, propagande par le fait…), l’intellectuel qu’est Schnaubelt dans ses souvenirs invite à une réflexion autre sur Haymarket, subtilement décentrée dans l’après-coup de la lecture de la seule violence terroriste.

1Notamment par Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002, et Normand Baillargeon, L’ordre moins le pouvoir, Marseille, Agone,‎ 2008. Voir aussi, toujours en langue française Albert Parsons et August Spies, Haymarket : pour l’exemple, Paris, éditions Spartacus, 2006, dont le compte rendu (paru précédemment dans Dissidences-BLEMR) figure en annexe à celui-ci.

2Sur cette question, cf. Uri Eizensweig, Fictions de l’anarchisme, Paris, Belfond, 2001.

3Domenico Losurdo, Le péché originel du XXe siècle, Condé sur Noireau, éditions Aden, 2007.

Hervé Kempf, Notre-Dame-Des-Landes, Paris, Seuil, 2014, 159 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans cet ouvrage, Hervé Kempf, ancien responsable de la rubrique écologie du Monde, actuellement journaliste au site Reporterre, nous livre un récit très vivant de la mobilisation suscitée par le projet de construction d’un aéroport à proximité de Nantes. Il rappelle que ce projet est vieux de près de 40 ans et a été envisagé dans une perspective de croissance infinie. Il livre ainsi des informations assez étonnantes, cet aéroport ayant été conçu pour assurer des liaisons vers Paris tous les quart d’heures. La question de l’environnement, de l’écologie, du cadre de vie ou de la protection des espaces naturels n’avait pas vraiment d’importance au moment où le projet a été imaginé. Il en va différemment aujourd’hui, d’autant qu’un certain nombre de projections sur la base desquelles l’aéroport avait été envisagé se sont révélés fausses. Ainsi en va-t-il par exemple de la saturation de l’actuel aéroport de Nantes. Cependant, l’essentiel du propos de Hervé Kempf n’est pas de convaincre les lecteurs de l’inanité technique du projet, mais de décrire la mobilisation suscitée par ce projet. Son point de vue se centre donc sur la ZAD (Zone à défendre), occupée par des communautés qui en ont fait un lieu de vie alternatif. Le moins que l’on puisse dire est que cet auteur semble fasciné par les formes de la mobilisation, « la Zad a capté un imaginaire de l’alternative en lui donnant un contenu concret  (…) C’est un territoire en sécession, permettant de « vivre concrètement un moment cette sortie du système » (p. 74-75). Selon lui, la ZAD constituerait l’exemple vivant des théories d’Hakim Bey sur les Zones d’autonomie temporaire (TAZ). Il décrit ainsi comment les habitants ont (re)pris l’habitude de se déplacer à pied, en harmonie avec la nature. « La Zad, c’est le monde sans l’ennui » (p. 81). On comprend alors la poésie qui émane de ce lieu et de ses habitants. Le journaliste, parfois avec un peu de naïveté, se fait le porte parole des zadistes, n’hésitant pas ainsi à avancer que du fait du refus de se nommer, les zadistes deviennent « innommables, et échappent au contrôle » (p. 84). La ZAD devient ainsi, sous sa plume, une zone à créer de la démocratie, puisque dans cette enclave, les zadistes réinventent des modes de prises de décision associant l’ensemble des participants (en n’oubliant quand même pas de préciser que : « Le nombre restreint de participants facilite certes la tâche », p. 129). On l’a compris, il n’est pas question pour Hervé Kempf de livrer une analyse distanciée et critique de la mobilisation en cours dans cet espace. Tout au plus se livre-t-il à un plaidoyer pro domo. Si son regard est enchanté, il le fait partager à ses lecteurs avec brio car ce court opuscule se lit avec beaucoup de plaisir. Il n’en reste pas moins que le lecteur serait en droit de réclamer un peu plus d’analyse pour comprendre réellement ce qui se déroule sans ce territoire de lutte, ainsi que ses enjeux. Une carte des lieux n’aurait d’ailleurs pas été inutile pour suivre les pérégrinations des zadistes à travers les sentiers, chemins boisées et autres espaces traversiers…

Jean-Clément Martin, La Machine à fantasmes. Relire l’histoire de la Révolution française, Paris, Vendémiaire, collection « Écho », 2014, 352 pages, 10 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage de Jean-Clément Martin compile un certain nombre d’articles ou de communications diverses, ayant comme dénominateur commun l’écriture de l’histoire de la Révolution française et le dépassement de certains des mythes qui y sont associés1. Nul hasard, donc, si le recueil s’ouvre par une question cruciale entre toutes : « Qu’est-ce qu’une révolution ? ». Même si le sujet n’est pas embrassé dans sa totalité (sur la question du fascisme révolutionnaire ou non, par exemple), la définition privilégiée est clairement celle du radicalisme le plus prononcé : « La révolution, la vraie, celle qui change les consciences mondiales, c’est celle de 1792, quand la violence rompt tous les arrangements, invente une république qui ne doit rien ni à Sparte ni à Rome et que la survie du régime passe par sa propagation, au moins au reste de l’Europe. » (p. 23).

Plusieurs des textes proposés ici se rattachent à cette étude majeure que nous avons chroniqué il y a peu, Violence et révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national2. Il en est ainsi du massacre de Machecoul, qui a servi à noircir la mémoire de l’insurrection vendéenne, une postérité mythique renforcée par l’ombre de Gilles de Rais ; de la dénomination de « guerre » de Vendée, moyen pour les républicains vaincus de justifier leur défaite3, et de l’identification pérenne de la Vendée à une zone contre-révolutionnaire ; et bien sûr de la « terreur ». Sur cette thématique, Jean-Clément Martin écarte globalement l’expression de pulsions populaires bestiales, préférant valoriser les relations et rivalités entre groupes révolutionnaires, et décrivant la « terreur » avant tout comme « (…) la progressive mise en place d’un gouvernement révolutionnaire centralisant la répression. » (p. 104) Sa nouveauté présumée est ainsi largement relativisée, mise en perspective historique mais aussi géographique (« (…) toute la période expérimente cette extension de la violence de guerre qui va marquer les siècles à venir. », p. 117), et clairement déconnectée de toute anticipation du totalitarisme (p. 108)4. Jean-Clément Martin va jusqu’à proposer une typologie de la violence durant la Révolution, émanant classiquement de l’État, de groupes se réclamant de la justice (les massacres de septembre), de « l’effervescence du politique » (p. 162) s’exprimant par des canaux traditionnels (14 juillet 1789), ou de groupes en concurrence politique (le cas de la Vendée).

Sur un plan plus historiographique, la contribution intitulée « « D’horribles mystères », ou comment on a écrit l’histoire de la violence révolutionnaire » permet de revenir sur la condamnation dominante de la violence et de la « terreur » par ceux qui ont écrit sur la Révolution au cours des XIXe et XXe siècles, partisans du compromis républicain de la IIIe République en particulier, une vision largement tributaire du poids de la mémoire noire encouragée par la Convention thermidorienne. « Une rhétorique contre-révolutionnaire naît ainsi, liant barbarie et innovation sociale, estimant que l’homme est incapable de diriger ses actes en totalité. » (p. 129) Sont également abordés le mythe du jeune Bara, moyen pour Robespierre de contrer le culte des martyrs sans-culottes (Marat en particulier), ou la commémoration de la bataille de Valmy lors du bicentenaire de 1989. Seul événement ne datant pas de 1789 à avoir été retenu par les cérémonies, il fut victime d’une commémoration écartelée, hors-sol, refusant de prendre à bras le corps les mémoires en jeu. A travers l’exemple de Charlotte Corday, Jean-Clément Martin aborde également la riche tradition légendaire qui s’attache à la jeune femme, en s’intéressant surtout à l’Internet, marquant son inquiétude à l’égard de ce média propice à tous les délires5.

Quelques textes s’apparentent davantage à des bancs d’essai, à des ébauches de réflexion, certes stimulants, mais qui manquent encore suffisamment d’envergure. « Tradition et transgression : les femmes soldats de la Révolution et de l’Empire » aborde la situation des femmes durant la période révolutionnaire, et si les exemples choisis ne parviennent pas toujours à faire totalement sens, on en retient une claire réticence des hommes à ce que les femmes débordent de leur rôle et de leur place traditionnels pour investir le domaine public : « (…) paradoxes de la période révolutionnaire, qui construit de nouveaux rapports hommes-femmes, libère et érotise les corps mais délégitime les prétentions des femmes à s’affirmer à égalité avec les hommes ou à user de la violence (…) » (p. 219) Quant à « Pierre Rivière et La Rochejaquelein : de quoi se nourrit l’ogre historien ? », c’est un questionnement original, qui se penche, à travers les deux personnages cités – le premier parricide lettré, le second général vendéen – et l’intérêt qu’ils avaient soulevés chez un Michel Foucault, par exemple, sur la fascination individuelle dont ne sont pas exempts les chercheurs. Un thème vaste, qui n’est qu’effleuré.

Deux articles s’apparentent enfin à un hors-sujet au moins partiel. « Violences sexuelles : la voix étouffée des archives » s’intéresse aux procédures judiciaires opérées en Vendée durant la première moitié du XIXe siècle, dont Jean-Clément Martin déduit à la fois le conflit entre deux époques (celle de la communauté rurale et de ses silences tacites, et celle de l’affirmation de l’individu et de ses droits) et l’existence constante d’agressions sexuelles, contre les historiens défendant une liberté des mœurs plus grande à la campagne6. Quant à « Le commerçant, la faillite et l’historien », c’est au décryptage des faillites d’entreprises à Niort et Nantes dans les secondes moitiés des XIXe et XXe siècles qu’il se consacre. L’occasion, cependant, dans ces deux cas, de revenir encore et toujours à ce qui est l’axe des préoccupations de l’auteur : « (…) une histoire centrée sur les individus, leurs stratégies, leurs discours et leurs souffrances. » (p. 238). Toutefois, si cette volonté de briser tous les miroirs, les faux-semblants et les idées fausses est salutaire, elle s’accompagne d’une volonté de désidéologiser l’histoire qui se heurte elle-même à sa propre contradiction7

1« (…) Retrouver comment les acteurs impliqués dans ces occasions ont eux-mêmes requis ces catégorisations et les ont utilisées. » (p. 10), tant « (…) [le passé] sourd des fissures que les pouvoirs, quels qu’ils soient, ne peuvent jamais colmater. » (p. 32).

3« Le soulèvement paysan est devenu le début d’une guerre contre-révolutionnaire. Il a acquis une importance nationale du fait de la conjonction de logiques d’ordres différents. Le recours habituel à la répression a rendu exceptionnel et inexplicable un échec inattendu, mais prévisible ; le mépris des intérêts des paysans n’a pas permis de comprendre les raisons de leur révolte, condamnées d’emblée ; l’obsession du complot a donné un sens délirant et démesuré à une simple défaite. » (p. 51).

4« Il est sûrement temps de tenir un autre discours qui n’excuse pas la violence mais la met à sa place exacte, au moment où les représentants en mission et les conventionnels dirigent un pays livré à la guerre à l’intérieur comme à l’extérieur (…) » (p. 110).

5« (…) l’air du temps devient particulièrement néfaste quand il se diffuse par les réseaux du Net et qu’il est calibré par les professionnels de l’écriture de masse, novations dont on peine encore à estimer la réalité et la nocivité. (…) Nous vivons dans une autre ère où les fantasmes deviennent des objets communs et commercialisés » (p. 223-224).

6« L’apparente « liberté » des mœurs associée à des fréquentations sexuelles prénuptiales a été décrite (…) comme la marque d’une indépendance paysanne ancienne, en oubliant que le corps n’est, dans cette perspective, qu’un objet manipulé et manipulable et que ces interprétations traduisent, à tout le moins, un total irrespect vis-à-vis des humbles, tout juste bons à se livrer à des « pratiques » automatiques et semi-bestiales. » (p. 237).

7« Quand arrêtera-t-on d’adopter des positions moralisatrices ou idéologiques sur cette période pour la considérer comme toutes les autres ? Quand s’autorisera-t-on à penser que, définitivement, la Révolution est terminée ? » [souligné par nous] (p. 118).